Suspense / Thriller

Verity | Colleen Hoover

Résumé :
La vie a toujours souri à Verity Crawford.
Ses livres font d’elle une auteur star, sa maison du Vermont est splendide et elle forme avec Jeremy, son mari, un couple parfait. Mais un jour, sur une route, son rêve tourne au cauchemar. L’accident l’empêche d’écrire, transforme sa trop grande maison en prison, et menace de l’éloigner de Jeremy.
La vie n’a jamais été tendre avec Lowen Ashleigh.
Ses livres ne rencontrent qu’un accueil poli, ses finances sont au plus mal et ses histoires d’amour sont des feux de paille. Jusqu’à ce que Jeremy la recrute pour devenir le ghostwriter de Verity et terminer à sa place sa série à succès.
Pour Lowen, aussi incongrue que soit la proposition, l’occasion est beaucoup trop belle pour ne pas la saisir. Et Jeremy beaucoup trop séduisant pour qu’elle lui dise non. Mais en découvrant, dans les papiers de Verity, ce qui semble être son autobiographie, Lowen va voir se dessiner, page après page, le portrait d’une femme épouvantable, prête au plus atroce des crimes pour ne pas perdre ce qu’elle a, et prompte à toutes les perversités lorsqu’elle se sent menacée.
Et aux yeux de Verity, Lowen est désormais une menace.

Je lis très peu de romance, mais en bonne collectionneuse qui se respecte je ne pouvais pas passer à côté du nouveau roman de Colleen Hoover. Je suis dans une période où j’ai besoin de découvrir des romans qui se démarquent et pour le coup, celui-ci m’a complètement sortie de ma zone de confort et c’est un franc succès. Du début à la fin, ce thriller psychologique m’a tenu en haleine.

Je n’ai pas vraiment de point de comparaison, mais ce thriller est vraiment bien construit avec des chapitres qui parviennent à maintenir une tension et plonge le lecteur dans une atmosphère pesante où illusion et réalité se confondent. J’ai beaucoup aimé le côté un peu angoissant où on est mal à l’aise, mais en même temps on ne veut pas en louper une miette pour ne surtout pas quitter ces sensations. Les chapitres courts contribuent à accentuer l’envie de tourner les pages et ce besoin viscéral d’obtenir des réponses après chaque chapitres.

J’ai beaucoup aimé les émotions ressenties durant ma lecture, il y a un côté perturbant car l’autrice nous a habitués aux romances contemporaines donc il y avait une part d’inconnu dans cette lecture et un côté intrigant qui m’a fait éprouver des émotions perturbantes. Colleen Hoover joue avec les nerfs de ses lecteurs en jouant avec le réel et l’imaginaire, contribuant à perturber, ne sachant pas vraiment différencier les deux mondes. Lowen Ashleigh est une autrice qui a des difficultés à vivre de son métier, alors lorsque son agent lui propose une opportunité professionnelle avec une grosse rémunération à la clé, elle hésite d’abord, mais se laisse finalement convaincre. On attend de la jeune femme de devenir co-autrice d’une saga à succès écrire par Verity Crawford. Afin de pouvoir s’imprégner des notes de l’autrice, Lowen accepte de passer quelques jours au sein de la famille de Verity et découvre une autobiographie glaçante.

J’y suis allez à l’aveugle sans lire le résumé et ça m’a permis de découvrir l’histoire sans a priori. Mon seul point de repère c’était une autrice que j’adore, qui prend le risque de se lancer dans un projet différent. Je pense que cette histoire va me marquer et je ressens encore le choc de ce que je viens de lire. Un thriller psychologique à découvrir et un suspense à savourer.

New Romance

Book Boyfriend | C. S. Quill (Campus drivers #2)

 

Résumé :
Lorsque Donovan, Campus Drivers adulé et bourreau des cœurs avéré, prend conscience des séquelles que peut causer son comportement, il décide de devenir LE petit ami parfait.
Pour cela, il a besoin du meilleur coach dans le domaine: Carrie. Mais, même s’ils ne se sont jamais fréquentés, celle-ci sait qu’elle ne veut rien avoir à faire avec lui. Les tombeurs d’un soir en quête de repentir, elle n’y croit pas une seconde dans la vraie vie. Elle préfère collectionner les héros des romances qu’elle dévore, c’est bien moins compliqué !
S’il parvient à la convaincre, c’est un programme intensif en romantisme que va devoir suivre Donovan. Mais n’est pas un héros de New Romance qui veut, surtout quand la réalité essaie de jouer avec la fiction !
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

Un second opus qui me conforte dans mon intérêt pour cette série, et qui se démarque du précédent avec un humour très présent et un couple de héros qui interagisse avec de belles réparties. La passion de Carrie pour les romans d’amour, est un petit clin d’œil aux lectrices et j’ai apprécié que Donovan s’en serve de bible pour être un meilleur petit ami.

Donovan est peut-être le Campus Drivers qui sortait le moins du lot avec quatre fortes personnalités, mais sa réputation le précède et la gent féminine est sous son charme. Un évènement déclencheur dans sa vie personnelle va lui faire prendre conscience de son comportement et vraiment troubler par cette révélation il va chercher à améliorer son comportement auprès de Lois et Becca, qui vont prendre ça avec humeur et le diriger vers Carrie la colocataire de cette dernière. Bien qu’elle ne croit pas aux histoires d’amour, la jeune femme dévore les romances et Donovan va tenter d’être un élève studieux et appliquer les conseils de sa coach pour être le meilleur petit ami.

Sportif et Campus Drivers adulé, Donovan n’a jamais eu besoin d’aide pour séduire une femme et le jeune homme n’aurait pas été troublée par une révélation, il n’aurait jamais envisager de se poser avec une femme. On apprécie sa prise de conscience et les efforts qu’il déploie pour améliorer son comportement. J’ai trouvé amusant d’écouter les conseils d’une lectrice et consommatrice de book boyfriend, on est typiquement dans une dynamique qui fonctionne avec un humour très présent et une héroïne avec une repartie incroyable. Donovan n’avait jamais vraiment été en contact avec Carrie et à force de passer du temps l’un avec l’autre, ils vont tous les deux apprendre à se connaitre et mettre de côté leurs préjugés. Les raisons de ce coaching prêtent à sourire, mais la prise de conscience est honorable et touchante.

On écrivant cette chronique, je réalise qu’on s’est beaucoup concentré sur le parcours de Donovan et l’histoire de Carrie bien qu’évoquer par bribes, reste assez flou. On connaît les raisons de son rejet de l’amour, mais on s’intéresse à son histoire que dans les dernières pages et bien que l’histoire soit très appréciable comme ça, c’est vrai que j’aurais aimé de la découvrir durant ses séjours chez elle, qui sont des éléments clés de son histoire. On découvre cependant une jeune femme solitaire au caractère affirmé, qui n’hésite pas à faire redescendre Donovan sur terre. Son passif est touchant et on comprend parfois qu’elle préfère oublier son quotidien en se laissant porter par un livre.

J’ai trouvé ce deuxième tome rempli d’humour, frais et chaque soir je prenais plaisir à replonger dans cette histoire. Je suis curieuse découvrir la suite.

New Romance

Tahoe, le collectionneur | Katy Evans (Manwhore #3)

Résumé :
Peut-on vraiment être amie avec le plus irrésistible des séducteurs ?
Tahoe Roth n’est pas le genre d’homme à avoir une nouvelle fille à son bras chaque semaine. Non, il préfère en avoir deux ou trois à la fois. Ce n’est même pas de sa faute : il peut à peine sortir sans qu’une horde d’admiratrices se jette sur lui, et il est si difficile de faire un choix…
Regina Wylde a bien compris la situation et c’est pour cette exacte raison qu’elle a décidé il y a quelques années que Tahoe serait son ami, rien de plus. Un ami troublant, dont les yeux bleus insondables la laissent encore parfois rêveuse…
Mais maintenant, tout va changer : elle a rencontré un homme et elle espère bien que cette toute nouvelle relation éloignera Tahoe de ses pensées pour toujours. C’est son plan, elle s’y tiendra. Si seulement Tahoe n’avait pas, depuis qu’il la sait en couple, cette petite lueur dans le regard… Une étincelle rageuse qui signifie  » Tu m’appartiens. « 

Je remercie les éditions Hugo New Way pour l’envoi de ce roman

La suite d’une série dont je n’ai le souvenir que le titre, en toute honnêteté j’ai débuté ce troisième opus comme s’il s’agissait d’une découverte, car c’était le flou concernant l’histoire. Je me suis posée en début de soirée pour début ce roman et j’étais déjà impatiente de retrouver les personnages à mon réveil, on peut dire que Katy Evans sait faire monter la tension sexuelle entre ces personnages et je dois avouer que j’ai passé une bonne partie du roman être frustrée le besoin de voir ces deux personnages succomber à la passion.

Pour celle qui ont une meilleure mémoire que moi nous retrouvons dans cette suite Tahoe Roth, le meilleur ami de Malcom Saint et Regina Wylde, la meilleure amie et colocataire de Rachel Livingston les personnages des précédents opus. Contre toute attente ces deux-là vont développer une amitié alors que tous les opposes. Tahoe est un séducteur qui n’a jamais caché son plaisir d’avoir une femme à chaque bras, chacune de ses apparitions attire les regards féminins et Regina malgré son attirance a bien compris qu’elle ne ferait jamais le poids, alors elle se satisfait d’une amitié ambigüe avec cet homme séduisant et va se laisser mener vers une relation plus stable et moins risquée.

Regina est une héroïne qui m’a beaucoup plus et ses pensées m’ont beaucoup touché, car il m’est parfois arrivé d’avoir les mêmes. Depuis le départ de Rachel, la jeune femme est partagée entre la joie de voir sa meilleure amie heureuse et le poids de la solitude. Ses deux meilleures amies sont heureuses en ménage et la jeune femme regarde le bonheur de celles-ci avec l’envie de pouvoir prétendre à la rencontre qui va tout changer. Lorsqu’elle rencontre Trent, sa présence est réconfortante et même si la passion n’est pas là, il a toutes les qualités pour être l’homme qui lui offrira la stabilité et malgré l’attirance qu’elle éprouve pour Tahoe, elle sait qu’il ne pourra jamais se consacrer qu’à une seule femme et elle ne se considère pas assez bien pour lui à tous points de vue.

L’absence de point de vue de Tahoe m’a frustrée car je n’arrive pas à cerner ses intentions et pourtant dans chacun de ses choix il a cherché à protéger Regina, lorsqu’elle était mal, il a toujours répondu présent et même s’il n’a jamais caché son goût pour les femmes, il a été un ami précieux pour la jeune femme. C’est d’ailleurs ses actes qui ont contribué à faire grimper la température, on assiste à un jeu de chat et de la souris torride, où les deux protagonistes luttent contre une force invisible et tous les deux c’est juste une évidence.

New Romance

Falling again | Morgane Moncomble

Résumé :
Surdoué mais solitaire, Aaron n’a que cinq ans lorsqu’il manque de se noyer. Celle qui le sauve d’une mort certaine n’est autre que Fleur, une petite fille bavarde avec des millions d’amis.
Au travers de lettres échangées, les deux enfants se promettent un amour durable digne des meilleurs dramas coréens… jusqu’à ce que la vie les sépare.
Seize ans plus tard, Fleur est une écrivaine romantique mais fauchée qui a perdu toute confiance en elle. De son côté, Aaron est devenu un professionnel du jeu vidéo froid et asocial. Lorsque leurs chemins se croisent à nouveau, Fleur pense que c’est le destin ; l’occasion de faire table rase du passé.
Seul problème : Aaron semble avoir tout oublié de leur histoire d’amour.

Je dois dire que la découverte de cette romance m’a laissé curieuse envers les k-dramas, l’autrice a décidé de rendre hommage à ces séries coréennes qu’elle affectionne et bien que ce soit un univers qui m’est totalement inconnu, en toute honnêteté la définition qu’elle en fait correspond aux raisons qui me font apprécier les romances. Ici nous avons une histoire mignonne, bien que prévisible, mais la romance laisse rarement place à la surprise et je ne pense pas être la seule à être amoureuse des happys-ending. A vrai dire, l’histoire est douce et j’ai pris plaisir à découvrir les héros et les personnages secondaires qui gravitent autour d’eux et qui font penser à une grande famille.

Tout débute par une amitié d’enfant qui se promet l’amour, puis seize ans plus tard ces enfants sont devenus adultes et se retrouvent par le plus grand des hasards au sein de la même société, alors que Fleur est comblée de joie de retrouver son ami/amour d’enfance, Adam semble n’avoir aucun souvenir de la jeune femme, ce qui évidemment va poser beaucoup de questions.

Fleur a toujours voulu être écrivaine, mais un rêve ne paie pas les factures et la jeune femme voit ça comme un échec, ce qui nous montre immédiatement une héroïne en position de fragilité qui a perdu toute confiance en son travail, mais également se dévalorise et semble porter un énorme poids sur les épaules. Poussée par ses amies et colocataires, Fleur va accepter une opportunité professionnelle qui va la forcer à surmonter ses angoisses et contre toute attente, elle va se retrouver à devoir travailler avec Adam, son ami d’enfance. Les retrouvailles ne vont pas se passer comme elle l’imaginait et la jeune femme est partagée entre le bonheur et un sentiment plus profond qui nous fait comprendre qu’il s’est passé quelque chose qui les a séparé.

Adam est un surdoué qui excelle dans son travail, mais il est inapte socialement. Malgré les tentatives de rapprochement de ses collègues, il a toujours maintenu une distance entre lui et les autres, ce qui le plonge davantage dans sa solitude. L’arrivée de Fleur dans l’équipe va d’abord le contrarier et immédiatement il va être froid envers sa nouvelle collègue, malgré ses tentatives de rapprochement. Pourtant malgré cette aversion, il va ressentir une certaine attirance pour cette pétillante jeune femme qui semble se faire apprécier de tous et qui ne cesse de se trouver sur son chemin.

La romance est classique et il m’a manqué la petite étincelle qui fait la différence pour apprécier pleinement ma lecture, mais j’ai beaucoup aimé l’amitié qui unit Fleur, Dana et Eleanor. Une chouette histoire qui est encore une fois très bien écrite et c’est agréable de lire Morgane Moncomble.

New Romance

Love Lesson | Emma Chase (#2)

Résumé :
L’amour vaut la peine qu’on se batte pour lui

Dans sa vie en général, Dean Walker aime que tout soit simple et facile. Ses étés, il les passe à jouer de la batterie avec son groupe et, le reste de l’année, il enseigne les maths au lycée de Lakeside, dans le New Jersey, où il vit depuis toujours.
Dans ses amours, Dean privilégie les conquêtes sans lendemain qu’il enchaîne sans difficultés grâce à son charme et à son sex- appeal… jusqu’au jour où son chemin croise celui de Lainey Burrows, et que tout bascule.
De son côté, Lainey mène une existence bien remplie, entre sa vie de maman solo et son travail d’influenceuse lifestyle. Pour elle aussi, pas de doute, son aventure de l’été avec Dean est sans avenir. C’est sans compter sur la découverte qu’elle fait à la rentrée : le professeur de maths de son fils est aussi son crush de l’été… Lainey n’avait pas prévu que son amant d’un soir allait changer sa vie de famille pour toujours.

Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

La parfaite distraction quand on a le moral en berne. A l’image du premier l’histoire n’a rien de novatrice, mais j’ai trouvé qu’il relevait légèrement le niveau du premier avec un thème qui m’a bien plu et des personnages qu’on prend plaisir à découvrir et qui prête à sourire.

Ce nouvel opus est consacré à Dean Walker, dans le premier opus il avait été présenté comme un professeur de mathématiques très old school, avec une double vie à la tête d’un groupe de musique durant les vacances scolaires. L’histoire débute à la fin de l’année scolaire, durant sa tournée avec son groupe Dean va faire la connaissance de Lainey et ils vont passer une nuit mémorable ensemble et se quitter sans animosité au réveil. Un contrat professionnel va conduire Lainey à Lakeside où enseigne Dean et les retrouvailles vont être pleines de surprises et cette nuit pourraient bien faire basculer leurs vies.

Dean est un enfant du pays, tout le monde à Lakeside connaît sa réputation d’homme à femmes qui n’accepte que les conquêtes d’un soir et nombre de ses ex-copines se souviennent d’un jeune homme volage. Aujourd’hui trentenaire, il est difficile de se défaire d’une telle réputation quand plusieurs personnes ont été témoins des frasques de l’adolescent. Pas forcément prêt à se ranger avec une femme, Dean a cependant beaucoup évolué et son travail de professeur le comble de joie, ses élèves l’adorent et son travail de coach adjoint lui permet de faire un lien entre les sportifs et les intellos. Lorsque son chemin croise à nouveau celui de Lainey, cela va remettre beaucoup de choses en question pour lui et il va prendre conscience d’un avenir qu’il n’aurait jamais imaginé.

Lainey est une maman célibataire épanouie, qui vit de sa passion en faisant des vidéos sur internet. Une opportunité professionnelle va la conduire à emménager dans une maison à Lakeside et entre son fils, les rénovations de la maison et le professeur sexy de son fils, elle ne va plus savoir où donner de la tête. Pourtant malgré la pression de l’inconnu, j’ai trouvé la jeune femme très posé et on ressent que la vie qu’elle a menée avec son fils l’a vraiment apaisé. Retrouvez Dean était inattendu, mais ces deux-là ont conscience qu’il s’est passé quelque chose entre eux lors de cette nuit d’été.

J’ai trouvé que les retrouvailles étaient bien amenées et j’ai beaucoup aimé tout ce qui se développe entre eux. Je ferais le même constat que dans le premier, l’histoire manque peut-être d’un peu de profondeur, on survole les personnalités de nos héros et j’ai trouvé dommage que le cadre du lycée ne soit pas plus exploité, au même titre que l’environnement autour qui sert surtout à conduire Lainey et Dean à se retrouver et on se concentre principalement sur leur romance, sans pour autant creuser les sentiments. Après ce n’est pas pour autant que je suis déçue car l’histoire est amusante et la romance m’a plu.

Romance

Oui ou non | Vi Keeland

Résumé :
Bennett Fox a débarqué dans ma vie par un lundi matin merdique.
J’étais en retard pour le premier jour de mon nouveau boulot, un boulot pour lequel j’allais maintenant devoir me battre même si j’avais déjà travaillé huit ans pour le remporter, à cause d’une fusion inattendue.
Alors que je trimballais mes affaires jusqu’à mon nouveau bureau, j’ai reçu un PV pour m’être mal garée. La policière verbalisait tout un alignement de voitures, à l’exception de l’Audi garée devant moi, exactement la même marque et le même modèle que la mienne.
Agacée, j’ai décidé de refiler mon PV à la voiture qui avait échappé à l’amende. Avec un peu de chance, le propriétaire le paierait sans se douter de rien.
L’ennui, c’est que j’ai accidentellement cassé l’essuie-glace en glissant le papier sur le pare-brise de la voiture.
Sérieusement, ma journée commençait mal.
Tout s’est arrangé quand j’ai rencontré un homme magnifique dans l’ascenseur. Nous avons partagé l’un de ces moments qui n’arrivent que dans les films.
Vous voyez le genre… votre corps s’embrase, des feux d’artifice se déclenchent et l’air crépite autour de vous.
Sous son regard brûlant, le temps que je sorte de l’ascenseur, j’étais toute rouge.
Finalement, la journée n’était pas si mauvaise.
C’était ce que je croyais.
Jusqu’à ce que j’entre dans le bureau de mon nouveau patron et rencontre mon concurrent.
Le beau spécimen de l’ascenseur était désormais mon ennemi juré. Son regard n’était pas brûlant en raison d’une attirance mutuelle. C’était parce qu’il m’avait vue vandaliser sa voiture. Et maintenant, il était impatient d’anéantir sa rivale.
La limite est fine entre l’amour et la haine, et c’est un jeu dangereux.
C’est une limite à (ne pas) franchir… pourtant, ce serait tellement agréable de jouer un peu.
Date de parution : 14 octobre 2020

Autrice incontournable chez Hugo New Romance, il était inconcevable de louper le virage en autoédition de cette autrice. J’avais beaucoup d’attente envers la traductrice et pour mon premier coup d’essai ce fût une réussite.  J’ai retrouvé avec plaisir l’univers léger de Vi Keeland et encore une fois cette romance est comme une pommade qui adoucit le cœur. En toute honnêteté l’intrigue n’a rien d’originale, mais la simplicité n’a jamais été un frein pour moi et ça m’a laissé un sentiment de plénitude à chaque fois que je lisais un chapitre.

Je garde un souvenir assez mémorable des premières rencontres dans les romans de Vi Keeland et celle-ci ne fait pas exception. Lorsque Bennett rencontre pour la première fois Annalise, la jeune femme est en train de vandaliser sa voiture en voulant déposer une amande. A la fois amusé et sous le charme, Bennett va vite déchanter lorsqu’il découvre qu’il s’agit de sa concurrente pour un poste qu’il convoite. Afin de les départager, leur patron va décider de les mettre en compétition sur plusieurs projets, tout en les forçant à travailler ensemble sur d’autres dossiers pour développer une cohésion.

L’esprit de compétition de nos deux héros va les confronter à de nombreux désaccords, qui vont s’avérer être assez amusant et parfois puéril, pour mon grand plaisir. Bien évidemment bien qu’ils soient combatifs, ils vont devoir compter sur un début d’attirance qui va venir troubler la compétition et chacun étant déterminé à gagner ils vont tenter d’ignorer l’alchimie. A plusieurs reprises, ils vont être proches de franchir la limite qu’ils se sont fixés. J’ai bien aimé l’aspect moral de l’histoire, toujours dans le respect et sans coup bas, alors qu’ils ont tous les deux beaucoup à perdre en cas de défaite.

J’ai un petit faible pour les romances dans le milieu professionnel et d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une compétition. J’ai beaucoup aimé leurs échanges et bien que Bennett se comporte parfois comme un grand enfant, la relation haine / amour est un délice. A aucun moment on ne franchit la limite de l’acceptable et bien qu’ils soient en compétition, ils vont rester fairplay. Plusieurs scènes m’ont fait sourire et il est difficile de rester indifférent à la tension sexuelle.

L’intrigue secondaire est également intéressante et on apporte une touche d’émotion à l’histoire, mais on se concentre principalement sur l’aspect léger et comme d’habitude l’humour de cette autrice fonctionnement parfaitement avec moi. C’est toujours un plaisir de découvrir les romans de Vi Keeland.