Ce qui nous consume… | Georgia Caldera (#2)

Résumé :
Violette, au passé aussi troublé qu’au brillant avenir, vient d’intégrer une école d’art. Elle s’est installée chez sa mère et son nouveau beau-père, puis a fait la connaissance du fils de celui-ci, le solitaire et énigmatique Adam. Après s’être ignorés et déchirés durant des semaines, ils ont trouvé la paix dans les bras l’un de l’autre et se sont déclaré leur amour. Violette doit désormais apprendre à lui faire confiance mais les secrets qui voilent le ténébreux regard d’Adam pèsent sur leur couple. Parviendra-t-il à lui révéler ses démons et à accepter son aide ?
Ce roman est le deuxième tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Une conclusion comme on les aime qui offre des réponses aux nombreuses questions qu’on avait à la fin du premier opus. Les émotions sont toujours aussi intenses et les sujets abordés contribuent à rendre les personnages d’autant plus attachants. L’auteure dépend avec justesse plusieurs thèmes sensibles et leurs conséquences parfois désastreuses qu’elles ont sur l’évolution de la vie des personnages.

La première partie est l’occasion de consolider la relation entre Violette et Adam, la confiance ayant toujours précaire il est appréciable de voir se couple que tout oppose se trouver des points communs et accepter l’évidence de leur relation. On peut voir une évolution dans le comportement d’Adam, lui si craintif devient peu à peu plus ouvert et malgré un manque de confiance en lui, il s’ouvre peu à peu à Violette, essayant tant bien que mal de surmonter ses souffrances et de réapprendre à vivre malgré l’ombre de son père qui plane au dessus d’eux.

Ce qui est intéressant avec cette suite, c’est qu’elle met en lumière les blessures d’Adam, mais également les peurs de Violette qui a également un passé trouble. Chacun va devoir affronter ses propres démons et ensemble ils vont nous montrer qu’ils sont invincibles. Cette relation qu’ils ont longtemps tenté d’éviter, va s’avérer être leur bouée de sauvetage et se raccrocher à cette relation va leur permettre de voir leur vie différemment et d’apaiser les vestiges de leur passé. Et parfois j’avais l’impression de redécouvrir Adam et dans le bon sens du terme.

Mon côté exigent aurait apprécié un épilogue plusieurs années après les événements ce cet opus, car la curiosité est à son comble et mon besoin de découvrir le bonheur de ces personnages est indéniable. Il y a une forme d’attachement quand on passe du temps avec des héros et qu’on affronte des épreuves avec eux, mais ma plus belle découverte c’est la plume de Georgia Cadelera que j’ai redécouvert plusieurs années après ma lecture de Hors de Portée. Un dytique qui répond à toutes mes attentes et qui me laisse sous le charme.

Mon avis sur Ce qui ne te tue pas… #1 ICI

Ce qui ne te tue pas… | Georgia Caldera (#1)

Résumé :

Le bac en poche, les années lycée et leur lot de terribles souvenirs derrière elle, Violette se réjouit de pouvoir enfin tourner la page. C’est par un déménagement et l’intégration d’une école de graphisme de renom que débute sa nouvelle vie. Artiste dans l’âme, Violette espère se révéler et s’épanouir à Arte-Sup. Or, son bonheur a un prix : Adam, le fils de son nouveau beau-père. Car le jeune homme, aussi ombrageux qu’insaisissable, avec lequel elle va devoir désormais partager un couloir, semble la haïr par-dessus tout. Et lui aussi étudie les arts graphiques au sein de la même formation…

Après être tombée amoureuse de cette sublime couverture, j’ai malgré tout tenté de résister à la tentation et finalement c’est ma copine Ouidad qui a tranché pour moi en m’offrant cette lecture riche en émotions et me permettant par la même occasion de faire dédicacer mon exemplaire par son auteure. J’ai débuté ce roman sans réaliser que l’histoire allait être touchante et le passé des personnages ne faut que renforcer leur côté torturé.

Après avoir passé ses années lycées à vivre avec son père et son frère, Violette est déterminée à tourner la page et oublier ce que cette dernière année lui a fait subir. Intégrer l’école de graphisme de ses rêves est l’occasion pour la jeune femme d’oublier les souvenirs de son année de bac difficile et déménager chez sa mère et son nouveau beau-père semble être l’échappatoire dont elle a besoin. Seulement dès le premier jour, elle se heurte au fils de son nouveau beau-père et face à un colocataire récalcitrant, la jeune femme va tenter de s’épanouir et se reconstruire à Arte-Sup, mais Adam va tenir son bonheur tant à la maison, qu’au sein de la formation d’arts graphiques qu’ils viennent d’intégrer. Et la cohabitation va s’avérer compliquer pour les deux jeunes gens.

Le mystère qui entoure le passé de Violette reste entier et malgré sa force de caractère, il est évident que sa dernière année de lycée a profondément marqué la jeune femme. Ce déménagement est l’occasion pour elle de redevenir cette jeune femme insouciante, qui se fiche de ce qu’on peut penser d’elle et elle n’hésite pas à jouer de son côté rebelle pour se construire un cercle d’amis. Pourtant cette image, contraste avec ses pensées, car malgré une apparente désinvolture, elle attache une importance à ce que ses camarades pensent d’elle et face à la critique, Violette se montre très vulnérable, suscitant la compassion et l’interrogation du lecteur.

Adam lui ne fait pas semblant, il n’aime ni la foule, ni être le centre d’attention et avoir des amis ne l’intéresse pas, sa scolarité a été trop chaotique pour oser accorder sa confiance à de potentiel ami. Il n’aspire qu’à disparaître, uniquement vêtu de noir il n’hésite pas à se fondre dans la masse et personne n’a jamais réellement entendu la voix du jeune homme. A la maison ce n’est pas bien différent, Violette ne peut qu’observer ce jeune homme unique, qui est loin de la mise en garde sa mère. N’arrivant pas à tisser un lien avec les autres, Adam se contente de tenir les autres à distance et se renferme dans sa bulle où seul l’art à sa place. D’une incroyable sincérité, ce jeune homme hors du commun n’aspire qu’à être dans un environnement où il peut baisser sa garde.

La tension est palpable et l’issue de cette relation semble incertaine, il y a une profondeur qui se créer grâce au silence et ça accentue les regards lourds de sous-entendu, les émotions sont comme démultiplier par les non-dit, et l’un et l’autre vont confronter leur caractère de manière inattendue. Adam va apaiser Violette et la jeune femme va devenir un soutien inespéré pour le jeune homme. Un premier opus qui met en avant les démons d’Adam, le tout raconté par une auteure à la plume entraînante qui pousse le lecteur à se poser les bonnes questions et les traumatismes abordés ne font qu’attendrir le lecteur. Je n’imaginais pas plonger dans une histoire aussi désarmante, nous sommes témoins de scènes révoltantes et on n’aspire qu’au moment où la légèreté va penser les blessures. L’attente risque d’être longue jusqu’à la suite prévu le 15 mai.

À la recherche d’Izabel | J.A. Redmerski (Company of Killers #2)

Résumé :

Des cendres de Sarai renaîtra Izabel.
« Victor me plaque contre la paroi de la cage d’ascenseur avant de m’embrasser avec brutalité. Toute l’énergie qu’il m’avait fallu pour me tenir debout jusque-là m’abandonne. Son baiser est plein de fougue et de rage, et je chavire au creux de ses bras. »
Bien déterminée à retrouver Victor, l’assassin qui l’a libérée, Sarai entreprend seule de régler ses comptes avec un ancien homme d’affaires au sadisme répugnant. Mais sa témérité la met en danger… Jusqu’à ce que Victore la sauve. Elle lui impose alors un ultimatum : l’aider à devenir une tueuse comme lui ou la laisser se débrouiller seule à ses risques et périls. Victor accepte alors de l’entraîner. Mais celui-ci doit faire passer un dernier test à Sarai qui lui fera découvrir Victor sous un nouveau jour…
Merci Milady pour cet envoi

Une romance atypique qui change complètement de ce que j’ai pu lire jusqu’ici. Le décor est toujours aussi sombre et les intentions des héros clairement en dehors des normes de la société, pourtant Victor et Sarai apportent la touche d’humanité qu’il faut pour apprécier pleinement cette lecture. Néanmoins compte tenu de la violence, je trouve que l’éditeur devrait faire une distinction entre les romances New Adult et celle-ci à la limite de la Dark Romance et l’érotique. Attention à ne pas mettre cette série entre les mains des plus sensibles.

Plusieurs mois se sont écoulés depuis la fin du précédent tome et bien que contrainte de vivre normalement, Sarai est loin d’adhérer à ce mode de vie. La noirceur coule dans ses veines et conscience que Victor ne viendra pas la chercher après tout ce temps, elle décide de donner elle-même justice. Bien évidemment elle va s’attirer des ennuis et bien qu’elle se soit préparé la situation ne pas prendre la tournure attendue. On voit l’évolution de Sarai qui passe du statut de victime à celui de bourreau et on apprécie son côté vengeresse, bien qu’elle puisse paraître parfois un peu froide, elle est pourtant assez impressionnante et ce n’est pas Victor qui dira le contraire.

Le feeling avec les personnages est toujours aussi intense et bien que l’intrigue soit un poil en dessous du précédent, on voit bien que maintenant qu’ils sont réuni plus rien ne pourra les séparer. La violence est assez surprenante et puis le contexte est bien ancré donc il est aisé de s’y habituer. Le plus de ce second opus, c’est qu’on découvre nos personnages de manière plus sincères et Victor semble avoir accepté ses sentiments, le rendant plus ouvert et moins secret. Après ça n’empêche pas l’auteure de jouer avec nos nerfs et de garder les dernières révélations pour la fin. Je suis malgré tout un peu déçue qu’on n’est pas plus approfondi le côté meurtrière de Sarai, la on s’intéresse trop à Fredrik et bien que je comprenne qu’il faille l’introduire, j’aurais apprécié plus de moment entre Sarai et Victor, car on sent l’alchimie et on voit qu’ils sont plus soudés.

Un roman qui sort du lot et qui parvient sans mal à garder le lecteur en plein suspense, sans compter que la plume est toujours aussi entraînante et les rebondissements toujours inattendus. J’apprécie que l’histoire ne soit pas prévisible et finalement c’est ce qui fait la force de cette histoire, le décor est peu commun  Ayez le cœur bien accroché, car ce roman est un condensé de violence, de souffrance et la seule source de lumière, c’est la romance qui se tisse entre nos héros. Je suis définitivement accro à cette série et j’ai hâte de découvrir le reste de l’équipe.

Mon avis sur A la recherche de Sarai #1 ICI

Hundreds | Pepper Winters (Dollars #3)

Résumé :
« Il avait failli me détruire en me prenant. Il avait pris de force mon corps, mon esprit, mes souvenirs et mes galères. Il avait pénétré cette partie de mon être que j’avais cloisonnée pour survivre aux tortures d’Alrik. Il avait failli me détruire. Failli. Car de mes propres cendres, je renaissais enfin. » 
Il fut un temps où j’avais encore l’espoir de rentrer chez moi et oublier toute cette histoire. Aujourd’hui, je suis forte et prête à me battre. Il avait déjà le charme et l’autorité, mais Elder ne se contente plus d’exiger d’entendre ma voix, il veut aussi que je vole pour lui, comme lui. En échange de sa protection, il me donne l’ordre de voler le moindre penny, le moindre dollar, afin de lui racheter ma liberté. Mais ni lui, ni moi, cependant, n’avions anticipé ce qu’il initierait en moi. C’est à mon tour de découvrir qui il est. Mais tout a volé en éclats et que notre relation touche à sa fin…
Merci Milady pour cet envoi.
Ce roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Je termine cette lecture avec un sentiment mitigé, d’un côté nous avons un huis clos entre les personnages qui permet d’en apprendre beaucoup sur le mystérieux Elder et de l’autre, on a le sentiment qu’il ne se passe que très peu de chose dans ce tome, car cette proximité a effacé une partie de l’intrigue et l’absence de personnage secondaire se ressent. Cette série a un réel potentiel, mais cette volonté d’explorer tous les aspects contribue à quelques répétitions et empêche l’histoire de se construire dans le temps.

Comme dans le précédent tome, nous reprenons là où l’histoire s’était arrêtée et on ressent un réel changement dans cette suite, notamment parce que les évènements liés à la scène finale ont été un électrochoc pour Pim et même si on imagine sans mal qu’elle puisse se briser, elle va nous surprendre en devenant une vraie guerrière. Certes elle garde quelques incertitudes, mais elle devient moins craintive et retrouve une part son humanité.

Elder reste celui qu’il a toujours été, mais dans ce tome on perçoit son trouble et ce contrôle qui lui échappe au contact de Pim. Habitué à tout maîtriser, on constate qu’il perd complètement la maîtrise qu’il avait mise tant de temps à obtenir. On le découvre sous un nouveau jour, plus fragile qu’il ne le laissait paraître et j’ai apprécié qu’on lève un peu le voile qui entoure son personnage. Beaucoup de questions restent sans réponse, mais on apprend progressivement à comprendre son caractère et certaines révélations vont montrer un aspect de sa personnalisé inattendue. Tantôt gentleman, tantôt geôlier, on a parfois du mal à suivre le raisonnement d’Elder, mais à force de lutter contre ses sentiments une explosion émotionnelle pourrait se produire.

Un 3ème opus en demi-teinte, mais mes émotions restent dans leur globalité très positive. Malgré quelques longueurs, lié à leur jeu de chat et de la souris, on a une très bonne histoire et on constate une réelle évolution dans cette suite, qui s’éloigne de plus en plus de la Dark Romance. Nos héros sont tous les deux brisés et la guérison prend du temps. L’écriture est toujours aussi fluide et les pages défilent sans qu’on y prête attention. La fin est sans réelle surprise, mais la curiosité est bel et bien présente lorsque la dernière ligne fait voler en éclat l’histoire qu’on connaissait. Pour le moment aucune date n’est annoncée, mais ça promet d’être captivant.

Mon avis sur Pennies #1 ICI
Mon avis sur Dollars #2 ICI

Dollars | Pepper Winters (Dollars #2)

Résumé :
Autrefois, j’étais une prisonnière muette et lasse de vivre. Désormais, je suis retenue contre mon gré sur un yacht. L’homme qui m’a sauvée et enlevée me réclame ma voix et tous mes secrets. Je ne céderai pas. Mais Elder s’obstine. À force d’insistance et de cajoleries, il découvre peu à peu qui je suis. Il est riche. Je n’ai rien. Je suis muette par choix, il est curieux par nature. Malgré tout ce qui nous oppose, la passion nous consume. Jusqu’à ce qu’une nuit, il gâche tout. Et que notre relation s’envenime, souillée par le péché.
Merci Milady pour cet envoi.

Après la surprise provoquée par le premier tome, j’étais impatiente de voir si cette suite continuerait de m’intriguer et on peut dire que le changement de décor apporte un nouveau souffle à l’histoire. Ma crainte était que l’histoire tourne en rond et que Pim troque un bourreau pour un autre, certes Elder n’est pas irréprochable, mais malgré une noirceur évidente il arrive à nous offrir un rapprochement difficile, mais tant espéré par les lecteurs. La santé de Pim n’est pas stable et ça nous vaudra quelques répétitions dues aux rechutes, mais on ne pouvait pas s’attendre à une guérison miraculeuse et j’ai apprécié la manière dont se tisse un lien invisible.

L’histoire reprend là où les évènements du premier opus s’étaient arrêtés, l’urgence se ressent dès les premières pages et on découvre Elder sous un jour moins effrayant. C’est l’occasion d’apprendre à connaître ce personnage mystérieux et même si lui-même à du mal à comprendre ses réactions, on apprécie sans mal ce personnage torturé. Cette attirance qui le pousse à garder Pim il ne se l’explique pas, mais même s’il n’est pas blanc comme neige, il est loin d’être aussi abjecte que pouvait l’être Maître A. L’alternance des points de vue a permis un angle inédit de l’histoire et on découvre la bataille que se livre Elder, d’un côté il ne veut pas faire de mal à Pim, il souhaite simplement sa guérison, mais il a ce désir inassouvi qui prend de l’intensité et qui lui fait perdre le contrôle face aux réactions de Pim. Son passé est à l’origine de ces décisions les plus sombres, mais il lutte pour rester le gentleman dont à besoin sa captive et c’est un combat au quotidien.

Après deux ans dans un enfer inimaginable, Pim doit tout réapprendre. A son réveil, elle découvre qu’elle est à bord d’un yacht et le médecin d’Elder s’occupe d’une patiente méfiance, mais décidé à guérir. Tout est différent dans cette nouvelle vie et après avoir été modelé pour devenir une prisonnière exemplaire, elle réévalue sa nouvelle captivité. Tout ce qu’on attend d’elle c’est du repos, mais même si les blessures physiques commencent à cicatriser, les mentales seront les plus difficiles, car les cicatrices ont à jamais marqués sa vie. Sans compter que le mystérieux Elder ne cesse de souffler le chaud et le froid, alors la seule manière de se protéger c’est de conserver une méfiance vis-à-vis de son sauveur, car son insistance à la faire parler ne fait que croître. L’évolution n’est pas flagrante immédiatement, mais d’un côté nous avons la craintive prisonnière qui se renferme comme une huître, et de l’autre le retour de la battante prête à tenir tête à Elder notamment avec son mutisme.

Comme je le disais plus haut, il y a quelques passages assez répétitifs notamment parce que notre héroïne n’est pas constante dans son évolution et elle régresse souvent pour retomber dans les ténèbres, un pas en avant vaut souvent deux pas en arrière. Elder cherche à être un homme bien et proclame ne pas vouloir faire de mal à Pim, seulement sa maîtrise de soi est parfois rudement mise à l’épreuve et il a du mal à canaliser sa frustration, pouvant parfois rompre le lien qu’ils construisent malgré eux. Il est indéniable qu’il se passe quelque chose entre eux, mais ils ne se sont pas rencontré de la meilleure manière et Elder n’est pas un preux chevalier, il ses propres démons et ses désirs pas forcément compatibles avec le passé de prisonnière de Pim. Le contraste est intéressant et la Dark Romance pas si prononcé, il y a une notion de consentement importante pour le héros, mais il a du mal à contrôler ses pulsions, rendant la relation qui naît surprenante. Un roman à ne pas mettre entre toutes les mains, mais qui ravira les fans du genre. Très curieuse de découvrir la direction que va prendre le troisième opus.

Mon avis sur Pennies #1 ICI