Donne-moi ton cœur | Sara Wolf (#1)

Résumé :
Pour retrouver sa liberté, elle doit ravir le coeur du prince…
Quand sa famille a été décimée par une horde de bandits, Zera a été sauvée in extremis par une sorcière. Mais cette dernière a pris son coeur en otage afin de faire d’elle son esclave.
Un jour, la sorcière propose un marché à Zera : si elle obtient le cœur du prince héritier du royaume, elle récupérera le sien. Si elle échoue, elle perdra à jamais la chance de redevenir humaine.
Le prince héritier Lucien d’Malvane déteste la vie de cour et ne se prive pas de le montrer. Surtout, il rêve d’un monde plus juste. Alors que ses parents insistent pour qu’il se marie, personne ne trouve grâce à ses yeux… jusqu’à ce que l’insolente Zera se présente à lui.
Ainsi commence le jeu du chat et de la souris entre un prince entêté et une jeune fille qui n’a rien à perdre. Le gagnant remportera le coeur de l’autre… littéralement.

J’étais loin d’imaginer à quel point ce roman allait me captiver, j’ai découvert Sara Wolf dans des récits contemporains et sa série Je te hais, vient d’être a longtemps été ma favorite de l’auteure, mais ça c’était avant de découvrir cet univers. J’ai tendance à vouloir suivre une auteure dans toutes les étapes de son parcours, alors même s’il y a la crainte d’un nouveau registre la curiosité est un moteur. Lorsque Pocket Jeunesse a annoncé la publication de cette série, j’étais ravie tant pour le résumé que pour la couverture absolument sublime.

Zera a perdu sa famille il y a trois ans dans une tragique attaque où elle aurait dû périr, mais l’intervention d’une sorcière lui a permis de survivre. La magie a réussi à la maintenir en vie, mais sa sauveuse lui a pris son cœur afin qu’elle demeure son esclave. Bien qu’elle supplie chaque jour la sorcière de lui rendre sa liberté, la jeune femme est contrainte de vivre avec une faim insatiable qui lui murmure à chaque instant des actes terribles pour assouvir cette soif de sang. Alors qu’elle réchappe à une attaque, la sorcière lui propose un marché, Zera pourra récupérer son cœur si elle lui rapporte celui du Prince Lucien. Pour mettre son plan à exécution, la jeune femme se rend au royaume de Cavanos en tant que Fiancées du Printemps et espère obtenir le cœur du Prince.

Zera est une héroïne surprenante, lorsque nous faisons sa connaissance c’est son sarcasme qui se démarque. Rapidement elle va montrer l’image d’une jeune femme combative, avec ses convictions sur la manière donc la royauté dirige le peuple. Lutter contre la faim est un combat permanent et on va rapidement constater à quel point la Sang-Cœur peut avoir des mots durs envers elle-même. Elle ne cesse de ressasser ses erreurs et malgré qu’elle se qualifie elle-même de monstre, je l’ai trouvé parfois plus humaine que certains protagonistes. Afin de rendre crédible son plan, Y’shennria une noble au sombre passé, va devoir lui enseigner les bases de la noblesse. Bien que leur rapport soit explosif, j’ai apprécié les interactions et l’évolution au fil du récit.

Ma crainte c’était la manière dont on allait aborder la romance, Zera est chargé de séduire le Prince pour lui prendre son cœur, donc j’avais peur qu’on soit trop dans une séduction feinte. Et puis finalement, l’histoire prend une direction inattendue et la séduction va finalement être placée en second plan face à un complot. Notre héroïne bien qu’elle n’en soit pas consciente, va montrer sa part d’humanité et grâce à son sarcasme, réussir à se faire remarquer d’une manière imprévue. Lucien n’a pas l’intention de se marier et tout ce qu’il voit quand il regarde les Fiancées tout ce qu’il voit ce sont des chaînes. Alors évidemment oser briser le protocole et se servir des informations qu’elle a en sa possession c’est rafraîchissant pour le Prince et entre deux échanges sous le signe de l’humour mention spéciale à Malachite ; on n’aspire qu’à un rapprochement malgré la distance de Lucien

Il y a bien évidemment une certaine méfiance, des femmes intéressées il en a rencontré beaucoup et sa seule préoccupation c’est le confort de son peuple. Les actes barbares se multiplient et l’ombre d’une guerre contre les sorcières plane au-dessus du royaume et cette guerre chacun souhaite l’éviter, et malgré leur différence Zera et Lucien vont bien souvent se retrouver dans les mêmes situations périlleuses, et découvrir une nouvelle facette de leurs personnalités. Tous les deux ont leurs propres missions, mais il va s’avérer difficile de lutter. Il demeure encore quelques questions sur l’univers et à mon sens, il n’est pas totalement exploité, mais la curiosité est là et les coutumes évoquées sont crédibles. J’ai particulièrement apprécié le personnage de Zera et le fait qu’elle soit narratrice nous permet de comprendre les souffrances de sa situation et le déchirement liés à sa quête et malgré son pacte avec le diable, on éprouve forcément d’empathie envers elle et j’ai craint l’issue de cette mission.

En refermant ce livre, j’ai immédiatement éprouvé une énorme frustration et en analysant mes émotions je réalise que je préfère éprouver cette douce torture plutôt que refermer ce livre indifférente. J’entends par là, que lire ce premier tome a été un vrai bonheur et je n’avais pas éprouvé ça depuis tellement longtemps l’excitation de découvrir la suite, que c’est finalement appréciable de pouvoir ressentir le plaisir de l’attente et le bonheur de surveiller la moindre information sur la publication de la suite. Bref, vous l’aurez compris c’est une lecture que je vous recommande et je ne peux que vous souhaiter d’apprécier votre lecture autant que moi !

L’esquisse du Bonheur | Akemi Dawn Bowman

Résumé :

Découvre qui tu es vraiment et le bonheur sera à portée de main.
Kiko Himura ne s’est jamais sentie à sa place. Avec une mère qui la rabaisse tout le temps et son métissage japonais qui la rend différente aux yeux des autres, elle préfère se rendre invisible, certaine qu’une fois qu’elle aura intégré l’école d’art de ses rêves tout s’arrangera. Car Kiko mise tout sur son avenir, l’esquisse d’un bonheur si proche… Pourtant, quand elle croise par hasard Jamie, son amour d’enfance, et que sa mère lui annonce le retour dans leurs vies de la personne qu’elle déteste le plus au monde, c’est son passé qui resurgit…

A force de découvrir de nouvelles histoires, de nouveaux personnages et de nouveaux auteurs, il est difficile de ne pas devenir plus exigeante et mes goûts étant portée sur la romance, les prises de risque sont plus rares. Je n’ai pas eu de coup de cœur depuis très longtemps et pourtant je suis continuellement à la recherche du roman qui va me bouleverser. Ce roman, je l’ai découvert par hasard et bien qu’on ne franchisse pas le coup de cœur, l’histoire a réussi à me donner des frissons tant le thème est touchant et rencontrer l’héroïne m’a bouleversé.

Kiko Himura m’a brisé le cœur. Interagir en société a toujours été affreuse difficile pour la jeune fille, accoutumé aux crises de paniques, Kiko ne s’est jamais vraiment intégré auprès de ses camarades et sa seule source d’interaction sociale, se résume à sa meilleure amie. Les années lycée ne sont pas forcément les meilleurs pour elle, et à la maison la situation est loin d’être idyllique. Kiko subit les propos blessants de sa mère, tant pour ses choix d’avenir, que pour son métissage japonais la rendant différentes aux yeux des autres, provoquant le mal-être de sa fille et le désir d’invisibilité à la maison comme au lycée. Son quotidien va être chamboulé par le retour de Jamie son ami d’enfance, avec qui elle garde les plus beaux souvenirs de son enfance, et qu’elle n’a jamais oublié.

Je pense qu’on peut dire que c’est le genre de récit où on termine avec le cœur en miettes. Dès le premier chapitre on ressent on forme d’oppression, face à la pression constante qu’exerce la mère de Kiko sur sa fille. Sa détresse est bouleversante et cette attitude révoltante, accentuant l’anxiété de la jeune fille et positionnant le lecteur dans un statut de spectateur impuissant. Je n’ai pas de mot face au comportement atroce de cette mère, mais on attend un niveau d’horreur lorsque la personne la plus abjecte possible refait son apparition. Immédiatement des sentiments contradictoires m’ont traversé à la fois de la peine, de la colère et puis le désir de la protéger.

Bien qu’elle reste très méfiante, le retour de Jamie va l’empêcher de se faner. Et la forcer à sortir de sa zone de confort, sa meilleure amie ayant quitter la ville pour commencer les cours, elle va tenter d’appliquer les conseils de cette amie sincère qui lui aura laisser le meilleur conseil qu’on puisse lui apporter. Sortir de sa coquille ne va pas être simple et les rares instants de bonheur ont été vécu comme une victoire pour moi, car face à tant de souffrance on ne peut que vouloir le meilleur pour Kiko. Le chemin vers la guérison va prendre du temps, mais j’ai trouvé qu’elle faisait une belle analyse de sa vie et était consciente de s’être cachée derrière ceux qui ont été sa force. Et la voir devenir l’artiste confiance, belle et insouciante qu’elle devient m’a réchauffé le cœur. Je ne peux que recommander cette fabuleuse histoire et j’espère que vous percevrez les mêmes émotions touchantes.

Dix Millions d’Étoiles | Robin Roe

Résumé :

Une histoire d’amitié hors du commun entre deux garçons que tout oppose.
Adam est hyperactif : il a des tas d’amis et ne s’arrête jamais de courir. Quand on lui demande de prendre sous son aile un petit nouveau très introverti, il accepte sans hésiter. Très vite, il comprend que ce garçon n’est autre que Julian, un orphelin qui a vécu chez lui autrefois et dont il avait perdu toute trace. Adam est heureux de ces retrouvailles, alors que Julian est l’ombre de lui-même. Déterminé à l’aider et à comprendre ce qui s’est passé, Adam va découvrir des secrets qui pourraient coûter cher aux deux garçons…

 

Il y a des romans on le sait dès l’instant où on lit la quatrième de couverture qu’on ne ressortira pas indemne d’une telle lecture. Pauline Mardoc, la directrice de collection PKJ15+ a pour habitude de faire des thread sur Twitter afin de nous parler des romans à venir dans la collection et bien souvent, elle vente les mérites d’un ou plusieurs books boyfriends. Ici on comprend que le sujet va être vraiment différent et que la romance n’est pas le moteur de l’histoire, en lisant le résumé j’ai eu un véritable coup de cœur pour les promesses de cette histoire et alors que ce n’était pas du tout prévu, j’ai foncé la tête la première pour me procurer ce roman bouleversant.

Il y a quelques années la mère d’Adam a recueilli un orphelin en tant que famille d’accueil et son départ a profondément marquer la vie d’Adam et sa mère. Aujourd’hui après plusieurs années sans aucune trace de Julian, Adam est persuadé que le nouvel étudiant qu’il doit prendre sous son aile, n’être autre que ce jeune orphelin. Ravi d’avoir enfin retrouvé celui qu’il considérait comme son petit frère, il va pourtant se heurter à la distance volontairement mise à Julian. Nous avons d’un côté un garçon populaire avec un groupe d’amis soudé et de l’autre un jeune homme effacé qui n’a que sa solitude pour lui tenir compagnie. La détermination d’Adam va lui permettre d’atteindre la carapace de Julian et nous allons assister à la naissance de l’une des plus belles amitiés.

Adam est un personnage qui souffre d’hyperactivité, sa maladie s’est stabilisé, mais c’est un personnage qui ne peut pas s’empêcher d’être en mouvement. J’ai trouvé ce personnage assez particulier, au contact de ses amis ont voit qu’il ne peut pas s’empêcher de toujours courir et l’inactivité est synonyme d’ennui pour lui. J’ai trouvé ce personnage inattendu, il peut paraître froid, car très peu expressif au niveau émotionnel, à l’instar de sa mère il a un réel attrait pour le social et il est d’ailleurs l’assistant de la psychologue du lycée. Sa fonction va lui permettre de retrouver une proximité avec Julian et malgré la timidité du jeune homme, il va réussir à tisser un lien.

Julian souhaite simplement passer inaperçu et être oublié, tant par ses camarades, que par ses professeurs. Grâce à l’alternance des points de vue, aucun détail ne va nous échapper et les réactions vont immédiatement faire sens pour le lecteur. Julian cache de lourds secrets et sa capacité à se fondre dans la masse, lui permet presque de disparaître dans ce lycée. Seulement la psychologue qui l’a suivi depuis la mort de ses parents ayant été récemment mutée dans ce lycée, il ne va pas pouvoir suivre son plan. Sans compter que face à l’insistance amicale d’Adam, il va se sentir en confiance et pour la première fois, il va rencontrer d’autres personnes de son âge, qui semble avoir de l’intérêt pour lui. Ce personnage est terriblement émouvant, tout ce qu’il cache depuis plusieurs années est un crève cœur et bien qu’on s’attendent à un sujet poignant, on est loin d’être préparé à vivre tout ça.

Ce livre, ces personnages, cette histoire tout est d’une incroyable beauté et malgré la noirceur du sujet, ce roman nous montre que l’amitié est la plus belle chose qui puisse exister. On voit rarement un lien aussi fort et c’est tout aussi touchant qu’une histoire d’amour, car Julian a véritablement besoin du bonheur que lui offre Adam. On plonge dans une histoire qui va très certainement vous briser le cœur et les émotions qui m’ont accompagné pendant ma lecture sont indescriptibles. Il est inconcevable de rester indifférent face à l’horreur suggérée, cette lecture c’est un véritable ascenseur émotionnel jusqu’à la derrière ligne. C’est à la fois beau et bouleversant.

Les leçons d’Amour d’Alice Wells | Sara Wolf

Résumé :

Quand une élève modèle demande des cours de séduction au bad boy du campus, attention danger !
Alice collectionne les meilleures notes. Dévouée à ses études, elle n’a pas de temps à consacrer à sa vie privée, elle n’a même jamais embrassé un garçon ! Alors, quand elle tombe amoureuse de son alter ego, le parfait Théo, elle décide de procéder comme elle l’a toujours fait : en étudiant très sérieusement les choses de l’amour. Et qui mieux que Ranik Mason, dont la réputation sulfureuse est connue de tous, peut lui donner des cours particuliers ?
Merci Pocket Jeunesse pour cet envoi

Une romance plutôt classique qui parvient à susciter tendresse et attachement envers les personnages. L’histoire conserve un aspect jeunesse, malgré que l’intrigue se déroule sur les bancs de l’université, mais le manque d’expérience de l’héroïne rend l’histoire plus douce et conserve une certaine innocence idéale pour de jeunes adultes, sans pour autant ponctuer les chapitres de scènes de sexe. J’ai découvert Sara Wolf, dans sa précédente trilogie parut chez Pocket Jeunesse et immédiatement j’ai ressenti les émotions sans pouvoir l’expliquer, comme si le récit avait les bons mots. Ici on est dans une histoire plus légère et en période hivernale, c’est tout à fait le genre de roman doudou que j’apprécie découvrir avec un chocolat chaud pour m’accompagner.

Alice Wells a toujours été la première de la classe et ses études sont très importantes pour la jeune femme, alors lorsqu’elle réalise qu’elle éprouve des sentiments pour le parfait Théo, elle réalise qu’elle ne sait pas quoi faire pour qu’il l’a remarque. Sa vie privée n’a jamais été sa priorité et ses amis se comptent sur les doigts d’une main. Pour elle la solution est toute trouver, elle doit étudier pour connaître l’Amour et lorsque sa route va croiser un homme qui semble connaître les codes, elle va se tourner vers Ranik Mason pour qu’il lui enseigne tout ce qu’elle a besoin de savoir pour obtenir le garçon qui lui plaît, en échange de quoi la studieuse Alice va exceller dans le domaine où elle est la meilleure : les cours, afin d’offrir de bonnes notes à son professeur.

La fin est prévisible, mais ça n’enlève rien du plaisir passer à découvrir la rencontre entre Alice et Ranik, ou  tout simplement la manière dont deux inconnus vont progressivement développer une certaine alchimie. Il y a un côté assez cliché du playboy qui va apprendre l’amour à la petite étudiante studieuse, mais j’ai apprécié voir les différences qui les séparaient au début, évoluer pour finalement se redécouvrir soi-même. J’ai eu quelques difficultés avec le personnage d’Alice, elle a ce côté naïf qui m’a parfois agacé, mais au contact de Ranik elle devient attachante dans sa quête de l’Amour et cette reine des glaces va venir réchauffer le cœur de notre bad boy aux ailes brisées.  Et notre héros est un excellent héros qui va faire battre des cœurs, tant sa personnalité est émouvante. On alterne entre humour et fragilité lorsqu’on entrevoit ceux qu’ils sont réellement.

Une lecture détente qui prouve encore l’addictivité de la plume de l’auteure et comme elle sait si bien le faire, elle sème sa petite graine de tendresse qui contribue à se sentir à l’aise avec les personnages et à souhaiter un rapprochement, pourtant quelques leçons sont un peu poussées et par moments j’ai eu du mal à trouver ça vraiment crédible. Il faut dire que Alice est vraiment très studieuse et n’hésite pas à donner de sa personne, ce qui rend certaines situations un peu malaisantes et les actes étaient parfois trop désinvoltes.

Néanmoins j’ai apprécié voir nos héros cultiver leur différence et s’épanouir au contact l’un de l’autre. Je regrette qu’on n’ait pas creusé un peu plus du côté de leur vie privée, qui semblait avoir quelques éléments intéressants non exploités, alors qu’ils font partie intégrante de leurs histoires. Et pour le coup petit bémol sur la fin trop précipitée, qui aurait mérité quelques chapitres supplémentaires, ou une moitié de roman qui prépare cette conclusion. Tout ce que j’attendais de cette lecture, était un moment sans prise de tête avec des personnages attachants et le pari est plutôt réussi. Un moment de lecture comme on les aime.

Trouver les mots | Julie Buxbaum

Résumé :

Elle n’a plus envie de parler. Il n’a jamais su communiquer. Ensemble, ils vont s’aider.
Le jour où Kit Lowell, l’amour secret de sa vie, s’assoit à sa table de cantine, David est bouleversé. Il comprend que c’est le moment ou jamais de démarrer une conversation. Mais quoi de plus difficile pour un garçon solitaire, qui ne comprend rien aux conventions sociales ? Kit, elle, cherchait un endroit où on la laisserait enfin tranquille, après la mort de son père. Elle est loin de se douter de ce qu’elle va trouver en posant son plateau à côté de celui de David…

Je suis toujours émerveillé de voir comment certain auteur arrive à nous transporter grâce au pouvoir des mots. Lorsque j’ai découvert Julie Buxbaum, l’histoire de Trois de tes secrets avait réussi à me toucher, l’intégralité de ce roman m’avait captivé et quand une auteure parvient à atteindre la corde sensible, il est inconcevable de ne pas se jeter sur son prochain roman, que ce soit pour retrouver une plume qu’on apprécie ou simplement pour vérifier que la magie opère toujours. J’étais loin d’imaginer que la douceur de ce roman et la tendresse de cette rencontre, réussirait à m’atteindre de nouveau et c’est sans appel mon cœur bat la chamade.

On se met dans le bain assez rapidement et on comprend facilement que le thème abordé ne va pas être de tout repos. David a une singularité et cette différence n’en fait pas quelqu’un de très populaire. Alors lorsque Kit Lowell s’assoit à sa table de cantine, le quotidien du jeune homme s’en trouve bouleverser. Contraint à la solitude David n’est pas forcément très habile pour se faire des amis, mais malgré ça il est conscient que cette opportunité ne se reproduira jamais et les quelques mots qu’il va prononcer vont atteindre profondément Kit. Depuis le décès de son père, tout le monde marche sur des œufs et le fossé se creuse entre elle et ses amies. En posant son plateau sur la table de David, elle n’aspirait qu’à un besoin de solitude et authenticité de ce personnage vont l’atteindre profondément. Ensemble ils vont créer un lien fort, qui va profondément les aider.

David est un personnage absolument craquant, la singularité et sa manière d’analyser ce qui l’entoure m’a touché. Ses camarades savent qu’il existe, mais sa discrétion au fil des ans a finis par faire oublier sa présence aux élèves. Un casque vissé sur les oreilles et le monde autour s’efface, David s’est construit sa bulle et sa routine lui convient parfaitement. Très entouré par sa famille il ne s’est jamais vraiment senti seul et malgré que sa seule amie soit sa sœur, alors lorsque Kit s’installer à sa table c’est le bouleversement car assez improbable. Il y a un contraste assez intéressant dans sa manière d’interagir, il donne l’impression d’être assez froid et les mots qui sortent de sa bouche sont d’une sincérité déconcertante, mais à côté de ça ses émotions sont en ébullition et il cherche la meilleure manière d’interagir en essayant de contrôler la manière dont les mots sortent pour ne pas blesser.

Kit était heureuse de sa vie avant, mais depuis le décès de son père elle n’a plus goût à rien et malgré le soutien de ses amis, la vie ne reprend pas son cours pour elle. Personne ne comprend pourquoi elle s’isole, mais faire semblant lui est devenu impossible. S’asseoir à une autre table peut sembler assez radicale, mais ça semble être la meilleure solution pour déjeuner en toute tranquillité. Elle pensait que la table de David serait calme, mais le jeune homme est sincère, tout ce que les autres ne sont pas. Elle est à un stade de sa vie où elle a besoin qu’on soit authentique avec elle et il va trouver les mots justes pour exprimer ce que personne n’ose dire.

La complicité naissante entre David et Kit m’a fait craquer, David comprend comme personne ce que vit Kit et son absence de filtre est une vraie bouffée d’air frais. Au premier abord, leur amitié semble inattendue, mais au fil des pages c’est comme une évidence. On aborde des thèmes émouvants tels que le deuil ou la différence et ce dernier sujet est traité avec authenticité, on est plongé dans la tête de nos héros, tous les deux à un tournant de leur vie et la manière dont leurs émotions sont retranscrites rend l’histoire encore plus bouleversante. Une très belle leçon de vie qui fait réfléchir sur la société et en même temps apporte une réponse aux préjugés.