Romance, Young Adult

Ça sonnait mieux dans ma tête | Nina Kenwood

Résumé :
Dans la tourmente du divorce de ses parents, Natalie, grande gaffeuse maladroite, n’a pas la tête à sortir avec des garçons. Jusqu’à ce qu’elle rencontre Alex…
À dix-huit ans, Natalie termine sa dernière année de lycée et attend avec impatience de savoir dans quelle université elle pourra étudier. Mais pendant les vacances de Noël, ses parents lâchent LA bombe : ils divorcent. Pour fuir l’ambiance électrique, Natalie se réfugie chez ses meilleurs amis qui la poussent à profiter de la vie. Introvertie et très gaffeuse, Natalie n’a jamais embrassé personne et déteste aller en soirées, préférant la rêverie à la réalité. Mais quand elle tombe amoureuse du garçon qu’elle aurait dû éviter, sa vie se complique et la voilà obligée de sortir de sa coquille. Et si l’amour lui faisait enfin découvrir le monde réel ?

J’avais vu passer ce roman à sa sortie, mais c’est le résumé passionné de son éditrice qui m’a donné envie de me le procurer. Nina Kenwood évoque avec beaucoup de justesse des questions que beaucoup de jeune femme se sont sans doute déjà posé, l’image de la femme, le regard des autres, le tout mêlée aux premiers émois de la vie amoureuse de notre héroïne.

L’histoire débute par l’annonce du divorce des parents de Natalie le soir de Noël et même si elle est presque adulte, cette nouvelle va la chambouler et durant plusieurs semaines elle va voir son quotidien changé et ses certitudes s’effondrer. Pour oublier cette période compliquée, elle va se réfugier dans son cocon avec ses meilleurs amis et ces vacances étant dernières avant son entrée à l’université, elle va vivre malgré elle plusieurs aventures qui vont littéralement la sortir de sa zone de confort et exacerber sa maladresse.

Contre toute attente, elle va accepter de se rendre à une soirée, alors qu’elle déteste les fêtes et encore plus les inconnus, sur place ça va être un véritable cauchemar, jusqu’à ce que son chemin croise celui d’un garçon qui n’aurait pas pu être plus différent d’elle, mais qui pourtant lui donne la sensation d’être en sécurité. L’alchimie entre les personnages est évidente et chaque moment passé en compagnie l’un de l’autre m’a beaucoup plu. Ils avancent tous les deux doucement et malgré les incertitudes de Natalie, la jeune femme va se laisser porter par son cœur et vivre un premier amour qui en fera craquer plus d’un(e).

J’ai beaucoup apprécié les questionnements par lesquels passe Natalie, son adolescence l’a beaucoup fragilisé et certaines blessures ont laissé des séquelles à la jeune femme d’aujourd’hui. L’image de la femme dans les médias a de quoi faire complexer beaucoup d’adolescente et Natalie en est la preuve vivante, difficile de ne pas se comparer aux magazines, mais dans la réalité impossible de photoshoper les petits défauts et ça en vient à faire complexer les femmes qui sont différentes, car les modèles ne sont pas la norme. J’ai trouvé qu’on avait un bon équilibre entre le thème actuel et les problématiques d’une jeune femme en devenir, mais le côté un peu gauche de Natalie apporte également un peu d’humour et ça en fait un roman vraiment détente.

Mention spéciale au décor australien qui nous dépayse complètement avec des fêtes de fin d’année en été. J’ai beaucoup apprécié cette ambiance façon spring break américain où vacances de Noël riment avec bikini et vacances à la mer, et bien évidemment on prend plaisir à découvrir ce début de romance qui est toute douce et on déguste chaque scène où ils se retrouvent. La fin est peut-être un peu rapide et ça en dévient frustrant, mais l’absence d’épilogue fait sens, ils sont jeunes et c’est le début du reste de leur vie. Cette lecture aura apporté du soleil dans cette fin d’hiver morose à moitié confiné / déconfiné et personnellement c’est tout ce que j’espère de cette lecture.

Suspense / Thriller, Young Adult

Si tu me lis | Katy Loutzenhiser

Résumé :
Jusqu’où seriez-vous prête à aller pour votre meilleure amie ?
Quand sa meilleure amie Priya disparaît, Zan ne peut pas croire qu’elle l’ait ghostée. Après tant d’années d’amitié, elle refuse son silence. Plus elle y pense, plus Zan est persuadée que Priya est en danger. Mais à part le troublant Logan, qui vient d’arriver dans son lycée, personne ne la croit. Zan commence à perdre pied, au point d’aller toujours plus loin dans son enquête. Trop loin ?

J’ai l’impression que ça fait une éternité que je n’avais pas lu de roman de la maison d’édition Pocket Jeunesse, mais j’avais repéré ce roman à sa sortie, mais c’est ma copine Fanbooks76 qui me l’a offert pour mon anniversaire et je la remercie encore pour ce cadeau. Je ne lis que très peu de thriller, mais j’ai apprécié sortir de ma zone de confort avec ce roman et je n’étais pas très dépaysé avec une petite romance et une intrigue captivante.

Zan et Priya sont meilleures amies depuis l’enfance et elles ont vécu de belles choses ensemble. Lorsque Priya déménage c’est un coup dur, mais elles se sont promis de ne pas s’oublier et de garder le contact. Seulement plusieurs semaines après le déménagement, Zan est confrontée au silence de sa meilleure amie, mais elle refuse d’accepter que Priya soit décidée sciemment de l’ignorer. Alors que son entourage tente de lui faire comprendre que la vie peut séparer les plus belles amitiés, Zan se persuader que Priya est en danger et lorsqu’un nouvel élève arrive dans son lycée, elle décide de se lancer avec lui dans une enquête pour obtenir des réponses. 

Zan est une héroïne touchante, jusqu’ici elle n’avait jamais été séparé de sa meilleure amie, alors survivre à son année de terminale sans sa seule amie est déjà difficile à vivre, mais être confrontée au silence de Priya ça va la plonger dans une profonde tristesse. Pour sa famille, la jeune femme a seulement besoin de s’acclimater à sa nouvelle vie, mais plus le temps passe et plus Zan est persuadée que ce silence n’est pas normal. Difficile de concilier instinct et raison, quand tout le monde semble trouver une explication à cette disparition et trouver le comportement de Zan de plus en plus suspect.

L’intrigue est portée par une narration du point de vue de Zan et le doute s’insinue également dans l’esprit du lecteur. Au fil des pages, on passe par plusieurs hypothèses, disparition volontaire, danger imminent ou drame familiale, nous n’avons aucune certitude jusqu’au dernier chapitre où le mystère semble s’éclaircir et nous offre les réponses à toutes nos questions. J’ai beaucoup apprécié que Zan aille au bout de ses convictions et qu’elle n’hésite pas à passer pour une folle si ça lui permet d’obtenir des réponses. En parallèle la jeune femme doit également affronter sa propre histoire familiale et elle pourra compter sur son nouvel ami pour la soutenir et l’aider dans son enquête.

En bref, une très bonne lecture qu’on prend plaisir à découvrir avec un récit fluide et une histoire captivante. On s’attache à l’histoire de Zan et on passe par plusieurs émotions de la tristesse, du doute, de la détermination et cet esprit combatif m’a beaucoup plu. On garde un bon rythme dans le récit et vers la fin tout s’accélère pour nous offrir un dénouement à la hauteur.

Fantasy, Romance

Donne-moi ton cœur | Sara Wolf (#2)

Résumé :
Alors que la guerre entre sorciers et humains est imminente, de nombreux défis attendent Zera…
Tiraillée par ses sentiments, Zera n’a pu se résoudre à mettre à mort Lucien. Elle en paie le prix fort : son coeur est désormais entre les mains d’une nouvelle sorcière, beaucoup moins bienveillante que Chantenuit. Les ordres qu’elle lui donne pourraient plonger le royaume dans les ténèbres, mais Zera ne peut qu’obéir. Désormais seule, elle affronte le mépris de ceux qu’elle a trahis : le prince, son garde du corps, Malachite, et la rayonnante Fione. Zera n’a aucun espoir de retrouver leur amitié. Comment pourraient-ils lui pardonner sa monstruosité ?
Ce roman est le second tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Quel plaisir de replonger dans cette saga, le confinement a failli me faire passer à côté de l’annonce de cette sortie, mais une chose est sûre je referme ce second tome avec le cœur palpitant. Je garde une préférence pour le premier tome, mais cette suite m’a fait passer un excellent moment.

L’histoire reprend à la suite des événements du tome précédent, et soyez assurée que plus rien ne sera pareil. Son identité a été dévoilée et sa vraie nature exposée aux yeux de ses amies, n’ayant pas réussi à mener sa mission à bien, la jeune femme va devoir affronter ses choix et Zera va devoir se résoudre à appartenir à une autre sorcière, qui a des projets pour elle et encore une fois la promesse de récupérer son cœur va être son moteur.

Dans ce second opus nous sommes au cœur de l’action et bien que la romance soit toujours présente, elle est placée au second plan au profit de l’intrigue qui émerge progressivement. Zera va tenter de nouveau d’éviter la guerre et sa nouvelle sorcière va lui confier une mission importante qu’elle est la seule à pouvoir honorer de par son statut de sans cœur. Parallèlement alors qu’elle tente de prendre ses distances, le retour de la Princesse Varia va la conduire à devoir affronter Lucien, Fione et Malachite qui sont désormais méfiants et n’ont plus confiance en elle. Chaque rencontre est plus dévastatrice pour Zera et nous sommes témoin impuissant de sa souffrance. Il n’y a pas plus dure que voir cette jeune femme se déprécier et la faim ne cesse de la faire souffrir. Elle est plus seule que jamais et malgré les doutes, Zera va tout faire pour mener sa mission à bain et creuser le fossé qu’il y a entre elle et ses ex-amis.

Cette révélation sur la condition de Sang-Cœur de Zera a causé beaucoup de déception et de méfiance, mais finalement c’est la jeune femme elle-même qui est la plus dure envers elle. Afin d’éviter de souffrir elle ne va pas oser à mentir et prétendre qu’elle jouait un rôle et chaque mensonge lui coûte, on pourra compter sur un Lucien particulièrement en forme durant ce tome et bien que la jeune femme se fasse souffrir on comprend en partie sa motivation, car elle est enrôlée dans un projet dangereux et éloigner ceux qui ont été proche d’elle c’est une manière de leur éviter le danger et donc les empêcher de souffrir.

Un second opus où l’action, le complot, la manipulation et le danger sont au cœur de l’histoire. On pourra compter sur le sarcasme et l’humour de Zera pour faire retomber la pression et la fin devrait apporter son lot de surprise. Le plus difficile reste à venir puisqu’il faudra attendre la parution du troisième volet pour enfin obtenir des réponses et découvrir ce qui attend nos héros.

Fantasy, Romance

Donne-moi ton cœur | Sara Wolf (#1)

Résumé :
Pour retrouver sa liberté, elle doit ravir le coeur du prince…
Quand sa famille a été décimée par une horde de bandits, Zera a été sauvée in extremis par une sorcière. Mais cette dernière a pris son coeur en otage afin de faire d’elle son esclave.
Un jour, la sorcière propose un marché à Zera : si elle obtient le cœur du prince héritier du royaume, elle récupérera le sien. Si elle échoue, elle perdra à jamais la chance de redevenir humaine.
Le prince héritier Lucien d’Malvane déteste la vie de cour et ne se prive pas de le montrer. Surtout, il rêve d’un monde plus juste. Alors que ses parents insistent pour qu’il se marie, personne ne trouve grâce à ses yeux… jusqu’à ce que l’insolente Zera se présente à lui.
Ainsi commence le jeu du chat et de la souris entre un prince entêté et une jeune fille qui n’a rien à perdre. Le gagnant remportera le coeur de l’autre… littéralement.

J’étais loin d’imaginer à quel point ce roman allait me captiver, j’ai découvert Sara Wolf dans des récits contemporains et sa série Je te hais, vient d’être a longtemps été ma favorite de l’auteure, mais ça c’était avant de découvrir cet univers. J’ai tendance à vouloir suivre une auteure dans toutes les étapes de son parcours, alors même s’il y a la crainte d’un nouveau registre la curiosité est un moteur. Lorsque Pocket Jeunesse a annoncé la publication de cette série, j’étais ravie tant pour le résumé que pour la couverture absolument sublime.

Zera a perdu sa famille il y a trois ans dans une tragique attaque où elle aurait dû périr, mais l’intervention d’une sorcière lui a permis de survivre. La magie a réussi à la maintenir en vie, mais sa sauveuse lui a pris son cœur afin qu’elle demeure son esclave. Bien qu’elle supplie chaque jour la sorcière de lui rendre sa liberté, la jeune femme est contrainte de vivre avec une faim insatiable qui lui murmure à chaque instant des actes terribles pour assouvir cette soif de sang. Alors qu’elle réchappe à une attaque, la sorcière lui propose un marché, Zera pourra récupérer son cœur si elle lui rapporte celui du Prince Lucien. Pour mettre son plan à exécution, la jeune femme se rend au royaume de Cavanos en tant que Fiancées du Printemps et espère obtenir le cœur du Prince.

Zera est une héroïne surprenante, lorsque nous faisons sa connaissance c’est son sarcasme qui se démarque. Rapidement elle va montrer l’image d’une jeune femme combative, avec ses convictions sur la manière donc la royauté dirige le peuple. Lutter contre la faim est un combat permanent et on va rapidement constater à quel point la Sang-Cœur peut avoir des mots durs envers elle-même. Elle ne cesse de ressasser ses erreurs et malgré qu’elle se qualifie elle-même de monstre, je l’ai trouvé parfois plus humaine que certains protagonistes. Afin de rendre crédible son plan, Y’shennria une noble au sombre passé, va devoir lui enseigner les bases de la noblesse. Bien que leur rapport soit explosif, j’ai apprécié les interactions et l’évolution au fil du récit.

Ma crainte c’était la manière dont on allait aborder la romance, Zera est chargé de séduire le Prince pour lui prendre son cœur, donc j’avais peur qu’on soit trop dans une séduction feinte. Et puis finalement, l’histoire prend une direction inattendue et la séduction va finalement être placée en second plan face à un complot. Notre héroïne bien qu’elle n’en soit pas consciente, va montrer sa part d’humanité et grâce à son sarcasme, réussir à se faire remarquer d’une manière imprévue. Lucien n’a pas l’intention de se marier et tout ce qu’il voit quand il regarde les Fiancées tout ce qu’il voit ce sont des chaînes. Alors évidemment oser briser le protocole et se servir des informations qu’elle a en sa possession c’est rafraîchissant pour le Prince et entre deux échanges sous le signe de l’humour mention spéciale à Malachite ; on n’aspire qu’à un rapprochement malgré la distance de Lucien

Il y a bien évidemment une certaine méfiance, des femmes intéressées il en a rencontré beaucoup et sa seule préoccupation c’est le confort de son peuple. Les actes barbares se multiplient et l’ombre d’une guerre contre les sorcières plane au-dessus du royaume et cette guerre chacun souhaite l’éviter, et malgré leur différence Zera et Lucien vont bien souvent se retrouver dans les mêmes situations périlleuses, et découvrir une nouvelle facette de leurs personnalités. Tous les deux ont leurs propres missions, mais il va s’avérer difficile de lutter. Il demeure encore quelques questions sur l’univers et à mon sens, il n’est pas totalement exploité, mais la curiosité est là et les coutumes évoquées sont crédibles. J’ai particulièrement apprécié le personnage de Zera et le fait qu’elle soit narratrice nous permet de comprendre les souffrances de sa situation et le déchirement liés à sa quête et malgré son pacte avec le diable, on éprouve forcément d’empathie envers elle et j’ai craint l’issue de cette mission.

En refermant ce livre, j’ai immédiatement éprouvé une énorme frustration et en analysant mes émotions je réalise que je préfère éprouver cette douce torture plutôt que refermer ce livre indifférente. J’entends par là, que lire ce premier tome a été un vrai bonheur et je n’avais pas éprouvé ça depuis tellement longtemps l’excitation de découvrir la suite, que c’est finalement appréciable de pouvoir ressentir le plaisir de l’attente et le bonheur de surveiller la moindre information sur la publication de la suite. Bref, vous l’aurez compris c’est une lecture que je vous recommande et je ne peux que vous souhaiter d’apprécier votre lecture autant que moi !

Young Adult

L’esquisse du Bonheur | Akemi Dawn Bowman

Résumé :

Découvre qui tu es vraiment et le bonheur sera à portée de main.
Kiko Himura ne s’est jamais sentie à sa place. Avec une mère qui la rabaisse tout le temps et son métissage japonais qui la rend différente aux yeux des autres, elle préfère se rendre invisible, certaine qu’une fois qu’elle aura intégré l’école d’art de ses rêves tout s’arrangera. Car Kiko mise tout sur son avenir, l’esquisse d’un bonheur si proche… Pourtant, quand elle croise par hasard Jamie, son amour d’enfance, et que sa mère lui annonce le retour dans leurs vies de la personne qu’elle déteste le plus au monde, c’est son passé qui resurgit…

A force de découvrir de nouvelles histoires, de nouveaux personnages et de nouveaux auteurs, il est difficile de ne pas devenir plus exigeante et mes goûts étant portée sur la romance, les prises de risque sont plus rares. Je n’ai pas eu de coup de cœur depuis très longtemps et pourtant je suis continuellement à la recherche du roman qui va me bouleverser. Ce roman, je l’ai découvert par hasard et bien qu’on ne franchisse pas le coup de cœur, l’histoire a réussi à me donner des frissons tant le thème est touchant et rencontrer l’héroïne m’a bouleversé.

Kiko Himura m’a brisé le cœur. Interagir en société a toujours été affreuse difficile pour la jeune fille, accoutumé aux crises de paniques, Kiko ne s’est jamais vraiment intégré auprès de ses camarades et sa seule source d’interaction sociale, se résume à sa meilleure amie. Les années lycée ne sont pas forcément les meilleurs pour elle, et à la maison la situation est loin d’être idyllique. Kiko subit les propos blessants de sa mère, tant pour ses choix d’avenir, que pour son métissage japonais la rendant différentes aux yeux des autres, provoquant le mal-être de sa fille et le désir d’invisibilité à la maison comme au lycée. Son quotidien va être chamboulé par le retour de Jamie son ami d’enfance, avec qui elle garde les plus beaux souvenirs de son enfance, et qu’elle n’a jamais oublié.

Je pense qu’on peut dire que c’est le genre de récit où on termine avec le cœur en miettes. Dès le premier chapitre on ressent on forme d’oppression, face à la pression constante qu’exerce la mère de Kiko sur sa fille. Sa détresse est bouleversante et cette attitude révoltante, accentuant l’anxiété de la jeune fille et positionnant le lecteur dans un statut de spectateur impuissant. Je n’ai pas de mot face au comportement atroce de cette mère, mais on attend un niveau d’horreur lorsque la personne la plus abjecte possible refait son apparition. Immédiatement des sentiments contradictoires m’ont traversé à la fois de la peine, de la colère et puis le désir de la protéger.

Bien qu’elle reste très méfiante, le retour de Jamie va l’empêcher de se faner. Et la forcer à sortir de sa zone de confort, sa meilleure amie ayant quitter la ville pour commencer les cours, elle va tenter d’appliquer les conseils de cette amie sincère qui lui aura laisser le meilleur conseil qu’on puisse lui apporter. Sortir de sa coquille ne va pas être simple et les rares instants de bonheur ont été vécu comme une victoire pour moi, car face à tant de souffrance on ne peut que vouloir le meilleur pour Kiko. Le chemin vers la guérison va prendre du temps, mais j’ai trouvé qu’elle faisait une belle analyse de sa vie et était consciente de s’être cachée derrière ceux qui ont été sa force. Et la voir devenir l’artiste confiance, belle et insouciante qu’elle devient m’a réchauffé le cœur. Je ne peux que recommander cette fabuleuse histoire et j’espère que vous percevrez les mêmes émotions touchantes.

New Adult

Je ne te hais… plus du tout | Sara Wolf (Lovely Vicious #3)

Résumé :

Isis Blake n’est plus tombée amoureuse depuis trois ans, quarante-trois semaines et deux jours.
Enfin… il se pourrait que si, mais elle ne l’avouerait sous aucun prétexte. Il se pourrait aussi qu’il y ait un trou béant dans son coeur, un trou d’à peu près la taille de Jack Hunter.
Déterminée à combler ce vide, c’est avec un grand sourire qu’elle débarque à l’université pour débuter sa nouvelle vie. Mais lorsqu’elle aperçoit Sans-Nom, celui qui l’a meurtrie à jamais, son sourire s’efface aussitôt…

Ce roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’ai attendu ce dernier opus de manière assez compulsive et une fois entre mes mains, il n’aura duré que quelques heures avant de me laisser totalement porter par mes envies. Cet épilogue m’a comblé par bien des aspects et le thème aborder raisonne d’une manière particulière, notamment car après s’être intéressé au passé de Jack dans le second tome, c’est autour d’Isis de nous dévoiler tous ces secrets. Malgré quelques éléments pas toujours crédibles, je n’ai pas pu passer à côté des émotions d’Isis tellement elles sont éprouvantes pour le lecteur qui la voit dans une situation émotionnelle fragile et on sent qu’elle va craquer d’un instant à l’autre.

Pour cette conclusion, nous changeons de décor et bien que l’environnement soit différent, cette immersion à l’université va s’avérer difficile pour Isis, qui va devoir s’en sortir sans sa meilleure amie Kayla et après les évènements du tome 2, le petit groupe a implosé. A commencer par Jack qui a préféré fuir, laissant Isis face à ses sentiments amoureux et la douleur liée à son passé qui semble se répéter. Alors qu’elle commence tout juste à accepter la situation et se construire un nouveau cercle d’amis, la jeune femme aperçoit Sans-Nom et toutes ses certitudes vont vaciller face à celui qui lui a causé tant de souffrances et qui continue d’avoir de l’emprise sur elle.

Je ne pense pas être la seule dans cette situation, mais j’ai attendu cette confrontation depuis les premiers extraits issus du passé d’Isis. Bien que cela cause beaucoup de mal à notre héroïne c’est indispensable à sa guérison et on va se rendre compte que Sans-Nom est absolument abjecte et bien que plusieurs années ce soient écoulées, Isis peine toujours autant à remonter la pente pour échapper à son aura malfaisante. Certaines scènes sont douloureuses, car la force et la répartie de notre héroïne semblent figées. Elle va pouvoir compter sur un soutien inattendu, mais les réactions ne seront pas celle que j’avais anticipée. On joue à Je t’aime, moi non plus… et c’est assez frustrant, car on sait pertinemment qu’ils n’ont qu’un mot à se dire pour enfin être heureux.

Concernant l’intrigue semi-policière je ferais les mêmes reproches que lors du tome 2, la pseudo enquête n’était pas indispensable et retire en  crédibilité. Sans compter que parfois ça complique les choses et à l’inverses, d’autres moments sont un peu trop faciles. J’ai eu un peu de mal à apprécier totalement ma lecture, car je trouve que le passé d’Isis se suffisait à lui-même et qu’on n’avait pas besoin d’en rajouter des tonnes. Surtout que la confrontation finale qu’on attend tous, vous savez le moment où l’autre connard en prend plein la gueule et bien c’était méchant, mais pas si terrible compte tenu de son comportement durant ce tome ; alors heureusement que l’épilogue vient combler parfaitement mon cœur de romantique, car sinon j’aurais été un peu déçue. En bref, une lecture captivante bien que pas toujours le reflet authentique de la société, mais qui dégage de réelles émotions.

Mon avis sur Je te hais… passionnément #1 ICI
Mon avis sur Je te hais… à la folie #2 ICI