À la recherche de Sarai | J.A. Redmerski (Company of Killers #1)

Résumé :

« Je voudrais que Victor ne me quitte jamais. J’avais déjà du mal à supporter l’idée d’être séparée de lui, mais à présent… C’est encore pire. Nos âmes sont liées à jamais, qu’il l’admette ou non. Nous ne formons plus qu’un et je ne peux même plus imaginer de vivre sans lui.. »
Sarai n’a que quatorze ans quand sa mère l’abandonne au Mexique entre les mains d’un trafiquant de drogue. Neuf ans plus tard, elle n’a plus peur de rien et ne rêve que d’évasion. Persuadée de trouver un allié en Victor, un tueur à gages engagé par l’homme qui la séquestre, elle profite d’une visite de celui-ci pour monter dans sa voiture.
Même la jeune femme ne tarde pas à découvrir que Victor est aussi dangereux que le criminel auquel elle vient d’échapper. Pourtant, quelque chose en lui l’attire et la rassure. Et au lieu de le fuir, elle se découvre prête à tout pour ne plus le quitter.
Merci aux éditions Milady et Net Galley pour ce roman

J.A. Redmerski est une auteure que j’affectionne particulièrement depuis que j’ai découvert Loin de tout. Ce superbe roman, c’est ma première immersion dans le New Adult et c’est une première histoire d’amour qui a marqué le début de beaucoup d’autres. J’ai tendance à penser qu’elle est capable du meilleur comme du pire, depuis une immense déception après ma lecture de La Ballade des lucioles. J’ai tendance à penser qu’il ne faut jamais tenir rigueur des éventuelles incompatibilités, alors bien évidemment l’annonce de Company of Killers c’était l’occasion de retrouver une place que j’apprécie, dans un registre très différent et pour le coup ne vous fiez pas à la collection, car l’histoire est aussi dégoulinante de sang que la couverture le laisse supposer.

Sarai est une héroïne surprenante, captive depuis neuf ans d’un trafiquant au Mexique la jeune femme n’a rien d’une prisonnière effrayée. Sa rage et sa colère, lui ont permis de survivre et même si elle n’a plus personne depuis que sa mère l’a laissé au Mexique à l’âge de quatorze ans, elle est déterminée à s’enfuir. Pas totalement suicidaire, elle est consciente qu’elle n’irait pas loin seule. La visite d’un américain venu pour affaire lui offre une porte de sortie qu’elle n’est pas prête à laisser passer et même si c’est un tueur à gages, rien ne peut être pire que ses conditions de vie actuelles, saisissant sa chance elle décide de se cacher dans sa voiture.

Notre héroïne ne va probablement pas plaire à tout le monde, mais j’ai apprécié son caractère. D’abord un peu instable, elle va nous prouver qu’elle a appris à n’avoir plus peur de rien et contre toute attente la jeune victime va prendre un chemin beaucoup plus sombre. Jusqu’ici les schémas sont souvent les mêmes, l’évasion, la liberté et le besoin de normalité. Ici on est loin de prendre le chemin de la facilité et Sarai va avoir quelques passages à vide, mais il est indéniable que c’est une femme forte avec un potentiel pas encore totalement découvert. Au contact de Victor, elle va découvrir une nouvelle vie et malgré le danger, elle va très bien apprivoiser la situation.

Victor souffle le chaud et le froid et ses émotions sont difficilement perceptible, mais c’est un homme dangereux. Beaucoup de questions demeure concernant son histoire, mais rien d’étonnant que ce premier opus ne dévoile pas tout. Sans compter qu’il va longtemps rester insensiblement et ça attire forcément la curiosité tant sur son passé, que sur son activité professionnelle. Sa froideur m’a parfois un peu dérangé et ça n’aide pas à favoriser l’attachement à son personnage, notamment car on a du mal sa carapace fondre. Entre le héros du début et celui de la fin, les choses ont changé sans que l’on le perçoivent et c’est cet aspect qui m’a un peu frustré. Sans compter que la romance est loin d’être au centre de l’histoire et j’attendais un rapprochement plus perceptible.

Une histoire sombre, mais un potentiel pour ce premier opus. J’ai apprécié l’alternance de point de vue entre Sarai et Victor, ce qui permet d’avoir accès aux émotions de nos personnages. L’intrigue est bien ficelée et ce n’est jamais linéaire, des éléments nous sont communiqués au compte goutte et il y a parfois des éléments qui créent la surprise. Un premier opus orignal qui change un peu de ce que j’ai lu jusqu’ici et même si l’histoire n’a rien de novatrice, on passe un bon moment et je suis impatiente de lire la suite qui promet une romance plus présente.

Publicités

Something Wicked | Nancy Bush & Lisa Jackson (Wicked #3)

ImpressionMoyenCe livre est le 3ème tome d’une saga, la chronique peut contenir des spoilers.

C’est toute contente que j’ai débuté ce troisième volet de la série Wicked et j’ai rapidement déchanté. Je l’ai trouvé complètement différent des précédents et à aucun moment je ne me suis attaché aux personnages et très sincèrement j’ai été un peu dépassé par l’intrigue, qui traîne en longueur.

Nous faisions la connaissance de l’inspecteur Savannah Dunbar dans le tome précédent, où nous apprenions qu’elle allait être la mère porteuse du bébé de sœur Kristina et son mari Hale. Difficiles avec un métier comme le sien d’être une femme, mais quand s’ajoute la grossesse les hommes deviennent des mufles, pourtant elle a réussi à concilier son métier et sa grossesse dans les meilleures conditions possibles. Je me souvenais vaguement que nous terminions le second opus avec la découverte du corps de Marie, appartenant à la communauté du Chant des Sirènes. Catherine sa sœur décide contre toute attente de demander de l’aide auprès du bureau du shérif, lors de cette visite elle décida d’accorder sa confiance à Savyy, pour découvrir l’ADN de la personne qui aurait tué sa Marie. A côté de ça, une série de meurtres voit le jour et Savyy s’occupe d’enquêter auprès de son beau-frère.

J’ai été assez perturbée par ce tome, d’abord je ne me souvenais pas du double meurtre qui est survenu dans le tome précédent et c’était la base de l’enquête. Ensuite, une seconde enquête voit le jour sur demande de Catherine et j’ai été un peu perdue par ses deux enquêtes. Sans compter qu’on s’intéresse à pas mal de personnages. Savyy, Hale, le meurtrier, Kristina ont la parole. Et je ne vous cache pas que j’ai été un peu dépassé par toutes ses informations qui arrivent et qui pour moi n’avaient aucun lien. L’histoire personnelle de Savyy va prend une place importante dans l’histoire, car Hale et Kristina sont en pleine crise et la grosse de Savyy est dans tous les esprits. Bien que l’héroïne ne soit pas issue du Chant des Sirènes, le paranormal est toujours très présente, notre meurtrier a soif de vengeance, il le fait savoir et abuse de son don à mauvais escient, ses victimes n’ont qu’a bien se tenir.

Après, qu’est-ce qui m’a dérangé ? Eh bien, tout d’abord le résumé qui est très éloigné de l’intrigue. L’enquête qui occupe le plus de temps à Savyy concerne le double meurtre et celle du Chant des Sirènes n’est que secondaire, on ne s’y intéresse réellement que lorsqu’un élément troublant vient aux oreilles de l’inspectrice. Ensuite, les personnages n’ont pas réussi à me convaincre, leurs relations sont superficielles, sans aucune profondeur. Et je ne parle pas même pas de Savyy / Hale, je cherche toujours le début d’attirance présenté dans le résumé. Leur relation est purement familiale et à aucun moment je n’ai senti d’ambiguïté comme annoncé. Il m’a manqué la petite étincelle.

En bref, une enquête qui n’a pas réussi à me convaincre. Je ne suis passé par aucune émotion et même lors du dénouement, je n’ai pas frissonné. Tout est creux et pour moi ça n’a pas fonctionné. Un troisième tome décevant pour lequel j’attendais plus d’émotion et qui n’a pas réussi à m’emporter. Je laisse une ultime chance au tome final. Je termine avec un goût d’inachevé, une pointe de déception.

Retrouvez mon avis sur Wicked #1  ICI
Retrouvez mon avis sur Wicked #2  ICI
Signature Lucie

Péril Mortel | Mary Burton (Texas Rangers #3)

ImpressionTrès bonLorsque le cadavre de Rory est découvert, tout laisse penser à un suicide par pendaison. Pourtant le Texas Ranger Tec Bragg est persuadé du contraire, ses investigations vont le mener jusqu’à Greer Templeton qui avait rencontré le jeune homme durant son adolescence, douze ans plus tôt. Lorsqu’un second cadavre avec le même mode opératoire est découvert, Bragg est convaincu que le passé de Greer est lié à cette série de meurtre d’autant plus que ces amis, avaient tous tentés de se suicider.

On a plus ou moins une enquête à trois voix, Bragg et Greer sont au centre de l’histoire, mais le tueur se dévoile au cours de ses rituels et chaque meurtre apporte de nouvelles informations, sur son identité. Les Texas Rangers, vont se heurter à des familles de riches avec des secrets enfouis, toutes leur vie ils ont payé pour faire disparaître les vilains secrets de leur enfants et ce n’est pas grâce à leur coopération qu’ils pourront comprendre les causes exactes de ses meurtres, puisqu’ils sont convaincus que leur enfant s’est suicidé et dans ces cas-là, préserver les apparences face aux autres compte plus que tout.

Dès notre première rencontre avec Greer, on voit qu’elle est sauvage et qu’elle est solitaire. Un évènement de son passé a brisé sa vie et ses espoirs d’avenir. Son vignoble c’est toute sa vie, ses journées ne sont consacrées qu’à son travailler, son exploitation et le reste n’a aucune importance. Elle fuit la foule  et ne prend pas le temps de penser à elle. Pour rendre service à tante décédée quelques mois plus tôt, elle va décider de venir en aide à un ex-militaire traumatisé par la guerre en lui proposant du travail. Mitch Bragg, est tout aussi sauvage et malgré ses réticences, il va lui donner une chance.

La frontière entre le professionnel et le personnel ne tient qu’à un fil. En apprenant que sa principale suspecte, a embauché son neveu, Bragg va garder à l’œil Greer. Même si en vérité, c’est davantage l’attirance qu’il a pour elle, que ses inquiétudes qui vont le faire s’intéresser à la jeune femme. A travers ses yeux, il voit toute la souffrance qu’elle garde au fond d’elle. Je n’aurai pas été contre creuser un peu son personnage, on sait très peu de choses à son sujet, quelques bribes d’information concernant son enfance sont lâchées, mais pas suffisamment pour dresser un portrait précis de notre homme.

Le récit est marqué par les cauchemars de Greer, nous permettant de mieux comprendre ce qui s’est passé dans son adolescence et on réussit à dresser un portrait des personnages qui se font assassiner. Le nom du tueur est connu rapidement, mais reste à déterminer sous quel personnage se cache le suspect. L’enquête, n’en est pas vraiment une, les meurtres arrivent les uns après les autres et Bragg obtient ses informations de Greer et on ne suit pas une enquête linéaire, on attend simplement le moment où il s’en prendra à Greer afin que son identité soit dévoilée. Ce n’est pas un aspect dérangeant de l’histoire, car tout est très bien mené. La romance m’a un peu manquée et c’est dommage que les choses ne soient pas allé plus vite entre eux, mais je suis globalement satisfaite.

Retrouvez mon avis sur Texas Ranger #1  ICI
Retrouvez mon avis sur Texas Ranger #2  ICI
Signature Lucie

Pour briser le silence | Eileen Carr

ImpressionTrès bonAimée Gannon psychiatre passionnée par son métier, est réveillée au milieu de la nuit par un coup de fil de l’inspecteur Josh Wolf. L’une de ses patientes a été retrouvée près des cadavres de ses parents, totalement mutique et dans une détresse telle qu’elle s’est totalement renfermée sur elle-même. Le seul moyen d’élucider les origines des meurtres, c’est de réussir à comprendre le silence de Taylor. Et la présence de Josh, ne fait accentuer son attirance pour le sexy inspecteur qui est déterminé à connaître l’identité du tueur, quitte à soupçonner la jeune patiente que Aimée souhaite protège corps et âme.

Aimée, souhaite par tous les moyens à prouver que Taylor n’est pas à l’origine du meurtre de ses parents, alors que Josh la place en haut de la liste des suspects. Elle va s’investir totalement pour briser le silence dans lequel s’est muré la jeune femme, en étudiant le dossier de la jeune femme et cherchant l’origine des symboles qui apparaissent sur la scène de crime et dans des dessins. Parallèlement Josh et sa coéquipière Elise, vont enquêter avec les éléments qu’ils ont à leur disposition, étalant par la même occasion une belle amitié. Pour la première fois, l’intrigue s’éloigne des éternels tueurs en série. Je dois dire que j’ai adoré la manière dont l’enquête est menée, chaque élément est cohérent, chaque interrogatoire suit un schéma logique et apporte des preuves supplémentaires.

En parallèle de l’enquête principale, vient se mêler l’histoire personnelle de Aimée, qui a subis un traumatisme deux ans plus tôt. Alors qu’elle donne l’image d’une femme sûre d’elle et qui se bat constamment contre Josh, dans la sphère privée, c’est une femme apeurée qui n’arrive pas à oublier son passé et qui ne dort plus sur ses deux oreilles depuis que l’homme en question est sorti de l’hôpital depuis six semaines. Grâce à l’alternance des points de vue, on comprend que deux enquêtes s’entrecroisent et que le passé de Aimée revient la hantée, s’immisçant dans l’enquête en cours. La compassion de l’une et la détermination de l’autre vont les rapprocher, avec un but commun découvrir ce qui s’est passé lors de cette nuit macabre. Le passé et le présent de Taylor sont étroitement liés.

Un excellent thriller romantique, mené d’une main de maître, Eileen Carr a su trouver le bon dosage entre une romance adorable et une enquête captivante. Bien que la romance soit au second plan, les personnages réussissent à nous envoûter par leur histoire personnelle. Une lecture qui mélange frisson et sentiment, une enquête crédible et une romance agréable. Une auteure, qui sait où nous emmener.
Signature LuxnBooks