Dévisagée | Erin Stewart

Résumé :
Tout le monde a des cicatrices, certaines sont juste plus visibles que d’autres.

Ava a tout perdu dans l’incendie qui a ravagé sa maison. Ses parents. Sa meilleure amie. Même son visage. Elle n’a pas besoin d’un miroir pour savoir à quoi elle ressemble: la violence du regard des autres suffit. De retour au Lycée, Ava ne pensait pas tenir plus d’une semaine. Jusqu’à ce qu’elle rencontre la piquante Piper, qui porte comme elle des cicatrices, et Asad, technicien du groupe théâtre -qui partagent sa force de caractère et son humour à toute épreuve.

La résilience d’une jeune survivante solaire et sarcastique.
Un roman coup de poing, qui emmène au plus près de l’émotion.

Je suis tombée par hasard sur le roman Dévisagée, le titre a immédiatement attiré mon attention et la lecture de la quatrième de couverture n’a fait que renforcer mon envie de découvrir ce roman. Je m’étais préparé à découvrir un roman touchant, le thème étant sensible, mais l’histoire m’a brisé le cœur. On aborde avec beaucoup d’empathie le parcours d’une jeune fille qui a survécu au pire, mais qui va devoir affronter la suite.

Ava a survécu au terrible incendie de sa maison qui a détruit sa vie, dans ce drame elle a perdu ses parents, sa meilleure amie et une part d’elle-même. Après plus d’une année de soins médicaux, le médecin considère qu’elle est prête à reprendre le cours de sa vie. Seulement comment retourner au lycée quand les regards lui rappellent à quel point son visage est différent. Pourtant elle accepte de tenter l’expérience pour une quinzaine de jours, après cet échec elle pourra retourner à l’isolement où personne ne la dévisagera ou aura un mot blessant.

De retour au lycée Ava va vivre cette expérience comme une épreuve supplémentaire, on sait pertinemment qu’elle a déjà énormément souffert et la voir affronter le regard des autres dès les premières pages m’a bouleversé. Elle porte en elle une souffrance indescriptible et devoir reprendre le cours de sa vie est difficile à imaginer. Plus rien ne sera plus jamais comme avant et on est évidemment confronté à des émotions puissantes dès qu’on entend les mots qu’utilise Ava pour parler d’elle-même. Sa rencontre avec la pétillante Piper et le discret Asad va venir changer ses certitudes, et mettre en lumière les possibilités pour s’en sortir.

Les probabilités de rencontrer une autre jeune fille qui porte elle aussi des cicatrices sur le corps était quand même assez mince, mais hormis ce détail la naissance de cette amitié entre le trio m’a donné espoir. Les changements vont être imperceptibles, mais la désinvolture de Piper va contribuer à renforcer le caractère d’Ava et ensemble elles ne vont pas se laisser faire. Elles vont se servir du regard des autres et le retourner contre eux, et cette amitié naissance va complètement changer la convalescence des deux amies. Au fil des pages, nous allons suivre les étapes de la guérison d’Ava et chaque passage n’a fait que renforcer mon attachement pour elle.

Je pourrais continuer à vous parler de ce roman, des passages qui m’ont fait réfléchir ou de ceux qui m’ont ému, mais aucun mot ne sera assez représentatif des émotions qui m’ont traversé lors de ma lecture. Ava n’est pas une héroïne comme les autres, ses blessures sont visibles à l’extérieur, mais les plus douloureuses sont celles qui sont à l’intérieur, car elles peuvent terrasser tout sur leur passage. Dans ce roman il y a beaucoup de souffrance, mais il y a aussi beaucoup d’amour, d’amitié et certain passage m’ont fait sourire. C’est le combat d’une adolescente qui va découvrir que « Tout le monde a des cicatrices. Certaines sont justes plus visibles que d’autres ».

Eleanor & Grey | Brittainy C. Cherry

Résumé :
Eleanor et Greyson sauront – ils saisir leur seconde chance, et retrouver la force de s’aimer à nouveau ?
Eleanor et Greyson, opposés en tous points, se rencontrent au lycée, tombent amoureux, et deviennent uniques l’un pour l’autre, jusqu’à ce que la vie et son lot de malheurs les sépare alors qu’ils ont 17 et 18 ans.
Lorsque 10 ans plus tard, Eleanor accepte ce boulot de nounou dans les beaux quartiers, comment aurait- elle pu imaginer, qu’elle devrait s’occuper des enfants de Greyson, son amour de jeunesse ? Mais le garçon qu’elle avait connu par le passé, est devenu un homme – un homme froid, solitaire, détaché de tout.
Le sourire qui perçait parfois dans le regard tourmenté du garçon qui avait ravi son cœur de jeune fille, suffisait à convaincre Eleanor que ce garçon-là, valait la peine qu’on se batte pour le retrouver. Tout ce qu’espère Eleanor c’est d’avoir la chance de laisser une marque à son tour, sur l’âme de Greyson East, qui l’a marquée à jamais.
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour cet envoi

Une lecture qui ne laisse pas indifférent, dès les premiers chapitres nous savons que nous ressortions pas indemne. Brittainy C. Cherry est une autrice qui sait décrire à la perfection des émotions authentiques. On sait qu’on va souffrir, mais il est impensable de ne pas vouloir partager l’histoire d’Eleanor et Greyson, ils ont cette complicité assez inexplicable qui leur permet de surmonter les épreuves en se reposant sur l’autre.

Le roman se découpe en deux parties qui nous emporte dans un ascenseur émotionnel, la première est consacrée à la rencontre d’Eleanor et Greyson durant leur jeunesse. La seconde qui représente deux-tiers du roman est centrée sur leurs retrouvailles des années plus tard. J’ai tendance à être frustré des histoires de seconde chance, car il n’y a pas la naissance des premiers sentiments et ce roman permet d’allier les bases de l’histoire, avec une rencontre déterminante pour ces deux héros. Pouvoir opposer le passé et le présent, c’est l’occasion de découvrir l’évolution d’Eleanor et Greyson qui n’ont plus rien à voir avec les adolescents qu’ils étaient.

La force des romans de Brittainy C. Cherry c’est sa capacité à évoquer des thèmes sensibles avec justesse. Ces histoires n’ont rien d’abracadabrantesques tout ce qu’elle décrit peut arriver à n’importe qui et on peut ressentir la souffrance de nos héros comme s’ils étaient des amis. Eleanor est une héroïne solitaire et introvertie qui préfère une bonne lecture à une interaction sociale. Grey renvoi l’image du garçon populaire, sportif et apprécié de tous, en apparence il est l’exact opposé de la jeune femme. Pourtant si on va au-delà des apparences Grey va rapidement gagner des points avec sa générosité, et pour le coup il a gagné mon cœur quand il s’est trouvé son point commun avec Eleanor et qu’il lui a permis de s’évader le temps de quelques heures.

Dans la seconde partie les rôles sont inversés, Eleanor s’est reconstruite et malgré quelques cicatrices elle est épanouie grâce à son emploi de nounou. C’est une femme drôle, sarcastique et intelligence que nous retrouvons. A la fin son contrat, elle est recommandée auprès d’une nouvelle famille et lorsqu’elle rencontre son employeur elle a la surprise de retrouver Grey, qui n’a plus rien à voir avec l’adolescent ouvert qu’il était. Ce dernier est père de deux enfants et depuis le décès de sa femme il sombre peu à peu, faisant de lui un homme froid. L’arrivée d’Eleanor dans leur vie va se révéler être un vrai soutien pour la famille East. Les rôles vont s’inverser et cette fois-ci c’est la jeune femme qui va aider Grey à surmonter une épreuve et progressivement s’ouvrir.

En conclusion ce roman est très touchant et il fera verser quelques larmes à certain. On aborde avec délicatesse le deuil et ses conséquences sur la vie des personnages. Il est difficile de rester de marbre face à tant de souffrance et cette lecture laissera forcément une trace. J’ai apprécié découvrir l’alchimie entre les personnages pas forcément du point de vue romantique, mais ils sont complémentaires. Je vous recommande chaudement cette lecture qui saura remuer vos émotions pour en ressortir bouleversé.

Combust | K. Bromberg (Everyday Heroes #2)

Résumé :
« Quand un soldat du feu embrase tout sur son passage « 
Jusqu’où le pompier Grady Malone fera-t-il grimper la température ?

La compositrice de chansons, Dylan McCoy s’est brûlée les ailes. À cause de son petit ami qu’elle a trouvé au lit … avec une autre.

Son agent l’oblige à continuer à collaborer avec lui jusqu’à ce qu’ils aient finalisé les chansons de son nouvel album et à tenir leur rupture sous silence. De retour à Sunnyville, elle rencontre son nouveau coloc, Grady, et ne dirait pas non à une aventure-pansement pour se remettre de sa déception amoureuse. Elle résiste pourtant et refuse de se laisser enflammer par Grady Malone, un pompier sexy, charismatique et sans complexe. Un homme qui porte à la fois ses propres cicatrices – sur son dos, celles de la culpabilité du survivant, dans son âme,– et la peur dans son cœur.

Mais alors qu’un visiteur imprévu met à l’épreuve leur statut de colocataires, leur indéniable attirance va t-elle s’évaporer ? Ou prendront-ils le risque de jouer avec le feu ?

Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

Un deuxième opus qui parvient à détrôner mon ressenti du premier tome, tant par ses thèmes forts que par le portrait de ces deux héros. Je ne vous cache pas qu’en terminant cette lecture, les pompiers sont devenus mon nouveau passe-temps ; cette lecture n’a fait qu’alimenter mon imagination déjà fertile. Il faut dire que le parallèle entre le métier de pompier et le sexe n’a cessé d’être alimenté, je pourrais moi aussi participer aux nombreuses expressions qui me viennent lorsque j’évoque Grady Malone et le feu qu’il provoque.

L’histoire de Grant et d’Emmy m’avait déjà beaucoup touché, mais bien que les deux récits soient incomparables celui de Grady et Dylan a eu un écho différent chez moi, car bien qu’il soit indéniable que les deux thèmes sont bouleversants quand on se sent directement concerné le ressenti n’est évidemment pas le même. Comme dans beaucoup d’histoire d’amour celle-ci commence par une rupture douloureuse, après avoir surpris son petit-ami avec une autre, Dylan éprouve le besoin de changer d’air et sur les conseils de son frère, elle se décide à accepter d’être la colocataire de Grady Malone, le temps de pouvoir écrire de nouvelles chansons. Dès leur rencontre elle est émerveillée par cet homme magnifique qui semble sûr de lui et qui fait forte impression auprès des femmes. Au fil des jours, la vérité prend forme sous les yeux de la jeune femme et les souffrances qu’ils ont endurées.

Chaque fois K. Bromberg vise juste avec ses sujets percutants, jusqu’ici je n’ai jamais été déçue et comme je le disais plus haut toutes mes lectures que j’ai pu découvrir abordent des thèmes bouleversants, mais parfois comme c’est le cas ici je fais le parallèle avec mes propres sentiments et l’impact n’est pas le même. On a dosage parfait entre le drame, l’amour et l’humour, le tout sublimé par des personnages authentiques qui donnent l’impression de nous inclure dans leur vie et depuis ma rencontre avec la famille Malone, j’aimerais pouvoir faire partie de ce clan soudé qui a traversé des épreuves, mais ils s’en sortent progressivement grâce à l’Amour. Grady et Dylan ont tous les deux des blessures psychologiques et physiques qui ont contribué à fragiliser la confiance de nos héros et lorsqu’ils vont être confronter aux craintes de l’autre, ils vont se pousser l’un et l’autre pour s’en sortir.

Encore une fois les émotions sont parfaitement retranscrites et on s’immerge complètement dans l’histoire jusqu’à la dernière ligne. J’ai beaucoup apprécié la vulnérabilité des deux personnages et un jeu de séduction va s’instaurer entre les personnages qui ne sont pas prêts à avouer leur attirance et laissent la tension sexuelle s’amplifier. Contribuant également à accentuer la frustration du lecteur qui attend le moment où les personnages vont céder à leur pulsion et quand ce moment arrive c’est la combustion et c’est chaud bouillant !

Un deuxième tome que j’ai particulièrement apprécié et qui n’a fait que renforcer mon amour pour la famille Malone, tout est réuni pour ne pas ressortir indemne de cette lecture et bien évidemment quand le dernier chapitre tome, on aimerait pouvoir prolonger l’aventure. Je n’ai qu’une hâte découvrir le dernier de la fratrie, savourer chaque ligne de son histoire et en même temps, je redoute l’heure des adieux.

Mon avis sur Cuffed #1 ICI

Comme une comédie romantique | Rachel Winters

Résumé :
Et si ça arrivait aussi dans la vraie vie ?
Evie Summers a presque trente ans, et travaille dans une agence audiovisuelle spécialisée dans la conception de scénarios. Condamnée à n’être qu’une assistante depuis des années, elle attend sa promotion avec impatience. Seulement voilà, si elle n’arrive pas à convaincre Ezra Chester d’achever son scénario de comédie romantique, non seulement elle n’aura pas sa promotion, mais elle perdra son boulot. Seul hic, Ezra a l’angoisse de la page blanche, et il ne se remettra au travail qu’à une condition : Evie doit lui prouver qu’on peut aussi tomber amoureux dans la vraie vie. Prête à tout pour sauver l’agence en péril, la jeune femme va rencontrer Ezra comme Harry rencontre Sally et comme Hugh Grant rencontre Julia Roberts.
Je remercie les éditions Hauteville pour cet envoi

Une romance rafraîchissante qui réunit tous les ingrédients d’une comédie romantique digne des plus grands films. Je n’avais pas lu de chick-lit depuis très longtemps et les promesses de ce roman m’ont immédiatement séduite. Qui n’a jamais rêvé d’être l’héroïne d’un film culte où deux personnages vont faire la rencontre qui va tout changer. C’est ce que va vivre Evie Summers pour notre plus grand plaisir.

Mon côté fleur bleue n’aurait pas pu être plus comblée qu’en découvrant cette histoire. Evie jeune trentenaire travail d’arrache-pied pour une agence audiovisuelle spécialisée dans la conception de scénarios. Depuis des années la jeune femme tente de devenir agent, mais son rôle d’assistante semble lui coller à la peau. Alors qu’elle est chargée de convaincre Ezra Chester d’achever son scénario de comédie romantique elle réalise que si le scénariste n’écrit pas son histoire, elle pourra faire sur croix sur sa promotion. Lorsqu’elle prend conscience qu’il semble souffrir du syndrome de la page blanche, elle décide de passer un marcher avec Ezra. Il promet de se remettre au travail si Evie lui prouve qu’on peut tomber amoureux dans la vraie vie comme dans les plus belles romances du cinéma. C’est dans ce contexte que la jeune femme va instaurer les Jolies Rencontres.

Je suis une grande fan de romance donc bien évidemment il me fallait absolument découvrir ce titre. On se laisse facilement porter par l’écriture de Rachel Winters et l’image qu’elle dépeint de son personnage principal s’avère être celle d’une héroïne drôle et attachante. Bien qu’elle considère cette quête comme professionnelle, et qu’elle met en lumière son côté obsessionnel on ne peut qu’espérer le moment où elle fera la rencontre décisive. Chaque rencontre nous offre un remake des scènes de comédie romantique et bien que l’issue ne soit pas toujours celle attendue, on va apprendre à découvrir le parcours d’Evie qui cache de nombreuses appréhensions et un passé qui a laissé des séquelles. Elle pourra compter sur ses amis de toujours qui seront d’un soutien infaillible pour la jeune femme. Et pour le coup les personnages secondaires sont indispensables à l’histoire et ne font pas figuration.

Ces belles rencontres sont amusantes, ça contribue à l’aspect léger du roman, chaque rencontre est une aventure et on se demande ce que nous réserve la prochaine. Deux personnages vont sortir du lot et on suit l’évolution de leurs relations avec beaucoup de plaisir, car les plus petites attentions sont parfois les plus belles. C’est une romance sans surprise, mais qui est menée d’une plume fluide et qui contribue à faire passer un bon moment à son lecteur. Les références de films sont parlantes pour moi et les voir transposées à la réalité ça m’a fait rêver. Un hommage aux comédies romantiques plutôt réussi et inspirant. En bref, un roman qu’il faut découvrir.

Tout près d’ici | Katrina Leno

Résumé :
Magpie se souvient du jour où elle a écrit les premières lignes de son journal. C’était le jour où sa soeur a quitté la ville. Le jour où elle a surpris son père au lit avec sa tante. Le jour où sa mère est tombée dans une spirale infernale d’autodestruction. Le jour de la soirée chez Brandon Phipp. Depuis, au lycée, Magpie a hérité du surnom de salope. Sa meilleure amie ne lui adresse plus la parole, et elle passe ses pauses déjeuner à la table des rejetés du lycée, en silence. Alors, pour sortir un peu de l’enfer du quotidien, elle invente dans son journal un mystérieux endroit appelé  » Tout près d’ici « . Tout près est une contrée parfaite. Son père n’y trompe personne, sa mère n’a jamais bu une goutte d’alcool et les soirées ne dérapent pas. Elle s’y sent tellement bien qu’elle pourrait presque toucher  » Tout près  » du doigt. La porte d’entrée semble là, à quelques pas, juste dans la cour de sa maison… Serait-ce l’endroit rêvé pour enfin prendre sa revanche ?

Je fondais beaucoup d’espoir compte tenu des thèmes abordés tels que le harcèlement le consentement ou encore la vengeance. Bien que la collection soit destinée aux ados, aborder la culture du viol était à mon sens important et encore trop peu présent dans les romans de fiction publiés en français. Sauf que bien souvent quand on a de nombreuses attentes, le récit ne correspond pas à ce que j’avais imaginé. En refermant le livre j’étais déstabilisé et quelque peu déçue sur l’absence de moral.

Pour tout vous dire le côté imaginaire occupe une place particulière et j’étais loin d’imaginer la direction que prendrait l’histoire. Nous suivons Magpie une jeune fille de seize qui se trouve en difficulté depuis plusieurs mois. A commencer par une famille qui se déchire et une mère qui ne parvient pas à tenir le choc, une sœur aux abonnés absents et un père à l’origine du désastre, sans oublier une ex-meilleure amie qui ne s’est pas contenté de disparaître, mais qui en profite pour rendre la vie dure à la jeune fille. Tous ces éléments vont accentuer le malaise de Magpie et elle va tenter de s’évader par l’écriture, en créant Tout près d’ici un monde imaginaire où ses problèmes sont inexistants et où le poids de la réalité n’est plus aussi lourd.

J’étais un peu effrayée par la narration à la troisième personne et finalement on est transporté par le comportement assez détaché de Magpie qui se laisse porter par la vie depuis 6 mois et tente de survivre au lycée malgré les rumeurs et intimidations. Je pensais qu’il serait difficile de l’apprécier car elle est très détachée et on ressent l’impact que les événements ont sur elle. Seulement après plusieurs scènes inattendues j’ai arrêté d’analyser l’aspect psychologique pour essayer de comprendre ce qui se passait et les premières hypothèses ont commencé à rendre ma lecture unique et l’envie de savoir se faisait plus présente. 

Je me sens prise au piège en rédigeant cette chronique car il m’est impossible de vous dévoiler les raisons de mon avis mitigé. J’étais vraiment emballée par la première partie et le thème me plaisait énormément seulement arrivée à la moitié du roman on prend une tout autre direction et ça n’a pas fonctionné avec moi. Ça m’a même mise mal à l’aise car ça n’a aucun sens et bien que l’écriture soit addictive, je ressors déçue de l’issue, j’ai espéré jusqu’à la fin une chute différente et malheureusement les derniers chapitres ne se sont pas parvenu à m’atteindre ou pas dans le sens souhaité. Néanmoins ça n’enlève rien à la plume de l’auteure qui rend le récit très addictif.