Romance

L’envol | Kyrie Mccauley

Résumé :
Leigh parviendra-t-elle à se sauver et à sauver ses petites sœurs ?
Des milliers de corbeaux envahissent la petite ville d’Auburn, en Pennsylvanie, mais Leigh n’y prête aucune attention. Pour elle, la menace provient des crises terrifiantes de son père. Sa priorité : protéger ses deux petites sœurs coûte que coûte. Heureusement, un rayon de soleil éclaire ce sombre tableau : le beau Liam, différent des autres garçons, semble être le seul à comprendre Leigh. Avec son aide, elle va élaborer un plan pour mettre en sûreté sa famille. Mais son temps est compté : dans moins d’un an, elle devra partir pour l’université.
Je remercie les éditions Pocket Jeunesse et Babelio pour cet envoi

Je ne comprendrais jamais pourquoi les lectures qui me touchent le plus sont celles dont j’ai le plus de mal à parler. Honnêtement quand j’ai lu le résumé, ça avait l’air sympa, mais pas au point de faire un achat compulsif, je me suis dit que j’attendrais les premiers avis et en voyant que les retours étaient assez peu emballés, j’ai passé mon chemin. Je suis à nouveau tombé sur ce roman dans une Masse Critique Babelio et j’ai postulé en me disant que ça serait l’occasion de le découvrir. Après plusieurs lectures contemporaines, j’avais envie de quelque chose de différent donc je me suis laissé tenter par ce roman et dès les premiers chapitres, mon intérêt a été piqué. Ce sentiment inexplicable qui s’insinue et qui vous dit « je veux la suite » et grâce à des chapitres courts les pages défilent sans qu’on s’en rendent compte et toujours en vouloir plus.

J’ai immédiatement éprouvé de l’empathie pour Leighton, on la voit affronter ce qu’aucune adolescente ne devrait avoir à vivre et pourtant malgré la terreur, elle se montre forte pour protéger ses deux jeunes sœurs. Elle est partagée entre son besoin de partir loin à l’université et sa peur d’abandonner sa famille alors que la situation ne cesse d’empirer. Contre toute attente alors que la situation ne cesse de s’aggraver dans sa famille, elle fait la connaissance de Liam un garçon lumineux qui va apporter un peu de lumière et surtout lui faire vivre des instants où elle se sent enfin en sécurité.

En parallèle se développe une autre histoire qui passionne Leighton, l’arrivée de milliers de corbeaux dans sa ville sans aucune explication et qui vont pousser la jeune femme à enquêter sur le mystère de cette invasion. Cette aspect de l’histoire apporte un petit côté fantastique, sans que cette intrigue soit trop présente et en même temps, c’est assez déroutant, car une série d’évènements se produisent et seuls Leighton et sa famille semblent en être conscient.

Pendant toute ma lecture j’étais rongée par la peur, dès que la porte se refermait j’imaginais les pires scénarios et comme notre héroïne j’avais du mal à respirer en attendant la suite. On a cette sensation d’enfermement, comme un sentiment de claustrophobie et cet effet est accentué par les corbeaux qui sont de plus en plus présents et qui semblent être plus nombreux à chaque crise, faisant craindre au pire à chaque fois que la colère grandit.

J’ai trouvé les parallèles qui sont fait très intéressant et on voit que l’intrigue est maîtrisée, chaque chose à sa place et chaque action provoque une réaction en chaine. Du début à la fin nous sommes sous pression et l’autrice joue avec nos nerfs, on est constamment sous pression et il y a une vraie emprise psychologique. Et à la lecture du résumé j’étais loin d’imaginer que ce roman aborderait un thème aussi bouleversant et le récit aborde avec justesse les violences domestiques, et la complexité de celle-ci.