Ellie | Emma Chase (Il était une fois #3)

Résumé :
Depuis que le prince Nicholas est entré dans la vie de sa soeur Olivia, l’existence d’Ellie a basculé dans un conte de fées moderne. En dehors des paillettes et des robes de princesse, la jeune New-Yorkaise a notamment fait la connaissance du sulfureux et sexy Logan, son garde du corps attitré.
Pendant des années, Ellie a eu le béguin pour Logan, mais elle a toujours pensé que l’attention qu’il lui portait faisait partie de son travail de protection raprochée.
Lorsque la reine de Wessco encourage Ellie à suivre les pas de sa soeur et à trouver un bon mari – au moins un duc ou un marquis… Ellie se rend compte que son attirance pour Logan est de plus en plus forte et irrépressible.
Logan vient d’une famille de hors-la-loi, mais il recouvre ses tatouages et ses cicatrices avec un costume respectable. Il est beau, loyal et sexy. Et n’importe quelle femme serait fière de le présenter à sa famille… mais il n’a d’yeux que pour une seule… Pendant des années il a protégé Ellie et il donnerait sa vie pour elle, mais leur amour semble impossible. Car tout le monde connaît les règles des gardes du corps : ne la quitte pas des yeux, reste toujours sur tes gardes, et ne tombe jamais amoureux.
Merci Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

Difficile de passer après l’excellence du tome consacré à Henry, mais une fois les premières appréhensions passées le conte de fées fonctionne parfaitement. J’étais curieuse de découvrir la manière dont cette romance serait abordé, car on s’éloigne du protocole et même si les Princes ne sont jamais bien loin, nos deux personnages sont issues d’un milieu assez similaire. Nos héros vont prendre le temps avant d’oser franchir le cap et derrière chaque œillade, se cache un désir grandissant qui ne va cesser de se consolider jusqu’au point de non retour.

Ellie est une jeune femme qu’on découvre dès le premier opus étant la sœur de celle qui fréquente le Prince Nicholas, elle est un dommage collatéral de cette relation aussi belle qu’inattendue, alors afin de préserver sa sécurité et son quotidien, elle va se voir allouer les services de garde du corps. Immédiatement, Ellie va se faire à la situation et apprécier cette attention que lui accorde Logan, son garde du corps. Dès les premiers instants, elle va ressentir une attirance, mais elle va réaliser que son jeune âge va freiner ses chances. Alors pendant des années en secret, elle va voir accroire son petit béguin de lycéenne, en un amour  la fois inaccessible et pourtant solide.

Ce tome se déroule sur la durée et le début, et même si on comprend l’intérêt, on a tendance à survoler certains passages, j’ai parfois eux du mal à totalement m’attacher aux personnages, car on passe beaucoup de temps à être spectateur d’instant clé des autres tomes et j’avais l’impression de passer à côté de l’histoire d’Ellie, puis l’histoire a fini par se stabiliser et nous embarquer sur Wessco où la banale New-Yorkaise va prendre conscience qu’elle occupe un rôle parmi la famille royale. Il est souvent question de position, comme si on insinuait que chacun doit savoir où est sa place et que le personnel ne fait pas partie des choix acceptables pour faire partie de cette famille. Bien évidemment la Reine va continuer de faire des siennes avec son désir de sauver les apparences.

Malgré ses doutes, Logan est une belle personne qui n’a pas eu la chance de grandir dans une famille respectable, pourtant derrière le garde se cache un homme loyal et son métier le rempli de fierté. Il avait pour mission de protéger Ellie et ce qui n’était qu’un travail va rapidement devenir plus personnel, il n’a qu’à croiser le regard de cette jeune femme pour vouloir tellement plus. Malgré son côté mâle Alpha, Logan sait qu’il doit rester à sa place et il va se faire un devoir de protéger Ellie pendant plusieurs années, sans jamais rien espérer d’autres. Après je ne vous cache pas que j’aurais apprécié un rapprochement plus tôt, mais ça colle avec le développement de l’histoire et c’est cohérente. Tout arrive pour une raison et malgré les différences, les âmes sœurs se retrouvent toujours.

Un conte de fées moderne qui en fera chavirer plus d’un, certes Logan n’a pas de couronne, mais son royaume n’a rien à envoyer à celui des frères Pembrook. J’ai une préférence pour la deuxième partie de l’histoire, qui m’a donné plus l’impression qu’Ellie était actrice et non spectatrice, mais dans son ensemble ce récit fonctionne. C’est drôle, romantique, touchant et encore une fois Emma Chase signe une romance comme on les aime.

Mon avis sur Nicholas #1 ICI
Mon avis sur Henry #2 ICI
Publicités

Une lueur d’espoir | K.A. Tucker

Résumé :
Catherine Wright habite en Pennsylvanie, dans une petite ville où la population atteint tout juste deux mille habitants en dehors de la saison touristique. Elle est serveuse et s’occupe de sa fille de cinq ans. Une nuit, alors qu’elle rentre dans le brouillard d’un énième » blind date » organisé par sa patronne et amie Lou, elle tombe sur une voiture encastrée dans un arbre. Elle intervient et parvient à sauver la vie d’un des occupants avant que le véhicule s’embrase.
Elle ne saura que bien plus tard qui elle a sauvé : Brett Madden. La star de hockey, héros national. Mais Catherine a déjà eu son heure de gloire quelques années auparavant, et la dernière des choses qu’elle souhaite, c’est d’être à nouveau sous la lumière des projecteurs et de voir son passé ressurgir. Elle ne révèle pas son identité. Et ça marche. Un moment…
Jusqu’au jour où elle trouve l’homme qu’elle a sauvé devant sa porte. Il veut juste la remercier, mais il va bouleverser sa vie.
L’amitié qu’ils ressentent l’un pour l’autre, dès les premiers mots échangés, se transforme peu à peu en quelque chose de plus profond que ni l’un ni l’autre ne s’attendait à ressentir. Un sentiment que Catherine n’est pas certaine de pouvoir gérer, un sentiment auquel elle a du mal à croire… Comment une superstar comme Brett Wadden pourrait-il s’intéresser à une femme aussi normale que Catherine ? Combien de temps avant que cette étincelle qu’elle voit briller dans ses yeux ne s’éteigne ?

J’étais loin d’imaginer que mes retrouvailles avec la plume de K.A. Tucker seraient aussi touchantes. Il y a des romans qui marquent et la série Respire, fait partie de ces histoires qui m’ont profondément marqué. Une lueur d’espoir était pour moi l’occasion de pouvoir enfin relire l’œuvre d’une auteure que j’affectionne, découvrir sur la magie des mots opérait toujours et me laisser porter par la douceur d’une histoire sublime.

Catherine Wright habite une petite ville où elle travaille en tant que serveuse. Une nuit après un rendez-vous désastreux elle tombe sur une voiture accidentée, sans réfléchir elle se lance vers la voiture pour tenter de sauver ses occupants avant que le feu ne gagne le véhicule. Ce n’est que bien plus tard qu’elle découvrira que l’homme qu’elle a sauvé est le célèbre joueur de hockey Brett Madden. Alors que la ville s’embrase face à cette histoire, Catherine tente de garder son anonymat malgré l’insistance du clan Madden et compte bien retrouver sa vie paisible, qu’elle a mis tant de temps à obtenir après plusieurs années au cœur des ragots.

Immédiatement j’ai été prise d’affection pour cette femme qui est d’une force incroyable, malgré les difficultés du passé et les revers quelques années plus tard, elle est prête à tout pour s’en sortir et offrir le meilleur à sa famille. Les échecs ont parfois été difficiles, mais jamais elle ne baisse les bras et c’est toujours très touchant de voir une femme qui a des difficultés financières conserver sa confiance en l’avenir, une scène en particulière m’a chamboulé, tant elle était remplie d’espoir, je vous épargne les spoilers, mais sachez que ce roman m’a particulièrement touché, notamment le vécue de notre héroïne et attend simplement un happy-end.

Brett de son côté est un héros national et visiblement son statut ne lui est pas monté à la tête, c’est incroyable comme quelqu’un d’un tel milieu puisse garder les pieds sur terre et au final c’est un héros très simple qui aspire à la même chose que tout le monde, à savoir l’amour d’une femme et une famille pour l’entourer. Il faut dire que le clan est particulièrement soudé et toute la famille va apporter douceur et contribuer à donner l’impression de rêver les yeux ouverts. Il faut dire que malgré le silence, la tension entre nos héros est absolument exquise.

On aborde des sujets intéressants tels que la différence de classe sociale ou l’impact que peut avoir une rumeur, et la communauté de la petite ville est très portée sur le jugement, tout est bon pour cancaner. Longtemps la cible de rumeur Catherine en sait quelque chose et elle n’a pas l’intention de dévoiler son identité pour s’éviter d’être à nouveau le centre d’attention. Seulement les choses ne se passent pas toujours comme on l’entend et Brett fait partie de ses rencontres qui changent une vie. Et cette nouvelle vie est absolument géniale.

Le coup de foudre entre nos héros est quand même assez magnifique, on les voit s’apprivoiser sans oser se rapprocher et une histoire naissante sous l’œil des caméras n’est pas toujours facile. Progressivement ils vont oublier leurs différences et réaliser qu’ils sont juste un homme et une femme attaché l’un à l’autre. Les premières émotions vont être effrayante pour Catherine, mais le résultat est absolument parfait et les émotions sont au rendez-vous. Une très belle histoire d’acceptation, de redécouverte de l’amour et le récit manie parfaitement l’humour et l’émotion. Un voyage qui regroupe tous les éléments pour apprécier la destination et mon âme de romantique est absolument conquise par cette romance. Une belle histoire à découvrir.

Trois de tes secrets | Julie Buxbaum

Résumé :
Jessie trouvera-t-elle qui est son mystérieux bienfaiteur ?
Nouvelle dans un lycée huppé de Los Angeles, Jessie ne se sent pas à sa place. Alors qu’elle songe à rentrer à Chicago, elle reçoit un mail providentiel et… anonyme : un expéditeur inconnu lui prodigue de précieux conseils pour s’intégrer et éviter les pièges de Wood Valley. Jessie ignore tout de son ange gardien mais décide de lui faire confiance. Pour faire tomber le masque, elle l’incite toutefois à lui révéler trois de ses secrets…

L’achat de ce roman est la définition même d’un achat impulsif. Bien évidemment j’ai vu ce roman passer dès sa sortie et j’avais très envie de le lire, mais ce sont les premières réactions qui m’ont convaincu qu’il me fallait moi aussi découvrir cette mystérieuse correspondance. Je n’avais pas réalisé que l’histoire aborderait des thèmes aussi touchants et aujourd’hui, en écrivant cette chronique je mesure le chemin parcouru pour notre héroïne et la force avec laquelle Jessie s’en est sorti seule dans la souffrance est poignant.

Après un déménagement express, Jessie se à devoir vivre dans une maison où elle ne se sent pas chez elle et en prime elle se retrouve dans un lycée à Los Angeles digne de Gossip Girl. On ne peut pas dire que cette première semaine fasse partie des meilleurs, mais un mail d’un mystérieux correspondant va tout changer. Personne-en-Particulier, va lui proposer son aide pour s’intégrer dans cette école où l’apparence et les relations sont plus importantes que tout. D’abord réticente elle décide de lui faire confiance, car il ne semble pas lui vouloir de mal.

Jessie est une jeune femme mature pour ses seize ans et immédiatement j’ai apprécié être dans sa tête. Elle se pose les bonnes questions et malgré sa méfiance, elle va vite réaliser qu’elle a besoin d’aide pour s’intégrer, les premiers conseils de PEP vont s’avérer honnêtes et à force de confiance durement acquise, une relation amicale va se tisser au travers de l’écran. Les échanges drôles vont laisser la place à des échanges plus sérieux et rapidement ils vont devenir indéniable qu’ils ont besoin l’un comme l’autre de ces échanges.

Bien évidemment en tant que lectrice, j’ai émis plusieurs hypothèses sur l’identité de PEP et l’auteure ne va pas hésiter à brouiller les pistes et insinuer le doute. Quelques personnages masculins vont faire leur apparition et dans le lot certains se démarqueront, pour ma part il n’a pas été difficile de décider qui serait mon chouchou et j’ai espéré jusqu’à la fin. Au-delà du mystère qui entoure PEP, des thématiques fortes vont être abordé et j’ai trouvé certains passages d’une incroyable douceur, notamment car Jessie se montre parfois très vulnérable et la voir s’épanouir malgré les difficultés est tout ce que je lui souhaitais pendant ma lecture.

En bref, une belle relation qui démarre virtuellement et qui insuffle suffisamment de confiance à notre héroïne pour l’aider à s’en sortir dans la vie réelle. J’étais loin d’imaginer qu’on traiterait des sujets aussi touchants de manière si juste. Chaque instant de cette lecture est un vrai plaisir, c’est un récit adorable et rempli de belles intentions et qui je l’espère vous transportera autant que moi. A lire de toute urgence.

Something About You | Mily Black

Résumé :
Elle est le genre de femme que personne n’ose contrarier. Personne, sauf lui 
Jo n’a pas l’habitude qu’on lui tienne tête. Il faut reconnaître qu’avec ses cheveux bleus, ses nombreux tatouages, son franc-parler et son expertise en mécanique, la plupart des gens qui la croisent détournent le regard. Mais pas Andrew Anderson. Le bras droit de Mme Nichols – la puissante femme d’affaires qui vient de la recruter comme chauffeur particulier –   aurait même tendance à la défier  ; une attitude hautement risquée de la part de cet homme charismatique qui donne au costume-cravate une tout autre dimension. Jo ne s’y trompe pas  : sous ses dehors policés, Andrew Anderson dissimule un tempérament de guerrier. Et elle a bien envie de tester le self-control de son nouveau collègue…
Merci aux Éditions Harlequin et NetGallet France pour ce roman

Auteure incontournable dans ma bibliothèque numérique, j’ai été ravie de constater que Mily Black allait être publiée dans la collection &H. Habituée à lire des chicks-lit toujours plus déjantées et romantiques les unes que les autres. Pour ce roman, c’est avec plaisir qu’on plonge dans une histoire quelque peu différente, bien que toujours ancrée dans un humour caractéristique de l’auteure, c’est une intrigue plus sombre qui mène la danse.

Nous allons suivre Joséphine une héroïne qui n’a pas froid aux yeux et immédiatement j’ai été séduite dans sa manière d’interagir. Physiquement elle n’a rien de quelconque, ses tatouages font partie intégrante de sa personnalité et ses cheveux bleus l’empêchent de passer inaperçue. Au-delà de l’aspect physique, son franc parler fait toute la différence et si vous osez vous frotter à cette superbe femme, attention aux répercussions.

Après un grand besoin de nouveauté Jo quitte tout pour s’installer Boston, où elle tente de vivre le rêve américain. Nouvellement embauchée comme chauffeur par Mme Nichols, la jeune femme se retrouve propulsée dans le monde des affaires où elle  a du mal à trouver sa place et bien que le poste corresponde parfaitement à sa passion pour la mécanique, elle ne cesse de s’écharper avec Andrew Anderson le bras droit de sa patronne, qui semble attaché aux convenances. On peut dire que les rapports de Jo et Andrew vont rester conflictuels et comme bien souvent la première impression laisse des séquelles, ce qui va rendre difficiles leurs échanges et ils seront nombreux puisque Mme Nichols est proche de celui qui ne cesse de chercher Jo.

Impossible de ne pas apprécier Jo, on est face à une rebelle qui s’est battue toute sa vie et qui a perdu confiance en la gentillesse d’autrui, difficile de montrer le meilleur de soi-même quand les personnes qui auraient dû vous soutenir s’en vont les unes après les autres. Après une enfance difficile et une adolescence dans les quartiers, Jo réalise qu’elle est mal entourée et malgré une amitié sincère avec Samia, son besoin de fuir est plus fort que tout. Les États-Unis n’ont rien à voir avec la France, elle va progressivement laisser tomber son agressivité pour s’épanouir dans une nouvelle vie au contact de personnes moins nocives.

L’indétrônable roman chouchou de Mily Black conserve son statut, mais globalement très satisfaite de ma lecture et à mon sens c’est l’héroïne qui fait toute la différence, Andrew est également charmant, mais peut-être un peu trop lisse et j’aurais souhaité le voir exprimer davantage ses émotions. Bien que le récit soit un peu plus sombre que ce à quoi m’avait habituée l’auteure, selon moi le pari est plutôt réussi. On a un parfait dosage entre humour et drame, de quoi ravir les fans de Mily Black. J’ai aperçu brièvement l’annonce d’un second tome et si mes pronostiques sont bons, je sens que l’histoire va beaucoup me plaire.

 

La Princesse de Papier | Erin Watt (Les Héritiers #1)

Résumé :

Ella Harper est une battante, une éternelle optimiste. Elle a passé sa vie à déménager de ville en ville pour suivre sa mère, à avoir des fins de mois difficiles et à penser qu’un jour elles allaient s’en sortir. Mais quand sa mère meurt, elle se retrouve seule au monde…
Jusqu’au jour où Callum Royal apparaît dans sa vie. Finis la galère et le club de strip-tease pour payer ses études. La voilà dans le grandiose manoir des Royal. De l’argent, du luxe du confort… Et… les cinq fils de Callum.
Tous la détestent, tous sont désespérément attirants. Le plus charismatique d’entre eux, Reed Royal, est celui qui est le plus déterminé à la renvoyer là où il pense qu’est sa place, dans un monde de dénuement qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il ne veut pas d’elle dans sa vie. Il ne veut pas lui faire une place dans le petit monde huppé des Royal.
Et s’il avait raison ?
Argent, excès, tromperies, faux-semblants. Tout un univers qu’Ella découvre avec stupeur. Si elle veut survivre dans le royaume des Royal, il va falloir qu’elle apprenne à édicter ses propres règles royales.
Merci aux éditions Hugo New Romance pour cet envoi qui me comble
Sortie prévue le 4 janvier 2018

Je n’aurai pas pu tomber plus juste qu’avec cette première lecture de l’année et j’espère qu’elle annonce la couleur de ce qui m’attend pour 2018. J’étais préparée bien avant de débuter ma lecture, puisque derrière le pseudo Erin Watt se cache deux auteurs Elle Kennedy et Jen Frederick, qui promettaient le meilleur. Soyez prévenu cette histoire est hautement addictive et j’ai frôlé le coup de cœur.

Ella Harper s’est toujours battue pour sa survie et même si certains mois sont parfois difficiles, elle a toujours réussi à s’en sortir avec sa mère en voyant le bon côté des choses. Au décès de sa mère elle est persuadée qu’elle peut s’en sortir seule et jusqu’à l’arrivée de Callum Royal elle n’a toujours pu compter que sur elle-même, alors lorsqu’il prétend être son tuteur la jeune femme tombe des nues et n’est pas prête à accorder sa confiance aussi facilement. Du jour au lendemain, la pauvreté laisse la place à la richesse et bien que l’univers soit différent, le combat reste le même. Armée de sa répartie et sa combativité, Ella va devoir se défendre face à l’hostilité des cinq fils Royal et face à Reed le leader de la fratrie, elle va montrer les griffes et on peut dire qu’ils ne sont pas au bout de leur surprise avec leur volcanique invitée qui n’a pas l’intention de se laisser faire.

Nous avons un choc des classes sociales, d’un côté Ella qui a dû faire des jobs pas toujours gratifiants pour subvenir à ses besoins et de l’autre la famille Royal qui est plus riche que de raisons et qui a toujours été habitué à obtenir ce qu’ils veulent. Bien qu’elle se sente prisonnière, Ella sait que c’est l’occasion de s’en sortir et elle qui n’a jamais eu de foyer va se retrouver au centre de l’attention d’une famille avec leurs propres problèmes. Nous allons découvrir que les secrets sont très présents dans cette famille et comme notre héroïne s’interroger sur les raisons de tant d’hostilité. J’ai été assez impressionnée de la combativité de notre héroïne, on sent bien qu’elle est déstabilisée et pas forcément à sa place, pourtant lorsqu’elle va se sentir mal à l’aise ou critiquer, elle va avoir des réactions absolument merveilleuses et j’ai envié cette répartie toujours mordante et parfois amusante.

Difficile de rester de marbre face à la fratrie Royal, mais c’est principalement les trois aînés qui vont sortir du lot car dans le même établissement que la jeune fille. Si vous n’aimez pas l’ambiance lycée privé américain ce roman n’est pas fait pour vous, de mon côté j’ai toujours eu un faible pour le côté romance adolescente avec d’un côté les populaires et de l’autre les parias. Ce n’est pas flagrant, mais les frères Royal sont adulés de tous donc Ella va avoir du mal à se faire accepter et le début va nous montrer sa force de caractère. Easton le plus jeune va s’avérer être un personnage intrigant, à la fois désinvolte et torturé et bien Reed le plus incompréhensible, le meneur qui ne va pas hésiter à se montrer cruel et bien que son personnage ne soit pas un coup de cœur, j’ai apprécié découvrir le peu qu’il divulgue, mais c’est définitivement un personnage que je ne comprends pas dans ses choix.

En bref, un premier tome que j’ai dévoré ; impossible de le reposer avant d’avoir lu la dernière ligne. Des réactions parfois un peu trop jeunesses en mode « je t’aime, moi non plus » pas indispensables, mais qu’on oublie vite tant le récit est captivant. J’ai ressenti une connexion dès le début et ça me conforte dans l’idée que la série est prometteuse. Ne vous attendez pas à de grosses surprises, mais la prévisibilité n’est pas un problème pour moi quand l’histoire est bien menée. C’est un peu différent des autres titres New Romance de la collection, car nos héros sont plus jeunes mais l’alchimie est bien là et au vu de la fin frustrante, je suis impatiente d’y retourner.