Dollars | Pepper Winters (Dollars #2)

Résumé :
Autrefois, j’étais une prisonnière muette et lasse de vivre. Désormais, je suis retenue contre mon gré sur un yacht. L’homme qui m’a sauvée et enlevée me réclame ma voix et tous mes secrets. Je ne céderai pas. Mais Elder s’obstine. À force d’insistance et de cajoleries, il découvre peu à peu qui je suis. Il est riche. Je n’ai rien. Je suis muette par choix, il est curieux par nature. Malgré tout ce qui nous oppose, la passion nous consume. Jusqu’à ce qu’une nuit, il gâche tout. Et que notre relation s’envenime, souillée par le péché.
Merci Milady pour cet envoi.

Après la surprise provoquée par le premier tome, j’étais impatiente de voir si cette suite continuerait de m’intriguer et on peut dire que le changement de décor apporte un nouveau souffle à l’histoire. Ma crainte était que l’histoire tourne en rond et que Pim troque un bourreau pour un autre, certes Elder n’est pas irréprochable, mais malgré une noirceur évidente il arrive à nous offrir un rapprochement difficile, mais tant espéré par les lecteurs. La santé de Pim n’est pas stable et ça nous vaudra quelques répétitions dues aux rechutes, mais on ne pouvait pas s’attendre à une guérison miraculeuse et j’ai apprécié la manière dont se tisse un lien invisible.

L’histoire reprend là où les évènements du premier opus s’étaient arrêtés, l’urgence se ressent dès les premières pages et on découvre Elder sous un jour moins effrayant. C’est l’occasion d’apprendre à connaître ce personnage mystérieux et même si lui-même à du mal à comprendre ses réactions, on apprécie sans mal ce personnage torturé. Cette attirance qui le pousse à garder Pim il ne se l’explique pas, mais même s’il n’est pas blanc comme neige, il est loin d’être aussi abjecte que pouvait l’être Maître A. L’alternance des points de vue a permis un angle inédit de l’histoire et on découvre la bataille que se livre Elder, d’un côté il ne veut pas faire de mal à Pim, il souhaite simplement sa guérison, mais il a ce désir inassouvi qui prend de l’intensité et qui lui fait perdre le contrôle face aux réactions de Pim. Son passé est à l’origine de ces décisions les plus sombres, mais il lutte pour rester le gentleman dont à besoin sa captive et c’est un combat au quotidien.

Après deux ans dans un enfer inimaginable, Pim doit tout réapprendre. A son réveil, elle découvre qu’elle est à bord d’un yacht et le médecin d’Elder s’occupe d’une patiente méfiance, mais décidé à guérir. Tout est différent dans cette nouvelle vie et après avoir été modelé pour devenir une prisonnière exemplaire, elle réévalue sa nouvelle captivité. Tout ce qu’on attend d’elle c’est du repos, mais même si les blessures physiques commencent à cicatriser, les mentales seront les plus difficiles, car les cicatrices ont à jamais marqués sa vie. Sans compter que le mystérieux Elder ne cesse de souffler le chaud et le froid, alors la seule manière de se protéger c’est de conserver une méfiance vis-à-vis de son sauveur, car son insistance à la faire parler ne fait que croître. L’évolution n’est pas flagrante immédiatement, mais d’un côté nous avons la craintive prisonnière qui se renferme comme une huître, et de l’autre le retour de la battante prête à tenir tête à Elder notamment avec son mutisme.

Comme je le disais plus haut, il y a quelques passages assez répétitifs notamment parce que notre héroïne n’est pas constante dans son évolution et elle régresse souvent pour retomber dans les ténèbres, un pas en avant vaut souvent deux pas en arrière. Elder cherche à être un homme bien et proclame ne pas vouloir faire de mal à Pim, seulement sa maîtrise de soi est parfois rudement mise à l’épreuve et il a du mal à canaliser sa frustration, pouvant parfois rompre le lien qu’ils construisent malgré eux. Il est indéniable qu’il se passe quelque chose entre eux, mais ils ne se sont pas rencontré de la meilleure manière et Elder n’est pas un preux chevalier, il ses propres démons et ses désirs pas forcément compatibles avec le passé de prisonnière de Pim. Le contraste est intéressant et la Dark Romance pas si prononcé, il y a une notion de consentement importante pour le héros, mais il a du mal à contrôler ses pulsions, rendant la relation qui naît surprenante. Un roman à ne pas mettre entre toutes les mains, mais qui ravira les fans du genre. Très curieuse de découvrir la direction que va prendre le troisième opus.

Mon avis sur Pennies #1 ICI
Publicités

With You | Amélie C. Astier & Mary Matthews

Résumé :

Il y a quatorze ans, les vies de Reagan et de Vic se sont liées à jamais. Ils ont été kidnappés et séquestrés durant leur adolescence. Ensemble, ils ont vécu le pire, et en secret, ils se sont aimés malgré leur calvaire. Mais une fois que leur captivité a pris fin, la vie les a séparés.
Aujourd’hui, alors que la justice s’apprête à être rendue, leurs chemins vont se croiser de nouveau. Ils ont changé, et les stigmates de plusieurs années de souffrance ont forgé leurs existences. Lorsque le présent les replonge dans ce passé de cauchemar, Reagan et Vic vont découvrir que les blessures infligées à cet amour sont loin d’être refermées.
Merci aux éditions Milady pour ce service presse.
Ce roman est destiné à un public averti.

J’arrive un peu après la bataille, mais quelle découverte qui va laisser des séquelles. Lorsque ce roman est sortie en numérique les premiers retours ont immédiatement été élogieux, mais à mon sens c’est une lecture qu’il faut débuter à un moment où l’esprit est détendu, car c’est un récit difficile et le bord du précipice n’est jamais loin. Bien évidemment, les mois ont passé et d’autres livres sont venus se mettre entre nous, pour tout vous dire en découvrant la réédition dans le catalogue Milady, j’ai vu ça comme une opportunité à ne pas louper. Lorsque j’ai débuté ma lecture, j’ai reçu une pluie de commentaire encourageant et même si j’ai un peu honte de l’admettre cette lecture à la fois troublante et rempli d’espoir m’a complètement porté, sans m’épargner.

Le pouvoir des mots peut avoir plusieurs visages, d’une part l’horreur cette lecture est difficile et elle m’a marqué, mais en même temps, voir que d’un cauchemar peut naître la plus solide des relations c’est bouleversant. Il y a quatorze ans, Reagan et Vic ont vécue la plus terrible des expériences, kidnappés, séquestrés et torturé, ils ont passé le cap de l’adolescence dans la souffrance. Pendant quatre longues années, une souffrance indescriptible les a maintenu dans la terreur, pourtant, malgré leurs vies brisées, ils ont développé un lien unique qui leur permet l’espace de quelques heures, de s’échapper de leur calvaire avec simplement des moments de douceur. La fin de leur calvaire aurait dû être le début de quelques choses de beau, mais c’est sans compter sur leur famille près à tout pour maintenir un semblant d’équilibre. Aujourd’hui, après quatorze ans, le procès de leur bourreau va de nouveau les réunir et mettre à l’épreuve ce lien unique qui les relit l’un à l’autre.

Je me sens assez mal à l’aise en écrivant cette chronique, c’est l’éternel débat que je mène avec moi-même lorsque je lis des Dark Romance, difficile d’expliquer et d’assumer qu’on puisse aimer une lecture aussi écœurante. C’est déroutant comme sensation, on est face à des flash-back d’une extrême violence et à la limite du gerbant, pourtant il est important de se rappeler que même si certain récit retrace la réalité, cette histoire est une fiction, certes certains récits peuvent se rapprocher de la réalité, mais compartimenter la fiction est important. Ici on est face à un récit traumatisant et à chaque immersion, j’étais soulagé de retrouver le présent pour constater que malgré une épreuve, Reagan et Vic éprouvent toujours cette petite étincelle. Leur amour c’est une forme d’espoir, de soulagement, c’est la finalité et c’est ce qu’on leur souhaite de pouvoir être heureux ensemble.

With You, est un roman à ne pas mettre entre toutes les mains, en soi ce n’est pas tant la romance qui pose problème. Certes, les sentiments sont nés d’une manière particulière, mais je trouve ça plus accessible qu’un roman qui rapproche un bourreau et sa victime. Difficile de maintenir ses émotions stables, quand certains passages prêtes à sourire, la réalité de nos personnages revient comme un boomrang et la douleur est perceptible. La relation n’est pas perçue comme saine par l’entourage et pourtant, personne ne peut comprendre ce qu’ils ont traversé. Ils font au mieux pour s’en sortir et le soutien de l’autre, c’est comme un baume apaisant.

Le passé occupera toujours une place centrale dans leur vie, ce procès c’est l’occasion de réparer ce qui a été brisé il y a quatorze ans et même si c’est douloureux de replonger au cœur de la captivité, c’est également l’endroit où tout à commencer, l’endroit où ils sont devenu quelqu’un d’autre, mais où le destin les a réuni dans la souffrance. C’est un roman indescriptible et si vous appréciez les récits sombres et que la Dark Romance ne vous fait pas peur, c’est l’occasion de découvrir un roman bouleversant et en même temps rempli d’espoir. Je n’ai lu que très peu de romans de ces deux auteurs, mais la plume est très agréable et cela donne envie d’en lire davantage.

Nous, à jamais | Stacey Lynn

Résumé :

Après trois semaines dans le coma, Amy Thompson se réveille et a tout oublié des deux dernières années. À son chevet, Adam, son petit ami, séduisant et attentionné, veille sur elle. Mais cet Adam-là ne correspond en rien à celui, terrifiant et électrisant, qui lui apparaît en rêve. Amy devra faire le tri dans ses souvenirs afin de découvrir qui elle était, qui elle est désormais et ce qu’elle veut devenir. Mais Adam est-il aussi digne de confiance qu’il le prétend ?

Beaucoup de mes plus belles lectures sont motivées par l’intuition, ici j’ai d’abord été sous le charme de cette magnifique couverture et lorsque ce roman a été annoncé par la maison d’édition, le résumé m’a contraint de précommander cette histoire. Plusieurs mois après, je n’avais plus aucun souvenir de l’histoire et c’est avec beaucoup d’émotions que je me suis laissé porter par cette lecture mignonne comme on les aime.

Dans cette histoire, il est question de confiance. Amy Thompson sort d’un coma de trois semaines et deux ans de sa vie se sont littéralement effacée de sa mémoire. Toute sa vie semble ne pas correspondre à la fille qu’elle était il y a deux ans et cette évolution qu’elle a du mal à comprendre va renforcer son malaise. Personne ne semble disposer à lui raconter ce qui s’est passé pour que sa vie diffère tellement de son éducation et malgré la présence de son amie d’enfance pour la soutenir dans cette épreuve, elle est plus perdu que jamais. Et puis, il y a Adam, l’homme qui partage sa vie depuis plusieurs années, mais qu’elle a totalement oublié. Tout le monde s’accorde à dire qu’ils s’aiment, et son côté attentionné est évident, mais les bribes de souvenirs vont lui réapparaître en rêve et cette relation de rêve semble pourtant bien semer d’embûches et la confiance est difficile à obtenir.

Stacey Lynn a pris le parti de rendre son lecteur aussi confus que son héroïne, des flash-back vont venir remettre en lumière certain aspect de la vie d’Amy et pour la plupart ils vont concerner Adam, montrant un jeune homme colérique et jamais seul. A l’image d’Amy il est difficile de comprendre ce qui les a réuni, les flash-back n’étant pas en sa faveur on aimerait voir la jeune femme recouvrer la mémoire pour obtenir les informations manquantes. Pourtant, dans les moments de doute, elle va pouvoir compter sur le soutien de sa meilleure amie et sa thérapeute pour mettre des mots sur ses insécurités et réapprendre à faire confiance à cet inconnu qui l’attire.

Malgré les secrets, Amy va tenter de se rapproprier cette vie qui lui est inconnue et même si on aimerait que tout soit dévoilé rapidement par son entourage, on la laisse obtenir des réponses seules et remettre toutes ces informations dans l’ordre. Je trouve ça assez effrayant d’oublier une partie de sa vie et devoir vivre avec un parfait inconnu qui malgré ce que tout le monde dit, ne t’inspire pas confiance. Pourtant, bien qu’elle n’admette pas l’attirance est là, mais la différence entre ses souvenirs et la réalité est troublante. L’histoire est adorable et l’intrigue conduite par des personnages touchants qu’on prend plaisir à connaître et la reconstruction d’Amy ne sera pas simple. Elle devra apprendre à écouter son cœur et réaliser que ses souvenirs peuvent l’induire en erreur.

Une romance douce et adorable qui fonctionne parfaitement, l’amnésie est un bon moteur pour l’intrigue et ça favorise une petite tension dans lecture car on ne sait pas vraiment à qui Amy peut accorder sa confiance. Et ce doute va grandir au fil des révélations pour au final voir notre héroïne se rapproprier sa vie. Une très belle lecture qui parle de reconstruction après un accident et c’est avec beaucoup d’émotions que Stacey Lynn met en avant les doutes et angoisses d’Amy, sans pour autant oublier l’impact et la douleur pour les proches. En conclusion, on peut dire que cette histoire met en lumière les forces et les faiblesses des personnages, montrant qu’on est tous amené à évoluer au contact des autres et j’ai apprécié cette remise question.

Seconde Chance | Fleur Hana (Follow Me #1)

« Tel est pris, qui croyait prendre ». Ce proverbe correspond parfaitement à mon état d’esprit, j’ai commencé ce roman sans grande conviction, car j’avais envie d’une romance contemporaine et qu’avec la pause estivale ma pile est un peu vide. J’éprouve beaucoup de difficultés à me lancer dans des romans écrits par des françai(e)s, notamment car on ressent parfois trop la langue française et bien souvent j’ai été déçue de l’écriture, alors depuis quelque temps j’ai mes habitudes et je ne découvre que très rarement des auteurs qui arrivent à me contenter. Contre toute attente, c’est moi qui me suis laissée prendre au piège de l’écriture et le charisme de ces personnages et leur envie d’une seconde chance.

Je ne saurais expliquer pourquoi, mais j’ai immédiatement ressenti une connexion avec Lise et Ange. Qui n’a jamais rêvé d’une seconde chance lorsqu’une relation s’est terminée un peu brusquement, c’est le cas de nos héros. Ici nous allons suivre les retrouvailles de deux adultes, qui se sont aimés alors qu’ils n’étaient que des adolescents. Il y a neuf ans, ils étaient tout l’un pour l’autre, pourtant le besoin d’autre chose a poussé Lise à voler de ses propres ailes. Aujourd’hui malgré les années, les regrets sont toujours aussi étouffants et lorsqu’elle va se retrouver au contact de celui qui a eu tant de mal à se remettre de son départ, le besoin d’une seconde chance va être plus fort que tout.

En débutant ma lecture, j’avais peur du côté pathétique de la situation, notamment voir Lise ramper pour réparer ses erreurs et ce n’est absolument pas la sensation que j’ai éprouvée lorsqu’ils ont commencé à se retrouver au contact l’un de l’autre. Tout est subtil, c’est d’abord un peu gênant de rentrer dans leur intimité et progressivement, la peine et la douleur qu’ils éprouvent vont rendre la situation touchante. Chacun a ses propres craintes, mais le naturel est tel qu’on peut facilement imaginer la scène. Bien évidemment pour remédier au côté un peu pesant, il fallait une bonne dose d’humour et qui de mieux qu’un personnage en mode boulet de canon. Je crois qu’on peut dire que je suis tombée amoureuse d’Emma, sa fraîcheur, sa douceur, son naturel et bien évidemment celui qui a rendu tout ça possible.

Ange est un héros qui n’a rien à voir avec ceux que j’ai pu côtoyer, au premier abord sa force physique et son caractère parfois froid sont difficile à comprendre, mais sa plus grande faiblesse a toujours été Lise, alors le voir flancher et devenir hésitant est inattendue. Il a cette fragilité qui nous rappelle que même le plus costaud des hommes, peut lui aussi avoir peur et c’est une raison supplémentaire d’avoir envie de lui faire un câlin. La puissance de leur sentiment ne fait aucun doute et malgré les neuf années écoulées, les échanges entre Lise et Ange sont intenses, on est assailli par la peur, le doute et surtout le besoin.

En bref, une plume addictive qui nous propulse à la rencontre d’un groupe d’amis unit où chacun se révèle intrigant. Le charme a continué d’opérer lorsque nos héros vont se laisser aller, je ne pense pas avoir été la seule à attendre ce moment où la romance allait enfin être plus forte que tout. C’est avec plaisir que j’ai découvert cette histoire, de nombreuses fois le sourire aux lèvres et bien évidemment le cœur en ébullition. J’ai été attendrie, touché, envieuse, heureuse et le temps d’une lecture amoureuse.

Sous le même toit | Jojo Moyes

Ce roman m’a déçue et je n’imaginais pas un jour ressentir ça avec cette auteure fabuleuse. J’ai acheté ce roman sur un coup de tête sans vraiment me renseigner sur l’avis des premiers lecteurs, lorsque j’ai décidé de me lancer dans cette histoire les premiers chapitres m’ont dérangé notamment à cause la narration, j’avais l’impression de m’être trompé de roman. Une fois la surprise passée, les évènements annoncés ont fini par arriver et je pensais réellement rentrer dans l’histoire à cet instant, sauf que bien évidemment ce n’est pas aussi simple, arrivée à une centaine de pages l’ennui m’a poussé à faire des recherches sur les premiers avis et effectivement les longueurs étaient ressenties par plusieurs lecteurs. Décidée à lui laisser sa chance, j’ai avalé cent pages supplémentaires et l’histoire a enfin commencé à être intéressante, mais très franchement le mal était fait. J’ai terminé ce roman dans un meilleur état d’esprit, mais mitigée.

Isabel a perdu son mari il y a quelques mois, aujourd’hui bien qu’elle soit toujours effondrée les premières difficultés financières liées aux dettes de celui-ci commencent à devenir problématique. Un coup du sort va lui faire hériter d’une maison dans la campagne anglaise, décidée à reprendre sa vie et celle de ses enfants en main, la jeune veuve va débarquer sur un coup de tête dans cette maison et découvrir que ce qu’elle croyait être un havre de paix, s’avère être délabré. Bien que Kitty sa fille aînée soit réticente à cette nouvelle vie, l’air de la campagne semble faire du bien au traumatisme de son fils Thierry. Rénover cette maison semble être la solution à tous ces problèmes, alors lorsqu’un voisin lui propose son aide elle accepte, car dépassée par les évènements. Rapidement les travaux vont être un vrai gouffre financier et cette vieille maison espagnole semble attirer les vieilles querelles et les jalousies.

Cette famille à des côtés attachants, mais la narration à la troisième personne semble dresser une barrière entre les personnages. A commencer par Isabel qui est en plein deuil et ne semble pas disposer à s’ouvrir aux autres, j’ai compris cette souffrance qui l’habitait mais sa naïveté m’a parfois tapé sur les nerfs, sans compter qu’elle se repose un peu trop sur Kitty. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié cette jeune fille qui est un moteur pour sa famille et elle va pousser sa mère à être plus courageuse pour sa famille. Thierry de son côté est un jeune garçon très attachant et le voir s’épanouir au contact de Byron m’a fait plaisir, car ces deux personnages sont marginaux et lorsqu’ils sont en contact l’un avec l’autre, le bonheur déborde des pages. Les villageois sont à la fois présents et invisibles, certains sont plus intéressants, mais ils sont comme des spectateurs à commenter ce qu’ils observent sans vraiment intervenir dans l’intrigue.

En bref, même si la dernière moitié rattrape le début ce roman ne fait clairement pas partie des meilleurs de l’auteur. J’étais habituée à ressentir un milliard d’émotions en lisant ses romans, alors qu’ici tout est trop tranquille. Certes la tristesse d’Isabel est perceptible, mais son deuil ne m’a pas autant touché que je m’y attendais. L’histoire demeure assez linéaire et certaines scènes traînent trop en longueur, je n’arrivais pas à comprendre où Jojo Moyes voulait en venir et le temps que l’histoire prennent sens, ma déception était engagée.