Nos âmes tourmentées | Morgane Moncomble

Résumé :
Lorsqu’Azalea revient à Charleston, sa ville natale, ce n’est pas de gaieté de cœur. Elle a préféré partir quelques années auparavant pour échapper à des souvenirs pénibles et pour mettre le plus de distance possible entre elle et ceux qui lui ont fait du mal.

Sa mère, avec qui elle n’avait plus aucun lien, vient de mourir lui laissant sa maison et une succession à régler. Là voilà de nouveau dans la maison familiale, pour un temps qu’elle espère le plus bref possible.

Jusqu’à ce qu’elle fasse la connaissance d’Eden, son nouveau voisin. Il est charmant, amusant, différent des hommes qu’elle a rencontrés jusqu’alors. Il lui donne envie de changer, de bousculer le fragile équilibre qu’elle avait trouvé loin d’ici. Peut-être même de céder à son attirance. De vivre heureuse à nouveau tout simplement.
Mais cela impliquerait de rester à Charleston. Est-elle capable de faire table rase du passé, d’oublier tout ce qui s’est passé ici ?

Eden a ses propres fêlures mais il est prêt à l’aider. Azalea a un long chemin à parcourir mais il pourrait la conduire vers l’amour et le bonheur.

Je n’avais pas prévu de lire ce roman tout de suite et puis comme tout être humain, plus tu vois quelque chose et plus la convoitise est attisée donc sur un coup de tête je me suis fait un petit plaisir. Je ne crois pas avoir chroniqué mes précédentes lectures, mais j’ai déjà les autres romans de Morgane Moncomble et bien que je n’avais rien à reprocher à l’histoire ou à la plume, la romance ne m’avait pas transportée. Ce nouveau roman a fait beaucoup parlé de lui et même si j’ai conscience que l’auteure à une grosse communauté de fans, pour beaucoup ce roman était le meilleur de l’auteure donc moi aussi j’avais envie de me lancer et je dois avouer que je rejoins l’avis général. On a une vraie prise de risque et la romance est plus sombre et c’est ce qui rend cette lecture si entraînante.

Quand j’ai découvert le prologue un sentiment de panique pour les personnages m’a traversée, j’ai éprouvé de la crainte face aux épreuves qu’ils allaient pouvoir traverser en 476 pages. D’ailleurs ne vous fiez pas à la brique, la lecture est très fluide et personnellement je l’ai lu en pratiquement 24h. On n’attend malheureusement pas le seuil du coup de cœur, mais franchement ça s’est joué à quelques émotions, car l’histoire est complètement géniale, le passé des personnages a de quoi vous briser le cœur et les thèmes abordés sont très forts.

Suite au décès de sa mère, Azalea Green est contrainte de revenir à Charleston, sa ville natale pour régler la succession. Malgré la distance qu’elle a tentée de mettre des années plus tôt, la jeune femme replonge immédiatement dans ses sombres souvenirs. Déterminée à expédier le plus rapidement possible la vente de la maison, elle va devoir faire face à son passé et aux gens qu’elle a laissés derrière elle. Lorsqu’elle fait la connaissance de son voisin Eden, elle sent immédiatement qu’il pourrait être un danger pour son équilibre, de son côté il voit plus loin que ses sourires et est prêt à tout comprendre qui est réellement Azalea Green.

Je suis admirative de Azalea, cette superbe jeune femme a vécu une adolescence difficile et partir était le moyen de se sauver. Ce retour à Charleston va être une épreuve difficile pour elle, car tous les souvenirs vont affluer et elle n’avait jamais affronté ce passé qui l’a tant fait souffrir. C’est impossible de rester indifférent à la souffrance de cette héroïne qui a tout fait pour s’en sortir, mais qui comme toute personne peut atteindre son point de rupture. Sa rencontre avec Eden va la sortir de sa zone de confort et même si c’est minime, elle va progressivement s’ouvrir. Et cette rencontre c’est une bouffée d’air frais pour le lecteur qui la voit enfin pouvoir compter sur quelqu’un, elle qui a toujours ou presque été seule, va avoir un soutien de taille prêt à tout pour elle.

Parlons-en de ce sublime spécimen masculin qu’est Eden. Mesdames et Messieurs ayez le cœur bien accroché, parce que ce personnage est le voisin idéal : Attentionné, drôle, protecteur et têtu, on rêve toute de rencontrer un homme qui n’écoute pas les rumeurs pour se faire sa propre opinion et qui est prêt à tout pour ceux qu’il aime. Bien qu’il ait également ses propres problèmes, il va être un soutien inconditionnel pour Azalea et sa manière de se rapprocher d’elle m’a vraiment touché. Car même si, j’ai beaucoup parlé des thèmes et émotions des personnages, la romance est également magnifique et les voir tomber amoureux l’un de l’autre ça m’a ému, car je me suis dit qu’il s’était trouvé malgré les épreuves et qu’ensemble ils seraient plus forts.

J’ai apprécié les citations féministes en début de chapitre et l’engagement d’Azalea pour la cause féminine, même si je ne connais pas personnellement Morgane Moncomble, à travers les réseaux sociaux ont voit que ça lui tient à cœur alors j’ai trouvé important qu’on en parle, même si ça devrait être une évidence. Quand on voit l’âge de l’auteure, on réalise que la maturité n’a pas d’âge et elle parvient à faire passer des messages importants et mettre en lumière des thèmes avec beaucoup de réalisme. Un livre à découvrir !

The Chase | Elle Kennedy (Briar Université #1)

Résumé :

On dit que les opposés s’attirent. Et s’il y en a bien une qui est d’accord avec ça, c’est Summer, parce qu’il n’y a aucune raison logique pour qu’elle soit attirée par Colin Fitzgerald. En règle générale, elle n’aime ni les intellos tatoués, ni les jeux vidéo, ni les joueurs de hockey qui pensent qu’elle est volage et superficielle.
De son côté, Fitz n’est pas persuadé que cette fille solaire, sûre d’elle, en un mot magnifique, soit celle qu’il lui faut.
Et pourtant, il va falloir qu’il s’y fasse car… ils sont colocataires !
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

L’auteure d’une des séries les plus marquantes de ma bibliothèque est de retour et retrouver la plume d’Elle Kennedy est toujours addictive. Dans ce spin-off nous retrouvons des personnages familiers et d’autres un peu moins, qu’il me tarde de découvrir de manière plus approfondi. L’auteure s’intéresse à plusieurs thèmes importants, tout en conservant une pointe d’humour comme elle sait si bien le faire.

Depuis qu’elle a rencontré Colin Fitzgerald, Summer Heyward-Di Laurentis n’a jamais oublié cet intello tatoué, elle ne se l’explique pas, mais il provoque en elle des sensations qu’elle n’avait pas éprouvé depuis des années. Alors lorsqu’elle apprend qu’il la trouve superficielle, elle comprend que ses sentiments ne sont pas partagés, elle préfère éviter le hockeyeur et se concentrer sur ses études. Seulement, la situation va légèrement se compliquer lorsqu’elle va devoir partager un appartement avec trois joueurs de l’équipes, dont Fitz.

Summer arrive en cours de scolarité à Briar, suite à un renvoi de sa précédente université, ce qui va l’amené à se retrouver à chercher à se loger sur le campus, alors son frère va tirer des ficelles et ses anciens coéquipiers vont se faire un plaisir d’accueillir la pétillante jeune femme. Rapidement elle va montrer l’image d’une jeune femme sure d’elle et son excentricité peut renvoyer un mauvais message, rendant la cohabitation difficile. les non-dits et le manque de communication entre Summer et Fitz vont compliquer leur relation et honnêtement parfois j’avais envie de crier ma frustration, mais la romance n’en reste pas moins adorable. Dès que les masques tombent on découvrent des thèmes sérieux abordés avec sensibilité et authenticité.

Fitz est un personnage beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, ses difficultés à communiqué vont le mettre dans une situation compliquée et son passé ne va pas rendre la situation plus simples. J’ai trouvé son personnage différent des sportifs de la série, sportif émérite, c’est également un passionné de jeux-vidéos tant aux manettes qu’à la création du design. Discret dans ses activités, il n’aspire qu’à passer inaperçu et l’attitude de Summer est loin d’être une situation familière. Malgré les préjugés, ils vont se découvrir une alchimie qui va effrayer Fitz peut habitué à éprouver des sentiments aussi intenses et n’arrange pas ses rapports avec la jeune femme.

Impossible de ne pas évoquer les personnages secondaires qui ont susciter ma curiosité et que j’ai apprécié rencontrer. Et cette fameuse touche d’humour qui contribue à mettre le lecteur en phase de détente. On débute ce spin-off avec un très bon couple de héros et il est indéniable que la plume magique d’Elle Kennedy est à l’origine de ce premier opus. Un univers qu’il me tarde de retrouver dans The Risk.

Mon avis sur The Deal #1 ICI
Mon avis sur The Mistake #2 ICI
Mon avis sur The Score #3 ICI
Mon avis sur The Goal #4 ICI

Ashes Falling for the Sky | Nine Gorman & Mathieu Guibé (#1)

Résumé :

– Espérais-tu plus qu’un jeu, Sky ?
– Certainement pas. On ne tombe pas amoureuse d’un inconnu.
Pour sa première rentrée universitaire, Sky compte bien se délester de son costume de petite fille sage. Elle jette son dévolu sur Ash, attirant mais insupportable bad boy. Prête à assumer cette relation sans lendemain, Sky se jette à corps perdu dans le jeu de la séduction, mais perd lamentablement la partie. Elle fait fuir Ash, non sans avoir entrevu ses blessures. La part d’ombre d’un jeune homme qui a tout connu, même le pire. Surtout le pire…

Les romans issus de Wattpad ne sont pas forcément ceux qui motivent mes achats, mais je suis sensible aux retours des lecteurs et comme bien souvent le bouche-à-oreille à susciter mon envie de découvrir à mon tour cette histoire. En soi c’est une romance qui n’invente rien, mais tous les éléments qui constituent l’intrigue assemblée font qu’on a envie d’en savoir plus et la description qui est faite des personnages pousse le lecteur à en savoir plus.

Sky débute l’année universitaire décidée à oublier le passé et ses souffrances, ainsi que cette image de fille sage qui lui colle à la peau. Le soir de la fête de pré-rentrée, elle jette remarque l’insaisissable Ash, réputé pour être infréquentable. Pourtant, loin d’être effrayée Sky y voit un lot de consolation et surtout un moyen de penser ses blessures. Commence alors un jeu de séduction entre les deux personnages, d’un côté l’étudiante studieuse et de l’autre de bad boy passé maître dans l’art des relations sans lendemain. Ce jeu va révéler deux âmes brisées qui vont entrevoir les blessures de l’autre et jouer le jeu de la séduction pour le meilleur et pour le pire.

Sky est une héroïne que j’ai apprécié découvrir, son passif a contribué à fragilisé une vie entière et ce nouveau départ loin de tout est une échappatoire qu’elle s’espérait plus. Lors de cette première soirée, son passé va la pousser à vouloir tenter une expérience et Ash va rapidement attirer son attention. On va d’ailleurs constater indépendance intéressante, mais ses failles très présentes vont mettre un terme au jeu de séduction, sans pour autant le clôturer complètement. Chaque rencontre change imperceptiblement l’attitude de l’autre et l’alternance des points de vue appuie cette évolution. Face à leurs fêlures, on ne peut qu’être touché par Sky et Ash.

Ash est un personnage complexe qui va bien plus loin qu’une image de bad boy. Au fil des pages ont découvre une histoire bien plus profonde qu’on s’y attendait et pour une fois on ose montrer un homme avec ses faiblesses. La narration alternée, permet de connaître Ash sans se fier aux apparences et du point de vue de Sky, on aurait facilement pu détester notre héros. Il y a un côté psychologique abordé d’une manière intéressante et les révélations bien que prévisibles, n’en demeure pas moins émouvante.

J’ai eu du mal à trouver le temps pour avancer dans ma lecture, mais une fois lancée la fluidité de la plume des deux auteurs à m’a tout simplement emportée. Je ne regrette pas du tout mon achat et d’avoir mis mes préjugés de côté, bien que la frustration liée à la fin soit assez terrible. Heureusement que je ne l’ai pas lu dès sa sortie, parce que c’est assez insoutenable. Il y a cette soif d’en savoir plus et ce désir de voir l’obscurité s’en aller pour voir nos personnages heureux. Je suis plus qu’impatiente de lire le second en opus en juin.

Mack Daddy | Penelope Ward

Résumé :

Quelle n’est pas la surprise de Frankie quand elle découvre que le père de Jonah, un élève de l’école où elle enseigne, n’est autre que Mack, celui pour qui elle avait bien failli craquer alors qu’ils étaient encore étudiants. Ils étaient colocataires, ce qui leur avait permis de partager des moments aussi drôles qu’embarrassants. Une amitié était née et s’était peu à peu transformée en tendres sentiments.
Mais le destin s’en était mêlé et alors qu’ils commençaient à rêver d’un avenir commun, ils avaient dû abandonner leurs projets.
Le temps a passé et Frankie a tourné la page. Lorsqu’elle découvre qui est Jonah, elle est furieuse.
Pourquoi Mack a-t-il choisi d’inscrire son fils dans son école ? Pourquoi est-il revenu s’installer à Boston après toutes ces années ?
Jonah est un petit garçon anxieux qui la touche profondément, mais elle est résolue à ne pas se laisser troubler par ses souvenirs.
Quant à Mack, après des années difficiles, il veut être heureux avec son fils et Frankie. Il fera tout pour la reconquérir.
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

Les histoires de seconde chance ne sont généralement pas celle qui me font le plus vibrer et pourtant la simple mention de Penelope Ward m’a donné envie de découvrir cette nouvelle publication. J’ai commencé ce roman lors d’un déplacement et mon trajet en train a été particulièrement drôle. J’ai tenté en vain de retenir quelques éclats de rire et il m’arrivait de vérifier par moments si personne ne lisait derrière mon épaule, certains passages étant particulièrement sexy et notre héros n’hésite pas à être totalement franc au risque de choquer.

Dès la première ligne une expression absolument incroyable fait son apparition DILF « Daddy I’d Like to Fuck« , au delà de l’humour qui transparaît, apprendre qu’il y aurait un papa a suffi à monter d’un degré mon excitation. Pour faire simple prenons une institutrice passionnée par son métier, un jour de rentrée où celle-ci découvre les parents d’élèves et surtout le père de l’un de ses élèves qui à briser son cœur d’étudiante. Puis ajouter un héros déterminé à reconquérir celle qu’il a laissée partir, mélanger et vous aurez une histoire de seconde romance drôle, sexy et romantique. Ils ont tout à réapprendre et c’est ce qui rend cette histoire convaincante.

Francesca O’Hara est une institutrice épanouie qui prend à cœur d’aider ses élèves en difficulté et justement Jonah, le fils de Mack est de nature anxieuse et pour son père, il n’aurait pas pu trouver meilleure institutrice pour aider son fils à s’en sortir. Bien que tiraillée entre ses sentiments pour le père d’un élève et sa volonté de devenir un soutien pour cet enfant en difficulté, la jeune femme va découvrir que le garçon de son passé a développé de nombreuses qualités toujours aussi craquantes. La jeune femme pensait avoir tourné la page, mais au contact de Mack elle va sentir que leur connexion de l’époque n’a jamais cessé d’exister, mais malgré la force de caractère qu’elle a développé pendant l’absence de cet homme, il a toujours été compliqué de dire non à cet homme qui réveille toutes les parties endormies de son corps, mettant tous les moyens en oeuvre pour la reconquérir.

Mack n’est plus le jeune homme insouciant de l’université, ces années qui se sont écoulées sans Frankie ont été difficile et renoncer à la femme qu’il aime a laissé des séquelles. Ce retour à Boston est le bienvenu, tant parce que son fils à besoin d’être entourée, mais aussi parce que c’est l’occasion de retrouver Frankie. Conscient d’arriver dans la vie de la jeune femme sans y avoir été invitée, il va malgré tout mettre tous les moyens en oeuvre pour récupérer la femme de sa vie et dans la vie comme en amour, tous les coups sont permis. Attachée votre ceinture, un homme au physique de Dieu, avec un humour qui mettrait toutes les femmes dans son lit et une détermination sans failles. Il est revenu pour LA femme et il a bien l’intention de remporter son cœur.

L’histoire est assez classique, mais l’humour est un point fort de cette histoire, car elle renvoie à des émotions plaisantes et on ne peut qu’apprécier cette lecture. La romance est forte dès le départ, on comprend que malgré les années et la distance la force des sentiments est toujours là. Penelope Ward revient avec une romance addictive.

Alaska Wild | K.A. Tucker

Résumé :

À vingt-six ans, Calla Fletcher est une parfaite citadine. Elle aime sortir avec ses amies, faire du shopping et se mettre en scène pour son blog  » Calla & Dee « .
Lorsqu’elle apprend que son père, qu’elle ne connaît presque pas, est malade, elle décide de se rendre auprès de lui en Alaska. Alors que Calla n’était encore qu’un bébé, sa mère a fui cette contrée loin de tout.
Elle va alors découvrir la rudesse de la vie quotidienne locale, les allées et venues constantes des petits avions… et Jonah, ce pilote détestable.
Ce pur produit du cru a clairement hâte de renvoyer cette fille d’où elle vient, mais Calla est bien décidée à lui montrer qu’elle aussi peut s’adapter à cette vie… Du moins pour un temps, car elle ne se voit vivre qu’à Toronto. Et Jonah ne quittera jamais l’Alaska.
Le passé ressurgit et pose à nouveau le même dilemme : va-t-elle, comme sa mère bien des années plus tôt, envisager une histoire d’amour avec un pilote ?
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

Un voyage plaisant au cœur des montagnes d’Alaska, avec un décor indescriptible. Les descriptions sont une fenêtre à l’imagination et il est indispensable de se représenter l’environnement pour comprendre la beauté du pays et de ses habitants. Une lecture riche en découverte en plein cœur d’une contrée sauvage.

Calla Fletcher a quitté l’Alaska alors qu’elle était âgée de 2 ans, depuis elle s’est épanouie à Toronto et elle est désormais la parfaite citadine. A la pointe de la mode, elle n’hésite pas à se mettre en scène avec sa meilleure amie pour leur blog « Calla & Dee ». Lorsqu’une femme lui annonce que son père qu’elle n’a pas vu depuis vingt-quatre ans et à qui elle n’a pas parlé depuis douze ans est malade, elle voit une occasion de faire la connaissance de celui qui ne l’a pas vu grandir. D’abord anxieuse à l’idée d’embarquer pour l’Alaska, la jeune femme va découvrir ce qui a conduit son père à ne jamais quitter ce pays, malgré sa rudesse et son manque de civilisation.

L’arrivée de Calla va être marquée par sa rencontre avec Jonah, un pilote de la compagnie de son père, qui semble prendre un malin plaisir à s’en prendre à la citadine, persuadé qu’elle ne pourra jamais supporter la vie ici. Sur place, Calla découvre le contraste entre sa vie à Toronto et les habitants heureux malgré le peu de moyens et les difficultés de leur quotidien, avec un seul mot d’ordre l’entente et leur complicité.

Calla est une jeune femme pétillante, que j’ai pris plaisir à découvrir. Son passif avec son père a fragilisé la jeune femme et malgré cette volonté de désinvolture, l’absence de son père a toujours été difficile à accepter pour elle. Apprendre pour la maladie de son père va être un électrochoc, celui qu’elle a toujours rêvé d’avoir dans sa vie, va peut-être disparaître avant même qu’elle n’est fait partie de sa vie. Ce départ pour l’Alaska, bien que déstabilisant est une évidence pour la jeune femme qui malgré les doutes, espère avoir une seconde chance.

Le thème de la maladie vient renforcer l’émotion et malgré l’éloignement, l’amour entre un père et sa fille est indestructible. Les retrouvailles vont se dérouler avec beaucoup de pudeur, les années ont malgré tout laissées des séquelles et Calla, va mettre certaines barrières pour éviter de souffrir à nouveau. Avec le recul, cette relation met du temps avant de s’installer, car l’auteure a choisi de mettre en avant les paysages et la passion pour l’aviation y est également très présente. On comprend parfaitement ce choix et le décor se dessinent sans mal dans mon esprit, fait le choix d’un roman descriptif contribue à relayer au second plan des détails liés aux relations humaines. Certes l’humour et la répartie entre Jonah est absolument craquante, et le rapprochement avec son père est touchant, mais il y a comme un ralentissement de la progression de l’histoire, les paysages sont figés dans le temps et dans la dernière partie du roman l’histoire subit une accélération, provoquant un déséquilibre.

Un carnet de voyage aux paysages époustouflants, qui m’aura donné le temps d’une lecture l’impression de voler au-dessus de décor unique et piloter d’une main de maître par un local séduisant, agaçant, mais surtout drôlement attachant. Pas forcément ma lecture favorite de l’auteure, mais malgré tout j’ai apprécié la visite. Je vous laisse le soin de découvrir Jonah, en espérant qu’il vous plaira autant qu’à moi. Profitez du voyage et laissez-vous porter.