New Adult

Nightingale Way | Samantha Young (Dublin Street #6)

Résumé :
Pour échapper à des parents toxiques, Grace, londonienne d’origine, s’est installée à Édimbourg. Elle est éditrice de romance à son compte, entourée d’amis très proches et habite un appartement qu’elle aime particulièrement. Cette vie que Grace a su créer avec force et détermination semble en tout point idéale. Il n’y manque, peut-être, qu’un petit ami aux qualités essentielles à ses yeux : compréhensif, protecteur et drôle. Tout l’opposé de son nouveau voisin, en somme. Logan, un Don Juan notoire, est le manager d’une boîte de nuit du quartier. Il est impoli, prétentieux, et malgré tout… terriblement séduisant.

 

Je referme ce livre un peu déstabilisé par mon ressenti. J’ai le mot déception au bord des lèvres, mais ce n’est pas vraiment ça. Il faut savoir que cette série est l’une des premières à m’avoir fait découvrir le New Adult et je place cette série dans mes coups de cœur sans aucune hésitation. Seulement après 5 tomes plus que grandiose, j’ai peut-être mis cette suite sur un niveau d’attente un peu trop importante et l’attente liée à sa publication n’a fait que renforcer mon désir de retrouver les personnages. Dans un sens, j’ai été plus que comblée et c’est un réel bonheur de replonger dans cette ambiance si particulière, mais l’alchimie des héros n’a pas réussi à m’atteindre complètement. Depuis quelques mois, je peine à être touché par les émotions de mes lectures et c’est très certainement moi qui suis passée à côté et ça me désole.

Grace et Logan sont les parfaits opposés et malgré un palier pour les séparer, on ne peut pas dire que leur relation soit au beau fixe. Grace est une jeune femme simple, épanouie dans son travail et entourée d’amis fidèles. Rien n’aurait pu perturber sa petite vie sauf peut-être son Don Juan de nouveau voisin qui est en bonne voie pour la rendre folle. Après un premier échange qui donne le ton, nos deux voisins vont tenter de cohabiter dans le calme, mais ils vont pouvoir compter sur une aide extérieure qui connaît tous bien pour les rapprocher et un événement perturbant va précipiter un rapprochement entre nos héros, favorisant une certaine alchimie.

L’histoire se déroule à travers les yeux de Grace et on a tendance à avoir du mal à cerner Logan, mais au contact de la jeune femme il va montrer un visage amical et son histoire est touchante. Après plusieurs échanges explosifs Grace va se retrouver malgré elle impliqué dans l’histoire du jeune homme et cette nouvelle proximité va les rapprocher avec un peu d’aide extérieure. L’histoire de Grace a contribué à la femme qu’elle est devenu et sa fragilité par moments est émouvante, on a envie de la voir se relever face à ses doutes qui peuvent parfois la ronger, alors la voir s’ouvre aux autres n’a pas de prix et on veut la protéger.

Je parlais plus haut d’un sentiment de déception, mais dans son ensemble c’est une très bonne lecture et Grace va pouvoir compter sur les personnages des autres tomes pour l’aider. C’est une impression assez particulière d’avoir découvert des personnages et de continuer de les voir évoluer dans l’avenir, de voir leurs familles s’agrandir et les liens se souder. La bienveillance de ce clan me laisse sans voix et Grace va pouvoir compter sur une aide précieuse pour poursuivre son petit bout de chemin. La famille a toujours eu une place importante dans cette série et malgré les difficultés rencontrées par nos personnages, le bonheur est leur porte de sortie.

En bref, une page se tourne et je me sens un peu nostalgique après avoir terminé l’épilogue. Je pense faire durer les nouvelles pendant quelques semaines pour replonger le temps de quelques pages dans cette ambiance cosy. Par curiosité, j’aimerais beaucoup que les autres romans de Samantha Young soient traduits pour la découvrir dans un autre environnement et avec d’autres personnages à rencontrer. Une belle conclusion et j’ai adoré me rappeler de quelques souvenirs des tomes précédents.

Mon avis sur Jamaica Lane #3 ICI
Mon avis sur India Place #4 ICI
Mon avis sur Scoland Street #5 ICI

New Romance

The Boy Next Door | Penelope Ward

Résumé :
Chelsea se remet difficilement de la rupture avec son copain, Elec, mais elle a bien l’intention de tourner la page lorsqu’elle déménage et s’installe dans un nouvel appartement à San Francisco. Quant à elle, elle poursuit son travail d’éducatrice dans un centre qui accueille des ados. Tout irait pour le mieux si elle n’avait pas un voisin très irritant, un certain Damien, qui a en plus deux chiens qui aboient toute la journée, qui la réveillent régulièrement. Impossible de s’entendre avec cet homme arrogant, qui ne veut faire aucun effort.
Mais il n’est pas facile d’éviter celui qui vit juste à côté de chez soi, surtout qu’il n’est pas qu’un simple voisin mais également le propriétaire de l’immeuble ! Au fil de leurs rencontres, Chelsea découvre en Damien une personne différente de ce qu’elle pensait et elle commence à s’interroger sérieusement sur lui.
Pourquoi a-t-il l’air si seul et semble refuser tout engagement ?
Cette question devient de plus en plus importante quand Chelsea se rend compte qu’elle est en train de craquer pour Damien. Et si lui aussi tombe visiblement sous son charme, il garde une distance prudente avec elle qui l’inquiète. A-t-elle une chance de s’engager dans une liaison durable avec cet homme qui reste très mystérieux ?
Leur amitié naissante a-t-elle une chance d’évoluer vers une relation amoureuse ?
 Merci à mon partenaire Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.
Date de sortie : 8 mars 2018

Je me sens en totale dépression livresque, trois des grosses sorties attendu depuis des mois m’ont totalement laissé insensible. J’étais tellement excité après Room Hate que ça ne m’est pas venu à l’idée que je serais déçue du récit. Il y a quelques points qui ont fait que ce récit, n’était pas très convaincant, des scènes pas toujours connectées et des dialogues dérangeants. Pour tout vous dire, c’est l’impression dominante qui avait animé ma lecture de Step Brother, le fond de l’histoire est plaisant, mais sans jamais vraiment décoller.

Pour ceux qui n’auraient pas lu Step Brother, il faut savoir que Chelsea est connectée à l’histoire puisqu’il s’agissait de la petite amie de Elec et bien évidemment si ce tome compagnon existe, c’est qu’ils ne vivent pas d’amour et d’eau fraîche. A vrai dire, leur rupture a été assez brutale et la jeune femme se remet difficilement de la perte de cette relation. Le changement semble être la clé d’un nouveau départ, alors un déménagement c’est la solution rêvée, si seulement son mystérieux voisin ne la rendait pas dingue avec ses deux chiens bruyants. On dit souvent que le premier contact est déterminant et on peut dire que ces deux-là vont partir sur une relation explosive.

On est tous passé par une rupture difficile et ce tome aborde un angle intéressant de l’amour. On se questionne notamment sur les degrés d’amour que peuvent éprouver les personnes et bien que cette histoire ait parfois raisonné comme un boomrang sur ma vie personnelle, j’ai apprécié cette manière d’évoquer les sentiments amoureux et on réalise qu’il n’y a pas de recette miracle pour se remettre d’une rupture. Seul le temps guérit les blessures et la tristesse de Chelsea va progressivement se transformer en autre chose au contact de Damien. La jeune femme va passer par une palette d’émotions, oubliant ses tracas à force d’être poussé à bout par son voisin, mais c’est bel et bien le trouble qui va définitivement l’aider à passer à autre chose, il faut dire qu’une relation amicale va rapidement naître entre eux et elle va réapprendre à aimer d’une manière totalement différente. La limite entre l’amitié et l’amour est fragile et Chelsea et Damien vont en faire l’expérience.

Mon gros problème à la lecture de cette histoire, c’est que le sujet est fort et j’ai l’impression d’être resté de marbre, le récit manque parfois de naturel et ça enlève une part de crédibilité. Damien est un personnage haut en couleur et son caractère est le parfait reflet du bad-boy, mais en creusant un peu son histoire va s’avérer surprenante. Beaucoup de mystère demeure et on comprend difficilement ses réactions, il est parfois très contradictoire dans ses actions et il est évident qu’on n’a pas toutes les cartes en mains, mais ce côté passif ça ne m’a pas séduite. Il y a un contraste entre son caractère désinvolte et sa manière de se comporter avec Chelsea.

On retrouve l’humour de Penelope Ward et c’est l’une des choses que je préfère dans ses romans, ce sentiment de liberté et cette part de légèreté, alors qu’on aborde plusieurs thèmes difficiles. La romance se construit d’une belle manière et l’amour/amitié qui naît montre une connexion d’abord physique, puis sentimentale. Je ne nie pas que le couple ait de beaux moments ensemble, mais ça n’aura pas suffi à faire éclater un millier de papillons dans mon cœur. Peut-être est-ce les prémices d’une panne, ou est-ce lié à la traduction, toujours est-il que je suis passé complètement à côté de cette histoire. J’ai tendance à monter mes exigences quand j’apprécie une auteure et c’est peut-être ce qui n’a contribué à rendre cette lecture agréable, mais pas inoubliable.

Ma chronique de Step Brother ICI