Mai | Audrey Carlan (Calendar Girl #5)

Voyant les premiers avis tomber, c’est sans surprise que ce tome joue encore une fois avec mes nerfs. Je ne saurais pas expliquer pourquoi je m’accroche, l’univers, le concept ou tout simplement le désir de connaître l’issue de cette histoire. Toujours est-il, que ce tome ne m’a pas séduite autant que j’y étais habituée.

Après un retour express à Las Vegas, Mia a pu profiter de sa meilleure amie Ginelle et jouer les parents protecteurs pour sa sœur Maddy. On retrouve Mia dans une situation inédite, puisqu’elle fait la rencontre du petit-ami de sa sœur et on peut dire que ce dîner chez les parents du jeune homme va lui apporter une nouvelle fracassante. Pas du tout préparée à ça, j’ai été surprise de la découvrir si protectrice, car au fil de ses missions, on a tendance à oublier que sa famille est au centre de sa vie.

Comme annoncé dans le tome précédant ce mois de mai va être beaucoup moins contraignant. En effet Mia est embauchée comme Mannequin pour une marque de maillot de bain grande taille. En arrivant, elle va faire la connaissance de son partenaire et on ne peut pas dire qu’il se soit encombré des convenances, immédiatement ils vont céder à leur pulsion primaire et ce mois va être sous le signe du plaisir. Comme le mois de février, il m’aura manqué de réel sentiment et j’ai trouvé ce tome plus creux que les précédents, notamment concernant sa relation avec Taï, il n’y a pas suffisamment d’émotions sincères.

Néanmoins ce tome va être placé sous le signe du torride et de la famille, j’ai été ravie de connaître un peu mieux Maddy, on voit à quel point Mia est proche d’elle et ça m’a réchauffée le cœur. Quelques scènes sont intéressantes pour mieux cerner la jeune femme et au final, on découvre que sans sa petite sœur, elle se cherche encore. Pour mon plus grand regret, Wes disparaît progressivement et je suis déçue de ne pas voir leur relation se consolider, car il appartient à son cercle de proches. La suite sera probablement dans la même veine et j’ai bien compris que son travail va prendre une place importante dans les mois à venir. Je n’arrive pas à me résoudre à abandonner donc rendez-vous le mois prochain pour découvrir ce que Mia nous réserve à Washington DC. Je ne suis pas impatience, mais curieuse de lire la suite de ses aventures.

Retrouvez mon avis sur Janvier #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Février #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Mars #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Avril #4 ICI

 

Slow Flame | K. Bromberg (Driven #5)

Sortie prévue le 27 avril 2017

Il y a maintenant deux ans, je suis tombée amoureuse d’un héros brisé qui s’appelle Colton Donovan. Lorsque j’ai reçu la suite après tant d’années sans pouvoir être en contact avec mon chouchou, j’ai été tellement heureuse que les Éditions Hugo Roman me fassent confiance avec ce nouveau roman. J’étais loin d’être craintive connaissant le talent de K. Bromberg, là où j’ai été surprise c’est la manière dont encore une fois l’auteure arrive à me toucher en plein cœur avec une histoire terriblement émouvante, qui m’a vraiment prise aux tripes, tant l’émotion est présente. Il me paraît difficile de rester insensible au thème.

L’histoire débute à la fin de la fête du mariage de Colton et Rylee, nous retrouvons les deux témoins passablement éméchés, mais ce qui m’a frappé c’est la souffrance qui émane de Haddie Montgomery. Depuis le décès brutal de sa sœur, elle a renoncé à toute forme d’amour, préfèrent s’oublier dans les coups d’un soir pour oublier à quel point le manque la ronge de l’intérieur. Alors qu’elle s’était promis de ne jamais s’attacher, elle succombe au charme de Beckett Daniels et cette nuit, va revenir s’immiscer dans sa vie, car elle est incapable de passer à autre chose et l’oublier va devenir impossible face à sa détermination.

Au premier coup d’œil, n’ont héros n’ont pas la stature de leurs prédécesseurs et pourtant, lorsqu’on creuse sous la surface, la Citadine et le Campagnard sont tout ce qu’on peut aimer dans les romances. Ils sont tous les deux conscient que ce qui ne devait être une simple nuit de plaisir va prendre des proportions beaucoup plus sérieuses, ils se sont dévoilés et ils peuvent dire tout ce qu’ils veulent, rien ne va se passer comme prévu. Pour Haddie, il est tellement plus simple de fuir, plutôt que d’affronter ce qui la ronge. Pourtant aujourd’hui, alors qu’elle peine à maintenir ses barrières, elle sent ses défenses s’effondrer et tout ce qu’elle a toujours redouté, va la rattraper plus vite que prévu et la plonger dans l’horreur.

Becks a conservé une part de normalité, il n’est pas aussi intense que pouvait l’être Colton, mais sa tranquillité est un point fort. Il va conserver toute sa puissance, alors que la tempête menace de tout embarqué et c’est justement parce qu’il reste une constante pour Haddie que son personnage m’a séduite. D’abord dans l’ombre, il va l’observer, la protéger et l’empêcher de sombrer, puis progressivement il va s’imposer comme une évidence, prêt à se battre pour montrer qu’il ne fuira pas. Alors que le monde de Haddie s’écroule, il va être son rock et toujours être à ses côtés, même si parfois Haddie est irritante dans ses réactions, elle a des circonstances atténuantes, qui m’ont attendrie quand j’avais envie de la frapper.

Ce roman a commencé par une légèreté qui caractérise K. Bromberg, séduction et amour sont à leur comble et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé Rylee et Colton. Au fil des pages, une certaine noirceur va venir submerger nos héros, un drame va venir tout remettre en cause et c’est justement cet équilibre entre souffrance et amour qui rend ce roman très touchant. Lorsqu’on découvre ce qui nous attend, j’ai ressenti un pincement au cœur face à l’horreur de la situation. Je recommande à deux mille pour cent, cette romance c’est de la bombe et chaque histoire ne fait que me conforter dans l’idée que K. Bromberg est une auteure talentueuse qui m’a encore une fois éblouie par sa plume et attendri par son histoire.

Retrouvez mon avis sur Driven #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Fueled #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Crashed #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Raced #3.5 ICI
Retrouvez mon avis sur Aced #4 ICI

The Goal | Elle Kennedy (Off-Campus #4)

img_20170103_163932_494the-goalTrès-bonCe roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.
Sortie prévue le  12 janvier 2017.

Je remercie la collection New Romance pour l’envoi de cet ultime tome, mon week-end n’en aura été que meilleur. Cette série restera l’une des belles plus de 2016, Elle Kennedy a réussi à proposer des tomes avec pour thème commun une bande de hockeyeurs sans donner un sentiment de déjà-vu. Ses quatre héros ont un caractère totalement différent et même si Garrett restera à jamais mon favori, j’ai été surprise de découvrir un Tucker complètement différent de l’idée que je m’étais faite de son personnage. On a du mal à croire que cela puisse être possible mais The Goal est le tome le plus long, que ce soit en nombre de pages et en terme de déroulement de l’histoire. Pendant un laps de temps assez long, les personnages vont peu à peu s’ouvrir et nous offrir une romance qu’il vous sera difficile de lâcher. Lorsque toutes les barrières s’abaissent enfin, mon cœur a fait des bons et je n’imaginais pas pouvoir ressentir ça une nouvelle fois.

Lorsque son regard croise Sabrina James, John Tucker est persuadé que cette femme a tout pour le combler et il souhaite s’approcher de la jeune femme, pour en savoir plus à son sujet. Malgré les conseils de Dean concernant cette reine des glaces, il va écouter cette attirance. L’alchimie est telle qu’ils décident de se faire du bien pour une seule et unique nuit et on peut dire qu’elle va tout changer pour la suite.

On ne peut pas dire que Sabrina m’ait bonne impression lorsque je l’ai découverte dans le troisième tome, sa manière d’interagir avec Dean lui donnait l’image d’une garce et la révélation à la fin, était assez inattendue. Au premier abord, la jeune femme renvoi l’image d’une femme froide et pas forcément sympathique, seulement cette façade qu’elle s’est construite est parfaitement calculée. La jeune femme, a tout planifiée : obtenir son diplôme, être accepté en fac de droit à Harvard et décrocher un job d’avocate dans un cabinet prisée. Pour que son rêve se réalise, Sabrina va tout donner quitte à travailler de manière acharnée sans prendre de temps pour elle. Entre ses études et ses deux jobs, elle n’a pas le temps à accorder à un homme, mais une nuit isolée de temps en temps avec des sportifs ne se refuse pas. Tucker ne va pas échapper à la règle et il va tout donner pour lui offrir la meilleure nuit de sa vie.

Malgré trois tomes, je n’avais aucune idée de la personnalité de Tucker sa manière d’être en retrait du groupe a rendu son personnage assez mystérieux et en même temps il a toujours été le cuisinier de Garrett, Logan et Dean. Il ne faut pas se fier aux apparences, car le gentil barbu possède une vraie personnalité et son côté gentleman m’a tout de suite fait craquer. Son passé a contribué à l’homme qu’il est aujourd’hui, le voir être à l’écouter de sentiments qu’il éprouve sans chercher à se mentir le rend touchant. Il a conscience qu’il a besoin de plus qu’une nuit et malgré sa promesse de se tenir à l’écart, il va persévérer. Il a cette manière d’analyser et de prendre des décisions dans un calme olympien, ce qui explique probablement qu’il soit toujours celui qui conseille ses amis et le rend également plus mature.

J’ai beaucoup aimé la manière dont Elle Kennedy nous fait revivre les évènements qui se sont déroulé simultanément dans le troisième opus, notamment car certaines scènes ont été perçues d’une manière différente et également car nous avons un nouvel angle de vue. Au début, je n’étais pas très fan de Sabrina, car elle renvoyait une image dure et la voir se dévoiler lorsqu’elle est narratrice, m’a montré une jeune femme complètement différente, sa situation familiale n’est pas enviable et on peut comprendre qu’il ne lui reste que ses études pour s’en sortir, alors perdre son temps avec un mec qu’elle n’aura pas le temps de voir est assez compréhensible. Tucker va s’avérer être un amant persuasif, son côté bien élevé va être un atout, car il va l’empêcher de se braquer et toujours être d’une patience à rude épreuve. Après c’est vrai que parfois Sabrina a des réactions agaçantes, mais cette vulnérabilité a fait fondre la glace.

Après quatre tomes, Elle Kennedy aura su se renouveler pour proposer des personnages uniques, avec des récits toujours plus captivants et des romances qui m’auront fait rêver. J’ai du mal à me dire qu’après autant de moments passés en compagnie des héros, qu’il est temps de leur dire adieu. Cette série restera l’une de mes préférées, le récit addictif et les personnages auront eu raison de mon petit cœur. Visiblement un spin-off pourrait voir le jour, donc j’espère que ce projet verra le jour et que les suppositions évoquées seront les bonnes. Une série que vous devez absolument vous procurer pour un plaisir intense !

Retrouvez mon avis sur The Deal #1 ICI
Retrouvez mon avis sur The Mistake #2 ICI
Retrouvez mon avis sur The Score #3 ICI
Lucie

Janvier | Audrey Carlan (Calendar Girl #1)

janvierTrès-bonCette série a beaucoup fait parler d’elle, je ne crois pas avoir déjà vu une promo aussi importante chez Hugo New Romance depuis After. Pour tout vous dire je pensais passer mon tour, car 12 villes, 12 hommes ça ne m’attirait pas spécialement et puis le marketing m’a rendu faible, les avis élogieux m’ont définitivement fait craquer pour le premier opus de cette série et je ne regrette absolument pas mon achat.

Au cours de l’année à venir, un tome sera publié tous les premiers jeudis du mois et nous pourrons découvrir en même temps que notre héroïne, de nouveaux personnages, d’autres décors et bien que l’histoire garde une intrigue qui lui ait propre, nous aurons également le loisir de découvrir une histoire qui sera propre au mois en cours. Le concept a tout pour plaire et le fait que l’idée soit une grande première en France a renforcé ma curiosité, mais Audrey Carlan elle-même est liée à mon achat, sa rencontre à Bandol reste un très bon souvenir et a probablement contribué à mon désir d’en savoir davantage.

Mia Saunders n’a jamais manqué de rien, pourtant le départ de sa mère à plonger sa famille dans le chaos. Ayant pratiquement élevé sa sœur, elle est néanmoins reconnaissante à son père d’avoir été le parent restant. Pourtant, il ne s’est jamais vraiment remis de cette situation et noie son chagrin dans l’alcool et le jeu, après avoir emprunté une grosse somme d’argent il se voit dans l’incapacité de rembourser ce prêt. Tout va dégénérer lorsque le prêteur sur gages l’envoie  l’hôpital et étant de le comas, la dette va revenir à Mia. Contrainte de trouver 1 million de dollars rapidement, elle n’a pas d’autre choix que d’assumer le rôle d’escort girl auprès d’hommes riches, qui lui permettront d’obtenir la somme.

Je reste sceptique sur le format, l’auteur développe son récit trop rapidement. A l’imagine d’une série télé, on ne s’encombre pas du décor et elle se permet même des ellipses. Globalement on a toutes les informations nécessaires pour s’attacher aux personnages, Mia est l’image même de la femme forte et déterminée à obtenir ce dont elle a besoin. La situation n’est pas idéale , mais elle assume son rôle et ne cache pas ses désirs. Sa rencontre avec Wes va réveiller ses hormones et elle n’a pas honte de montrer qu’elle éprouve de l’attirance pour le jeune homme. Je vous laisse le loisir de faire la connaissance de ce beau spécimen, il réussit à lui tout seul à être suffisamment charmant pour en vouloir d’autres des comme lui. Après, le concept en lui-même d’escort me pose un peu plus problème, certes Mia est une femme libre et prend ses propres décisions concernant d’éventuelles relations sexuelles, mais ça reste sous la contrainte et elle abandonne quand-même toute sa vie pour payer sa dette.

En bref, ce premier tome est une bonne surprise. Tous les ingrédients sont réunis pour captiver le lecteur et la curiosité est le moteur de cette lecture. Il y a toujours l’inconnu lié à ses prochaines missions et je suis convaincue que compte tenu des douze tomes, certains seront plus satisfaisants que d’autres, mais on retrouvera une petite touche d’humour, de folie, un côté sexy et une narration addictive.  Après je ne garanti pas d’arriver jusqu’au bout, car j’ai mon petit cœur d’artichaut qui veut juste un couple sans tous ces hommes. Mais j’admets que les possibilités pour les mois à venir et les missions de Mia sont infimes, donc je reste ouverte et j’attends d’en découvrir davantage avant de porter un jugement définitif.

Lucie

Forever Boy | Helena Hunting (Pucked #4)

img_-xbgzjm Très-bonCe roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Je suis toujours un peu angoissée de retrouver les héros d’une série fétiche, la peur de la déception après un premier avant-goût prometteur. Le pari était risqué et le défi est totalement réussi. Cette lecture a été un véritable bonheur, on retrouve à la fois un couple haut en couleur et en même temps on voit le chemin parcouru depuis tout ce temps. J’avais peur de ne pas retrouver tout ce qui m’avait séduite et cet humour unique qui caractérise Violet est à son comble, je n’aurais pas pu espérer meilleur épilogue pour ce couple.

On retrouve Alex Waters notre sexy hockeyeur qui a tout pour plaire. Il partage toujours sa vie avec sa superbe fiancée Violet Hall. Le couple est toujours aussi amoureux et ce n’est pas la distance liée au match du sportif qui vont les empêcher de donner libre cours à leur amour. Nous allons les retrouver à un moment particulier de leur vie, dans les tomes précédents l’angoisse grandissante de Violet pour son mariage était clairement un frein pour leurs projets, pourtant nous retrouvons un couple loin d’être affectée par l’absence de date et même s’ils ont une conception de vie un peu différente, ils sont fait l’un pour l’autre.

Un accident va les contraindre à revoir leur priorité, les vrais sentiments vont renaître comme au premier jour et leurs désirs vont les conduire à explorer leur passion. Ce que j’ai beaucoup aimé avec cette suite, c’est qu’il s’agit de la continuité de leur histoire. Ils n’ont pas changé et leurs échanges sont à mourir de rire, le Castor n’est jamais bien loin et le Monstre d’Alex va régulièrement visiter du pays. Tous les ingrédients qui ont fait le succès du premier opus sont présents et en prime ça dégouline d’un amour bien profond. Le couple va affronter une épreuve inattendue, mais loin de rentrer dans le drama on se concentre sur l’évolution du couple et sur la force qui les unit. On va également découvrir une nouvelle facette d’Alex, toujours aussi tendre avec sa belle il va se montrer plus vulnérable et dépendant de sa belle.

Je ne m’attendais absolument pas à retrouver l’humour déjanté de Violet, chacune de ses discussions est à mourir de rire et encore une fois, elle réussit à se mettre dans des situations dont elle a le secret. A côté de ça, Helena Hunting nous offre des scènes de sexe toujours plus érotiques, à la clé des scènes sensuelles qui font grimper la température de quelques degrés. On imagine sans mal Alex nous offrir le meilleur de lui-même pour une partie de jambe en l’air dont on se souviendra. Je n’aurais pas pu espérer meilleur épilogue pour notre couple, ils sont uniques, se sont trouvé et s’aiment à en perdre la raison. Un tome 5 est prévu, espérons qu’on pourra découvrir Lance sous un nouveau jour. A savourer sans modération.

Retrouvez mon avis sur Hard Boy #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Perfect Boy #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Big Boy #3 ICI
Lucie