La Reine de Pique | Meghan March (Mount Serie #2)

Résumé :

Je le déteste, mais chaque fois qu’il entre dans la pièce, mon corps me trahit. Comment peut-on, dans le même temps, désirer et craindre la même personne ? Je savais qu’il m’embrouillerait. Mais je ne savais pas que ce serait l’anarchie totale dans ma tête.
Je ne me rendrai pas. Je ne montrerai pas ma faiblesse. Je tiendrai bon et je m’en sortirai avec mon coeur et mon âme intacts.
Même s’il a d’autres projets…
Car quand Lachlan Mount entre en jeu, les dés sont forcément pipés.
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse
Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

Un deuxième opus qui se démarque très largement du premier tome qui m’avait laissé un sentiment mitigé. Notamment lié à l’érotisme beaucoup trop présent au profit des sentiments et dès les premiers chapitres ont ressent un changement dans la tête des personnages finalement on découvre notre héros plus attachant qu’il ne l’avait été jusqu’ici tout en conservant sa légendaire froideur et sa poigne de fer.

Je pense que la fin en a laissé plusieurs assez choqué et personnellement, heureusement qu’il y avait cette fin, car j’aurais eu des doutes pour continuer la série et en ayant terminé aujourd’hui ma lecture, je sais que ça aurait été une erreur, donc je suis ravie que ma curiosité soit rentré en ligne de compte. Finalement on conserve les éléments que j’avais appréciés, tout en gommant les défauts et en consolidant un peu l’intrigue.

On retrouve nos héros perturbés à différents degrés et ce nouvel aspect, les rends plus humain et moins détestable. Du côté de Mount, sa froideur se fissure un peu et on en découvre un peu plus sur le mystère qui entoure le personnage et son passé vient apporter quelques explications sur l’homme qu’il est aujourd’hui. D’ailleurs, moi qui l’avait trouvé assez détestable dans le premier opus, j’ai un peu changé mon avis et à l’image de Keira j’ai apprécié le redécouvrir à la fois en tant que maître de son royaume, et comme simple homme.

Keira n’est pas non plus en reste, certes elle a perdu un peu de sa fougue lorsqu’elle est en présence de Mount, mais je vois ça comme une forme d’acceptation face à ses désirs, qu’elle n’assumait pas forcément. Et ça renforce son côté femme d’affaire qui n’a pas peur d’obtenir ce qu’elle veut tout en revêtant à tout moment son masque de femme d’affaires respectée dans un milieu d’hommes. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est un roman féministe, mais finalement elle s’est épanouie dans la domination qu’exerce notre héros et Mount a appris à adapter son contrôle à la chambre à coucher, donc ça en fait un bon équilibre avec les envies de chacun comblées.

L’histoire se met tranquillement en place et ce tome permet de s’intéresser davantage aux héros, d’introduire des personnages secondaires et d’instaurer un climat de confiance où chaque pièce du puzzle commence doucement à se mettre en place. A commencer par la relation qui m’a davantage séduite et qui laisse passer un peu de lumière dans l’obscurité. Encore une fois on constate que Meghan March est la reine des cliffhangers, mais cette fin est frustrante, mais intérieurement je jubile à l’idée de découvrir le final

Mon avis sur Le Roi sans Pitié #1 ICI

Publicités

Le Roi sans Pitié | Meghan March (Mount Serie #1)

Résumé :

Vous ne connaissez pas mon nom, mais je contrôle tout ce que vous voyez et tout ce que vous ne voyez pas. Mon pouvoir n’a pas de limites et mes envies sont toujours satisfaites.
Elle ne sait pas qu’elle a attiré mon attention. Elle aurait dû être plus prudente. Elle va m’appartenir. Il est temps de récupérer ce qu’on me doit. Keira Kilgore, vous êtes maintenant la propriété de Lachlan Mount.
La combinaison de l’action, du suspense et des relations torrides des protagonistes fait de ce livre une lecture divertissante et captivante !
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

Une lecture en demi-teinte, qui me laisse un peu face à une page blanche pour l’écriture de cette chronique. J’ai pris le temps de bien analyser mon ressenti pendant ma lecture et quelques bémols ont rendu mon avis mitigé, mais l’écriture est fluide et l’histoire se déroule sans qu’on s’ennuie, notamment grâce au caractère volcanique des deux personnages qui font indéniablement grimper la température.

Keira Kilgore est à la tête de l’entreprise familiale depuis quelques mois malgré les difficultés, la jeune femme mène d’une main de maître et bien que la distillerie soit réputée, les problèmes d’argent viennent ternir son avenir. Notamment une dette contractée par son défunt mari, auprès du redoutable Lachlan Mount qu’elle se voit incapable de rembourser. Seulement elle a attiré son attention, et il est prêt à tout pour qu’elle lui appartienne.

Keira est une héroïne qui accumule les problèmes, issue d’un milieu privilégié elle subit aujourd’hui un sévère retour du bâton. A commencer par un mariage qui s’est terminé en échec et en prime son mari est mort avant le divorce, puis face aux nombreux problèmes d’argent, la jeune dirigeante va tenter de sauver l’entreprise familiale en redoublant de travail, seulement face à une énorme dette Keira va devoir se rendre à l’évidence pour protéger ses proches, elle n’a pas d’autres choix que de céder à la proposition de Lachlan. Elle a un caractère assez explosif qui dévoile une force inattendue et même si elle n’a aucune chance, sa combativité est admirable.

Lachlan Mount demeure un personnage mystérieux qui n’a rien dévoilé de son jeu, sauf dans les dernières pages et je doute qu’on soit au bout de nos surprises. Il n’a pas réussi à m’attirer plus que ça et je l’ai trouvé parfois grossier, ce qui enlevait une certaine classe à cet homme d’affaires craint de tous. Ses motivations nous sont cachées et les rares chapitres qui lui sont consacrés n’apportent que des réponses à court terme. On sait simplement que c’est un personnage influant, qui est craint de tous et que personne ne connaît vraiment. Le portrait est intrigant, mais son attitude est assez rebutante, donc ça me laisse un sentiment partagé.

Ce tome introductif, nous permet de rencontrer nos personnages principaux et de poser un contexte à l’histoire, ainsi qu’un décor de la Nouvelle-Orléans malheureuse pas exploité. On rentre assez rapidement dans le vif du sujet, avec des scènes érotiques suggérées, mais avec un manque d’émotions, au profit de la transaction commerciale qui est encore trop présente. Keira n’a pas choisi cette situation, et le vocabulaire utilisé dresse une barrière, certain propos entre deux amants sont acceptables dans la mesure où il y a un accord mutuel. Ici le désir est flagrant, mais le consentement est flou et c’est ce qui rend la lecture plus difficile à apprécier, car Keira déteste les méthodes de Lachlan et sa tête ne cesse de haïr celui qui la met dans cette position, mais son corps a des réactions humaines faces au désir qu’elle ne contrôle pas. Ce qui m’empêche d’être totalement conquise, c’est l’absence de rapport non physique et vous savez que j’attache de l’importance à la romance.

Diabolic | S.J. Kincaid (The Diabolic #1)

Vous avez devant vous ma récente obsession. J’entendais beaucoup parler de ce roman sur les réseaux sociaux, mais à chaque passage en librairie je repoussais ce moment fatidique. Et puis, après une mauvaise journée il fut le meilleur réconfort possible, j’ai fait le choix de garder dans ma pile pour le savourer pleinement lors de mes vacances et je referme ce roman agréablement surprise par cette histoire. Tous les ingrédients sont réunis pour tenir le lecteur en haleine et l’originalité du récit est un point fort.

Némésis est une Diabolic. Une Diabolic n’est pas humain. Beaucoup les qualifient de monstres, car ils ont été programmé pour être fidèle envers une seule personne, leur rôle consiste à protéger leur maître quoi que cela leur en coûte. Il y a huit ans, la famille du Sénateur von Empyreé a fait l’acquisition d’une Diabolic pour assurer la protection de leur fille Sidonia. Némésis a été entraînée, programmée et son amour est dirigé vers sa jeune maîtresse. Aujourd’hui, la relation de domination ne s’exerce pas entre les jeunes femmes et c’est une profonde amitié qui les unit, même si sa nature profonde de combattant est là.

J’ai réellement adoré la direction que prend l’intrigue de ce roman, notamment l’aspect politique qui occupe une place très importante et c’est par ce biais que vont naître des complots, des trahisons et bien évidemment des alliances. Envoyée à la cour pour protéger sa maîtresse Némésis va devoir apprendre à se comporter en dame de la société dans un monde qui n’est pas le sien. Étonnamment la jeune Diabolic va réussir parfaitement à se fondre parmi les autres et contrainte de prendre ses propres décisions, nous allons voir émerger une part d’humanité qu’elle était loin d’imaginer posséder.

Les personnages ont tous une carapace en société et personne n’est à l’abri d’une trahison. C’est d’ailleurs ce qui donne un certain rythme au récit, il est impossible d’anticiper à l’avance ce qui pourrait se produire, car l’auteure à une imagination débordante qui m’a tenu en haleine pendant une bonne partie du roman. Némésis a un comportement qui manque d’empathie et pour cacher sa différence, elle va tenter de se faire oublier aux yeux de la cour, mais cela ne va pas l’empêcher de s’attirer la curiosité, voir la haine. En se cachant derrière une identité, elle va découvrir sa part d’humanité et devenir celle qu’elle aurait dû être. L’action est omniprésente et même si au vu du résumé je supposais que l’héroïne serait davantage un robot, elle est badass et c’est un bonheur de voir qu’elle n’a besoin de personne pour s’en sortir.

On adhère sans mal à l’originalité du récit et rapidement cet univers se construisait dans ma tête. La hiérarchie des familles étaient parfois un peu confuse, mais j’ai rapidement été concentré vers Tyrus. Il occupe une place centrale à l’histoire et la complexité de ce personnage est assez impressionnante. Tel un caméléon il va réussir à jouer un rôle brillant et ça en devient perturbant dans le sens où on en vient à se demander à quel moment il est lui-même. A mesure qu’il laissait transparaitre sa nature, j’étais captivée par son intelligence et c’est tellement perturbant de douter de tout ce qui entoure Némésis, que j’ai douté jusqu’à la dernière ligne. A mon sens, son évolution risque d’être intéressante dans la suite, car c’est un personnage qui ne fait pas les choses à moitié et qui risque de tout faire pour Némésis.

En bref, S.J. Kincaid maîtrise son univers et on voit que le décor est très bien construit. Nos héros sont au cœur d’un complot politique et le suspense n’est pas de tout repos, c’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai plongée dans cette histoire assez étonnante. Némésis est une héroïne attachante que j’ai pris plaisir à suivre, sous l’armure de la combattante se trouve une jeune femme incroyable et ceux qui la craignent sont loin de la réalité. J’ai adoré la voir affronter ses peurs et réaliser qu’elle a autant de valeur que n’importe qui, sa prise conscience m’a beaucoup touché. Le récit se termine d’une manière intéressante et c’est avec plaisir que je vais attendre des nouvelles de publication de la suite et me jeter dessus.

King’s Cage | Victoria Aveyard (Red Queen #3)

Ce tome est le 3ème opus d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Mes pauvres nerfs se remettent tout juste après un tome aussi intense. J’ai toujours un peu de mal à me replonger dans cet univers et on ne peut pas dire que je sois une grande fan de Mare Barrow, mais quel tome puissant et captivant, une fois dans ma lecture il m’a été difficile de le reposer l’esprit tranquille.

Difficile pour moi de vous parler de cette série qui provoque des émotions contradictoires. Je suis une grande fan de l’univers construit par Victoria Aveyard et on sent qu’elle a travaillé sa stratégie pour rendre ce combat crédible. Mon problème c’est son héroïne et la première partie du roman n’a rien arrangé. Nous retrouvons l’intrigue là où nous l’avions laissée et malgré la longue attente, je peux vous dire que je n’ai jamais réussi à oublier la catastrophe dans laquelle s’est mise Mare. J’ai trouvé les premiers chapitres intenses et tristes, Mare a du mal à réaliser ce qui lui arrive et elle est partagée entre peurs, haine et souffrance. A de nombreuses reprises elle m’a brisé le cœur et la voir dépérir l’a rendu un peu plus sympathique, seulement POURQUOI elle n’arrive pas à comprendre que Marven est démoniaque, ces doutes persistants concernant son humanité enfouie est insupportable et on a l’impression qu’elle éprouve de l’amour pour ce monstre. Certes elle n’a pas aucune échappatoire, mais sa résignation face à son sort m’a rendu dingue et je mourrais d’envie de la secouer pour qu’elle arrête de lui trouver des excuses.

Pour redonner un nouveau souffle, l’auteur a eu la bonne idée d’ajouter deux nouveaux narrateurs surprenants. Ainsi, entre le calvaire de Mare, nous suivons Cameron une sang-neuf qui a rejoint La Garde sous la contrainte. J’ai beaucoup aimé que l’auteure ne se repose pas sur un choix classique en donnant la parole à Cal, certes j’aime beaucoup son personnage de Prince Déchu, mais ça aurait rendu les choses trop banales et nous aurait retiré la vie d’ensemble que nous offre Cameron. Ainsi à travers la jeune fille, nous allons avoir un aperçu de ce qui se passe dans la rébellion et de nouvelles alliances vont voir le jour. Et pour mon plus grand plaisir l’action est toujours au centre de l’intrigue avec des complots, des retournements de situations et beaucoup de sang, de combat et de ripostes.

Contrairement à la première partie qui est trop longue, j’ai vraiment adoré la seconde moitié du roman qui est à l’image du premier tome. J’ai retrouvé cette intensité où l’inattendu est dans chacun des chapitres et j’ai eu l’impression de vivre la situation en même temps que nos héros. Surtout que Mare va s’avérer changer suite à l’épreuve qu’elle a traversée et c’est horrible à dire, mais il était temps qu’elle perde son arrogance car ce n’était plus possible de la supporter. J’ai savouré les moments entre Cal et Mare avant que la réalité ne les rattrape et je suis sous le charme de leurs échanges qui allège l’atmosphère.

Pour ne pas changer dans les bonnes habitudes, l’auteure veut clairement la mort de ses lecteurs la fin est certes moins intense que le tome précédent, mais je suis hyper excitée d’avoir le fin mot de l’histoire. Beaucoup de décisions devront être prises et on découvre certains personnages sous un nouvel angle, ce qui devrait avoir un impact sur le dernier opus. Actuellement, je suis en phase de dépression en réalisant que la V.O. est attendue pour février 2018 donc j’ai juste envie de pleurer en pensant à l’attente que la VF va prendre. Définitivement meilleur que le deuxième opus qui m’avait déçu. Je recommande !

Retrouvez mon avis sur Red Queen #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Glass Sword #2 ICI
Lucie

Glass Sword | Victoria Aveyard (Red Queen #2)

Glass-SwordCe livre est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Je garde très peu de souvenirs de ma lecture du précédent opus, je me souvenais vaguement avoir apprécié ma lecture mais j’ai été obligée de relire ma chronique, car j’étais vraiment perdu dans l’énumération de personnages. J’ai vraiment eu du mal à me remettre dans l’histoire et les longueurs de la première partie ont contribué à mon avis, néanmoins la seconde partie se révèle bien menée et l’action occupe une place importante, nous allons prendre conscience des changements que leur cavale va impliquer et les personnages n’ont plus rien à voir avec ceux  rencontré précédemment, et puis les héros sont adorables, même si ils ont du mal à communiquer et s’ouvrir.

L’histoire reprend, en pleine fuite où Mare et Cal sont escortés par la Garde et tente de s’éloigner de la Reine et du Roi Marven. Je ne vous cache pas que cette partie est particulièrement lente et j’ai vraiment eu peur pour la suite de l’histoire. Il faut dire qu’il ne se passe pas grand-chose et ça n’apporte rien au récit, sauf faire durer la fuite. Ce second tome, va également être l’occasion de faire plus ample connaissance avec des personnages secondaires notamment Kilorn, qui peut s’avérer être assez marrant dans certaines situations, mais également Shade le frère de Mare, ainsi que la combattive Farley qui va s’avérer être une alliée redoutable. Mais il réussit à se renouveler en changeant de décor, dans cet opus la vie au palais n’est plus d’actualité et ils vont devoir s’organiser.

Le personnage de Mare est méconnaissable, ce qu’elle a vécue depuis le début du premier tome, l’a profondément changée et son caractère va s’affirmer en leader, mais surtout elle va progressivement s’éloigner de ses proches. A commencer par Cal, qu’elle s’est juré de garder à distance pour rester focalisée sur ses priorités, malgré l’attirance entre eux soit toujours là, mais chacun préfère l’oublier. Nous allons découvrir rapidement qu’elle a perdu toute confiance dans ses proches et malgré le soutien de son frère Shade, elle peine à s’ouvrir et doute en permanence de tout le monde. Rongée par la culpabilité, elle va faire taire ses souffrances et garder pour elle, ses émotions. Tout le monde attend d’elle qu’elle prenne les rênes d’une armée rouge, pourtant elle est beaucoup plus fragile qu’elle ne le laisse voir et à force d’être celle que les autres attendent, elle va finir par se perdre elle-même.

Alors qu’il est difficile de rester attachée à Mare, face à la froideur de son personnage. Il y en a un qui dégage une chaleur réconfortante c’est Cal, son monde s’est effondré et il reste aussi attachant, le mystère qui entoure ce personnage reste entier et malgré les actions désintéressées qu’il mène, j’aimerais tellement mieux le connaître. Il dégage une douceur qui apaise l’héroïne et même si elle ne se l’avoue pas, elle se repose énormément sur Cal. Malgré tout le mal que Mare lui a fait, il demeure à ses côtés et n’hésite pas à rester à ses côtés. Son personnage reste assez en retrait et j’espère vraiment qu’il prendra de l’ampleur dans la suite, car au vu de l’épilogue Mare va désespérément avoir besoin de soutien. Vous l’aurez compris, malgré un début difficile l’action aura fini par avoir raison de moi et je ne peux pas passer à côté de la suite de cette série et je vais surveiller de près cette sortie.

Retrouvez mon avis sur Red Queen #1 ICI
Lucie