The Risk | Elle Kennedy (Briar Université #2)

Résumé :
Brenna, la fille de l’entraîneur de l’équipe de hockey de Briar, a un caractère bien trempé.
Elle ne se laisse jamais marcher sur les pieds et se fiche totalement de ce que les gens pensent d’elle.
Le problème, c’est qu’elle a besoin de l’appui de Jake Connelly, l’attaquant vedette de Harvard – l’équipe ennemie ! – pour obtenir un stage à la télévision, sur une chaîne spécialisée.
Le jeune homme sexy ne lui facilite pas la tâche.
Il réclame un vrai rendez-vous pour toutes les fois où il devra jouer le rôle du petit ami.
Mais sortir avec l’ennemi, aussi attirant soit-il, lui ferait prendre un gros risque…
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

J’attendais cette suite avec impatience depuis l’aperçu dans le tome précédent, et ce second opus ne m’a pas déçu. Je dirais même qu’il est un niveau au dessus du précédent et j’ai retrouvé les émotions du début du spin-off Off Campus. Le caractère des personnages principaux va contribuer à quelques scènes hilarantes et c’est cette alchimie qui rend ce couple intéressant, surtout dans un contexte d’amour « interdit ».

Brenna a été élevé par un homme de poigne, qui n’est autre que l’entraîneur de l’équipe de Hockey de Briar. Au contact des joueurs la jeune femme a appris à ne jamais se laisser marcher sur les pieds et son passé l’a conduite à se forger une carapace. Bien évidemment aucune des joueurs n’oserait contrarier le coach, c’est donc dans une ambiance parfaitement platonique que la jeune femme s’est épanouie sans oublier de sa toute nouvelle meilleure amie Summer. Habituée à évoluer dans un univers masculin, Brenna rêve de devenir journaliste sportive afin de combiner ses deux passions. Seulement, alors qu’elle décroche un entretien le stage de ses rêves, la réalité est bien plus complexe et la confiance de la jeune femme s’étiole, la contraignant à faire appel à son pire ennemi Jake Connely, l’attaquant vedette de l’équipe adverse afin qu’il devienne son faux petit-ami.

Bien évidemment Jake ne va pas lui faciliter la tâche et étant en position de force, il va profiter de cette proposition pour mettre ses propres conditions. A savoir pour chaque faux rencart organisé, ils devront faire un vrai rencart et on peut dire qu’il y a un gros potentiel chez notre mâle. Son côté narquois, ses joutes verbales ou tout simplement son côté passionné, font de lui un personnage pour qui on craque facilement. Jusqu’ici il n’a jamais eu aucune distraction et il a toujours donné le meilleur de lui-même, sa rencontre avec Brenna va provoquer une petite secousse notamment parce que la jeune femme ne pas se laisser faire devant l’arrogance du joueur c’est ce naturel qui va le séduire, ça et sa bouche pulpeuse rouge.

Encore une fois, l’auteure nous dépend une héroïne avec un passif complexe et j’ai apprécié la profondeur qui se dégage de ce personnage. Cette force qu’elle renvoi aux autres, comme s’il elle n’avait pas le droit d’avoir des failles m’a vraiment touché. Et en même temps au contact de Jake elle se laisse guider par ses émotions qu’elle s’est longtemps empêché d’écouter afin d’agir de manière raisonnable, que ce soit la colère ou le jeu de séduction qu’ils vont instaurer. Chaque rencontre va faire monter la température de quelques degrés, sans compter que c’est dans les relations les plus conflictuels qu’on découvre les plus belles complicités. Et puis l’aspect romance interdite est léger, mais on ressent qu’ils sont dans une position compliquée.

Sans oublier bien-sûre l’aspect sportif toujours très présent dans l’intrigue et qui donne envie de découvrir un match de hockey sur glace, pour pouvoir vivre de telle aventure. Et comme à son habitude notre héros m’a soutiré quelques sourires avec son humour et son romantisme n’est pas en reste donc très belle lecture addictive.

Mon avis sur The Chase #1 ICI

Publicités

Provoque-moi | Tahereh Mafi (Insaisissable Saison 2)

Résumé :

Je ne sais pas d’où je viens
Je sais où je vais

Tout n’est que mensonge
Je rétablirai la vérité

Il m’a pulvérisée
Je saurai me relever

La vérité est dans le passé
Le futur s’ouvre à moi

Mes émotions partent un peu dans tous les sens quand je pense à cette lecture et j’ai passé la journée à essayer d’organiser mes pensées. En toute franchise, je n’ai pas éprouvé ça depuis la lecture de la première saison et j’ai retrouvé l’ambiance que j’aimais, une complicité forte et des amitiés touchantes. Tahereh Mafi au top de sa forme, avec une plume fluide, une intrigue captivante et des chapitres qu’on prend plaisir à dévorer.

J’avais quelques doutes lorsque j’ai lu le précédent opus la magie était là, mais on voyait vraiment qu’il s’agissait d’un tome de transition et le comportement de Juliette devenait vraiment irritant, alors que j’avais toujours apprécié ce personnage. Lorsque cette suite est parue, il y a toujours cette crainte de passer à côté et en même temps, rien que prononcer le prénom de Warner a suffi à faire pencher la balance. Dans ce tome, les personnages masculins sont dignement représentés avec un Kenji particulièrement en forme avec un humour absolument hilarant et un Warner qui montre le côté terrifiant et attachant qu’on lui connaît tous.

A l’image de sa précédente série, le décor se construit et les révélations viennent consolider un univers riche et on retrouve des personnages qu’on pensait connaître. Sans oublier bien sure cette manière brillante de lier le passé et le présent, en faisant des révélations surprenantes. C’est assez incroyable cette fluidité du récit et cette manière de jouer avec nos nerfs en rendant le lecteur captif d’une intrigue qu’il n’a absolument pas vue venir. Finalement c’est un retour au source inattendu et bien qu’on découvre une nouvelle intrigue, les personnages ont tout pour s’épanouir. La romance sera toujours centrale à l’intrigue et l’histoire d’amour est indescriptible, mais Warner a une personnalité incroyable et le voir redevenir le soldat entraîné, méthodique tout en conservant un côté plus humain c’est l’équilibre parfait. Jusqu’ici seul Juliette connaissait Adam et le petit bonheur c’est de le voir s’ouvrir.

Tout a commencé par l’histoire de Juliette, puis d’autres personnages sont venus insuffler leur propre vécu et finalement après cinq tomes ces êtres exceptionnels qui ont formé la résistance, vont chacun à leur manière mener l’intrigue. On a frissonné à leurs côtés, ris à leurs blagues, pleurer leurs souffrances et succomber face à leurs sentiments amoureux. Ces êtres qui étaient en minorité, on sut tirer leur épingle du jeu et tisser de belles amitiés et on voit l’évolution dans ce tome, les personnages sont prêts à se battre pour ceux qu’ils aiment et face aux rebondissements tous plus intenses les uns, que les autres ont a découvert des héros hors du commun.

Je vous laisse le soin de découvrir l’intrigue par vous-même et profiter de l’action omniprésente dans ce tome. Mon pauvre cerveau ne savait plus quoi faire de toutes ces informations qui m’ont fait passer par un arc-en-ciel d’émotions. Je suis impatiente de découvrir le dernier opus et j’espère vivre l’histoire avec la même intensité. Je ne peux que trouver ces retrouvailles excellentes et allant bien au delà de mes espérances.

La fantaisie du printemps | Carrie Elks (The Shakespeare sisters #4)

Résumé :

Brillante avocate et aînée de quatre soeurs, Lucy SHAKESPEARE a coutume de tout contrôler. Tout, tout le monde et plus particulièrement elle-même. Jusqu’à ce qu’elle rencontre le sublime Lachlan MACLEISH.
Lachlan fait appel à Lucy, parce qu’il lui faut la meilleure défense possible. Il risque de perdre son héritage : le domaine et le titre de Laird de Glencarraig. Ces terres renferment les rares souvenirs heureux de son enfance et il n’est pas question qu’il y renonce sans se battre. Dans ce moment crucial, la dernière chose dont il ait besoin, c’est d’une distraction. Or, dès qu’il aperçoit Lucy, il pressent que les complications ne tarderont pas à arriver.
Même avec la meilleure volonté du monde, Lucy finit par enfreindre ses règles de vie, quelque peu rigides mais prudemment construites, pour Lachlan. Entre deux avions pour l’Écosse, Paris et New York, elle ne peut s’empêcher de se demander si, malgré tout, certaines rencontres ne valent pas la peine de se mettre en danger et de tout risquer.
Je remercie les éditions New Romance pour l’envoi de ce roman

Les Shakespeare Sisters tirent leurs révérences demain et pour ce dernier opus c’est l’aîné des sœurs qui a son tour aura eu son happy-end. Lucy a eu un rôle important dans la vie de ses sœurs et cette femme active qui se plie en quatre pour ses proches ne m’a pas déçue. Après quatre mois à vivre au rythme des saisons, des découvertes de cette famille attachante c’est l’heure de clôturer cette série et de laisser les personnages vivre leur vie.

Depuis la mort de sa mère Lucy a toujours tout contrôlé, à commencer par sa carrière d’avocate qu’elle mène brillamment et qui ne laisse pas la place à l’imprévue. Seulement sa rencontre avec Lachlan McLeish va venir bouleverser son quotidien millimétré et la conduire vers l’inconnu. Lachlan a besoin de la meilleure dans le domaine pour le défendre s’il ne veut pas perdre son héritage : la propriété et le titre de Glencarraig. Le ton professionnellement va rapidement se transformer en distraction, et alors qu’ils tentent de rester focalisé sur leur travail, ils vont devoir se rendre à l’évidence, la petite étincelle ne cesse de gagner en intensité et la flamme brille.

J’ai apprécié découvrir Lachlan et le voir évoluer dans son quotidien à Miami et interagir en tant que chef d’entreprise, on voit rapidement que c’est un homme respecté et qu’il a réussi à faire ses preuves sans l’argent de son père. Au fil des pages on apprend davantage sur son enfance et sur les séquelles qu’il a conservées, mais on ne s’attend pas à le voir tout lâcher pour redécouvrir une propriété qu’il n’avait pas visitée depuis son enfance. Il a un côté assez surprenant, il endosse l’image d’un homme d’affaires respecté et sa notoriété ne semble pas l’intéressé, son cercle d’amis est d’ailleurs très restreint et en leur compagnie je lui ai découvert un côté vulnérable.

Celle qu’il me tardait le plus de découvrir dans cette histoire c’est Lucy, dans chacun des tomes consacrés aux sœurs Shakespeare ont a pu constater l’influence que l’aîné à eu sur sa fratrie. Elles s’accordent toutes à dire que depuis la mort de leur mère Lucy a toujours répondu présente pour porter assistance à ses sœurs et bien qu’elle n’est jamais pue remplacer le rôle d’une maman, sa dévotion n’a échappé à aucune des sœurs. Désormais ses sœurs peuvent compter sur les hommes de leur vie et face à ces changements la jeune avocate va se laisser absorber par sa vie professionnelle, laissant de côté sa vie personnelle. Sa rencontre avec Lachlan va complètement bousculer la vie qu’elle s’est construite et il va lui montrer l’importance de se reposer sur quelqu’un.

L’histoire aborde un côté de la romance un peu plus érotique et en comparaison des autres tomes ça ajoute un côté épicé très appréciable. Et l’alchimie du couple fonctionne parfaitement. On termine cette série sur une jolie conclusion tant du côté de la romance, que du côté de la fratrie qui a su consolider des liens que la distance avait fragilisés. La narration à la troisième personne pourrait en bloquer certain, moi-même n’étant pas une grande fan lors de la lecture, mais en toute honnêteté on oublie facilement ce détail en découvrant l’histoire.

Mon avis sur Les promesses de l’été #1 ICI
Mon avis sur A la grâce de l’automne #2 ICI
Mon avis sur La magie de l’hiver #3 ICI

La magie de l’hiver | Carrie Elks (The Shakespeare sisters #3)

Résumé :

Kitty Shakespeare, étudiante en cinéma, est fermement décidée à tirer profit de son nouvel emploi de jeune fille au pair au service de Jonas, sept ans, fils de l’éminent producteur Everett Klein. Certes, ce n’est pas la carrière qu’elle espérait poursuivre en quittant Londres pour L.A., mais comme les entretiens d’embauche la paralysent, c’est sa dernière chance d’impressionner un personnage influent d’Hollywood. Si elle s’occupe bien de son fils, il se penchera sûrement sur son travail. C’est sans compter sur Adam, l’irrésistible frère de Everett. Car entre eux, ce n’est pas vraiment le coup de foudre.
Adam Klein a beau être séduisant, il est également grincheux et grossier, et il n’est guère disposé à se remettre en question pour une baby-sitter. Pas après les épreuves qu’il traverse depuis un an. Tout ce qu’il veut, c’est s’isoler dans son chalet, à l’écart de son frère qui a détruit sa vie. Si seulement il parvenait à ignorer Kitty qui fait tambouriner son coeur…
A la veille de Noël, Kitty et Adam réalisent que le grand amour n’est jamais simple. Mais le chemin qui mène à un happy end n’est-il pas semé d’embûches ?
Je remercie les éditions New Romance pour l’envoi de ce roman

Un troisième opus très attendu malgré la saison hivernale qui m’emballait un peu moins à cette saison de l’année, mais finalement comme à chaque fois la période de Noël est généralement propice aux belles histoires d’amour. Bien que j’aie beaucoup apprécié l’histoire et la naissance de la romance, ces deux héros ne sont pas mes préférés, mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier ma lecture. Il a une forme de huis clos entre les héros qui accentue l’alchimie et fait monter la tension, c’est à la fois hot et mignon.

Kitty est la benjamine de la fratrie Shakespeare, passionnée de cinéma elle a décidé de s’expatrier aux États-Unis et plus particulièrement à Los Angeles, où elle étudie le cinéma. Afin de valider son année, elle doit trouver un stage mais malgré qu’elle soit l’une des meilleures de sa promotion sa timidité lors des entretiens est parfois un frein. Contre toute attente elle décroche un entretien chez Klein Production, mais son entretien ne va pas se passer comme elle l’espérait et sa demande de stage va se terminer en entretien d’embauche pour être jeune fille au pair auprès de Jonas fils du célèbre producteur Everett Klein. D’abord réticence, la jeune femme va finalement accepter en espérant faire bonne impression et trouver un stage à l’issue de cette expérience.

Sur place les choses ne vont pas vraiment se passer comme elle l’espérait, et dès son arrivée elle fait la connaissance du taciturne Adam, qui renvoi l’image d’un homme borné, grincheux et grossier, et ce n’est pas une pimbêche de Los Angeles qui va lui apprendre la vie. Car depuis un homme, il traverse une épreuve difficile et bien que les fêtes approchent, il a bien l’intention de rester éloigné de son frère qui a détruit sa vie. Seulement c’est sans compter sur la présence de Jonas, en totale admiration devant son oncle et qu’Adam, aime plus que tout. Il va découvrir que l’image qu’il se fait de Kitty est faussée, et bien que leur relation n’ait pas démarré sur le bon pied, nos héros vont découvrir qu’ils ont bien plus en commune qu’il l’imaginait et laisser leurs cœurs les guider.

Kitty est une héroïne absolument adorable, qu’on prend plaisir à découvrir, au fil des pages le portrait d’une jeune femme d’une incroyable gentillesse et d’un dévouement sans failles pour ses proches va se dessiner. Sa rencontre avec Jonas va accentuer sa douceur, car immédiatement elle se prend d’affection pour ce petit bonhomme et un lien fort se créer entre eux. Grâce à la simplicité de cette héroïne, il n’est pas difficile de s’identifier à la jeune femme, bien qu’elle n’hésite pas à s’affirmer, elle a également une fragilité qu’elle n’hésite pas à mettre avant, qui rend son personnage encore plus authentique. Sans oublier, la fraîcheur des échanges avec ses sœurs qui m’ont fait chaud au cœur et lorsque la jeune femme évoque sa maman, mon attachement s’est renforcé.

Bien que j’aie apprécié ma lecture, je n’étais pas dans le bon état d’esprit pour totalement succomber à l’histoire. Noël est la seule période de l’année où l’apprécie lire une PAL de saison. A Noël tout est différent, l’ambiance n’a rien à voir et mon état d’esprit est complètement différent. Lire cette histoire avec le soleil qui éblouit est assez particulier et pour le coup, la magie de Noël n’a pas totalement pris. Néanmoins, cette romance hivernale réunit tous les éléments pour toucher les lecteurs, sans compter que comme les tomes précédents, la plume de l’auteure est fluide et on se laisse facilement porter vers la fin, sans jamais perdre le sourire.

Mon avis sur Les Promesses de l’été #1 ICI
Mon avis sur A la grâce de l’automne #2 ICI

A la grâce de l’automne | Carrie Elks (The Shakespeare Sisters #2)

Résumé :

Juliet Shakespeare en a sa claque de l’amour. Entre le développement de sa boutique de fleurs et son adorable fille qu’elle élève seule après une séparation houleuse avec son futur ex-mari, sa vie de femme est assez compliquée comme ça.
Mais quand Ryan Sutherland, séduisant père célibataire d’un petit garçon, emménage dans la maison voisine, tout change. Malgré ses efforts pour l’ignorer, Juliet ne peut rien contre le magnétisme de son voisin, un Roméo décontracté qui suscite en elle des émotions irrépressibles.
Ryan est photographe. Il n’est revenu dans sa ville natale du Maryland que pour quelques mois. Alors, à quoi bon tomber amoureux d’une femme qu’il devra rapidement quitter ? Mais c’est méconnaître Juliet, la mystérieuse et belle rouquine d’à côté. Et en elle, il se pourrait bien qu’il ait trouvé tout ce qu’il a jamais désiré au monde…
Je remercie Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

The Shakespeare Sisters est décidément une chouette série, elle se différencie des autres titres de la collection New Romance, en étant moins érotique et ce second opus parvient à se démarquer complètement du précédent opus dans une ambiance plus cocooning. En toute honnêteté j’avais très peur de lire cette suite, ayant appris qu’il s’agit du quatrième opus dans la version originale j’avais peur que des éléments clés des deux autres sœurs soient dévoilés et heureusement seul d’infime évocation sont faites. Juliet est la sœur qui me faisait le plus envie, la faute à son statut de maman et on peut dire que je n’ai pas été déçue par cette histoire !

Juliet Shakespeare est à un tournant de sa vie, séparée de son mari depuis 6 mois, elle tente de s’épanouir d’une part dans l’éducation de sa fille et d’autre part dans le développement de sa boutique de fleurs. Il y a six ans, elle était loin d’imaginer que sa vie prendrait cette direction, mais aujourd’hui, elle tente de reprendre le cours de sa vie et de s’en sortir seule, hors de question pour elle d’écouter encore une fois son traître de cœur qui la conduit dans un mariage catastrophique. Seulement ce mantra c’était avant de faire la connaissance de son charmant nouveau voisin Ryan Sutherland, un enfant du pays revenu dans la région avec son fils. La maman est bien décidée à fuir son séduisant voisin, seulement difficile d’éviter la personne qui vit en face, surtout quand son fils sympathise avec l’adorable fille de Juliet. Son programme était simple, mais Ryan a réveillé Juliet.

J’apprécie déjà énormément lorsqu’il y a un enfant dans les histoires et bien que ça puisse déranger certain, c’est mon péché mignon, alors tomber sur deux parents célibataires qui élèvent leur enfant c’est un peu le combo gagnant. Immédiatement on s’attache au personnage de Juliet, son parcours fait d’elle une femme forte et même s’il elle ne le voit pas, elle s’en sort merveilleusement bien. Son caractère est plus effacé, mais depuis sa séparation et son divorce imminent, elle tente de s’affirmer et s’épanouit dans sa nouvelle vie. Depuis six mois, sa vie tourne autour de sa boutique et de sa fille, alors l’arrivée de Ryan va venir chambouler sa vie et bien qu’elle n’envisage pas de nouvelle relation, l’attraction est immédiate et personnellement j’aurais du mal à résister quand on le voit avec son fils. Pourtant malgré qu’elle lutte, cette rencontre, va lui offrir un nouveau souffle.

Ryan a eu la même éducation que le futur ex-mari de Juliet et pourtant il ne pourrait pas être plus opposé. Ryan revient à Shaw Haven après des années à parcourir le monde et ce retour c’est l’occasion pour lui d’offrir la stabilité à son fils, et immédiatement on voit les sacrifices qu’il est prêt à faire par amour, donc quand les premiers sentiments amoureux font leur apparition, notre héros va se montrer à l’écoute des besoins de Juliet et renoncer à cette attirance, si cela peut permettre à notre héroïne de ne pas en souffrir. Cette proximité va immédiatement créer une complicité et grâce à Charlie et Poppy, ils vont se côtoyer malgré eux et apprendre à se découvrir en toute amitié. Mention spéciale pour ces deux adorables bambins qui m’ont immédiatement fait craquer.

Un second opus tout en douceur qui remplit à merveille les cases d’une belle romance, certes l’intrigue n’a rien inventé, mais finalement ce n’est pas ce qu’on lui demande, l’histoire est cohérente, les personnages vont développer une complicité et les émotions sont belles. Sans compter que nos personnages vont tirer un enseignement l’un de l’autre et personnellement j’ai un excellent dimanche en leur compagnie, c’était un moment de détente comme je les aime, il y a des sourires, des moments touchants et surtout une belle romance.

Mon avis sur Les Promesses de l’été #1 ICI