Forbidden | Tabitha Suzuma

Merci Milady et Net Galley pour cette lecture

Avant tout j’aimerais rappeler que ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains, notamment car le thème est relativement difficile et pourrait choquer certains lecteurs. J’ai énormément entendu parler de ce roman et avant de me lancer j’étais craintive de débuter une telle histoire, mais en bonne lectrice qui se respecte je n’ai pas pu résister à l’appel de la curiosité et cette lecture m’a profondément bouleversée.

Je vous avoue que l’écriture de cette chronique est extrêmement difficile, j’ai du m’y remettre à plusieurs fois avant de vous rédiger des phrases ayant du sens. J’ai beau prendre de bonne inspiration, je me sens complètement démuni face à cette histoire hors du commun. J’ai lu beaucoup de roman différents, certains classiques et d’autres plus dérangeants, jusqu’ici je n’avais jamais lu de roman comme celui-ci et j’ai véritablement été affectée par les émotions qui se dégagent du récit. Je n’étais pas préparé à vivre aussi intensément cette histoire et depuis que j’ai terminé ma lecture, je me sens différente.

Maya et Lochan n’ont que treize mois de différence et malgré leur jeune âge, ils sont contraints de jouer le rôle de parents pour le reste de la fratrie allant de 13 à 5 ans. Déterminés à assumer ce que leur mère semble prendre à la légère, ils sont tous les deux dans une position difficile devant jongler entre leurs études et l’éducation de leurs jeunes frères et sœurs. Cette situation peu commune va les conduire à se rapprocher au delà d’une simple relation fraternelle, ensemble ils vont devoir affronter le rôle de parents et être confronté à la naissance de sentiments amoureux, qu’ils n’avaient encore jamais vraiment éprouvés et qui va les ébranler, car ils sont conscients que ce n’est pas normal d’éprouver ces sentiments, pourtant ensemble ils vont lutter pour s’en sortir et tout donner pour leur famille.

Lochan va bientôt avoir dix-huit ans et bien qu’il soit un excellent élève, il a de gros problèmes en société. Cette différence va le conduire à rester solitaire et ses seuls contacts se résument aux temps qu’il passe avec ses frères et sœurs. Et on peut dire que c’est grâce à lui que les enfants s’en sortent, il a cette manière qu’on pourrait qualifier d’autoritaire de s’occuper d’eux, mais à bien y regarder on voit parfaitement qu’il désire le meilleur pour eux, il a toujours été question de les protéger, d’abord de leur mère, puis d’eux-même. J’ai été terriblement touchée par son parcours et sa timidité m’a brisé le cœur, cette détresse qu’il renvoie lorsqu’il se sent acculé m’a vraiment brisé le cœur. Alors lorsqu’il se rapproche de Maya, on a du mal à voir l’horreur dans leur relation, car malgré le côté interdit cet apaisement qu’ils ressentent au contact l’un de l’autre, m’a vraiment fait réfléchir. Ils savent tous les deux que c’est mal et on ressent sans mal l’oppression qui les étouffent, ce combat intérieur pour ne pas succomber. Cette souffrance, puis progressivement l’apaisement et ce réconfort, qui ne peut pas être totalement mauvais.

Avant de rencontrer les personnages j’avais du mal avec l’idée d’une relation amoureuse entre un frère et une sœur et ce n’est pas le genre de romance qui fait rêver et mon idée de base n’a pas changé pour autant. Le sujet me met toujours un peu mal à l’aise et je n’ai pas des papillons pleins les yeux, seulement la qualité du récit et les émotions qui s’en dégagent son authentique et dans le cas de nos héros, ce à quoi ils sont confrontés, je n’ai pas réussi à les haïr de pouvoir enfin être aimé. Même si on n’accepte pas le sujet principal, on ne peut pas enlever aux héros qu’ils ne se sont jamais vraiment comportés comme un frère et une sœur. La composition de la famille les a forcé à devenir adulte et assumer des responsabilités qui n’étaient pas les leurs, alors oui il y a un part de compréhension. Malgré toutes les émotions contradictoires lorsqu’on est face à cette relation, il m’a été impossible de les condamner et j’ai versé un torrent de larmes face à cet amour impossible qui m’a littéralement brisé le cœur. Un roman inoubliable.

Publicités

Ce si joli trouble | Cora Carmack (Losing It #1)

ImpressionBonCe roman commence fort, dès la première page on est face à une Bliss qui veut se débarrasser de sa virginité. Enfin, en apparence parce que vouloir, n’est pas toujours pouvoir. Sa rencontre avec Garrick était improbable, mais c’était aussi l’occasion de passer à l’acte avec un canon. Et un canon, qui a tout pour lui, intelligence, humour et culture, tout un assemblage qui a fait craquer Bliss. Après avoir discuté autour d’un verre, Bliss se décide à le suivre chez lui non sans mal, car c’est aussi une succession d’évènement qui va commencer à la faire paniquer. Incapable de gérer ces émotions, elle prend ses jambes à son coup et fuit Garrick. Un banal coup d’un soir, si le lundi matin dans son cours de théâtre, elle ne s’était pas retrouvée face à Garrick : Son nouveau professeur de comédie. *Outch*…

Cela nous offre des perles en termes de situation gênante, ainsi que beaucoup de scènes amusantes. On ressent une énorme tension sexuelle entre nos deux héros. On voit que parfois elle souffre de cette situation, c’est parfois difficile pour elle de gérer une situation qui la dépasse, difficile de se faire violence pour fuir l’homme qui l’attire. Sous sa carapace de fille fragile, on découvre quelqu’un qui se bat pour préserver la carrière de Garrick et qui veut laisser une chance à son avenir professionnel. Elle n’est pas consciente de l’effet qu’elle produit autour d’elle, son côté naïf la rend drôle et sa maladresse m’a valu pas mal de rire. Bliss n’est pas sûre d’elle et qui découvre l’impact qu’elle a sur les hommes, que ce soit avec Cade et surtout Garrick. Leur rencontre va lui permettre de s’assumer.

Je regrette l’absence d’un double point de vue masculin, car dès qu’elle rencontre Garrick j’aurai souhaité savoir ce qu’il éprouve lors de leur première rencontre. Il ne véhicule pas le caractère du macho, qui vient draguer dans les bars une fille pour un coup d’un soir, il a l’air d’être assez solitaire. Dès le départ, on a l’image d’un homme bien et on se dit que Bliss n’aurait pas pu trouver mieux. Il a l’air totalement conquit par Bliss et il se retrouve dans une situation difficile car les relations Professeurs/Élevés sont interdites. Il lutte pour ne pas s’approcher, mais ça semble plus fort que lui et il ne veut pas renoncer à elle. Dans la première partie du roman, on a un personnage plutôt dans la passivité, il n’agit pas vis-à-vis de Bliss, il donne l’impression d’être « en vieille ». Garrick observe ce qui se passe autour d’elle, il l’étudie, cherche à mieux la connaître tout en gardant ses distances. Ce n’est que vers le milieu du récit, qu’il se décide à passer à l’action. Il montre un côté possessif, une volonté de la voir n’être qu’à lui, ça lui donne un côté plutôt craquant. On voit clairement qu’il ne veut pas la partager malgré qu’il soit parfois maladroit avec elle. (Typiquement masculin…)

Seul petit bémol pour le nombre de pages, le roman est beaucoup trop court, on en redemande. Personnellement, je l’ai dévoré et aller en stage était pour moi atroce car j’aurais voulu pouvoir le finir. Arriver à la moitié, une certaine tension apparaît et l’action commence enfin à se mettre en place, même si c’est parfois un peu trop platonique. Dans l’ensemble, c’est une très belle histoire New-Adult qui nous montre qu’on ne choisit pas de qui on tombe amoureux. Les personnages sont attachants, on a toujours cette légèreté dans la lecture, toujours cette addiction à l’écriture et à l’histoire. Belle conclusion avec un épilogue qui m’a surprise, je ne m’y attendais pas et c’est une belle surprise. Une lecture sans prise de tête, qui propose un moment de détente avec humour.
Signature LuxnBooks