La fantaisie du printemps | Carrie Elks (The Shakespeare sisters #4)

Résumé :

Brillante avocate et aînée de quatre soeurs, Lucy SHAKESPEARE a coutume de tout contrôler. Tout, tout le monde et plus particulièrement elle-même. Jusqu’à ce qu’elle rencontre le sublime Lachlan MACLEISH.
Lachlan fait appel à Lucy, parce qu’il lui faut la meilleure défense possible. Il risque de perdre son héritage : le domaine et le titre de Laird de Glencarraig. Ces terres renferment les rares souvenirs heureux de son enfance et il n’est pas question qu’il y renonce sans se battre. Dans ce moment crucial, la dernière chose dont il ait besoin, c’est d’une distraction. Or, dès qu’il aperçoit Lucy, il pressent que les complications ne tarderont pas à arriver.
Même avec la meilleure volonté du monde, Lucy finit par enfreindre ses règles de vie, quelque peu rigides mais prudemment construites, pour Lachlan. Entre deux avions pour l’Écosse, Paris et New York, elle ne peut s’empêcher de se demander si, malgré tout, certaines rencontres ne valent pas la peine de se mettre en danger et de tout risquer.
Je remercie les éditions New Romance pour l’envoi de ce roman

Les Shakespeare Sisters tirent leurs révérences demain et pour ce dernier opus c’est l’aîné des sœurs qui a son tour aura eu son happy-end. Lucy a eu un rôle important dans la vie de ses sœurs et cette femme active qui se plie en quatre pour ses proches ne m’a pas déçue. Après quatre mois à vivre au rythme des saisons, des découvertes de cette famille attachante c’est l’heure de clôturer cette série et de laisser les personnages vivre leur vie.

Depuis la mort de sa mère Lucy a toujours tout contrôlé, à commencer par sa carrière d’avocate qu’elle mène brillamment et qui ne laisse pas la place à l’imprévue. Seulement sa rencontre avec Lachlan McLeish va venir bouleverser son quotidien millimétré et la conduire vers l’inconnu. Lachlan a besoin de la meilleure dans le domaine pour le défendre s’il ne veut pas perdre son héritage : la propriété et le titre de Glencarraig. Le ton professionnellement va rapidement se transformer en distraction, et alors qu’ils tentent de rester focalisé sur leur travail, ils vont devoir se rendre à l’évidence, la petite étincelle ne cesse de gagner en intensité et la flamme brille.

J’ai apprécié découvrir Lachlan et le voir évoluer dans son quotidien à Miami et interagir en tant que chef d’entreprise, on voit rapidement que c’est un homme respecté et qu’il a réussi à faire ses preuves sans l’argent de son père. Au fil des pages on apprend davantage sur son enfance et sur les séquelles qu’il a conservées, mais on ne s’attend pas à le voir tout lâcher pour redécouvrir une propriété qu’il n’avait pas visitée depuis son enfance. Il a un côté assez surprenant, il endosse l’image d’un homme d’affaires respecté et sa notoriété ne semble pas l’intéressé, son cercle d’amis est d’ailleurs très restreint et en leur compagnie je lui ai découvert un côté vulnérable.

Celle qu’il me tardait le plus de découvrir dans cette histoire c’est Lucy, dans chacun des tomes consacrés aux sœurs Shakespeare ont a pu constater l’influence que l’aîné à eu sur sa fratrie. Elles s’accordent toutes à dire que depuis la mort de leur mère Lucy a toujours répondu présente pour porter assistance à ses sœurs et bien qu’elle n’est jamais pue remplacer le rôle d’une maman, sa dévotion n’a échappé à aucune des sœurs. Désormais ses sœurs peuvent compter sur les hommes de leur vie et face à ces changements la jeune avocate va se laisser absorber par sa vie professionnelle, laissant de côté sa vie personnelle. Sa rencontre avec Lachlan va complètement bousculer la vie qu’elle s’est construite et il va lui montrer l’importance de se reposer sur quelqu’un.

L’histoire aborde un côté de la romance un peu plus érotique et en comparaison des autres tomes ça ajoute un côté épicé très appréciable. Et l’alchimie du couple fonctionne parfaitement. On termine cette série sur une jolie conclusion tant du côté de la romance, que du côté de la fratrie qui a su consolider des liens que la distance avait fragilisés. La narration à la troisième personne pourrait en bloquer certain, moi-même n’étant pas une grande fan lors de la lecture, mais en toute honnêteté on oublie facilement ce détail en découvrant l’histoire.

Mon avis sur Les promesses de l’été #1 ICI
Mon avis sur A la grâce de l’automne #2 ICI
Mon avis sur La magie de l’hiver #3 ICI

Comment mon été est parti en fumée | Jennifer Salvato Doktorski

Résumé :

Rosie a toujours été impulsive. Mais sûrement pas au point de mettre le feu à la voiture de Joey, son ex qu’elle a surpris en train de la tromper. Ça non, jamais ! Ni d’appeler ce traître toutes les dix minutes pour lui expliquer ce qu’elle pense de lui…
En tout cas, la voilà qui écope d’une ordonnance restrictive qui l’empêche d’approcher Joey à moins de cinquante mètres. Alors, quand son ami Matty annonce à ses parents qu’il part pour l’été en road-trip avec deux copains, ils ont la bonne idée de l’incruster dans l’aventure, histoire de l’éloigner un peu.
L’enfer ! Au début, Rosie n’a qu’une idée en tête : s’enfuir illico, faire du stop et rentrer scruter le moindre des mouvements de Joey. Mais l’air de la route, les expériences inédites et les nouveaux amis lui font vite voir la vie sous d’autres horizons…
Je remercie les éditions New Way pour l’envoi de ce roman

Un livre jeunesse qui m’a fait passer un bon moment, mais qui manque de rythme. Malgré une lecture mitigée, la plume fluide et le road trip nous embarquent en compagnie de nos héros et on ne s’ennuie pas. J’ai mis du temps avant d’apprécier l’héroïne, mais son évolution la rend attachante et ses compagnons de voyages touchants.

Rosie est une héroïne impulsive, alors quand elle apprend que son ex Joey la trompe avec son opposée, elle veut simplement comprendre et n’hésite pas à envoyer des messages au principal intéressé, mais face au silence et contrainte d’observer le nouveau couple, la colère va la pousser à mettre le feu à leurs souvenirs communs et une chose en entraînant une autre, la jeune femme se retrouve accusée d’avoir mis le feu à la voiture de celui-ci et les nombreux appels et textos, la place dans une situation compliquée quand elle écope d’une ordonnance restrictive. Dans l’attente du procès la famille de Rosie, décide de la pousser à accepter un voyage avec Matty son ami et deux copains avec qui il a prévu de faire le voyage, afin qu’elle s’éloigne des ennuis et de la tentation.

Rosie n’est pas forcément l’héroïne pour qui je vais avoir un coup de cœur dès le début de l’histoire, certes j’ai apprécié son évolution pendant le voyage, mais ce n’était pas gagné. Au-delà de son impulsivité, j’ai trouvé Rosie parfois immature, la situation est grave et elle semble minimiser les faits, certes les événements se sont emballés. Ce voyage va débuter dans la contrainte et peu à peu, elle va réaliser qu’elle a fait fausse route depuis le début et que le groupe d’amis qui l’accompagne a énormément à lui offrir. Kilomètre, après Kilomètre un lien fort va se créer entre les compagnons de voyage et chacun va se remettre en question.

J’ai eu du mal à comprendre certains choix de Rosie, on est face à une situation qui peut compromettre l’avenir de la jeune femme et elle ne pense qu’à contacter Joey, alors qu’elle lui en veut de l’avoir trompé donc évidemment, ça engendre des débats intérieurs agaçants et elle ne voit même pas qu’elle est entourée par des amis qui tiennent sincèrement à elle et elle prend des décisions décevantes. Il m’aura fallu plusieurs chapitres pour commencer à apprécier Rosie et ça influence forcément mon ressenti, mais les personnages secondaires contribuent à rendre le voyage agréable et on termine la lecture avec le cœur léger.

A la poursuite du soleil | Karina Halle

Résumé :
Après un voyage de six mois à travers le monde, Amber, qui n’a plus de quoi se payer un billet retour vers la Californie, fait une halte à Positano, puis à Capri sur la côte Almafitaine, où elle va croiser la route d’un bad boy, en mode Latin lover.
Il est temps pour Amber MacLean – 24 ans – de prendre les bonnes décisions. Après six mois de voyage- sac à dos à travers la Nouvelle Zélande, l’Australie et l’Asie du Sud-Est, la voici en Méditerranée, fauchée, sans même avoir de quoi payer un billet retour pour la Californie. Il y a pire dans la vie que de se retrouver coincé en Italie du sud, au bord d’un littoral magnifique. Malheureusement, le seul travail qu’Amber trouve consiste à enseigner l’anglais à deux morveux.
Et ce qui ne lui facilite pas la tâche, c’est que les deux enfants sont sous la garde de leur ténébreux grand frère, l’ancien pilote de moto Desiderio Larosa. Sexy et mystérieux, Derio ne cesse de tester la patience d’Amber – sans parler de ses hormones.
Une fois devenue nounou à plein temps dans la vieille villa, la jeune fille se sent de plus en plus attirée par ce solitaire énigmatique. La voilà bientôt tiraillée entre une vie tranquille et sécurisante aux Etats-Unis et les mystères du coeur si secret de Derio.
Sous le soleil de Capri, la passion va crescendo. Mais Amber parviendra-t-elle à percer le mystère de Derio, son ténébreux italien ?
Je remercie mon partenaire Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

Voyager. C’est le maître mot de ce roman et comme pour Entre Ciel et Mer, cette liberté qui habite les personnages est tout ce dont j’avais besoin pour rêver les yeux ouverts. Après avoir lu ces deux romans, je me sens admirative de ces personnages qui ont tout quitté sur un coup de tête pour refaire leur vie dans un pays qui n’est pas le leur. J’ai toujours apprécié voyager et reprendre sa vie ailleurs semble tellement inaccessible pour moi, que j’ai voyagé par procuration en plein cœur de l’Italie et avec le plus séduisant des guides.

Amber est un personnage que nous avions déjà rencontré dans Entre Ciel et Mer, mais la lecture de ce roman ne nécessite pas d’avoir lu le roman qui n’affecte en rien la compréhension. J’avais connaissance de l’identité de l’héroïne, mais je reste assez surprise de son évolution qui s’éloigne un peu de l’idée que je m’étais fait d’elle pendant son road-trip précédent. Aujourd’hui la jeune femme doit se rendre à l’évidence, après 6 mois à voyager avec son sac sur le dos, ses finances sont arrivées au point de non-retour et trouver un travail devient primordiale si elle veut pouvoir se payer un billet de retour pour sa Californie natale.

N’ayant aucune piste et complètement désespérée Amber accepte d’enseigner l’anglais à deux enfants d’une riche famille, mais Desiderio Larosa le grand frère, va venir troubler son quotidien à la villa. Étant de nature plutôt curieuse, Amber va progressivement s’immiscer dans cette famille et mettre en lumière les dysfonctionnements.

Amber est la force de ce roman et ses décisions qui pourrait paraître irréfléchi son simplement une volonté de trouver sa place en voyageant. Sa situation personnelle n’est pas forcément la meilleure et en Amérique elle n’a pas trouvé la place qu’elle occupe à Capri. A travers les yeux d’une novice nous allons visiter une ville magnifique et mon imagination a encore une fois très bien travaillée, visualisant sans mal les paysages tous plus beaux les uns que les autres. Sans oublier bien sûr la naissance d’une romance superbe et qui m’a fait briller les yeux et le cœur.

Je dois dire que l’idée de départ est plutôt attirante, bien que satisfaite de ma lecture ce n’est pas totalement ce que j’attendais. Notamment le fait que les enfants soient en retrait et pas moteur de l’histoire. Leur rôle sur l’histoire est trop dans l’évocation et ça ne met pas en valeur Derio, car bien qu’il soit un amant attentionné et que le charme italien opère à cent pour cent, il renvoie une image négative de par son comportement parfois égoïste. Pourtant c’est difficile de ne pas l’apprécier, car son traumatisme est présent dans ses réactions et le mystère qui l’entoure nous force à poursuivre pour obtenir des réponses, mais je n’adhère pas à toutes ses décisions.

En bref, une histoire de voyage comme je les aime. Si vous avez lu Entre Ciel et Mer ce roman est dans la même lignée avec un peu moins de description pour ceux qui auraient été perturbé, mais si comme moi, l’aura de voyage vous avez conquise ce roman sera encore meilleur. La fin aurait peut-être nécessité un peu plus de profondeur et pour le coup, l’image du héros en a pris un coup, mais dans mon esprit la magie opère. J’ai savouré cette liberté pendant quelques pages et apprécié la passion évidente de Karina Halle pour la découverte d’un ailleurs.

Retrouvez mon avis sur Entre Ciel et Mer ICI

 

 

Entre ciel et mer… | Karina Halle

Résumé :

Cette femme représente ce dont j’ai toujours rêvé.
Je ne l’ai eue qu’une seule nuit, si tant est que je l’ai eue ?
Vais-je parvenir à la conquérir ?
Joshua un jeune homme graphiste talentueux, vit ses vingt ans en roue libre. Chez lui à Vancouver, il accumule des petits boulots sans avenir qui le laissent épuisé et insatisfait, sans la moindre énergie pour poursuivre sa passion. Jusqu’à ce qu’il rencontre Gemma. Ce qui débute comme l’aventure d’une nuit avec la sémillante Néo-Zélandaise se transforme vite en tournant décisif pour Josh. Il ne peut oublier Gemma, même une fois qu’elle est rentrée dans son pays, et décide de jeter sa prudence aux orties pour la première fois de sa vie.
Peu de temps après Josh atterrit en Nouvelle-Zélande avec; pour tout bagage, un sac à dos, un peu d’argent liquide et le prénom de Gemma. Quand il réussit enfin à la retrouver, l’aventure ne fait que commencer. Éprise elle aussi, Gemma l’embarque pour un tour de ce splendide pays. Elle l’initie à la vie, au désir à l’amour, et à toutes les peines de cœur qui vont avec. Parce que, lorsque l’amour vous entraîne, il pourrait bien ne plus jamais vous lâcher, même quand vous savez que vous devez lui dire adieu.
Merci à Hugo New Romance pour cet envoi.
Date de sortie : 7 décembre 2017

Ce roman est dépaysant, cette sensation d’être du voyage de m’a pas quitté pendant ma lecture. Un sac à dos, de bonnes chaussures de marche, un peu d’argent liquide et nous voilà embarqué dans le voyage de leur vie. Je n’ai pas beaucoup voyagé dans ma vie, mais la vision qu’offre cette lecture laisse sans mal mon imagination faire le travail, impossible de ne pas être soufflé par les paysages et l’ambiance qui se dégage de ce roman. Pendant ma lecture, j’ai quitté mon canapé, puis explorer la Nouvelle-Zélande et j’ai apprécié ce sentiment de liberté.

Joshua est à un tournant de sa vie, passionné de graphisme sa vie semble être sur « pause » en attendant de savoir s’il va intégrer une prestigieuse école d’Art. En attendant, il accumule les petits boulots et doit vivre chez sa mère le temps que la situation s’améliore. A vingt ans, il semble insatisfait de son quotidien et tout semble sans couleur, sans saveur. Contraint à cette vie qui ne l’épanouie pas, il va pourtant faire une rencontre décisive. Un soir, il fait la connaissance de la belle Gemma, une Néo-Zélandaise qui passe ses dernières heures à Vancouver. Elle est drôle, passionnée et sa liberté rafraîchissante, seulement à l’issue d’une nuit passionnelle leur chemin se sépare et chacun va tenter de reprendre sa vie, cependant malgré les frontières, impossible pour eux d’oublier l’autre.

Déprimé depuis le départ de sa belle Néo-Zélandaise, Josh va chambouler sa vie et tout quitter pour retrouver une femme dont il ne connaît que le prénom et qui se trouve dans un autre pays. D’abord hésitant sur la manière d’aborder les choses, il va pouvoir compter sur des baroudeurs pour le mener vers le droit chemin de l’amour. Depuis son retour en Nouvelle-Zélande, Gemma a l’impression d’être revenue au point de départ. Ses vieux démons ont refait surface et les raisons qui l’ont poussé à partir, son au final toujours dans sa vie. La jeune femme étouffe et regrette ce sentiment de liberté qui l’accompagnait durant son périple. Elle ne s’attendait pas à tomber sur Josh, ce canadien qu’elle a tant de mal à oublier. Sur un coup de tête, elle l’invite à se joindre à son road trip en van pour découvrir la région avec pour seul objectif de respirer et oublier tout ce qui les ronge.

Cette lecture est à l’image d’un carnet de voyage, au fil des pages nos héros vont nous embarquer au cœur de la Nouvelle-Zélande et sous leur regard de deux artistes, nous allons être émerveillés par les paysages ou tout simplement l’ambiance de voyage. L’attirance est difficile à ignorer et notre couple ne cesse de penser à l’autre, mais rien n’est simple et en dehors de leur cocon la liberté est difficile à atteindre, les obstacles vont se dresser devant eux et les complications vont venir embrumer leur avenir. Malgré les différences de cultures, ils vont apprendre à se découvrir de ce voyage va marquer de manière indélébile la vie de nos deux artistes.

Les descriptions sont l’essence même de ce roman, chaque recoin va être exploré pour donner l’impression à son lecteur qu’il tient le monde au bout des doigts, à travers les yeux de deux jeunes artistes nous allons voir le décor prendre vie et s’animer sous le regard d’un lecteur émerveiller par ce qui l’entoure. Pour certain, la narration pourrait être un peu trop descriptive et pourtant c’est nécessaire pour ancrer l’environnement, les coups de crayon de Josh vont contribuer à chérir ces moments, car ils sont bien souvent source d’émotions.

Josh à l’âme d’un artiste et j’ai été particulièrement touché par sa volonté de s’affranchir de ses craintes. Jusqu’ici il n’avait jamais éprouvé le besoin de parcourir le monde et face à l’amour il va sortir de sa zone de confort et se plonger dans un voyage qu’il n’imaginait jamais faire seul. Malgré un caractère un peu timide, il va rapidement surmonter ses doutes et le voir s’épanouir dans un décor sublime ne fait que renforcer mon attachement pour ce personnage. Du côté du Gemma j’ai parfois eu un peu de mal à la comprendre, même si son histoire est touchante, mais ses décisions sont parfois difficiles à comprendre et la frustration a parfois altéré mon jugement.

En creusant un peu, face à mes interrogations, j’ai eu la surprise de découvrir que ce roman était lié à la série Love, in English pas encore paru à ce jour et ça expliquait pourquoi l’évocation de l’histoire d’un personnage semblait si familière pour l’auteure et de mon côté j’avais l’impression qu’il me manquait des éléments. Du coup, dommage qu’on est pas pu commencer par le début de l’histoire, mais peut-être aurons-nous l’occasion d’un jour la lire.

Les températures s’étant refroidies, il est appréciable de troquer le froid en France contre l’été de Nouvelle-Zélande, au fil des visites c’est avec les yeux pétillants que j’ai voyagé en compagnie de ce groupe atypique et c’est avec une envie de découverte du monde que je referme ce livre. Je n’aurais pas été contre quelques pages supplémentaires pour faire durer l’immersion, mais Karina Halle réussie à offrir une belle conclusion pour nos héros qui auront mérité d’en arriver là et elle transmet son amour pour le voyage.

Wilder | Rebecca Yarros (The Renegates #1)

Je remercie les Éditions Harlequin & Net Galley France

Ce roman me fait de l’œil depuis qu’il a été annoncé chez Harlequin, le résumé laissait présager une histoire avec un thème inédit et le pari est plutôt réussi. On pourrait croire au premier abord que l’histoire va être légère et insouciante, alors qu’en vérité on s’attaque à des émotions profondes et j’ai été touchée par le caractère de nos héros, qui ont une histoire émouvante et un parcours inédit.

L’histoire se déroule dans un cadre assez atypique, en effet Leah accepte de participer à un programme qui propose neuf mois d’études tous frais payés, le tout sur un paquebot sillonnant les océans et offrant des escales de rêves dans des endroits paradisiaques. En contrepartie, elle devra devenir la tutrice d’un étudiant, dont la réussite dépend de son aide. L’épreuve semble à la hauteur de ses compétences et la jeune femme à désespérément besoin d’un projet de cette envergure pour sortir de ce cercle vicieux angoissant dans lequel elle vit. Contre toute attente, le plus difficile ne va pas être de sortir de sa zone de confort, mais bel et bien d’enseigner quelque chose à Paxton Wilder.

Nos deux héros ont vraiment un caractère que tout oppose et les voir se rapprocher est un vrai bonheur, car on voit bien qu’il lutte contre leur instinct et son confronter à des sentiments, qu’ils préfèrent tenir à distance. Paxton Wilder, n’est pas un étudiant comme les autres et ce programme est l’occasion pour lui d’étudier tout en pratiquant sa passion pour les sports extrêmes, pourtant Leah va comprendre rapidement que les études sont secondaires et à son contact, elle va devoir affronter ses peurs.

Même si j’ai passé un bon moment, si on rentre dans les détails, l’originalité du décor n’a pas été totalement exploitée, certes l’auteure utilise à bon escient les escales qui vont marquer ce voyage atypique, mais c’est principalement les activités pratiquées par les Renegade qui sont au centre de l’intrigue. Ils forment une famille et ensemble, ils vont vivre une expérience unique dans des villes paradisiaques. La connexion et l’alchimie entre les héros va être mise régulièrement en avant et j’ai apprécié les voir s’approcher en douceur. Ensemble ils vont repousser leurs limites. Malgré tout, quelques passages manquaient de crédibilité et malgré l’adrénaline présente dans les scènes de cascades, le récit n’était pas toujours réaliste et j’ai eu du mal à totalement vivre l’expérience, car bien que la romance soit mignonne l’intrigue semble tirer par les cheveux et j’ai eu du mal à totalement croire, heureusement j’ai eu le sentiment de voyager.

En bref, si vous aimez les romances qui sortent de l’ordinaire vous serez ravie de découvrir l’histoire de nos deux héros, il est vrai que l’histoire n’est pas des plus crédibles, mais on oublie vite le réaliste lorsqu’on réalise à quel point nos héros sont compatibles. La fluidité du récit a sans doute contribué à accrocher mon intérêt et malgré les critiques que je peux faire, à aucun moment je ne me suis ennuyée et c’est avec plaisir que je découvrirai la suite de cette bande atypique, car au-delà des héros les personnages secondaires sont prometteurs, j’espère simplement que l’auteure aura tirée profit de ses failles.