Trouver les mots | Julie Buxbaum

Résumé :

Elle n’a plus envie de parler. Il n’a jamais su communiquer. Ensemble, ils vont s’aider.
Le jour où Kit Lowell, l’amour secret de sa vie, s’assoit à sa table de cantine, David est bouleversé. Il comprend que c’est le moment ou jamais de démarrer une conversation. Mais quoi de plus difficile pour un garçon solitaire, qui ne comprend rien aux conventions sociales ? Kit, elle, cherchait un endroit où on la laisserait enfin tranquille, après la mort de son père. Elle est loin de se douter de ce qu’elle va trouver en posant son plateau à côté de celui de David…

Je suis toujours émerveillé de voir comment certain auteur arrive à nous transporter grâce au pouvoir des mots. Lorsque j’ai découvert Julie Buxbaum, l’histoire de Trois de tes secrets avait réussi à me toucher, l’intégralité de ce roman m’avait captivé et quand une auteure parvient à atteindre la corde sensible, il est inconcevable de ne pas se jeter sur son prochain roman, que ce soit pour retrouver une plume qu’on apprécie ou simplement pour vérifier que la magie opère toujours. J’étais loin d’imaginer que la douceur de ce roman et la tendresse de cette rencontre, réussirait à m’atteindre de nouveau et c’est sans appel mon cœur bat la chamade.

On se met dans le bain assez rapidement et on comprend facilement que le thème abordé ne va pas être de tout repos. David a une singularité et cette différence n’en fait pas quelqu’un de très populaire. Alors lorsque Kit Lowell s’assoit à sa table de cantine, le quotidien du jeune homme s’en trouve bouleverser. Contraint à la solitude David n’est pas forcément très habile pour se faire des amis, mais malgré ça il est conscient que cette opportunité ne se reproduira jamais et les quelques mots qu’il va prononcer vont atteindre profondément Kit. Depuis le décès de son père, tout le monde marche sur des œufs et le fossé se creuse entre elle et ses amies. En posant son plateau sur la table de David, elle n’aspirait qu’à un besoin de solitude et authenticité de ce personnage vont l’atteindre profondément. Ensemble ils vont créer un lien fort, qui va profondément les aider.

David est un personnage absolument craquant, la singularité et sa manière d’analyser ce qui l’entoure m’a touché. Ses camarades savent qu’il existe, mais sa discrétion au fil des ans a finis par faire oublier sa présence aux élèves. Un casque vissé sur les oreilles et le monde autour s’efface, David s’est construit sa bulle et sa routine lui convient parfaitement. Très entouré par sa famille il ne s’est jamais vraiment senti seul et malgré que sa seule amie soit sa sœur, alors lorsque Kit s’installer à sa table c’est le bouleversement car assez improbable. Il y a un contraste assez intéressant dans sa manière d’interagir, il donne l’impression d’être assez froid et les mots qui sortent de sa bouche sont d’une sincérité déconcertante, mais à côté de ça ses émotions sont en ébullition et il cherche la meilleure manière d’interagir en essayant de contrôler la manière dont les mots sortent pour ne pas blesser.

Kit était heureuse de sa vie avant, mais depuis le décès de son père elle n’a plus goût à rien et malgré le soutien de ses amis, la vie ne reprend pas son cours pour elle. Personne ne comprend pourquoi elle s’isole, mais faire semblant lui est devenu impossible. S’asseoir à une autre table peut sembler assez radicale, mais ça semble être la meilleure solution pour déjeuner en toute tranquillité. Elle pensait que la table de David serait calme, mais le jeune homme est sincère, tout ce que les autres ne sont pas. Elle est à un stade de sa vie où elle a besoin qu’on soit authentique avec elle et il va trouver les mots justes pour exprimer ce que personne n’ose dire.

La complicité naissante entre David et Kit m’a fait craquer, David comprend comme personne ce que vit Kit et son absence de filtre est une vraie bouffée d’air frais. Au premier abord, leur amitié semble inattendue, mais au fil des pages c’est comme une évidence. On aborde des thèmes émouvants tels que le deuil ou la différence et ce dernier sujet est traité avec authenticité, on est plongé dans la tête de nos héros, tous les deux à un tournant de leur vie et la manière dont leurs émotions sont retranscrites rend l’histoire encore plus bouleversante. Une très belle leçon de vie qui fait réfléchir sur la société et en même temps apporte une réponse aux préjugés.

Publicités

Shades of Shadows | V. E. Schwab (Shades of Magic #2)

Résumé :

Kell est le dernier des magiciens de sang, des sorciers capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l’âme. Le premier, gris, est le nôtre. Le second, rouge, déborde de magie. Dans le troisième, blanc, elle s’est faite rare, et dans le dernier, noir, elle a tout dévoré. Quatre mois ont passé depuis qu’un talisman maléfique est tombé entre les mains de Kell, depuis que le corps de son ennemi a été expédié dans le Londres noir en compagnie du joyau.
Lila s’en est allée. Sans mot dire, au bout de trois jours d’épreuves inimaginables, elle a abandonné là Kell, sur un quai du Londres rouge, pour partir explorer le monde. Depuis, le jeune homme est assailli de rêves menaçants, dont il ne se réveille que pour penser à elle. La capitale bouillonne de fièvre car dans quelques jours commencent les Jeux des éléments, une compétition qui réunit les meilleurs magiciens de trois royaumes voisins, souvent en guerre par le passé. En prévision de l’événement, un navire à la réputation légendaire se rapproche d’ailleurs de la cité, ramenant de vieux amis à terre. Mais pendant ce temps, un autre Londres se réveille et revient petit à petit à la vie. Or rien ne peut venir bouleverser l’équilibre de la magie : pour qu’une ville prospère, une autre doit forcément décliner…
 Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Un second opus qu’il me tardait de découvrir et qui malgré un début  lent, aura réussi à me convaincre. L’attente aura été récompensée par une intrigue captivante et des personnages qui offre un nouvel aspect de leur identité.

Les évènements du précédent opus ont indéniablement changé Kell et Lila, on les retrouve plus mures dans cet opus et marqués par ce qu’ils ont vécu. L’histoire reprend quatre mois après la fin du premier tome, Lila est partie profiter de sa liberté et elle n’a pas hésité à laisser Kell derrière elle sur le quai du Londres rouge. Pourtant, bien qu’elle apprivoise cette nouvelle vie, ses pensées ne sont jamais bien loin du Prince. C’est à bord d’un navire de pirate que nous la retrouvons et bien qu’elle ait exploré une partie du monde. La réalité la rattrape lorsque la capitaine de son navire, décide de rentrer à Londres pour participer aux Jeux des éléments.

Beaucoup de choses se sont passés durant ces quatre mois, et il serait facile d’en dévoiler trop. J’ai tendance à penser que ce deuxième opus illustre parfaitement le tome de transition et c’est bien souvent ce qui me frustre dans les suites. De nouveaux personnages vont nous être présentés et il était important de les rencontrer dans leur quotidien pour apprendre à les découvrir. Il aura donc fallu plusieurs chapitres pour connaître passé et présent de notre équipage et pendant ce temps Kell n’a jamais été aussi seul. Ses décisions vont le placer dans une position compliquée et comme le précédent opus, la question de liberté va être centrale. J’ai apprécié voir Lila évoluer et bien que ses vieux démons l’empêchent de totalement se sentir en terre conquise, elle va apprendre à s’ouvrir malgré elle et s’épanouir à sa manière. A l’inverse de Kell qui n’a plus que son frère adoptif qui le retienne, et même de son côté certaine décision peuvent être discutable et personnellement certaines m’ont irrité.

On s’éloigne un peu du complot du tome précédent en intégrant des jeux à l’intrigue, mais en parallèle un autre Londres revient peu à peu à la vie, menaçant l’équilibre du Londres rouge. J’ai apprécié me trouver à la place d’un narrateur omniprésent, nous avons accès à des éléments inconnus de nos personnages et ça contribue à un sentiment d’urgence. Pendant que le Londres rouge est en fête, les ennemis de la couronne reprennent des forces. A mesure que le jeu se rapproche de la finale, le plan de l’autre Londres prend forme et ça m’a mise les nerfs en pelote. A côté de ça, les retrouvailles Kell & Lila se seront fait attendre, mais sachez que ce fût à leur image.

Je suppose que maintenant qu’on a une vue d’ensemble sur l’étendue des dégâts, on peut envisager un troisième et dernier opus épique. J’ai beaucoup d’attente concernant l’ultime tome et en même temps, quelques craintes concernant l’avenir des personnages. Nous avons une forme d’action un peu différente, car nos personnages ne luttent pas pour leur vie, mais l’intrigue liée au jeu et plaisante et Lila parvient encore une fois à s’attirer des ennuis pour notre plus grand plaisir. Une bonne suite, qui prend malgré tout son rythme un peu tardivement.

Mon avis sur Shades of Magic #1 ICI

Shades of Magic | V.E. Schwab (Shades of Magic #1)

Résumé :
Kell est le dernier des Visiteurs, des magiciens capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est le centre à chaque fois. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge, et on y respire le merveilleux avec chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : les sortilèges s’y font si rares qu’on s’y coupe la gorge pour voler la moindre incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui s’y est répandue quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.
Depuis cette contagion, il est interdit de transporter un objet d’un monde à l’autre. C’est pourtant ce que va faire Kell, un chien fou tout juste sorti de l’adolescence, pour défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, et le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait pourtant sa vie sans hésiter. Et un jour, il commet l’irréparable : il passe une pierre noire comme la nuit dans le Londres gris où une jeune fille du nom de Lila la lui subtilise.
Mais la magie n’attire jamais à elle personne par hasard !
Découvrez Shades of Magic, du petit prodige Victoria Schwab, qui développe une idée surprenante qu’elle peuple de personnages inoubliables, pour le plus grand délice de ses nombreux fans.

L’engouement pour cette auteure et ce roman me donnait fortement envie de me lancer dans cette série, qui a été relativement présente sur les réseaux sociaux depuis sa publication, mais avec les nombreuses sorties, des choix ont dû se faire et contre toute attente c’est ma copine book_ouioui qui aura sauté le pas pour moi en me l’offrant. Impatiente de découvrir cet univers dont j’ai tellement entendu parler et cette lecture fut un régal.

Kell est ce qu’on appelle un Voyageur, un magicien capable de voyager d’un monde à l’autre. Ces mondes, sont au nombre de quatre et chacun de ces Londres à sa particularité : le Londres gris ne possède aucune magie, le Londres rouge à la sentir florale est une vraie bouffée d’air frais, dans le Londres Blanc les magiciens sont convoités avec envie et enfin le Londres noir qui s’est laissé dévorer et où il ne reste rien, forçant les voyageurs à couper les ponts avec ce monde glacial. Chargé par le souverain du Londres rouge de transmettre des missives aux autres souverains, Kell a l’interdiction de transporter des objets d’un monde à l’autre, pourtant le jeune homme va se livrer à un trafic qu’il voyait sans conséquence et qui va le plonger au cœur du risque. Il commet l’irréparable en acceptant de transporter une pierre noire et son passage dans le Londres gris va rapidement comprendre son erreur et alors qu’il est en danger sa route va croiser celle de Lila, une talentueuse voleuse, qui va lui subtiliser la pierre de toutes les convoitises et sa magie va attirer toutes sortes d’ennemis.

Kell est un personnage qui semble respecter les règles et sa position de fils adoptifs de la famille royal l’oblige à respecter les règles, mais étant l’un des derniers voyageurs sont rôle est indispensable pour l’équilibre. Ses petits trocs semble à première vue sans conséquences, mais son frère le Prince Rhy va rapidement le mettre en garde contre cette habitude et les risques encourus s’il se fait prendre. Les conséquences, il ne va pas tarder à les connaître, j’ai apprécié sa conscience et sa volonté de résoudre le problème sans mêler sa famille au danger. Il est très humain et plutôt lucide sur sa situation familiale, car il a beau avoir été recueilli par la famille royale et considérer Rhy comme son frère, son rôle lui enlève une certaine liberté d’agir comme il le souhaite.

Lila est une héroïne comme je les aime. Je suis sous le charme de son parcours, bien qu’assez solitaire la jeune femme n’a besoin de personne pour se tirer des pires situations et la voir débrouillarde, combative et maître de sa vie est tout ce que j’aime chez une héroïne. Habituée à découvrir des demoiselles en détresse, on est loin du schéma avec une héroïne à la langue bien pendue et tel un chat, elle retombe toujours sur ses pattes. Sa rencontre avec Kell va provoquer par son penchant à faire les poches de manière aléatoire et on peut dire qu’elle va faire le vol de sa vie, et provoquer un raz-de-marée la forçant à prendre des risques pour une noble cause.

Un début un peu lent à démarrer et ma lecture saccadée n’a pas dû aider pour assimiler les subtilités de l’univers construit par V.E. Schwab, une fois l’histoire mise en place, l’intrigue prend le dessus et le besoin de connaître la suite, fait que je me suis laissé par porter par le périple de nos héros. L’histoire est portée par un duo charismatique et la suite promet un vent de liberté. Un récit original qui aborde le thème de la magie sous un nouvel angle.

Tout en haut de ma liste | Emily Blaine

Résumé :

Découvrez la nouvelle romance d’Emily Blaine et (re)tombez amoureux de Noël ! 

Six destinées, trois rencontres, des kilos de neige et des montagnes d’amour : découvrez le nouveau roman choral d’Emily Blaine !

Jefferson est paumé. Depuis qu’il a arrêté ses études, il ne sait pas ce qu’il veut faire de sa vie. Au point d’accepter de participer à cette étude sociologique bizarre que lui propose sa sœur. Mais, quand il rencontre Alana, le deuxième cobaye, il comprend qu’il ne sera plus jamais perdu.
Olivia est coincée. Pour attirer l’attention de celui qu’elle aime depuis le lycée, elle s’est enterrée sous les mensonges. Désormais, elle doit présenter à ses parents son petit ami imaginaire, Callum. Callum existe… sauf que Callum est juste un ami. Un ami sympa au point de jouer le rôle d’un fiancé ?
Mason étouffe. Malgré sa célébrité, il se sent plus seul que jamais et ne sait plus qui il est vraiment. Alors, quand il découvre une petite annonce qui propose de retaper un vieux chalet en échange du gîte et du couvert, il fonce. Son hôtesse Stella aura bien le temps de se rendre compte qu’il a légèrement surestimé ses compétences en bricolage…

Je remercie les éditions Harlequin et NetGalley France pour la lecture de ce roman

Ce roman marque le début de ma période préférée, nous ne sommes qu’en novembre et pourtant j’ai adoré pouvoir me plonger dans une histoire de Noël. Incontournable des romans d’Emily Blaine, c’est toujours avec le sourire que je referme ses romans et malgré le format un peu court, on passe un moment excellent en compagnie.

Olivia a rencontré celui qu’elle considère comme l’homme de sa vie à l’âge de 7 ans et pendant toute sa scolarité elle a bavé les yeux grands ouverts sur ce garçon qui ne semblait pas la remarquer. Bien des années plus tard, il se souvient d’elle et c’est par l’intermédiaire d’un mensonge innocent que la jeune femme va se retrouver à devoir présenter son petit ami imaginaire, Callum. Sauf que Callum est loin d’être imaginaire et celui qu’elle considère comme un simple voisin et ami, va se montrer sous un nouveau jour, plein de charme, séduisant et c’est le genre de situation où l’humour et l’amour vont se mélanger pour nous offrir des scènes drôles, gênante et romantique.

Jefferson a arrêté ses études pour trouver sa voie et il est un peu perdu lorsqu’il réfléchit à son avenir. Afin d’aider sa sœur, il accepte de participer un projet sociologique d’abord réticent face à cette étude, il va avoir un coup de foudre pour le deuxième cobaye Alana. Une simple rencontre va changer la vie de ces deux personnes qui n’expliquent pas eux-même ce besoin d’apprendre à se connaître et l’alchimie va être palpable pour le lecteur, qui en tant que spectateur apprécie la manière dont ces deux héros vont se laisser guider par leurs émotions.

Mason est une star. Au sommet de sa carrière il ressent pourtant une oppression lorsqu’il pense à tous ceux qui l’entourent. Une belle villa, un métier de rêve et des personnes qui gravitent sans arrêt autour de lui, allant jusqu’à l’étouffer. Alors qu’il envisage de s’éloigner quelque temps de la médiatisation, il tombe sur une annonce étonnante. Lui qui n’a jamais été un manuel, il va se retrouver embauché pour retaper un vieux chalet en échange d’une chambre. Sur place il est accueilli par la pétillante Stella et comme moi vous allez succomber à son caractère à la fois distant et touchant. Malgré les barrières, elle va se laisser approcher tout en douceur.

A travers l’histoire de trois couples, nous allons découvrir que les réponses se trouvent parfois dans l’amour. Au départ j’étais un peu déboussolé par l’idée de suivre plusieurs héros et jusqu’ici j’avais toujours des préférences envers certains personnages. Pour le coup, on passe un moment absolument adorable dans ces trois histoires et c’est vraiment la lecture idéale pour se mettre dans l’ambiance des fêtes. Il se dégage toujours quelque chose de particulier à Noël et voir l’amour naître à une période aussi belle, ça me donne le sourire. C’est un avant-goût des fêtes et j’ai adoré retrouver la plume d’Emily Blaine. J’ai aimé me sentir proche de ces personnages, l’ambiance des fêtes laisse toujours un sentiment de bien-être et ces trois petites romances sont drôles, touchantes et la magie opère. Après ça vous n’aurez qu’une envie, préparer un chocolat chaud, regarder la neige tomber et bien évidemment faire votre liste au père-noël. Une lecture doudou qui remplit ses promesses.

Juste quelqu’un de bien | Angéla Morelli

Fidèle des romans de l’auteure il était impensable de passer à côté de ce nouveau roman, surtout après le teaser au Roman Féminin qui promettait une histoire émouvante. Un peu étonnée par la narration à la troisième personne, j’ai fini par me laisser totalement embarquer dans une histoire qui arrive à maintenir un juste milieu entre humour et émotions. Encore une fois Angela Morelli crée un univers envoûtant.

Habituée à être la reine des romans feel good, ce roman ne fait pas exception avec Juste quelqu’un de bien, mais se démarque un peu en proposant une histoire plus profonde qu’il n’y paraît. Depuis toujours Bérénice se cherche, elle a toujours été la bonne élève qui suit le chemin qui est tout tracé haut la main et qui grandit avec de belles promesses d’avenir, pourtant chaque période de sa vie il lui manque quelque chose pour être heureuse. Aujourd’hui la jeune femme est âgée de trente-quatre ans, ne connaît pas l’amour, accumule les amants quelconque et pour couronner le tout, elle n’arrive plus à écrire, alors que son métier d’écrivain est toute sa vie.

Arrivée à un tournant de sa vie la jeune romancière va devoir se poser les bonnes questions et affronter ses démons qu’elle a repoussé bien trop longtemps. J’ai beaucoup aimé la fraîcheur de cette héroïne et la relation qu’elle entretien avec sa grand-mère est sa mère est absolument attendrissante, cette complémentarité entre les femmes de la famille est belle, sans oublier la folie de la douce Juliette. On a un casting touchant qui fait la force de cette histoire et contribue à rendre l’histoire douce et lumineuse. Certes nous abordons certains thèmes parfois douloureux, mais on n’est jamais dans le drame trop exagéré et l’espoir est le moteur du récit.

Dans tout ce désordre va émerger un personnage qui provient du passé de Bérénice, le premier amour d’une femme occupe toujours une place particulière et retrouver Aurélien après tout ce temps va faire resurgir certains sentiments amoureux qui étaient jusqu’ici oubliés dans le passé de l’adolescente qu’elle était à l’époque. J’ai beaucoup apprécié les chapitres qui lui sont consacrés, car cela nous a permis de franchir la porte de son cœur et d’apprendre le connaître un peu mieux. Après je ne vous cache pas que j’aurais aimé les voir plus souvent échanger, car on devient vite accro à leurs rencontres bien qu’un peu frustrée qu’ils gardent leur distance.

Ce qu’il faut retenir c’est la place donnée à l’Amour, l’héroïne aspire simplement à rencontrer un homme qui restera dans sa vie et avec qui elle se sent épanouie, mais pour prétendre au bonheur elle devra affronter la réalité de son histoire. C’est une manière assez subtile de parler d’amour, mais c’est également très vrai on est tous à la recherche du bonheur et c’est avec beaucoup de douceur qu’on suit les personnages. A mon sens ce qui fait la force de ce roman c’est l’aspect familial et l’amour inconditionnel que partage trois générations de femmes. Ce trio est rafraîchissant, leur relation est tout simplement indescriptible et bien évidemment on retrouve l’humour caractéristique d’Angela Morelli. Une belle leçon de vie qui donne envie de croire en l’avenir.