Pennies | Pepper Winters (Dollars #1)

Résumé :

« — Tu m’es reconnaissante ? De t’avoir sauvée ? Eh bien, tu ne devrais pas. Je ne suis pas le héros dans cette histoire. Je suis un méchant de plus. Tu ferais mieux de t’en souvenir. »
Autrefois, quand j’avais dix-huit ans, j’étais étudiante en psychologie. Maintenant, je suis la propriété d’un homme. Volée et vendue, je suis couverte de bleus depuis le jour où mon monde a changé, il y a deux ans. Je souffre en silence, je brûle de retrouver ma liberté.
Et puis, il est arrivé. Elder Prest, le seul homme qui me regarde et qui me voit. Le seul qui soit plus cruel encore que mon maître. Il me veut pour des raisons que je ne comprends pas. Il me prend l’espace d’une nuit, puis il s’en va sans un regard en arrière. Jusqu’à ce qu’il revienne. Et que la vie devienne bien plus compliquée.
Merci Milady pour cet envoi.

Très bonne surprise en refermant cette sombre histoire qui aura mis jusqu’à la dernière page mes nerfs à rude épreuve. Dans sa précédente série « Monster in the Dark », j’avais apprécié le style de Pepper Winters, mais j’avais cette réserve par manque d’affectif entre les personnages, l’aspect Dark Romance était trop ancré dans la noirceur et pas assez dans l’émotion. Ici malgré le sujet très violent, l’alchimie entre les héros a immédiatement provoqué une réaction et même si « Pennies » ne révolutionne pas le genre, tout est réuni pour adhérer.

Elle n’avait que dix-huit quand un homme l’a enlevé et vendu. Aujourd’hui deux ans plus tard, elle s’est habituée à l’enfer sur terre et malgré les souffrances toujours plus importantes, elle conserve une force de caractère assez impressionnante. Son quotidien n’est que brutalité, pourtant elle parvient malgré tout à rester impassible et souffrir en silence. Ces pensées bien que sombres ne sont pas dénuées de tout espoir et c’est ce qui rend son personnage surprenant. La plupart de son corps est brisé et elle est parvenu à garder sa rage intacte sans que son esprit ne soit trop brisé. Et cette manière de gérer les souffrances qui en font une héroïne exceptionnelle.

L’arrivée d’Elder Prest dans son cauchemar va réévaluer les conditions de sa captivité et un simple regard va lui montrer la prestance de cet homme, bien plus puissant que son maître. Comme je le disais plus haut, l’alchimie est indéniablement forte et bien qu’aucun contact ne soit possible entre eux, un lien va les rapprocher malgré eux. Pourtant après deux ans, elle n’est plus la même et les traces de sa séquestration sont visibles sur son corps. Il est loin d’être un homme bon et il respire le danger, pourtant aucun comparatif n’est possible avec son geôlier. Il inquiétant et pourtant bien moins barbare que son maître, sa brusquerie s’apparente beaucoup plus à de l’inquiétude et on a une forme de respect pour cet homme mystérieux.

Ce roman est destiné à un public averti tant le sujet est difficile, mais les scènes violentes sont habilement menées puisque tout est suggéré à la manière d’un journal intime, sans jamais avoir le détail de la brutalité. C’est très subtil et l’imagination fait le reste. Sa rencontre avec Elder Prest va dans un sens chamboulé la vie qu’elle subit et même si l’histoire prend du temps avant de se mettre en place, on ressent le besoin de les voir ensemble.

On constate que Pepper Winters a une vraie sensibilité pour l’écriture de Dark Romance et avec cette nouvelle série elle parvient à véhiculer l’image monstrueuse de maître A. tout en préservant ses lecteurs des barbaries.  Les pensées de notre héroïne suffisent à faire froid dans le dos et même si Elder Prest n’est pas un ange, on voit parfaitement qu’il a des valeurs, et dans la suite on devrait continuer sur la Dark, tout en instaurant je l’espère une relation de confiance. Beaucoup d’interrogations demeurent sur l’avenir, mais comptez sur moi pour être là ! Bref vous l’aurez compris, cette nouvelle série me ravit et je suis réellement impatiente de découvrir ce que la suite nous réserve, car cette Dark Romance m’a vraiment beaucoup plu.

Publicités

La loi du silence | Tillie Cole (Hades Hangmen #5)

Résumé :
 « Quand il m’embrassa, le monde s’évanouit. Toute la douleur, tous les démons qui assombrissaient mon esprit disparurent dans un merveilleux néant, chassés par son parfum qui me consumait, éloignant les ténèbres. »
Sergent des Hades Hangmen, Xavier « AK » Deyes est hanté par ses démons. Lorsque l’occasion se présente de racheter ses erreurs passées, le jeune homme est déterminé. Il se porte volontaire pour accomplir une mission délicate : infiltrer un groupe de trafiquants afin de sauver Phebe des griffes du mystérieux Meister. AK reconnaît immédiatement en cette jeune femme qui n’a connu que souffrance depuis son enfance dans une secte sordide, une âme soeur en quête de rédemption. Ensemble, ils pourront enfin affronter les fantômes de leur passé et peut-être trouver l’amour…
Je remercie les éditions Milady pour l’envoi de ce roman.

Un cinquième opus qui parvient à se démarquer, tout en concervant les émotions qui m’avaient tant plu dans les précédents. Certains trouveront qu’on est dans la surenchère, pour ma part la magie opère toujours avec la plume de Tillie Cole et ce tome apporte une touche d’espoir qui m’a ému. La fragilité qui ressort des deux héros rend cette histoire encore plus troublante et la violence vécue fait toujours bondir mon cœur face à tant d’injustice et des croyances absolument abjectes et révoltantes. Préparez-vous à approuver de vives émotions.

Phebe a été élevé dans une religion qu’elle n’a jamais contestée, pour elle la vie qu’elle avait dans la communauté a toujours été en accord avec ses croyances. Seulement après plusieurs années à accepter sa souffrance et celle des autres, la jeune femme a commencé à remettre en cause ses convictions et bien que faible, les premiers signes de révoltes vont progressivement se déceler dans les autres tomes. Je me mets à la place de cette sœur, qui n’a jamais rien connu d’autres et participe aux croyances d’un peuple en décalage avec l’extérieur. Difficile d’oser s’émanciper quand ta seule famille est à tes côtés, pourtant à travers des gestes désintéressés ce personnage va nous montrer qu’elle est une belle âme et qu’elle aussi mérite d’être sauvée. Phebe n’aurait jamais cru ses sauveurs seraient les Hades Hangmen et AK est déterminée à la sortir de cet enfer.

Xavier « AK » Deyes est hanté par les erreurs de son passé, l’une d’elles a besoin de son aide pour s’en sortir, alors lorsque le Vice-Président envoi des hommes pour sortir la sœur de sa femme des grilles Meister, un membre du Klan, AK n’hésite pas et le sergent est prêt à tout pour récupérer cette superbe rouquine qu’il a laissée derrière lui. Immédiatement face aux démons de Phebe il ressent un écho à ses propres souffrances et alors qu’il pensait avoir laissé le passé derrière lui, il est envahi par sa propre souffrance menaçant de tout engloutir sur son passage. Venir en aide à cette superbe jeune femme c’est mettre en sourdine ses propres fantômes, tout est réuni pour se perdre corps et âme l’un dans l’autre. Et lorsque le passé ressurgit, préparez-vous au pire.

Ce tome s’éloigne un peu des pratiques du club et même si les bikers ne sont jamais bien loin, on ressent que AK n’a pas été élevé au sein du club. Les mentions de l’extérieur sont beaucoup plus présentes et j’ai apprécié découvrir le parcours de ce sniper qui à contribuer à intégrer de nouveau membres, tel que Flamme et qui malgré son passé, fait partie intégrante du trio de psychopathe. Les épreuves que nos héros ont traversées ont contribué à ceux qu’ils sont désormais et immédiatement j’ai ressenti de l’attachement pour AK qui n’a pas eu une vie facile et il est appréciable de voir la vie lui sourire un peu avec l’arrivée de Phebe à ses côtés. Les évènements s’enchainent de manière cohérente et une nouvelle intrigue semble se profiler. Sans compter que la jeunesse semble avoir beaucoup à offrir.  Il me tarde de lire le prochain tome ! Ma seule crainte réside dans le fait que les tomes sont de plus en plus durs et j’ai peur de découvrir jusqu’où nos personnages vont souffrir.

Mon avis sur Hors la loi #1 ICI
Mon avis sur Sans foi, ni loi #2 ICI
Mon avis sur La loi d’attraction #3 ICI
Mon avis sur Au-dessus des lois #4 ICI

Larmes sincères | Pepper Winters (Monster in the Dark #4)

Résumé :

« Q, je suis à toi, pas seulement dans cette vie, mais pour toujours. Je te suivrai dans le malheur, la détresse et l’adversité. Je me battrai à tes côtés car là réside notre passion. Et lorsque cette vie prendra fin, je t’attendrai dans la prochaine. Car un amour comme le nôtre est unique. Tu m’as démolie. Ravagée. Tu m’as détruite en me choisissant pour épouse. »
Q a été enlevé par ses ennemis et Tess, dévastée, est plus déterminée que jamais à sauver son âme soeur. Même si cela signifie tuer à nouveau ! Avec l’aide de Franco et des hommes de main de Q, Tess se lance à la recherche de l’homme qu’elle aime et devra sillonner l’Europe. Mais alors qu’elle touche au but, une peur grandit en elle : dans quel état va-t-elle retrouver Q ? Et si ce qu’il avait traversé l’avait changé au point qu’il ne veuille plus unir sa vie à la sienne ?
Âmes sensibles, s’abstenir !
Ce roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Assez surprise par la taille du roman, j’ai fini par faire quelques recherches et découvrir que ce dernier opus n’était en réalité qu’une nouvelle, mais assez gâté par le nombre de pages et également ravie d’aborder un tome plus basé sur les émotions de nos héros. Jusqu’ici on avait abordé à de nombreuses reprises le côté romance sombre et la pratique de nos héros étaient mise à l’honneur, ici on va s’intéresser de manière rapide aux démons non avoué de chacun et l’épilogue est plutôt réussi, qui réussi à transmettre l’angoisse de la séparation.

On retrouve nos héros là où on les avait laissé et ma situation dégénère complètement, Tess se retrouve seule avec un garde du corps mal en point et un amant introuvable, qui ne cesse de raviver la colère qu’elle a en elle. A travers six long chapitres, nous allons grâce à l’alternance des points de vue suivre nos héros dans leur quête de liberté, tous les deux animés par la rage de retrouver l’autre et d’en finir avec ceux qui essaye de les séparer. Tess prend peu à peu conscience de sa force et Q. nous montre une facette plus humaine de lui.

Ce dernier opus m’offre enfin l’aspect romantique de la relation Tess et Q, et la force de leur sentiment ne fait aucun doute. Certes leur relation est peu conventionnelle, mais  ils ont toujours assumé pleinement leur désir déviant  et finalement ce tome c’est l’occasion de montrer à leur entourage qu’ils se sont trouver dans la noirceur. Ravie de ce dernier opus qui met l’amour à l’honneur et s’attèle à montrer ses héros sous leur meilleur jour.

Une série surprenante qui m’aura rendu à la fois mal à l’aise et impatiente. Je n’ai pas forcément apprécié tous les aspects de la relation et l’obscurité occupe un place central dans l’histoire, mais les sentiments sont partagés et cette série montre une manière différente de s’épanouir. Certes la lecture du premier tome est surprenante, mais c’est surtout une histoire de désir assumé, car aucun des deux n’étaient prêt à avouer ses goûts particuliers et une fois que tout éclate au grand jour, ils sont heureux d’avoir assumer leur fantasme donc même si cette série ne plaira pas forcément à tous les amateurs de romance, on termine sur une note positive et romantique.

Retrouvez mon avis sur Larmes amères #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Larmes brûlantes #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Larmes silencieuses #3 ICI

Larmes silencieuses | Pepper Winters (Monsters in the Dark #3)

Résumé :

« Les larmes me montèrent aux yeux. Je ne demandais qu’à croire à ces promesses. Son corps se contracta, ses mains me broyèrent les cuisses et sa voix se mua en grondement.
– Et quand tu seras heureuse à nouveau, je te prendrai avec une violence à te faire hurler. Je te montrerai combien tu me rends heureux en acceptant d’être mon épouse. »
Tess ne parvient toujours pas à oublier ceux qui l’ont torturée et doit à présent se reconstruire. Q désire l’épouser et par-dessus tout la sauver de ses cauchemars. Après avoir trouvé comment guérir Tess, il décide de l’emmener à Paris afin de lui faire signer un contrat de mariage, la désignant comme sa seule héritière. Mais alors que tous les deux passent la nuit la plus torride de leur vie dans un palace à Rome, Q est rattrapé par ses ennemis. Cette fois-ci ce sera à Tess de se battre corps et âme pour l’homme qu’elle aime.
Merci aux éditions Milady pour l’envoi de ce roman

Un troisième opus qui continue de m’étonner, cette série me laisse un sentiment mitigé et pourtant l’envie de découvrir l’évolution des personnages est toujours plus forte. Dans cette suite, on s’éloigne du schéma des tomes précédents et le côté Dark, laisse la place à un aspect plus poussé sur le psychique. Il faut dire que suite aux évènements du tome précédent, notre héroïne n’est plus la même.

Bien évidemment, l’aspect érotique n’a pas complètement disparu et nos héros ont toujours une forte connexion qu’il est impossible de détruire. Ils ont tous les deux découvert un nouvel aspect de l’autre et ce tome c’est celui de la reconstruction et face à des réactions inattendues ils vont devoir revoir leur manière de fonctionner. Tess est dans une phase difficile et ça va impacter tout ce qu’elle prenait pour acquit. J’ai apprécié la découvrir sous un nouveau jour et ma déception va plutôt du côté de Q. Ses motivations sont très égoïstes et même s’il s’ouvre un peu plus, son tempérament est parfois difficile à apprécier. A de nombreuses reprises, il ne pense qu’à ses besoins et certes la relation entre nos héros est peu conventionnelle, mais j’aurais apprécié un sursaut de tendresse.

Bien que ce tome mette davantage en avant le côté romantique, on reste dans une relation particulièrement sombre et il est parfois difficile de déceler la sincérité de leurs émotions. On tourne beaucoup autour de l’attirance sexuelle et de la compatibilité de leur besoin, mais il me manque parfois des sentiments plus humains et moins tournés vers leur désir sexuel, sans compter qu’ils sont dans une relation où la confiance est primordiale, mais pourtant les secrets sont encore très présents et on frôle souvent les abus. J’ai toujours tendance à chercher l’amour dans les romances érotiques et c’est vrai que celui-ci met bien plus en avant la sexualité. A de rares moments on entrevoit des décisions qui confirme l’attachement, mais finalement ça reste assez froid.

Néanmoins malgré quelques longueurs, la fin tire son épingle du jeu avec un final qui suscite immédiatement l’envie de poursuivre pour obtenir des réponses. Cette série n’est pas à mettre entre toutes les mains et la suite promet encore quelques scènes de violence. J’ai moi-même du mal à expliquer ce qui m’attire dans cette lecture, mais les pages défilent sans difficulté et le couple de héros s’aime à sa manière. On est loin d’une série coup de cœur, l’originalité du récit peut me surprendre.

Mon avis sur Larmes Amères #1 ICI
Mon avis sur Larmes Brûlantes #2 ICI

Zane | Rachel Van Dyken (Famous Love #2)

Résumé :

« Cela faisait quatre jours que la musique me venait. Quatre journées fortes d’émotions que je ressentais pour la première fois en deux ans.
Le seul problème, c’était elle.
Tout bon artiste a sa muse. J’avais trouvé la mienne. Et je n’étais pas certain de vouloir la laisser partir. »
Zane « Saint » Andrews mène une vie de rêve. Chanteur de rock aussi talentueux que sexy, il est adulé par des milliers de fans. Pourtant, derrière la star sulfureuse se cache un homme sensible. Peinant à surmonter son anxiété, Zane se réfugie dans la tranquille ville de Seaside, où il espère trouver l’inspiration pour son prochain album. C’est alors qu’il rencontre Fallon. Cette jeune femme au caractère bien trempé le comprend comme personne. Et pour la première fois depuis des années, le chanteur se sent enfin lui-même. Mais leur relation ne tarde pas à mettre au jour des secrets susceptibles de détruire la réputation et la carrière de Zane…
Merci aux éditions Milady pour l’envoi de ce roman

On peut dire que Rachel Van Dyken a l’art du teasing, puisqu’elle a réussi à attirer mon attention sur un personnage qui n’était même pas le héros et passages en sa présence n’ont fait que renforcer mon envie. Ce tome est un mélange parfait d’humour et d’émotions. Zane est un personnage haut en couleur en société et une fois les premières révélations, difficile de ne pas éprouver de la sympathie pour ce héros pas comme les autres.

Le personnage de Zane est complexe, il est facile de se faire une idée de l’homme qu’il est et son côté insouciant ne fait qu’accentuer cette impression. Bien qu’il soit impulsif et parfois hors de contrôle c’est lorsqu’il est sous pression que son côté obscur refait surface. Tout le monde pense connaître Le Saint, chacun est prêt à tout pour l’approcher. Pourtant malgré son apparente désinvolture, son passé l’a profondément marqué et célébrité est un rappel constant de la souffrance qui l’habite. Cette fragilité en fait un personnage très touchant et bien que ses traits de caractère soient un peu poussés, Zane est un personnage qu’il est facile d’apprécier.

C’est également l’occasion de faire de nouvelles rencontres, Fallon est une héroïne profondément gentille et sa normalité, c’est ce qu’il fallait à notre héros qui n’avait jamais été approché sans arrière-pensée. Cette jeune femme, c’est une vraie bouffée d’air frais et malgré ses doutes, elle va s’avérer être d’un grand secours à Zane. Sa capacité à écouter les souffrances, va lui permettre d’être la seule à comprendre cet artiste torturé. J’ai ri à leur première rencontre, été touché par la naissance de leur amitié et conquise par la confiance qu’ils vont s’accorder. J’ai trouvé Fallon un peu cliché et on s’intéresse un peu trop à son physique, mais elle est touchante.

Nous avons une belle alchimie entre les personnages, Zane et Fallon vont développer un lien particulier qui va leur permettre de se comprendre mutuellement et surmonter les souffrances. Ce fût un plaisir de retrouver cette bande d’amis soudée et c’est tellement dommage de ne pas connaître leurs histoires respectives. Un peu déçu également concernant l’absence de traduction des chansons écrites par Zane, elles étaient le reflet des émotions de notre héros et j’ai eu du mal à saisir ces révélations à cœur ouvert. Les derniers chapitres réussissent encore une fois à mettre l’accent sur le personnage du troisième opus et c’est avec impatience que j’attendrais l’histoire de Will. Moment détente assurée et une auteure qui nous embarque dès les premières pages.

Retrouvez mon avis sur Lincoln # ICI