À la recherche d’Izabel | J.A. Redmerski (Company of Killers #2)

Résumé :

Des cendres de Sarai renaîtra Izabel.
« Victor me plaque contre la paroi de la cage d’ascenseur avant de m’embrasser avec brutalité. Toute l’énergie qu’il m’avait fallu pour me tenir debout jusque-là m’abandonne. Son baiser est plein de fougue et de rage, et je chavire au creux de ses bras. »
Bien déterminée à retrouver Victor, l’assassin qui l’a libérée, Sarai entreprend seule de régler ses comptes avec un ancien homme d’affaires au sadisme répugnant. Mais sa témérité la met en danger… Jusqu’à ce que Victore la sauve. Elle lui impose alors un ultimatum : l’aider à devenir une tueuse comme lui ou la laisser se débrouiller seule à ses risques et périls. Victor accepte alors de l’entraîner. Mais celui-ci doit faire passer un dernier test à Sarai qui lui fera découvrir Victor sous un nouveau jour…
Merci Milady pour cet envoi

Une romance atypique qui change complètement de ce que j’ai pu lire jusqu’ici. Le décor est toujours aussi sombre et les intentions des héros clairement en dehors des normes de la société, pourtant Victor et Sarai apportent la touche d’humanité qu’il faut pour apprécier pleinement cette lecture. Néanmoins compte tenu de la violence, je trouve que l’éditeur devrait faire une distinction entre les romances New Adult et celle-ci à la limite de la Dark Romance et l’érotique. Attention à ne pas mettre cette série entre les mains des plus sensibles.

Plusieurs mois se sont écoulés depuis la fin du précédent tome et bien que contrainte de vivre normalement, Sarai est loin d’adhérer à ce mode de vie. La noirceur coule dans ses veines et conscience que Victor ne viendra pas la chercher après tout ce temps, elle décide de donner elle-même justice. Bien évidemment elle va s’attirer des ennuis et bien qu’elle se soit préparé la situation ne pas prendre la tournure attendue. On voit l’évolution de Sarai qui passe du statut de victime à celui de bourreau et on apprécie son côté vengeresse, bien qu’elle puisse paraître parfois un peu froide, elle est pourtant assez impressionnante et ce n’est pas Victor qui dira le contraire.

Le feeling avec les personnages est toujours aussi intense et bien que l’intrigue soit un poil en dessous du précédent, on voit bien que maintenant qu’ils sont réuni plus rien ne pourra les séparer. La violence est assez surprenante et puis le contexte est bien ancré donc il est aisé de s’y habituer. Le plus de ce second opus, c’est qu’on découvre nos personnages de manière plus sincères et Victor semble avoir accepté ses sentiments, le rendant plus ouvert et moins secret. Après ça n’empêche pas l’auteure de jouer avec nos nerfs et de garder les dernières révélations pour la fin. Je suis malgré tout un peu déçue qu’on n’est pas plus approfondi le côté meurtrière de Sarai, la on s’intéresse trop à Fredrik et bien que je comprenne qu’il faille l’introduire, j’aurais apprécié plus de moment entre Sarai et Victor, car on sent l’alchimie et on voit qu’ils sont plus soudés.

Un roman qui sort du lot et qui parvient sans mal à garder le lecteur en plein suspense, sans compter que la plume est toujours aussi entraînante et les rebondissements toujours inattendus. J’apprécie que l’histoire ne soit pas prévisible et finalement c’est ce qui fait la force de cette histoire, le décor est peu commun  Ayez le cœur bien accroché, car ce roman est un condensé de violence, de souffrance et la seule source de lumière, c’est la romance qui se tisse entre nos héros. Je suis définitivement accro à cette série et j’ai hâte de découvrir le reste de l’équipe.

Mon avis sur A la recherche de Sarai #1 ICI
Publicités

À la recherche de Sarai | J.A. Redmerski (Company of Killers #1)

Résumé :

« Je voudrais que Victor ne me quitte jamais. J’avais déjà du mal à supporter l’idée d’être séparée de lui, mais à présent… C’est encore pire. Nos âmes sont liées à jamais, qu’il l’admette ou non. Nous ne formons plus qu’un et je ne peux même plus imaginer de vivre sans lui.. »
Sarai n’a que quatorze ans quand sa mère l’abandonne au Mexique entre les mains d’un trafiquant de drogue. Neuf ans plus tard, elle n’a plus peur de rien et ne rêve que d’évasion. Persuadée de trouver un allié en Victor, un tueur à gages engagé par l’homme qui la séquestre, elle profite d’une visite de celui-ci pour monter dans sa voiture.
Même la jeune femme ne tarde pas à découvrir que Victor est aussi dangereux que le criminel auquel elle vient d’échapper. Pourtant, quelque chose en lui l’attire et la rassure. Et au lieu de le fuir, elle se découvre prête à tout pour ne plus le quitter.
Merci aux éditions Milady et Net Galley pour ce roman

J.A. Redmerski est une auteure que j’affectionne particulièrement depuis que j’ai découvert Loin de tout. Ce superbe roman, c’est ma première immersion dans le New Adult et c’est une première histoire d’amour qui a marqué le début de beaucoup d’autres. J’ai tendance à penser qu’elle est capable du meilleur comme du pire, depuis une immense déception après ma lecture de La Ballade des lucioles. J’ai tendance à penser qu’il ne faut jamais tenir rigueur des éventuelles incompatibilités, alors bien évidemment l’annonce de Company of Killers c’était l’occasion de retrouver une place que j’apprécie, dans un registre très différent et pour le coup ne vous fiez pas à la collection, car l’histoire est aussi dégoulinante de sang que la couverture le laisse supposer.

Sarai est une héroïne surprenante, captive depuis neuf ans d’un trafiquant au Mexique la jeune femme n’a rien d’une prisonnière effrayée. Sa rage et sa colère, lui ont permis de survivre et même si elle n’a plus personne depuis que sa mère l’a laissé au Mexique à l’âge de quatorze ans, elle est déterminée à s’enfuir. Pas totalement suicidaire, elle est consciente qu’elle n’irait pas loin seule. La visite d’un américain venu pour affaire lui offre une porte de sortie qu’elle n’est pas prête à laisser passer et même si c’est un tueur à gages, rien ne peut être pire que ses conditions de vie actuelles, saisissant sa chance elle décide de se cacher dans sa voiture.

Notre héroïne ne va probablement pas plaire à tout le monde, mais j’ai apprécié son caractère. D’abord un peu instable, elle va nous prouver qu’elle a appris à n’avoir plus peur de rien et contre toute attente la jeune victime va prendre un chemin beaucoup plus sombre. Jusqu’ici les schémas sont souvent les mêmes, l’évasion, la liberté et le besoin de normalité. Ici on est loin de prendre le chemin de la facilité et Sarai va avoir quelques passages à vide, mais il est indéniable que c’est une femme forte avec un potentiel pas encore totalement découvert. Au contact de Victor, elle va découvrir une nouvelle vie et malgré le danger, elle va très bien apprivoiser la situation.

Victor souffle le chaud et le froid et ses émotions sont difficilement perceptible, mais c’est un homme dangereux. Beaucoup de questions demeure concernant son histoire, mais rien d’étonnant que ce premier opus ne dévoile pas tout. Sans compter qu’il va longtemps rester insensiblement et ça attire forcément la curiosité tant sur son passé, que sur son activité professionnelle. Sa froideur m’a parfois un peu dérangé et ça n’aide pas à favoriser l’attachement à son personnage, notamment car on a du mal sa carapace fondre. Entre le héros du début et celui de la fin, les choses ont changé sans que l’on le perçoivent et c’est cet aspect qui m’a un peu frustré. Sans compter que la romance est loin d’être au centre de l’histoire et j’attendais un rapprochement plus perceptible.

Une histoire sombre, mais un potentiel pour ce premier opus. J’ai apprécié l’alternance de point de vue entre Sarai et Victor, ce qui permet d’avoir accès aux émotions de nos personnages. L’intrigue est bien ficelée et ce n’est jamais linéaire, des éléments nous sont communiqués au compte goutte et il y a parfois des éléments qui créent la surprise. Un premier opus orignal qui change un peu de ce que j’ai lu jusqu’ici et même si l’histoire n’a rien de novatrice, on passe un bon moment et je suis impatiente de lire la suite qui promet une romance plus présente.

Dérapage contrôlé | Tracy Wolff (HotWired #1)

img_20161217_180138derapage-controleBonIl est toujours agréable de retrouver la plume d’une auteure qu’on apprécie. Habituée à des romances mignonnes, ce roman en plein cœur des courses automobile promettait un univers un peu différent et en même temps très exaltant. Je m’attendais à un récit un peu différent, mais globalement je garde un bon souvenir de ma lecture et je me laisserais probablement convaincre par la suite.

Pour resituer le contexte Nic Medina vient de purger une peine de prison qui l’a remis dans le droit de chemin. Avec ses amis il a ouvert un garage où sa réputation auprès des pilotes de course automobile n’est plus à faire. Son travail et son don de pilote lui valent de gagner un bon pactole lorsqu’il concoure. Cependant lorsqu’un flic véreux tente de s’attaquer à  sa famille, il ne va pas avoir d’autres choix que de retourner à ses mauvaises habitudes. Au cours de sa mission périlleuse, il va tomber nez à nez avec une charmante rousse Jordan, qu’il avait déjà repéré à une course quelques jours plus tôt. La situation va le contraindre à employer les grands moyens et il va décider de protéger la jeune femme.

Je dois dire que la simplicité du récit ne m’a pas dérangé, c’est plutôt l’aspect suspense qui est relégué au second plan. Alors que dans le début de l’histoire les vibrations des courses sont à leur apogée, l’auteure va choisir de s’intéresser à l’aspect humain du récit. Il faut dire que Nic et Jordan se trimbalent tous les deux des bagages émotionnels assez sombres et la naissance de leur sentiment va devenir une évidence. Après si on creuse un peu, tout va un peu trop vite, mais une fois plongée dans le récit la magie du coup de foudre entre les héros opèrent et ce que j’ai aimé c’est que justement il n’y ait pas à réfléchir, tout s’emboite avec intensité. Parfois avec un peu trop de prévisibilité, mais suffisamment  intéressante pour s’attacher à l’histoire des personnages et ressentir une pointe de sympathie pour l’amitié forte qui unit la bande.

Si on s’attarde un peu sur les détails, je dirais que Tracy Wolff m’a habituée à des sentiments plus profonds. Ses personnages sont sympathiques, mais ils manquent de profondeur, Jordan a vécu une épreuve atroce et même si on ne rentre pas dans le pathos, elle aurait mérité quelques scènes plus émouvantes, car tout est un peu trop idyllique. La romance occupe peut-être un peu trop de place au détriment de l’intrigue, le couple s’apprivoise pendant plusieurs chapitres que le suspense retombe un peu. Ce n’est seulement qu’arrivé au dernier chapitre que l’action remonte d’un niveau, pour se résoudre assez facilement.

Présenté comme une simple romance ce roman aurait pu avoir une notation plus élevée, car j’ai vraiment apprécié le récit et la plume de l’auteure. Le problème, c’est que l’histoire était présentée avec quelques secousses et au final, cette partie liée à la course, m’a un peu manqué car sur le moment j’étais dans une optique action et suspense. L’auteure réussit malgré tout à m’offrir une romance mignonne et touchante, un héros avec un look qui sort du lot, cette manière qu’il a de conquérir tout doucement Jordan. Tous les codes sont là et la romance en ravira plus d’une. Très curieuse de découvrir le tome 2 pour me faire une idée précise de la direction que va prendre l’auteure dans la suite de ses aventures.

Lucie

Hopper | Laura Moods (#2)

Hopper-2Ce roman est le 2ème tome d’une duologie.

Je voudrais remercier Laura Moods, qui a eu la gentillesse de me proposer ce roman en Service Presse, alors que mon avis du premier tome était assez mitigé. J’envisageais de lire cette suite, pour connaître l’évolution de l’histoire, mais ce roman n’était pas forcément dans mes priorités. Le temps de me replonger dans l’histoire, je me suis accordé une petite pause sur une histoire que j’étais certaine de terminer dans la journée et ça n’a pas manqué, l’histoire se lit toute seule.

Nous retrouvons Emma après qu’elle est réussie à s’échapper de sa prison où elle était retenue avec Adam. Complètement épuisée après un périple dans le désert, elle est retrouvé in-extremis par marshal Jenkins. A l’hôpital elle va retrouver Vera qui malgré ses efforts n’arrive pas à retrouver Adam et sentant le danger se rapprocher, elle va tenter de renvoyer Emma à Londres, afin qu’elle soit en sécurité. La jeune femme ne l’entend pas de cette oreille et va tout tenter pour récupérer son amoureux.

Le point fort de ce tome, c’est le roman à double voix et les flash-back de l’histoire d’Adam. Dans ce tome, le couple va se trouver séparé pendant la majorité du roman et au cours de l’enquête, nous allons vivre l’histoire d’Adam et comprendre tout ce qu’il a traversé pour en arriver là aujourd’hui. Je dois dire que j’ai découvert son personnage sous un nouvel angle et j’ai été assez attendri de le découvrir amoureux. Ce tome est beaucoup plus sombre et l’humour d’Emma est complètement absent, c’est à la fois dommage et compréhensible, car les évènements ne se prêtaient pas à l’humour, mais c’est quelque chose qui m’avait charmé dans le premier opus. Par contre j’ai été agréablement surprise par sa force de caractère, elle va tout donner pour prouver qu’elle sait comment retrouver Adam.

Mon avis concernant cette suite est sensiblement le même que lors de ma lecture du précédent tome. La grande force de cette histoire c’est la plume de l’auteure qui a réussi à m’embarquer dans son histoire, même si je n’étais pas toujours convaincu. Ce que j’entends par là, c’est que le déroulement de l’intrigue reste relativement simple, les rêves sont un peu trop faciles et la libération d’Adam un peu un coup de poker. Les explications concernant le passé d’Adam sont assez convaincantes, mais certaines scènes m’ont fait sourire alors que la situation ne s’y prêtait pas forcément.

Néanmoins j’admets que j’ai passé un bon moment et j’avais qu’une hâte que nos héros se retrouvent. Je n’aurais pas dit non à quelques chapitres supplémentaires, avec une scène privilégiée entre nos héros, l’épilogue est mignon, mais la romance m’a un peu manqué. Oui je sais, dans le premier opus c’était l’inverse il y en avait trop, mais il est difficile de trouver le juste milieu. Je garderais un bon souvenir de cette série et j’ai bien l’intention de suivre l’actualité de Laura Moods, car j’aime son style.

Retrouvez mon avis sur Hopper #1 ICI
Lucie Signature

A la diable | Kristen Ashley (Rock Chick #1)

Je n’avais pas mis Rock Chick dans mes achats prioritaires et pourtant, je n’ai cessé de voir des éloges sur ce roman. Je commençais sérieusement à revoir mon jugement et j’ai fini par être convaincu quand ma super copinaute Audrey a été touchée par le virus de la rockeuse à son tour. Je la remercie infiniment, car sur un coup de tête elle me l’a offert et elle m’a trouvé le remède parfait contre une petite baisse de régime. Ce roman est lumineux, un sourire vissé aux lèvres pendant toute ma lecture.

Dans ce premier volet, nous faisons la connaissance d’une héroïne qui a un don pour se mettre dans les ennuis. Indiana (Indy) Savage en apparence cette petite rockeuse sexy a tout d’une jeune femme tranquille, propriétaire d’une librairie/café, elle ne devrait pas à craindre pour sa vie, tout comme elle ne devrait pas travailler avec un Barista un peu louche, qui va lui causer quelques frayeurs. Après une série de coups de feu, cette fille de flic n’a pas le choix il faut résoudre ce fâcheux contre-temps sans s’adresser à la police. Légèrement paniquée, elle va décider de faire confiance à Ally et elle va se retourner vers la seule personne susceptible de l’aider Liam (Lee) Nightingale, ou plus précisément son appartement sécurisé. Lui il est sexy, un peu bad-boy sur les bords et accessoirement il détective privé.

Seulement Indy s’est juré de ne plus jamais faire appel au frère de sa meilleure amie, pas depuis qu’il l’a rejeté dans un moment embarrassant. Ce béguin d’enfant a grandi avec elle et bien qu’elle tente par tous les moyens de l’éviter, elle est incapable de ne plus être en contact avec lui tout simplement car leurs deux familles sont soudées comme les doigts de la main, depuis la mort de la mère d’Indy. Alors, lorsqu’elle va devoir faire confiance à l’efficacité de Lee, les choses vont un peu se compliquer car elle n’est pas du genre à regarder les autres intervenir. En voulant venir en aide à son employé Rosie, elle va s’attirer les foudres de vilains méchants qui malgré les apparences ne rigolent pas du tout.

Je n’étais absolument pas préparé à cette intrigue. Sous couvert de l’enquête policière, nous allons suivre une héroïne solaire qui respire la joie de vivre et malgré sa capacité à être aux mêmes endroits que les problèmes. Kristen Ashley intègre l’humour d’une chick-lit à une enquête policière et la notion de danger est allégée par un humour décapant. Sans compter l’éventail de personnages qui sont tous plus amusants les uns, que les autres et qui laissent présager d’autres tomes dans la même veine. Le couple est irréprochable, lui un mâle alpha possessif et sexy et elle drôle, grande gueule et romantique. Tous les ingrédients sont réunis pour lâcher prise, ça fait du bien au moral après une longue journée.

 Signature