Something About You | Mily Black

Résumé :
Elle est le genre de femme que personne n’ose contrarier. Personne, sauf lui 
Jo n’a pas l’habitude qu’on lui tienne tête. Il faut reconnaître qu’avec ses cheveux bleus, ses nombreux tatouages, son franc-parler et son expertise en mécanique, la plupart des gens qui la croisent détournent le regard. Mais pas Andrew Anderson. Le bras droit de Mme Nichols – la puissante femme d’affaires qui vient de la recruter comme chauffeur particulier –   aurait même tendance à la défier  ; une attitude hautement risquée de la part de cet homme charismatique qui donne au costume-cravate une tout autre dimension. Jo ne s’y trompe pas  : sous ses dehors policés, Andrew Anderson dissimule un tempérament de guerrier. Et elle a bien envie de tester le self-control de son nouveau collègue…
Merci aux Éditions Harlequin et NetGallet France pour ce roman

Auteure incontournable dans ma bibliothèque numérique, j’ai été ravie de constater que Mily Black allait être publiée dans la collection &H. Habituée à lire des chicks-lit toujours plus déjantées et romantiques les unes que les autres. Pour ce roman, c’est avec plaisir qu’on plonge dans une histoire quelque peu différente, bien que toujours ancrée dans un humour caractéristique de l’auteure, c’est une intrigue plus sombre qui mène la danse.

Nous allons suivre Joséphine une héroïne qui n’a pas froid aux yeux et immédiatement j’ai été séduite dans sa manière d’interagir. Physiquement elle n’a rien de quelconque, ses tatouages font partie intégrante de sa personnalité et ses cheveux bleus l’empêchent de passer inaperçue. Au-delà de l’aspect physique, son franc parler fait toute la différence et si vous osez vous frotter à cette superbe femme, attention aux répercussions.

Après un grand besoin de nouveauté Jo quitte tout pour s’installer Boston, où elle tente de vivre le rêve américain. Nouvellement embauchée comme chauffeur par Mme Nichols, la jeune femme se retrouve propulsée dans le monde des affaires où elle  a du mal à trouver sa place et bien que le poste corresponde parfaitement à sa passion pour la mécanique, elle ne cesse de s’écharper avec Andrew Anderson le bras droit de sa patronne, qui semble attaché aux convenances. On peut dire que les rapports de Jo et Andrew vont rester conflictuels et comme bien souvent la première impression laisse des séquelles, ce qui va rendre difficiles leurs échanges et ils seront nombreux puisque Mme Nichols est proche de celui qui ne cesse de chercher Jo.

Impossible de ne pas apprécier Jo, on est face à une rebelle qui s’est battue toute sa vie et qui a perdu confiance en la gentillesse d’autrui, difficile de montrer le meilleur de soi-même quand les personnes qui auraient dû vous soutenir s’en vont les unes après les autres. Après une enfance difficile et une adolescence dans les quartiers, Jo réalise qu’elle est mal entourée et malgré une amitié sincère avec Samia, son besoin de fuir est plus fort que tout. Les États-Unis n’ont rien à voir avec la France, elle va progressivement laisser tomber son agressivité pour s’épanouir dans une nouvelle vie au contact de personnes moins nocives.

L’indétrônable roman chouchou de Mily Black conserve son statut, mais globalement très satisfaite de ma lecture et à mon sens c’est l’héroïne qui fait toute la différence, Andrew est également charmant, mais peut-être un peu trop lisse et j’aurais souhaité le voir exprimer davantage ses émotions. Bien que le récit soit un peu plus sombre que ce à quoi m’avait habituée l’auteure, selon moi le pari est plutôt réussi. On a un parfait dosage entre humour et drame, de quoi ravir les fans de Mily Black. J’ai aperçu brièvement l’annonce d’un second tome et si mes pronostiques sont bons, je sens que l’histoire va beaucoup me plaire.

 

Publicités

La Princesse de Papier | Erin Watt (Les Héritiers #1)

Résumé :

Ella Harper est une battante, une éternelle optimiste. Elle a passé sa vie à déménager de ville en ville pour suivre sa mère, à avoir des fins de mois difficiles et à penser qu’un jour elles allaient s’en sortir. Mais quand sa mère meurt, elle se retrouve seule au monde…
Jusqu’au jour où Callum Royal apparaît dans sa vie. Finis la galère et le club de strip-tease pour payer ses études. La voilà dans le grandiose manoir des Royal. De l’argent, du luxe du confort… Et… les cinq fils de Callum.
Tous la détestent, tous sont désespérément attirants. Le plus charismatique d’entre eux, Reed Royal, est celui qui est le plus déterminé à la renvoyer là où il pense qu’est sa place, dans un monde de dénuement qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il ne veut pas d’elle dans sa vie. Il ne veut pas lui faire une place dans le petit monde huppé des Royal.
Et s’il avait raison ?
Argent, excès, tromperies, faux-semblants. Tout un univers qu’Ella découvre avec stupeur. Si elle veut survivre dans le royaume des Royal, il va falloir qu’elle apprenne à édicter ses propres règles royales.
Merci aux éditions Hugo New Romance pour cet envoi qui me comble
Sortie prévue le 4 janvier 2018

Je n’aurai pas pu tomber plus juste qu’avec cette première lecture de l’année et j’espère qu’elle annonce la couleur de ce qui m’attend pour 2018. J’étais préparée bien avant de débuter ma lecture, puisque derrière le pseudo Erin Watt se cache deux auteurs Elle Kennedy et Jen Frederick, qui promettaient le meilleur. Soyez prévenu cette histoire est hautement addictive et j’ai frôlé le coup de cœur.

Ella Harper s’est toujours battue pour sa survie et même si certains mois sont parfois difficiles, elle a toujours réussi à s’en sortir avec sa mère en voyant le bon côté des choses. Au décès de sa mère elle est persuadée qu’elle peut s’en sortir seule et jusqu’à l’arrivée de Callum Royal elle n’a toujours pu compter que sur elle-même, alors lorsqu’il prétend être son tuteur la jeune femme tombe des nues et n’est pas prête à accorder sa confiance aussi facilement. Du jour au lendemain, la pauvreté laisse la place à la richesse et bien que l’univers soit différent, le combat reste le même. Armée de sa répartie et sa combativité, Ella va devoir se défendre face à l’hostilité des cinq fils Royal et face à Reed le leader de la fratrie, elle va montrer les griffes et on peut dire qu’ils ne sont pas au bout de leur surprise avec leur volcanique invitée qui n’a pas l’intention de se laisser faire.

Nous avons un choc des classes sociales, d’un côté Ella qui a dû faire des jobs pas toujours gratifiants pour subvenir à ses besoins et de l’autre la famille Royal qui est plus riche que de raisons et qui a toujours été habitué à obtenir ce qu’ils veulent. Bien qu’elle se sente prisonnière, Ella sait que c’est l’occasion de s’en sortir et elle qui n’a jamais eu de foyer va se retrouver au centre de l’attention d’une famille avec leurs propres problèmes. Nous allons découvrir que les secrets sont très présents dans cette famille et comme notre héroïne s’interroger sur les raisons de tant d’hostilité. J’ai été assez impressionnée de la combativité de notre héroïne, on sent bien qu’elle est déstabilisée et pas forcément à sa place, pourtant lorsqu’elle va se sentir mal à l’aise ou critiquer, elle va avoir des réactions absolument merveilleuses et j’ai envié cette répartie toujours mordante et parfois amusante.

Difficile de rester de marbre face à la fratrie Royal, mais c’est principalement les trois aînés qui vont sortir du lot car dans le même établissement que la jeune fille. Si vous n’aimez pas l’ambiance lycée privé américain ce roman n’est pas fait pour vous, de mon côté j’ai toujours eu un faible pour le côté romance adolescente avec d’un côté les populaires et de l’autre les parias. Ce n’est pas flagrant, mais les frères Royal sont adulés de tous donc Ella va avoir du mal à se faire accepter et le début va nous montrer sa force de caractère. Easton le plus jeune va s’avérer être un personnage intrigant, à la fois désinvolte et torturé et bien Reed le plus incompréhensible, le meneur qui ne va pas hésiter à se montrer cruel et bien que son personnage ne soit pas un coup de cœur, j’ai apprécié découvrir le peu qu’il divulgue, mais c’est définitivement un personnage que je ne comprends pas dans ses choix.

En bref, un premier tome que j’ai dévoré ; impossible de le reposer avant d’avoir lu la dernière ligne. Des réactions parfois un peu trop jeunesses en mode « je t’aime, moi non plus » pas indispensables, mais qu’on oublie vite tant le récit est captivant. J’ai ressenti une connexion dès le début et ça me conforte dans l’idée que la série est prometteuse. Ne vous attendez pas à de grosses surprises, mais la prévisibilité n’est pas un problème pour moi quand l’histoire est bien menée. C’est un peu différent des autres titres New Romance de la collection, car nos héros sont plus jeunes mais l’alchimie est bien là et au vu de la fin frustrante, je suis impatiente d’y retourner.

Ravagée | Tracy Wolff (Ethan Frost #4)

Résumé :

Tori a beau être amoureuse de Miles, le frère de sa meilleure amie, elle s’est juré de ne jamais faire confiance à ce collectionneur de femmes. Hélas, elle est forcée de le fréquenter tous les jours : il est désormais son patron. Lorsqu’une de ses erreurs de jeunesse fait la une des journaux, les parents de Tori n’hésitent pas à couper les ponts pour se mettre à l’abri du scandale. Dans la tourmente, à sa grande surprise, c’est son séduisant patron qui se propose de lui venir en aide. En un clin d’œil, leur relation cesse d’être professionnelle… Miles n’est-il pas celui qu’elle attend depuis toujours ?
Ce roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

Après quatre tomes et des histoires touchantes en compagnie couple phare, ce dernier volet est placé sous le signe des adieux et c’est autour de Tori la volcanique meilleure amie d’avoir droit à son happy-end.

Tori est un personnage qu’on a observé à distance et j’étais loin d’imaginer pouvoir éprouver autant d’empathie pour son personnage. Héritière d’une célèbre famille, nous avons assisté impuissants à ses nombreux coups d’éclats mais malgré ses erreurs son amitié sincère pour Chloé a toujours été un moteur pour la jeune femme. Aujourd’hui sa meilleure amie et Ethan vivent heureux et les épreuves semblent s’être éloignées, pourtant malgré ce nouvel équilibre pour le couple elle conserve une certaine rancœur vis-à-vis de Miles suite à son rôle dans l’histoire de Chloé, alors chaque rencontre se solde bien souvent par des règlements de comptes.

Pourtant malgré leur relation houleuse, lorsque Tori se trouve au cœur de la tourmente et que son propre père décide de lui couper les vivres pour s’éloigner du scandale, elle va se retrouver plus seule que jamais et contre toute attente une personne va la soutenir lorsque la situation va échapper à son contrôle et la jeune femme va pouvoir se reposer provisoirement sur Miles. Contraints de partager leur temps ensemble, ils vont passer outre les préjugés et apprendre à se connaître sincèrement. Et grâce à la narration à deux voix, nous avons pu apprécier pleinement la naissance des premiers sentiments et les questions qui se forment dans la tête de nos héros.

Comme dans les tomes précédents nous sommes confrontés à une situation révoltante et le problème énoncé en fond est tout aussi touchant que l’histoire de Chloé. Bien que l’intrigue se concentre sur la romance, nous sommes confrontés à une héroïne qui va tenter de remonter la pente suite à un évènement traumatisant et même si sa reconstruction passe par l’amour, c’est une véritable remise en cause de son mode de vie que Tori va opérer et malgré son manque de soutien familial, elle va pouvoir compter sur ses amis. A côté de ça, nous avons un héros plutôt classique et malgré quelques maladresses de sa part, ses agissements sont motivés par une volonté de bien faire et j’ai trouvé son côté sauveur plutôt craquant. Bien que Tori soit la seule personne capable de se sortir de cette situation et qu’elle s’en sort plutôt bien malgré les dégâts psychologiques, je trouve que par moments c’est bien de pouvoir se reposer sur quelqu’un. Et ça met l’accent sur le lien fort et inattendu entre Tori et Miles.

En bref, un roman qui m’aura permis de prendre des nouvelles de Chloé et Ethan et cette complicité qui les réunit est retranscrite dans l’instinct de protection qu’ils ont envers leur amie Tori. On peut compter sur leur présence pour soutenir celle qui a toujours défendu Chloé et derrière la rage et le feu de notre héroïne se cache une vulnérabilité touchante qui montre un nouvel aspect de la vie de la jeune femme. Les opposés s’attirent et on peut dire que la relation Tori et Miles fait des étincelles avant même de succomber. Pas une grande prise de risque pour ce dernier tome, mais une belle conclusion pour une héroïne de l’ombre qui méritait d’être approfondie.

Retrouvez mon avis sur Dévastée #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Enchaînée #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Terrassée #3 ICI

Débutantes | Jonah Lisa Dyer & Stephen Dyer

Résumé :

Megan est une vraie passionnée de foot, pleine d’ambition. Pas vraiment le profil de la fille  » girly « . Alors, quand sa belle-mère l’inscrit en secret à la saison des Débutantes, elle se fait vite remarquer par son attitude quelque peu… décalée.

Si elle ne veut pas décevoir son père, elle a un mois pour prouver qu’elle sera à la hauteur du bal de fin d’année : apprendre les pas de danse, maîtriser les bonnes manières et la révérence à la perfection. Comme toute demoiselle texane respectable.

Mais les robes à froufrous et les talons sont bien loin de son combo jean-baskets habituel. Et elle va vite découvrir que son nouveau rôle de débutante rime aussi avec rivalité. Alors que Megan se rapproche de Hank Waterhouse, la petite copine de celui-ci, une belle blonde au sourire parfait, ne compte pas se faire fouler l’herbe sous l’escarpin…

Je remercie les éditions Hugo Roman – Collection Hugo New Way pour la lecture de ce roman

Petite lecture mignonne comme on les aime et agréablement surprise par le clin d’œil de l’histoire. Je lis de moins en moins la quatrième de couverture avant lecture et même si j’ai souvent une vue d’ensemble lorsque la sortie est annoncée, je me suis lancée à l’aveugle. En lisant après lecture le résumé, on se rend compte que l’histoire s’éloigne un peu de ce qui était écrit. Je suis ravie de m’être préservée du communiqué de presse, car j’ai eu la surprise de découvrir qu’il s’agit de la réécriture d’une œuvre célèbre. Je referme ce roman avec le sourire aux lèvres et ce fut une lecture touchante, drôle et sous le signe de la bonne humeur.

Megan est une passionnée de foot et elle s’efforce de poursuivre sa passion à l’université pour être remarquée par des professionnels. Alors qu’elle était déterminée à poursuivre son rêve, elle va se retrouver confrontée au projet de sa mère qui souhaite voir sa fille faire ses débuts dans la société. La nouvelle va être une bombe pour la jeune femme, car bien qu’elle ne soit pas un garçon manqué, elle n’est pas spécialement portée par des activités shopping ou toutes situations où la féminité est à l’honneur. Alors devoir s’exposer devant les familles les plus riches de la région en robe du soir et montrer ses bonnes manières est loin d’être ce qu’elle avait prévue pour cette année déterminante. Pourtant, pour rendre son père fier, Megan est prête à tous les sacrifices et elle va se laisser embarquer dans cet évènement qui la dépasse et en découvrir plus qu’elle ne le croyait sur elle-même.

Notre héroïne est une jeune femme de vingt ans comme les autres et elle va se trouver plonger dans un univers à part où l’étiquette est primordiale. Pas forcément mal élevé pour autant Margot va devoir apprendre à se comporter en société et lutter contre un naturel qui lui fait parfois défaut. Consciente de ne pas être au même niveau que les autres débutantes, elle va donner le meilleur d’elle-même et tenter de relever le défi en se battant pour rester dans la course. Néanmoins, malgré des débuts difficiles la jeune femme ne va pas manquer de qualité.

Au milieu de ma lecture j’ai été interpellé par la ressemblance avec une œuvre connue de tous et ce n’est que lorsque j’ai consulté le communiqué de presse, qu’effectivement j’ai constaté qu’il s’agissait bien d’une réécriture. N’ayant jamais lu l’œuvre originale, je ne pourrais pas totalement comparer le récit, mais selon moi on retrouve l’essence du roman. Certes nous finissons par anticiper les actions de nos personnages, mais la modernité est appréciable. Difficile de rester de marbre face à des décisions que nous savons mauvaises, mais l’humour et la fraîcheur du récit m’ont totalement conquise et l’envie de poursuivre ne m’a jamais quittée. Les auteurs ont corrigé ou amélioré quelques scènes et notre héroïne une vraie texane qu’on prend plaisir à suivre.

Étonnamment nos héros sont beaucoup plus âgés que ce à quoi je m’attendais pour la collection New Way, mais c’est plutôt appréciable d’être confronté à des personnages plus matures tout en conservant la pudeur des romans jeunesses. Megan est une héroïne qui a la tête sur les épaules et j’ai apprécié la voir évoluer dans un milieu qui n’était pas le sien, sans pour autant perdre son identité. Bien évidemment elle va être face à des sentiments qu’elle n’avait encore jamais vraiment éprouvés et c’est touchant de la voir tirer un enseignement de chacune des expériences et épreuves qu’elle va vivre au cours des mois qui précèdent ses débuts.

En bref, si vous cherchez un roman détente et sans prise de tête, sachez que cette histoire est la lecture idéale pour votre moral. Ce fut pour moi la lecture parfaite au moment où je l’ai lu et la plume fluide des auteurs vous embarque pour un moment agréable. J’apprécie particulièrement cette collection, qui arrive toujours à m’entraîner dans une histoire tantôt poignante, touchante ou en toute simplicité. La famille McKnight vaut la peine d’être rencontré. Sachez que je vous recommande chaudement cette histoire.

Si nos chemins se croisent | Melanie Harlow (Happy Crazy Love #1)

Date de sortie : 16 novembre 2017

En débutant ce roman, j’avais simplement l’intention de me détendre et de profiter de mon après-midi en bonne compagnie littéraire. Ça fait bien longtemps que je n’avais pas dévoré un roman en si peu de temps, Mélanie Harlow a su toucher mon cœur d’une manière inattendue. Tous les ingrédients sont réunis pour apprécier l’histoire et succomber à ses personnages,  c’est avec beaucoup d’émotions que je suis passé du rire aux larmes.

Après un petit incident en public, Margot décide de s’éclipser quelques jours hors de la ville pour épargner sa réputation, alors lorsqu’une opportunité professionnelle se présente, elle va mettre à profit cet exil pour rester quelques jours à la campagne. Lorsqu’elle arrive, on voit bien la petite citadine au look travaillé, pourtant malgré les apparences et les préjugés de l’un des propriétaires, la jeune femme n’est pas totalement ridicule dans cet univers. J’ai beaucoup aimé qu’on ne caricature pas ces deux univers et on réalise que Margot est une jeune femme généreuse, en quête de savoir. Son métier lui tient à cœur et elle entend bien maîtriser ce nouveau sujet. Les choses ne vont pas être simples, une fois sur place elle se heurte à Jack, qui est loin d’accepter l’idée qu’une inconnue vienne se mêler des affaires de la ferme et il ne va pas hésiter à se montrer sous son plus mauvais jouer pour éloigner la jeune femme. C’est donc plus déterminé que jamais que Margot va tenter de lui prouver qu’elle n’est pas l’ennemi, bien au contraire elle souhaite aider cette famille qui l’a touchée.

Margot est un personnage que j’ai littéralement adoré, dès le début on voit à quel point la jeune femme est fière de son image et il est hors de question de se faire remarquer, son éducation de ne pas paraître parfaite en société. Pourtant, un évènement va venir secouer la jeune femme et le vernis va s’écailler de manière assez spectaculaire, alors que la situation ne se prêtait pas du tout à un pétage de plomb dans les règles. Dès le début, le ton de l’humour est donné et c’est avec le sourire que j’ai découvert que Margot est habillée d’un masque de politesse, pourtant au contact de Jack et sa famille, elle va découvrir qu’elle n’est plus cette jeune femme propre sur elle, qui laisse tout passer sans réagir. Il faut dire que Jack, a le don de réveiller son caractère explosif  et mélanger à une forte attirance, on va dire que nos héros vont nous offrir des scènes absolument fabuleuses. Sans aucun doute le jeu de la passion brûle entre eux, malgré les réticences de chacun à se rapprocher.

Malgré son caractère Jack est un personnage très touchant, on lui pardonne facilement ses réactions contestataires quand on apprend à connaître un peu plus son histoire. Son passé a contribué l’isoler des autres et même si il fait des efforts auprès de sa famille, il a du mal à gérer tous ces changements qui s’annoncent. Pour lui Margot débarque sans rien connaître de sa ferme et tous ces projets marketing ne font que dénaturer sa ferme et il n’est pas prêt à renoncer à ses rêves du passé. Ce qui est intéressant c’est que rapidement on a les pièces du puzzle concernant l’histoire de Jack et on accepte facilement son petit caractère. Nos deux héros vont rapidement être dépassés par l’attirance grandissante qui les pousse l’un vers l’autre, mais aucun des deux n’est pas à succomber. On pourrait croire que nos héros baissent la garde rapidement et si on réfléchit au cadre temporel ça peut sembler rapide, mais en tant que lecteur tout arrive lentement, on les voit se débattre et repousser cette idée, pourtant quoique la situation soit complexe les émotions sont décuplées.

On est confronté à deux univers totalement différents, avec d’une part la citadine ouverte et d’autre part l’agriculteur taciturne. Malgré le choc des cultures, on assiste à la rencontre de deux opposés que tout attire et cette complémentarité est d’un romantisme incroyable. Il se dégage des émotions contradictoires, à la fois l’humour lié à notre héroïne qui ne connaît pas grand chose à la vie dans une ferme et au contexte de cette rencontre qui est inattendue. Malgré le rejet de son client, sa famille va se montrer accueillante et des liens sincères vont se tisser entre eux, pour finalement être très bénéfique sur Margot, qui va explorer une part d’elle-même qu’elle taisait jusqu’ici. Difficile de ne pas succomber à cette héroïne pétillante, avec une soif de savoir et ce n’est pas Jack qui dira le contraire. Toutes ces émotions vont se retrouver dans l’intensité des scènes de sexe, leurs rapports sont intenses, comme s’ils répondaient à un besoin et le langage cru illustre parfaitement ce désir d’être au contact de l’autre. C’est d’ailleurs cette alchimie qui va contribuer à les rapprocher humainement.

En bref, je n’aurais pu espérer meilleure lecture, tout se déroule d’une manière tellement naturelle que j’étais dans l’incapacité de ne pas apprécier ce moment. La manière dont la romance prend vie est tellement romantique et je vous passe les détails de certaines scènes à croquer. J’ai aimé voir l’histoire naître au cœur du doute, pour tout vous dire je m’attendais pas à un récit aussi touchant. Le combat de notre personnage principal est difficile, mais j’ai trouvé que l’auteure abordait le thème avec beaucoup d’optimisme et malgré la situation particulière, on n’a pas de triangle morbide. Au fil des pages, la légèreté du récit va laisser la place à une narration plus grave. Jack va progressivement s’ouvrir et difficile de ne pas souffrir avec lui. Un premier opus qui réussis à montrer l’étendue de la plume de Mélanie Harlow et bien évidemment je suis impatiente de découvrir ce que la suite nous réserve.