Passion Irrésistible | Jay Crownover (Clash #4)

Résumé :
Deux cœurs brisés. Un désir irrépressible.
Se faire discrète, presque invisible, se tenir à distance, toujours sur ses gardes… Voilà ce qu’est devenue la vie de Poppy depuis qu’elle a été trahie par l’homme qui avait juré de l’aimer et de la protéger. Alors quand Hudson Wheeler, avec ses airs de bad boy et son charisme fou, surgit dans sa vie, elle ne peut s’empêcher d’être méfiante et… excitée ? Oui, pour la première fois depuis des années, elle se sent irrésistiblement attirée. Et, face à cet homme qui ne semble plus voir qu’elle, elle sait qu’elle a un choix à faire : mettre à nouveau son cœur en danger, ou disparaître…

L’une de mes plus belles lectures doudous de cette année, vous l’aurez sans doute remarqué mais je peine à décoller dans mes lectures et les coups de cœur pour cette année n’ont pas réussi à émerger. Dès la première rencontre avec la douce et tourmentée Poppy, il était indéniable que cette superbe âme puisse trouver sa moitié. Jay Crownover a réussi à se surpasser pour cet opus et remplit ses promesses en nous offrant une histoire comme elle n’en avait jamais écrite. Dès les premières lignes tout n’est que douceur et encore une fois l’avant-propos nous touche en plein cœur. Très belle conclusion pour une série spin-off qui aura fait durer l’aventure pour le meilleur.

Quand on connaît le style de Jay Crownover, on peut facilement s’interroger sur ce qui allait nous attendre, car elle est Brut de décoffrage. Sans grande surprise cette grande auteure nous offre l’une de ses histoires les plus touchantes. On est face à deux personnages avec le cœur brisé, qui tente de remonter la pente malgré la souffrance. A commencer par Poppy qui a vécu une histoire traumatisante et qui a conservé des séquelles difficiles à surmonter, on pourrait croire que Wheeler aurait tout pour l’effrayer et pourtant entre ces deux-là c’est le début d’une confiance sans failles qui va les aider à s’en sortir. Jusqu’ici la sensibilité des personnages n’avait jamais vraiment été perceptible et ici tout fonctionne à merveille, comme une évidence.

Du côté de notre héros, nous avons un bon books boyfriend et bien évidemment notre charmant garagiste a un corps qui fait rêver, le tout avec la marque de fabrique de Jay, puisque cet apollon utilise son corps comme une œuvre d’art. J’ai apprécié qu’on ne tombe pas dans le cliché du mec tatoué effrayant, immédiatement il parvient à cerner les craintes de Poppy et c’est grâce à son côté apaisant qu’il va réussir à l’attirer à lui. Bien évidemment le chemin est long, mais Wheeler est d’une douceur qui en fera craquer plus d’une et d’un autre côté, il conserve une aura très bestiale. Bref vous l’aurez compris, tout est réuni pour succomber à cette romance craquante.

Du tout côté de l’histoire, on prend le temps de découvrir nos personnages et bien qu’on ne rabâche pas le passé amour compliqué de nos héros, les choses sont amenées subtilement. Contrairement aux autres romans de l’auteure, il était indispensable que nos héros aient le temps de s’apprivoiser pour voir débuter quelque chose de durable. Avec leurs bagages émotionnels il était inconcevable qu’ils succombent avant d’obtenir une totale confiance et je pourrais même dire qu’ils se sont trouvés de la plus belle des manières. Le rythme de l’histoire est agréable et bien sûre la superbe plus de Jay vous entraînera pour la plus belle des histoires. Addictivité garantie.

Mon avis sur Passion brûlante #1 ICI
Mon avis sur Passion coupable #2 ICI

Publicités

In Flames | Abbi Glines (Rosemary Beach #14)

Résumé :
Égoïste, peste, capricieuse : la réputation de Nan n’est plus à faire.Mais sous ces dehors se dissimule un immense besoin d’amour. Et même si elle passe du bon temps avec Major, elle commence à en avoir assez de ses manières frivoles. Surtout depuis qu’elle a rencontré le mystérieux Gannon.
Entre Major qui lui réclame une seconde chance et Gannon qui hante ses rêves, Nan doit faire un choix. Ce qu’elle ignore, c’est que tous deux sont impliqués dans des combines qui la dépassent, et de loin…

Une série qui aura marqué mes débuts dans le new adult, et on clôture par une héroïne unique qu’on a probablement tous détesté. Je pense ne pas être la seule à avoir eu quelques appréhensions à découvrir l’ennemi public numéro 1 de Rosemary Beach. Hormis une petite déception sur la direction qu’a prise l’intrigue, j’ai apprécié découvrir Nan sous un nouveau jour et bien que je n’accepte pas ses choix dans les tomes précédents, on comprend facilement ce qui se passe dans sa tête et comme Abbi Glines le dit si bien, on ne naît pas méchant.

Nan n’est pas l’héroïne qu’on apprécie le plus quand on se souvient tous les caprices ou sale coup qu’elle a fait, mais j’avais envie de connaître son histoire et même si je n’ai pas apprécié l’intégralité de son personnage, je conçois que les blessures de son passé aient pu la rendre amère et ce sont ces décisions qui l’ont mise en retrait du groupe. J’ai apprécié la relation qui l’unit à son frère Rush, on comprend qu’elle a appris des erreurs du passé et que si tout n’est pas pardonné, leur relation est resté privilégié. Il est le seul qui comprenne qu’elle dissimule un grand besoin d’amour et malgré tout ce qu’elle a pu faire, il a toujours été le seul homme présent dans la vie de Nan. Les chapitres qui lui sont consacrés sont parfois un peu froid, mais le besoin d’amour est flagrant.

Étant habituée aux échecs sentimentaux, Nan n’aurait pas dû s’étonner que Major soit comme les autres hommes, alors qu’elle cherche à remettre ses émotions en place, elle fait la connaissance du mystérieux Gannon. Il est tout ce qu’elle a toujours attendu chez un homme et il lui offre toute l’attention qu’elle a toujours souhaitée, alors que les premiers sentiments voient le jour, Major réclame une seconde chance. On est face à deux personnages masculins différents et entre la désinvolture de Major et la froideur de Gannon, j’ai eu du mal.

Je ne suis pas totalement satisfaite de l’intrigue, qui reste un peu décousue et qui aurait mérité d’éclaircir certaines zones d’ombre. Sans compter que la narration m’a déstabilisé et c’est ce qui a contribué à tenir le lecteur à l’écart. J’ai le sentiment d’avoir loupé des moments clés, notamment les sentiments des personnages qui sont survolés et ce manque d’aboutissement me laisse un peu déçu, car bien que Nan ait évolué, l’histoire n’a pas décollé et la grande méchante n’est dans ce tome pas si terrible, seulement seule et triste. L’attente c’est terrible parce qu’on imagine des choses qui nous font redescendre d’un cran et au final, ce dernier tome de la série n’est pas explosif et je n’ai pas eu l’impression de faire mes adieux à Rosemary Beach.

Pure | Scarlett Cole (Sous ta peau #3)

Résumé :
Il y a des années que Pixie a tiré un trait sur son passé et tous les mauvais souvenirs qui s’y rattachent. Avec un nouveau nom, une nouvelle vie, et une nouvelle famille au studio Second Circle, elle a réussi à se reconstruire et rêve désormais de lancer sa propre affaire.
Mais sa rencontre avec Dred, chanteur et guitariste du groupe de rock Preload, vient jeter le trouble sur cette existence tranquille. Car Dred résiste difficilement au charme particulier de Pixie, avec ses cheveux violets et ses tatouages exotiques autour des bras… Et il sait très bien qu’elle ne lui est pas non plus indifférente, même si elle s’est promis de ne pas s’engager dans une relation.
Si seulement le passé ne menaçait pas de ressurgir… Victimes de chantage, Dred et Pixie vont devoir affronter leurs démons et se battre pour protéger ce qui compte vraiment.

Un troisième opus qui se sera fait désirer et cette lecture aura nécessité quelques ajustements dans l’identité des personnages. La seule chose dont j’étais certaine, c’était mes souvenirs du coup de cœur que j’avais eux pour cette petite jeune femme. De mémoire, le second tome n’avait pas été aussi exaltant que les premiers opus, notamment car l’envie de découvrir Pixie s’était faite très présente. Le duo nous offre une belle romance dosant parfaitement la douceur et l’intensité. Je suis ravie de ce moment de lecture et les voir se confronter à leur passé difficile.

Le mystère qui entoure Pixie se lève enfin, après un aperçu plutôt envoûtant je voulais pouvoir mettre des mots sur son histoire et j’étais loin d’imaginer que les mauvais souvenirs soient aussi touchants. Il y a sept ans Pixie a décidé de prendre un nouveau départ et même si ces années n’ont pas été de tout repos, c’est une véritable famille qu’elle a trouvé et sur qui elle peut compter. Le studio Second Circle lui a permis de s’en sortir et aujourd’hui elle se sent prête à lancer sa propre affaire dans un univers différent, mais où l’artistique est toujours présent.

Sa rencontre avec Dred, membre du groupe Preload, va venir troubler sa tranquillité, le jeune homme va redoubler d’inventivité pour charmer Pixie et bien que la jeune femme tente de garder ses distances en refusant systématiquement tout rapprochement, il est évident qu’elle n’est pas insensible à son charme. On rentre dans une phase de séduction que j’aime particulièrement où nos héros se tourne autour en toute innocence et lorsque enfin la magie opère, mon petit cœur était totalement sous le charme. Ils ont une manière émouvante de s’accrocher mutuellement leur confiance et même si le passé vient se mêler de leur histoire, il est évident qu’ils sont faits l’un pour l’autre malgré les réticences de la jeune femme à s’engager avec lui.

On mêle plusieurs thèmes que j’affectionne particulièrement, le milieu du tatouage, les musiciens et les passés tourmentés qui ont laissé des séquelles, voire de gros traumatismes. C’est le cas de nos héros, à un degré différent, alors que Dred a réussi à s’en sortir, il va être confronté à son passé d’une manière qu’il n’était pas prêt à affronter, mais celle qui m’a le plus touché dans son combat, c’est Pixie. On est face à un réel sentiment d’insécurité et même s’il y a du chemin parcouru, certains souvenirs sont impossibles à affronter. Je me sens toujours un peu mal à l’aise d’apprécier ce genre d’histoire, mais le moment où notre héroïne affronte enfin son passé, ça n’a pas de prix.

La narration étant à la troisième personne, j’ai habituellement du mal à accrocher et pour le coup, la fluidité du récit montre la qualité de la plume de l’auteure, qui réussit à nous tenir en haleine jusqu’au dernier chapitre. Sans compter cette manière d’aborder deux relations amicales, c’est avec beaucoup d’émotions que j’ai découvert ce lien qui unissait tant les membres de Preload, que cet instinct de protection qu’on Trent et Cujo envers Pixie. En écrivant cette chronique, je n’ai pas encore découvert sur qui va porter le quatrième opus, mais je suis impatiente.

Mon avis sur Strong #1 ICI
Mon avis sur Broken #2 ICI

Devious | L.J. Shen (Vicious #2)

Résumé :

Jusqu’où ira-t-il pour obtenir une seconde chance ?

Devious. Un nom synonyme de danger, de désir, de décadence. Le nom de celui qui lui a brisé le cœur. Rosie n’avait que dix-huit ans lorsque Devious l’a trompée avec sa sœur. Cette expérience l’a détruite, et elle s’est juré de ne plus jamais avoir affaire à lui. Mais voilà que, dix ans plus tard, Devious revient dans sa vie, encore plus sexy et surtout plus déterminé que dans ses souvenirs. Car, s’il est revenu, c’est pour une raison bien précise : obtenir une deuxième chance. Et Rosie sait qu’avec Devious la fuite n’est pas une option ; alors il ne lui reste qu’une seule solution : faire face au démon de son passé.

Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.
Merci à Harlequin et Net Galley France pour ce service presse numérique

Après une petite déception pour le premier opus, j’ai décidé de laisser une seconde chance à ce tome qui m’avait été chaudement recommandé par ma copine Fanbooks76. Je n’ai pas résisté bien longtemps et la curiosité étant plus forte, j’ai me suis laissé tenter par cette nouvelle histoire. Bien que le début soit un peu long à réellement démarrer, on peut dire que ce tome est celui de la réconciliation puisque je termine ma lecture avec des envies plein la tête concernant la suite des aventures de nos Hot Hero qu’il me tarde de retrouver.

Il y a dix ans, Devious « Dean » Cole a brisé le cœur de la jeune Rosie LeBlanc lorsqu’il a choisi de se mettre en couple avec sa sœur Millie. Aujourd’hui, bien que les années soient passées, la jeune femme n’a rien oublié de cette trahison et elle est bien décidée à ne jamais se laisser approcher par l’ex de sa sœur malgré une attirance évidente. Dix années n’auront rien enlevé à la douleur et la situation devient complexe lorsque Devious devient à la fois son propriétaire et son voisin, la jeune femme va devoir redoubler d’efforts pour échapper à celui qui s’est fixé pour objectif de reconquérir celle qu’il qualifie de la « bonne sœur LeBlanc. »

Après un début difficile notamment lié au comportement arrogant de Devious, on ne peut pas faire l’impasse sur les véritables sentiments du jeune homme, on découvre un aspect de l’histoire du tome 1 méconnu et bien que les motivations ne soient pas toujours bien comprises, lorsque Dean va se réveiller et décider de reconquérir celle qu’il a laissée partir, il ne va pas faire les choses à moitié. On est face à un personnage assez complexe qui renvoi une image désinvolte et qui n’hésite pas à utiliser les femmes pour son propre plaisir, avec pourtant un objectif bien précis sur le long temps, à savoir concrétiser avec Rosie. Il ne s’y prend pas toujours de la bonne manière, mais son amour est indéniable et j’ai beaucoup apprécié voir les deux facettes de sa personnalité.

Lorsque Rosie rencontre Dean pour la première fois, c’est un coup de foudre et malgré son jeune âge, voir celui qu’elle aime en choisir une autre va être un évènement marquant dans sa vie. Bien que cette relation n’est pas durée, ce choix à sceller leur destin puisqu’il semble peut probable qu’une idylle puisse naître des cendres d’une autre relation. Après plusieurs tentatives infructueuses de rapprochement, c’est le mariage de Millie et Vicious qui va les réunir. Seulement quand une maladie rend incertain l’avenir et que l’entourage n’hésite pas à materner la jeune femme comme une enfant malade, les doutes sont au cœur de chaque décision amoureuse. J’ai apprécié cette combativité et malgré la faiblesse évidente liée à l’attirance, elle sait se battre pour ses choix.

Après un début de lecture difficile, la deuxième partie du roman rattrape les premières longueurs et on se laisse facilement porter par les derniers chapitres. La maladie est peut-être un peu trop romancée et aurait mérité qu’on y attache plus d’importance compte tenu de la gravité, c’est peut-être ce qui n’a pas totalement fonctionné avec moi, avec le fait que les caractères sont un peu extrêmes, mais dans l’ensemble la lecture est satisfaisante.

Best Kiss | Abbi Glines (Rosemary Beach #13)

Résumé :

Après avoir perdu l’amour de sa vie, River Kipling, alias Captain, a sombré dans le crime organisé. Mais le moment est venu pour lui de tirer un trait sur cette sordide existence. La seule chose qui le retient encore à Rosemary Beach est le nouveau restaurant qu’il s’est engagé à lancer. Même si, alors que l’ouverture est imminente, son aventure avec la cheffe de salle, la sulfureuse Elle, lui complique plus l’existence qu’autre chose.
Jusqu’à ce qu’il remarque Rose Henderson, la nouvelle serveuse. Tout ce qu’il sait de cette jolie rouquine à lunettes est qu’elle est une jeune mère célibataire, sérieuse et appliquée à la tâche. Pourtant, dans son rire, dans sa façon de regarder Captain, il y a quelque chose d’étrange, de trop familier… Qui est-elle vraiment ? Le passé de Captain risquerait bien de le rattraper…
Ce roman est le 13ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

Après une déception, le remède imparable c’est une auteure dans laquelle on a toute confiance et encore une fois le pari est réussi. Retourner à Rosemary Beach c’est un peu comme rentrer à la maison après une longue journée, on connaît tous les personnages et l’histoire poursuit son chemin de manière maîtrisée.

Captain est un personnage qu’on est beaucoup à avoir remarqué et son histoire n’est pas du tout celle à laquelle je m’attendais. River Kipling c’était son nom avant que sa vie prenne un tournant imprévu, aujourd’hui il est rangé et tente de construire quelque chose avec un restaurant en ruine. A l’approche de l’inauguration il n’a pas besoin de distraction, mais sa nouvelle serveuse Rose Henderson réveille quelque chose qu’il avait profondément enfoui et on peut dire que sous les airs de fragile petite rouquine, la jeune femme va nous surprendre.

Il n’est pas difficile de se laisser porter par l’histoire, Rose est une héroïne comme je les aime. Physiquement tout le monde pense qu’elle est une petite chose fragile, mais son passé lui forger le caractère et bien qu’elle doive supporter les humeurs de Captain, rapidement on comprend que les raisons de sa présence ne sont pas si innocentes. Et son combat c’est en partie pour sa fille qu’elle le mène, être mère-célibataire n’a jamais été simple et ce travail elle en a besoin pour lui offrir le meilleur, sans compter qu’elle est déterminée à prendre un nouveau départ à Rosemary Beach et ce n’est pas son patron un peu bourru qui va l’empêcher de mener sa mission à bien.

Parallèlement j’ai aimé voir Captain devenir un nouvel homme au contact de Rose, les débuts vont être un peu difficiles et j’ai mis du temps avant de l’apprécier, mais lorsqu’il se révèle c’est vraiment un personnage attachant et ce caractère protecteur est pour moi un critère indispensable. Sa vie n’a pas toujours été simple et on comprend que ses airs sombres ont leurs raisons, seulement au fil des pages il va réapprendre à s’ouvrir et son passé qui jusqu’alors l’avait fragilisé, va lui ouvrir de nouvelles portes pour un futur qu’il n’aurait jamais cru possible.

En bref, après douze tomes tous plus intenses les uns que les autres on se démarque un peu dans cette suite. Nous sommes faces à deux personnages solitaires qui n’ont pas l’habitude de compter sur les autres, alors ne vous étonnez pas si le reste de la bande reste à distance. A mon sens c’était indispensable, car bien que Captain ne soit pas seul il garde sa part de mystère et personne à Rosemary Beach ne le connaît réellement. D’ailleurs le lecteur va également mettre du temps avant de le cerner, une fois qu’il baisse la garde sans conteste la magie opère. Rose apporte une touche de lumière indispensable à la noirceur qui enveloppe notre héros. Encore une fois les émotions sont brutes et il est impossible de lâcher ce roman avant la dernière page. A la fois impatiente et effrayée de découvrir le dernier opus de cette série, espérons que ce quatorzième opus soit à la hauteur.