Broken | Scarlett Cole (Strong #2)

Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Agréablement surprise par ce tome que j’ai commencé par défaut pour me tenir à jour dans cette série et qui au final est plus sympathique que je m’y attendais, il faut dire qu’un autre personnage secondaire m’a tapé dans l’oeil, alors devoir attendre avant de pouvoir enfin lire cette histoire c’est un peu frustrant. Ce tome conserve comme le précédant une grande part de romance avec une petite enquête qui ajoute un peu de danger à l’intrigue, mais qui n’était pas aussi prenante, globalement l’histoire se lit vite , mais l’univers du tatouage est moins au centre de l’histoire et ça m’a grandement manqué, surtout quand on considère que Cujo est passionné par son art et qu’au final on le voit à peine dans son élément.

Lorsque Drea et Cujo se sont rencontré, l’entente était loin d’être cordiale et à travers les yeux d’autres personnages, j’étais consciente qu’il allait falloir un miracle pour les rapprocher. Contre toute attente, Drea est un personnage plus sympathique que je me l’étais imaginé et sa vie est loin d’être simple, même si ses amis connaissent les grandes lignes de son histoire, elle a tendance à cacher l’ampleur de la situation. Alors lorsque Trent et Harper la désignent avec Cujo co-organisatrice de leur soirée de fiançailles, ils vont devoir trouver un terrain d’entente et se découvrir des affinités qu’ils n’imaginaient pas. Ce qui va réellement les rapprocher c’est un kidnapping dont va être témoin Drea, car sans le soutien d’Harper elle va devoir affronter le danger avec celui dont elle n’imaginait pas un jour succomber au charme : Cujo.

Drea est une héroïne attachante, depuis plusieurs années elle s’occupe de sa mère qui a des problèmes de santé et la situation ne cesse de s’aggraver, plongeant la jeune femme dans de graves problèmes financiers. Aujourd’hui elle est épuisée et bien qu’elle fasse des heures supplémentaires, la situation ne s’améliore pas. Je n’imaginais pas qu’elle est une opinion aussi négative d’elle-même et la voir avoir du mal accepter d’être sans diplôme est touchant, lorsqu’elle va rencontrer Cujo elle va bien sentir qu’elle éprouve des sentiments contradictoires, mais l’un comme l’autre savent que ce n’est pas le bon moment pour être avec quelqu’un. Ce qui n’empêche pas l’artiste de flirter et avec son humeur c’est l’un de ses traits de caractère les plus marquants, mais derrière sa désinvolture se cachent des secrets inattendus et bouleversants. L’auteure n’y a malheureusement pas consacré autant de temps que je l’aurais souhaité, c’est un aspect très émouvant de l’histoire et on reste en surface. Un peu comme l’enquête policière qui sert de prétexte, mais qui n’est pas totalement exploitée pour être totalement convainquant.

En bref, un tome un peu en dessous qui a malgré tout des personnages intéressants et une romance plutôt mignonne. J’ai bien aimé les voir se tourner autour et découvrir ce qui les empêchaient d’être ensemble. Je suis un peu plus déçue de l’évolution de l’intrigue, l’enquête est un peu bâclé, le dénouement prévisible et beaucoup trop rapide ! Sans compter que l’essence même du studio de tatouage m’a énormément manquée dans ce second opus et j’aurais bien aimé qu’on s’y intéresse un peu plus, certes Cujo est un personnage atypique, mais sa différence n’est pas assez creusée ce qui en fait un personnage mignon, mais pas unique. Néanmoins c’est une série que j’apprécie donc j’achèterai avec plaisir les autres tomes. J’ai beaucoup d’attente pour ce prochain tome, donc espérons qu’il sera à la hauteur.

Retrouvez mon avis sur Strong #1 ICI
Publicités

Scotland Street | Samantha Young (Dublin Street #5)

Je viens de le terminer et même si j’ai adoré retrouver l’ambiance, je reste un peu déçue par ce tome qui a mon sens n’est pas le meilleur de cette fabuleuse série. Je ne remets pas en cause le couple, leur attirance est indéniable et les voir s’approcher à leur manière est un délice. Tout comme la plume de l’auteur, toujours aussi envoûtante. Ce qui m’a posé problème c’est le fond de l’histoire, lorsque j’ai commencé j’avais l’impression de replonger dans l’histoire du premier opus et du coup ça m’a perturbé car j’étais habituée à plonger dans des histoires inédites. A côté de ça, quelques scènes m’ont fait lever les yeux au ciel, mais mon amour pour cette série efface toutes les émotions contradictoires.

Dans ce tome nous retrouvons Cole Walker qui a bien grandi, c’est avec une pointe de nostalgie que je réalise que nous l’avions découvert à son adolescence dans une situation difficile pour un jeune homme renfermé. Aujourd’hui c’est un homme qui a bien grandi et l’adolescent timide à laisser la place à un bel homme qui a été à bonne école avec les séducteurs de son entourage. Pourtant lorsque Shannon MacLeod le rencontre, elle a pour objectif de rester le plus éloigné possible de cet homme qui l’attire et qui correspond aux types d’hommes qu’elle doit éviter pour ne pas s’enticher à nouveau d’un bad boy.

Bien que le passé de l’héroïne soit typiquement le genre d’histoire qui m’attire, je n’ai pas tout de suite éprouvé de la sympathie pour Shannon, il est vrai que sa manière de juger Cole avec de simples suppositions sur son physique m’a passablement énervé, il y a mieux comme entrée en matière et sa manière de le rembarrer m’avait laissé un goût amer. En la voyant évoluer au contact de la bande d’amis du studio de tatouage, j’ai pris conscience qu’elle avait simplement besoin d’être soutenue et j’ai été ravie de la voir réaliser qu’elle s’était trompée sur toute la ligne. Son évolution est belle à découvrir et j’ai fini par m’attacher à cette jeune femme au passé difficile, et la voir interagir avec mes personnages chouchous est touchant.

Pour le coup, Cole est devenu un homme terriblement séduisant et plonger dans un studio de tatouage en compagnie d’un artiste, qui a lui-même un corps orné de tatouage, correspond parfaitement au genre de héros qui m’attire en ce moment. J’étais loin d’imaginer que l’adolescent refermé deviendrait cet homme plein de malice et attentif. J’ai été enchanté de le voir tout simplement succomber à ses émotions et un peu étonnée de voir l’une de ses réactions assez inhabituelles compte tenu de la situation. Je préfère oublier la pointe de déception qui m’a traversé car au final, c’est simplement un accident de parcours qui ne mérite pas de s’y attarder. Je préfère me souvenir des frissons qui m’ont parcouru lorsque Cole est en mode flirt.

En bref, un tome un peu en dessous des précédents qui est par moments trop prévisible, pourtant on se laisse facilement emporter par le récit et les palpitations caractéristiques à cette série ne m’ont pas quitté pendant ma lecture. Mon sentiment sur l’histoire des héros, n’est qu’une simple comparaison de lectrice, qui avait été habituée à être surprise, or ici la magie n’a que partiellement opéré. Ce sont des choses qui arrivent et ça n’enlève en rien mon plaisir de découvrir chaque tome paru dans cette saga. J’ai du mal à me dire qu’il ne reste plus qu’un seul tome avant de dire adieu à tant d’émotions avec nos héros.

Strong | Scarlett Cole (Sous ta peau #1)

Très belle surprise avec cette lecture, certes la romance n’a rien d’originale et le récit conserve une certaine part de prévisibilité, pourtant de mon côté l’intrigue fonctionne parfaitement. Pour tout vous dire, après plusieurs déceptions chez cette maison d’édition j’avais décidé de ne plus me précipiter lors de la sortie et de laisser le temps aux premiers d’avis d’émerger. Il se trouve que j’ai eu la chance de me rendre au Festival du Roman Féminin où il m’a été généreusement offert avec plein de jolis goodies de Scarlett Cole donc je n’ai pas hésité longtemps et lorsque je me suis enfin lancée, l’alchimie était au rendez-vous.

Harper Connelly est une survivante, pourtant une part d’elle-même n’oubliera jamais la souffrance à laquelle a été confrontée et les cicatrices dans son dos sont un rappel constant de cette période. Depuis quelques années, elle envisage de les enfouir sous un tatouage, mais son salaire de serveuse ne lui permet pas de franchir le cap. C’est sur un coup de tête qu’elle va franchir la porte du studio Second Circle et s’adresser au meilleur tatoueur de la ville, encore faut-il qu’il soit capable de recouvrir l’horreur.

En découvrant l’histoire j’ai été un peu troublée, car l’histoire me faisait penser à un roman que j’avais déjà lu et j’ai réussi à passer outre les similitudes pour me laisser convaincre par cette histoire touchante. Lorsqu’il rencontre Harper pour la première fois, Trent ne s’attendait pas à être autant bouleversé et face aux peurs de la jeune femme, il va tomber sous le charme de sa douceur. Constatant l’étendue des cicatrices tant physiquement que mentalement, Trent va tout faire pour être sa bouée de sauvetage tout en l’aidant à s’affranchir de ses peurs. L’attirance entre eux est une évidence, mais il va falloir beaucoup de patience et de confiance pour voir enfin ce couple réunit. Le chemin va être long, avant le bonheur.

Harper est une héroïne qui a toutes les qualités que j’aime retrouver chez un personnage abîmé par la vie. D’un côté, elle doit apprendre à vivre avec son passé cauchemardesque et conserve une certaine vulnérabilité. Et d’un autre côté, on découvre que grâce à sa rencontre avec un homme étonnant, elle va se laisser guider par son instinct en qui elle n’avait pas conscience. Elle dégage une certaine force dont elle n’est même pas consciente et son combat pour s’en sortir va être difficile, mais grâce à cette nouvelle relation elle va remettre en question son mode de vie et s’ouvrir un peu plus. Il est très intéressant de voir à quel point son évolution est impressionnante et j’ai été fière d’assister à la cicatrisation de ses blessures. Pourtant l’ombre de son ex-petit ami plane au dessus d’elle et il est difficile de passer à autre chose, lorsque le passé vient se confronter au présent et que le doute et la peur s’insinuent.

Les tatoueurs ont définitivement un petit quelque chose qui a le don de me faire craquer, dans la vie je ne suis pas particulièrement fan de l’art corporel, mais en littérature je succombe à chaque fois. Trent est un personnage très intense, qui a été blessé par une précédente relation. Il est particulièrement touchant de constater que les doutes peuvent être également masculins, pourtant une chose est sur pour le jeune homme, il y a quelque chose dans le regard de Harper qui le captive et lorsqu’il va découvrir les cicatrices qui marquent son dos, il va redécouvrir la jeune femme sous un nouveau jour et même si, il ne le comprend pas lui-même il veut être celui qui va faire disparaître cet évènement de son dos en lui proposant sa plus belle création. Sans compter que plus les séances passent et plus ils ressentent une connexion, Trent va tout donner pour l’aider à abaisser ses barrières et leurs sentiments sont comme une évidence.

En bref, une histoire arrive à mêler des émotions contradictoires notamment concernant le passé de Harper qui m’a totalement révulsé, mais en même temps c’est le genre d’histoire qui a le don de particulièrement me toucher, notamment quand l’intrigue est en rapport avec un ex-petit ami psychopathe. Alors, même si le couple met du temps avant de se rapprocher, la phase de flirt fait partie de ce que je préfère dans la naissance d’une romance donc j’ai savouré chaque réplique et je peux vous dire que c’est un régal. J’ai retiré une étoile, car malgré l’histoire entraînante, j’aurais préféré une narration à la première personne pour ressentir des émotions encore plus fortes. Je suis à la fois satisfaite et un peu déçue de la chute de l’intrigue, notamment car tout va trop vite et ça aurait mérité qu’on s’y intéresse plus longuement, mais en même temps fière qu’elle en soit arrivée là. Dans tous les cas, un premier tome qui m’a agréablement surprise et même si la notation du second opus est un peu en dessous, je lirais la suite avec plaisir afin de pouvoir arriver plus rapidement au tome 3 et retrouver le reste de la bande.

Rowdy | Jay Crownover (Marked Men #5)

C’est toujours un vrai bonheur d’attendre le prochain tome d’une série chouchou. Je remercie énormément les adorables attachées presses de chez Hugo Roman, car Marked Men fait partie de ces sagas qui auront marqué ma vie de lectrice. Je me rends compte, que j’ai énormément de chose à dire, alors que Rowdy est jusqu’ici resté très en retrait dans les autres tomes. Ce qui est intéressant avec ce tome, c’est que Jay Crownover a réussi à me rendre curieuse d’un personnage qui était tellement discret, que j’étais à la fois impatience et soucieuse de découvrir ce que l’histoire allait me réserver.

A l’image des tomes précédents, l’enfance de Rowdy s’est passé dans l’indifférence la plus totale jusqu’à ses dix ans. Alors qu’il était un petit garçon triste et seul, ses deux voisines vont lui offrir la chance de s’épanouir comme tous les petits garçons et cette rencontre va être déterminante dans sa vie. Rapidement il tombe sous le charme de Poppy la plus jeune et se lie d’une amitié intense avec Salem la plus grande. Alors que leur situation n’est pas enviable l’un à l’autre, il développe un fort lien qui va les amener à se confier pendant les moments difficiles, comme s’ils s’étaient toujours connu.

Ce lien va se briser quand Salem abandonne sans une explication sa vie au Texas, laissant Rowdy seul. Désireux de s’en sortir, il décide de montrer à Poppy qu’elle n’est pas obligée d’écouter son père en étant une petite fille modèle, mais la situation va dégénérer et le jeune homme va à son tour tout quitter pour se consacrer à sa passion pour le dessin et faire une rencontre déterminante avec Phil Donovan.

Aujourd’hui le petit garçon a bien grandi, et il peut se féliciter d’être devenu un homme intègre, qui peut enfin laisser libre cours à son don pour le dessin. A l’image de ses frères de cœur, le jeune homme n’hésite pas à user de ses charmes et ne se gêne pas pour obtenir ce qu’il désire avec la plus grande facilité. Désormais heureux et casé, le petit groupe va pourtant se faire du souci pour leur ami, qui semble avoir du mal à se poser avec une femme. Quand son passé va franchir la porte du salon de tatouage, il va prendre une claque mémorable et tenter de rester éloigner de celle qu’il n’a jamais pardonnée de l’avoir quitté.

Salem Cruz a été élevé dans la religion par un père tyrannique qui voulait simplement que ses filles rentrent dans le moule, alors que sa jeune sœur est prête à tout pour être une fille modèle, Salem est étouffé par les obligations et ne supporte plus de ne pas pouvoir être celle qu’elle a toujours rêvée d’être. A 18 ans, elle décide de tout laisser derrière elle et malgré les regrets elle n’oubliera jamais celui qui a fait battre son cœur de jeune femme. Malgré dix années écoulées, Salem va voir une opportunité de se racheter et de se rapprocher de Rowdy. Même si le jeune homme semble vouloir la tenir à distance, elle va tenter de lui prouver que même s’il a grandi en ne voyant en elle qu’une simple amie, elle est prête à tout pour qu’il lui pardonne et lui laisse sa chance. Cette amitié particulière, c’est aujourd’hui transformé en une attirance puissante, qu’ils vont avoir bien du mal à ignorer.

Je dois admettre que Rowdy aurait presque pu rivaliser avec les frères Archer et il peut se féliciter d’avoir atteint le top 3 de mes Marked Men chouchous sans même que je m’y attende.  Ce qui m’a sauté aux yeux, c’est la complémentarité de ces deux personnages, même en étant dix ans sans se voir, leur passé commun est ancré dans leur vie d’adulte et lorsqu’ils vont enfin se donner une chance, j’ai aimé avoir à quel point ils ne pourraient plus jamais avoir le sentiment de se sentir seuls. Rowdy est un homme passionné d’une grande gentillesse, son charme associé aux descriptions de Jay Crownover rend ce héros diablement sexy, avec une part de vulnérabilité qui le rend attachant et unique. Il fait partie des personnages les plus posés du groupe et malgré son côté secret, il est prêt à tout pour ceux qu’il considère comme sa famille. Il a une manière de croire en Asa qui m’a également redonné confiance en ce personnage qui avait pourtant conservé une image assez négative depuis le tome 2 et c’est appréciable pour savourer le prochain.

Après cinq tomes, Jay Crownover arrive encore à me surprendre. Ces hommes et ces femmes que nous avons suivi, sont désormais une famille et l’intérêt de cette série, c’est que chaque tome arrive à apporter un élément nouveau tout en conservant les codes que l’auteur s’était fixé. L’univers du tatouage rend la lecture intense et ses personnages font rapidement grimper la température. Même s’il est difficile de ne pas émettre des comparaisons, toutes ces histoires, ces personnages qui nous ont fait passer par toutes les émotions m’ont marqué à leur manière et même s’ils se démarquent les uns des autres, certains personnages m’ont plus touché que d’autres. Un tome qui fait honneur à cette série riche en émotion.

Retrouvez mon avis sur Rule #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Jet #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Rome #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Nash #4 ICI

Nash | Jay Crownover (Marked Men #4)

nashTrès-bonDate de sortie : 16 février 2017

Ouvrir ma boîte aux lettres m’aura valu un petit coup de chaud, c’est vrai quoi découvrir ce splendide tatoué qui m’appelle ça m’a rendu toute chose. Alors on va commencer par remercier les super attachées presses de chez Hugo New Romance, qui m’ont bien gâtée et n’aurait pas pu me faire plus plaisir pour débuter le mois de février. C’est incroyable comme ces Marked Men m’ont manqué durant leur absence, c’est un peu la série de 2016 qui m’aura fait découvrir un univers qui fait travailler l’imagination.

Saint Ford est une infirmière passionnée et sa vocation à aider les autres l’a conduite à être dévouée à ses patients. Après une histoire d’amour à sens unique qui lui briser le cœur adolescente, elle n’a jamais vraiment oublié la douleur provoquée par l’Amour et ses brèves relations avec les hommes l’ont conforté dans son idée, qu’elle peut parfaitement gérer sa vie sans homme dans sa vie. Pourtant la jeune femme à la chevelure de feu, à tout pour plaire et les hommes admirent tous sa beauté. Les années d’adolescence ayant été particulièrement difficiles, Saint est loin d’être épanouie dans sa vie d’adulte. La raison de ses tourments c’est l’inaccessible Nash Donovan, qui a causé des dégâts sur l’image que la jeune femme a d’elle-même. De son côté l’adolescent rebelle est devenu un homme qui ne passe pas inaperçu et les retrouvailles avec Saint vont se faire dans un contexte difficile, alors la douceur de la jeune femme va venir apporter du réconfort quand de terribles révélations vont venir tout remettre en cause.

J’ai adoré la simplicité de Nash, alors que pourtant physiquement il est loin de passer inaperçu. Ses tatouages ont vite fait de tenir certaines personnes à distances et le contexte familial dans lequel il a grandi indique clairement que c’est un choix volontaire. Grâce à Phil, il n’a jamais eu honte de celui qu’il était et son corps est une véritable œuvre d’art. Je sais que ça semble un peu cucul, mais j’ai été touché par sa gentillesse, certes il n’a pas toujours été un adolescent exemplaire, mais l’homme qu’il est aujourd’hui est touchant et sa manière de s’y prendre avec Saint est craquante. J’ai découvert une vulnérabilité qui n’interpelle pas forcément au premier abord, mais à force d’être immergé dans cette histoire, on ne peut qu’être admirative de son parcours et ému de son histoire. Je sais que ça va paraître extrême, mais j’avais envie d’explorer chacun de ses tatouages d’une manière peu catholique, il faut dire que les descriptions de Jay Crownover ont aidé mon imagination déjà très fertile. Il a éveillé en moi, un sentiment assez inexplicable, mais même sans le caractère intense des frères Archer il est tout aussi mâle Alpha.

J’ai eu plus de mal avec Saint, elle est pourtant le type de personnage que j’adore par-dessus tout. Son passif est assez traumatisant, notamment car il se produit à une période où elle s’est construite. Elle souffre de ce que j’appelle le syndrome du vilain petit canard, lorsqu’elle était plus jeune, son poids et son physique étaient un problème alors devoir supporter les paroles de celui qu’elle considérait comme quelqu’un de différent et d’amicale ont vraiment été difficile. Aujourd’hui Saint est une bombe et dans sa tête, elle ne conçoit pas qu’elle puisse plaire. Son image est faussée par celle qu’elle était à l’époque et aujourd’hui, elle n’arrive pas à accorder sa confiance. Nash est tout ce qu’elle devrait fuir pourtant ce qu’elle ressent en sa compagnie est plus fort que tout. Saint est touchante, mais sa timidité et son manque de confiance, vont la conduire à faire des choix contradictoires et ses réactions ont parfois manqué de romantisme, car elle agit sur l’impulsion. Malgré tout, je garde un souvenir d’un petit bout de femme rigolote et passionnée.

En bref, un tome qui se différencie un peu des précédents, car alors que les trois premiers tomes étaient plus dans l’action physique ici nous sommes beaucoup plus dans l’aspect psychologique. Nash est à un moment de sa vie difficile et il va découvrir un secret qui va changer la perception qu’il avait de sa vie. Saint, a beaucoup de chemin à parcourir avant de pouvoir enfin être une femme épanouie et compte tenu des bagages de Nash, elle ne pouvait pas trouver meilleur soutien pour lui redonner la confiance qu’il lui a toujours manquée. Ce n’est pas mon préféré de la série, mais j’ai toujours autant de plaisir à suivre les Marked Men et découvrir l’évolution des autres héros m’a fait fondre, ils sont tellement beaux. Sans oublier que l’épilogue offre un petit avant-goût de ce qui nous attend pour mon cher Rowdy.

Retrouvez mon avis sur Rule #1
Retrouvez mon avis sur Jet #2
Retrouvez mon avis sur Rome #3
Lucie