Sauvage | S.C. Stephens (Thoughtless #4)

La chronique peut contenir des spoilers

Tout d’abord je remercie les éditions Hugo & Cie, pour l’envoi de ce service presse, étant une inconditionnelle de cette série j’avais néanmoins quelques aprioris concernant ce dernier tome. On ne va pas se mentir, en quatre tomes Griffin n’était pas vraiment un personnage qui me faisait rêver et malgré une lecture satisfaisante, mon opinion n’a que partiellement changé à son sujet.

Pour se resituer un peu, Griffin Hancock est le bassiste des D-Bags son langage de charretier ne vous a probablement pas échappé. Depuis que le groupe est enfin reconnu dans le monde de la musique, il possède tout ce dont il rêve, il est célèbre, vit dans une maison indécente, conduit une belle voiture et est marié à une femme sexy qui le comprend. Pourtant face au succès grandissant de Kellan, il n’accepte pas d’être relégué au second plan, son égo surdimensionné va le conduire à vouloir être le meilleur, alors face à une opportunité pouvant mettre en avant son génie, il va décider de tout plaquer et quitter Seattle contre l’avis du groupe et il va déraciner Anna et les enfants pour Los Angeles.

Je n’irais pas jusqu’à dire que je suis déçue, mais en même temps je m’attendais à autre chose. Griffin est un personnage qui a toujours réussit à se faire remarquer dans les tomes précédents et sa manière d’interagir avec le groupe a toujours réussi à me faire rire. Le problème c’est que dans ce tome, ce qui était tourné en dérision, prend un tout autre virage. Griffin a un égo tellement énorme que ça en devient presque gênant et ce que je prenais pour de l’autodérision est en réalité beaucoup plus tordu. Je peux comprendre qu’il est confiance en ses capacités, mais  il aune manière de toujours vouloir se mettre en avant qui m’a un peu déstabilisé. Il va tellement se focaliser sur son besoin de reconnaissance qu’il va en oublier d’écouter les personnes autour de lui et ces décisions vont lui revenir en pleine figure. Pourtant malgré ses décisions discutables, on va découvrir qu’il peut toujours compter sur le soutien d’Anna, qui va s’avérer être d’une loyauté sans failles et je suis admirative.

Si on retire le côté un peu trop narcissique de Griffin, on découvre un homme avec un bon fond. Il a toujours voulu être sur le devant des projecteurs et face à la moquerie des membres du groupe, il va commencer à développer de la rancœur car personne ne le prend au sérieux et ses idées sont sans arrêt mises de côté. Même s’il ne va pas s’y prendre de la bonne manière, j’ai été attendri face à son sentiment de rejet. Mais ce qui m’a définitivement convaincu, c’est lorsqu’il est avec sa famille, il devient quelqu’un de totalement différent et il est prêt à décrocher la lune pour ses femmes. On comprend que ce besoin de reconnaissance est autant pour lui que pour l’image qu’il renvoie et il va comprendre la valeur des choses qu’il possède lorsqu’il les aura perdu. On découvre le reste du groupe sous un nouvel angle et même si l’histoire se lit vite, il n’a pas à détrôner Kellan dans mon cœur.

Retrouvez ma chronique de Sensible ICI
Lucie
Publicités

Slow | Kylie Scott (Stage Dive #4)

ImpressionBonCe livre est le 4ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

C’est avec une pointe de regret que je referme ce roman. Terminer une série est toujours triste quand on passe autant de temps en compagnie de personnages. Nous avons appris à les connaître dans quatre histoires totalement différentes, certaines m’ont envoûté, d’autres un peu moins, mais je garde le souvenir d’une série géniale, avec des héros craquant à la tête d’un groupe sexy.

Dans ce quatrième opus, nous faisons la connaissance d’un personnage qui est resté discret jusqu’ici et qui me laissait un souvenir un peu négatif, après les évènements liés à Martha dans le tome 1. Je regrette d’avoir porté un jugement hâtif sur Ben, car le bassiste des Stage Dive a autant à offrir que ses autres membres. Dans le tome 2, Mal faisait promettre au bassiste, de rester à distance de sa belle-sœur Lizzy, mais tous les deux vont tenter de garder leur distance, enfin surtout Ben.

J’ai beaucoup aimé la manière dont est amenée cette histoire, après une révélation fracassante dans le prologue. Kylie Scott nous replonge quelques mois en arrière, nous laissant entrevoir certains passages clés de l’histoire de Anne et Mal. Au cours de ces quatre mois, Ben et Lizzy vont réussir à garder leur distance physique, mais ils vont commencer à s’échanger de nombreux textos. J’étais d’ailleurs très emballée par leur mode de communication, j’avais le sentiment de sentir le courant passer entre nos héros. Les choses vont se gâter lorsqu’ils sont en présence l’un de l’autre, l’alchimie disparaît et leurs sentiments sont davantage lié à leur attirance, je n’ai pas ressenti de sentiments amoureux.

L’intrigue est construite sur le même schéma que les précédents, une rock-star sexy, un peu énervant et une héroïne avec les pieds sur terre, qui est complètement déboussolée face à ses sentiments. Je n’ai pas ressenti la petite étincelle et l’évolution des sentiments de Ben est difficile à desceller, car il met de distance et on ne peut pas dire qu’il soit très expressif. Compte tenu des évènements qui vont réunir Lizzy et Ben, je m’attendais à une relation plus dans l’intimité et Ben m’a surtout fait crier. Heureusement que Lizzy est là pour assumer, car j’ai trouvé qu’il détonnait complètement, sans compter le retour de Martha qui est toujours aussi garce et la fin de suffit pas pour se rattraper.

Je reste un peu déçu, j’en attendais plus. Plus de sentiments, plus de sincérité, plus de papillons… et surtout une fin moins précipitée, ce n’est pas mon préféré, mais il offre une jolie conclusion pour cette série riche en émotion. On retrouve la petite touche d’humour, le côté sexy, mais à côté de ça l’histoire manque de saveur. Heureusement que les autres personnages sont là pour redonner un peu de peps à l’histoire, car c’est décevant. Un tome un peu en dessous des autres, mais pas mauvais pour autant.

Retrouvez mon avis sur Rock #1  ICI
Retrouvez mon avis sur Play #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Sing #3 ICI
Signature Lucie

Sing | Kylie Scott (Stage Dive #3)

ImpressionBonCe livre est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Un immense plaisir de retrouver mes rockers chouchous, j’ai trouvé ce tome un peu différent des autres. Notamment parce que Jimmy est largement moins souriant et taquin que pouvait l’être David ou Mal. Dire que je n’ai pas aimé serait mentir, car j’ai passé un super moment. Le problème c’est que Jimmy est totalement neutre dans ses expressions et la moitié du roman j’ai eu envie de le frapper.

Lena accumule les boulots médiocres et travailler pour un célèbre agent ne fait que la conforter dans cette idée. Contre toute attente, lorsqu’elle claque la porte du bureau de l’agent, sa repartie séduit les membres des Stage Dive. Immédiatement, ils lui proposent d’être la baby-sitter/assistante de Jimmy, afin de l’empêcher de replonger dans ses vices. Tout ce qu’il lui demande, c’est de ne pas rester dans ses pattes et lui laisser l’espace dont il a besoin. Les mois passent et la cohabitation semble plutôt bien fonctionner, Lena s’est intégré au groupe d’amis et son travail au côté de Jimmy n’est pas si terrible. L’histoire reprend, au jour de l’enterrement de la maman de Mal et pour la première fois, Lena va voir que les barrières de Jimmy s’effondrent et que ses vieux démons le hantent. Et puis, honnêtement son côté humain est plutôt attachant, enfin quand il n’essaie pas de la contredire.

A la suite de cet évènement, Lena va se rendre compte que plus elle passe du temps en compagnie de Jimmy et plus elle commence à éprouver des sentiments pour lui, elle va tout faire pour passer à côté de ses sentiments. Voyant que son attachement ne s’efface pas, elle va tenter de reprendre sa liberté, mais Jimmy n’est pas du genre à se laisser faire et il est hors de question qu’il laisse partir la meilleure assistante qu’il n’ai jamais eux. Surtout pas pour un petit béguin.

J’ai beaucoup aimé l’histoire et le personnage de Lena, surtout son caractère qui arrive à tenir tête à n’importe qui. Et voyant le combat de coqs avec Jimmy c’était plutôt une partie de plaisir à lire. Les Stage Dive, vont rapidement s’attacher à elle et ils vont d’autant plus l’aimer, qu’elle va permettre à Jimmy de s’ouvrir un peu. D’autant plus que l’auteure laisse planer quelques mystères sur l’histoire de la demoiselle et j’avais envie de découvrir pourquoi elle a peur des sentiments. Bon après, le ressenti de Jimmy m’a vraiment manqué, on voit bien qu’il agit bizarrement, mais on a du mal à desceller ses sentiments et la plupart du roman, si j’avais pu lui coller une baffe je l’aurai faits.

J’attendais tellement qu’il réagisse et se rendent compte qu’il est amoureux. Et puis les chapitres ont passé et c’est arrivé tard. Ce qui rend le milieu du roman un peu mou, mise à part essayer de changer ses sentiments il ne se passe pas grand-chose. Quelques petits drames sans grand intérêt, interagissent avec l’histoire, mais la froideur de Jimmy est quelque chose qui m’a vraiment déçue. Surtout qu’une fois qu’il s’ouvre un peu, il est tellement adorable, je regrette de ne pas l’avoir découvert plus longtemps comme ça. Vous l’aurez compris, une suite qui me laisse un peu mitigé, Jimmy n’est définitivement pas mon préféré. Hâte de découvrir l’histoire de Ben, plutôt mystérieux.

Retrouvez mon avis sur Rock #1  ICI
Retrouvez mon avis sur Play #2 ICI
Signature Lucie

Ripped | Katy Evans (Fight for Love #5)

ImpressionTrès bonDans ce 5ème tome, on s’éloigne du thème de la boxe et on tombe dans l’univers de la musique. C’est très appréciable de basculer dans la simplicité et s’éloigner de la violence des tomes précédents.

Pandora m’avait marquée par son cynisme et son look assez particulier, mais c’est principalement cette volonté de s’éloigner de l’Amour et de mettre en garde Brooke et Mélanie, qui a rendu ce personnage intéressant. Depuis le début de la série, il n’était pas difficile de comprendre qu’elle avait eu un chagrin d’amour. Pandora… C’est un nom qui vous rappellera surement la fameuse boîtes de Pandora, qui n’aurait jamais dû être ouverte. Ce prénom est comme une punition, que sa mère à donner à sa fille qu’elle n’aurait jamais voulu avoir. Présenté comme ça, c’est plutôt douloureux à porter.

Pandora ne pensait jamais revoir Mackenna, depuis son départ 6 ans plus tôt. En apprenant que le célèbre chanteur des Crack Bikini est de retour à Seattle pour un concert évènement, elle décide sur un coup de tête d’embarquer Mélanie dans une petite vengeance, ce qu’elle n’avait pas prévue en revanche c’est de devoir passer un marché pour ne pas être poursuivi pour son acte de rébellion. Pandora décide d’accepter à contre cœur, persuadée qu’elle pourra résister à la malice de Mackenna, pendant trois semaines. Malheureusement, lutter devient impossible quand ta tête et ton corps ne t’envoient pas les mêmes signaux. Entre l’amour et la haine, il n’y a qu’un pas à franchir.

Le passé de Pandora et Mackenna est un véritable atout pour cette histoire, car ils ont déjà un vécu fort et Katy Evans nous propose des flash-black de l’adolescence des deux héros. Leur alchimie est indéniable et même si six années se sont écoulés, ils n’ont rien oublier de l’amour qui les avaient réunis. Leur relation est remplie de secrets, de non-dits et on ne peut qu’être touchée par les épreuves qui les ont amenés là aujourd’hui. J’ai senti venir les révélations et pourtant j’ai été touchée par les dégâts qui sont causés par la faute d’un rien. Et c’est rageant de voir ce que ça a engendré chez Pandora.

Comme dans Rogue, la narration est à deux voix même si Mackenny n’intervient que lors des moments clés de l’histoire, le dosage est parfait et a aucun moment il n’a manqué. Et puis Pandora a tellement de choses à dire et de colère à faire sortir que c’est logique d’être dans sa tête. Elle a vraiment du mal à conserver les idées claires quand Mackenny est à proximité, mais sa répartie est plutôt bonne.

Dans ce tome, Katy Evans a choisi d’être dans la simplicité et les tomes sont de plus en plus captivants. Le changement de décor, est un choix risqué, mais elle a su comprendre qu’elle avait fait le tour de l’Underground et se renouveler sans que ça soit dérangeant. J’ai été très emballée d’être dans un univers musical et puisque l’auteure prépare toujours des playlist au début de ses romans, c’est cohérent. Une série qui s’améliore de tomes en tomes et je lirai la suite sans aucune hésitation.

Signature Lucie

Enlève-moi | Tracy Wolff (Backstage #2)

ImpressionBonCe livre est le 2ème tome d’une saga, la chronique peut contenir des spoilers.

Je ne gardais pas un souvenir extraordinaire du premier tome, mais j’avais envie d’une lecture légère. L’humour a une place importante dans cette suite et c’est un tome certes pas exceptionnel, mais plutôt agréable. Les taquineries entre les héros sont le point fort de cette histoire.

Elise McKinney et Quinn Bradford se connaissent depuis l’âge de 7 ans, ensemble ils participent à des galas de piano. A l’adolescence, au gré des taquineries et des crasses amicales, ils vont se rapprocher, se chercher et succomber l’année de leur 17 ans. Pourtant, cette même nuit Quinn disparaît du jour au lendemain. Dix ans plus tard, chacun à sa propre vie, lui fait désormais partie du groupe de rock Shaken Dirty et de son côté Elise est reconnue comme une célèbre pianiste classique. Alors qu’Elise est victime d’un accident de voiture avec des séquelles irréversibles, elle doit assumer seule l’effondrement de sa carrière. Pourtant à son réveil, elle est surprise de découvrir Quinn à son chevet et ce dernier est bien décidé à l’accueil chez lui le temps de sa convalescence, que ça lui plaise ou non.

Dès le départ, l’alchimie et l’attirance est indéniable pourtant ils vont tous les deux essayer de lutter contre leur envie. De son côté Elise, ne veut pas prendre le risque d’être de nouveau abandonné par son amour de jeunesse et elle n’a plus aucune confiance en lui, alors que Quinn tente de se racheter sans franchir la limite. La cohabitation entre eux va être marqué par une série de taquinerie, plus hilarante les unes que les autres. C’est un plaisir de voir leur complicité renaître sous les yeux des autres membres du groupe. Au contact de l’un et de l’autre, ils vont retrouver ce qui leur avait tant manqué durant leur éloignement. Le fait qu’ils se connaissent depuis plusieurs années est un réel atout, car on ressent à chaque instant qu’ils sont sur le fil et ce n’est pas choquant de les voir succomber si rapidement. La tension sexuelle est palpable et on attend le moment où ils vont succomber.

L’humour est pour moi le point fort de ce roman, on voit les héros se chamailler et on rigole des situations dans lesquelles ils sont entraînés. On peut dire que l’auteure a redoublée d’inventivité dans les petites vengeances, le tout sans trop en faire, les rires sont assurés et c’est simplement drôle. On retrouve aussi les Shaken Dirty dans une passe difficile, notamment avec Wyatt en cure de désintoxication, l’annulation de leur tournée et le cas Micah. La solidarité du groupe réchauffe le cœur et Elise va être accueillis à bras ouvert dans le groupe d’amis. On retrouve également Ryder et Jamison plus amoureux que jamais, ainsi que Jared qui semble être une forme et j’espère qu’un tome lui sera consacré, car depuis le premier opus je suis sous le charme et je lui souhaite un joli happy-end.

L’histoire en elle-même n’a rien d’original, mais la détente est garantie à l’humour, la tendresse et la complicité de Elise et Quinn. J’ai passé un bon moment, certes on est loin du coup de cœur, mais la romance est mignonne. Légèreté, loyauté, amour et sensualité sont au programme.
Signature Lucie