Un bonheur imparfait | Colleen Hoover

Résumé :
Graham et Quinn sont tombés profondément amoureux il y a sept ans. Après une rencontre improbable, ils ont vite compris qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. Et puis ils se sont mariés et ont commencé à parler de fonder une famille.
Les mois, les années ont passé et Quinn et Graham ne sont toujours que deux et leur couple semble s’effriter un peu plus chaque jour. Le désir de Quinn de devenir mère est devenue une obsession qu’elle n’est plus très sûre que Graham partage totalement. Leur relation se distend et ils semblent de moins en moins se comprendre.
Est-ce que l’amour même quand il est aussi fort peut mourir quand les épreuves se multiplient ou au contraire peut-il en sortir renforcé ?
Merci Hugo Roman pour l’envoi de cette merveille

Après un passage à vide littéraire, les récentes sorties de Hugo Roman m’ont redonné le goût aux belles histoires et j’enchaîne les lectures qui bousculent mes émotions. Ce roman, je l’ai attendu à la fois avec impatience et appréhension, notamment car depuis que j’ai découvert Colleen Hoover j’ai eu l’impression de vivre plusieurs vies et certaines histoires m’ont touché plus que d’autres, mais récemment je n’ai pas complètement décollé. Je ressors de cette lecture assez bouleversée par la beauté du message et l’authenticité avec laquelle on relate l’histoire de ce couple qui traverse une violente des tempêtes qui gagne en intensité.

Il y a sept ans Quinn et Graham se sont rencontrés dans une situation particulière et bien que ça ne soit pas propice à débuter une relation,  l’attirance est immédiate et est rapidement replacée par un amour intense. Aujourd’hui après plusieurs années d’un amour fusionnel, le couple est plus éloigné que jamais et le poids de l’absence d’enfant pèse sur leur couple. Alors que Quinn ne vit plus que dans l’espoir de fonder une famille, Graham va tenter de s’accrocher et pourtant malgré l’amour évident, leur relation se dégrade progressivement et Quinn sombre peu à peu. Face aux épreuves le couple va voir la distance se creuser.

J’étais loin d’imaginer que l’intrigue aurait un écho aussi intense sur moi. Je me suis identifié à ce que vie Quinn et j’ai été spectateur d’une situation qui empire de pages en pages, tout va crescendo et j’ai senti mon cœur à vif. Imaginez une plaie à vif qui saigne, on désinfecte et place un pansement pour protéger la blessure, mais brusquement on arrache le pansement et la souffrance revient. C’est approximativement ce que j’ai ressenti pendant ma lecture, je suis passé de la souffrance à l’apaisement entre chaque chapitre. Quinn narre l’histoire avec tellement de douleur que j’ai moi-même éprouvé sa peine et à plusieurs reprises j’en ai eu le souffle coupé. Il y a cette détresse dans le roman qui rend forcément le lecteur empathique et on est spectateur d’un huis clos.

J’ai trouvé Colleen Hoover assez pertinente dans son analyse de la stérilité et pendant ma lecture, j’ai faits le parallèle avec ma propre vie, sans arrêt les êtres humains se jugent que ce soit le jugement d’une trentenaire célibataire ou tout simplement, les questions qu’on pose à des jeunes mariés lorsqu’ils n’ont pas encore d’enfants. On ne devrait pas subir des questions aussi envahissantes, car personne n’a toutes les cartes en main et personne n’imagine à quel point les mots peuvent être blessants dans certains cas. J’ai trouvé le thème particulièrement difficile, les sentiments éprouvés par nos personnages sont poignants et c’est très différent de tout ce que j’ai peu lire jusqu’ici. L’histoire d’amour est au cœur de l’intrigue, mais c’est un autre combat qui est mené.

C’est toujours les histoires les plus douloureuses qui sont les plus bouleversantes et cette histoire ne fait pas exception. Certe le personnage de Quinn va en irriter plus d’un, mais je l’ai trouvé habité par des émotions contradictoires qu’elle ne maîtrise pas. Même si elle ne s’en rend pas compte, elle va pouvoir compter sur Graham l’une des plus belles personnes que j’ai pu rencontrer. J’ai vu que des confrères blogueuses le qualifiaient de parfait, personnellement je trouve qu’il est juste humain et même s’il veut bien faire, il est démuni et la situation le pousse malgré lui à commettre des erreurs. Pour la première fois, je n’ai pas apprécié cette histoire parce qu’elle me faisait rêver d’une romance belle et d’un amour inconditionnel, c’est le réalisme qui rend ce récit touchant.

J’ai une pensée pour tous ces couples qui traversent cette dure réalité et aux difficultés qu’ils rencontrent, une part de moi leur souhait de garder espoir, mais surtout de rester souder face aux épreuves. C’est le genre de lecture avec un message qui reste gravé et bien que la naissance de la romance entre Quinn et Graham soit absolument adorable, je retiendrais surtout le chemin parcouru. Incontestablement l’une de mes plus belles lectures de l’année, d’une incroyable tristesse, mais en même temps on a envie de garder espoir pour eux.

Roomies | Christina Lauren

Résumé :
Attirée par les mélodies d’un musicien de rue qui lui a tapé dans l’oeil, Holland Bakker se rend depuis des mois dans la station de métro proche de chez elle. Elle n’ose pas adresser la parole au guitariste qui la fascine, mais un agresseur ivre précipite leur rencontre. Calvin McLoughlin vient à son secours, puis disparaît instantanément.
Pour s’acquitter de sa dette envers le brillant musicien, elle lui obtient une audition avec son oncle, le producteur de musique le plus en vogue de Broadway. L’audition se passe encore mieux qu’elle ne l’imaginait, quand Holland réalise pourquoi il a décampé devant les policiers : son visa d’étudiant a expiré depuis plusieurs années et il vit aux États-Unis dans l’illégalité.
Comprenant que son oncle a autant besoin de Calvin que Calvin a besoin de lui, Hollande prend la folle décision d’épouser l’Irlandais. Ses sentiments ne sont un secret que pour… ce dernier. Peu à peu, leur relation évolue et Calvin devient l’enfant chéri de Broadway. Entre les feux de la rampe et les faux-semblants, que faudra-t-il pour qu’Holland et Calvin prennent conscience qu’ils ont tous les deux arrêté de jouer la comédie depuis longtemps ?
Je remercie Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

On ne présente plus ce duo d’auteures, chaque sortie est un évènement et ce roman m’a accompagné durant cette semaine pour mon plus grand plaisir. Vous connaissez sans doute cette frustration d’avoir envie de retrouver son livre, mais de manquer cruellement de temps pour le poursuivre, c’est un peu ce qui m’est arrivé cette semaine. Roomies est totalement captivant et malgré un début difficile, mes sens étaient en alerte face à cette romance adorable. On peut parler d’un coup de foudre et une rencontre va bouleverser le quotidien de nos héros.

Il aura suffi d’une mélodie pour qu’Holland sache que ce musicien est un virtuose. Durant plusieurs mois, la jeune femme parcourt la même station de métro dans l’espoir d’entendre cet inconnu jouer avec passion. Malgré le temps passé à l’écouter, elle n’a jamais réussi à lui adresser la parole et entend bien rester anonyme. Pourtant lorsque la jeune femme se fait agresser dans le métro, celui qui devait ne rester qu’un inconnu va subitement s’introduire dans sa vie et bien que le jeune homme vienne à son secours, il disparaît sans aucune explication.

Désireuse de lui renvoyer l’appareil, la jeune femme convainc son oncle de l’auditionner pour son prochain spectacle et le coup de foudre musical est immédiat pour le producteur. Cependant malgré une proposition qui propulserait sa carrière, Calvin McLoughlin refuse car étant aux États-Unis de manière illégale, il n’a plus aucun espoir d’obtenir une carte verte. C’est sans compter sur le dévouement de Holland qui lui fait une proposition qui va tout changer dans leurs vies. Ensemble, ils vont affronter la tempête et briller sur la scène de Broadway.

L’alchimie entre les personnages est assez impressionnante, Holland est la première à avoir le coup de foudre pour cet inconnu. Cette rencontre à sens unique va bouleverser sa vie, bien qu’elle sache que rien n’aboutira elle va faire une offre d’une extrême générosité et c’est là qu’on voit à quel point Holland est une belle personne, car elle est prête à se sacrifier pour aider Calvin à réaliser son rêve. J’ai été particulièrement attendri par la vision qu’elle a d’elle-même, elle n’imagine pas pouvoir séduire le musicien et bien qu’elle risque de souffrir de cette situation, elle lui ouvre son cœur sans aucune contrepartie et l’accueil même dans sa vie, au contact de ses proches.

Du côté de notre héros, nous avons un artiste passionné et cette opportunité qui s’offre à lui est impossible à refuser, alors Holland semble être la solution rêvée. Bien que Calvin soit adorable, j’ai eu plus de mal face aux œillères qu’il se met, il a la réalité devant les yeux et parfois ne réalise pas vraiment l’impact qu’il peut avoir sur les autres. Sans compter quelques maladresses, mais il a un fort potentiel et sa bienveillance donne des papillons.

En bref, il n’est pas difficile d’apprécier cette romance, les amateurs du genre y verront une histoire adorable et le rapprochement est absolument craquant. La simplicité des personnages et de l’histoire en font une parfaire lecture détente qui n’a pas besoin d’en faire des tonnes pour qu’on passe un bon moment. C’est drôle, romantique et l’évolution de notre héroïne est touchante. Tout ce dont j’avais besoin pour me réchauffer le cœur.

The Crime | Marie Rutkoski (Winner #2)

Résumé :

Gagner peut être la pire des malédictions…
Fille du général le plus titré de l’Empire, Kestrel a eu la faiblesse, alors qu’elle réprouve l’esclavage, d’acheter dans une vente aux enchères un jeune homme du nom d’Arin. Pire encore, elle a eu la bêtise de lui permettre de devenir son ami… et de laisser la ville entière s’en émouvoir. Elle n’a compris qu’au dernier moment son erreur, en découvrant l’impensable : espion aux ordres de son peuple oppressé, les Herranis, le jeune homme était là depuis le début pour la trahir, pour renverser le pouvoir.
À présent, tout a changé. Kestrel a été contrainte de lutter pour sa survie. Elle a vu ses amis tomber autour d’elle et a dû supporter la douleur de la trahison d’Arin – elle dont l’éducation entière lui souffle de tout faire pour se venger. Mais, quand il a fallu choisir son camp, elle a préféré, à son tour, l’impensable : sacrifier son bonheur pour celui des Herranis, céder à un terrible chantage qui la force à tourner le dos à Arin une bonne fois pour toutes. Elle est désormais la fiancée du fils de l’Empereur. S’ouvre, à la cour, un terrible jeu d’échec où Kestrel doit mentir à tout le monde, depuis le monarque – un homme sans pitié qui se délecte de la souffrance d’autrui – jusqu’à Arin lui-même, en passant par la masse des courtisans qui n’espèrent que sa chute.
Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple !
Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

Superbe tome qui embarque son lecteur de la première à la dernière page, il est indéniable que cette suite comble largement mes attentes. Contrairement à certaine série qui s’essouffle avec le tome du milieu, montre que les bases de l’intrigue sont construites et l’intensité qui se dégage du récit m’aura valu quelques sueurs froides.

Kestral a fait un choix qui va contre son éducation choisir le camp ennemi. Aujourd’hui le traité est signé et les Herranis ont récupéré leurs terres, mais cette décision l’oblige à oublier les sentiments qui la poussent à sauver Arin. Contrainte d’honorer sa part du marché, la jeune guerrière va devoir épouser le fils de l’Empereur et sa nouvelle vie à la cour n’est pas de tout repos. A commencer par l’Empereur un homme tyrannique qui dirige d’une main de fer ses troupes et n’hésite pas à bousculer sa future belle-fille pour l’aider à prendre les bonnes décisions.

L’histoire est habilement mené, plongé en plein cœur des stratégies d’attaques et autres complots politiques, nous allons vivre au rythme de l’intrigue qui n’est jamais celle qu’on attend. Cette imprévisibilité est l’un des points forts de l’histoire, nos personnages sont sans arrêt en mouvement et on passe par une palette d’émotions : peur, tristesse, affection, surprise… et c’est justement parce qu’ils n’ont pas la capacité de décider de leur avenir que nous les voyons prendre des décisions difficiles et en tant que lecteur c’est délectable.

On voit une certaine évolution de nos personnages, notamment Kestral qui s’éloigne de la fille parfaite et l’image de guerrière s’éloigne pour montrer quelques failles, mais malgré une prise de position timide elle reste fidèle à son père qui est son modèle et à la cour elle va se retrouver face aux manipulations et stratégie qui auront des conséquences pour son futur. A noter que ce tome se concentre principalement sur la politique menée depuis la signature du traité, alors la romance est un peu relégué au second plan. Personnellement, j’ai trouvé l’évolution de l’histoire cohérente et malgré la frustration liée à la séparation, les scènes n’en sont que plus savoureuses.

Marie Rutkoski n’hésite pas à malmener ses personnages et on peut dire que ce tome prend un tournant puissant. Les rôles sont un peu inversés, Kestral est face à la solitude et n’a pas vraiment de personnes de confiance, alors qu’Arin est bien entouré et prêt à tout pour sauver son peuple de l’esclavage. On a d’ailleurs une prise de position intéressante puisque notre héroïne issue d’un milieu privilégié reconsidère ce qu’elle a appris et il y a une vraie évolution face au pratique de son peuple qu’elle réprime. Et sa prise de risque la montre sous un nouveau jour.

The Crime se démarque du précédent opus par un environnement plus sombre et on découvre par la même occasion des personnages secondaires avec du potentiel apportant de la consistante à l’intrigue déjà bien complexe. Aucun personnage n’est à l’abri, le sang va couler à flots, des morts ou blessés graves vont longer le récit dans la noirceur. On a parfois du mal à apercevoir la lumière et c’est qui rend l’histoire imprévisible, on ne sait jamais sur quoi l’histoire va rebondir. Une auteure qui pourrait paraître sadique, mais qui sait parfaitement où elle conduit son lecteur. La fin est particulièrement frustrante et ce qui rend l’attente d’autant plus longue.

Retrouvez mon avis sur The Curse #1 ICI

 

Forever Boy | Helena Hunting (Pucked #4)

img_-xbgzjm Très-bonCe roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Je suis toujours un peu angoissée de retrouver les héros d’une série fétiche, la peur de la déception après un premier avant-goût prometteur. Le pari était risqué et le défi est totalement réussi. Cette lecture a été un véritable bonheur, on retrouve à la fois un couple haut en couleur et en même temps on voit le chemin parcouru depuis tout ce temps. J’avais peur de ne pas retrouver tout ce qui m’avait séduite et cet humour unique qui caractérise Violet est à son comble, je n’aurais pas pu espérer meilleur épilogue pour ce couple.

On retrouve Alex Waters notre sexy hockeyeur qui a tout pour plaire. Il partage toujours sa vie avec sa superbe fiancée Violet Hall. Le couple est toujours aussi amoureux et ce n’est pas la distance liée au match du sportif qui vont les empêcher de donner libre cours à leur amour. Nous allons les retrouver à un moment particulier de leur vie, dans les tomes précédents l’angoisse grandissante de Violet pour son mariage était clairement un frein pour leurs projets, pourtant nous retrouvons un couple loin d’être affectée par l’absence de date et même s’ils ont une conception de vie un peu différente, ils sont fait l’un pour l’autre.

Un accident va les contraindre à revoir leur priorité, les vrais sentiments vont renaître comme au premier jour et leurs désirs vont les conduire à explorer leur passion. Ce que j’ai beaucoup aimé avec cette suite, c’est qu’il s’agit de la continuité de leur histoire. Ils n’ont pas changé et leurs échanges sont à mourir de rire, le Castor n’est jamais bien loin et le Monstre d’Alex va régulièrement visiter du pays. Tous les ingrédients qui ont fait le succès du premier opus sont présents et en prime ça dégouline d’un amour bien profond. Le couple va affronter une épreuve inattendue, mais loin de rentrer dans le drama on se concentre sur l’évolution du couple et sur la force qui les unit. On va également découvrir une nouvelle facette d’Alex, toujours aussi tendre avec sa belle il va se montrer plus vulnérable et dépendant de sa belle.

Je ne m’attendais absolument pas à retrouver l’humour déjanté de Violet, chacune de ses discussions est à mourir de rire et encore une fois, elle réussit à se mettre dans des situations dont elle a le secret. A côté de ça, Helena Hunting nous offre des scènes de sexe toujours plus érotiques, à la clé des scènes sensuelles qui font grimper la température de quelques degrés. On imagine sans mal Alex nous offrir le meilleur de lui-même pour une partie de jambe en l’air dont on se souviendra. Je n’aurais pas pu espérer meilleur épilogue pour notre couple, ils sont uniques, se sont trouvé et s’aiment à en perdre la raison. Un tome 5 est prévu, espérons qu’on pourra découvrir Lance sous un nouveau jour. A savourer sans modération.

Retrouvez mon avis sur Hard Boy #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Perfect Boy #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Big Boy #3 ICI
Lucie

Attraction | Stacey Lynn (The Affair #2)

BonCe roman est le 2ème tome d’une duologie, la chronique peut contenir des spoilers.

Je n’irais pas jusqu’à dire que ce roman faisait partie des grosses sorties que j’attendais, mais je gardais un très bon souvenir du premier opus et j’avais hâte de me replonger dans cette histoire au goût d’interdit et en même temps presque un fantasme qu’on en oublierait l’essentiel, à savoir que Laurie est marié. Je dois dire que je suis assez surprise de la tournure de ce second opus et j’aime me dire que mes lacunes concernant les évènements du tome précédent son un mal pour un bien, car j’ai eu l’impression de lire une histoire différente qui s’éloignait un peu de ce à quoi je m’attendais.

Il m’est très difficile de vous parler de mon ressenti sans trop en dire, car il va sans dire que la majorité de mes émotions liées à cette histoire sont liés au choix de l’héroïne. Stacey Lynn fait un choix assez audacieux et elle va probablement perdre nombre d’amateur du tome précédent et je ne peux pas leur donner totalement tort. J’admets néanmoins que l’écriture est très addictive et j’ai lu ce roman en quelques heures seulement, ce que je reproche surtout à ce tome et un peu au précédent au final, c’est l’abondance de scène de sexe. Laurie est dirigée par sa libido, elle ressent de l’attirance malgré elle, elle pense et rêve de sexe pendant une bonne partie de la journée et bien souvent le manque de communication avec ses interlocuteurs la conduisent par régler leur problème les quatre fers en l’air.

J’admets néanmoins que malgré ses doutes, Laurie commence à réfléchir à ses choix et elle arrive à se reprendre plutôt bien en main. Il faut dire qu’elle n’a pas été gâtée entre Liam qui n’a pas hésité à lui mentir et James qui l’a trompée avec sa meilleure amie, elle va devoir reconsidérer ses choix et choisir à qui elle accorde sa confiance entre les deux hommes de sa vie. Lors de ma lecture, je ne me posais aucune question et je laissais les lignes me guider jusqu’à la dernière page, mais après réflexion j’ai trouvé que ça manquait d’émotion, tout se règle trop facilement et j’attendais malgré tout davantage qu’une histoire d’attirance entre une femme paumé et deux hommes que tout oppose.

En bref, même si l’intrigue manque de profondeur et que les personnages pourraient être plus aboutis, la lecture est agréable et rapide, sans compter un style d’écriture de l’auteure entraînant. Je tenterais l’expérience du tome 3 qui semble-t-il va s’intéresser à un nouveau couple.

Retrouvez mon avis sur Séduction #1 ICI
Lucie