Les Mille Visages de notre Histoire | Jennifer Niven

Résumé :
Tout le monde croit connaître Libby Groby, pourtant, personne ne s’est jamais intéressé qu’à son obésité. Elle a longtemps vécu recluse dans sa chambre, cachant son corps et ses angoisses. Cette année, sa vie peut changer : Libby s’est inscrite au lycée.
Tout le monde croit connaître Jack Masselin : étudiant rebelle, sexy… aux réactions imprévisibles. Sous son arrogance, Jack a enfoui un secret douloureux.
Une histoire d’amour rédemptrice.
Des ados justes et charismatiques et le courage de s’accepter tel que l’on est.

Ce roman m’a été offert pour mon anniversaire par ma copine fanbooks76 et elle n’aurait pas pu mieux choisir, car il était dans ma wishlist depuis sa sortie et n’étant pas encore totalement remise de ma lecture déchirante de Tous nos jours parfaits, je ne le sentais pas prête à lutter contre  cette boule au ventre, sans compter que ce roman me hante encore malgré les années. Bien que l’histoire ne soit pas aussi intense, on aborde un thème qui fait réfléchir et j’ai été séduite par la beauté du message porté par Libby et Jack et par l’histoire qui mérite d’être découverte.

Libby et Jack ont tous les deux des problèmes d’adaptation et de socialisation, mais cette année va être différente pour ces deux inconnus. D’un côté nous avons Libby sa vie a été marqué par le décès de sa maman quand elle était enfant et cette perte a précipité un évènement qui a bien failli tourner au drame il y a plusieurs années. Aujourd’hui, les choses vont prendre une direction différente puisque pour la jeune fille fait son grand retour au lycée. J’ai apprécié découvrir une héroïne touchante et en même temps j’ai regretté qu’elle soit identifiée non pas pour sa personnalité pour son surpoids. Son combat n’a pas été simple, mais Libby est équilibrée et on ne décèle pas de grande fragilité, malgré certain propos difficile. Sa combativité est un trait attachant qui nous pousse à en savoir plus sur elle. Beaucoup se font une idée de la personne qu’elle est, mais personne ne sait réellement ce qu’elle a vécue, elle va pouvoir compter sur sa force de caractère et un humour touchant pour sortir la tête haute de personnalité malveillante. Et c’est avec joie que je l’ai vu s’épanouir au contact d’amis sincères.

D’un autre côté nous avons le très secret Jack, c’est un personnage qui m’a touché dans son combat. J’ai apprécié le contraste du jeune homme connu de tous dans le lycée et qui pourtant conserve un énorme secret qui est pourtant difficile à dissimuler. Certaines de ses décisions ne sont pas forcément des plus intelligentes, mais je peux comprendre qu’il soit difficile d’aller contre l’avis général au risque de perdre beaucoup et dans le cas de Jack sa position sociale au sein du lycée est déterminante s’il veut garder son secret. Je suis quand même assez surprise qu’on sache dès le premier chapitre ce que personne ne sait, mais ça m’a laissé un sentiment de trouble comme déstabilisé par la situation et triste pour lui d’être dans cette position sans d’autres recours que de faire semblant.

Jennifer Niven réussi sans mal à mettre l’accent sur les émotions et bien que ce roman ne m’ait pas brouillé le cœur en mille morceaux, il est difficile de rester insensible aux thèmes évoqués. On décèle la fragilité de nos héros c’est ce qui va précipiter ce lien entre eux, malgré la situation qui ne favorise pas forcément un rapprochement, Jack va pouvoir compter sur Libby. On aborde des thèmes tels que l’acceptation de soi, les premières amitiés et c’est avec beaucoup d’empathie qu’on voit nos héros s’ouvrir doucement l’un à l’autre et faire le deuil de ceux qu’ils étaient avant. Une lecture qui apprend à voir au delà des apparences et qui véhicule un très beau message.

Publicités

C’est pas moi, c’est toi | Mhairi McFarlane

ImpressionExcellentAprès un premier essai pour découvrir cette auteure et un résultat un peu mitigé, j’ai décidé de retenter l’aventure avec ce nouveau roman et quel plaisir ! La romance ne prend de l’ampleur que vers la fin, mais bizarrement ça ne m’a pas dérangée. A vrai dire, l’histoire est tellement amusante, qu’on se laisse facilement portée par les rebondissements, pas forcément crédible si on creuse un peu, mais totalement convainquant quand on est plongée dans l’intrigue.

Après dix ans de relation avec Paul, Delia est décidée à jouer la femme moderne et demander en mariage, celui qu’elle considère comme son âme sœur. Les choses auraient pu se dérouler dans un bonheur immense, mais cette soirée est également marquée par la découverte d’une maîtresse. Dans un premier temps, elle va être assez choquée de cette révélation qu’elle n’avait pas vue venir et puis progressivement, elle va se rendre compte qu’elle a besoin de penser un peu à elle, pour réfléchir à la marche à suivre pour la suite de sa relation. De retour dans son foyer natal, elle ne va pas résister à la proposition d’Emma sa meilleure amie de venir quelque temps à Londres. Cette escapade est l’occasion de découvrir celle qu’elle était, il y a quelques années et de penser à ses propres rêves.

Pendant les premières pages, j’ai été assez triste pour ce qui arrivait à Délia. L’histoire n’est pas spécialement triste, mais l’état d’esprit dans lequel je me trouve actuellement, m’a fait ressentir des émotions qui pourraient passer inaperçu pour d’autres. Face aux mensonges, elle va choisir de s’éloigner pour réfléchir. Quand on s’imagine la vie un avenir commun avec un homme et que subitement tous les beaux projets volent en éclat on est perdu, on a besoin de se retrouver soi-même et une chose en entraînant une autre, elle va trouver du travail. C’est à partir de là que l’intrigue principale va naître, entre un patron loufoque, un correspondant anonyme et amical et un journaliste avec des pratiques douteuses, elle va se retrouver plongée dans une histoire hilarante, qui va lui faire oublier sa peine. Elle va se découvrir des amitiés inattendues et redonner une chance à sa passion pour le dessin et je dois dire que les planches de comics intégrés au roman m’ont agréablement surprises et j’ai apprécié l’idée et l’originalité des illustrations de La Femme Renarde.

Je crois que compte tenu de ma situation, je n’aurai pas pu plus m’identifier à Délia, j’ai ressenti chacune de ses émotions, j’ai compris les questions qu’elle se pose et sa volonté de se retrouver, car elle s’était un peu oublié. Je suis vraiment surprise d’avoir été autant envoûté par l’histoire, car elle est plutôt classique et je pense que compte tenu du sujet délicat de l’infidélité, l’humour n’est pas de trop. Ce n’est pas nécessairement, le thème qui m’a interpellé mais tout ce qui se passe autour d’elle. Sa manière de se reconstruire et de se laisser progressivement atteindre par le héros. J’ai faits des spéculations pendant une bonne partie du roman, pour être complètement à côté de la plaque. Le couple de héros forme un duo improbable et très touchant. Je ne m’attendais pas à dévorer chaque page et ressentir se manque lorsque je refermais mon roman. Une plume pareil, associé à une histoire amusante j’en veux bien tous les jours. Une vraie bouffée d’air frais, qui m’a faits un bien fou.

Signature Lucie