L’esquisse du Bonheur | Akemi Dawn Bowman

Résumé :

Découvre qui tu es vraiment et le bonheur sera à portée de main.
Kiko Himura ne s’est jamais sentie à sa place. Avec une mère qui la rabaisse tout le temps et son métissage japonais qui la rend différente aux yeux des autres, elle préfère se rendre invisible, certaine qu’une fois qu’elle aura intégré l’école d’art de ses rêves tout s’arrangera. Car Kiko mise tout sur son avenir, l’esquisse d’un bonheur si proche… Pourtant, quand elle croise par hasard Jamie, son amour d’enfance, et que sa mère lui annonce le retour dans leurs vies de la personne qu’elle déteste le plus au monde, c’est son passé qui resurgit…

A force de découvrir de nouvelles histoires, de nouveaux personnages et de nouveaux auteurs, il est difficile de ne pas devenir plus exigeante et mes goûts étant portée sur la romance, les prises de risque sont plus rares. Je n’ai pas eu de coup de cœur depuis très longtemps et pourtant je suis continuellement à la recherche du roman qui va me bouleverser. Ce roman, je l’ai découvert par hasard et bien qu’on ne franchisse pas le coup de cœur, l’histoire a réussi à me donner des frissons tant le thème est touchant et rencontrer l’héroïne m’a bouleversé.

Kiko Himura m’a brisé le cœur. Interagir en société a toujours été affreuse difficile pour la jeune fille, accoutumé aux crises de paniques, Kiko ne s’est jamais vraiment intégré auprès de ses camarades et sa seule source d’interaction sociale, se résume à sa meilleure amie. Les années lycée ne sont pas forcément les meilleurs pour elle, et à la maison la situation est loin d’être idyllique. Kiko subit les propos blessants de sa mère, tant pour ses choix d’avenir, que pour son métissage japonais la rendant différentes aux yeux des autres, provoquant le mal-être de sa fille et le désir d’invisibilité à la maison comme au lycée. Son quotidien va être chamboulé par le retour de Jamie son ami d’enfance, avec qui elle garde les plus beaux souvenirs de son enfance, et qu’elle n’a jamais oublié.

Je pense qu’on peut dire que c’est le genre de récit où on termine avec le cœur en miettes. Dès le premier chapitre on ressent on forme d’oppression, face à la pression constante qu’exerce la mère de Kiko sur sa fille. Sa détresse est bouleversante et cette attitude révoltante, accentuant l’anxiété de la jeune fille et positionnant le lecteur dans un statut de spectateur impuissant. Je n’ai pas de mot face au comportement atroce de cette mère, mais on attend un niveau d’horreur lorsque la personne la plus abjecte possible refait son apparition. Immédiatement des sentiments contradictoires m’ont traversé à la fois de la peine, de la colère et puis le désir de la protéger.

Bien qu’elle reste très méfiante, le retour de Jamie va l’empêcher de se faner. Et la forcer à sortir de sa zone de confort, sa meilleure amie ayant quitter la ville pour commencer les cours, elle va tenter d’appliquer les conseils de cette amie sincère qui lui aura laisser le meilleur conseil qu’on puisse lui apporter. Sortir de sa coquille ne va pas être simple et les rares instants de bonheur ont été vécu comme une victoire pour moi, car face à tant de souffrance on ne peut que vouloir le meilleur pour Kiko. Le chemin vers la guérison va prendre du temps, mais j’ai trouvé qu’elle faisait une belle analyse de sa vie et était consciente de s’être cachée derrière ceux qui ont été sa force. Et la voir devenir l’artiste confiance, belle et insouciante qu’elle devient m’a réchauffé le cœur. Je ne peux que recommander cette fabuleuse histoire et j’espère que vous percevrez les mêmes émotions touchantes.

Publicités

Apollyon | Jennifer L. Armentrout (Covenant #4)

Résumé :

Confrontée à ce qu’elle craignait le plus – s’égarer au moment de l’Éveil et être sous l’emprise de l’Élixir –, Alexandria n’est plus certaine de savoir à qui se fier. Seth lui a promis beaucoup… mais Aiden a toujours été là pour la protéger et la guider, quitte à défier les dieux.
Alors que le chaos règne sur terre, ces derniers ne reculeront d’ailleurs devant rien pour empêcher le Premier d’atteindre sa toute-puissance. Pour cela, il faudrait briser la connexion entre les deux Apollyons, or, la seule personne à même d’intervenir est morte depuis des siècles.
Alex prendra-t-elle le risque de partir à la recherche de cette âme? À moins qu’elle n’empêche Seth d’accomplir son destin… en prenant sa place ?
Ce roman est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’ai dû attendre avant de pouvoir lire cette suite, car la maison d’édition a publié la nouvelle 3.5 après et c’était clairement impensable de lire les tomes dans le désordre. Certes l’histoire n’est pas indispensable, mais ça apporte un supplément et être dans les pensées d’Aiden, c’est tout de même un plus ! Mais revenons à cette suite. Enfin un tome où les personnages ne m’ont pas rendu dingues et où l’intrigue se dévoile aux yeux des lecteurs. Le début m’a paru longtemps par manque de temps et une fois que j’ai réussi à me poser, l’écriture de Jennifer L. Armentrout fait des merveilles et après quatre tomes on découvre nos personnages sous un nouvel angle.

Alexandria a toujours redouté l’Éveil, mais malgré ses peurs elle sait qu’elle peut compter sur Aiden pour la protéger d’elle-même dans cette épreuve. C’est dans le chaos que ces deux-là se sont trouvés et malgré l’égarement d’Alex, ensemble ils vont affronter leurs plus grandes craintes, tout en suivant leur destiné. Entre deux rebondissements, notre couple de héros nous offre une belle complicité, qu’on attendait depuis longtemps et c’est d’autant plus appréciable, que l’intrigue se révèle progressivement et plus ils consolident leurs sentiments, plus les révélations viennent mettre en danger le groupe de survivants, tout en les rapprochant.

J’ai apprécié que l’auteure prenne le temps de poser les bases de l’histoire, tous les événements suivent une chronologie logique. Les personnages sont plus réfléchis et prennent le temps d’analyser l’environnement, Alex prend conscience qu’elle n’est plus une enfant et que ses décisions parfois égoïstes ont un impact sur son entourage. On apprécie sans mal cet aspect plus réfléchi de la jeune femme, ses décisions précédentes ayant eu parfois de funeste retombée, mais son caractère reste explosif et son combat brillamment mené.

Dans cette suite, on constate que la mythologie grecque occupe une place importante, les dieux vont de manière directe ou indirecte prendre part au combat avec chacun leur camp d’un Apollyon. J’ai beaucoup aimé ces évocations à l’Olympe et ça donne l’impression que l’histoire prend un autre tournant, beaucoup plus ciblé sur l’intrigue de base. Et j’aime de plus en plus cette histoire, une fois que l’insupportable triangle amoureux est enfin mis de côté, pour se consacrer à la quête initiale qui devient captivante.

C’est pour moi l’un des meilleurs tomes de la série, j’y ai retrouvé ce qui me manquait jusqu’ici à la fois du côté sentimental qu’au niveau de l’action qui est plus rythmée. Je suis ravie d’avoir poursuivi cette série malgré quelques réticences dans les autres tomes et malgré le fait qu’Alex ne soit pas totalement elle-même, elle va pouvoir compter sur ses proches pour être là pour elle. Je suis curieuse de découvrir la conclusion offerte par Jennifer L. Armentrout pour ses personnages. Un très bon moment de lecture !

Mon avis sur Sang-Mêlé  #1 ICI
Mon avis sur Sang-Pur #2 ICI
Mon avis sur Éveil #3 ICI

Sadie | Courtney Summers

Résumé :

Sadie, 19 ans, s’est volatilisée. Pour West McCray, journaliste à New York, il s’agit d’une banale disparition. Mais quand il découvre que sa petite soeur, Mattie, a été tuée un an auparavant et que sa mère a elle aussi disparu, sa curiosité est éveillée. West se lance alors à la recherche de Sadie et les témoignages qu’il recueille vont alimenter sa série de podcasts…
Sadie, elle, n’a jamais pensé que son histoire deviendrait le sujet d’une chronique à succès. Elle ne désire qu’une chose : trouver l’homme qui a tué sa soeur.
Qui est réellement cet homme ? Comment est-il entré dans la vie de Mattie ? Tandis que Sadie remonte la piste du tueur, West remonte celle de Sadie. Et se dessine, progressivement, la figure d’un homme – d’un monstre ! – qui pourrait bien frapper à nouveau…
West retrouvera-t-il Sadie à temps ?
Je remercie Babelio et les Éditions De La Martinière Jeunesse pour l’envoi de ce roman

J’ai repéré ce roman à l’annonce de sa traduction en France, beaucoup de blogueurs étaient ravis de pouvoir se procurer ce roman qui a reçu de nombreux avis élogieux à sa sortie aux USA. J’ai commencé à faire mes petites recherches et même si le thriller n’est pas mon genre de prédilection, je n’ai rien contre un roman à suspense mené brillamment. Alors bien évidemment en voyant qu’une masse citrique privilégiée était organisée par Babelio, je n’ai pas hésité longtemps avant de tenter ma chance. Je dois dire que cette lecture n’a rien à voir avec les romans que j’ai pu lire, la narration est originale et le suspense grandissant qui m’a captivé.

L’histoire débute par la disparition de Sadie, 19 ans. A première vue, c’est une banale histoire de fugue, et le journaliste West McCray ne s’y serait pas intéressé si on ne l’avait pas poussé à s’intéresser à l’histoire de la jeune fille. Sa grand-mère de cœur est prête à tout pour retrouver sa petite Sadie et en découvrant que Mattie la sœur de la jeune fille a été retrouvé morte il y a plusieurs mois, sa curiosité le pousse à poursuivre ses recherches et ils découvrent rapidement que la mère des deux jeunes filles s’est également volatilisée. Cette enquête menée sous la forme d’un podcast, va captiver les auditeurs et le lecteur qui découvrent de nouveaux éléments grâce à de nombreux témoignages. Sous la forme de plusieurs épisodes, le journaliste va dresser le portrait d’une jeune fille à la vie brisée et les révélations vont changer à jamais la vie de West McCray. Lorsque la vérité éclate, le lecteur est confronté à l’horrible réalité et découvre impuissant le destin auquel est confrontée Sadie.

Sous la forme de chapitres en alternance, nous suivons nos deux narrateurs dans une enquête entre passé et présent. Chacun d’eux vient apporter sa pierre à l’édifice, grâce à des rencontres qui contribuent à apporter des éléments de réponse sur ce qui est à l’origine de la disparition de la jeune fille. Sadie est une héroïne étonnante, qui s’arme de courage pour la mémoire sœur et qui a tout simplement mis sa vie de côté pour la personne qu’elle aimait le plus au monde. Les chapitres qui lui sont consacrés sont bluffants et les découvertes de West McCray m’ont bouleversée, et tous ceux qui ont rencontré Sadie n’en sortiront pas indemnes.

Le format empêche les longueurs et les nombreux entretiens contribuent à maintenir un rythme rapide. Dès les premiers chapitres on se laisse porter par l’histoire et les thèmes aborder en font un roman avec un puissant message. Beaucoup l’ont souligné dans les avis que j’ai pu lire, la fin peut s’avérer surprenante, mais la réalité emprunte souvent des chemins différents, donc ce choix n’est pas forcément incohérent.

Alex, peut-être… | Jenn Bennett

Résumé :

Fan absolue de cinéma, Bailey Ridell a passé son année de lycée à discuter en ligne avec Alex, un geek également passionné des salles obscures. Et peut-être aussi à craquer un peu pour lui… Mais alors qu’elle s’apprête à le rencontrer, elle commence à paniquer. Et si c’était un pervers qui se cachait derrière son écran ? Ou tout simplement une déception dans la vraie vie ? Dans le petit musée local où elle s’est dégoté un boulot pour l’été, elle se rapproche de Porter, un mystérieux surfer un brin impertinent. Mais avant de décider avec qui elle pourrait partager une belle histoire, Bailey veut découvrir qui est Alex. Elle va donc remonter sa piste pour le retrouver. Tandis que la vérité se dévoile, Bailey devra assumer celle qu’elle est vraiment et faire un choix. Alex, peut-être ?
Je remercie les Éditions Hugo New Way pour l’envoi de ce roman.

Lorsque je me suis intéressée à ce roman, c’est principalement parce qu’il est rattaché à la collection New Way et puis il faut dire que la couverture très estivale a terminé de me séduire. La quatrième de couverture paraissait intéressante, mais je ne m’attendais pas à apprécier autant ma lecture et la surprise, ce sont les thèmes abordés beaucoup plus profond que le résumé le laisse paraître. Cette petite étincelle lors de ma lecture c’est tout simplement ce qui manquait aux précédents romans de la collection, ici les émotions sont plus élaborées.

L’histoire débute par une correspondance en ligne entre deux fans absolus de cinéma, de ces discussions un certain attachement va naître, pourtant lorsque Alex sont correspondant passionné lui propose un rendez-vous au festival de cinéma de sa ville, Bailey panique et n’ose pas accepter, la jeune femme va même jusqu’à lui cacher qu’elle vient d’emménager chez son père, habitant la même ville que le jeune homme. Décidé à surmonter ses doutes, Bailey décide de partir à la recherche d’Alex pour anticiper leur rencontre et mettre ses doutes de côté. Dans le petit musée local où elle travaille pour l’été Bailey fait la connaissance de Grace, une figure locale de la petite ville et peu à peu, elle se rapproche de Porter, un surfeur avec qui la tension est à son comble et qu’elle prend plaisir à rendre dingue. Au fil de l’été, la jeune femme va vivre de nouvelles expériences et progressivement se remettre d’une épreuve dont elle n’a jamais parlé à personne et qui a marqué sa vie.

Bailey est une héroïne attachante, elle a cette désinvolture et cette passion lorsqu’elle échange avec Alex, qui la rend insouciante et sa passion pour le cinéma la rempli de bonheur. Ses échanges avec Alex malheureusement bien trop court, sont pleins de mention aux acteurs, au cinéma et au film culte. Cette légèreté, dans la réalité elle ne l’expose pas aussi facilement, car derrière ce côté fermé qu’elle montre aux autres, se cache des blessures importantes qui ont contribué à la rendre méfiante. Ce job d’été que va lui trouver son père, va lui permettre de renoncer à sa solitude et les amis qu’elle va trouver sur place vont l’aider à progressivement s’ouvrir aux autres. Tout d’abord Grace qui va lui permettre de lâcher prise, et puis Porter, qui va la faire sortir de sa coquille dans un premier temps par colère et puis, ensuite par l’humour qu’il renvoie. Ensemble, ils vont se redécouvrir.

On aborde les thèmes de l’adolescence, la famille, les amis et les premiers amours, le tout sur un fond estival. D’autres sujets plus complexes seront abordés avec beaucoup de pudeur, la romance n’est finalement pas centrale à l’histoire. Certes l’amour est au cœur du récit, mais c’est davantage une quête de soi, une manière d’apprivoiser ses démons tout en apprenant à s’ouvrir à quelqu’un. Bailey et Porter m’ont fait traverser plusieurs émotions, du rire, des larmes, et beaucoup d’attendrissement. Un récit a la plume envoûtante qui nous entraîne dans une intrigue touchante. Je vous recommande cette lecture.

Un Palais de Cendres et de Ruines | Sarah J. Maas (A Court of Thorns and Roses #3)

Résumé :

Devenue Grande Dame de la Cour de la Nuit, Feyre a offert son cœur à Rhysand.
Après la trahison de Tamlin, pourtant, la jeune femme n’a eu d’autre choix que de suivre celui-ci à la Cour du Printemps, qu’elle considérait autrefois comme sa maison. Mais Feyre n’a qu’une idée en tête : découvrir ce que manigance Tamlin, qui s’est rangé aux côtés du roi d’Hybern, et rentrer au plus vite à la Cour de la Nuit.
Car la guerre contre Hybern est imminente, et Feyre et Rhysand doivent à tout prix rallier les Grands Seigneurs à leur cause…
Ce roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’ai savouré chaque ligne et malgré une volonté de faire durer le plaisir, il était inconcevable de ne pas dévorer cet ultime tome. Indéniablement la meilleure lecture de Saint-Valentin que j’aurais pu souhaiter et l’un des couples les plus soudés qu’il m’est été donné de rencontrer. Sans oublier la richesse de l’univers qui aura jusqu’à la dernière ligne embarque le lecteur au cœur des combats. Définitivement ma plus belle découverte livresque en fantasy et on ne peut qu’apprécier l’équilibre parfait entre romance et action liée à leur combat.

L’attente c’est l’une des choses les plus frustrantes dans la lecture de série, alors quand la date de sortie est enfin là, on a tous le réflexe d’abandonner toutes activités et se consacrer corps et âme à cette suite tant attendue. Alors bien évidemment, la gestion du temps est comme en mode accéléré et la fin arrive sans crier gare. Dans un premier temps, il y a la joie liée à l’histoire et ensuite une transition proche de la dépression qui fait le vide.

Après l’explosion de bonheur lié aux révélations du tome précédent, ce tome est d’une qualité quasiment égale. Il y a tout d’abord l’évolution de Feyre qui se positionne en tant que Grande Dame de la Cour de la Nuit dans ce tome et malgré son désir de vengeance on observe un réel attachement à son peuple. A l’image de Rhysand elle est prête à tout pour découvrir la vérité quitte à se mettre en danger,  il  faut dire que lorsqu’il s’agit de protéger ceux qu’elle aime, la jeune femme peut se montrer comme une vraie guerrière. Son entraînement aura porté ses fruits puisque en ce temps de guerre, tous les coups sont permis et être son ennemi n’est pas une option.

Elle va également pouvoir compter sur son âme-sœur pour la guider et la rassurer lorsque cela est nécessaire, mais ce tome montre une réelle émancipation de notre héroïne. Certes elle laisse Rhy lui soumettre son expérience, mais à aucun moment il ne l’empêchera d’affirmer celle qu’elle est devenu et avec son soutien, Feyre va également protéger la Cour de la Nuit, ainsi que son peuple de cœur. Bien évidemment sans le soutien de Rhy rien n’aurait été possible, il est la parfaite âme-sœur et son dévouement n’a aucune limite. J’étais séduite dans le premier tome, mon cœur a eu quelques ratés dans le second opus et ce troisième livre révèle un Amour d’une incroyable pureté. Il est l’homme qu’on veut à ses côtés dans chaque instant de sa vie, les joies, les peines et les instants où seul l’autre compte. J’ai souri, été ému, j’ai même eu des palpitations et bien sûr j’ai aimé follement.

L’action n’est pas en reste, ce tome laisse une large place à l’élaboration de tactique et on voit naître une armée. La guerre est au centre de l’intrigue et rallier les Grands Seigneurs va s’avérer être une quête remplie d’embûches. Des alliances surprenantes vont voir le jour, des personnes qu’on croyait être des amis vont devenir des ennemis et le combat va montrer son visage le plus sombre. Malgré quelques scènes où la douceur est de mise, ne vous attendez pas à autre chose qu’un stresse permanent de perdre un membre de la famille. Face au danger, l’auteure joue avec nos nerfs, alternant entre situations périlleuses et moments où l’humour nous met face à cette complicité. Il est rare que les personnages secondaires soient autant mis à l’honneur et ce fût un plaisir.

Si vous ne deviez retenir qu’une seule chose c’est de découvrir cette série fabuleuse. Sans compter que la Maison d’éditions a annoncé sur Instagram la traduction du 4ème opus pour la fin de l’année donc vous n’avez aucune excuse ! Si vous appréciez l’action, la stratégie et les romances avec un book boyfriend, c’est la série à découvrir.

Mon avis sur Un Palais d’Épines et de Roses #1 ICI
Mon avis sur Un Palais de Colère et de Brume #2 ICI