Despair | Ker Dukey (Heartless #2)

Ce livre est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Après un premier opus surprenant qui m’avait sorti de ma zone de confort, il était pour moi inconcevable de passer à côté de cette suite. L’histoire garde les codes de la Dark Romance, mais je vois davantage cette histoire comme un thriller, notamment car nos héros ont vieilli et sont heureux en ménage, malgré leur goût particulier. Ce qui est intéressant dans cette suite, c’est la manière dont l’auteur joue sur le côté psychologique de l’histoire et les chapitres consacrés à Ryan vont mettre vos nerfs à rude épreuve.

Bien que Melody et Blake soient au centre de l’intrigue, ce tome va davantage s’intéresser à un personnage qui vous forcément fait froid dans le dos. Ryan est un anti-héros, rare sont ceux qui l’ont apprécié et pourtant l’auteur à fait le choix de s’intéresser à ce personnage hors du commun. Après dix-huit ans dans un centre d’unité psychiatrique, Ryan est enfin apte à retrouver sa liberté. Les années ont passé et même si les médecins affirme l’avoir soigné, il n’a qu’un seul objectif : rencontrer sa nièce Cereus qu’on lui a cachée depuis tout ce temps et son obsession ne va faire que grandir jusqu’à ce qu’il puisse enfin assouvir ce besoin.

Depuis tout ce temps Ryan n’a pas changé et ses penchants psychopathes ont beau être bien caché, il n’a rien perdu de ses manies de manipulateur. Que ce soit dans l’enceinte de l’unité ou tout simplement dans sa nouvelle vie, il ne va pas hésiter à se servir de tout ce qui l’entoure, jouer avec ses victimes et le tout avec une incroyable maîtrise. Ce qui est fou dans cette histoire c’est qu’il ne ressent absolument rien et on peut dire que sa folie va parfois atteindre des sommets. Même après dix-huit ans il réussit à traumatiser Melody, certes elle s’est remise mais ses cauchemars recommencent à venir la hanter, quant à Blake malgré l’amour qu’il a un jour eu pour son frère sa famille passera avant tout et il est prêt à tout pour les protéger.

A travers les manipulations de Ryan, nous allons voir que le couple Melody / Blake qui jusqu’alors étaient soudés et solides, va connaître quelques hauts et bas. Notamment lié au secret qui entoure la libération de Ryan, Blake va prendre des décisions qui vont nous rappeler le jeune homme qu’il était avant et se la jouer un peu solitaire. Nous allons également faire la connaissance de Cereus qui est une jeune adolescente un peu rebelle et qui n’est pas du tout comme je l’imaginais. Je me suis attachée à elle tout en conservant une certaine méfiance face à l’imprévisibilité de ce personnage, qui n’a pas fini de vous surprendre.

Un tome qui réussit à être tout aussi addictif que le premier opus, avec des pensées sombres qui vont nous conduire à vivre des choses difficiles. L’histoire est perturbante, Ryan à une manière d’abuser physiquement et psychologiquement de ses victimes qu’il est parfois difficile d’être dans sa tête et de visualiser des scènes où la tension est palpable, la peur s’accroche et le sang va continuer de couler. J’ai du mal à croire que l’auteure est réussie encore une fois à me surprendre, l’intrigue est vraiment très bien menée et les scènes se succèdent dans une ambiance glaciale qui vous sortira de vos habitudes livresques. Le moment grandiose est quand même lorsque tout ça éclate pour se terminer dans un joyeux bordel. Je dois dire que j’attends avec impatience la suite pour ressentir le frisson à nouveau.

Retrouvez mon avis sur Mercy #1 ICI

Cherche-moi | Geneva Lee (Royal Saga #4)

Date de sortie : 11 mai 2017

Je remercie Hugo Roman et ses attachées presse pour l’envoi de ce nouveau roman de Geneva Lee, bien que je garde un souvenir un peu flou de l’histoire précédente l’histoire conserve le côté addictif. J’ai eu du mal à situer les drames et l’épilogue m’a un peu sauvé la vie pour me rafraîchir la mémoire. Après un début un peu lent, j’ai rapidement été embarquée par la sensualité et l’érotisme du récit.

Afin d’aider sa famille à se sortir d’une passe difficile, Belle avait pourtant un plan tout trouvé et sa vie de future femme était pour elle une opportunité compte tenue de ses rapports avec son futur mari. En découvrant que Philip la trompe, le monde de Belle s’écroule et elle se retrouve seule et sans travail. Avec l’amitié de Clara et Edward, ainsi que le soutien de sa tante Jane, la jeune femme va se lancer dans un défi inédit : trouver un travail. Lorsqu’elle est embauchée par Maître Smith Price, la tension est palpable mais malgré les doutes elle accepte ce poste avantageux, qui pourrait lui permettre de voir son rêve se réaliser.

Je dois dire qu’après un début un peu difficile, j’ai bien cru que j’allais ressortir déçue de cette lecture. Puis au fil des pages, malgré un environnement un peu pauvre, j’ai fini par être aspirée par la passion. Ce n’était pourtant pas gagner, Belle est une femme à la beauté glaciale et après l’échec de sa précédente relation, elle a toutes les raisons de garder ses distances avec cet homme et n’entends pas se laisser faire face à l’arrogance de cet avocat. Ce caractère bien trempé, c’est tout ce que Smith aime chez une femme et malgré son désir de garder ses distances, le désir va tout changer et son besoin de contrôle tout emporter.

Dans une romance érotique, il est toujours un peu délicat de trouver le juste milieu entre les scènes passionnelles et la mise en place de l’intrigue. Je n’étais pas très convaincu lorsqu’ils ont commencé à se rapprocher et qu’ils ont cédé à leur pulsion, car je trouvais que c’était trop rapide et même si le cadre spatio-temporel n’est pas clairement évoqué il ne s’écoule que quelques jours lorsque leur relation débute. Dès le début, la nature de dominant de Smith est mise en avant et cela va valoir des scènes très chaude et sensuelle, sans jamais rentrer dans la vulgarité pour autant. L’intrigue a mis longtemps avant de voir le jour, mais lorsque les contours des secrets ont commencé à être plus net, mon intérêt s’est également réveillé, car au final on a une vague idée de ce qui se trame et ça promet d’être intéressant.

En bref, malgré un démarrage un peu lent j’ai retrouvé toute l’addictivité qui m’avait séduite dans les tomes précédents. Les héros ont des goûts similaires avec notre Majesté et ça donne des scènes torrides. Sans compter qu’on a le plaisir de découvrir l’évolution de notre couple royal et c’est toujours appréciable d’avoir des nouvelles, surtout quand elles sont aussi plaisantes. Très curieuse de découvrir ce que la suite nous réserve, le mystère qui entoure nos personnages est loin d’être éclairci et les hypothèses que j’élabore sont toutes assez farfelues pour être crédible. Une romance érotique, sexy, intrigante et addictive.

Retrouvez mon avis sur Royal Saga #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Royal Saga #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Royal Saga #3 ICI

Opposition | Jennifer L. Armentrout (Lux #5)

Ce roman est le 5ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Je n’en reviens pas que ce tome marque la fin d’une série aussi géniale. Certes il reste encore le tome du POV de Daemon pour faire durer le plaisir, mais renoncer à retrouver les aventures de ces héros est un peu triste, cette série m’aura marqué. Toutes les émotions qui auront animé mes lectures n’auront pas été de tout repos, mais chaque moment de frustration en aura valu la peine de cette conclusion.

L’attente pour ce dernier opus aura été longue, le chemin parcouru par nos héros est impressionnant, mais enfin ce dernier tome est arrivé. Je me suis trouvé dans une situation complexe, vous savez ce besoin irrépressible de lire un livre et cette envie inexplicable de faire durer les choses. Autant vous dire que je n’en ai fait qu’une bouchée, la faute au tome précédent, une fin pareille ça nécessite beaucoup de concentration pour apaiser mon petit cœur, puis Daemon m’a donné envie de ne plus le quitter et puis une chose en entrainant une autre, l’action m’a totalement kidnappé. Ce tome sera l’occasion de revoir des personnages qui nous ont manqués, d’autres un peu moins. Vous serez surpris de découvrir qu’à situation compliquée, exige mesure exceptionnelle. Et on peut dire que l’arrivée des Luxens sur Terre vont amener le chaos. J’ai beaucoup aimé retrouver Dawson, Beth, Dee et Archer, certes c’est le chaos mais la famille est au cœur de leurs préoccupations et face à tout ce qu’ils vont vivre j’ai été émue par leur combat.

Je dois dire que l’intrigue est bien amenée et même si je voyais venir cette situation, l’action n’en pas moins intense. Je me suis toujours demandé quel camp choisirait Daemon et sa position est assez compliqué, parce que les Luxens sont sa famille, mais son monde ne tournerait pas rond sans Kat. Comme à son habitude, Jennifer L. Armentrout, a réussi à trouver le parfait équilibre entre l’action et la romance. C’est d’ailleurs ce qui m’a séduite, car l’histoire prend un tournant New-Adult et pourtant l’univers est ancré dans de la science-fiction, j’aime la manière dont les instants romantiques sont amenés, chaque moment est privilégié et malgré l’étau qui se resserre, ils restent amoureux, et l’humour taquin garde une place importante et Daemon reste un gentil petit alien protecteur, mais en faisant davantage confiance aux capacités de Kat et même si elle a le don de s’attirer des ennuis, elle arrive très bien à se défendre.

Je pourrais encore parler pendant des heures de cette saga, du bien qu’elle me fait, du plaisir que dégage son personnage principal et surtout de l’intensité liée à l’action. Il y aurait beaucoup à dire, mais ça nécessiterait de rentrer dans les détails et puisqu’il s’agit d’un tome cinq, j’ai envie d’en dire le moins possible pour que vous gardiez cet émerveillement et cette peur qui m’a habitée pendant toute ma lecture. Romantique, Drôle, Originale, Surprenante, Haletante, cette série m’aura fait passer par toutes les émotions.. Si vous deviez ne retenir qu’une chose pour lire cette série : Daemon Black.

Retrouvez mon avis sur Obsidienne #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Onyx #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Opale #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Origine #4 ICI

Transcendante | Katelyn Detweiler (Immaculée #2)

Ce roman est le deuxième tome d’un diptyque, la chronique peut contenir des spoilers.

Après un premier tome surprenant et addictif, j’étais très curieuse de découvrir ce que ce second opus allait nous réserver. Il est vrai que j’étais un peu sceptique concernant l’aspect miraculeux de l’histoire, sans pour autant être totalement fermée aux rebondissements. Dans ce second opus, les croyances sont présentes d’une manière un peu différente et même si l’aspect « Immaculée » était en soi extraordinaire, ce tome va aborder le sujet d’un angle différent et d’une manière convaincante pour ceux qui auraient pu être perturbés.

Dans cette suite, l’auteur a choisi de s’intéresser à Iris l’enfant miracle de Mina. Dix-sept ans ont passé et Mina se fait désormais appeler Noel Spero, son mari Jesse est à ses côtés et ensemble, ils élèvent leurs deux adorables enfants Iris et Caleb. Un terrible attentat à Disney World va venir remettre en cause toute leur certitude et même s’ils ne sont pas directement touchés par l’attentat, le sentiment d’incompréhension est bien présent. Bien que préoccupée par des problèmes d’adolescentes, Iris a toujours été spéciale, mais le secret de sa conception ne lui a jamais été révélé. Lorsqu’un homme sonne à leur porte après avoir recherché Mina, toutes ce qu’Iris croyait savoir de sa vie, va prendre un tournant beaucoup plus incertain. Face aux mensonges de ses parents et à l’étau qui se ressert, la jeune fille va prendre une décision radicale, qui va changer sa vie et la conduire à vivre une expérience qui va changer sa vie.

Dans le contexte actuel, ce roman est une lecture assez particulière. Malheureusement les attentats sont bien trop présents dans nos médias, alors lorsque j’ai commencé ma lecture, j’ai été un peu déstabilisé. Il y a comme un goût de déjà vu et en même temps, c’est terrible d’imaginer qu’une explosion puisse avoir lieu dans un endroit aussi féerique que Disney World. La première partie m’a amené à me poser de nouveaux toutes ces questions qui nous viennent à l’esprit lorsqu’un acte d’une telle barbarie se produit. A l’image d’Iris, j’avais du mal à concevoir qu’un tel acte puisse exister à notre époque. Malgré son jeune âge, la jeune fille fait une analyse très réaliste de la situation et sa douleur est très perceptible. Les révélations concernant sa conception, vont venir ajouter du trouble à son état d’esprit déjà précaire.

Au départ, je ne trouvais pas que ce tome était indispensable et puis à force de découvrir Iris, j’ai appris à connaître une jeune fille réfléchie, avec un sens du devoir assez impressionnant. Lorsque la situation va se compliquer, elle va prendre le temps d’étudier la situation et contrairement à sa mère, elle ne va pas vouloir fuir. C’est probablement ce qui rend son personnage si touchant et aussi cette aura qu’elle renvoie, comme si elle envoûtait ses interlocuteurs et on ne souhaite qu’une chose, la protéger. Ce qui est intéressant avec ce roman, c’est qu’il conserve un côté mystérieux, tout en étant ancré dans une intrigue qui n’a rien de miraculeux. On est d’avantage dans la perception du miracle et les actions associés ont pour vocation de redonner de l’espoir. Iris est née d’un miracle et elle va mettre à profit les attentes du public.

Katelyn Detweiler est très douée, malgré les doutes elle réussit à provoquer des émotions puissantes. J’ai tendance à chercher l’explication logique lorsqu’un acte mystérieux ou inexplicable se présente, pourtant j’ai été prise dans ma lecture et l’espoir est inexplicable. Aujourd’hui, avec les attentats bien présents dans notre quotidien, j’ai eu envie de croire qu’un peu d’espoir ne pouvait pas faire de mal. Les réactions de Mina et Iris sont différentes, elles ne vont pas gérer la situation de la même manière, mais pourtant le chemin qu’Iris emprunte à comme un goût de déjà vu avec Mina lorsqu’elle était adolescente, certes ses décisions sont différentes, mais leurs choix sont tout aussi difficiles, mais toutes les deux sont extrêmement touchantes. Un diptyque que je vous recommande de lire, le message est fort et rempli d’espoir.

Retrouvez mon avis sur Immaculée #1 ICI

Dark Romance | Penelope Douglas (Devil’s Night #1)

img_20170121_153538_736dark-romanceTrès-bon
Ce livre contient des situations particulièrement dérangeantes, le contenu peut choquer.
Date de sortie : 8 février 2017

Voilà un roman que j’avais hâte de découvrir, notamment car son auteur avait déjà fait parler d’elle et ensuite l’histoire m’avait l’air assez inédite. J’aimerais remercier les Éditions Harlequin et NetGalley France de m’avoir permis de découvrir ce roman. Si je devais résumer mon état d’esprit ça donnerait ça : OhMonDieu. Je ne crois pas ressortir indemne de cette lecture, mon rythme cardiaque a été malmené par l’intensité du récit. Dès les premières pages le ton est donné et lorsque les sombres révélations ont été mises en lumière, j’ai cru que je n’allais pas m’en remettre. Le début a tout d’une romance classique et rapidement j’ai cru que j’allais suffoquer tellement certains chapitres sont frustrants.

Cette lecture ne conviendra pas à tous les lecteurs, ce n’est pas que le contenu soit dur, mais le récit dégage un côté malsain et l’intensité est telle qu’immédiatement la tension monte et j’ai parfois ressenti un certain malaise face à des scènes qui en soit du point de vue de l’héroïne sont stressantes, mais derrière pour le lecteur on a tendance à imaginer le pire. Tout ce stresse n’est pas bon pour mon cœur, j’ai ressenti tellement d’émotions par anticipations que j’ai vraiment cru que mon cœur allait lâcher. Afin de préserver l’intrigue, vous comprendrez que cette chronique n’abordera pas certains points essentiels à l’histoire et par sadisme, j’ai envie de vous voir tomber des nues face à la noirceur de l’intrigue.

Michael Crist est un personnage qui ne va pas dans la demi-mesure, issu d’une famille riche il a toujours obtenu ce qu’il désirait. Depuis l’enfance il côtoie Erika Fane, sans vraiment prêter à la jeune femme, également originaire d’une famille aisée, la jeune femme n’a jamais manqué de rien. La mort soudaine de son père, va la placer au rang de petite chose fragile par son entourage et tout le monde s’entend à la protéger de la moindre contrariété. Seulement seul Michael la voit telle qu’elle est vraiment et alors que tout le monde pense qu’elle prend une décision irréfléchie, Rika décide de quitter subitement son université, afin d’affronter la vie à sa manière et repartir de zéro sans parents, sans amis, rien qu’elle pour s’assumer.

Penelope Douglas a encore une fois prouvé qu’elle est maître dans l’art des relations mêlant haine/amour. Elle réaffirme son talent en suscitant des émotions contradictoires pour une romance qui n’aurait pas dû nous faire ressentir ça. C’est assez difficile à expliquer, on s’attache énormément au personnage de Rika, elle a tout d’une héroïne qui mérite d’être chouchoutée et pourtant elle n’est pas aussi sage que tout le monde le pense. Je suis passée d’un Michael qui fait grimper la température, à une douche froide face à ce qui se profile pour la jeune femme. J’ai été intriguée, excitée et finalement ce qui l’a emporté est un sentiment assez particulier, car arriver à un bon quart de la fin l’intensité est retombée d’un coup et le rythme du récit a pris un nouveau tournant qui m’a donné l’impression d’avoir perdu les émotions qui menaçaient d’exploser depuis le début du roman et pour ça, je n’ai pas pu lui mettre cinq étoiles.

Si vous devez retenir une chose de ce roman, c’est que la plume est très addictive et même si je n’ai pas toujours adhéré ce qui se déroulait, car assez machiavélique, les pages défilent à une vitesse impressionnante, même si le dernier quart m’a un peu déçu, car j’ai perdu une part de l’intensité qui m’avait animé pendant une bonne partie de ma lecture. Mais parfois, ça fait du bien de sortir de sa zone de confort, d’essayer des romans qu’on n’aurait pas pris le risque de découvrir. Toutes ces émotions contradictoires ont rendu ma lecture vivante et unique.

Lucie