Le Songe | Tarryn Fisher

Merci Hugo New Romance pour cette découverte.

J’ai manqué de passer à côté de ce roman à cause d’un résumé ui en disait à la fois beaucoup et pas assez. Alors que jusqu’ici les premiers romans que j’ai découvert de Tarryn Fisher m’avaient totalement conquise, je me suis laissé influencer par un ressenti bête et non construit. Je crois que sans cette réception de Hugo New Romance, j’aurais regretté de n’avoir pas lu ce roman surprenant et je peux vous dire que ça aurait été une belle erreur.

Un simple rêve va venir changer toutes les perspectives qu’avait Helena de son avenir. Dans ce rêve, elle se voit plus âgée, mère de famille et mariée avec Kit, l’actuel petit ami de sa meilleure amie depuis l’enfance. Bien que déstabilisée la jeune femme va reconsidérer la vie qu’elle c’était imaginer vivre. Il faut dire que tout semblait tellement réel que revenir à la réalité va s’avérer difficile comme si elle était déconnectée.

Souhaitant oublier ce rêve, Helena va tenter de se focaliser sur sa relation avec Neil, mais il faut bien constater que ses préoccupations ne sont plus les mêmes et progressivement elle va tenter de se rapprocher de la vie qu’elle mène dans son rêve, s’éloignant progressivement de son avenir tracé et découvrant par la même occasion celle qu’elle est réellement. Ce qui est intéressant avec ce roman c’est qu’on a toujours ce petit doute concernant le rêve, on ne sait pas si; il s’agit d’une prémonition ou si tout simplement c’est une manifestation du subconscient d’Helena. Clairement à force de voir qu’on se rapprochait de plus en plus de ce rêve, j’ai été plus d’une fois à fleur de peau, les nerfs en ébullition face à l’intensité de leurs échanges et la puissance de leur lien.

A la lecture de la quatrième de couverture on avait l’impression qu’Helena se transformait en psychopathe prête à tout pour conquérir le petit ami de sa meilleure amie, alors que clairement ça n’a rien à voir. Certes la jeune femme va se découvrir un nouveau centre d’intérêt qui va attirer l’attention de Kit, mais elle a cette capacité de toujours faire passer les autres avant elle et à aucun moment elle ne va avoir la prétention de séduire Kit. Le rapprochement entre les héros est subtil et pendant une bonne partie du roman, les sentiments ne sont pas très clairs pour l’héroïne et la situation n’est pas idéale pour ouvrir son cœur, la plongeant dans la solitude.

Tout commence par un rêve, un rêve tellement irréaliste que Helena va s’interroger sur sa vie, si douce, gentille et en même temps adorablement maladroite. Jusqu’ici sa vie lui convenait et se tenir en retrait sans prendre de risque n’a jamais été un problème pour elle, pourtant en réfléchissant à son avenir cette vie ne lui convient plus et son rêve va être une force pour la jeune femme qui va découvrir une nouvelle manière de penser. Sans compter qu’elle va apprendre à s’ouvrir aux autres, tout en se découvrant une nouvelle passion pour l’art.

La limite entre passion et obsession est mince, mais on est dans un récit très intense. Une relation au départ quasi inexistante va progressivement se renforcer, de l’intérêt ils vont passer à l’amitié, puis sans qu’eux-mêmes le réalisent des sentiments plus forts vont naître et consolider leur lien. Alors qu’ils luttent tous les deux pour garder à distance leurs sentiments, chaque moment passé entre Helena et Kit les rapproche du rêve. J’ai vécu ce roman plongé au cœur de cette histoire ; j’ai sentie dans certaine scène mon cœur se serrer pour les personnages. Les émotions qui se dégagent de ce roman sont puissante et à l’image de notre héroïne j’attendais simplement d’avoir les explications liées à ce rêve, sans savoir si, il s’agissait d’une prémonition ou d’un souhaite. J’étais simplement animé par le souhait de voir le rêve se réaliser et pourquoi pas davantage.

Ce roman aurait très certainement été un gros coup de cœur sans quelques éléments qui surviennent dans les derniers chapitres. J’ai aimé la complexité du récit et les révélations tout au long de la lecture, mais j’ai trouvé que l’histoire prenait une direction un peu confuse vers la fin et moi-même je ne suis pas certaine d’avoir compris l’utilité de certains passages, il faut dire que la trame de base se suffit à elle-même. Hormis ses éléments qui m’ont un peu embrouillé, c’est une lecture absolument addictive qui m’a fait vivre de bonnes émotions. A ceux qui comme moi hésitent, je vous recommande d’éviter le résumé qui ne fera que vous faire redouter cette lecture, si vous avez aimé l’Opportuniste laissez-vous tenter, ce roman saura attirer. Soyez sans crainte, cette lecture vaut le détour. Tarryn Fisher propose un roman qui sort du lot, une plume envoûtante et une histoire captivante.

Publicités

Malcolm +1 | Katy Evans (Manwhore #2)

Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.
Merci aux éditions Hugo Roman pour l’envoi de ce roman,

Comme beaucoup j’ai attendu avec beaucoup d’impatience ce tome, alors évidemment je suis consciente d’être chanceuse de l’avoir reçu et je me suis jetée dessus sans état d’âme. A tous ceux qui comme moi ont succombé au charme de Malcolm, ce tome va continuer d’alimenter la flamme et vous serez heureuse de replonger dans l’univers que Katy Evans a créé. Chaque chapitre est un délice et l’alchimie qui unit nos deux héros ne fait aucun doute, seulement ils devront affronter les épreuves pour enfin avoir droit au bonheur.

Difficile d’envisager pouvoir retrouver tout ce que Rachel a perdu, ce qui ne devait être qu’un simple article sur un sulfureux playboy, c’est avéré être une sublime histoire d’amour et le retour à la réalité sans l’homme qu’elle aime va s’avérer une douloureuse punition. Après quatre longues semaines à broyer du noir, contre toute attente après plusieurs semaines de silence Malcolm Saint souhaite voir Rachel. Alors que la jeune femme est prête à lui montrer qu’elle ne souhaitait pas le trahir et que son amour était sincère, ses explications vont être contrecarrées par une proposition étonnante. En effet, le businessman va lui offrir un poste spécialement conçu pour elle.

A l’image du précédent, Katy Evans arrive à nous embarquer dans son univers et c’est avec beaucoup d’addiction que j’ai poursuivis cette histoire. La fin du tome précédent était très intense et malgré la prévisibilité de cette révélation, nous étions toutes dans l’attente de ce moment où nos deux héros allaient se retrouver. Je dois dire que j’ai été assez surprise de la raison de ces retrouvailles, les choses ne vont pas se passer comme Rachel l’avait espéré et en même temps, cet échange va être l’occasion de passer du temps avec Malcolm. Malgré la distance qui s’est installé entre eux, on va retrouver cette forte attirance que nos héros éprouvent.

A travers ce second opus, j’ai découvert la vulnérabilité du personnage de Malcolm. Difficile à concevoir que cet homme qui dirige un empire, puisse montrer sa fragilité et malgré la dureté de ses traits, son entourage est conscient de sa souffrance. Dans ce tome, on va aborder la question de la seconde chance et surtout la cicatrisation de blessures qu’on n’imaginait pas. Comment faire confiance à la femme qu’on aime, quand on peine à oublier sa trahison ? C’est un aspect de l’histoire très intéressant et on voit que les fondations de leur histoire ont une base solide. Soyez rassurée, renoncer à un tel amour est inconcevable.

Vous l’aurez compris, je suis absolument conquise par cette suite et j’ai pris un grand plaisir à retrouver les personnages. Mon seul bémol concernerait l’absence des personnages secondaires, qui avait contribué  à rapprocher Rachel et Malcolm. Ce qui implique de nombreuses scènes charnelles et parfois un déséquilibre dans l’histoire secondaire, on s’intéresse exclusivement à la relation des personnages et même si des aspects intéressants de l’histoire sont évoqués, à mon sens c’est trop survolé. Heureusement que l’histoire est à croquer sinon j’aurais pu être déçue. A ceux qui trouvaient que le premier opus manquait de rebondissement, ce tome est dans la même lignée. Pour les autres, vous serez en hyperventilation à de nombreuses reprises. C’est chaud !

Retrouvez mon avis sur Malcolm le sulfureux #1 ICI

Malcolm le sulfureux | Katy Evans (Manwhore #1)

Je remercie les éditions Hugo New Romance pour ce roman
Date de sortie : 14 septembre 2017

Après avoir été complètement accro à la série précédente de Katy Evans, j’étais impatiente de la découvrir dans un nouveau décor et on peut dire que l’histoire correspond totalement à mon envie du moment. J’ai pu lire certain commentaire un peu déçue par le côté un peu moins originale de l’histoire et il est possible que les milliardaires ait pu lasser certain d’entre vous, mais en lisant ce premier opus, je réalise que de mon côté mon amour pour ce type d’histoire est intact et j’ai dévoré ce roman comme cela ne m’était pas arrivé depuis longtemps.

Tout le monde s’accorde à dire que Rachel Livingston est jeune, pourtant sa passion pour l’écriture la conduit à s’investir à cent pour cent pour le magazine Edge qui lui a donné sa chance. Alors que le magazine peine à s’en sortir, la cheffe de la journaliste décide de lui offrir un sujet qui pourrait sauver des emplois. D’abord réticente, Rachel va rapidement réaliser que cet article est la chance de sa vie pour faire ses preuves. Son sujet est un milliardaire célibataire qui ne cesse de faire parler de lui, il est beau, riche, mystérieux et aucune femme de lui résiste, sous les traits du playboy se cache un businessman qui dirige son empire d’une main de fer.

Malcolm Kyle Preston Logan Saint a tout d’un sujet croustillant et obtenir un rendez-vous avec cet homme va s’avérer beaucoup plus compliqué que Rachel ne se l’était imaginé. Alors, lorsqu’une opportunité se présente, il est inconcevable pour elle de laisser passer cette chance, quitte à passer pour une gourde et laisser une impression loin d’être professionnel. Rachel c’était imaginer cette interview sous toutes les coutures, mais se ridiculiser n’était pas en tête de liste. Contre toute attente, l’homme d’affaires semble plutôt amuser par la situation et le courant passant plutôt bien, il lui propose un autre rendez-vous, qui va s’avérer tout aussi médiocre. Pourtant, à chaque rencontre chacun semble en apprendre davantage sur l’autre et les barrières s’ouvrent également de plus en plus, pour au final ne plus réussir à distinguer la vie privée, de la vie professionnelle.

En commençant on réalise que l’histoire est assez prévisible, tout du moins il n’est pas difficile d’imaginer comment cette romance va se terminer à la fin de ce premier tome. Au fil des pages, nos héros s’apprécient de  manière évidente et même si toute cette histoire n’est qu’un reportage, il n’est pas difficile de voir les premiers sentiments naître. Rachel oublie rapidement ce qui motive ces rencontres et on la sent se jeter dans le vide sans filet de sécurité. Le fait de suivre les pensées de notre héroïne et ses angoisses, ses doutes ont eu un effet boomerang sur moi, rapidement j’ai moi-même ressenti ce stress de voir le château de cartes s’effondrer et pourtant, chaque scène était plus intense que la précédente. Nos héros ne font pas les choses à moitié et ils se donnent en totalité à l’autre, c’est d’ailleurs l’évolution de cette romance le plus surprenant.

On a toute en tête l’image du playboy et ce sont ces clichés construits par la presse qui vont amener le magazine Edge à s’intéresser à cet homme. Pourtant dès l’instant où Rachel fait la connaissance de Malcolm, elle réalise que ce portrait qui est dans la presse ne pouvait pas être plus différente de la réalité. J’ai pris un plaisir non dissimulé à découvrir ce personnage qui a tout de l’homme sur lequel on fantasme. Dès le début il va s’avérer taquin, drôle, professionnel et il ne comprend pas lui-même ce qui lui arrive en compagnie de Rachel, mais il a besoin de la revoir. Tout du moins c’est l’image qu’il renvoie et j’aime penser qu’à l’image de Rachel l’Amour est venue tout remettre en question. J’avouerais que ses pensées m’ont manqué, mais c’est peut-être voulu pour la suite.

En bref, une histoire classique avec un côté prévisible, mais en même temps l’histoire réserve quelques belles surprises. J’ai tendance à préférer une histoire classique et bien menée, plutôt que complexe et avec un univers bancal. Cette romance fonctionne totalement avec moi et j’ai dévoré cette histoire en quelques heures, le fait de tourner les pages est réellement addictif et même si on attend un moment précis, découvrir les prémices de la passion m’a réellement fait chavirer. Rachel lutte de toutes ses forces, mais chaque moment qu’elle passe avec Malcolm va révéler un autre homme, totalement fait pour elle, sans qu’elle puisse s’y attendre.

Katy Evans a encore une fois réussi à me faire vivre une belle romance où la passion emporte tout sur son passage et même si la fin est prévisible, cela n’enlève rien à la frustration. Vous connaissez sans doute ce dilemme, qui vous donne envie de tout savoir de l’histoire et en même temps vouloir la faire durer le plus longtemps possible. J’avais envie de repousser l’inévitable moment où tout allait changer pour nos héros, profiter de cette insouciance avec eux, mais impossible de reposer ce roman avant d’en avoir dévoré la dernière page.

Amour immortel | Jay Crownover (Bad #4)

Je remercie NetGalley France ainsi que la maison d’édition Harlequin de m’avoir permis de débuter la lecture de ce quatrième opus. Nassir est un personnage qui avait énormément attiré mon attention pendant le tome précédent et j’ai été ravie d’apprendre que l’édition de cette suite soit aussi rapide. A chaque rencontre entre Nassir et Keelyn la tension ne faisait que grandir et j’étais impatiente de pouvoir mettre des mots sur leur histoire.

Ce qui est intéressant avec ce spin-off c’est qu’on garde l’atmosphère un peu pesante et pas toujours légale de The Point, tout en rajoutant un peu de classe et d’argent. A l’image du nouveau club flambant neuf de notre business man, sauf que celle qu’il a toujours voulue pour diriger son nouveau jouet s’est fait la malle et entend bien rester éloigné du danger. Alors qu’il va tenter de ramener sa belle dans sa ville, l’ouverture de son nouveau club va le conduire à s’exposer à un nouvel ennemi et Nassir va devoir contrôler d’une main de fer son empire.

Jay Crownover continue de nous éblouir avec des personnages avec un caractère fort et déterminé. Key a toujours voulu fuir sa vie à The Point et lorsqu’elle a réussi à échapper à la mort, sa fuite la menée à Denver où elle mène une vie simple et sans danger. Son passé va la rattraper sous les traits d’un séduisant patron, qui est prêt à tout pour ramener celle qu’il a toujours aimée. Malgré sa volonté d’oublier sa vie là-bas, l’attirance avec Nassir est impossible à contrôler et la jeune va réaliser qu’elle ne peut pas rester éloigné de lui. Loin d’être une demoiselle en détresse, la jeune femme va se montrer tout aussi redoutable que Nassir et ensemble ils vont réaliser qu’ils peuvent s’aimer tout en conservant leurs identités et en régnant ensemble d’une main de fer.

Étonnant j’ai trouvé ce tome moins sombre que les précédents, alors que Nassir est celui qui a le passé le plus sombre. Son ascension a été progressive, mais aujourd’hui tout le monde sait qu’il ne faut pas déconner avec lui et sa réputation le précède. J’ai découvert son histoire avec plaisir j’étais loin d’imaginer un passé aussi chaotique, alors voir qu’il s’épanouit grâce à Key est une victoire. Il a ce magnétisme incroyable qui me donnait envie de connaître son histoire et on peut constater sans mal, qu’aucune femme n’est indifférente à son charme, pourtant après plusieurs années à garder ses distances, il est déterminé à franchir un cap avec sa belle Keelyn.

Nassir est un héros sombre né au cœur des combats et il malgré toutes les souffrances, il va se battre pour obtenir la liberté. Alors quand on réalise tout ce qui l’a conduit à être cet homme et bien on ne peut qu’être attendri par son parcours. La noirceur fait partie de son histoire et pour conserver sa position centrale, certaines décisions radicales sont indispensables. On dit souvent que derrière chaque homme de pouvoir se cache une femme et bien dans le cas de notre héros, la femme qui a tout changé dans sa vie c’est Key. Et lorsqu’il se laisse guider par l’amour, on oublie aisément que notre héros est un tueur craint et personnellement j’ai succombé en voyant qu’il considérait sa femme comme son égal dans le business, car son besoin de contrôle ne s’applique pas à elle.

En bref, Jay Crownover signe encore une belle romance, qui saura ravir les fans de la série.

Retrouvez mon avis sur Amour Interdit #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Amour Dangereux #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Amour Coupage #3 ICI

La rencontre idéale (ou presque) | Angéla Morelli (Les Parisiennes #2)

C’est peut-être un été pluvieux, mais certaines lectures ont le mérite d’être aussi lumineuse que le soleil. L’avantage avec les romans d’Angéla Morelli c’est que l’humour et la bonne humeur sont toujours au rendez-vous, donnant des romans déjantés et que dire de ses héroïnes drôles et attachantes.

Bien que ce tome, soit un deuxième opus il peut très bien se lire indépendamment. Ici nous suivons Louise, accro au boulot qui a tendance à laisser sa vie de côté. Décidée à faire une détox, elle décide de s’exiler à la campagne pour l’été afin de se mettre au vert. Son séjour sera également l’occasion de s’accorder une pause avec les hommes ; pourtant même au milieu de la Picardie Louise va être confrontée à deux hommes que tout oppose, l’un apiculteur séducteur et l’autre entrepreneur taciturne.

J’ai beaucoup aimé la fraîcheur de Louise, dès son arrivée en Picardie j’ai sentie que les vacances n’allaient pas être de tout repos. Elle a un côté femme libérée que j’ai trouvé intéressant, et même si elle n’a pas honte d’être accro aux rapports humains et à l’alcool, découvrir celle qu’elle est au fond d’elle est attendrissant. Bien qu’elle renvoie l’image d’une femme indépendante bien dans sa peau, de nombreux complexes lui mènent la vie difficile et sa première rencontre avec le séduisant Joffrey suit son schéma habituel qu’elle essaye pourtant d’interrompre, alors quand elle va faire la connaissance d’Arnaud, qui semble n’avoir rien à faire de son physique, voire même agacé, elle voit ça comme un défi

De manière générale, on pourrait croire qu’au vu de la légèreté du récit les personnages seraient un peu creux, mais bien au contraire notre héroïne a une histoire très touchante et je n’ai eu aucun mal à m’identifier à son histoire. J’aurais d’ailleurs aimé approfondir cet aspect de sa vie qui la place dans une extrême vulnérabilité et la fin m’a frustrée. Il faut dire que tout arrive assez rapidement et même si la conclusion est mignonne, j’ai l’impression d’avoir des questions demeurées sans réponses. Néanmoins, la fluidité de l’écriture et l’humour qui a déjà fait ses preuves sont d’un incroyable réconfort.

En bref, Angéla Morelli est une auteure doudou que j’ai toujours plaisir à découvrir. Ces romances ont le don de m’offrir le remède idéal au stresse et l’anxiété, lorsque j’avais la tête plongée dans cette histoire plus rien n’avait d’importance et mon moral grimpait pour au final me sentir détendue. On retrouve quelques clichés sur la campagne et des scènes coutumières dans les romances, mais ça ne gâche en rien le plaisir de la lecture. En espérant que la suite des aventures de nos Parisiennes voient le jour.

Mon avis sur L’homme idéal (en mieux) #1 ICI