Dollars | Pepper Winters (Dollars #2)

Résumé :
Autrefois, j’étais une prisonnière muette et lasse de vivre. Désormais, je suis retenue contre mon gré sur un yacht. L’homme qui m’a sauvée et enlevée me réclame ma voix et tous mes secrets. Je ne céderai pas. Mais Elder s’obstine. À force d’insistance et de cajoleries, il découvre peu à peu qui je suis. Il est riche. Je n’ai rien. Je suis muette par choix, il est curieux par nature. Malgré tout ce qui nous oppose, la passion nous consume. Jusqu’à ce qu’une nuit, il gâche tout. Et que notre relation s’envenime, souillée par le péché.
Merci Milady pour cet envoi.

Après la surprise provoquée par le premier tome, j’étais impatiente de voir si cette suite continuerait de m’intriguer et on peut dire que le changement de décor apporte un nouveau souffle à l’histoire. Ma crainte était que l’histoire tourne en rond et que Pim troque un bourreau pour un autre, certes Elder n’est pas irréprochable, mais malgré une noirceur évidente il arrive à nous offrir un rapprochement difficile, mais tant espéré par les lecteurs. La santé de Pim n’est pas stable et ça nous vaudra quelques répétitions dues aux rechutes, mais on ne pouvait pas s’attendre à une guérison miraculeuse et j’ai apprécié la manière dont se tisse un lien invisible.

L’histoire reprend là où les évènements du premier opus s’étaient arrêtés, l’urgence se ressent dès les premières pages et on découvre Elder sous un jour moins effrayant. C’est l’occasion d’apprendre à connaître ce personnage mystérieux et même si lui-même à du mal à comprendre ses réactions, on apprécie sans mal ce personnage torturé. Cette attirance qui le pousse à garder Pim il ne se l’explique pas, mais même s’il n’est pas blanc comme neige, il est loin d’être aussi abjecte que pouvait l’être Maître A. L’alternance des points de vue a permis un angle inédit de l’histoire et on découvre la bataille que se livre Elder, d’un côté il ne veut pas faire de mal à Pim, il souhaite simplement sa guérison, mais il a ce désir inassouvi qui prend de l’intensité et qui lui fait perdre le contrôle face aux réactions de Pim. Son passé est à l’origine de ces décisions les plus sombres, mais il lutte pour rester le gentleman dont à besoin sa captive et c’est un combat au quotidien.

Après deux ans dans un enfer inimaginable, Pim doit tout réapprendre. A son réveil, elle découvre qu’elle est à bord d’un yacht et le médecin d’Elder s’occupe d’une patiente méfiance, mais décidé à guérir. Tout est différent dans cette nouvelle vie et après avoir été modelé pour devenir une prisonnière exemplaire, elle réévalue sa nouvelle captivité. Tout ce qu’on attend d’elle c’est du repos, mais même si les blessures physiques commencent à cicatriser, les mentales seront les plus difficiles, car les cicatrices ont à jamais marqués sa vie. Sans compter que le mystérieux Elder ne cesse de souffler le chaud et le froid, alors la seule manière de se protéger c’est de conserver une méfiance vis-à-vis de son sauveur, car son insistance à la faire parler ne fait que croître. L’évolution n’est pas flagrante immédiatement, mais d’un côté nous avons la craintive prisonnière qui se renferme comme une huître, et de l’autre le retour de la battante prête à tenir tête à Elder notamment avec son mutisme.

Comme je le disais plus haut, il y a quelques passages assez répétitifs notamment parce que notre héroïne n’est pas constante dans son évolution et elle régresse souvent pour retomber dans les ténèbres, un pas en avant vaut souvent deux pas en arrière. Elder cherche à être un homme bien et proclame ne pas vouloir faire de mal à Pim, seulement sa maîtrise de soi est parfois rudement mise à l’épreuve et il a du mal à canaliser sa frustration, pouvant parfois rompre le lien qu’ils construisent malgré eux. Il est indéniable qu’il se passe quelque chose entre eux, mais ils ne se sont pas rencontré de la meilleure manière et Elder n’est pas un preux chevalier, il ses propres démons et ses désirs pas forcément compatibles avec le passé de prisonnière de Pim. Le contraste est intéressant et la Dark Romance pas si prononcé, il y a une notion de consentement importante pour le héros, mais il a du mal à contrôler ses pulsions, rendant la relation qui naît surprenante. Un roman à ne pas mettre entre toutes les mains, mais qui ravira les fans du genre. Très curieuse de découvrir la direction que va prendre le troisième opus.

Mon avis sur Pennies #1 ICI
Publicités

Pennies | Pepper Winters (Dollars #1)

Résumé :

« — Tu m’es reconnaissante ? De t’avoir sauvée ? Eh bien, tu ne devrais pas. Je ne suis pas le héros dans cette histoire. Je suis un méchant de plus. Tu ferais mieux de t’en souvenir. »
Autrefois, quand j’avais dix-huit ans, j’étais étudiante en psychologie. Maintenant, je suis la propriété d’un homme. Volée et vendue, je suis couverte de bleus depuis le jour où mon monde a changé, il y a deux ans. Je souffre en silence, je brûle de retrouver ma liberté.
Et puis, il est arrivé. Elder Prest, le seul homme qui me regarde et qui me voit. Le seul qui soit plus cruel encore que mon maître. Il me veut pour des raisons que je ne comprends pas. Il me prend l’espace d’une nuit, puis il s’en va sans un regard en arrière. Jusqu’à ce qu’il revienne. Et que la vie devienne bien plus compliquée.
Merci Milady pour cet envoi.

Très bonne surprise en refermant cette sombre histoire qui aura mis jusqu’à la dernière page mes nerfs à rude épreuve. Dans sa précédente série « Monster in the Dark », j’avais apprécié le style de Pepper Winters, mais j’avais cette réserve par manque d’affectif entre les personnages, l’aspect Dark Romance était trop ancré dans la noirceur et pas assez dans l’émotion. Ici malgré le sujet très violent, l’alchimie entre les héros a immédiatement provoqué une réaction et même si « Pennies » ne révolutionne pas le genre, tout est réuni pour adhérer.

Elle n’avait que dix-huit quand un homme l’a enlevé et vendu. Aujourd’hui deux ans plus tard, elle s’est habituée à l’enfer sur terre et malgré les souffrances toujours plus importantes, elle conserve une force de caractère assez impressionnante. Son quotidien n’est que brutalité, pourtant elle parvient malgré tout à rester impassible et souffrir en silence. Ces pensées bien que sombres ne sont pas dénuées de tout espoir et c’est ce qui rend son personnage surprenant. La plupart de son corps est brisé et elle est parvenu à garder sa rage intacte sans que son esprit ne soit trop brisé. Et cette manière de gérer les souffrances qui en font une héroïne exceptionnelle.

L’arrivée d’Elder Prest dans son cauchemar va réévaluer les conditions de sa captivité et un simple regard va lui montrer la prestance de cet homme, bien plus puissant que son maître. Comme je le disais plus haut, l’alchimie est indéniablement forte et bien qu’aucun contact ne soit possible entre eux, un lien va les rapprocher malgré eux. Pourtant après deux ans, elle n’est plus la même et les traces de sa séquestration sont visibles sur son corps. Il est loin d’être un homme bon et il respire le danger, pourtant aucun comparatif n’est possible avec son geôlier. Il inquiétant et pourtant bien moins barbare que son maître, sa brusquerie s’apparente beaucoup plus à de l’inquiétude et on a une forme de respect pour cet homme mystérieux.

Ce roman est destiné à un public averti tant le sujet est difficile, mais les scènes violentes sont habilement menées puisque tout est suggéré à la manière d’un journal intime, sans jamais avoir le détail de la brutalité. C’est très subtil et l’imagination fait le reste. Sa rencontre avec Elder Prest va dans un sens chamboulé la vie qu’elle subit et même si l’histoire prend du temps avant de se mettre en place, on ressent le besoin de les voir ensemble.

On constate que Pepper Winters a une vraie sensibilité pour l’écriture de Dark Romance et avec cette nouvelle série elle parvient à véhiculer l’image monstrueuse de maître A. tout en préservant ses lecteurs des barbaries.  Les pensées de notre héroïne suffisent à faire froid dans le dos et même si Elder Prest n’est pas un ange, on voit parfaitement qu’il a des valeurs, et dans la suite on devrait continuer sur la Dark, tout en instaurant je l’espère une relation de confiance. Beaucoup d’interrogations demeurent sur l’avenir, mais comptez sur moi pour être là ! Bref vous l’aurez compris, cette nouvelle série me ravit et je suis réellement impatiente de découvrir ce que la suite nous réserve, car cette Dark Romance m’a vraiment beaucoup plu.

With You | Amélie C. Astier & Mary Matthews

Résumé :

Il y a quatorze ans, les vies de Reagan et de Vic se sont liées à jamais. Ils ont été kidnappés et séquestrés durant leur adolescence. Ensemble, ils ont vécu le pire, et en secret, ils se sont aimés malgré leur calvaire. Mais une fois que leur captivité a pris fin, la vie les a séparés.
Aujourd’hui, alors que la justice s’apprête à être rendue, leurs chemins vont se croiser de nouveau. Ils ont changé, et les stigmates de plusieurs années de souffrance ont forgé leurs existences. Lorsque le présent les replonge dans ce passé de cauchemar, Reagan et Vic vont découvrir que les blessures infligées à cet amour sont loin d’être refermées.
Merci aux éditions Milady pour ce service presse.
Ce roman est destiné à un public averti.

J’arrive un peu après la bataille, mais quelle découverte qui va laisser des séquelles. Lorsque ce roman est sortie en numérique les premiers retours ont immédiatement été élogieux, mais à mon sens c’est une lecture qu’il faut débuter à un moment où l’esprit est détendu, car c’est un récit difficile et le bord du précipice n’est jamais loin. Bien évidemment, les mois ont passé et d’autres livres sont venus se mettre entre nous, pour tout vous dire en découvrant la réédition dans le catalogue Milady, j’ai vu ça comme une opportunité à ne pas louper. Lorsque j’ai débuté ma lecture, j’ai reçu une pluie de commentaire encourageant et même si j’ai un peu honte de l’admettre cette lecture à la fois troublante et rempli d’espoir m’a complètement porté, sans m’épargner.

Le pouvoir des mots peut avoir plusieurs visages, d’une part l’horreur cette lecture est difficile et elle m’a marqué, mais en même temps, voir que d’un cauchemar peut naître la plus solide des relations c’est bouleversant. Il y a quatorze ans, Reagan et Vic ont vécue la plus terrible des expériences, kidnappés, séquestrés et torturé, ils ont passé le cap de l’adolescence dans la souffrance. Pendant quatre longues années, une souffrance indescriptible les a maintenu dans la terreur, pourtant, malgré leurs vies brisées, ils ont développé un lien unique qui leur permet l’espace de quelques heures, de s’échapper de leur calvaire avec simplement des moments de douceur. La fin de leur calvaire aurait dû être le début de quelques choses de beau, mais c’est sans compter sur leur famille près à tout pour maintenir un semblant d’équilibre. Aujourd’hui, après quatorze ans, le procès de leur bourreau va de nouveau les réunir et mettre à l’épreuve ce lien unique qui les relit l’un à l’autre.

Je me sens assez mal à l’aise en écrivant cette chronique, c’est l’éternel débat que je mène avec moi-même lorsque je lis des Dark Romance, difficile d’expliquer et d’assumer qu’on puisse aimer une lecture aussi écœurante. C’est déroutant comme sensation, on est face à des flash-back d’une extrême violence et à la limite du gerbant, pourtant il est important de se rappeler que même si certain récit retrace la réalité, cette histoire est une fiction, certes certains récits peuvent se rapprocher de la réalité, mais compartimenter la fiction est important. Ici on est face à un récit traumatisant et à chaque immersion, j’étais soulagé de retrouver le présent pour constater que malgré une épreuve, Reagan et Vic éprouvent toujours cette petite étincelle. Leur amour c’est une forme d’espoir, de soulagement, c’est la finalité et c’est ce qu’on leur souhaite de pouvoir être heureux ensemble.

With You, est un roman à ne pas mettre entre toutes les mains, en soi ce n’est pas tant la romance qui pose problème. Certes, les sentiments sont nés d’une manière particulière, mais je trouve ça plus accessible qu’un roman qui rapproche un bourreau et sa victime. Difficile de maintenir ses émotions stables, quand certains passages prêtes à sourire, la réalité de nos personnages revient comme un boomrang et la douleur est perceptible. La relation n’est pas perçue comme saine par l’entourage et pourtant, personne ne peut comprendre ce qu’ils ont traversé. Ils font au mieux pour s’en sortir et le soutien de l’autre, c’est comme un baume apaisant.

Le passé occupera toujours une place centrale dans leur vie, ce procès c’est l’occasion de réparer ce qui a été brisé il y a quatorze ans et même si c’est douloureux de replonger au cœur de la captivité, c’est également l’endroit où tout à commencer, l’endroit où ils sont devenu quelqu’un d’autre, mais où le destin les a réuni dans la souffrance. C’est un roman indescriptible et si vous appréciez les récits sombres et que la Dark Romance ne vous fait pas peur, c’est l’occasion de découvrir un roman bouleversant et en même temps rempli d’espoir. Je n’ai lu que très peu de romans de ces deux auteurs, mais la plume est très agréable et cela donne envie d’en lire davantage.

Je ne te hais… plus du tout | Sara Wolf (Lovely Vicious #3)

Résumé :

Isis Blake n’est plus tombée amoureuse depuis trois ans, quarante-trois semaines et deux jours.
Enfin… il se pourrait que si, mais elle ne l’avouerait sous aucun prétexte. Il se pourrait aussi qu’il y ait un trou béant dans son coeur, un trou d’à peu près la taille de Jack Hunter.
Déterminée à combler ce vide, c’est avec un grand sourire qu’elle débarque à l’université pour débuter sa nouvelle vie. Mais lorsqu’elle aperçoit Sans-Nom, celui qui l’a meurtrie à jamais, son sourire s’efface aussitôt…

Ce roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’ai attendu ce dernier opus de manière assez compulsive et une fois entre mes mains, il n’aura duré que quelques heures avant de me laisser totalement porter par mes envies. Cet épilogue m’a comblé par bien des aspects et le thème aborder raisonne d’une manière particulière, notamment car après s’être intéressé au passé de Jack dans le second tome, c’est autour d’Isis de nous dévoiler tous ces secrets. Malgré quelques éléments pas toujours crédibles, je n’ai pas pu passer à côté des émotions d’Isis tellement elles sont éprouvantes pour le lecteur qui la voit dans une situation émotionnelle fragile et on sent qu’elle va craquer d’un instant à l’autre.

Pour cette conclusion, nous changeons de décor et bien que l’environnement soit différent, cette immersion à l’université va s’avérer difficile pour Isis, qui va devoir s’en sortir sans sa meilleure amie Kayla et après les évènements du tome 2, le petit groupe a implosé. A commencer par Jack qui a préféré fuir, laissant Isis face à ses sentiments amoureux et la douleur liée à son passé qui semble se répéter. Alors qu’elle commence tout juste à accepter la situation et se construire un nouveau cercle d’amis, la jeune femme aperçoit Sans-Nom et toutes ses certitudes vont vaciller face à celui qui lui a causé tant de souffrances et qui continue d’avoir de l’emprise sur elle.

Je ne pense pas être la seule dans cette situation, mais j’ai attendu cette confrontation depuis les premiers extraits issus du passé d’Isis. Bien que cela cause beaucoup de mal à notre héroïne c’est indispensable à sa guérison et on va se rendre compte que Sans-Nom est absolument abjecte et bien que plusieurs années ce soient écoulées, Isis peine toujours autant à remonter la pente pour échapper à son aura malfaisante. Certaines scènes sont douloureuses, car la force et la répartie de notre héroïne semblent figées. Elle va pouvoir compter sur un soutien inattendu, mais les réactions ne seront pas celle que j’avais anticipée. On joue à Je t’aime, moi non plus… et c’est assez frustrant, car on sait pertinemment qu’ils n’ont qu’un mot à se dire pour enfin être heureux.

Concernant l’intrigue semi-policière je ferais les mêmes reproches que lors du tome 2, la pseudo enquête n’était pas indispensable et retire en  crédibilité. Sans compter que parfois ça complique les choses et à l’inverses, d’autres moments sont un peu trop faciles. J’ai eu un peu de mal à apprécier totalement ma lecture, car je trouve que le passé d’Isis se suffisait à lui-même et qu’on n’avait pas besoin d’en rajouter des tonnes. Surtout que la confrontation finale qu’on attend tous, vous savez le moment où l’autre connard en prend plein la gueule et bien c’était méchant, mais pas si terrible compte tenu de son comportement durant ce tome ; alors heureusement que l’épilogue vient combler parfaitement mon cœur de romantique, car sinon j’aurais été un peu déçue. En bref, une lecture captivante bien que pas toujours le reflet authentique de la société, mais qui dégage de réelles émotions.

Mon avis sur Je te hais… passionnément #1 ICI
Mon avis sur Je te hais… à la folie #2 ICI

Sweet Fall | Tillie Cole (Sweet Home #3)

Oh mon dieu, cette claque. J’étais loin d’être préparée à affronter des émotions aussi brutes, le premier opus m’avait fait passer un bon moment, mais l’intensité de cette histoire m’a totalement mise K.O. Le moment où j’ai senti que ce roman allait me faire passer par toutes les émotions, correspond à l’avant-propos de l’auteur. En quelques mots Tillie Cole a réussi à faire passer un message fort et cette douleur qui se dégage de ces mots, ont contribué à l’authenticité du récit et toutes ces émotions m’ont marquées.

 Il y a des lectures qui vous marquent plus que d’autres, ce roman fait partie de ceux qui abordent un thème difficile, de manière bouleversante. Lexi est en dernière année à l’université d’Alabama et pour clôturer en beauté cette ultime année la jeune fille intègre l’équipe de cheerleader de l’équipe de football. Tout semble être idéal et Lexi va donner cette image de perfection, charmée par sa bonne humeur, ses amis ne vont pas réaliser que sous ses peintures de guerre se cache un mal profond qui la ronge et l’entraîne peu à peu dans l’obscurité.

 Austin est footballeur et en compagnie de son meilleur ami Rome, il excelle sur les terrains. La tête remplie de rêve, il espère intégrer une équipe professionnelle et est enfin proche d’obtenir le meilleur pour sa famille. Pourtant des ombres viennent progressivement le ramener à la réalité et lui rappelle sans cesse que ses difficultés financières ne lui offrent que très peu d’options légales. Toute sa vie, il a tenté de fuir l’issue inévitable qui le rapprochait du gang de son frère, aujourd’hui il va devoir faire des sacrifices alors qu’il pensait pouvoir enfin oublier son passé et cela va le contraindre à renier certaines de ses valeurs pour sortir sa famille de ses ennuis.

 Ils n’ont pas été épargnés et ce sont ces ombres qui vont les rapprocher. Leur relation n’était pas une évidence et pourtant lorsqu’ils sont ensemble, la lumière brille. J’ai été submergé par les émotions, cette romance est intense et lorsqu’on voit tout le mal qui entoure nos héros, on savoure les moments où ils peuvent s’abandonner l’un à l’autre et fuir la réalité. Je n’ai jamais eu la maladie qui engloutit Lexi, mais chaque parole m’atteignait comme si c’était mon histoire. Tillie Cole transmet avec réalisme la descente aux enfers de son héroïne et je me suis sentie dévastée pour elle. Tellement impuissante face à ce qui lui arrive, qu’à l’image d’Austin j’aurais aimé pouvoir intervenir et la sauver d’elle-même. Un roman authentique, poignant et d’une folle intensité.

Je pourrais vous parler pendant des heures de cette histoire, mais aucun mot ne transcrirait la manière dont l’histoire se déroule et rien ne serait à la hauteur sauf les mots touchant d’une auteure qui s’ouvre et qui nous partage par la voix de son héroïne la difficulté de son parcours. Austin est un héros qui agit parfois par dépit, mais la douceur et la tendresse renvoie quand il est avec Lexi, ça n’a aucun prix. Certes il va faire des erreurs, mais il va tout donner pour sauver celle qu’il aime et il ne fait pas les choses à moitié notre italien au sang chaud. Une histoire belle et envoûtante, qui m’a beaucoup touché et qui mérite d’être lu.