Si demain n’existe pas | Jennifer L. Armentrout

Résumé :
L’avenir de Lena Wise semblait tout tracé. Pour que son année de terminale soit parfaite, elle n’avait rien laissé au hasard. Au programme : accumuler un max de souvenirs avec ses copines, avoir un dossier béton pour obtenir l’université de son choix, et peut-être même avouer ses sentiments à son ami d’enfance, Sebastian. Mais un simple choix, à un unique instant, peut tout bouleverser…
Désormais, rien ne sera plus comme avant. Comment Lena pourrait-elle penser à des lendemains meilleurs alors qu’elle ne cesse de rejouer son passé, alors que Sebastian ne lui pardonnera sans doute jamais ce qui est arrivé… ce qu’elle a laissé arriver ?

Un roman signé de la reine de la romance, qui nous plonge dans une histoire plus adolescente mais tout aussi touchante. Au premier abord, l’intrigue semble classique et la romance a un côté prévisible, mais lorsque la vérité éclate les émotions volent en éclats et le réalisme du récit plonge le lecteur au cœur d’un drame.

Lena Wise a tout prévu pour cette dernière année afin de pouvoir intégrer l’université de son choix, mais en attendant elle n’aspire qu’à profiter de son été, de ses amis et de la proximité de Sebastian son meilleur ami qu’elle aime en secret depuis des années. Ce dernier été avant tous les changements c’est l’occasion de se constituer de nouveaux souvenirs et de profiter de la vie. Il aura suffi d’un simple choix pour tout bouleverser.

J’ai apprécié le côté psychologique de cette histoire, on découvre une jeune femme insouciante qui a la vie devant elle et progressivement, on prend un tournant plus sombre, Lena si douce va devoir gérer un traumatisme qui va changer sa vie et celle des autres. En tant que lecteur on se sent rapidement impuissant face aux souffrances, aucune étape ne nous est épargnée et la manière dont la jeune femme va se renfermer est un crève cœur, on la voit lutter pour éloigner les autres et sa solitude n’en est que plus douloureuse. Au même titre que Lena on prend conscience des répercussions que peuvent avoir nos choix, et aucun niveau ne nous est épargné.

Si la romance occupe une place importante, je ne dirais pas qu’elle est centrale à l’histoire, on met surtout en avant la famille et les amis qui vont se révéler face à la douleur et bien que Sebastian soit attendrissant et adorable, la romance ne m’a pas forcément transportée. Je ne suis pas une grande fan des relations entre meilleur ami et on devine facilement la direction que va prendre leur histoire. Bien qu’on soit servi côté surprise j’aurais préféré une romance moins prévisible, mais elle n’en demeure pas moins touchante et Sebastian adorable.

On aborde avec brio un thème douloureux qui fera écho chez tous les lecteurs, quel que soit leur âge. Par automatisme le parallèle entre sa propre vie est inévitable et la souffrance qu’on éprouve pour les personnages authentiques, car l’histoire n’est finalement pas si éloigné de la réalité, tout le monde peut prendre cette décision et pour certains, les conséquences s’apparentent à l’intrigue. Jennifer L. Armentrout aborde un sujet d’actualité avec fluidité et des mots impactant qui rend l’histoire bouleversante. C’est une très belle histoire.

Publicités

Ce qui nous consume… | Georgia Caldera (#2)

Résumé :
Violette, au passé aussi troublé qu’au brillant avenir, vient d’intégrer une école d’art. Elle s’est installée chez sa mère et son nouveau beau-père, puis a fait la connaissance du fils de celui-ci, le solitaire et énigmatique Adam. Après s’être ignorés et déchirés durant des semaines, ils ont trouvé la paix dans les bras l’un de l’autre et se sont déclaré leur amour. Violette doit désormais apprendre à lui faire confiance mais les secrets qui voilent le ténébreux regard d’Adam pèsent sur leur couple. Parviendra-t-il à lui révéler ses démons et à accepter son aide ?
Ce roman est le deuxième tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Une conclusion comme on les aime qui offre des réponses aux nombreuses questions qu’on avait à la fin du premier opus. Les émotions sont toujours aussi intenses et les sujets abordés contribuent à rendre les personnages d’autant plus attachants. L’auteure dépend avec justesse plusieurs thèmes sensibles et leurs conséquences parfois désastreuses qu’elles ont sur l’évolution de la vie des personnages.

La première partie est l’occasion de consolider la relation entre Violette et Adam, la confiance ayant toujours précaire il est appréciable de voir se couple que tout oppose se trouver des points communs et accepter l’évidence de leur relation. On peut voir une évolution dans le comportement d’Adam, lui si craintif devient peu à peu plus ouvert et malgré un manque de confiance en lui, il s’ouvre peu à peu à Violette, essayant tant bien que mal de surmonter ses souffrances et de réapprendre à vivre malgré l’ombre de son père qui plane au dessus d’eux.

Ce qui est intéressant avec cette suite, c’est qu’elle met en lumière les blessures d’Adam, mais également les peurs de Violette qui a également un passé trouble. Chacun va devoir affronter ses propres démons et ensemble ils vont nous montrer qu’ils sont invincibles. Cette relation qu’ils ont longtemps tenté d’éviter, va s’avérer être leur bouée de sauvetage et se raccrocher à cette relation va leur permettre de voir leur vie différemment et d’apaiser les vestiges de leur passé. Et parfois j’avais l’impression de redécouvrir Adam et dans le bon sens du terme.

Mon côté exigent aurait apprécié un épilogue plusieurs années après les événements ce cet opus, car la curiosité est à son comble et mon besoin de découvrir le bonheur de ces personnages est indéniable. Il y a une forme d’attachement quand on passe du temps avec des héros et qu’on affronte des épreuves avec eux, mais ma plus belle découverte c’est la plume de Georgia Cadelera que j’ai redécouvert plusieurs années après ma lecture de Hors de Portée. Un dytique qui répond à toutes mes attentes et qui me laisse sous le charme.

Mon avis sur Ce qui ne te tue pas… #1 ICI

Étoile noire | Jennifer L. Armentrout (Origine #1)

Résumé :
Quatre ans se sont écoulés depuis l’invasion extraterrestre. À l’âge de 17 ans, Evie Dasher n’en a que peu de souvenirs. Lorsqu’elle décide de se rendre en cachette dans une boîte de nuit connue pour être l’un des rares lieux où il est encore possible de côtoyer les Luxens survivants, la soirée ne se déroule pas tout à fait comme prévu.
Quand les choses tournent mal, elle fait la connaissance de Luc, un jeune homme beaucoup trop beau pour être humain. De plus en plus attirée par celui qu’elle prend pour un Luxen, Evie découvre un monde insoupçonné qui remet en question tout ce qu’elle pensait savoir. Un monde composé d’êtres aussi lumineux que ténébreux…

Un univers étoffé qui m’avait tellement manqué, et qui réussit encore une fois à me captiver. En lisant les premières pages, j’ai ressenti ce bonheur de retrouver le décor, les personnages et l’univers si particulier qui m’avait fait tomber complètement amoureuse. Depuis, j’ai découvert d’autres séries de l’auteure, mais aucune n’arrive à m’embarquer comme Lux avait pu le faire et cette nouvelle intrigue promet de belles choses.

Ce spin-off s’inscrit dans la continuation de la série Lux puisque l’histoire reprend quatre ans après l’invasion extraterrestre. Les conditions de vie des Luxens ont changé et désormais la population ayant connaissance de leur existence ils doivent s’enregistrer auprès du gouvernement et porter des bracelets bloquant une partie de leur pouvoir, les empêchant ainsi de faire du mal aux humains. Et bien évidemment  les relations entre Luxens et humains sont toujours interdites. Le Foretoken est l’un des rares lieux où ils est encore possible de côtoyer des Luxens et où chacun peut être celui qu’il désire sans distinction de race, orientation sexuelle ou de couleur de peau. Evie Dasher n’a jamais été du genre aventureuse, mais pour accompagner son amie amoureuse d’une belle inconnue, elle décide de se rendre en cachette dans cette fameuse boîte de nuit, seulement la soirée ne va pas se prendre la tournure attendue et lorsque les choses tournent mal, elle rencontre l’insaisissable Luc.

Evie vit seule avec sa mère depuis l’invasion et la mort de son père et à l’image de Katy, c’est une jeune fille attachante qu’on prend plaisir à découvrir. Passionnée de photo, la jeune fille s’épanouit en ayant un œil derrière son objectif et bien qu’elle ne reproche rien au Luxen, elle n’est pas forcément prête à fréquenter un extraterrestre. Afin de faire la connaissance du coup de cœur d’Heidi, l’une de ses meilleures amies, Evie accepte de se rendre dans une boîte de nuit réputée pour accepter tout le monde et sur place, elle va être plongée dans le chaos lors de la descente du Groupe d’Intervention contre les Extraterrestre. Sur place, elle se trouve protéger par l’intrigant Luc, un jeune homme qui est trop beau pour être un humain, d’abord fascinée, elle réalise rapidement qu’il cache des secrets et tout ce qu’elle pensait savoir va s’en trouver chambouler.

Après avoir lu et adoré la saga Lux, l’histoire de Luc me fascinait et sa particularité me laissait avec tellement de questions qu’il était impensable de ne pas poursuivre l’aventure. Peut-être un peu déçue de l’absence du point de vue du héros, mais ça laisse supposer que nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Au premier abord, c’est une héros parfois arrogant, désinvolte, mais qui semble simplement peu habitué aux interactions, expliquant certaines maladresses. Sans compter qu’on part avec un avantage puisqu’on connait l’univers et bien que de nouvelles questions demeures ont est directement dans le vif du sujet. Avec des protagonistes en second plan connus et qui raviront les fans de la série et d’autres un peu moins qui se révèlent pleins de surprises.

Hâte que la suite soit publiée pour découvrir ce qu’elle nous réserve et replonger dans cette histoire addictive.

Envoûtée | Jennifer L. Armentrout (Ombre et Mystère #1)

Résumé :

Julia vient d’accepter un poste d’infirmière à domicile, où elle a pour tâche de veiller sur une jeune fille à l’état fragile. Ses employeurs sont les frères De Vincent, propriétaires d’un domaine au cœur du Bayou dont ils viennent d’hériter. Quand Julia découvre l’imposant manoir, elle éprouve une étrange sensation. Les lieux semblent empreints d’un lourd secret, voire hantés. Plus surprenant encore, l’homme qui l’accueille, Lucian De Vincent, n’est autre que le séduisant inconnu avec lequel elle a flirté la veille au soir…

Jennifer L. Armentrout est l’une des auteures les plus présentes dans ma bibliothèque, vous comprendrez que cette nouveauté n’est pas mis longtemps à rejoindre ma PAL. J’étais impatiente de découvrir un nouveau roman contemporain, malgré que ma PAL soit remplie de roman fantastique écrit par l’auteure. Voyant que la suite approchait, il était temps de me lancer dans cette nouveauté et malgré un démarrage un peu lent et une narration qui m’a un peu freiné, et puis les choses se sont naturellement débloqué.

Après plusieurs années difficiles, Julia s’apprête à démarrer une nouvelle vie. Un déménagement et un nouvel emploi, la jeune infirmière vient d’être embauché pour s’occuper d’une jeune fille fragile. A son arrivée dans un domaine au cœur du bayou, elle fait la connaissance des frères De Vincent, trois hommes mystérieux qui compte sur sa discrétion. Sur place, Julia découvre un univers très éloigné du sien et elle tente de maintenir à distance le cadet Lucien De Vincent, l’inconnu séduisant qui a flirté avec elle la veille et qui n’a pas dit son dernier mot.

Dans l’ensemble le mystère qui entoure la famille De Vincent est captivant et les événements qui se dévoilent suscite l’intérêt du lecteur, mais rapidement la romance occupe une place importante et le jeu de chat et de la souris des personnages éclipse une partie de l’intrigue. Notamment la personnalité des personnages certes un portrait est dressé d’eux, mais on ne va pas au bout des choses. Julia a un passé compliqué et déménager va lui permettre de se ressourcer, hors lorsque passé et le présent s’entrechoquent, ça n’a finalement aucune importance et bien qu’elle tire sa force de son nouvel employeur, ça rend ses insécurités moins importantes. Néanmoins, on éprouve un attachement pour elle, sa gentillesse et son professionnalisme font du bien à la fratrie, trop habitués à être en contact avec des femmes intéressées et de ce point de vue elle est rafraîchissante.

Lucien a des bons côtés et sa franchise est plutôt drôle et ça permet quelques scènes où la température prend quelques degrés. Je me serais attendue à plus de complexité compte tenu de l’histoire de la famille, mais il reste assez cliché, l’homme riche blasé d’avoir toutes les femmes qu’il veut, mais son côté Cro-Magnon est plutôt attirant. Cependant au début, il y a des questions concernant ses motivations et ses secrets font planer une atmosphère lugubre, rapidement atténué par l’intérêt qu’on a pour la romance.

Bien que la romance soit au premier plan, l’intrigue se concentre sur les secrets de famille et l’habitation de la fratrie est gorgé de mystère. Les rumeurs la disent hantée et bien qu’on souhaite garder un côté rationnel, les faits portent à confusion et on ne sait pas vraiment si le côté paranormal est imaginé ou réel. C’est assez troublant et ça rend l’histoire d’autant plus captivante, mais la romance occupe une place trop importante pour développer cet aspect de l’histoire et malgré les questions de notre héroïne, on ne va pas au bout des choses. On se rattrape sur le mystère qui entoure Maddie et comme Julia on veut comprendre ce qui est arrivé.

Certes l’histoire à des défauts, mais la romance tient la route et les héros arrivent à convaincre, leur rapprochement est subtile et très sexy, Julia parvient à s’affirmer et Lucien redouble de charme. Les autres personnages apportent leur lot de mystère et les révélations sur les frères De Vincent parviennent à donner envie de poursuivre l’aventure malgré la difficulté à les cerner. Je me laisserais volontiers tenter par la suite.

Ce qui ne te tue pas… | Georgia Caldera (#1)

Résumé :

Le bac en poche, les années lycée et leur lot de terribles souvenirs derrière elle, Violette se réjouit de pouvoir enfin tourner la page. C’est par un déménagement et l’intégration d’une école de graphisme de renom que débute sa nouvelle vie. Artiste dans l’âme, Violette espère se révéler et s’épanouir à Arte-Sup. Or, son bonheur a un prix : Adam, le fils de son nouveau beau-père. Car le jeune homme, aussi ombrageux qu’insaisissable, avec lequel elle va devoir désormais partager un couloir, semble la haïr par-dessus tout. Et lui aussi étudie les arts graphiques au sein de la même formation…

Après être tombée amoureuse de cette sublime couverture, j’ai malgré tout tenté de résister à la tentation et finalement c’est ma copine Ouidad qui a tranché pour moi en m’offrant cette lecture riche en émotions et me permettant par la même occasion de faire dédicacer mon exemplaire par son auteure. J’ai débuté ce roman sans réaliser que l’histoire allait être touchante et le passé des personnages ne faut que renforcer leur côté torturé.

Après avoir passé ses années lycées à vivre avec son père et son frère, Violette est déterminée à tourner la page et oublier ce que cette dernière année lui a fait subir. Intégrer l’école de graphisme de ses rêves est l’occasion pour la jeune femme d’oublier les souvenirs de son année de bac difficile et déménager chez sa mère et son nouveau beau-père semble être l’échappatoire dont elle a besoin. Seulement dès le premier jour, elle se heurte au fils de son nouveau beau-père et face à un colocataire récalcitrant, la jeune femme va tenter de s’épanouir et se reconstruire à Arte-Sup, mais Adam va tenir son bonheur tant à la maison, qu’au sein de la formation d’arts graphiques qu’ils viennent d’intégrer. Et la cohabitation va s’avérer compliquer pour les deux jeunes gens.

Le mystère qui entoure le passé de Violette reste entier et malgré sa force de caractère, il est évident que sa dernière année de lycée a profondément marqué la jeune femme. Ce déménagement est l’occasion pour elle de redevenir cette jeune femme insouciante, qui se fiche de ce qu’on peut penser d’elle et elle n’hésite pas à jouer de son côté rebelle pour se construire un cercle d’amis. Pourtant cette image, contraste avec ses pensées, car malgré une apparente désinvolture, elle attache une importance à ce que ses camarades pensent d’elle et face à la critique, Violette se montre très vulnérable, suscitant la compassion et l’interrogation du lecteur.

Adam lui ne fait pas semblant, il n’aime ni la foule, ni être le centre d’attention et avoir des amis ne l’intéresse pas, sa scolarité a été trop chaotique pour oser accorder sa confiance à de potentiel ami. Il n’aspire qu’à disparaître, uniquement vêtu de noir il n’hésite pas à se fondre dans la masse et personne n’a jamais réellement entendu la voix du jeune homme. A la maison ce n’est pas bien différent, Violette ne peut qu’observer ce jeune homme unique, qui est loin de la mise en garde sa mère. N’arrivant pas à tisser un lien avec les autres, Adam se contente de tenir les autres à distance et se renferme dans sa bulle où seul l’art à sa place. D’une incroyable sincérité, ce jeune homme hors du commun n’aspire qu’à être dans un environnement où il peut baisser sa garde.

La tension est palpable et l’issue de cette relation semble incertaine, il y a une profondeur qui se créer grâce au silence et ça accentue les regards lourds de sous-entendu, les émotions sont comme démultiplier par les non-dit, et l’un et l’autre vont confronter leur caractère de manière inattendue. Adam va apaiser Violette et la jeune femme va devenir un soutien inespéré pour le jeune homme. Un premier opus qui met en avant les démons d’Adam, le tout raconté par une auteure à la plume entraînante qui pousse le lecteur à se poser les bonnes questions et les traumatismes abordés ne font qu’attendrir le lecteur. Je n’imaginais pas plonger dans une histoire aussi désarmante, nous sommes témoins de scènes révoltantes et on n’aspire qu’au moment où la légèreté va penser les blessures. L’attente risque d’être longue jusqu’à la suite prévu le 15 mai.