Dark Desire | Penelope Douglas (Devil’s Night #2)

Résumé :
Ce n’était qu’un jeu… Maintenant c’est une traque.

Kai Mori. Beau, riche, talentueux… C’était l’enfant chéri de Thunder Bay jusqu’au jour où il a brutalement tourné le dos à son brillant avenir. Un mystère pour tout le monde, sauf pour moi. La même noirceur coule dans nos veines, la même fascination pour le danger et le secret. Ensemble, nous aurions pu être invincibles, peut-être même heureux. Mais nous n’aurons jamais l’occasion de le découvrir. Car aujourd’hui nous sommes ennemis. Et, si Kai s’imagine pouvoir détruire ce que j’ai de plus cher au monde, je me dresserai sur sa route sans hésiter une seule seconde.

Ce second opus garde son aura sombre et comme le précédent l’univers conserve un côté malsain, qui crée une ambiance pesante, mais bien que les personnages soient toujours aussi torturés l’intrigue est portée par un couple attachant qui va établir les règles d’un jeu dangereux, et va le transformer en jeu de traque.

Kai Mori était l’enfant chéri de Thunder Bay, il était promis à un brillant avenir et la réalité lui a offert un tout autre chemin. Depuis qu’il est libre, le jeune homme peine à remonter la pente, surtout quand il pense à quel point l’honneur est important dans sa famille et conscient de les avoir déçus il n’est plus vraiment le même avec eux. La noirceur coule dans ses veines et bien que le tome précédent ait réussi à débloquer quelque chose en lui, le besoin de retrouver Damon va le conduire à retrouver ses bonnes vieilles habitudes et traquer une proie.

Les cavaliers de l’Apocalypse sont en alerte depuis la trahison de leur ami et l’objectif est de mettre la main sur lui, avant qu’il ne fasse du mal à l’un des membres du groupe. Seulement pour mettre leur plan à excursion ils vont devoir se rapprocher du père de Damon et celui-ci à également ses propres conditions. Seulement quand Kai se retrouve face à Banks, ses propres clauses vont le conduire à inclure la jeune femme dans le contrat et bien qu’elle ne soit pas décidée à se laisser faire, Kai va tout mettre en œuvre pour détruire ses défenses et surtout comprendre pourquoi elle est prête à tout pour protéger tous ceux qui se dresseront sur le chemin de Damon.

Nous avons un couple de héros qui fonctionne un peu sur les mêmes bases que le précédent opus, mais Kai semble beaucoup plus tranquille, ce qui ne l’empêche pas de savoir être menaçant lorsque cela est nécessaire. La particularité de cette série c’est les émotions qu’elle me fait ressentir, difficile d’expliquer sans y être confronté, mais l’univers est sombre et le décor contribue à provoquer un sentiment d’oppression, le danger n’est jamais loin et nos héros ne semblent avoir aucune limite pour obtenir des réponses, quitte à faire du mal.

Banks est un personnage déterminé, son apparence ne va pas manquer d’attirer l’oeil et les questions de Kai. Sans oublier bien-sûr qu’ils ont un passé en commun et ce qu’ils ont vécu est gravé à jamais pour l’un comme pour l’autre. Seulement les années ont passé et la jeune femme fragile a bien grandi, aujourd’hui elle sait tout ce qu’elle doit savoir sur les cavaliers et son instinct de protection va la conduire à se battre pour ce qu’elle croit juste, mais les choses ne vont pas se passer de la manière qu’elle imaginait et les émotions vont s’en mêler.

Une intrigue peut-être un peu moins élaboré, mais un couple qui m’aura totalement convaincue. On se laisse facilement porter par l’histoire et le mystère ne fait qu’attirer la curiosité, impossible d’abandonner nos personnages en si bon chemin. Je suis impatiente de découvrir les histoires des personnages secondaires.

Mon avis sur Dark Romance #1 ICI
Publicités

Le Royaume en danger | Erin Watt (Les Héritiers #5)

Résumé :
Depuis que Hartley Wright a rencontré Easton Royal, sa vie n’est plus la même. Elle se découvre des ennemis à chaque coin de rue. Lorsque se produit l’accident qui lui vole ses souvenirs, elle ne peut plus faire confiance à personne, pas même au garçon aux yeux bleus qui lui promet que tout ira bien.
Parce que, si la mémoire de Hartley est pleine de trous, son instinct lui dit que Easton est dangereux. Elle ne sait pas s’il va la sauver ou la détruire. Le chaos qu’il apporte partout où il va est trop dur à gérer, les sentiments intenses qu’il évoque sont trop confus pour être démêlés. Easton veut qu’elle se souvienne. Hartley pense qu’il vaut mieux oublier. Elle a peut-être raison.
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour cet envoi
Ce roman est le 5ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Les adieux ne sont pas aussi tristes que je l’aurais imaginé en débutant cette série, mais cette conclusion n’est pas désagréable pour autant. La plume de ce duo à quatre mains fait encore une fois des merveilles avec quelques améliorations appréciables depuis que j’avais quitté Easton et Hartley. L’insouciance des présentations à laisser la place à une certaine gravité, sans pour autant oublier l’humour caractéristique de la famille Royal.

Le final du tome précédent vous a probablement laissé quelques séquelles, et ce début ne va rien arranger. L’heure est grave et face à la réalité les obstacles vont s’avérer plus difficiles à surmonter. Les premiers chapitres vont nous mettre face aux conséquences des actes de tous les personnages impliqués dans le final. Les séquelles vont s’avérer être aussi sévères des deux côtés et le trouble va rendre la confiance complexe. Le doute n’aura jamais été autant présent, pourtant parfois il faut apprendre à accorder sa confiance avec le cœur.

Hartley devient plus vulnérable, mais son comportement la rend davantage humaine. On est loin de la jeune fille hargneuse du tome précédent, c’est comme si une seconde chance lui était offerte pour faire les choses différemment et j’ai apprécié la voir recommencer de zéro. Bien qu’elle soit par moments un peu seule, elle va pouvoir compter sur Easton pour la soutenir et même si de son côté il a quelques problèmes, il va se montrer digne de confiance pour être un point d’ancrage indispensable pour la jeune femme.

Après on met un peu trop vite de côté les problèmes d’Easton qui se reprend en main sans réelle difficulté. Pour le coup, j’ai eu du mal à croire que ses addictions puissent être balayées aussi facilement, mais son côté gentleman est appréciable. Le couple va se heurter à une situation complexe après les évènements du tome précédent et bizarrement le réconfort qu’ils éprouvent ensemble va convaincre une bonne partie de la famille, mais j’ai trouvé ça un peu trop bisounours que tout le monde accepte si facilement la situation, mais bon ça reste mignon.

Déception concernant l’absence des personnages secondaires, qu’est-ce que les interactions entre la fratrie Royal m’ont manqué. Pas assez de scène où on retrouve les frères dans le meilleur de leur forme. Bien évidemment l’absence de Reed se fait ressentir, tant pour le lecteur que pour Ella, qui passe pas mal de temps seule et qui doit s’occuper de ses frères comme une maman. Même constat du côté de Callum qui s’absente encore une fois pendant une bonne partie du roman et qui laisse ses fils au pire moment. Ce qui rend l’histoire incohérente sur certains aspects et au final j’ai trouvé que l’histoire tirait se force grâce à la consolidation de la romance.

L’intrigue retrouve un second souffle dans la deuxième partie du roman, on s’intéresse aux mystères évoqués dans le précédent opus et les premières révélations vont être intéressantes. On découvre des éléments assez prévisibles, mais qui n’empêchent pas d’être sous pression. On met rapidement fin aux agissements, mais je n’ai pas choisi cette histoire pour son développement policier. La romance vacille entre des moments terribles, des révélations difficiles, des sentiments naissants et une confiance retrouvée. J’ai trouvé, l’histoire plaisante et la fluidité du récit vous fera passer un très bon moment et la famille Royal à la séduction dans le sang.

Mon avis sur La Princesse de Papier #1 ICI
Mon avis sur Le Prince Brisé #2 ICI
Mon avis sur La Prison dorée #3 ICI
Mon avis sur Le Prince Déchu #4 ICI

Sweet heart | K. Bromberg

Résumé :
Tout a commencé par une invitation. Au mariage de mon ex-fiancé. J’aurais dû l’ignorer. La mettre à la poubelle. La brûler. Mais je ne l’ai pas fait. Je viendrais accompagnée. Et mon assistante a accidentellement envoyé ma réponse.
C’est là qu’entre en scène Hayes Whitley. Mégastar de cinéma. L’homme qui a ravi le coeur de millions de fans. Mais moi, je lui avais donné le mien neuf ans auparavant. C’était mon premier amour. Il était mon tout. Jusqu’au moment où il a pris la tangente pour poursuivre ses rêves sans le moindre au revoir.
Lorsqu’il s’est pointé, sortant de nulle part, dix ans plus tard, j’aurais mieux fait de garder mes distances. J’aurais dû rejeter sa proposition de m’accompagner au mariage de mon ex. Je n’aurais jamais dû le laisser m’embrasser. Mais je ne l’ai pas fait. Et maintenant, nous nous retrouvons à nous demander si les morceaux de la vie que nous avons partagée autrefois s’emboîteraient toujours d’une façon ou d’une autre.
Un premier amour, ça ne s’oublie pas facilement. La question est de savoir si nous préférons oublier ou si nous prenons du le risque de voir ce qui va se passer ?
Je remercie Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

Il y a trois ans, j’ai eu un coup de foudre pour la série Driven. Après avoir vécu chaque tome avec intensité, rencontré des personnages tous plus attachants les uns que les autres, cette série n’a jamais vraiment réussi à quitter mon esprit et à l’annonce du casting de Driven le film, le timing n’aurait pas pu être meilleur pour renouer avec la plume de K. Bromberg. Ces retrouvailles j’y pense depuis que j’ai reposé l’ultime tome de la série, ce désir de retrouver une auteure que j’apprécie ne m’a jamais quitté. Sweet Heart a beau être une nouvelle histoire, tous les ingrédients sont réunis pour procurer un sentiment de bonheur dès les premières pages.

Le point de départ de cette histoire se résume à une simple invitation. Seulement peu de personnes peuvent se vanter d’avoir reçu une invitation au mariage de son ex-fiancé. Plusieurs émotions peuvent traverser l’esprit, dans un premier temps l’égo en prend un coup et ce qui paraît normal c’est la colère, car personne n’a envie d’assister à ce qui aurait pu être son mariage. Sur un coup de tête Saylor complète son carton avec pourtant aucune intention de s’y rendre, bien évidemment il est impératif de cocher la case accompagnée pour sauver les apparences et ce même si personne ne peut y prétendre. La situation va virer à la panique lorsque son assistante a accidentellement renvoyé sa réponse. Décidée à ne pas s’y rendre, la jeune femme va néanmoins y voir une opportunité professionnelle, permettant ainsi à sa boutique de cupcake de décoller et il est humain de souhaiter sauver les apparences avec un homme plus beau, plus riche et qui suscite des jalousies.

Cet homme idéal c’est Hayes Whitley un acteur célèbre, qui a su rallier des millions de fans. Le problème, c’est que c’est également l’homme qui a brisé le cœur de Saylor dix ans plus tôt. Un premier amour ça ne s’oublie pas, d’autant plus quand celui qui était son monde s’est enfui sans aucune explication pour vivre de sa passion, sans un regard en arrière. Hormis ses qualités physiques notre héros partait avec un sérieux handicap, car sa fuite c’est un élément qui fait qu’on lui en veut. Alors son retour pour sauver la mise de Saylor, ça provoque immédiatement des warning de mise en garde. Dans un décor paradisiaque, notre héros va raviver des souvenirs et laisser entendre que le temps d’un week-end, le pardon est de rigueur et une seconde chance est possible.

Saylor est dans une position compliquée, sa rupture avec son ex-fiancé à laissé des séquelles dans sa jeune entreprise et les chiffres peine à décoller. Bien qu’elle n’est besoin de personne pour s’en sortir, ce mariage c’est l’occasion de montrer qu’elle n’est pas affecté par cette solitude forcée et pour la jeune femme il est très important de montrer qu’elle est parfaitement heureuse dans ses choix. Le bonus pas forcément au programme c’est Hayes et même si elle n’avait pas l’intention d’accepter sa proposition, il n’y a pas meilleur revanche. Saylor est rafraîchissante, j’ai découvert une jeune femme qui s’évade complètement lorsqu’elle s’occupe de sa pâtisserie, plus rien n’existe que cette passion qui la rend vivante et même si son frère juge les résultats décevants, c’est le rêve de sa vie. Alors si assister au mariage de son ex-fiancé peut lui permettre de prolonger son rêve, Saylor est prête à mettre sa fierté de côté et se rendre accompagné de son amour d’enfance au mariage de son ex.

Hayes est la meilleure personne susceptible de comprendre cette passion qui habite Saylor, il y a dix ans il a pris ce qu’il semblait être la meilleure décision pour pouvoir vivre son rêve hollywoodien et bien qu’il est continué sa vie, la simple mention de Saylor le replonge dans son adolescence. Lorsqu’il apprend qu’il peut aider celle qu’il a laissée derrière lui, il n’hésite pas et c’est principalement ces décisions sincères qui ont rendu le pardon facile. Il est tellement simple de les regarder retomber amoureux, malgré quelques résistances Hayes va briser les barrières et aider Saylor à se reconstruire. Le potentiel de cet homme est indéfinissable, mais ses actions vont vous faire succomber. Tant de mignonnerie ce n’est pas permis, sexy, drôle et romantique, que demander de plus ?

En bref, Sweet heart est une douceur à mettre entre toutes les mains. N’étant pas toujours une grande fan des histoires de seconde chance, j’ai été conquise du début à la fin. J’ai apprécié suivre un couple de héros qui se redécouvre après plusieurs années, laissant l’impression de ne s’être jamais quitté. De nombreuses scènes m’ont ravie tant le romantisme est adorable et personnellement, c’est le genre d’acte qui a raison de moi. Une romance drôle, authentique et qui ravira vos cœurs, ce fut un plaisir de retrouver la plume de K. Bromberg.

Beat | Vi Keeland (Life on Stage #2)

Résumé :
Il a le corps d’un homme et sourire d’un adolescent. Il chante comme un ange et fait l’amour comme un diable. Dylan est le chanteur star d’un groupe de rock, le fantasme de toutes les jeunes filles. Pour Lucky, rouquine de 25 ans, le fantasme est devenu réalité : depuis plusieurs mois, elle sort avec Dylan. Elle en avait rêvé et elle est très heureuse avec lui. Jusqu’au jour où dans un café, elle rencontre un autre homme, Flynn, un rockeur pur jus, beau à se damner. L’attraction est irrésistible et réciproque. Mais la jeune femme freine des quatre fers, refusant de trahir son petit ami. Pourtant, lorsque Flynn est engagé pour la première partie des concerts de Dylan, elle a bien du mal à l’éviter pendant la tournée…
Aimer deux hommes, c’est possible. Jusqu’à un certain point…

Je n’ai pas acheté ce roman pour son résumé, qui m’a fait terriblement grincer des dents, mais parce qu’il est signé Vi Keeland et jusqu’ici elle ne m’a jamais déçue, on aurait pu frôler la catastrophe avec ce roman qui pourrait ne pas être apprécié par tout le monde, mais de mon côté le duo fonctionne plutôt bien et la romance m’a vraiment transporté malgré un détail de taille, qui a quelques nuances pas forcément décelables dans le résumé.

Lucky est une jeune femme qui a toujours fréquenté le milieu musical, fille de deux célèbres musiciens, elle est de son côté musicienne dans l’âme et tient un bar à rockeur qui tient sa célébrité des nombreux passages de musicien. Plutôt heureuse de sa vie, elle peut se féliciter d’être en couple avec Dylan le chanteur star d’un groupe de rock et accessoirement son fantasme d’adolescente. Aujourd’hui elle est à un tournant de sa vie et la reprise en main va nécessiter quelques étapes pour être enfin celle qu’elle a toujours rêvée d’être. Son plan va être chamboulé par sa rencontre avec Flynn, l’attirance et l’alchimie est immédiate, mais elle ne conçoit pas de se séparer de Dylan qui l’a toujours rendue heureuse. Pourtant le destin a un sens de l’humour particulier puisque celui qui lui donne des envies de pécheresse, n’est autre que le chanteur du groupe qui fera la première partie des concerts de la tournée de son petit ami, ce qui va créer des problèmes et en même temps un lien indestructible.

Lucky est un personnage particulièrement attachant malgré la situation, on a du mal à lui en vouloir car elle n’a pas cherché à se retrouver entre deux hommes et sa relation est loin d’être idyllique même s’il elle ne le réalise pas vraiment, après le contexte est assez dérangeant, c’est très personnel mais j’ai du mal avec la tromperie, mais je conçois qu’on puisse être en couple et tout simplement arrêter d’aimer l’autre, le problème récurrent dans ce type d’histoire, c’est que le personnage ne sait pas faire de choix et Dieu sait qu’il est difficile de prendre une décision qui va avoir un impact sur le long terme, mais à un moment il faut savoir regarder la réalité en face et prendre une décision. Son histoire personnelle a contribué à rendre son parcours émouvant et bien que son combat ne soit pas totalement exploité, j’ai apprécié la voir se faire violence pour vivre son rêve.

Flynn m’avait déjà totalement séduite dans Pulsation, mais il est au summum de son charme ici. Bien qu’il n’est pas choisi de se retrouver dans cette situation, il va se battre pour ce qu’il pense être bon pour lui et quand on compare les deux hommes, on a du mal à totalement lui en vouloir de souhaiter le meilleur pour Lucky, car en toute objectivité il est absolument fabuleux. Nous avons un musicien au sourire ravageur, passionné par son art et qui touche enfin le but ultime, loin d’être un coureur du jupon il est réfléchi et lorsqu’il a une femme dans le collimateur il va redoubler d’humour, de charme et la magie opère sans qu’on se pose de questions. Après certes, la relation clandestine n’est pas l’idéal, mais ses réactions sont humaines et il est l’homme de la situation.

Vi Keeland nous offre une histoire pleine d’humour, c’est rafraîchissant et encore une fois la plume de l’auteure fait des merveilles. Malgré vos réticences à la lecture du résumé, c’est un roman que je vous recommande et même si le sujet pourrait heurter certains d’entre-vous, la lecture est tellement fluide qu’on finit par accepter l’inacceptable, juste pour voir l’Amour triompher. Une lecture très plaisante.

Mon avis sur Pulsation #1 ICI

Le Prince Déchu | Erin Watt (Les Héritiers #4)

Résumé :
Easton Royal a tout pour lui : la beauté physique, l’argent, l’intelligence. Son but dans la vie, c’est de s’amuser autant que possible. Il ne pense jamais aux conséquences de ses actes.
Mais quand Hartley Wright fait son apparition, elle bouscule la vie tranquille d’Easton. Malgré le fait qu’elle soit très attirée par Easton, elle est celle qui lui dira non. Easton ne la comprend pas et, forcément, il n’en est que plus attiré.
Hartley veut qu’il grandisse et, en attendant elle ne veut pas de lui.
Elle a probablement raison. Rivalité. Règles. Regrets. Pour la première fois dans la vie d’Easton, être un Royal ne suffit pas. Il est sur le point d’apprendre que plus on part de haut, plus dur est la chute.
Merci Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

Une lecture toujours aussi fluide, les pages se tournent réelle difficulté et même si j’aurais apprécié une intrigue un peu moins classique, l’histoire à de bons côtés. Depuis ma découverte de cette série et mon presque coup de cœur pour le premier opus, j’espère toujours éprouver cette petite étincelle qui s’éteint progressivement. Easton est un personnage intrigant qui m’avait tapé dans l’oeil dans les précédents tomes et même si, j’avais moins d’attente pour ce tome, il demeure une petite part de déception, car l’intrigue peine à décoller.

Easton Royal est un aimant à conquête, il est beau, riche et intelligent, pourtant il n’a aucune réelle motivation dans la vie et il prend tout à la rigolade. Son seul mantra c’est profiter et s’amuser, sans jamais penser aux conséquences de ses actes. Alors qu’il commet une énième erreur sans se préoccuper de ce que cela peut entraîner, son chemin croise Hartley Wright, qui ne cache pas son mépris et son désintérêt pour le jeune homme, pourtant conscient qu’elle n’est pas indifférente à son charme, la jeune femme souhaite simplement que sa vie reste sur les rails et Easton est la représentation même des ennuis. Confronté pour la première fois à un refus, le jeune homme va mener une campagne de séduction, car il veut comprendre ce refus et y remédier.

Après le ténébreux Reed Royal, on change de registre, même si le côté homme torturé est encore une fois valable. J’ai été frappé par la différence de caractère, Easton est un personnage qui m’a frappé par son immaturité. Étant dans une spirale d’auto-destruction, le jeune homme va prendre une série de mauvaises décisions et bien évidemment, tout acte à des conséquences, sauf que bien souvent les dégâts ne le concernant pas seulement, il entraîne régulièrement les autres dans ses ennuis et sa rencontre avec Hartley va avoir le mérite de le pousser à se remettre en questions, même si il a de gros problèmes qui ne vont pas se résoudre aussi facilement. J’étais très emballée par son histoire et même s’il a un bon fond, il ce côté égoïste qui le rend parfois difficile à supporter.

Du côté de Hartley, il y a cette opposition entre le côté fragile et cette combativité qui la pousse à tenir Easton à distance. Même si on ne comprend pas toujours ses réactions, elle instaure des règles qui vont apprendre à cadrer Easton et bien que la romance n’en soit qu’à ses prémices, la relation qui se tisse entre nos héros à quelques aspects touchants qui n’ont malheureusement pas été poussé. La jeune femme a ses propres problèmes et rapidement le mystère qui entoure ses réactions va s’épaissir, car les premiers indices sont difficiles à assembler. Ses réactions sont parfois un peu disproportionné, mais j’ai apprécié son combat personnel.

Encore une fois la fin garde son lectorat prisonnier avec des questions plein la tête. J’ai retrouvé des similitudes avec les précédents tomes, ils sont construits sur la même base et même si, j’ai eu plus de mal à m’attacher aux personnes Easton est un personnage qui a montré qu’il avait des problèmes et on s’inquiète facilement pour lui lorsque la situation se complique. J’espère simplement, que la suite va être un peu plus entraînante, car l’histoire a eu plus de mal à prendre et au vu des évènements énoncés à la fin, cette suite pourrait être surprenante. Une lecture agréable qui malgré quelques défauts, réussie à susciter l’envie de lire le final.

Mon avis sur La Princesse de Papier #1 ICI
Mon avis sur Le Prince Brisé #2 ICI
Mon avis sur La Prison Dorée #3 ICI