Envoûtée | Jennifer L. Armentrout (Ombre et Mystère #1)

Résumé :

Julia vient d’accepter un poste d’infirmière à domicile, où elle a pour tâche de veiller sur une jeune fille à l’état fragile. Ses employeurs sont les frères De Vincent, propriétaires d’un domaine au cœur du Bayou dont ils viennent d’hériter. Quand Julia découvre l’imposant manoir, elle éprouve une étrange sensation. Les lieux semblent empreints d’un lourd secret, voire hantés. Plus surprenant encore, l’homme qui l’accueille, Lucian De Vincent, n’est autre que le séduisant inconnu avec lequel elle a flirté la veille au soir…

Jennifer L. Armentrout est l’une des auteures les plus présentes dans ma bibliothèque, vous comprendrez que cette nouveauté n’est pas mis longtemps à rejoindre ma PAL. J’étais impatiente de découvrir un nouveau roman contemporain, malgré que ma PAL soit remplie de roman fantastique écrit par l’auteure. Voyant que la suite approchait, il était temps de me lancer dans cette nouveauté et malgré un démarrage un peu lent et une narration qui m’a un peu freiné, et puis les choses se sont naturellement débloqué.

Après plusieurs années difficiles, Julia s’apprête à démarrer une nouvelle vie. Un déménagement et un nouvel emploi, la jeune infirmière vient d’être embauché pour s’occuper d’une jeune fille fragile. A son arrivée dans un domaine au cœur du bayou, elle fait la connaissance des frères De Vincent, trois hommes mystérieux qui compte sur sa discrétion. Sur place, Julia découvre un univers très éloigné du sien et elle tente de maintenir à distance le cadet Lucien De Vincent, l’inconnu séduisant qui a flirté avec elle la veille et qui n’a pas dit son dernier mot.

Dans l’ensemble le mystère qui entoure la famille De Vincent est captivant et les événements qui se dévoilent suscite l’intérêt du lecteur, mais rapidement la romance occupe une place importante et le jeu de chat et de la souris des personnages éclipse une partie de l’intrigue. Notamment la personnalité des personnages certes un portrait est dressé d’eux, mais on ne va pas au bout des choses. Julia a un passé compliqué et déménager va lui permettre de se ressourcer, hors lorsque passé et le présent s’entrechoquent, ça n’a finalement aucune importance et bien qu’elle tire sa force de son nouvel employeur, ça rend ses insécurités moins importantes. Néanmoins, on éprouve un attachement pour elle, sa gentillesse et son professionnalisme font du bien à la fratrie, trop habitués à être en contact avec des femmes intéressées et de ce point de vue elle est rafraîchissante.

Lucien a des bons côtés et sa franchise est plutôt drôle et ça permet quelques scènes où la température prend quelques degrés. Je me serais attendue à plus de complexité compte tenu de l’histoire de la famille, mais il reste assez cliché, l’homme riche blasé d’avoir toutes les femmes qu’il veut, mais son côté Cro-Magnon est plutôt attirant. Cependant au début, il y a des questions concernant ses motivations et ses secrets font planer une atmosphère lugubre, rapidement atténué par l’intérêt qu’on a pour la romance.

Bien que la romance soit au premier plan, l’intrigue se concentre sur les secrets de famille et l’habitation de la fratrie est gorgé de mystère. Les rumeurs la disent hantée et bien qu’on souhaite garder un côté rationnel, les faits portent à confusion et on ne sait pas vraiment si le côté paranormal est imaginé ou réel. C’est assez troublant et ça rend l’histoire d’autant plus captivante, mais la romance occupe une place trop importante pour développer cet aspect de l’histoire et malgré les questions de notre héroïne, on ne va pas au bout des choses. On se rattrape sur le mystère qui entoure Maddie et comme Julia on veut comprendre ce qui est arrivé.

Certes l’histoire à des défauts, mais la romance tient la route et les héros arrivent à convaincre, leur rapprochement est subtile et très sexy, Julia parvient à s’affirmer et Lucien redouble de charme. Les autres personnages apportent leur lot de mystère et les révélations sur les frères De Vincent parviennent à donner envie de poursuivre l’aventure malgré la difficulté à les cerner. Je me laisserais volontiers tenter par la suite.

Publicités

Ce qui ne te tue pas… | Georgia Caldera (#1)

Résumé :

Le bac en poche, les années lycée et leur lot de terribles souvenirs derrière elle, Violette se réjouit de pouvoir enfin tourner la page. C’est par un déménagement et l’intégration d’une école de graphisme de renom que débute sa nouvelle vie. Artiste dans l’âme, Violette espère se révéler et s’épanouir à Arte-Sup. Or, son bonheur a un prix : Adam, le fils de son nouveau beau-père. Car le jeune homme, aussi ombrageux qu’insaisissable, avec lequel elle va devoir désormais partager un couloir, semble la haïr par-dessus tout. Et lui aussi étudie les arts graphiques au sein de la même formation…

Après être tombée amoureuse de cette sublime couverture, j’ai malgré tout tenté de résister à la tentation et finalement c’est ma copine Ouidad qui a tranché pour moi en m’offrant cette lecture riche en émotions et me permettant par la même occasion de faire dédicacer mon exemplaire par son auteure. J’ai débuté ce roman sans réaliser que l’histoire allait être touchante et le passé des personnages ne faut que renforcer leur côté torturé.

Après avoir passé ses années lycées à vivre avec son père et son frère, Violette est déterminée à tourner la page et oublier ce que cette dernière année lui a fait subir. Intégrer l’école de graphisme de ses rêves est l’occasion pour la jeune femme d’oublier les souvenirs de son année de bac difficile et déménager chez sa mère et son nouveau beau-père semble être l’échappatoire dont elle a besoin. Seulement dès le premier jour, elle se heurte au fils de son nouveau beau-père et face à un colocataire récalcitrant, la jeune femme va tenter de s’épanouir et se reconstruire à Arte-Sup, mais Adam va tenir son bonheur tant à la maison, qu’au sein de la formation d’arts graphiques qu’ils viennent d’intégrer. Et la cohabitation va s’avérer compliquer pour les deux jeunes gens.

Le mystère qui entoure le passé de Violette reste entier et malgré sa force de caractère, il est évident que sa dernière année de lycée a profondément marqué la jeune femme. Ce déménagement est l’occasion pour elle de redevenir cette jeune femme insouciante, qui se fiche de ce qu’on peut penser d’elle et elle n’hésite pas à jouer de son côté rebelle pour se construire un cercle d’amis. Pourtant cette image, contraste avec ses pensées, car malgré une apparente désinvolture, elle attache une importance à ce que ses camarades pensent d’elle et face à la critique, Violette se montre très vulnérable, suscitant la compassion et l’interrogation du lecteur.

Adam lui ne fait pas semblant, il n’aime ni la foule, ni être le centre d’attention et avoir des amis ne l’intéresse pas, sa scolarité a été trop chaotique pour oser accorder sa confiance à de potentiel ami. Il n’aspire qu’à disparaître, uniquement vêtu de noir il n’hésite pas à se fondre dans la masse et personne n’a jamais réellement entendu la voix du jeune homme. A la maison ce n’est pas bien différent, Violette ne peut qu’observer ce jeune homme unique, qui est loin de la mise en garde sa mère. N’arrivant pas à tisser un lien avec les autres, Adam se contente de tenir les autres à distance et se renferme dans sa bulle où seul l’art à sa place. D’une incroyable sincérité, ce jeune homme hors du commun n’aspire qu’à être dans un environnement où il peut baisser sa garde.

La tension est palpable et l’issue de cette relation semble incertaine, il y a une profondeur qui se créer grâce au silence et ça accentue les regards lourds de sous-entendu, les émotions sont comme démultiplier par les non-dit, et l’un et l’autre vont confronter leur caractère de manière inattendue. Adam va apaiser Violette et la jeune femme va devenir un soutien inespéré pour le jeune homme. Un premier opus qui met en avant les démons d’Adam, le tout raconté par une auteure à la plume entraînante qui pousse le lecteur à se poser les bonnes questions et les traumatismes abordés ne font qu’attendrir le lecteur. Je n’imaginais pas plonger dans une histoire aussi désarmante, nous sommes témoins de scènes révoltantes et on n’aspire qu’au moment où la légèreté va penser les blessures. L’attente risque d’être longue jusqu’à la suite prévu le 15 mai.

Jeu d’inconscience | Jennifer L. Armentrout (Jeu de Patience #6)

Résumé :
La vie de Jillian Lima a été littéralement bouleversée lorsque Brock, son amour d’enfance, l’a quitté. Après six années à vivre dans des souvenirs emplis de douleur et de regrets, Jillian vient de décrocher un job dans l’école d’arts martiaux de son père. Bien décidée à reprendre sa vie en main, elle accepte un premier rencart. Et tandis que Brock resurgit dans sa vie – plus beau que jamais – parviendra-t-elle à lui faire de nouveau confiance ?

Le tome de la conclusion, celui qu’on attend et redoute à la fois, car le temps des adieux est arrivé. Je dois vous avouer que j’étais partagé concernant ma lecture, d’un côté j’avais envie de n’en faire qu’une bouchée et de l’autre, j’ai tenté de faire durer le plaisir, mais très franchement difficile de reposer ce livre une fois qu’on s’est laissé embarquer par l’histoire. Il est parfois plus appréciable, de laisser les mots vous emporter.

Il y a 6 ans, en une nuit la vie de Jillian Lima a été bouleversée. A commencer par son cœur qui s’est brisé à cause de son ami d’enfance Brock, cette même nuit un évènement terrible à briser à jamais la vie qu’elle a toujours connue. Aujourd’hui malgré les années à se remettre, ses souvenirs sont toujours aussi vifs et elle commence tout juste à reprendre sa vie en main. A commencer par ce poste dans l’école d’arts martiaux de son père, l’entreprise familiale a toujours été la finalité à la fin de ses études et ce job c’est l’occasion de retrouver cette confiance qu’elle a perdue cette fameuse nuit. Cependant, elle n’était pas préparée à voir ressurgir Brock dans sa vie.

Jillian dégage une certaine fragilité et son passé, l’a rendu méfiante et discrète, c’est totalement le genre d’héroïne que j’apprécie découvrir. Dès le début, son authenticité m’a séduite et elle a cette manière de vouloir se cacher, qui m’a parfois rendu triste pour elle. Elle est en vraie remise en question et elle veut s’en sortir, mais parfois les peurs sont plus fortes que tout, alors voir la force qui la pousse à se faire violence pour quitter sa solitude c’est à la fois un crève cœur et une fierté. Revoir Brock va s’avérer difficile, car il va faire remonter les souvenirs.

D’ailleurs Brock ne va pas hésiter à avoir Jillian à l’usure et il est bien décidé à revenir dans sa vie, ce qui est totalement craquant, mais au vu des bribes de souvenirs de Jillian, on a envie de la protéger et cette masse de muscles, va s’avérer aussi doux qu’un agneau, avec un sex appeal inégalable. A force de persuasion, l’ex-fighter va réussir à passer les défenses de la jeune femme, mais l’équilibre va rester précaire et malgré un manque de confiance évident, l’amitié va renaître et il ne va pas hésiter à la séduire de la plus douce des manières. Le fait qu’ils se connaissent enlève une part de séduction, mais on est malgré tout dans une phase de flirt poussé.

Ce n’est pas forcément un coup de cœur, mais à chaque fois que je lis un roman de Jennifer L. Armentrout, son écriture agit comme une formule magique et c’est avec le plus grand des plaisirs, que je laisse les personnages me conter leurs histoires. J’ai apprécié cette façon de boucler la boucle, Avery c’est le commencement et elle vient apporter son soutien à Jillian, comme on lui a porté secours dans Jeu de Patience. Difficile, voire impossible de détrôner Cam de son rang de book boyfriend ultime, mais si on fait un rapide bilan après 6 tomes riches en émotions, je conçois que Jax ne soit pas bien loin. Bien évidemment, chacun de ces couples m’a marqué à sa manière et chaque histoire restera gravée comme l’une de mes premières séries New Adult, celle à l’origine de tout. Six tomes de joies, d’amitié et de beaucoup d’Amour, qui laisseront une trace dans mon cœur de lectrice.

Retrouvez mon avis sur Jeu d’indulgence #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Jeu d’imprudence #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Jeu d’attirance #5 ICI
Lucie

Sang-Mêlé | Jennifer L. Arementrout (Covenant #1)

Résumé :

Alexandria fait sa rentrée au Covenant, une institution où les sang-mêlé apprennent à se battre pour devenir des Sentinelles qui veillent sur la population. Pour sa survie, elle n’a pas droit à l’erreur… et encore moins de craquer pour Aiden, son entraîneur personnel !

Après Lux, découvrez la nouvelle série young adult de Jennifer Armentrout !

Une auteure qu’on ne présente plus, tant par sa série à succès dans le New Adult, que par sa série de sciences fictions qui avait été coup de cœur pour moi : Lux. Depuis que les éditions J’ai Lu ont annoncé la sortie d’une nouvelle saga signée Jennifer L. Arementrout, j’étais impatiente et ravie de retrouver la plume de l’auteure et bien que j’ai un peu tardé à sortir ce premier opus de ma Pile à Lire, ce fût un vrai plaisir de découvrir une série prometteuse qui semble avoir une mythologie bien construite. Après lecture de ce premier tome, je dois admettre que ce n’est pas un coup cœur, mais nos héros ont tout pour plaire et les palpitations se sont fait sentir.

Après trois ans de fuite avec sa mère Alexandria est de retour au Covenant, cette institution qu’elles avaient quitté sans explications. Au sein du Covenant la jeune femme va reprendre son entraînement là où elle l’avait arrêté pour devenir une Sentinelles. Son statut de sang-mêlé ne lui permettant que de servir ou protéger, Alex peut s’estimer heureuse d’avoir un statut privilégié et malgré la supériorité des sangs-purs, elle est déterminée à rattraper son retard que ces trois années au sein des mortels lui ont fait perdre, Alex va devoir se plier à une remise à niveau intense auprès dAiden St Delphi son entraineur particulier et accessoirement le garçon dont elle est amoureuse depuis son enfance. Il est indispensable pour la jeune femme de combattre son ennemi.

Le récit va se concentrer sur l’intrigue et on va s’intéresser à la mythologie de l’histoire qui est assez bien décrite. Notre héroïne est absolument géniale, son caractère de battante m’a vraiment surprise et sa capacité à se foutre dans les ennuis est assez délectable, mais malgré les difficultés elle s’en sort toujours. Après avoir découvert la nouvelle Démon au début du roman, on ne peut qu’être admirative du courage d’Alex et malgré sa condition dite « inférieure » elle ne se laisse pas intimider par les sangs-purs. Elle peut également compter sur Caleb son complice de toujours pour la soutenir et l’aider à se sortir dans des ennuis tout en gardant son humour. Une belle amitié qui est au centre de l’histoire et nous montre qu’Alex est bien entouré malgré la situation.

Du côté d’Aiden St Delphi penser à respirer, car on est vite gagné par l’hyper-ventilation. Malgré son statut de sang-pur Aiden traite chaque sang-mêlé comme son égal et bien qu’il ne soit pas un grand bavard, on cerne rapidement sa gentillesse et son côté protecteur va en séduire plus d’une. Il faut savoir que la romance n’est pas (encore) au cœur de l’histoire et l’amour entre sang-pur et sang-mêlé est totalement interdit donc nos héros vont conserver une simple relation professionnelle et les entraînements vont progressivement prendre un tournant un peu plus personnel, mais cet amour étant interdit la romance n’est pas toujours explicite. On se concentre sur l’action et la romance est au second plan, mais il y a des petites attentions et l’intrigue naissante est captivante.

A Huis Clos | Jennifer L. Armentrout (Frigid #1)

Petit pincement au cœur en terminant cette lecture, car pour la première fois le talent de cette auteur n’est pas totalement exploité. J’ai toujours été habituée à des histoires addictives, originales et avec des personnages réalistes, or même-si là le récit est plutôt agréable il n’est clairement pas parmi les meilleurs romans de Jennifer L. Armentrout, tout en étant restant une romance sympathique.

Alors qu’ils sont amis depuis leur enfance, Sydney ne cesse de rêver qu’un jour Kyler va enfin voir que sous les traits de sa meilleure amie, ce cache une jeune femme de vingt-et-un ans, désespéramment amoureuse de lui et bien que les années passent ses sentiments ne cessent de grandir. Seulement dans la réalité, Kyler est un homme qui ne passe pas inaperçu et il n’est pas du genre à fermer les yeux lorsqu’une jolie fille vient se frotter à lui. Bien que la situation devient de moins en moins supportable Sydney, préfère conserver une amitié solide plutôt que tout risquer pour des sentiments qu’elle sait non partagés.

Comme chaque année à l’approche des fêtes de Noël, Kyler, Sydney et leur groupe d’amis prennent la route pour le chalet du jeune homme. Cette année, alors que l’ambiance semble électrique entre les deux amis, ils décident de ne pas changer leur habitude et faire la route ensemble, seulement les choses ne vont pas se dérouler comme prévu. A commencer par cette énorme tempête de neige qui va les contraindre à un huis clos dont ils se seraient bien passé, entre malentendus, disputes, attirances les deux jeunes gens vont découvrir que se retrouver tous les deux peut tout chambouler et remettre en question leur relation.

Globalement cette lecture m’a fait passer un bon moment, mais dès le début j’ai été assez agacée par certains clichés et je n’ai pas eu trop d’affinités avec les héros qui sont beaucoup trop stéréotypés. C’est un peu facile le beau gosse qui fait tomber toutes les filles et qui a une relation fusionnelle avec sa meilleure amie, leur relation est dans la possessivité alors rapidement lorsqu’elle est approchée par un homme, il va montrer les crocs, alors que de son côté il ne se gêne pas pour passer d’une fille à l’autre. J’ai trouvé leur relation un peu bancale, de son côté il est conscient de la présence de Sydney, mais il ne la voit pas réellement. C’est difficile à expliquer, mais j’ai eu l’impression qu’ils se connaissent seulement depuis quelques semaines, j’ai du mal à concevoir qu’après des années à se fréquenter, à grandir ensemble, connaître les premières expériences, ils ne se connaissent pas par cœur l’un et l’autre, c’est la même chose du côté de Kyler, qui ne voit pas quand il blesse sa meilleure amie, ça me semble improbable.

Parce qu’on ne va pas se mentir, les sentiments de Sydney sont flagrants et il faut être aveugle pour voir à quel point cette situation la ronge. Elle s’isole, ne veut pas être à proximité des conquêtes de son meilleur ami, se désespère de trouver une nouvelle femme à son bras chaque soir et elle en devient parfois un peu pathétique, parce qu’elle n’arrive pas à voir au delà de celui qu’elle sait qu’elle n’aura jamais. Alors oui, je sais les sentiments sont incontrôlables, mais elle ne fait rien pour changer la situation et lorsqu’elle essaye de faire le premier pas elle se ridiculise. J’ai l’impression d’être dure avec elle, mais j’ai eu du mal avec son personnage qui se pose un milliard de questions et qui même quand les choses vont dans son sens trouve le moyen de paniquer pour autre chose et d’en faire des montagnes pour une simple phrase.

Ma chronique semble un peu dure, mais je vous assure que l’histoire n’est pas si terrible et la romance à ses bons côtés. Je reproche surtout à l’histoire un manque de réalisme et les réactions parfois puériles des héros. La plupart des scènes qui pourraient expliquer ce qui m’a dérangé seraient trop ancré dans l’histoire donc il est difficile de vous retranscrire ce qui m’a dérangé, mais on voit bien que Jennifer L. Armentrout tente d’introduire une intrigue, qui est plutôt un prétexte au rapprochement des héros, mais ça reste bien tenté et même si le suspense n’est pas insoutenable ça rajoute un peu de consistance à l’histoire. Malgré une bonne histoire, il m’a manqué l’originalité et l’addictivité à laquelle j’avais été habituée.