Finding Cinderella | Colleen Hoover (Hopeless #2.5)

Une nouvelle qui m’a donné le sourire du début à la fin, un vrai plaisir de retrouver la plume de Colleen Hoover même si l’histoire est courte. En terminant cette histoire j’ai la sensation d’être détendue et j’étais loin d’imaginer que Daniel serait un personnage aussi adorable et à la fois charmeur.

Je suis la première surprise mais malgré le format nouvelle, l’intensité des émotions qui se dégagent de cette histoire m’ont mise chaos. Daniel le meilleur ami d’Holder est un personnage qui m’a rendu heureuse, sa simplicité et son dévouement pour ses amis m’avait déjà beaucoup plu, mais c’est définitivement son grand cœur qui aura eu raison de moi. Dans l’obscurité d’un local technique, un ange tombé du ciel arrive directement dans les bras de Daniel, immédiatement l’alchimie est là et malgré le côté anonyme de cette rencontre tous les deux sont conscients de l’impact dans leur vie.

Plusieurs mois plus tard, Daniel a abonné tout espoir de retrouver sa Cendrillon et après des mois à se rabibocher avec sa copine du moment, il jette définitivement l’éponge. Cette rupture va marquer le début d’une nouvelle vie et sa rencontre avec Six la meilleure amie de Sky va complètement bouleverser ce qu’il pensait savoir de l’amour. Pourtant, Holder lui interdit formellement de s’approcher de Six et pour Daniel c’est un défi qu’il est prêt à relever. Débute alors, une romance totalement mignonne et addictive.

J’ai du mal à réaliser qu’en si peu de page, Colleen Hoover arrive encore une fois à me briser le cœur et en même temps me faire sourire tant la romance est adorable et la compatibilité indéniable. Daniel et Six ont un humour similaire et c’est tellement une évidence de les voir ensemble que j’ai savouré chaque scène où ils succombent à leur amour en toute simplicité. J’aurais aimé que l’épilogue aille plus loin, mais j’imagine sans mal le bonheur de nos héros et beaucoup d’amour. C’est touchant, c’est beau, c’est drôle et surtout c’est une histoire comme seule Colleen Hoover sait les écrire avec de la magie.

Retrouvez mon avis sur Hopeless #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Losing Hope #2 ICI

Diabolic | S.J. Kincaid (The Diabolic #1)

Vous avez devant vous ma récente obsession. J’entendais beaucoup parler de ce roman sur les réseaux sociaux, mais à chaque passage en librairie je repoussais ce moment fatidique. Et puis, après une mauvaise journée il fut le meilleur réconfort possible, j’ai fait le choix de garder dans ma pile pour le savourer pleinement lors de mes vacances et je referme ce roman agréablement surprise par cette histoire. Tous les ingrédients sont réunis pour tenir le lecteur en haleine et l’originalité du récit est un point fort.

Némésis est une Diabolic. Une Diabolic n’est pas humain. Beaucoup les qualifient de monstres, car ils ont été programmé pour être fidèle envers une seule personne, leur rôle consiste à protéger leur maître quoi que cela leur en coûte. Il y a huit ans, la famille du Sénateur von Empyreé a fait l’acquisition d’une Diabolic pour assurer la protection de leur fille Sidonia. Némésis a été entraînée, programmée et son amour est dirigé vers sa jeune maîtresse. Aujourd’hui, la relation de domination ne s’exerce pas entre les jeunes femmes et c’est une profonde amitié qui les unit, même si sa nature profonde de combattant est là.

J’ai réellement adoré la direction que prend l’intrigue de ce roman, notamment l’aspect politique qui occupe une place très importante et c’est par ce biais que vont naître des complots, des trahisons et bien évidemment des alliances. Envoyée à la cour pour protéger sa maîtresse Némésis va devoir apprendre à se comporter en dame de la société dans un monde qui n’est pas le sien. Étonnamment la jeune Diabolic va réussir parfaitement à se fondre parmi les autres et contrainte de prendre ses propres décisions, nous allons voir émerger une part d’humanité qu’elle était loin d’imaginer posséder.

Les personnages ont tous une carapace en société et personne n’est à l’abri d’une trahison. C’est d’ailleurs ce qui donne un certain rythme au récit, il est impossible d’anticiper à l’avance ce qui pourrait se produire, car l’auteure à une imagination débordante qui m’a tenu en haleine pendant une bonne partie du roman. Némésis a un comportement qui manque d’empathie et pour cacher sa différence, elle va tenter de se faire oublier aux yeux de la cour, mais cela ne va pas l’empêcher de s’attirer la curiosité, voir la haine. En se cachant derrière une identité, elle va découvrir sa part d’humanité et devenir celle qu’elle aurait dû être. L’action est omniprésente et même si au vu du résumé je supposais que l’héroïne serait davantage un robot, elle est badass et c’est un bonheur de voir qu’elle n’a besoin de personne pour s’en sortir.

On adhère sans mal à l’originalité du récit et rapidement cet univers se construisait dans ma tête. La hiérarchie des familles étaient parfois un peu confuse, mais j’ai rapidement été concentré vers Tyrus. Il occupe une place centrale à l’histoire et la complexité de ce personnage est assez impressionnante. Tel un caméléon il va réussir à jouer un rôle brillant et ça en devient perturbant dans le sens où on en vient à se demander à quel moment il est lui-même. A mesure qu’il laissait transparaitre sa nature, j’étais captivée par son intelligence et c’est tellement perturbant de douter de tout ce qui entoure Némésis, que j’ai douté jusqu’à la dernière ligne. A mon sens, son évolution risque d’être intéressante dans la suite, car c’est un personnage qui ne fait pas les choses à moitié et qui risque de tout faire pour Némésis.

En bref, S.J. Kincaid maîtrise son univers et on voit que le décor est très bien construit. Nos héros sont au cœur d’un complot politique et le suspense n’est pas de tout repos, c’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai plongée dans cette histoire assez étonnante. Némésis est une héroïne attachante que j’ai pris plaisir à suivre, sous l’armure de la combattante se trouve une jeune femme incroyable et ceux qui la craignent sont loin de la réalité. J’ai adoré la voir affronter ses peurs et réaliser qu’elle a autant de valeur que n’importe qui, sa prise conscience m’a beaucoup touché. Le récit se termine d’une manière intéressante et c’est avec plaisir que je vais attendre des nouvelles de publication de la suite et me jeter dessus.

Une braise sous la cendre | Sabaa Tahir (Une braise sous la cendre #1)

Lorsque Une braise sous la cendre est sortie, je ne me suis pas arrêtée plus que ça sur son histoire, étant dans une période où le contemporain l’emporte sur mon envie de dystopie je n’y avait pas vraiment prêté attention. Voyant l’intérêt grandissant pour cette série sur la blogo et l’amour inconditionnel de plusieurs blogueuses, j’avais l’impression de passer à côté d’une histoire incroyable, alors le désir a été plus fort que tout et je me suis lancée. Après lecture je réalise que du côté humain j’avais peut-être trop d’attentes en ce qui concerne la relation, mais ma première impression est plutôt admirative par rapport à l’univers complexe et l’action très bien menée jusqu’à la dernière ligne.

J’avais un peu perdu l’habitude des dystopies, alors assimiler les codes de vie a été un peu difficile, mais une fois plongée au cœur de l’intrigue je me suis laissé guider par des héros charismatiques. A commencer par Laia, au cours des premiers chapitres ont du mal à la voir autrement que comme une petite jeune femme fragile et lorsqu’elle va être confrontée au pire, elle va réagir au mieux alors qu’elle n’était pas du tout préparée. Je suis également très admirative devant l’amour inconditionnel qu’elle porte à son frère, dans chacune de ses décisions transparaissent ses valeurs et sa loyauté envers sa famille.

Elias n’a pas eu la chance de naître dans une famille aimante et son éducation à Blackcliff, aurait pu détruire l’humanité qu’il a au fond de lui. J’ai du mal à imaginer ce qu’il a traversé pourtant, il a réussi à conserver un semblant de valeur et même s’il a du mal à se regarder en face, il n’a rien à voir avec ses camarades qui semblent n’avoir aucune âme. J’ai beaucoup aimé sa manière de regarder le monde et d’ouvrir les yeux face à l’injustice, sans compter ses réactions très touchantes. Ils ne sont pas du même monde, pourtant ils sont tous les deux habiter par une volonté de liberté, alors qu’ils auraient dû garder leur distance, lorsqu’ils sont en contact avec l’autre, quelque chose d’indescriptible se passe.

Malgré le pavé, la fluidité du récit a contribué à me faire lire ce roman en quelques heures. La manière dont Sabaa Tahir a réussi à construire un univers crédible et complexe, donne réflexion à son lecteur. Dans un monde partagé entre les Érudits qui ont perdu tous les droits d’accès à la culture et les Martiaux qui ont pris le contrôle de l’Empire, on se retrouve au cœur de l’action. Fait non négligeable, le récit est en double narration ce qui est vraiment primordial pour comprendre ce qui se passe dans chacun des camps et tenir son lecteur en haleine, créant le besoin de poursuivre la lecture pour vivre pleinement l’expérience.

Mon côté d’incorrigible romantique est un peu frustré, notamment car il n’y a pas assez de moment privilégié avec nos héros. J’aurais aimé les voir davantage en contact, même si c’est incompatible avec leur condition. Les scènes d’action et de stratégie occupent une part importante du récit. Pourtant ce qui m’a réellement agacé, est difficile à expliquer sans trop en dévoiler. Nos héros entretiennent des rapports assez compliqués à expliquer avec des membres de leur entourage et j’en ai fini par ne pas apprécier des personnages prometteurs, car j’avais l’impression qu’il me volait mon début d’histoire.

En bref, vous l’aurez compris c’est plus fort que moi, dès qu’on insère un semblant de triangle amoureux, ça me fait grincer des dents, mais j’attends d’en savoir plus pour me faire une idée de la direction que va prendre l’histoire. Je pense d’ailleurs m’acheter dans la foulée le second opus, car c’est un univers qui me plaît beaucoup et j’ai hâte de retrouver nos héros, ainsi que voir leur évolution qui semble pour le moment très prometteuse à la fin de ce premier tome et bien évidemment le décor toujours aussi captivant.

Je te hais… passionnément | Sara Wolf (Lovely Vicious #1)

J’étais loin d’imaginer que j’aimerais à ce point cette lecture, le début a mis du temps avant de me convaincre et le comportement de l’héroïne était parfois difficile à cerner. Ce qui est intéressant avec cette histoire, c’est que l’intérêt est progressif et l’intrigue monte en intensité. On commence par une histoire toute simple entre adolescents, pour au final rapidement constater que ce qui semblait n’être qu’une banale guerre de lycéens est en réalité beaucoup plus touchante qu’il n’y paraissait et certains moments sont également très touchants et nos héros ont de vraies blessures qui les fragilisent.

Il y a un peu plus de trois ans, Isis Blake a fait la plus grosse erreur de sa vie : elle est tombée amoureuse et ce simple sentiment qui aurait dû la remplir de joie, c’est terminer de façon dramatique. Aujourd’hui la jeune fille tente de se reconstruire dans un nouveau lycée et elle n’a plus rien à voir avec cette jeune fille naïve et mal dans sa peau. Il faut dire que beaucoup de choses ont changé, à commencer par la perte de ses kilos, poussé par une volonté de ne plus jamais être cette fille qui l’a conduite à souffrir.

Alors qu’elle était décidée à rester discrète, la rencontre entre son poing et Jack Hunter ne va pas passer inaperçu. Les choses auraient pu s’arrêter là, mais pour Isis il est inconcevable qu’un mec aussi arrogant et méchant puisse s’en sortir sans prononcer d’excuses. Cet acte va marquer le début de la guerre entre les deux adolescents. Au départ, j’ai eu un peu de mal avec ce concept un peu puéril et le comportement assez froid des deux héros rendaient cette petite guerre un peu mesquine. Pourtant c’est en les voyant s’affronter que j’ai découvert à quel point Isis n’était pas aussi cynique qu’elle le montrait et que malgré la solidité de sa carapace, son passé continue de la hanter et j’ai été soufflée par la douleur qu’elle garde au fond d’elle.

Isis a toutes les qualités d’une héroïne à tomber, certes elle a parfois des réactions un peu contestables, mais j’ai aimé réaliser que je la jugeais avec les mauvaises cartes en main. Ce personnage qu’elle s’est construit est détaché et parfois cruellement honnête, sans jamais entrer dans la méchanceté pure, seulement on ressent qu’elle n’a rien à perdre et assume parfaitement sa franchise, au risque de réaliser un peu tard qu’elle est blessante, entre autres avec Kayla l’une de ses premières amie depuis son arrivée.

Le personnage d’Isis est complexe et son vécue l’a rendu très secrète. En tant que lecteur, nous avons les grandes lignes de son histoire, mais le plus terrible est gardé au fond d’elle et personne n’arrive à rentrer dans son jardin secret, pourtant lorsque la pression se fait trop grande, nous voyons des bribes d’évènements et à de nombreuses reprises, je me suis sentie tellement compatissante avec ses pensées, que j’aurais pu en pleurer pour elle. Je pense que sa guerre avec Jack est une forme de transfert, elle voit en lui celui qui lui a fait du mal et c’est une sorte de revanche, comme si elle faisait un transfert.

Jack lui est beaucoup plus secret et mystérieux, j’ai eu du mal à savoir si je l’appréciais ou non et grâce aux quelques lignes où nous sommes plongées dans ses pensées, j’ai réalisé qu’il était loin d’être une mauvaise personne et son attitude est proche de celle d’Isis. Je pense que c’est leur ressemblance dont ils n’ont pas conscience qui les rapproche, leur petite guerre c’est un lien qui attire l’attention, mais qui les conduits également à éprouver autre chose que de la compétition. Son histoire est également sombre et ce qu’on apprend à créer encore plus l’envie de connaître les détails de ce qui lui est arrivé et pourquoi tout le monde au lycée semble avoir peur de lui et le surnomme le Prince des Glaces comme si il ne ressentait rien.

En bref, ce roman est une très belle surprise qui m’aura permis de réaliser que moi-aussi j’ai des préjugés en tant que lectrice et une fois que l’intrigue est lancée, j’ai eu du mal à m’arrêter c’est probablement pour cette raison que je n’en ai fait qu’une bouchée. A mesure que les véritables émotions font leur apparition, j’ai été scotché par authenticité du récit. Ce premier tome démarre avec une histoire puissante et même si de nombreuses zones d’ombre restent, j’ai été terriblement touchée par notre héroïne qui tente de combattre les démons de son passé et qui en même temps est un soutien sans failles pour sa maman qui vit des instants difficiles. La fin est à la fois clichée et inattendue, mais une chose est sûre elle donne terriblement envie de prolonger l’aventure. Un premier tome qui a tous les ingrédients pour vous plaire.

PS : I Like You | Kasie West

Date de sortie : 8 juin 2017
Merci à mon partenaire Hugo New Way

Il y a un truc que je déteste par dessous-tout, c’est ne pas avoir les mots pour qualifier une excellente lecture. En lisant j’ai eu un coup de coeur pour cette histoire et vous n’imaginez pas à quel point cette lecture m’a fait du bien au moral. Je n’avais aucune attente en démarrant ma lecture, mais j’étais très emballée à l’idée de pouvoir découvrir ce qui me réservait cette histoire et j’étais loin d’imaginer une romance aussi mignonne, l’idée de découvrir l’autre à travers des lettres m’a vraiment beaucoup plu.

Lily est qualifié de bizarre par ses camarades et sa manière de s’isoler à écrire des chansons dans son carnet en font un être un peu singulier. Après s’être fait prendre à prendre des notes sur tout sauf son cours, Lily est contraire de se concentrer sur cet affreux cours de chimie auquel elle ne comprend pas grand-chose. Pourtant, impossible pour la jeune fille d’oublier toutes ses paroles qui lui trottent dans la tête, contrainte de se contenter d’une simple feuille de papier, elle va subitement griffonner les paroles de son groupe du moment sur la table, le lendemain la suite des paroles ont été complété par un inconnu.

Rapidement ils vont passer au mot sur papier et une simple discussion de passionnée, va progressivement devenir beaucoup plus sérieuses. Ils vont peu à peu se révéler des choses importantes dont personne n’est au courant et se laisser guider par l’instant. L’affreux cours de chimie va rapidement devenir le meilleur moment de leur journée et leur rapprochement va être comme une évidence. Bien évidemment lorsque les premiers sentiments vont naître, Lily va commencer à se questionner sur l’identité de celui qui fait battre son cœur à chaque nouvelle lettre. Difficile d’imaginer qu’une simple lettre puisse créer des émotions aussi fortes, lorsque la jeune femme commence à réaliser que la personne qui se cache derrière n’est pas celle à qui elle s’attendait la confusion et la peur d’écouter son cœur vont prendre le dessus.

Bien sure la relation épistolaire qui va naître au fil des pages, va être marquée par des évènements tout aussi intenses. Notamment dans l’évolution du personnage de Lily, cette jeune fille passionnée par la musique et qui laisse son esprit vagabonder en toute occasion. J’ai découvert une jeune héroïne très solitaire et malgré la présence de sa meilleure amie, il est parfois difficile à Lily d’avoir confiance en elle. Il y a une grande différence entre savoir que la jeune fille écrit et connaître ce qui se cache derrière ces textes qui sont le reflet de ses pensées profondes. Sa plus belle chanson, elle va l’écrire grâce à ses discussions avec son correspondant. A travers son histoire elle va écouter son cœur et prendre son envol pour gagner la confiance, dont elle manque terriblement à cause de l’hostilité de certains camarades.

Je mentirais si je disais que je n’avais pas fait mes petits pronostiques sur l’identité de notre mystérieux correspondant et rapidement j’avais ma préférence, mais honnêtement le suspense n’est pas insoutenable. J’ai rapidement eu ma petite idée et j’espérais secrètement ne pas me tromper car ça m’aurait clairement brisé le cœur. Bah oui quoi, c’est adorable de les voir se confier l’un à l’autre et progressivement lorsque des évènements de la vie de Lily vont venir rajouter une petite pincée d’amour, moi je suis qu’une simple lectrice avide de romance et j’attendais simplement de pouvoir couiner tranquillement face à l’inévitable révélation qui n’avait pas d’autres issues pour moi et je n’ai pas été déçue, malgré le doute qui s’insinue.

Je pense que vous l’aurez compris, ce roman est une vraie bouffée d’air frais qu’il est agréable de déguster en plein été. Je ne connaissais pas les références musicales évoquées, mais leurs échanges passionnés m’a donné envie de rentrer dans leur bulle pour appartenir à cette relation. C’est le genre de récit absolument attendrissant et j’ai pris plaisir à voir l’héroïne éclore comme un papillon. Je suis absolument fan de l’histoire et les personnages secondaires sont totalement barrées, ce qui vaut quelques scènes amusantes et par la même occasion un sourire jusqu’aux oreilles. Le genre de roman qui remonte immédiatement le moral et qui saura toucher la corde sensible, tant par la romance que par la mélodie de l’intrigue très touchante.