New Romance

Hard to Score | K. Bromberg (Play Hard #3)

Résumé :
Comme ses 3 sœurs, Brexton Kincade, est toujours prête à recruter de nouveaux clients pour remonter l’agence de sportifs fondée par sa famille et qui bat de l’aile. Mais lorsque la réputation de son père qui dirige l’agence, se trouve mêlée à une histoire de faillite de la famille du joueur vedette de l’équipe de football américain qu’elle vient de signer, cela risque de compromettre sa relation avec ce dernier qu’elle retrouve dix ans après l’avoir rencontré…

Un troisième opus qui se démarquent des précédents et qui insufflent une bouchée d’air frais très appréciable. A l’inverse de ces sœurs Brexton a conservé son âme de romantique et malgré les échecs, elle conserve un côté fleur bleue.

Nous faisons la connaissance de Brexton troisième sœur de la fratrie Kincade, qui ne recule devant rien pour recruter les meilleurs sportifs pour l’agence et sa chasse au client va la conduire à s’intéresser à un jeune quarterback prometteur. Sur place son attention va se porter sur le quarterback remplaçant Drew Bowman, un jeune homme qu’elle connaît très bien puisque leurs deux familles passaient leurs étés ensemble, jusqu’à ce qu’un scandale éclate. Même après dix ans, l’alchimie entre eux semble toujours aussi présente et vient consolider ce lien qu’ils avaient. Seul le passé semble être un obstacle à leur idylle et ils devront affronter les secrets pour pouvoir vivre leur histoire.

Je ne suis pas une grande fan des histoires de deuxième chance, mais quand je vois Brexton et Drew se redécouvrir c’est ce qui me fait vibrer dans les romances. Brexton a tendance à se faire chahuter par ses sœurs, car elle a tendance à tomber amoureuse très vite et même si elle a conscience qu’elle doit protéger son cœur, elle a cette capacité à vivre totalement son histoire d’amour avec Drew malgré la peur et les doutes. J’ai beaucoup apprécié cet aspect de sa personnalité, elle est amoureuse de l’amour et malheureusement ça lui a joué des tours par le passé, mais cette fois elle sait que c’est le bon.

Retrouver Brexton après toutes ses années va être une épreuve pour Drew qui va prendre un aller simple pour le passé et tous ses non-dits qui ont creusé un fossé entre lui et sa famille. Il semble inconcevable de tomber amoureux de la fille de l’homme qui a détruit sa famille et pourtant, ces retrouvailles sont comme une évidence. Il est inconcevable pour lui de rester éloigner de la jeune femme malgré que le passé le pousse à rester à distance. J’ai trouvé ce personnage très bon construit, il a un côté tendre qui convient parfaitement à Brexton et il va s’avérer être un partenaire très à l’écoute et un brin romantique.

Un roman qui comble parfaitement mes attentes de romantique et il détrône les deux autres sœurs Kincade que j’ai rencontrées. Brexton est incomparable, à la fois tellement plus douce et ouverte que je pouvais qu’être séduite par cette femme. Et contre toute attente un personnage jusqu’alors détestable semble avoir trouvé une infime part d’humanité. Cette lecture me motive complètement pour découvrir le final de la série avec la benjamine.

Fantasy, Young Adult

Ultime soupir | Jennifer L. Armentrout (The Dark Elements #3)

Résumé :
À seulement dix-sept ans, Layla doit faire un choix : lumière ou ténèbres ? Le séduisant démon Roth ou le charmant Zayne ? Tandis que son cœur balance, elle doit affronter un nouveau problème : son meilleur ami Sam a été attaqué puis tué par un redoutable Lilin qui a pris son apparence. Dorénavant, Layla n’a plus qu’une idée en tête : se rendre en enfer pour y sauver l’âme de Sam. Mais le prédateur rôde, et la jeune fille doit impérativement protéger sa ville et ses semblables. Perdue entre le bien et le mal, la raison et la passion, Layla devra écouter sa petite voix intérieure, la seule capable de la guider vers un avenir meilleur…
Ce roman est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

J’attendais avec impatience la conclusion de Dark Elements, il faut dire que le triangle amoureux avait de quoi rendre dingue et vous savez quel point je déteste l’indécision en romance. Je remercie l’autrice qui ne fait pas durer le choix pendant tout le roman et qui apaise notre frustration assez rapidement. J’avais eu vent que cette décision était résultat d’un sondage proposé aux lecteurs et je salue cette sage décision qui était parfaite.

Globalement je n’ai rien à redire sur la romance qui est juste un choix évident et chaque scène à fait battre mon cœur. Néanmoins j’ai trouvé que du côté de l’action ça aurait pu être plus étoffé. Les confrontations avec le Lilin sont un peu décevantes sans réel combat. Certes on a quelques révélations intéressantes au sujet de Layla, mais ça reste assez minime. Layla reste assez jeune et on peut comprendre qu’elle est des préoccupations de son âge et que sa romance avec le héros soit assez présente et ce n’est pas gênant en soit, mais je m’attendais à un équilibre entre romance et fantasy et là c’est au détriment de l’intrigue.

Au vu de l’ambiance fin du monde pourrait s’attendre à un final complexe, mais en fait c’est tout le contraire, tout va trop vite et on résout un peu trop facilement les problèmes. Même en écrivant cette chronique je me dis que je n’ai pratiquement rien à raconter, car il ne se passe pas grand-chose. Bien évidemment ça reste un Jennifer L. Armentrout donc on passe forcément un bon moment, mais quand c’est une autrice chouchou j’ai tendance à vouloir toujours plus et même si la romance m’a comblé, j’ai un goût d’inachevé.

Une bonne conclusion à la série, on apprécie découvrir l’évolution de Layla, qui a prit confiance en elle et en ses capacités, mais honnêtement ce n’est pas inoubliable en comparaison de la série Lux qui reste gravé dans mon cœur de lectrice.

Romance

I Hate You More | Elizabeth O’Roark

Résumé :
Et si leur haine cachait autre chose ?

C’est le pire scénario qu’Erin pouvait imaginer. Brendan, son ancien collègue si détestable, ce séducteur sans attaches qui attire toutes les filles dans son lit, est revenu s’installer en ville. Et pas n’importe où : Brendan loge chez elle. Enfin, chez elle et Rob, son fiancé, qui est à l’origine de cette invitation aussi stupide que dangereuse. Comment Brendan a-t-il pu accepter ? Même si Rob est son ami, il sait très bien ce qu’elle pense de lui. Et, bien qu’elle soit désormais sur le point de se marier, la présence de Brendan, sa voix et son regard provocant suscitent toujours en elle la même tempête d’émotions : exaspération, colère… ainsi qu’un sentiment plus trouble. Alors, quand Rob lui annonce qu’il va devoir partir un mois à l’étranger et la laisser seule avec ce colocataire indésirable, Erin redoute le pire.

J’ai découvert Elizabeth O’Roark dans “Bad Girl Sexy Boy” une lecture incroyable qui m’avait donné des frissons tant l’histoire et les personnages étaient riches. J’étais hyper enthousiaste à l’annonce de cette nouvelle parution, et dans ce genre de situation, les attentes c’est compliqué à contenter quand l’histoire bien que très bonne est en dessous de ma précédente expérience. Mise à part cette petite déconvenue, l’histoire a des qualités et le style est toujours aussi addictif.

Nous faisons la connaissance de Erin, meilleure amie d’Olivia l’héroïne de “Bad Girl Sexy Boy”, la jeune femme est en couple depuis plusieurs années avec Rob, et même si aucune date n’est fixée ils sont même fiancés. En apparence Erin a tout pour être heureuse, mais lorsque Rob doit effectuer déplacement professionnel pendant plusieurs semaines, elle va réévaluer complètement sa vie et se rendre compte qu’elle s’est oublié au profit de son fiancé. La goutte d’eau ça va être quand Rob va inviter Brendan son ancien collègue détestable à venir vivre chez eux le temps de trouver un appartement.

Brendan est également le frère de Will, donc ils se connaissent depuis plusieurs années et l’entente est loin d’être cordiale. Rapidement cette aversion va laisser la place à une compréhension du lecteur grâce à quelques chapitres où Brendan revient sur sa rencontre avec Erin. Et également sur les chapitres consacrés à la jeune femme qui vont nous aider à cerner le problème qui n’est pas la haine, mais l’attirance. On n’est pas vraiment dans le schéma de deux ennemis, car cette haine c’est davantage de la frustration et ils ne mettent pas les bons mots sur leurs émotions et ont laissé leurs rapports s’envenimer.

Erin est un personnage que j’ai eu du mal à apprécier, son indécision et ses réactions m’ont parfois énervé, même si on comprend en partie son point de vue. On ne la déteste pas pour autant, elle ne s’y prend pas de la bonne manière, mais ça part dans bon sentiment pour soutenir son entourage et préfère s’oublier pour le bonheur de ses proches. Mais par moments j’ai trouvé qu’elle manquait de personnalité et sa naïveté m’a agacée.

Le temps qu’elle va passer avec Brendan va lui redonner un nouveau souffle et elle va apprendre à s’écouter grâce à lui. Il profite de la vie et toutes les femmes semblent lui tomber dans les bras sans effort. On découvre grâce à quelques chapitres qu’il a lui aussi des bagages assez important et que sa réticence à l’engagement est lié à un traumatisme ce qui facilite l’attachement.

J’ai été un peu déçue de la psychologie des personnages, elle était plus travaillée dans “Bad Girl Sexy Boy” et ça manquait parfois d’émotions autres que le désir. Néanmoins ça ne m’a pas empêché de passer un bon moment et d’apprécier la romance, même s’ils sont longs à la détente.

New Romance

Hard to Hold | K. Bromberg (Play Hard #2)

Résumé :
Lorsque l’agente de sportifs Lennox Kincade, reine de beauté, découvre que le joueur de l’équipe de football de première division qu’elle est supposée recruter, n’est autre que Rush McKenzie, un joueur vedette, enfant terrible du football, elle comprend qu’elle a pactisé avec le diable !
Anglais. Tatoué. Sexy. Au coeur d’un énorme scandale…
Ce qui aurait dû redorer sa réputation entachée, est sur le point de s’effondrer.
L’objectif ? Le persuader de rester aux États-Unis.
Aussi vrai qu’il n’y a pas de mal à se faire plaisir, si quelqu’un apprenait que leur relation n’est pas purement professionnelle, cela ne ferait que donner raison à tous leurs détracteurs.
Ce roman qui mêle univers du sport et scandales vous tiendra en haleine.

Une autrice qu’on ne présente plus dans le paysage de la New Romance et encore une fois ça été une lecture qui m’a donné le sourire et qui malgré une intrigue assez similaire avec le premier tome, parvient à faire passer un bon moment. Après une première introduction de la fratrie Kincade, j’avais hâte de découvrir le caractère bien trempé de l’une des autres sœurs.

Lennox Kincade est une excellente agente de sportif et parvient toujours à ses fins pour ajouter un sportif à son tableau de chasse. Dans un milieu où les hommes sont souvent sexistes et elle doit se battre pour se démontrer à ses détracteurs qu’elle n’est pas qu’une belle plante qui couche avec ses clients pour obtenir des contrats. Alors qu’elle surprend une conversation odieuse qui met en doute ses compétences, sa combativité va la pousser à accepter une offre afin de prouver qu’elle peut recruter Rush McKenzie, joueur vedette au cœur d’un scandale, mais avant ça ils vont devoir collaborer comme ambassadeur.

J’ai une légère préférence pour ce second opus, car ça me frustre toujours un peu les retrouvailles et pour le coup, les premières rencontres ont le don de me captiver. Celle-ci est très appréciable et ont ressent immédiatement l’alchimie et l’attirance sexuelle dès leurs premiers échanges. Et également l’intrigue qui se met en place et qui met en évidence les failles d’une héroïne qu’on attendait être une vraie lionne et qui pourtant à ses propres faiblesses et se laisse parfois influencer par ses doutes liés au milieu dans lequel elle évolue et également à cause de maladresse de sa famille qui l’affaiblisse un peu plus.

Rush joueur star de football à Liverpool est au cœur d’un scandale et contraint de faire profil bas, il va décider de s’exiler à Los Angeles pour se faire oublier et pour souffler un peu face à l’instance de la presse. Son agent va lui négocier un contrat pour promouvoir la ligue américaine et il se retrouve associé à Lennox qui a été embauchée pour dire oui à ses moindres désirs. Bien évidemment le destin va en rajouter une couche puisqu’ils vont devoir cohabiter et Lennox va tout faire pour maintenir notre sportif à distance. Et ça va nous valoir quelques scènes torrides. Sans que le côté émotionnel soit en reste, on apprécie la manière dont Lennox se retrouve et on apprend à connaître Rush malgré les rumeurs. Et on découvre un duo sublime qui s’est indéniablement trouvé.

On peut compter sur K. Bromberg pour abordés des sujets forts comme elle sait si bien le faire et la construction d’une romance drôle, touchante, pétillante et où on peut voir deux êtres se trouver au pire moment de leur vie et se donner la force de retrouver confiance en soi et surtout de laisser l’amour faire des merveilles au corps et au cœur. J’ai hâte de lire le prochain tome qui est d’ors et déjà dans ma pile à lire et devrait être lu prochainement.

Romance

L’envol | Kyrie Mccauley

Résumé :
Leigh parviendra-t-elle à se sauver et à sauver ses petites sœurs ?
Des milliers de corbeaux envahissent la petite ville d’Auburn, en Pennsylvanie, mais Leigh n’y prête aucune attention. Pour elle, la menace provient des crises terrifiantes de son père. Sa priorité : protéger ses deux petites sœurs coûte que coûte. Heureusement, un rayon de soleil éclaire ce sombre tableau : le beau Liam, différent des autres garçons, semble être le seul à comprendre Leigh. Avec son aide, elle va élaborer un plan pour mettre en sûreté sa famille. Mais son temps est compté : dans moins d’un an, elle devra partir pour l’université.
Je remercie les éditions Pocket Jeunesse et Babelio pour cet envoi

Je ne comprendrais jamais pourquoi les lectures qui me touchent le plus sont celles dont j’ai le plus de mal à parler. Honnêtement quand j’ai lu le résumé, ça avait l’air sympa, mais pas au point de faire un achat compulsif, je me suis dit que j’attendrais les premiers avis et en voyant que les retours étaient assez peu emballés, j’ai passé mon chemin. Je suis à nouveau tombé sur ce roman dans une Masse Critique Babelio et j’ai postulé en me disant que ça serait l’occasion de le découvrir. Après plusieurs lectures contemporaines, j’avais envie de quelque chose de différent donc je me suis laissé tenter par ce roman et dès les premiers chapitres, mon intérêt a été piqué. Ce sentiment inexplicable qui s’insinue et qui vous dit « je veux la suite » et grâce à des chapitres courts les pages défilent sans qu’on s’en rendent compte et toujours en vouloir plus.

J’ai immédiatement éprouvé de l’empathie pour Leighton, on la voit affronter ce qu’aucune adolescente ne devrait avoir à vivre et pourtant malgré la terreur, elle se montre forte pour protéger ses deux jeunes sœurs. Elle est partagée entre son besoin de partir loin à l’université et sa peur d’abandonner sa famille alors que la situation ne cesse d’empirer. Contre toute attente alors que la situation ne cesse de s’aggraver dans sa famille, elle fait la connaissance de Liam un garçon lumineux qui va apporter un peu de lumière et surtout lui faire vivre des instants où elle se sent enfin en sécurité.

En parallèle se développe une autre histoire qui passionne Leighton, l’arrivée de milliers de corbeaux dans sa ville sans aucune explication et qui vont pousser la jeune femme à enquêter sur le mystère de cette invasion. Cette aspect de l’histoire apporte un petit côté fantastique, sans que cette intrigue soit trop présente et en même temps, c’est assez déroutant, car une série d’évènements se produisent et seuls Leighton et sa famille semblent en être conscient.

Pendant toute ma lecture j’étais rongée par la peur, dès que la porte se refermait j’imaginais les pires scénarios et comme notre héroïne j’avais du mal à respirer en attendant la suite. On a cette sensation d’enfermement, comme un sentiment de claustrophobie et cet effet est accentué par les corbeaux qui sont de plus en plus présents et qui semblent être plus nombreux à chaque crise, faisant craindre au pire à chaque fois que la colère grandit.

J’ai trouvé les parallèles qui sont fait très intéressant et on voit que l’intrigue est maîtrisée, chaque chose à sa place et chaque action provoque une réaction en chaine. Du début à la fin nous sommes sous pression et l’autrice joue avec nos nerfs, on est constamment sous pression et il y a une vraie emprise psychologique. Et à la lecture du résumé j’étais loin d’imaginer que ce roman aborderait un thème aussi bouleversant et le récit aborde avec justesse les violences domestiques, et la complexité de celle-ci.

New Romance

The dare | Elle Kennedy (Briar Université #4)

Résumé :
L’université était censée être ma chance de surmonter mon complexe de vilain petit canard et de déployer mes ailes. Au lieu de cela, je me suis retrouvée dans une sororité pleine de filles odieuses. J’ai déjà du mal à m’intégrer, alors quand mes sœurs Kappa Chi me lancent le défi, je ne peux pas dire non.

Le défi : séduire la nouvelle recrue de l’équipe de hockey. Le mec le plus sexy de la classe.

Conor Edwards est un habitué des soirées de Greek Row… et des lits de la sororité. Il fait fondre les filles mais ne leur accorde jamais un second regard, surtout aux filles comme moi. Sauf que M. Populaire me surprend, au lieu de me rire au nez, il me fait une faveur en prétendant devant tout le monde que je l’intéresse.

Encore plus fou, il veut continuer à faire semblant. Il s’avère que Conor adore les jeux et il pense que c’est amusant de ridiculiser mes ennemis. Mais résister à son charme est presque impossible. Je me rends compte que l’histoire de Conor est bien plus compliquée que ce que son fan club peut voir. Et plus cette stupide ruse se prolonge, plus le danger est grand que tout cela m’explose à la figure.

C’est toujours un bonheur de retrouver la plume de Elle Kennedy, mais en plus quand on retourne à Briar je dois oui ! L’histoire n’a rien d’originale et pourtant ça fonctionne totalement, l’héroïne diffère un peu des personnages précédents et j’ai trouvé ça rafraichissant, dommage que la couverture n’est pas suivie.

Ce nouvel opus est consacré à Conor un personnage qu’on avait aperçu dans les autres tomes et personnellement j’ai accueilli ce tome avec plaisir. Lorsque Taylor est dans une fâcheuse posture et qu’on lui demande de relever un défi, contre toute attente cette vedette du hockey va accepter sans broncher et rendre un immense service à la jeune femme. Alors qu’ils gardent tous les deux un bon souvenir de cette soirée, chacun pensait reprendre sa vie là où il l’avait laissé, mais contre toute attente Conor propose à Taylor de continuer à faire semblant et tire plaisir à clouer le bec aux sœurs de sororité de Taylor.

Il faut dire que la jeune femme est régulièrement pointée du doigt parce qu’elle ronde et son physique qui pourtant plaît énormément, ne fait que la complexer depuis son plus jeune âge. Alors qu’elle est encore une fois mise contrainte de réaliser un pari débile, elle va faire la rencontre de Conor qui va immédiatement la rassurer sur son physique pulpeux et on va facilement s’attacher à ses complexes qui vont progressivement s’effacer pour davantage s’assumer. J’ai trouvé les questionnements de la jeune femme intéressants, elle qui aimerait être la plus discrète possible est rattrapé par des formes et des seins imposants qui attirent malgré elle le regard des hommes.

On pourrait croire qu’un sportif aussi populaire ne soit pas sensible à la détresse d’une parfaite inconnue, mais Conor va s’avérer étonnant et sa réaction m’a immédiatement fait craquer. Il va accepter qu’on se comporte avec lui comme un objet pour prouver que Taylor est désirable et qu’il serait prêt à accepter de la suivre dans sa chambre sous le regard d’un public avide qui s’attendait à un rejet en bonne et due forme et honnêtement toutes les fois où il l’a protégé c’était tout ce qu’il me fallait pour l’adorer.

Je suis un peu nostalgique de me dire que cette fois c’est terminé et qu’il n’y aura certainement pas d’autres sin-off, même si j’aimerais bien pouvoir retourner dans cet univers. J’ai beaucoup apprécié ces deux séries et elles font partie de mes favorites en New Romance donc ça me fait un petit quelque chose. Si vous appréciez les romances à l’université et les romances dans le milieu du sport ces deux séries sont faites pour vous !