Sky High | Emma R. Lowell

Résumé :
Gill est une jeune et jolie Londonienne qui s’apprête à passer son diplôme pour étudier ensuite la médecine. Déterminée, elle travaille d’arrache-pied afin de réaliser son rêve. Heureusement, elle s’accorde un peu de répit avec ses séances d’escalade, sa nouvelle passion.
À la salle, elle fait la rencontre du charmant (et sexy !) Jared. À première vue, le jeune homme, un peu trop casse-cou, n’a pas grand-chose pour lui plaire. Le stress des examens lui suffit, pas besoin de se rajouter une crise d’angoisse à chaque fois qu’il décide de grimper telle façade ou de jouer les funambules entre deux immeubles ! Pourtant, le destin semble vouloir le mettre sans arrêt sous son nez. Comme s’ils étaient des aimants.
Ils finissent par se rapprocher, et Jared se laisse apprivoiser au fil des soirées passées à arpenter les toits londoniens. Jusqu’au jour où, contre toute attente, c’est Gill qui est victime d’une tragédie. Face aux épreuves, Gill et Jared devront retrouver l’équilibre ensemble, en réapprenant la vie et l’amour.
Merci Hugo New Way pour cet envoi.

Vous l’aurez sans doute compris, les Éditions New Way ont décidé de proposer un nouveau format pour les auteurs français de cette collection destinée aux ados, mais pas que. Cette nouveauté s’accompagne d’un petit prix pouvant rentrer dans les petits budgets. Mise à part la différence de taille qui m’angoisse un peu dans ma bibliothèque, c’est un plaisir de constater que cette collection devient plus abordable pour les lecteurs et leur appétit livresque.

Qui dit nouvelle année, dit nouveaux auteurs et malgré mes recherches, je n’ai réussi à dénicher aucune information sur Emma R. Lowell, c’est donc à l’aveugle que je me suis lancée et malgré quelques points négatifs sur lesquels je vais revenir, dans l’ensemble le thème est bien menée. Le roman se compose en deux parties, il y a un avant plus désinvolte et un après plus mature, plus difficile. C’est avec beaucoup d’émotions que l’auteure nous plonge le temps de quelques chapitres dans une tragédie bouleversante qui m’a immédiatement prit au cœur.

Gill est à un tournant de sa vie, dans quelques mois elle passera le bac et son avenir est tout tracé, déterminée à réaliser son rêve en intégrant un cursus de médecine la jeune femme travaille d’arrache-pied. Afin de mettre toutes les chances de son côté, elle accepte un défi de sa meilleure amie en intégrant un programme de tutorat, mais en échange les deux amies se promettent de rejoindre un club qui propose des séances d’escalade. Ce sport est tout ce dont Gill avait besoin pour décompresser et sur place elle va faire la connaissance de la star du club.

Jared donne l’impression de n’avoir peur de rien et au premier abord il semble ravi d’attirer l’attention sur lui et son sport. Lorsque Gill fait sa connaissance on est loin du coup de foudre, mais sa meilleure amie s’étant entiché de Jared, la jeune fille n’a pas d’autres choix que s’intégrer à son groupe d’amis, les rapprochant malgré eux. Au gré des rencontres, ils se découvrent l’un et l’autre et les préjugés de la jeune fille vont laisser place à une même découverte de leur passion pour la skyline, ou l’escalade, mordant la vie à pleines dents.

Comme je le disais plus haut, il y a quelques points négatifs qui m’ont empêché de totalement apprécier l’intégralité de ma lecture. A commencer par le début, qui met du temps à démarrer et jusqu’à la moitié du roman, il est difficile de comprendre où l’histoire nous mène, car il ne se passe pas grand-chose. Nos héros sont jeunes et il y a un contraste peut être voulu, mais Gill est parfois immature et ses réactions disproportionnées. Il manque également le ressenti du personnage masculin, des questions restent en suspens pendant la première moitié et c’est frustrant. Il aura fallu un gros rebondissement pour que notre héroïne voit la vie sous un nouvel angle.

Globalement j’ai passé un bon moment, le sujet abordé bien qu’arrivé tardivement est émouvant et on éprouve forcément de l’empathie pour ce qui arrive aux personnages principaux, mais également l’impact sur les personnages secondaires. J’apprécie particulièrement les chapitres qui sont courts, donc associé à une plume fluide c’est l’idéal pour lire sans se prendre la tête, le tout sous le ciel londonien.

Publicités

Shades of Shadows | V. E. Schwab (Shades of Magic #2)

Résumé :

Kell est le dernier des magiciens de sang, des sorciers capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l’âme. Le premier, gris, est le nôtre. Le second, rouge, déborde de magie. Dans le troisième, blanc, elle s’est faite rare, et dans le dernier, noir, elle a tout dévoré. Quatre mois ont passé depuis qu’un talisman maléfique est tombé entre les mains de Kell, depuis que le corps de son ennemi a été expédié dans le Londres noir en compagnie du joyau.
Lila s’en est allée. Sans mot dire, au bout de trois jours d’épreuves inimaginables, elle a abandonné là Kell, sur un quai du Londres rouge, pour partir explorer le monde. Depuis, le jeune homme est assailli de rêves menaçants, dont il ne se réveille que pour penser à elle. La capitale bouillonne de fièvre car dans quelques jours commencent les Jeux des éléments, une compétition qui réunit les meilleurs magiciens de trois royaumes voisins, souvent en guerre par le passé. En prévision de l’événement, un navire à la réputation légendaire se rapproche d’ailleurs de la cité, ramenant de vieux amis à terre. Mais pendant ce temps, un autre Londres se réveille et revient petit à petit à la vie. Or rien ne peut venir bouleverser l’équilibre de la magie : pour qu’une ville prospère, une autre doit forcément décliner…
 Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Un second opus qu’il me tardait de découvrir et qui malgré un début  lent, aura réussi à me convaincre. L’attente aura été récompensée par une intrigue captivante et des personnages qui offre un nouvel aspect de leur identité.

Les évènements du précédent opus ont indéniablement changé Kell et Lila, on les retrouve plus mures dans cet opus et marqués par ce qu’ils ont vécu. L’histoire reprend quatre mois après la fin du premier tome, Lila est partie profiter de sa liberté et elle n’a pas hésité à laisser Kell derrière elle sur le quai du Londres rouge. Pourtant, bien qu’elle apprivoise cette nouvelle vie, ses pensées ne sont jamais bien loin du Prince. C’est à bord d’un navire de pirate que nous la retrouvons et bien qu’elle ait exploré une partie du monde. La réalité la rattrape lorsque la capitaine de son navire, décide de rentrer à Londres pour participer aux Jeux des éléments.

Beaucoup de choses se sont passés durant ces quatre mois, et il serait facile d’en dévoiler trop. J’ai tendance à penser que ce deuxième opus illustre parfaitement le tome de transition et c’est bien souvent ce qui me frustre dans les suites. De nouveaux personnages vont nous être présentés et il était important de les rencontrer dans leur quotidien pour apprendre à les découvrir. Il aura donc fallu plusieurs chapitres pour connaître passé et présent de notre équipage et pendant ce temps Kell n’a jamais été aussi seul. Ses décisions vont le placer dans une position compliquée et comme le précédent opus, la question de liberté va être centrale. J’ai apprécié voir Lila évoluer et bien que ses vieux démons l’empêchent de totalement se sentir en terre conquise, elle va apprendre à s’ouvrir malgré elle et s’épanouir à sa manière. A l’inverse de Kell qui n’a plus que son frère adoptif qui le retienne, et même de son côté certaine décision peuvent être discutable et personnellement certaines m’ont irrité.

On s’éloigne un peu du complot du tome précédent en intégrant des jeux à l’intrigue, mais en parallèle un autre Londres revient peu à peu à la vie, menaçant l’équilibre du Londres rouge. J’ai apprécié me trouver à la place d’un narrateur omniprésent, nous avons accès à des éléments inconnus de nos personnages et ça contribue à un sentiment d’urgence. Pendant que le Londres rouge est en fête, les ennemis de la couronne reprennent des forces. A mesure que le jeu se rapproche de la finale, le plan de l’autre Londres prend forme et ça m’a mise les nerfs en pelote. A côté de ça, les retrouvailles Kell & Lila se seront fait attendre, mais sachez que ce fût à leur image.

Je suppose que maintenant qu’on a une vue d’ensemble sur l’étendue des dégâts, on peut envisager un troisième et dernier opus épique. J’ai beaucoup d’attente concernant l’ultime tome et en même temps, quelques craintes concernant l’avenir des personnages. Nous avons une forme d’action un peu différente, car nos personnages ne luttent pas pour leur vie, mais l’intrigue liée au jeu et plaisante et Lila parvient encore une fois à s’attirer des ennuis pour notre plus grand plaisir. Une bonne suite, qui prend malgré tout son rythme un peu tardivement.

Mon avis sur Shades of Magic #1 ICI

Shades of Magic | V.E. Schwab (Shades of Magic #1)

Résumé :
Kell est le dernier des Visiteurs, des magiciens capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est le centre à chaque fois. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge, et on y respire le merveilleux avec chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : les sortilèges s’y font si rares qu’on s’y coupe la gorge pour voler la moindre incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui s’y est répandue quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.
Depuis cette contagion, il est interdit de transporter un objet d’un monde à l’autre. C’est pourtant ce que va faire Kell, un chien fou tout juste sorti de l’adolescence, pour défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, et le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait pourtant sa vie sans hésiter. Et un jour, il commet l’irréparable : il passe une pierre noire comme la nuit dans le Londres gris où une jeune fille du nom de Lila la lui subtilise.
Mais la magie n’attire jamais à elle personne par hasard !
Découvrez Shades of Magic, du petit prodige Victoria Schwab, qui développe une idée surprenante qu’elle peuple de personnages inoubliables, pour le plus grand délice de ses nombreux fans.

L’engouement pour cette auteure et ce roman me donnait fortement envie de me lancer dans cette série, qui a été relativement présente sur les réseaux sociaux depuis sa publication, mais avec les nombreuses sorties, des choix ont dû se faire et contre toute attente c’est ma copine book_ouioui qui aura sauté le pas pour moi en me l’offrant. Impatiente de découvrir cet univers dont j’ai tellement entendu parler et cette lecture fut un régal.

Kell est ce qu’on appelle un Voyageur, un magicien capable de voyager d’un monde à l’autre. Ces mondes, sont au nombre de quatre et chacun de ces Londres à sa particularité : le Londres gris ne possède aucune magie, le Londres rouge à la sentir florale est une vraie bouffée d’air frais, dans le Londres Blanc les magiciens sont convoités avec envie et enfin le Londres noir qui s’est laissé dévorer et où il ne reste rien, forçant les voyageurs à couper les ponts avec ce monde glacial. Chargé par le souverain du Londres rouge de transmettre des missives aux autres souverains, Kell a l’interdiction de transporter des objets d’un monde à l’autre, pourtant le jeune homme va se livrer à un trafic qu’il voyait sans conséquence et qui va le plonger au cœur du risque. Il commet l’irréparable en acceptant de transporter une pierre noire et son passage dans le Londres gris va rapidement comprendre son erreur et alors qu’il est en danger sa route va croiser celle de Lila, une talentueuse voleuse, qui va lui subtiliser la pierre de toutes les convoitises et sa magie va attirer toutes sortes d’ennemis.

Kell est un personnage qui semble respecter les règles et sa position de fils adoptifs de la famille royal l’oblige à respecter les règles, mais étant l’un des derniers voyageurs sont rôle est indispensable pour l’équilibre. Ses petits trocs semble à première vue sans conséquences, mais son frère le Prince Rhy va rapidement le mettre en garde contre cette habitude et les risques encourus s’il se fait prendre. Les conséquences, il ne va pas tarder à les connaître, j’ai apprécié sa conscience et sa volonté de résoudre le problème sans mêler sa famille au danger. Il est très humain et plutôt lucide sur sa situation familiale, car il a beau avoir été recueilli par la famille royale et considérer Rhy comme son frère, son rôle lui enlève une certaine liberté d’agir comme il le souhaite.

Lila est une héroïne comme je les aime. Je suis sous le charme de son parcours, bien qu’assez solitaire la jeune femme n’a besoin de personne pour se tirer des pires situations et la voir débrouillarde, combative et maître de sa vie est tout ce que j’aime chez une héroïne. Habituée à découvrir des demoiselles en détresse, on est loin du schéma avec une héroïne à la langue bien pendue et tel un chat, elle retombe toujours sur ses pattes. Sa rencontre avec Kell va provoquer par son penchant à faire les poches de manière aléatoire et on peut dire qu’elle va faire le vol de sa vie, et provoquer un raz-de-marée la forçant à prendre des risques pour une noble cause.

Un début un peu lent à démarrer et ma lecture saccadée n’a pas dû aider pour assimiler les subtilités de l’univers construit par V.E. Schwab, une fois l’histoire mise en place, l’intrigue prend le dessus et le besoin de connaître la suite, fait que je me suis laissé par porter par le périple de nos héros. L’histoire est portée par un duo charismatique et la suite promet un vent de liberté. Un récit original qui aborde le thème de la magie sous un nouvel angle.

Graff’Coeur | Fanny André

ImpressionBonA vingt-trois ans, Léna prend conscience que sa vie prend un tournant plutôt éloigné de ses projets. Malgré sa passion pour les graffitis, elle n’a pas réussi à continuer ses études aux Beaux-Arts et se réveiller à côté d’un type inconnu est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Sur un coup de tête, elle décide de retourner à Londres car les souvenirs qui y sont affectés sur les plus heureux de son adolescence et puis Caden, celui avec qui elle a vécu une relation passionnelle y vit avec sa sœur Ellen. Nostalgique de cette époque, elle va y voir un signe pour renouer ses relations avec les jumeaux.

Et c’est également l’occasion de redonner du souffle à son art de rue et tenter sa chance dans un pays étranger. Alors qu’à son arrivée, la complicité renait immédiatement avec Ellen, ses retrouvailles avec Caden vont s’avérer glaciales. En effet, elle n’est pas la seule à avoir changé depuis quatre ans et le poète romantique, au look un peu bohème a laissé la place au business man, contrôle freak. Sans compter, qu’elle attend toujours les explications de son départ précipité, seulement elle va également devoir faire avec son adorable fiancée, aux manières parfaites et qui correspond totalement au mode de vie du tout nouveau Caden. Alors que Léna est tout le contraire, et malgré les années elle a gardé son esprit rebelle et son goût de l’insouciance, au grand désarroi de celui-ci.

Je n’avais aucune attente en commençant ma lecture, donc globalement c’est plutôt détente et il m’aura tenu compagnie pendant l’après-midi. Pourtant, malgré tout l’intérêt de l’intrigue, j’ai trouvé ça un peu trop calme et je m’attendais à ce que ça bouge un peu plus. La passion de Léna n’est pas suffisamment mise en avant, on a l’impression que c’est un petit passe-temps. Par contre, j’ai beaucoup aimé l’esprit rebelle de l’héroïne, elle ne se laisse pas dicter sa conduite et s’éloigne du moule. C’est d’ailleurs cette partie de sa personnalité qui a toujours séduit Caden et même s’il a changé, il est ravie de voir qu’elle a conservé son grain de folie. Leur échange dégage une bonne dose d’électricité et on voit tout de suite que la flemme n’est pas éteinte, donc évidemment on veut savoir pourquoi il est parti et surtout pourquoi il a renoncé à sa personnalité, pour cette vie parfaite et bien rangée.

A côté de ça, j’ai l’impression que les personnages sont survolés, l’univers artistique est vraiment présent que ce soit l’art de rue évoqué, la musique qui a une place importante, ou la poésie. Mais, on a des personnages qui demeurent un mystère et qui soient dits en passant, n’ont pas l’air de beaucoup travailler, mais bon ça à la rigueur ça me fait sourire. J’ai du mal à expliquer les raisons de cette impression d’être restée à l’extérieur, la romance est mignonne, l’univers plutôt bien trouvé, mais je n’ai pas le sentiment de connaître le moi-intérieur des personnages et même si j’ai passé un bon moment, je voulais davantage d’explications que les personnages soient plus approfondis, avoir le sentiment de les avoir rencontrés le temps d’un après-midi et mieux les connaître. Sans compter que du côté des personnages principaux on avait beaucoup de potentiel avec Dane, Anna et même Ellen.

En bref, ma chronique peut paraître dure et en me relisant, on a l’impression que je n’ai pas aimé grand chose, alors qu’au contraire pour une première lecture de l’auteure, je trouve ça plutôt encourageant et j’aime beaucoup le style d’écriture. Peut-être que mon impression est due à une plume débutante, ou peut-être que c’est moi qui suis passée à côté… Mais ça reste une lecture vraiment agréable et je suis loin d’être déçue par ma lecture, puisque ça m’a permis de découvrir l’auteure.

Signature Lucie

C’est pas moi, c’est toi | Mhairi McFarlane

ImpressionExcellentAprès un premier essai pour découvrir cette auteure et un résultat un peu mitigé, j’ai décidé de retenter l’aventure avec ce nouveau roman et quel plaisir ! La romance ne prend de l’ampleur que vers la fin, mais bizarrement ça ne m’a pas dérangée. A vrai dire, l’histoire est tellement amusante, qu’on se laisse facilement portée par les rebondissements, pas forcément crédible si on creuse un peu, mais totalement convainquant quand on est plongée dans l’intrigue.

Après dix ans de relation avec Paul, Delia est décidée à jouer la femme moderne et demander en mariage, celui qu’elle considère comme son âme sœur. Les choses auraient pu se dérouler dans un bonheur immense, mais cette soirée est également marquée par la découverte d’une maîtresse. Dans un premier temps, elle va être assez choquée de cette révélation qu’elle n’avait pas vue venir et puis progressivement, elle va se rendre compte qu’elle a besoin de penser un peu à elle, pour réfléchir à la marche à suivre pour la suite de sa relation. De retour dans son foyer natal, elle ne va pas résister à la proposition d’Emma sa meilleure amie de venir quelque temps à Londres. Cette escapade est l’occasion de découvrir celle qu’elle était, il y a quelques années et de penser à ses propres rêves.

Pendant les premières pages, j’ai été assez triste pour ce qui arrivait à Délia. L’histoire n’est pas spécialement triste, mais l’état d’esprit dans lequel je me trouve actuellement, m’a fait ressentir des émotions qui pourraient passer inaperçu pour d’autres. Face aux mensonges, elle va choisir de s’éloigner pour réfléchir. Quand on s’imagine la vie un avenir commun avec un homme et que subitement tous les beaux projets volent en éclat on est perdu, on a besoin de se retrouver soi-même et une chose en entraînant une autre, elle va trouver du travail. C’est à partir de là que l’intrigue principale va naître, entre un patron loufoque, un correspondant anonyme et amical et un journaliste avec des pratiques douteuses, elle va se retrouver plongée dans une histoire hilarante, qui va lui faire oublier sa peine. Elle va se découvrir des amitiés inattendues et redonner une chance à sa passion pour le dessin et je dois dire que les planches de comics intégrés au roman m’ont agréablement surprises et j’ai apprécié l’idée et l’originalité des illustrations de La Femme Renarde.

Je crois que compte tenu de ma situation, je n’aurai pas pu plus m’identifier à Délia, j’ai ressenti chacune de ses émotions, j’ai compris les questions qu’elle se pose et sa volonté de se retrouver, car elle s’était un peu oublié. Je suis vraiment surprise d’avoir été autant envoûté par l’histoire, car elle est plutôt classique et je pense que compte tenu du sujet délicat de l’infidélité, l’humour n’est pas de trop. Ce n’est pas nécessairement, le thème qui m’a interpellé mais tout ce qui se passe autour d’elle. Sa manière de se reconstruire et de se laisser progressivement atteindre par le héros. J’ai faits des spéculations pendant une bonne partie du roman, pour être complètement à côté de la plaque. Le couple de héros forme un duo improbable et très touchant. Je ne m’attendais pas à dévorer chaque page et ressentir se manque lorsque je refermais mon roman. Une plume pareil, associé à une histoire amusante j’en veux bien tous les jours. Une vraie bouffée d’air frais, qui m’a faits un bien fou.

Signature Lucie