Comment disparaître | Sharon Huss Roat

Résumé :
Vicky Decker maîtrise l’art de cacher qui elle est vraiment à la perfection. Alors, quand sa meilleure (et unique) amie Jenna déménage, et qu’elle se retrouve seule dans son lycée, sa vie prend un nouveau tournant. Elle ne s’est jamais sentie aussi seule… Elle décide donc de s’inventer une vie sociale, en photoshopant des photos d’inconnus pour les poster sur Instagram. Au début, c’est uniquement à Jenna que ces posts sont destinés, mais très vite, de nouveaux followers s’intéressent à ses aventures. Bientôt, elle est suivie par plusieurs milliers de personnes !
Vicky se laisse embarquer dans cette incroyable double vie online. Elle excelle à se créer des péripéties passionnantes sans même quitter sa chambre ! Et, très vite, elle va découvrir que beaucoup d’adolescents sur la toile se sentent comme elle, #seuls et #ignorés dans le monde réel. Pour les aider, et se sauver elle-même par la même occasion, Vicky devra trouver le courage de montrer son vrai visage…

Ce roman est resté un moment dans ma PAL, les premiers retours m’ont influencé et j’ai eu du mal à me motiver pour le sortir. Il faut dire que depuis quelque temps, les publications de Hugo New Way ont perdu ce petit quelque chose qui faisait toute la différence et qui me donnait un coup de poing au cœur. Le résumé est axé sur le sujet des réseaux sociaux et pour le coup, après plusieurs chapitres on distingue un sujet bien plus complexe, mais pas tout de suite identifié et malgré ses souffrances il faudra attendre la fin avant d’avoir un diagnostic.

Vicky Decker n’a jamais pu compter que sur sa meilleure amie Jenna, elle résume à elle seule son cercle d’amis et ce duo se complète parfaitement. Alors quand Jenna déménage, la solitude n’a jamais été aussi forte et affronter les autres dans l’enceinte du lycée n’a jamais été aussi difficile. Malgré un contact permanent avec sa meilleure amie, la distance va creuser un fossé important et malgré elle, les premières jalousies vont s’installer. La solitude n’ayant jamais été aussi forte, Vicky va tenter de redonner un peu de couleur à sa vie morose en créant un profil sur Instagram, à travers des montages la jeune fille va s’inventer un personnage afin de prouver qu’elle n’est pas invisible. Rapidement, son message est entendu par quelques followers, puis les dizaines se transforment en centaines, pour devenir des milliers, ils ont tous un point commun : Personne ne les voit, ils sont seuls.

Vicky est un personnage avec des failles, son parcours est touchant et ses décisions motivées par son anxiété. J’ai un faible pour les héroïnes abimées et sa vulnérabilité m’a vraiment atteinte en plein cœur. Sa solitude et son retrait est en quelque sorte contraint puisque ses peurs l’empêchent d’être totalement libre dans ses décisions. J’étais spectatrice de sa souffrance et ses angoisses m’ont vraiment remuée. Sur les réseaux sociaux, elle va se construire une communauté à son image avec les mêmes craintes, une solitude à différentes échelles, mais avec la conviction qu’ils peuvent se soutenir et voir ce projet grandir ça ne laisse pas indifférent. Les personnages secondaires vont tirer un enseignement grâce à Vicurieuse et cela va avoir un impact dans la vraie vie de Vicky.

Le résumé fausse un peu l’image de cette histoire, Vicky ne créé pas son compte Instagram pour s’inventer une vie sociale comme la quatrième de couverture le laisse entendre. Certes il s’agit d’une échappatoire, mais tout le monde est conscient qu’il s’agit de montage et bien que Vicky considère qu’elle n’est pas vraiment Vicurieuse c’est bel et bien son grand cœur et son empathie qui ont fait le succès de ce compte, sans oublier l’originalité. Elle n’a aucun mal  à distinguer la réalité et sépare bien ses deux vies, mais avoir le sentiment que l’on n’est pas seul à affronter ses craintes, ça fait du bien et c’est ce qui va lui fourni les instruments pour s’en sortir elle-même.

Mes attentes étaient basses et c’est probablement ce qui a sauvé ma lecture. L’intrigue est plutôt simpliste, mais on traite un sujet difficile avec authenticité et l’histoire est portée par une héroïne touchante. Les réseaux sociaux ne sont pas vraiment au centre de l’histoire, mais il aborde de manière détournée la vitesse à laquelle on peut perdre le contrôle et l’ampleur qu’un buzz peut prendre. Je retiendrai davantage le message de soutien aux âmes solitaires et il est important de ne pas oublier que malgré la solitude qui pèse parfois sur notre quotidien, nous ne sommes jamais vraiment seuls. Malgré un entourage parfois absent, il ne faut pas laisser les idées noires vous engourdir, car ce n’est qu’une étape avant que le soleil brille de nouveau dans nos vies.

Publicités

In Flames | Abbi Glines (Rosemary Beach #14)

Résumé :
Égoïste, peste, capricieuse : la réputation de Nan n’est plus à faire.Mais sous ces dehors se dissimule un immense besoin d’amour. Et même si elle passe du bon temps avec Major, elle commence à en avoir assez de ses manières frivoles. Surtout depuis qu’elle a rencontré le mystérieux Gannon.
Entre Major qui lui réclame une seconde chance et Gannon qui hante ses rêves, Nan doit faire un choix. Ce qu’elle ignore, c’est que tous deux sont impliqués dans des combines qui la dépassent, et de loin…

Une série qui aura marqué mes débuts dans le new adult, et on clôture par une héroïne unique qu’on a probablement tous détesté. Je pense ne pas être la seule à avoir eu quelques appréhensions à découvrir l’ennemi public numéro 1 de Rosemary Beach. Hormis une petite déception sur la direction qu’a prise l’intrigue, j’ai apprécié découvrir Nan sous un nouveau jour et bien que je n’accepte pas ses choix dans les tomes précédents, on comprend facilement ce qui se passe dans sa tête et comme Abbi Glines le dit si bien, on ne naît pas méchant.

Nan n’est pas l’héroïne qu’on apprécie le plus quand on se souvient tous les caprices ou sale coup qu’elle a fait, mais j’avais envie de connaître son histoire et même si je n’ai pas apprécié l’intégralité de son personnage, je conçois que les blessures de son passé aient pu la rendre amère et ce sont ces décisions qui l’ont mise en retrait du groupe. J’ai apprécié la relation qui l’unit à son frère Rush, on comprend qu’elle a appris des erreurs du passé et que si tout n’est pas pardonné, leur relation est resté privilégié. Il est le seul qui comprenne qu’elle dissimule un grand besoin d’amour et malgré tout ce qu’elle a pu faire, il a toujours été le seul homme présent dans la vie de Nan. Les chapitres qui lui sont consacrés sont parfois un peu froid, mais le besoin d’amour est flagrant.

Étant habituée aux échecs sentimentaux, Nan n’aurait pas dû s’étonner que Major soit comme les autres hommes, alors qu’elle cherche à remettre ses émotions en place, elle fait la connaissance du mystérieux Gannon. Il est tout ce qu’elle a toujours attendu chez un homme et il lui offre toute l’attention qu’elle a toujours souhaitée, alors que les premiers sentiments voient le jour, Major réclame une seconde chance. On est face à deux personnages masculins différents et entre la désinvolture de Major et la froideur de Gannon, j’ai eu du mal.

Je ne suis pas totalement satisfaite de l’intrigue, qui reste un peu décousue et qui aurait mérité d’éclaircir certaines zones d’ombre. Sans compter que la narration m’a déstabilisé et c’est ce qui a contribué à tenir le lecteur à l’écart. J’ai le sentiment d’avoir loupé des moments clés, notamment les sentiments des personnages qui sont survolés et ce manque d’aboutissement me laisse un peu déçu, car bien que Nan ait évolué, l’histoire n’a pas décollé et la grande méchante n’est dans ce tome pas si terrible, seulement seule et triste. L’attente c’est terrible parce qu’on imagine des choses qui nous font redescendre d’un cran et au final, ce dernier tome de la série n’est pas explosif et je n’ai pas eu l’impression de faire mes adieux à Rosemary Beach.

Max + Becca | Shannon Lee Alexander (Charlie + Charlotte #2)

Ce roman est le deuxième tome d’un diptyque, la chronique peut contenir des spoilers.

L’affreux syndrome de la page blanche fait des siennes, les lectures les plus éprouvantes sont toujours celle qui me mettent les idées en vrac et nécessite un temps de réflexion avant de me démarrer cette chronique. J’étais loin d’imaginer que dès les premières lignes du prologue, mon cœur serait déjà violemment touché. Il faut dire que la douleur du tome précédent ne s’est jamais vraiment effacé, alors retrouver la souffrance de Becca et par son intermédiaire celle de Charlie  m’a fait replonger dans ce qu’ils ont vécu.

Becca est un personnage absolument adorable, elle a cette capacité à être d’une simplicité désarmante qui rend son histoire crédible et par moments j’ai eu l’impression de me retrouver dans ses réactions. Dans le premier opus, à travers les yeux de Charlie j’avais immédiatement été touchée par cette douce jeune fille, qui jusqu’à sa rencontre avec Charlotte n’avait jamais eu la chance d’avoir une amie sur qui se reposer. Cette amitié a été le temps de plusieurs mois, sa bouée de sauvetage et grâce à son amie, elle a eu l’impression de ne plus avoir été invisible. L’histoire reprend lorsque Becca sent qu’il est temps de retourner en cours, mais affronter le deuil d’une amie va être terriblement difficile et même si elle est consciente de fuir la réalité en se plongeant dans la littérature, elle a simplement besoin de s’évader pour oublier à quel point le deuil lui pèse et à quel point l’absence de Charlotte est douloureuse pour Becca.

Une simple maladresse va la conduire à s’écrouler sur les genoux de Max D’abord troubler par ce garçon qui semble vraiment la voir, elle va progressivement réaliser qu’il la comprend mieux que personne. Afin de la sortir de sa bulle, il lui propose de rejoindre la troupe de théâtre pour lui donner un coup de main sur les décors, d’abord réticente elle va se laisser convaincre pourtant contre toute attente, elle décroche le rôle de Juliette et même si le malaise est toujours présent, sa volonté de rendre fière Charlotte va la pousser à s’investir dans ce rôle qui lui rappelle de bons souvenirs. Sans compter que Max le technicos va s’avérer être un soutien infaillible, son amitié va la conduire à se questionner sur son avenir et il va lui offrir un épanouissement dont elle n’aurait jamais cru possible auprès d’un groupe d’amis soudé.

Malgré la simplicité du récit, j’ai immédiatement été séduite par les références littéraires et même si Becca a tendance à s’enfermer dans sa bulle avec ses livres, je me suis retrouvée en elle et dans certaine de ses réactions. Les souffrances engendrées par la perte de son amie, vont lui montrer la vie sous un autre jour et cette peur de l’attachement me parle beaucoup également. C’est une sensation particulière que de ressentir la connexion avec un personnage de fiction, Becca va fléchir de temps en temps, mais j’ai été tellement fière de la voir vivre. Elle va également pouvoir compter sur son frère Charlie, qui malgré sa propre souffrance va s’avérer être de très bon conseil. A commencer par la pièce à laquelle va participer Becca et qui va être le point de départ d’une nouvelle vie pleine de changements et de remise en question.

De nombreuses lectrices auront la chance de se retrouver dans le personnage de Becca et c’est la magie de la littérature. On constate sans mal que la magie des mots peut avoir un impact important dans le cœur d’un lecteur. Cet opus est différent du précédent et pourtant la brutalité des émotions est toujours aussi présente. Charlotte a laissé une trace indélébile dans la vie de Charlie et Becca, la route sera longue avant de pouvoir continuer à avancer, car ils ont tous les deux changés après son passage dans leurs vies. On savoure sans mal la simplicité du récit, sans réel rebondissement qui ne sont pas nécessaires à la reconstruction de notre héroïne. L’auteure a réussi à raconter avec douceur, la suite d’une terrible histoire qui ne sera jamais complètement oublier et sans jamais tomber dans le dramatique.

Agréablement surprise par la mise en page des chapitres, notamment car ils sont sous la forme d’une pièce de théâtre et alors que le tome précédent s’intéressait aux mathématiques, on ressent un vrai changement puisque qu’ici c’est la littérature qui est au centre de l’intrigue. Nos héros vont être réunis par une passion commune et même si leur passion n’évolue pas dans un même contexte, il est évident qu’ils ont de nombreux points communs et qu’il y a une connexion être eux. J’ai été particulièrement touché par la manière dont Max semble comprendre la sensibilité de Becca et il va lui offrir une amitié belle et sincère. L’histoire aurait pu être un coup de cœur les émotions s’y prêtent, mais une part de prévisibilité plane au-dessus de nos héros et malgré tout j’ai été terriblement émue par le combat de Becca.

Retrouvez mon avis sur Charlie + Charlotte #1 ICI

Dans un silence | Abbi Glines (The Field Party #1)

Quand j’ai commencé à voir circuler ce roman sur la blogo, j’ai su que j’étais perdue et je suis ravie de m’être lancée. J’ai été ravie de voir que l’éditeur Hugo Roman, avait dénicher cette petites merveilles et lors de ma lecture en V.O. j’avais vraiment été sous le charme de cette histoire, car c’est le genre de roman authentique qu’il faut absolument découvrir et qui vous touche en plein cœur.

West Ashby est un footballeur populaire et tout le monde le connaît. En « relation » depuis 2 ans, il est réputé pour aimer s’accorder du bon temps et toutes les filles sont dingues de lui. Sous l’image du sportif populaire, se cache un jeune homme dans un déni complet. En effet, son père est malade et personne dans son entourage n’est au courant. Pour oublier sa douleur, il n’hésite pas à se jeter dans les bras des filles et ça lui convient parfaitement. Fuyant sa maison et voulant tout oublier, il se rend à une soirée où il a l’habitude de retrouver ses amis et il remarque tout de suite, la nouvelle venue Maggie Carleton. Son meilleur ami Brady fait passer rapidement le message, Maggie sa cousine est hors-limite pour ses coéquipiers et personne ne doit s’approcher d’elle.

La vie de Maggie a été bouleversé il y a deux ans, face à un acte d’une extrême barbarie, la jeune femme s’est murée dans le silence afin de se protéger. Alors qu’elle se cachait lors d’une soirée où son cousin l’a trainé, elle fait la connaissance d’un jeune homme, d’une bien étrange manière. West est au bout du rouleau et il a besoin de raconter à quelqu’un ce qui se passe dans sa vie, alors parler à Maggie pour expliquer à quel point il a peur de voir son père mourir, ne peut pas faire de mal puisqu’elle ne parle pas. Pourtant, contre toute attente elle prononce des mots qui vont le frapper en plein cœur et il était loin d’imaginer que cette fille allait devenir une source de motivation.

La relation qui va naître entre Maggie et West est juste incroyablement belle. Personne n’est en mesure de comprendre ce qu’ils vivent et ils vont développer une amitié particulière. Chaque minute qu’ils vont passer ensemble, va les rapprocher de plus en plus et même si la frontière entre l’amour et l’amitié n’est pas très claire, c’est surtout le soutien qu’ils vont s’apporter qui est merveilleux. A aucun moment, ils ne vont mélanger leurs amitiés et leurs sentiments et ils vont s’apporter un soutien inconditionnel. Ils ont tous les deux besoins de surmonter ça ensemble et tant pis si personne ne les comprend, car ils ont besoin de ça. On pourrait croire qu’après ce qu’a vécue Maggie, elle serait fragile, mais on est bien loin du compte. Dès sa première rencontre avec West, elle va tout de suite lire en lui et elle ne va pas le ménager. Seule la vérité compte, pour alléger son fardeau. De son côté, le jeune homme va lui permettre de s’épanouir et de réapprendre à sourire et surmonter ses propres démons

Abbi Glines dans toute sa splendeur dans un young adult touchant. La romance n’est pas aussi présente que le laissait supposer le résumé, mais c’est davantage une connexion entre Maggie et West. Il n’était pas concevable qu’il se réfugie dans une romance pour s’en sortir, West a besoin d’une amie, qui le guide dans son adieu à son père et ça vaut toutes les plus belles histoires d’amour. J’ai versé quelques larmes et j’ai vraiment été touché par les évènements que vont surmonter nos héros. Un univers maîtrisé à la perfection, des héros charismatiques qui se découvrent une aide inattendue alors qu’ils se croyaient seuls, des personnages secondaires mystérieux qui laissent un avant-goût alléchant des sportifs qui nous attendent. Tous les éléments sont réunis pour faire un premier tome génial.

 

Unlimited | Melody Grace (Beachwood Bay #4)

Ce livre est le tome 4 d’une série.

Après une petite pause sur la publication de cette série, je suis ravie de voir que les Éditions Prisma ont décidé de reprendre. Bien que la petite bande soit au second plan, nous retrouvons Alicia aperçue dans les deux derniers tomes. Bien que nous ne l’ayons aperçu que brièvement, j’étais curieuse de connaître son histoire, car sous ses airs de control freak, son personnage avait tout pour me plaire. Bon par contre je suis hyper déçue qu’il est changé le format, ce dernier tome est complètement dégueulasse dans ma bibliothèque, c’est rageant d’avoir changé sans aucune explication, ma pauvre série…

Depuis qu’elle a rencontré Hunter à la fac, Alicia Wright est éperdument amoureuse du jeune homme. Issue de milieu identique et proche de la famille de ce dernier, elle a toujours cru qu’il verrait enfin qu’elle est à ses côtés. Seulement depuis sa rencontre avec la talentueuse Brit, tous ses espoirs se sont envolés, bien qu’une infime part d’elle-même espère qu’il ne soit pas trop tard, tout va s’envoler à l’annonce prochaine du mariage de l’heureux couple. Face à l’évidence elle est complètement anéanti et elle décide de se tourner vers la seule personne qui peut lui offrir une échappatoire Dex Callahan.

Il y a quelques mois sa rencontre avec le rockeur a été source d’évasion et d’oubli. Alors qu’elle n’envisageait pas de le recontacter, sa proposition de venir loin de tout pendant 7 jours, avec pour seul objectif se reconstruire et oublier son chagrin semble être la solution à sa peine. Complètement dévastée, elle décide de partir sur un coup de tête pour Beachwood Bay où le musicien a une maison loin de tout. Je crois que dès le départ, le héros avait tout pour me séduire, bad-boy, tatoué et musicien, sans oublier une histoire qui le hante et le tien éloigné de la scène pour une obscure raison. Le couple fait clairement des étincelles et la parfaite petite Alicia va apprendre à ne pas tout analyser, seulement profiter de l’instant présent. J’ai beaucoup aimé le lien que les héros tissent et malgré ce qu’on pourrait penser, ils ne vont pas se jeter à corps perdu l’un dans l’autre, mais apprendre à lâcher prise ensemble.

En bref, j’avais été habituée avec les tomes précédents à des personnages secondaires charismatiques et bien que je sois ravie, la bulle de protection qui entoure nos héros est peut-être un peu trop hermétique au reste du monde. Cependant une histoire aussi prenante que les tomes précédents avec un couple touchant et une romance torride bien plus profonde qu’il n’y paraît. Prenez un rockeur sexy au passé sombre, une adorable petite rouquine qui manque de confiance en elle, la plage, le soleil et une bonne dose d’amour. Secouez et le cocktail est prêt pour dégustation.

Lucie Signature