Sweet Fall | Tillie Cole (Sweet Home #3)

Oh mon dieu, cette claque. J’étais loin d’être préparée à affronter des émotions aussi brutes, le premier opus m’avait fait passer un bon moment, mais l’intensité de cette histoire m’a totalement mise K.O. Le moment où j’ai senti que ce roman allait me faire passer par toutes les émotions, correspond à l’avant-propos de l’auteur. En quelques mots Tillie Cole a réussi à faire passer un message fort et cette douleur qui se dégage de ces mots, ont contribué à l’authenticité du récit et toutes ces émotions m’ont marquées.

 Il y a des lectures qui vous marquent plus que d’autres, ce roman fait partie de ceux qui abordent un thème difficile, de manière bouleversante. Lexi est en dernière année à l’université d’Alabama et pour clôturer en beauté cette ultime année la jeune fille intègre l’équipe de cheerleader de l’équipe de football. Tout semble être idéal et Lexi va donner cette image de perfection, charmée par sa bonne humeur, ses amis ne vont pas réaliser que sous ses peintures de guerre se cache un mal profond qui la ronge et l’entraîne peu à peu dans l’obscurité.

 Austin est footballeur et en compagnie de son meilleur ami Rome, il excelle sur les terrains. La tête remplie de rêve, il espère intégrer une équipe professionnelle et est enfin proche d’obtenir le meilleur pour sa famille. Pourtant des ombres viennent progressivement le ramener à la réalité et lui rappelle sans cesse que ses difficultés financières ne lui offrent que très peu d’options légales. Toute sa vie, il a tenté de fuir l’issue inévitable qui le rapprochait du gang de son frère, aujourd’hui il va devoir faire des sacrifices alors qu’il pensait pouvoir enfin oublier son passé et cela va le contraindre à renier certaines de ses valeurs pour sortir sa famille de ses ennuis.

 Ils n’ont pas été épargnés et ce sont ces ombres qui vont les rapprocher. Leur relation n’était pas une évidence et pourtant lorsqu’ils sont ensemble, la lumière brille. J’ai été submergé par les émotions, cette romance est intense et lorsqu’on voit tout le mal qui entoure nos héros, on savoure les moments où ils peuvent s’abandonner l’un à l’autre et fuir la réalité. Je n’ai jamais eu la maladie qui engloutit Lexi, mais chaque parole m’atteignait comme si c’était mon histoire. Tillie Cole transmet avec réalisme la descente aux enfers de son héroïne et je me suis sentie dévastée pour elle. Tellement impuissante face à ce qui lui arrive, qu’à l’image d’Austin j’aurais aimé pouvoir intervenir et la sauver d’elle-même. Un roman authentique, poignant et d’une folle intensité.

Je pourrais vous parler pendant des heures de cette histoire, mais aucun mot ne transcrirait la manière dont l’histoire se déroule et rien ne serait à la hauteur sauf les mots touchant d’une auteure qui s’ouvre et qui nous partage par la voix de son héroïne la difficulté de son parcours. Austin est un héros qui agit parfois par dépit, mais la douceur et la tendresse renvoie quand il est avec Lexi, ça n’a aucun prix. Certes il va faire des erreurs, mais il va tout donner pour sauver celle qu’il aime et il ne fait pas les choses à moitié notre italien au sang chaud. Une histoire belle et envoûtante, qui m’a beaucoup touché et qui mérite d’être lu.

Publicités

Butterfly Dreams | A. Meredith Walters

Date de sortie : 10 mai 2017

Je remercie les Éditions Harlequin et NetGalley France pour ce roman, je suis tombée amoureuse de cette couverture, alors je suis d’autant plus déchiré face à mon ressenti. J’ai le cœur brisé de ne pas avoir réussi à rentrer dans cette histoire, j’avais tellement d’attente et les premiers avis étaient tellement encourageants que c’était l’une des sorties que j’attendais le plus et me voilà totalement désarçonné à ne plus savoir quoi penser de cette romance qui a pourtant les codes pour plaire aux fans de New Adult.

Corin a vingt-cinq ans et malgré une boutique dont elle est fière, sa vie est loin d’être aussi apaisante qu’une jeune femme de son âge devrait vivre. Depuis la mort de sa mère, suivi par celle de son père peu de temps après, Corin à une peur panique de la mort. Tous les prétextes sont bons pour découvrir des symptômes inquiétants, des maladies graves avec pour seule issue la mort. Pensant que sa patiente pourrait souffrir d’un problème cardiaque, le médecin de la jeune femme va l’adresser à un groupe de soutien de malade cardiaque. D’abord en retrait, la jeune femme va rencontrer l’optimiste Beckett, qui a réchappé à une crise cardiaque. Ils n’ont rien en commun pourtant le destin va les réunir.

J’ai eu un mal fou à apprécier Corin, certes sa situation n’est pas évidente, mais je l’ai trouvé extrêmement nombriliste et jusqu’à sa rencontre avec Beckett on ne peut pas dire qu’elle se préoccupe beaucoup de ceux qui l’entourent. Ce n’est pas une mauvaise personne, seulement ses problèmes occupent une place importante dans sa vie et justement, cela explique sûrement pourquoi elle est si seule. Après, elle a des circonstances atténuantes et il y a quand même un côté triste à son histoire. Sa rencontre avec Beckett va lui offrir une nouvelle perspective et son optimisme va venir remettre question sa manière de voir la vie. Il est vrai que la romance est attendrissante, mais il m’a manqué les papillons si souvent évoqués.

Jusqu’ici le pitch à tout pour plaire et j’étais hyper emballée de le débuter, je me suis jetée dessus et j’étais persuadée de vivre une lecture intense comme je les aime. Malheureusement ça ne s’est passé comme ça, rapidement j’ai ressenti une forme d’ennui dans ma lecture, notamment, car les héros sont dans une sorte de réflexion et même si les dialogues sont présents ils ne sont pas assez percutants. Je déteste abandonner les lectures et vu que l’histoire était malgré tout mignonne j’avais l’espoir que le sujet allait être bouleversant. Je ne saurais expliquer si le problème vient de moi, de l’écriture, du sujet ou tout simplement parce que ce n’était pas le bon moment pour cette lecture. J’ai terminé ma lecture en diagonale, car je n’avais pas envie d’y passer trop de temps sachant que je n’accrochais pas à l’univers, mais je ne doute pas qu’il trouvera son public. Toujours est-il que je suis complètement passé à côté de cette romance et malgré le sujet terrible, ce n’est que vers la fin que j’ai éprouvé quelques émotions.

King’s Cage | Victoria Aveyard (Red Queen #3)

Ce tome est le 3ème opus d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Mes pauvres nerfs se remettent tout juste après un tome aussi intense. J’ai toujours un peu de mal à me replonger dans cet univers et on ne peut pas dire que je sois une grande fan de Mare Barrow, mais quel tome puissant et captivant, une fois dans ma lecture il m’a été difficile de le reposer l’esprit tranquille.

Difficile pour moi de vous parler de cette série qui provoque des émotions contradictoires. Je suis une grande fan de l’univers construit par Victoria Aveyard et on sent qu’elle a travaillé sa stratégie pour rendre ce combat crédible. Mon problème c’est son héroïne et la première partie du roman n’a rien arrangé. Nous retrouvons l’intrigue là où nous l’avions laissée et malgré la longue attente, je peux vous dire que je n’ai jamais réussi à oublier la catastrophe dans laquelle s’est mise Mare. J’ai trouvé les premiers chapitres intenses et tristes, Mare a du mal à réaliser ce qui lui arrive et elle est partagée entre peurs, haine et souffrance. A de nombreuses reprises elle m’a brisé le cœur et la voir dépérir l’a rendu un peu plus sympathique, seulement POURQUOI elle n’arrive pas à comprendre que Marven est démoniaque, ces doutes persistants concernant son humanité enfouie est insupportable et on a l’impression qu’elle éprouve de l’amour pour ce monstre. Certes elle n’a pas aucune échappatoire, mais sa résignation face à son sort m’a rendu dingue et je mourrais d’envie de la secouer pour qu’elle arrête de lui trouver des excuses.

Pour redonner un nouveau souffle, l’auteur a eu la bonne idée d’ajouter deux nouveaux narrateurs surprenants. Ainsi, entre le calvaire de Mare, nous suivons Cameron une sang-neuf qui a rejoint La Garde sous la contrainte. J’ai beaucoup aimé que l’auteure ne se repose pas sur un choix classique en donnant la parole à Cal, certes j’aime beaucoup son personnage de Prince Déchu, mais ça aurait rendu les choses trop banales et nous aurait retiré la vie d’ensemble que nous offre Cameron. Ainsi à travers la jeune fille, nous allons avoir un aperçu de ce qui se passe dans la rébellion et de nouvelles alliances vont voir le jour. Et pour mon plus grand plaisir l’action est toujours au centre de l’intrigue avec des complots, des retournements de situations et beaucoup de sang, de combat et de ripostes.

Contrairement à la première partie qui est trop longue, j’ai vraiment adoré la seconde moitié du roman qui est à l’image du premier tome. J’ai retrouvé cette intensité où l’inattendu est dans chacun des chapitres et j’ai eu l’impression de vivre la situation en même temps que nos héros. Surtout que Mare va s’avérer changer suite à l’épreuve qu’elle a traversée et c’est horrible à dire, mais il était temps qu’elle perde son arrogance car ce n’était plus possible de la supporter. J’ai savouré les moments entre Cal et Mare avant que la réalité ne les rattrape et je suis sous le charme de leurs échanges qui allège l’atmosphère.

Pour ne pas changer dans les bonnes habitudes, l’auteure veut clairement la mort de ses lecteurs la fin est certes moins intense que le tome précédent, mais je suis hyper excitée d’avoir le fin mot de l’histoire. Beaucoup de décisions devront être prises et on découvre certains personnages sous un nouvel angle, ce qui devrait avoir un impact sur le dernier opus. Actuellement, je suis en phase de dépression en réalisant que la V.O. est attendue pour février 2018 donc j’ai juste envie de pleurer en pensant à l’attente que la VF va prendre. Définitivement meilleur que le deuxième opus qui m’avait déçu. Je recommande !

Retrouvez mon avis sur Red Queen #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Glass Sword #2 ICI
Lucie

Slow Flame | K. Bromberg (Driven #5)

Sortie prévue le 27 avril 2017

Il y a maintenant deux ans, je suis tombée amoureuse d’un héros brisé qui s’appelle Colton Donovan. Lorsque j’ai reçu la suite après tant d’années sans pouvoir être en contact avec mon chouchou, j’ai été tellement heureuse que les Éditions Hugo Roman me fassent confiance avec ce nouveau roman. J’étais loin d’être craintive connaissant le talent de K. Bromberg, là où j’ai été surprise c’est la manière dont encore une fois l’auteure arrive à me toucher en plein cœur avec une histoire terriblement émouvante, qui m’a vraiment prise aux tripes, tant l’émotion est présente. Il me paraît difficile de rester insensible au thème.

L’histoire débute à la fin de la fête du mariage de Colton et Rylee, nous retrouvons les deux témoins passablement éméchés, mais ce qui m’a frappé c’est la souffrance qui émane de Haddie Montgomery. Depuis le décès brutal de sa sœur, elle a renoncé à toute forme d’amour, préfèrent s’oublier dans les coups d’un soir pour oublier à quel point le manque la ronge de l’intérieur. Alors qu’elle s’était promis de ne jamais s’attacher, elle succombe au charme de Beckett Daniels et cette nuit, va revenir s’immiscer dans sa vie, car elle est incapable de passer à autre chose et l’oublier va devenir impossible face à sa détermination.

Au premier coup d’œil, n’ont héros n’ont pas la stature de leurs prédécesseurs et pourtant, lorsqu’on creuse sous la surface, la Citadine et le Campagnard sont tout ce qu’on peut aimer dans les romances. Ils sont tous les deux conscient que ce qui ne devait être une simple nuit de plaisir va prendre des proportions beaucoup plus sérieuses, ils se sont dévoilés et ils peuvent dire tout ce qu’ils veulent, rien ne va se passer comme prévu. Pour Haddie, il est tellement plus simple de fuir, plutôt que d’affronter ce qui la ronge. Pourtant aujourd’hui, alors qu’elle peine à maintenir ses barrières, elle sent ses défenses s’effondrer et tout ce qu’elle a toujours redouté, va la rattraper plus vite que prévu et la plonger dans l’horreur.

Becks a conservé une part de normalité, il n’est pas aussi intense que pouvait l’être Colton, mais sa tranquillité est un point fort. Il va conserver toute sa puissance, alors que la tempête menace de tout embarqué et c’est justement parce qu’il reste une constante pour Haddie que son personnage m’a séduite. D’abord dans l’ombre, il va l’observer, la protéger et l’empêcher de sombrer, puis progressivement il va s’imposer comme une évidence, prêt à se battre pour montrer qu’il ne fuira pas. Alors que le monde de Haddie s’écroule, il va être son rock et toujours être à ses côtés, même si parfois Haddie est irritante dans ses réactions, elle a des circonstances atténuantes, qui m’ont attendrie quand j’avais envie de la frapper.

Ce roman a commencé par une légèreté qui caractérise K. Bromberg, séduction et amour sont à leur comble et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé Rylee et Colton. Au fil des pages, une certaine noirceur va venir submerger nos héros, un drame va venir tout remettre en cause et c’est justement cet équilibre entre souffrance et amour qui rend ce roman très touchant. Lorsqu’on découvre ce qui nous attend, j’ai ressenti un pincement au cœur face à l’horreur de la situation. Je recommande à deux mille pour cent, cette romance c’est de la bombe et chaque histoire ne fait que me conforter dans l’idée que K. Bromberg est une auteure talentueuse qui m’a encore une fois éblouie par sa plume et attendri par son histoire.

Retrouvez mon avis sur Driven #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Fueled #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Crashed #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Raced #3.5 ICI
Retrouvez mon avis sur Aced #4 ICI

La Promesse | Mia Sheridan

Date de sortie : 13 avril 2017

Je remercie les Éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman, j’étais très anxieuse de retrouver la plume de Mia Sheridan. Nous sommes beaucoup avoir été déçue par Leo, son précédent roman et j’avais peur de ne jamais revivre de belles émotions. On peut dire que ce roman, est celui de la réconciliation puisque j’ai été soufflée par cette histoire touchante, le tout mené par des personnages émouvants.

J’ai apprécié la manière dont se déroule cette histoire, habituée aux mariages de convenance j’avais néanmoins l’habitude que les rôles soient inversés et ce qui est agréable dans ce récit, c’est qu’on est loin d’être au bout de nos surprises avec nos deux héros. Bien que très différents, Kira et Grayson ont tous les deux des bagages familiaux assez compliqués et lorsque Kira croise le jeune homme à la banque elle est immédiatement envie par un sentiment inexplicable, qui la pousse à agir sur un coup de tête. Dans une situation financière sans issue, Grayson va se voir proposer une somme d’argent importante, en échange d’un mariage arrangé avec Kira, qui ne pourra toucher l’héritage de sa grand-mère qu’une fois mariée.

Loin d’être le plus grand fan de Kira, Grayson va avoir du mal à accepter cette proposition, notamment car il ne supporte pas la jeune femme qu’il a en face de lui, elle est tout ce qu’il a toujours détesté et mais malgré sa rancœur, il a fait une promesse à son père et cet argent semble être la seule possibilité pour sortir le vignoble de cette mauvaise passe. Rapidement l’image que je me suis faite de Grayson n’a pas été très flatteuse, il va se laisser guider par ses préjugés et j’ai parfois grincé des dents en voyant qu’il ne faisait pas beaucoup d’efforts pour ouvrir les yeux. Kira est loin d’être la petite privilégiée égoïste qu’elle laisse paraître et sous cette carapace, très peu de personnes ont la chance de réellement connaître cette jeune femme. Malgré les piques de son futur-mari, elle va réussir à apporter fraîcheur et taquinerie dans ce vignoble où la froideur règne. C’est d’ailleurs cet aspect lumineux qui rend cette héroïne touchante.

J’ai beaucoup aimé l’atmosphère de ce roman, j’imaginais sans mal flâner dans cette immense propriété et les paysages m’ont donné l’impression de voyager au cœur de la Californie. J’ai très peu de chose à reprocher à ce roman, immédiatement j’ai été embarqué dans ma lecture et j’ai eu du mal à le lâcher, mais j’ai eu des envies de meurtre lorsque Grayson se renfermait dans sa coquille. Cette brutalité verbale n’était pas toujours nécessaire et ça m’a parfois fait mal au cœur de voir que Kira en perdait le sourire. Après, pendant le reste du roman il réussit sans mal à se rattraper et la romance aura réussi à me faire sourire, couiner et être attendri, ce qui compense face aux obstacles qui se dressent devant notre couple de héros.

En bref, si comme moi vous hésitez car vous avez été déçue par Leo, lancez-vous sans crainte ce roman n’a rien à voir. Certes les émotions ne sont pas aussi intenses qu’elles ont pu l’être dans Archer’s Voice, mais c’est un récit émouvant qui aura réussi à me toucher d’une manière différente. Je recommande cette romance tant pour ses personnages, que son décor et bien évidemment pour oublier cette petite déception. Voyez ça comme une seconde chance, pour ma part le défi est relevé haut la main. Je suis conquise.