Dollars | Pepper Winters (Dollars #2)

Résumé :
Autrefois, j’étais une prisonnière muette et lasse de vivre. Désormais, je suis retenue contre mon gré sur un yacht. L’homme qui m’a sauvée et enlevée me réclame ma voix et tous mes secrets. Je ne céderai pas. Mais Elder s’obstine. À force d’insistance et de cajoleries, il découvre peu à peu qui je suis. Il est riche. Je n’ai rien. Je suis muette par choix, il est curieux par nature. Malgré tout ce qui nous oppose, la passion nous consume. Jusqu’à ce qu’une nuit, il gâche tout. Et que notre relation s’envenime, souillée par le péché.
Merci Milady pour cet envoi.

Après la surprise provoquée par le premier tome, j’étais impatiente de voir si cette suite continuerait de m’intriguer et on peut dire que le changement de décor apporte un nouveau souffle à l’histoire. Ma crainte était que l’histoire tourne en rond et que Pim troque un bourreau pour un autre, certes Elder n’est pas irréprochable, mais malgré une noirceur évidente il arrive à nous offrir un rapprochement difficile, mais tant espéré par les lecteurs. La santé de Pim n’est pas stable et ça nous vaudra quelques répétitions dues aux rechutes, mais on ne pouvait pas s’attendre à une guérison miraculeuse et j’ai apprécié la manière dont se tisse un lien invisible.

L’histoire reprend là où les évènements du premier opus s’étaient arrêtés, l’urgence se ressent dès les premières pages et on découvre Elder sous un jour moins effrayant. C’est l’occasion d’apprendre à connaître ce personnage mystérieux et même si lui-même à du mal à comprendre ses réactions, on apprécie sans mal ce personnage torturé. Cette attirance qui le pousse à garder Pim il ne se l’explique pas, mais même s’il n’est pas blanc comme neige, il est loin d’être aussi abjecte que pouvait l’être Maître A. L’alternance des points de vue a permis un angle inédit de l’histoire et on découvre la bataille que se livre Elder, d’un côté il ne veut pas faire de mal à Pim, il souhaite simplement sa guérison, mais il a ce désir inassouvi qui prend de l’intensité et qui lui fait perdre le contrôle face aux réactions de Pim. Son passé est à l’origine de ces décisions les plus sombres, mais il lutte pour rester le gentleman dont à besoin sa captive et c’est un combat au quotidien.

Après deux ans dans un enfer inimaginable, Pim doit tout réapprendre. A son réveil, elle découvre qu’elle est à bord d’un yacht et le médecin d’Elder s’occupe d’une patiente méfiance, mais décidé à guérir. Tout est différent dans cette nouvelle vie et après avoir été modelé pour devenir une prisonnière exemplaire, elle réévalue sa nouvelle captivité. Tout ce qu’on attend d’elle c’est du repos, mais même si les blessures physiques commencent à cicatriser, les mentales seront les plus difficiles, car les cicatrices ont à jamais marqués sa vie. Sans compter que le mystérieux Elder ne cesse de souffler le chaud et le froid, alors la seule manière de se protéger c’est de conserver une méfiance vis-à-vis de son sauveur, car son insistance à la faire parler ne fait que croître. L’évolution n’est pas flagrante immédiatement, mais d’un côté nous avons la craintive prisonnière qui se renferme comme une huître, et de l’autre le retour de la battante prête à tenir tête à Elder notamment avec son mutisme.

Comme je le disais plus haut, il y a quelques passages assez répétitifs notamment parce que notre héroïne n’est pas constante dans son évolution et elle régresse souvent pour retomber dans les ténèbres, un pas en avant vaut souvent deux pas en arrière. Elder cherche à être un homme bien et proclame ne pas vouloir faire de mal à Pim, seulement sa maîtrise de soi est parfois rudement mise à l’épreuve et il a du mal à canaliser sa frustration, pouvant parfois rompre le lien qu’ils construisent malgré eux. Il est indéniable qu’il se passe quelque chose entre eux, mais ils ne se sont pas rencontré de la meilleure manière et Elder n’est pas un preux chevalier, il ses propres démons et ses désirs pas forcément compatibles avec le passé de prisonnière de Pim. Le contraste est intéressant et la Dark Romance pas si prononcé, il y a une notion de consentement importante pour le héros, mais il a du mal à contrôler ses pulsions, rendant la relation qui naît surprenante. Un roman à ne pas mettre entre toutes les mains, mais qui ravira les fans du genre. Très curieuse de découvrir la direction que va prendre le troisième opus.

Mon avis sur Pennies #1 ICI
Publicités

Tyran | T.M. Frazier (Kingdom #2)

Résumé :

Doe n’a pas encore recouvré la mémoire mais elle sait qui elle est maintenant. Sa famille l’a retrouvée et elle était loin de s’imaginer qui elle était et tout ce qu’elle avait laissé derrière elle. Elle s’appelle en réalité Rammie et elle a repris sa place auprès d’eux. Loin de King, aux prises avec ses propres problèmes.
Alors qu’ils cherchent tous les deux à reprendre le cours de leur vie, ils comprennent vite qu’ils ne pourront pas oublier ce qui est né entre eux. Mais King sait qu’il a des ennemis qui rôdent dans l’ombre et pourraient représenter une menace pour lui et ceux qu’il aime.
Quant à Doe, elle a encore un long chemin à parcourir pour savoir qui elle est exactement et peut-être, un jour retrouver King.
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour cet envoi

Sachez que ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains, comme le premier opus nous abordons des thèmes parfois crus et la violence est toujours très présente dans cette suite. Je pensais être préparée suite aux surprises annoncées dans le premier tome, mais dans cette suite nous sommes loin d’avoir toutes les cartes en main et l’auteure parvient encore une fois à explorer des pistes loin d’être prévisible. Rendant ma notation plus que difficile à statuer, car c’était addictif et inédit, mais parfois peu crédible. Ma notation joue un peu au yoyo, j’ai du mal à mettre une note fixe, car je ne mets pas le doigts sur ce qui me gêne, car c’était un bon moment.

On change de décor et bien que la fin du premier tome soit inattendue, le retour à la maison de Doe est indispensable pour remettre toutes les pièces de sa mémoire au bon endroit. Certes elle n’a aucun souvenir, mais retrouver sa famille va lui permettre de se rendre compte de la vie qu’elle avait avant de rencontrer King et bien qu’elle soit au contact des gens qu’elle connaît depuis toujours, elle a toujours le sentiment de ne pas être à sa place dans cette maison. Malheureusement contrainte de reprendre le cours de sa vie sans King, elle va découvrir que le proverbe qui dit que les apparences sont parfois trompeuses, va prendre tout son sens dans cette famille.

Bien que séparé, l’alternance des points de vu nous permet de voir à quel point leur amour est fort et bien qu’il soit confronté à des problèmes différents, ils sont tous les deux prêts à se battre pour obtenir ce en quoi ils croient. J’ai trouvé ce tome plus mature et peut-être un peu plus ordonnée, dans le premier tome j’avais gardé cette distance avec l’univers et dans cette suite l’histoire m’a davantage emporté. Sans compter la fabuleuse plume de T.M. Frazier, qu’on aime ou non l’histoire et l’aura de danger, la plume de l’auteure fait des merveilles. L’addictivité est un point fort de ce roman et bien que l’histoire ait quelques défauts, on s’imprègne facilement de l’univers.

Si vous avez lu ma chronique de King, vous savez sans doute que plusieurs éléments m’avaient dérangé et bien que j’ai davantage apprécié cette suite, certains aspects de l’histoire ne me convainquent pas totalement et m’empêchent de rajouter la cinquième étoile. Je trouve que l’histoire est originale et le décor est inédit, mais cette année j’ai eu tendance à attendre toujours plus de mes lectures sans jamais être totalement sous le charme. Point positif au niveau du suspense qui gravit de nombreux échelons dans ce tome et les scènes érotiques sont étalement mieux dosé, sans jamais perdre en intensité. Les émotions proviennent de la rage et même si, les sentiments amoureux sont évidents, il m’a manqué des émotions brutes pour pouvoir retrouver le chaos émotionnel qui me fait défaut depuis quelques mois. Une bonne duologie, passez votre chemin si la violence vous dérange.

Mon avis sur King #1 ICI

Pennies | Pepper Winters (Dollars #1)

Résumé :

« — Tu m’es reconnaissante ? De t’avoir sauvée ? Eh bien, tu ne devrais pas. Je ne suis pas le héros dans cette histoire. Je suis un méchant de plus. Tu ferais mieux de t’en souvenir. »
Autrefois, quand j’avais dix-huit ans, j’étais étudiante en psychologie. Maintenant, je suis la propriété d’un homme. Volée et vendue, je suis couverte de bleus depuis le jour où mon monde a changé, il y a deux ans. Je souffre en silence, je brûle de retrouver ma liberté.
Et puis, il est arrivé. Elder Prest, le seul homme qui me regarde et qui me voit. Le seul qui soit plus cruel encore que mon maître. Il me veut pour des raisons que je ne comprends pas. Il me prend l’espace d’une nuit, puis il s’en va sans un regard en arrière. Jusqu’à ce qu’il revienne. Et que la vie devienne bien plus compliquée.
Merci Milady pour cet envoi.

Très bonne surprise en refermant cette sombre histoire qui aura mis jusqu’à la dernière page mes nerfs à rude épreuve. Dans sa précédente série « Monster in the Dark », j’avais apprécié le style de Pepper Winters, mais j’avais cette réserve par manque d’affectif entre les personnages, l’aspect Dark Romance était trop ancré dans la noirceur et pas assez dans l’émotion. Ici malgré le sujet très violent, l’alchimie entre les héros a immédiatement provoqué une réaction et même si « Pennies » ne révolutionne pas le genre, tout est réuni pour adhérer.

Elle n’avait que dix-huit quand un homme l’a enlevé et vendu. Aujourd’hui deux ans plus tard, elle s’est habituée à l’enfer sur terre et malgré les souffrances toujours plus importantes, elle conserve une force de caractère assez impressionnante. Son quotidien n’est que brutalité, pourtant elle parvient malgré tout à rester impassible et souffrir en silence. Ces pensées bien que sombres ne sont pas dénuées de tout espoir et c’est ce qui rend son personnage surprenant. La plupart de son corps est brisé et elle est parvenu à garder sa rage intacte sans que son esprit ne soit trop brisé. Et cette manière de gérer les souffrances qui en font une héroïne exceptionnelle.

L’arrivée d’Elder Prest dans son cauchemar va réévaluer les conditions de sa captivité et un simple regard va lui montrer la prestance de cet homme, bien plus puissant que son maître. Comme je le disais plus haut, l’alchimie est indéniablement forte et bien qu’aucun contact ne soit possible entre eux, un lien va les rapprocher malgré eux. Pourtant après deux ans, elle n’est plus la même et les traces de sa séquestration sont visibles sur son corps. Il est loin d’être un homme bon et il respire le danger, pourtant aucun comparatif n’est possible avec son geôlier. Il inquiétant et pourtant bien moins barbare que son maître, sa brusquerie s’apparente beaucoup plus à de l’inquiétude et on a une forme de respect pour cet homme mystérieux.

Ce roman est destiné à un public averti tant le sujet est difficile, mais les scènes violentes sont habilement menées puisque tout est suggéré à la manière d’un journal intime, sans jamais avoir le détail de la brutalité. C’est très subtil et l’imagination fait le reste. Sa rencontre avec Elder Prest va dans un sens chamboulé la vie qu’elle subit et même si l’histoire prend du temps avant de se mettre en place, on ressent le besoin de les voir ensemble.

On constate que Pepper Winters a une vraie sensibilité pour l’écriture de Dark Romance et avec cette nouvelle série elle parvient à véhiculer l’image monstrueuse de maître A. tout en préservant ses lecteurs des barbaries.  Les pensées de notre héroïne suffisent à faire froid dans le dos et même si Elder Prest n’est pas un ange, on voit parfaitement qu’il a des valeurs, et dans la suite on devrait continuer sur la Dark, tout en instaurant je l’espère une relation de confiance. Beaucoup d’interrogations demeurent sur l’avenir, mais comptez sur moi pour être là ! Bref vous l’aurez compris, cette nouvelle série me ravit et je suis réellement impatiente de découvrir ce que la suite nous réserve, car cette Dark Romance m’a vraiment beaucoup plu.

King | T.M. Frazier (Kingdom #1)

Résumé :

King n’est pas vraiment le genre d’homme auprès de qui on cherche refuge. Chef d’un gang qui participe à toutes sortes de trafics, il a la surprise de trouver dans sa maison, lors d’une fête, une parfaite inconnue.
Elle se fait appeler Doe, un surnom car elle est amnésique et ne connaît pas sa vraie identité. Elle vit aussi dans la rue et risque que sa vie quotidiennement. Comme ce jour où elle s’introduit chez King. A ses risques et périls.
Malgré tout, elle est attirée par King comme un papillon par une flamme. Si c’est un homme brutal, violent d’habitude, il est aussi touché par Doe et son histoire. Mais qui est Doe exactement ? Son passé ne risque-t-il pas de ressurgir un jour ? King prend un risque s’il s’attache à elle mais n’est-il pas déjà trop tard ?
Merci Hugo New Romance pour cet envoi

Une lecture qui me laisse un sentiment difficile à expliquer, c’est à la fois entraînant et bancal. J’ai un faible pour les héroïnes cabossées et cette histoire m’a rapidement intrigué, le roman dans son ensemble réussit à susciter l’envie et la curiosité est bel et bien présente. Seulement plus j’y réfléchis et plus je trouve l’histoire un peu faible, l’intrigue peine à décoller et malgré une écriture qui m’a immédiatement plu, je conserve un sentiment mitigé sur les décisions des personnages. Je vais tenter de mettre de l’ordre dans mes pensées, car j’ai du mal à comprendre moi-même pourquoi ça n’a pas totalement pris et qu’en même temps je lirai la suite.

Doe notre héroïne a la particularité d’être amnésique, elle ne connaît ni son âge, ni son nom et tout ce qu’elle sait, c’est que personne ne semble se soucier de sa disparition. Vivant dans une situation compliquée, la jeune femme n’a pas d’autre solution que de vivre dans la rue et aujourd’hui après un énième jour avec le ventre vide, elle se sent suffisamment désespérée pour s’introduire à une fête organisée par le dangereux King. Le plan a beau être dégradant, il est simple : trouver un homme qui veuille prendre soin d’elle, quitte à faire des choses honteuse. Tout sauf cette faim qui lui vrille l’estomac. Seulement sur place, la situation va dégénérer et la jeune femme n’a pas d’autres solutions que de rester pour régler une dette qu’elle ne s’attendait pas à devoir encaisser.

King n’est pas ce qu’on appellerait un homme honnête, mais comme une phrase dans le roman retranscrit parfaitement l’image que l’auteure veut donner à son personnage : « Le fait d’être un voyou ne l’empêche en rien d’être un homme admirable. » A la tête de trafics de drogue, il n’en est pas mauvais pour autant. Ce côté de l’histoire change un peu du côté propre qu’on peut avoir l’habitude de lire. Tout n’est pas lisse et nos héros sont prêts à tout pour s’éloigner de leur famille toxique. En compagnie de Preppy son ami de toujours, il va se créer un business qui fonctionne et profiter de la vie. Sa rencontre avec Doe, va se produire à un moment compliqué de la vie de King et cette innocence qu’il voit en elle va le conduire à sa perte. Tantôt colérique, tantôt bienveillant notre héros va nous faire passer par toutes les émotions et c’est parfois difficile de le suivre dans ses réactions.

J’ai trouvé ce roman différent des autres New Romance, une note de l’éditeur met d’ailleurs en garde concernant certaines scènes. Ce n’est pas tant que l’histoire ait pu me choquer, finalement mise à part un langage un peu cru et un milieu où drogue, alcool et sexe coulent à flots, on a une romance avec des côtés touchants. Seulement, la manière dont évolue la relation fait un peu girouette et ça manque parfois d’émotions sincères. Je n’ai pas trouvé ce que j’attendais de ce roman et le fait que l’histoire aille un peu dans tous les sens ça a perturbé ma lecture. Et pourtant je n’irai pas jusqu’à dire que je n’ai pas apprécié, car il y a de bons éléments du côté des personnages, mais les thèmes évoqués sont pratiquement tous survolés et ça manque de profondeur. L’amnésie n’est qu’un prétexte et le trafic de drogue n’est pas totalement exploité, on est dans un milieu sombre et on n’y entre pas vraiment, sauf pour instaurer un rebondissement qui sert à introduire autre chose.

Le plus dur finalement c’est retranscrire un sentiment que je peine moi-même à exprimer. Il est indéniable que cette lecture m’a perturbé, car assez froid et en même temps j’apprécie une part de l’intrigue qui n’a pas que des mauvais côtés. Plusieurs facteurs peuvent expliquer mon ressenti tellement mitigé, notamment le fameux mauvais moment ou tout simplement que ça n’a pas fonctionné. Le plus déroutant c’est que je l’ai lu en quelques heures, donc ce n’est pas la plume qui m’a dérangé. Après il arrive que sans explication un élément fasse que ça ne colle pas, j’espère simplement que ce n’est pas les prémices d’une panne de lecture. En tant que lecture, je suis impatiente de pouvoir en discuter avec les futur(e)s lecteurs/lectrices pour avoir leur propre avis. Je suis peut-être partagée, mais je lirai la suite pour me faire un avis définitif sur cette série.

Larmes sincères | Pepper Winters (Monster in the Dark #4)

Résumé :

« Q, je suis à toi, pas seulement dans cette vie, mais pour toujours. Je te suivrai dans le malheur, la détresse et l’adversité. Je me battrai à tes côtés car là réside notre passion. Et lorsque cette vie prendra fin, je t’attendrai dans la prochaine. Car un amour comme le nôtre est unique. Tu m’as démolie. Ravagée. Tu m’as détruite en me choisissant pour épouse. »
Q a été enlevé par ses ennemis et Tess, dévastée, est plus déterminée que jamais à sauver son âme soeur. Même si cela signifie tuer à nouveau ! Avec l’aide de Franco et des hommes de main de Q, Tess se lance à la recherche de l’homme qu’elle aime et devra sillonner l’Europe. Mais alors qu’elle touche au but, une peur grandit en elle : dans quel état va-t-elle retrouver Q ? Et si ce qu’il avait traversé l’avait changé au point qu’il ne veuille plus unir sa vie à la sienne ?
Âmes sensibles, s’abstenir !
Ce roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Assez surprise par la taille du roman, j’ai fini par faire quelques recherches et découvrir que ce dernier opus n’était en réalité qu’une nouvelle, mais assez gâté par le nombre de pages et également ravie d’aborder un tome plus basé sur les émotions de nos héros. Jusqu’ici on avait abordé à de nombreuses reprises le côté romance sombre et la pratique de nos héros étaient mise à l’honneur, ici on va s’intéresser de manière rapide aux démons non avoué de chacun et l’épilogue est plutôt réussi, qui réussi à transmettre l’angoisse de la séparation.

On retrouve nos héros là où on les avait laissé et ma situation dégénère complètement, Tess se retrouve seule avec un garde du corps mal en point et un amant introuvable, qui ne cesse de raviver la colère qu’elle a en elle. A travers six long chapitres, nous allons grâce à l’alternance des points de vue suivre nos héros dans leur quête de liberté, tous les deux animés par la rage de retrouver l’autre et d’en finir avec ceux qui essaye de les séparer. Tess prend peu à peu conscience de sa force et Q. nous montre une facette plus humaine de lui.

Ce dernier opus m’offre enfin l’aspect romantique de la relation Tess et Q, et la force de leur sentiment ne fait aucun doute. Certes leur relation est peu conventionnelle, mais  ils ont toujours assumé pleinement leur désir déviant  et finalement ce tome c’est l’occasion de montrer à leur entourage qu’ils se sont trouver dans la noirceur. Ravie de ce dernier opus qui met l’amour à l’honneur et s’attèle à montrer ses héros sous leur meilleur jour.

Une série surprenante qui m’aura rendu à la fois mal à l’aise et impatiente. Je n’ai pas forcément apprécié tous les aspects de la relation et l’obscurité occupe un place central dans l’histoire, mais les sentiments sont partagés et cette série montre une manière différente de s’épanouir. Certes la lecture du premier tome est surprenante, mais c’est surtout une histoire de désir assumé, car aucun des deux n’étaient prêt à avouer ses goûts particuliers et une fois que tout éclate au grand jour, ils sont heureux d’avoir assumer leur fantasme donc même si cette série ne plaira pas forcément à tous les amateurs de romance, on termine sur une note positive et romantique.

Retrouvez mon avis sur Larmes amères #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Larmes brûlantes #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Larmes silencieuses #3 ICI