Romance

La chronique des Bridgerton 7 & 8 | Julia Quinn

Résumé :
Les jeunes gens ne se bousculent pas pour demander la main de Hyacinthe, la cadette des Bridgerton, trop fine mouche, trop sincère. Certes, mieux vaut être seule que mal accompagnée, il n’empêche qu’elle commence à se demander si elle ne va pas finir vieille fille. Et ce n’est pas la rencontre avec Gareth Saint-Clair, aristocrate à la réputation sulfureuse, qui risque d’y changer quoi que ce soit. Encore que… La découverte d’un journal intime en italien qu’elle se propose de lui traduire pourrait bien jouer un rôle inattendu.
Contrairement à la plupart de ses congénères, Gregory, le benjamin des Bridgerton, ne vit que dans l’attente du « grand amour ». Il croit l’avoir trouvé en la personne de lady Hermione Watson, éblouissante beauté dont, hélas, le cœur est déjà pris. Qu’à cela ne tienne, Gregory va accepter l’aide de Lucinda Abertnathy, la meilleure amie de l’angélique Hermione, pour parvenir à ses fins.

Je sèche un peu sur l’écriture de cette chronique, je n’arrive pas à mettre des mots sur mon avis, car j’ai l’impression de n’avoir ni aimé, ni détesté cet opus. Nous avons vu grandir Hyacinthe et j’aurai cru que vu les circonstances de sa naissance elle serait au centre de toutes les attentions de la fratrie Bridgerton. Étonnamment elle n’interagit que très peu avec les autres membres et sans Violet Bridgerton on aurait presque oublier l’ambiance si chaleureuse.

La petite fille a laissé la place à une belle jeune femme que de nombreux prétendant aimerait pouvoir courtiser, mais son franc parler qui en fait fuir plus d’un homme et cette année encore elle se retrouve contrainte de débuter une nouvelle saison et cette perspective est loin de l’enchantée. Alors elle s’évade autant qu’elle peut à commencer par ses après-midi lecture chez Lady Danbury pour qui elle a une haute estime et éprouve beaucoup d’affection. Alors quand la vieille dame tente sans grande discrétion de rapprocher Hyacinthe de son petit-fils, Gareth, la jeune femme est un peu réticence connaissant la réputation de jeune homme, mais n’est pas pour autant désintéressé. Lorsque celui-ci découvre un journal ayant appartenu à sa grand-mère paternel rédigé en italien, il va solliciter l’aide de Hyacinthe pour la traduction.

L’histoire va être rythmé par les découverte du journal et Hyacinthe et Gareth vont se laisser porter par les révélations.

***

La conclusion parfaite avec le dernier membre de la fratrie qui m’a fait éprouver les émotions du début de la série. Gregory est peut-être le personnage le plus mystérieux, car il est très jeune lors des précédents opus et au fil des pages nous n’avions que très peu d’informations puisqu’il passait du temps au pensionnant. On a une très belle complicité entre Hyacinthe et Gregory qui ne cessent de se chamailler et c’est ce qui rend cette saga familiale captivante.

Gregory est un amoureux de l’amour, dernier de la fratrie à ne pas encore être marié et à l’image de ses frères et sœurs il aspire à rencontrer son âme sœur et lorsqu’il fait la connaissance de Lady Hermione Watson, il est convaincu qu’enfin il a rencontré la femme de sa vie subjuguée par sa beauté , seulement la jeune femme est elle-même amoureuse et ne semble pas prêter attention à Gregory. Avec l’aide de Lady Lucinda Abertnathy, la meilleure amie de Hermione, il va tenter de pouvoir attirer son attention et lui faire la cour.

J’ai adoré le caractère de Gregory qui a mon sens n’a rien à voir avec ses frères, je ne sais pas si c’est lié au fait qu’il a grandi sans père et que ses frères et sœurs l’ont couvé puisqu’il était le petit dernier, mais il m’a vraiment séduite avec son caractère toujours préoccupé par la réputation des femmes, avec une douceur et un humour comme on y était habituée et qui le rend encore plus charmant, mais son besoin de protection envers sa promise a définitivement fait pencher la balance. Je crois pouvoir qu’après Anthony c’est le frère qui m’a le plus séduite et quand il fait une déclaration il ne fait pas les choses à moitié.

J’ai apprécié l’alchimie qui se développe tout au long du récit entre les personnages et on passe un bon moment en leur compagnie, on ne manque pas de remarquer l’évolution entre eux et l’amitié qui se transforme en quelque chose de plus surprenant pour tous les deux. J’ai été conquise par l’intrigue et la manière dont la romance laisse place à un peu de suspense et plusieurs retournements de situation, sans oublier une touche d’humour. Bref un délice.

Suspense / Thriller

Le mal dans la peau | Mia Sheridan

Résumé :
Trouvera-t-elle un jour la paix ? Le cauchemar de Josie Stratton remonte à neuf ans. Alors qu’elle n’était qu’une toute jeune femme, elle a été enlevée, retenue prisonnière et torturée durant dix interminables mois avant de parvenir à s’échapper de l’enfer.
Aujourd’hui, elle essaie de se reconstruire, un pas après l’autre. Mais alors qu’elle pensait que son bourreau s’était suicidé, de nouvelles victimes apparaissent. Des jeunes femmes séquestrées et torturées qui, elles, n’ont pas eu la chance de survivre.
Josie est prête à tout pour aider l’inspecteur Zach Copeland dans son enquête. Car elle veut participer à l’arrestation du meurtrier, bien sûr, mais aussi parce que l’incroyable Zach est le premier, après toutes ces années, qui parvient à l’approcher, à l’émouvoir… et à faire renaître en elle le désir, ce trésor qu’elle pensait perdu à tout jamais. Elle lui est infiniment reconnaissante pour ce cadeau inattendu, même si elle sait bien, tout au fond d’elle, qu’elle est trop brisée pour aimer à nouveau.

Un roman qui à mon sens n’est pas adapté à la collection New Romance, car il s’agit d’un thriller, la romance bien que présente est au second plan et on se focalise principalement sur l’enquête, si on passe outre ce détail le récit est captivant et plonge le lecteur dans une histoire qui fait froid dans le dos.

Comment surmonter le traumatisme quand on a vécu l’horreur ? Il y a neuf ans Josie Stratton a découvert le pire chez l’être humain, enlevée dans son propre appartement, séquestrée, torturée et retenue prisonnière durant dix mois avant de parvenir à s’échapper, la jeune femme est malgré tout parvenu à se reconstruire malgré les cicatrices toujours à vif. Aujourd’hui elle se concentre sur un nouveau projet et tente de maintenir cette épreuve dans le passé.

Lorsqu’un imitateur émergent et que plusieurs détails rappellent le calvaire de Josie, l’inspecteur Zach Copeland va reprendre contact avec la jeune femme pour tenter d’élucider cette nouvelle affaire. Josie est une héroïne incroyable qui a vécu l’épreuve la plus dévastatrice et qui pourtant n’est pas brisée, son courage est assez impressionnant. Au fil du récit nous frissonnons de l’horreur et honnêtement ce roman n’est pas à mettre en toutes les mains, car l’autrice de nous épargne pas. Les révélations vont devenir captivantes, car on veut remonter le fil des évènements et connaître la vérité.

On s’éloigne vraiment du style auquel Mia Sheridan m’avait habitué et bien que les descriptions soient peut-être un peu trop précises, on se laisse transporter par le récit et on devient un spectateur impuissant fasse à un cauchemar. Je pense qu’en tant que femme c’est un film qu’on s’est déjà fait dans une ruelle sombre, mais honnêtement je n’étais même plus sereine dans ma propre chambre. Il y a un côté un peu malsain et en même temps le désir d’avoir des réponses. L’histoire est surprenante et même si la fin n’est pas celle que j’attendais, je constate qu’il existe un tome compagnon consacré à un personnage important donc je suppose que le dénouement sera dans ce final.

Romance Contemporaine

Tout est sous contrôle (sauf toi !) | Sally Thorne

Résumé :Elle mène une vie bien réglée. Il ignore complètement les règles.
Certes, à vingt-cinq ans à peine, Ruthie ne vit que pour son travail et n’a ni fiancé ni vie sociale.
CertJes, elle passe ses journées entourée de personnes dont l’âge avoisine les quatre-vingt-dix ans.
Mais Ruthie va bientôt devenir manager du village pour seniors de luxe où elle officie, et sa vie lui convient parfaitement. Son emploi du temps est calé sur des semaines, ses journées sont millimétrées, et elle sait que tout est sous contrôle. Du moins le croyait-elle, jusqu’à ce qu’elle rencontre Teddy. Ce biker tatoué des pieds à la tête a besoin d’un toit, et son père, le propriétaire des lieux, lui permet de loger avec les employés à condition qu’il donne un coup de main. Ruthie se serait bien passée de cet élément perturbateur qui, du jour au lendemain, devient à la fois son «  collègue  » et son voisin. D’autant que, si le physique très avantageux de Teddy s’avère utile pour négocier avec les résidentes, il devient vite une menace pour sa propre tranquillité mentale…

La lecture parfaite pour passer un bon moment, l’histoire est légère et menée par un duo de personnage attachant et dès les premiers chapitres j’avais le sourire aux lèvres, quand je reprenais ma lecture c’était mon moment doudou.

Nous faisons la connaissance de notre narratrice Ruthie, une jeune femme de 25 ans à la routine bien rodée, vivant au gré des listes et programme, lui évitant ainsi de s’écarter de sa routine rassurante. Depuis plusieurs années, la jeune femme ne vit plus que pour son travail et se passionne pour le confort des résidents de la résidence sénior où elle travaille. Tout est étudié pour ne pas laisser la place au hasard. Alors quand elle fait la connaissance de Teddy son parfait opposé, qui vit au jour le jour et qui est désordonné cela vient bousculer la vie qu’elle connaissait. Contrainte par le propriétaire d’héberger son fils, elle va du jour au lendemain devoir s’adapter et remettre sa vie en question.

Ce roman c’est la définition même du roman mignon, dès qu’on rencontre Ruthie on a envie de la protéger et on sent à quel point le changement peut s’avérer stressant pour elle et en même temps, on va la voir s’épanouir au contact de ses deux collègues un peu loufoque Mélanie et Teddy.  Difficile de ne pas éprouver de la tendresse quand on voit cette jeune femme tout donner pour le confort des résidents et pour la protection des tortues.

Teddy est un personnage difficile à cerner et j’aurai apprécié d’avoir quelques chapitres où il s’exprime, son arrivée à la résidence va être similaire à une tornade, tant parce qu’il a un physique qui ne passe pas inaperçu, que par rapport à sa personnalité drôle et en même temps on découvre une histoire personnelle touchante. Avec un tel physique on a vite fait d’avoir des préjugés et il va s’avérer être une belle surprise et j’ai adoré sa manière de rentrer tout en douceur dans la vie de Ruthie, malgré le fait qu’il soit assez brute de décoffrage, il va trouver la parfaite attitude pour entrer dans son monde.

J’ai lu ce roman au moment parfait pour l’apprécier totalement, c’est frais, drôle, mignon et rempli de bonnes intentions avec un beau message de confiance en soi.

New Romance

La force de renaître | Brittainy c. Cherry

Résumé :
C’est l’histoire de Hazel Stone et Ian Parker. Marqués tous deux par un environnement familial difficile, ils se débattent pour s’en sortir. Leurs points communs et leur relation sont électriques.
À force de se côtoyer en travaillant à la ferme, ils se défont peu à peu de l’armure qu’ils portent, pièce par pièce, laissant leurs espérances s’exprimer, et l’amour pénétrer dans leurs cœurs. C’est l’histoire de leur résilience.

J’y suis allée à l’aveugle pour une fois et malgré un thème pas forcément original, les émotions sont présentes et je sais qu’en entrant dans l’univers de Brittainy C. Cherry ont ressort forcément un peu secoué.

L’histoire c’est celle de Hazel Stone et Ian Parker, deux personnages qui ont grandi dans un environnement familial toxique, avec la même force de caractère pour s’en sortir et accéder aux rêves qu’ils se sont fixés. Hazel est une jeune femme d’à peine 18 ans, afin de subvenir aux besoins de sa mère enceinte et lui offrir l’avenir qu’elle mérite, elle va tout faire pour obtenir du travail et dans sa petite ville quand on cherche de travail il faut s’adresser au Big Paw à la tête d’une ferme qui a toujours besoin de bras. D’abord réticence, le vieil homme va finir par accepter, Hazel va se retrouver sous les ordres de son petit-fils Ian qui semble tout faire pour la décourager, ensemble ils vont apprendre à faire tomber les barrières et l’amitié va laisser la place à autre chose.

Hazel est une héroïne absolument incroyable, elle a grandi dans une famille dysfonctionnelle et malgré tout ce qu’elle a vécue elle réussit à rester une belle personne prête à tout pour ceux qu’elle aime. A première vue, elle a tout d’une rebelle qui ne se pli pas aux règles et elle n’a pas d’amis sincères à cause du milieu dans lequel elle vit, et c’est son caractère sarcastique qui va prodigieusement agacer Ian et cela va valoir quelques bras de fer verbal. Il va découvrir que les apparences peuvent être trompeuses.

Ian a une histoire familiale qui l’a profondément marqué, puisque ses parents l’ont abandonné, bien que profondément aimé par ses grands-parents, le jeune homme conserve un sentiment amère de cette époque et seule la musique parvient à lui offrir la légèreté qu’il ne parvient pas à atteindre au quotidien. Malgré ses difficultés à s’attacher aux autres, il peut cependant compter sur les membres de son groupe dans les bons comme les mauvais moments.

On a un très bon duo qui a tendance à s’écharper au début et les réparties sont absolument géniales. Ils vont tous les deux rapidement se rendre compte qu’ils ont fait des conclusions attentives et un lien va progressivement naître entre eux. Malgré leur jeune âge, on ressent tout de suite que c’est un lien solide.

Même si ce n’est pas un coup de cœur on a une belle histoire et des personnages attachants, l’autrice m’avait habitué à des romans plus bouleversants, mais la romance est malgré tout touchante et avance tout en douceur. Je suis déjà impatience de retrouver cette autrice la prochaine fois.

Romance Contemporaine

If you wanna be my Lover… | Emma Green

Résumé :
Un (énorme) mensonge, un (inavouable) coup de foudre… Et puis quoi encore ?
Jusque-là, April menait une existence paisible, sans stress ni complications. Tout bascule lorsque sa jumelle, May, lui demande d’échanger leurs vies. Vu sa dette envers elle, impossible de refuser…
En l’espace de vingt-quatre heures, April prend donc la place de sa sœur, récupère son job de publicitaire auquel elle ne connaît rien, le monstre velu que May appelle un chien, et même Tybalt Emerson, un boss parfaitement parfait et pas du tout prévu au programme.
Promis, c’est juste pour une semaine ! Ou deux… Un mois maximum !
Ce plan aurait presque pu fonctionner, mais c’était sans compter Tybalt, son regard qui vous happe, son sourire dément, son charme ravageur et son lot de mystères.
Les complications ?

En ce moment avec la fin de l’été et le retour au travail j’ai envie de romances contemporaines pour m’enveloppe sans un cocon doudou. La rentrée littéraire n’a pas encore vraiment explosé alors mon choix s’est naturellement porté sur Emma Green qui coche pas mal de ces critères et ne déçoit jamais.

Nous allons nous suivre à April Collins, une dessinatrice discrète qui ne fait pas de vague et qui se laisse porter par la vie. Lorsque May jumelle la contacte pour lui demander un service, elle n’envisage pas d’accepter après l’immense d’être qu’elle a envers elle. Elle était loin d’imaginer que sa sœur lui demanderait de prendre sa place et elle se voit plonger dans une vie qui n’a rien à voir avec la sienne pleine de paillette, au cœur d’une agence de pub dirigé par le superbe Tybalt Emerson. Ce spécimen n’était pas prévu dans ses plans et la semaine d’échange va progressivement s’éterniser, tout comme les complications liée à son patron, mais également à cet univers qu’elle découvre avec ces codes.

On s’attache assez facilement à April, elle a son petit caractère sauvage et en même temps même si elle ne se laisse pas faire, elle a une petite fragilité qu’elle ne montre jamais. Être propulsé dans un milieu où seule les apparences comptent va raviver des souvenirs douloureux et pourtant elle va se battre comme une lionne et montrer qui elle, même avec le nom d’une autre. Au début j’avais du mal à accrocher à la relation entre les deux sœurs et il était difficile de concevoir que malgré leur relation assez distante, April accepte ce sacrifice et puis progressivement, on découvre la vérité et les liens entre les deux sœurs vont se ressouder et elles vont tirer un enseignement de cet échange.

Sa rencontre avec Tybalt va légèrement changer la donne, car ce qui devait n’être qu’un banal échange va bouleverser sa vie. Difficile d’expliquer cette attirance et ne pas y succomber va s’avérer un combat quotidien, surtout quand les mystères vont la pousser à découvrir les secrets qu’il tente de cacher. L’attraction est indéniable et chaque interaction un pur bonheur, drôles, pétillantes et un poil touchant. On a un duo qui fonctionne à merveille et même si l’histoire peut ressembler à d’autres, c’est tout ce dont j’avais besoin au moment où je l’ai lu. Un chouette moment de lecture.

New Romance

L’As de cœur | Morgane Moncomble

Résumé :
S’il y a bien une chose que Rose et Levi ont en commun, autre qu’un passé sombre, c’est le poker. Elle est née avec un don ; il a passé sa vie à dépouiller les casinos du monde entier pour un jour devenir le meilleur. Arrivé à son apogée, un seul obstacle se dresse devant lui : Tito Ferragni, sa némésis de toujours. Si son honneur lui a jusqu’ici évité de révéler au public les nombreuses tricheries de Tito, Levi refuse de se laisser faire plus longtemps.
Cette année, un seul homme remportera le Tournoi Mondial de Poker, et ce sera lui. Pour cela, il fait appel à Rose, un détecteur de mensonges sur pattes en recherche d’argent facile. Capable d’affirmer qui bluffe et qui dit la vérité, elle accepte de devenir son arme secrète. Mais si Levi refuse de se laisser distraire par l’attirance qu’il ressent envers elle, Rose compte bien lui rendre la tâche difficile.
Entre vengeance, mensonges et secrets, tout devient possible à Las Vegas…

Pas un coup de cœur, mais toujours un plaisir de retrouver cette autrice qui parvient toujours à proposer un récit qui aborde des thématiques atypiques et toujours une romance qu’on prend plaisir à découvrir. J’ai bien aimé l’immersion dans le milieu du poker qui change complètement et c’est un dépaysement.

Nous faisons la connaissance de deux personnages qui vont se rencontrer grâce au poker et se rapprocher à cause d’un sombre passé qu’il partage. Lors d’une partie de poker Levi est subjugué par le talent de Rose qui fait d’elle une redoutable joueuse, arrivée à un tournant de sa carrière, Levi doit absolument sortir vainqueur face à son concurrent de toujours Tito Ferragni, c’est dans cette optique qu’il décide de proposer à Rose d’exploiter son don pour améliorer sa technique et ainsi devenir son arme secrète. Rester professionnel va s’avérer plus compliqué que prévu face à l’attirance naissante.

Rose est un personnage complexe qu’on aime et déteste à la fois. A première vue Rose est une jeune femme indépendante qui a ne laisse pas les hommes indifférents, à commencer par les joueurs de poker qui semblent voir en elle une belle plante et qui n’ont aucune idée des capacités incroyables de la jeune femme. Progressivement ses faiblesses vont être mises en lumière et on va découvrir que derrière les sourires et le glamour, il y a un passif compliqué et des secrets inattendus vont être révélés. Je dois dire que son parcours semé d’embuches m’a rendu admirative dans ses choix et dans ses combats.

Encore une fois Morgane Moncomble a la capacité de mettre en lumière personnage masculin qui parvient à toucher une corde sensible. Il a ce côté fascinant et mystérieux qui nous donne envie d’en savoir plus. Son désir de vengeance attise la curiosité on veut comprendre ses motivations et ça nous permet de découvrir un aspect intéressant de sa personnalité puisqu’il va élaborer un plan presque infaillible pour mettre en lumière les sombres côtés de son concurrent de toujours. J’ai apprécié sa personnalité qui sort du moule et la mise en avant d’une particularité qui rend ce personnage hors norme.

On retrouve la patte de l’autrice avec des personnages haut en couleur qui mettent en avant la diversité et des personnages secondaires que j’ai apprécié découvrir. Ils m’ont fait passer par toutes les émotions et malgré les épreuves, ils restent soudés. On imaginerait sans mal un spin-off pour prolonger l’aventure et offrir une conclusion moins ouverte et plus poussée dans l’avenir. On a également un univers original avec un tournoi de poker à Las Vegas et la mise en place d’un plan de vengeance au gré des révélations et rebondissements. Sans oublier l’alchimie qui se développe entre Rose et Levi, difficile de passer à côté ce duo explosif qui va mutuellement se faire tourner la tête et bousculer les projets de toute une vie.

Il y a un côté assez frustrant dans le fait d’avoir eu plusieurs coups de cœur dans la bibliographie d’une autrice, car même si on ne le veut pas et bien le degré d’exigence monte forcément d’un cran ou plus et j’ai passé un bon moment, j’ai été prise d’affection pour les personnages, j’ai apprécié les thèmes abordés, mais je m’attends toujours à être bouleversé par le récit. C’est totalement subjectif, mais j’attends toujours à ressentir les émotions de certains romans qui ont su trouver le chemin de mon cœur sans pouvoir l’expliquer et revivre pour la première fois ce que j’ai ressenti avec un autre roman. C’est un peu mon ressenti en terminant ce roman, il a tout pour plaire et j’ai moi-même beaucoup aimé ma lecture, mais je voulais le feu d’artifice et il n’a pas explosé assez fort pour atteindre le point sensible à l’intérieur de mon cœur.