La rencontre du dernier espoir | Kelley York

Après deux romans superbement écrits, Kelley York a encore une fois réussi à toucher la corde sensible. La Rencontre du dernier espoir est à la fois sombre et pleine d’espoir, j’ai eu très peur avant d’acheter ce roman, la couverture ne présage rien de bon et mon petit cœur craignait de souffrir. Et puis au milieu de tout ce noir, une touche colorée qui rappelle que même au plus bas, une lumière teintée d’espoir n’est jamais bien loin, c’est ce qui m’a donné envie de faire confiance à cette histoire.

D’aussi loin qu’il se souvienne Vincent a toujours été trimbalé d’une famille à l’autre, sans jamais voir se réaliser son rêve d’être aimé. Pourtant depuis quelques années il est hébergé par Maggie, elle n’a rien d’une famille pour lui, pourtant être avec elle est confortable et sécurisant. Alors qu’il vient d’obtenir son diplôme un évènement dramatique va conduire le jeune homme à se retrouver seul et perdu. Déstabilisé par la situation, il tombe par hasard sur un forum Suicide Watch. Intrigué, il va céder à une pulsion et s’inscrire. Ce qui va le mener à rencontrer Casper et Adam, deux personnages qui n’ont rien en communs.

Dès les premières pages, j’ai ressenti le courant passé et pourtant avec un narrateur masculin ce n’était pas gagné. Vincent est différent et c’est justement ce qui m’a séduit chez lui il est unique, sa timidité est telle que les choses simples du quotidien deviennent un vrai combat et en même temps il s’en est toujours sorti. Sa manière d’aborder la vie est assez extraordinaire, il m’a embarqué en toute simplicité dans son petit bout de chemin. J’ai appris à connaître ses réactions et apprécier son caractère, alors qu’il n’a rien d’un héros habituel. A la fois intriguée et captivée, j’ai gardé espoir jusqu’à la dernière minute.

A travers les yeux de Vincent, nous allons faire la connaissance de Casper, après un long combat contre la maladie, la jeune fille est arrivé au bout de ses capacités et le forum Suicide Watch répond à ses attentes, pourtant derrière la mélancolie, j’ai plaisir à évoquer sa joie de vivre qu’elle insuffle à Vincent et Adam dans leurs échanges, sa folie qui soudera le groupe des trois amis. Adam est comme Vincent plus discret, on distingue sans mal sa vulnérabilité et cette souffrance est poignante. Ensemble, ils vont devoir déterminer s’ils sont prêts à accepter le bonheur ou si l’abandon est la solution, sans jamais juger.

Je sais que vu comme ça, on pourrait trouver un roman plus gai, mais c’est justement ce qui rend ce roman bouleversant. Vincent n’a pas en tête des pensées morbides, mais il a un rapport assez particulier avec le suicide et ses sentiments sont assez détachés, mais en même temps très amplifié par moments, ce qui rend les choses encore plus intenses. J’ai du mal à exprimer les émotions qui m’ont traversée, mais c’est assez contradictoire et surtout très émouvant de découvrir qu’on peut se faire des amis dans les pires situations. L’espoir est au cœur de ce roman et Kelley York aborde un sujet délicat sans pour autant en faire des tonnes. C’est beau, c’est touchant et c’est important de rencontrer ce trio.

Publicités

Tous nos jours parfaits | Jennifer Niven

ImpressionJ’ai attendu très longtemps avant de commencer ce roman. J’ai tendance à m’éloigner des romans tristes, car je suis assez émotive. Ce roman m’a fait verser toutes les larmes de mon corps. Et me laisse dans un état émotionnel assez proche d’un cœur brisé. Pourtant, derrière cette histoire bouleversante se cache un roman hors du commun qu’il faut absolument lire. Ne serait-ce que pour découvrir une manière intelligente de traiter un sujet grave, sans romancer la réalité de la maladie.

La première rencontre entre Violet et Finch est assez atypique, car c’est au bord du vide, en haut du cloché du lycée que leur premier contact se fait, avec un désir commun d’en finir avec la vie. Ils sont tous les deux très différents, Violet appartient aux élèves populaires, son cercle d’ami se compose de pom-pom girl, de footballeur et autres élèves qui attirent l’attention. Son monde a volé en éclat, il y a neuf mois lorsque sa sœur aînée et meilleure amie est morte dans un accident de voiture.

Finch est loin d’être populaire, ses accès de violence lui ont valu quelques exclusions et tout le monde s’accorde à dire qu’il a l’air d’un «taré». En réalité, c’est un garçon perturbé, qui est hanté par des démons qu’il côtoie depuis toujours. Sa vie est un éternel recommencement, des phases de lucidité, précédé par les trous noirs, l’accablement et de sombres pensées qui l’engloutissent, jusqu’à sa prochaine phase «d’éveil». Sa spontanéité et sa détermination, vont le pousser vers Violet. Face à la beauté de cette jeune fille, il va tenter de lui prouver qu’elle n’a aucune raison de culpabiliser d’être une survivante. C’est l’histoire d’un garçon qui voulait mourir, d’une fille qui va réapprendre à vivre. A travers un voyage au cœur de l’Indiana, ils vont vivre la plus pure et la plus bouleversante des histoires d’amour.

J’ai pleuré. J’ai été bouleversée. J’ai été en colère. Mais j’ai savourée ma lecture. J’ai imaginé un nombre incalculable de fin possible et puis j’ai réfléchi. Le monde n’est pas toujours beau, mais parfois une seule journée peut changer toute votre vie. Une seule journée peut être le jour le plus parfait de notre vie. Je crois qu’on a tous besoins de réfléchir au sens de la vie, aux choix de chacun et aux décisions que l’on prend. La vie, ça peut être tragique, mais on a besoin de trouver ce qui la rend plus belle.

Signature Lucie

J’étais là | Gayle Forman

ImpressionExcellentCe roman, c’est le nom de l’auteure qui m’a fait le remarquer, comme une évidence il a rejoint ma PAL. Et puis, j’ai lu la chronique d’Evey sur ActuYA, dans un premier temps je n’ai pas lu la partie cachée pour m’éviter de trop en apprendre, mais l’amour qu’elle avait pour ce livre m’a donné envie de le sortir de ma PAL et je suis ravie d’avoir d’écouter les conseils pour cette lecture émouvante.

En terminant ma lecture, je me suis demandée comment j’allais vous parler de ce livre. Le suicide est un thème délicat et j’ai toujours un peu peur de tomber dans le mélodrame en lisant ce genre de lecture. L’histoire débute quelques semaines après le suicide de Meg, la meilleure amie de Cody, celle-ci est en colère et aussi dans une totale incompréhension. Depuis l’entrée de Meg à l’université, elle s’était éloignée, mais rien ne justifierait qu’elle décide de mettre fin à ses jours. Après le choc, c’est la colère qui habite Cody. L’accumulation de cérémonie débile, un vide dans sa vie, surtout des tas de questions.

Sur demande des parents de Meg, Cody se rend à Seattle afin de faire du tri dans les affaires de la jeune femme et récupérer celle qui peuvent l’être. Cette immersion dans le monde de sa meilleure amie, va lui dévoiler une facette qu’elle ne connaissait pas. Elle va découvrir ses colocataires, qui n’ont totalement rien à voir avec elle. Et également Ben McAllister, un musicien avec des yeux à tomber, à l’origine du cœur brisé de Meg. Par hasard, elle va découvrir des fichiers informatiques, qui semblent apporter des réponses à ce geste inattendu. Au fil des pages, Cody va tenter de découvrir ce qui s’est produit durant les dernières semaines de Meg et répondre elle-même aux questions qu’elle se pose.

Cody a le sentiment d’étouffer dans sa petite ville, contrainte de travailler comme femme de ménage pour subvenir à ses besoins, elle n’avance pas beaucoup. Le départ de Meg, l’a conforté dans son impression de ne pas avoir d’avenir. Entre sa mère, qui préfère qu’elle l’appelle par son prénom et les habitants qui ne l’ont jamais remarquée ou ses clients pour qui elle n’existe pas, elle est complètement coincée dans cette vie. Son objectif a toujours été de rejoindre Meg à Seattle, mais maintenant cette possibilité s’efface, en même temps que son avenir. Durant les premières pages, je n’étais pas fan de Cody, son habitude désinvolte et ses critiques envers les nombreuses cérémonies, donnait une image un peu blasée, voire sans cœur. Et puis, j’ai appris à la comprendre et sous son sarcasme, j’ai découvert une jeune fille en colère, tellement en colère d’être passé à côté de quelque chose d’aussi gros.

Tout ce qu’elle va vivre, va être animé par sa volonté de comprendre ce qui s’est passé dans la vie de Meg. Elle va découvrir qu’elle ne la connaissait pas complètement et que la distance qui s’était instaurée, l’a contrainte à se tourner vers d’autres personnes. Il y a un petit suspens, lorsque Cody  va découvrir un dossier on veut comprendre en même temps qu’elle, ce qui s’est produit. Pourquoi et comment Meg est arrivé à un point de non-retour. Ça peut paraître bizarre, mais à aucun moment je n’ai jugé Meg. Le suicide n’a jamais été une alternative pour moi, mais lorsque quelqu’un prend la décision d’en finir avec la vie, je trouve qu’il est important de se mettre à sa place, de comprendre ses motivations. Et Cody va nous apporter les réponses qu’ont a besoin d’avoir. Je ne dis pas que j’accepte ce geste, seulement que comprendre est indispensable et c’est ce qui a permis à Cody de faire son deuil et surtout de se pardonner à elle-même de n’avoir rien pu faire, de n’avoir rien vu.

Un roman bouleversant qui traite de manière poignante le suicide et qui est menée par une héroïne forte et déterminée. La romance occupe une place peu importante dans l’histoire, mais elle apporte un peu de légèreté un sujet difficile. Nos héros, tombent amoureux malgré eux et également malgré que, les circonstances ne soient pas en leurs faveurs, j’ai trouvé leur attachement mignon. Je recommande cette lecture, que ce soit pour la plume de Gayle Forman ou par l’authenticité du récit.

Signature Lucie

Plus loin, Plus près | Hannah Harrington

Très bonC’est toujours un peu délicat de commencer un roman avec un sujet aussi difficile. J’ai mis quelque temps avant de le sortir, pour être sûre d’être prête à commencer sans regretter. C’est une lecture moins difficile que j’aurais pu le croire, mais c’est l’histoire d’une famille déchirée, d’une sœur perdue.

June et Harper ont deux ans de différences et sont aussi opposées que le jour et la nuit. June c’est la fille modèle, qui réussit sa scolarité, qui montre l’exemple et qui a été élue reine de promo. A côté Harper, est en plein dans la phase rebelle, pourtant les apparences sont parfois trompeuses. Le roman débute lors de la veiller funéraire de June, si solaire, si parfaite a pourtant décidé de mettre fin à ses jours. Harper n’en a pas conscience, mais elle est en colère et son manque d’émotions inquiète sa famille. Lorsqu’elle a trouvé sa June inconsciente, elle a pris conscience qu’elle ne connaissait pas sa sœur et que sous ses sourires se cachaient un mal-être insurmontable que personne n’a vu.

Sa famille part en lambeau, son père a sa propre vie de son côté, sa mère cherche des réponses dans l’alcool et sa tante se réfugie dans la religion. Aujourd’hui, elle a un besoin viscéral de comprendre. June n’a laissé aucun indice, aucune lettre qui pourrait expliquer les raisons de son acte. En quête de réponses, Harper va observer le monde de sa sœur et c’est tout naturellement que son choix de porte sur la Californie. En compagnie de sa meilleure amie Laney, elles font décider de partir pour un périple pour exaucer les volontés de sa sœur. Les choses vont se compliquer, lorsqu’elles vont devoir inclure Jake, cet ami qui connaissait June et qu’Harper n’a jamais rencontré. Tous les trois, ils vont partir pour un road trip qui changera leur vie et ils vont vivre une expérience qui les soudera.

Harper n’est pas des plus expressive, ce n’est pas la plus aventureuse des jeunes filles et lorsque son monde s’écroule, elle peut compter sur sa meilleure amie pour lui arracher un sourire ou même la sauver d’une grand-tante qui s’épanche un peu trop. A plusieurs reprises, je me suis demandé comment elles avaient pu devenir amies et au final elle se complète parfaitement. Elles se canalisent mutuellement et s’apportent énormément l’une à l’autre. Pour venir en aide à son amie, Laney plante tout pour partir sur la route pour un périple en Californie. C’est le genre d’amitié qu’on rêve toute d’avoir, son côté déjanté est surprenant au premier abord et pourtant dans un sens elle fait du bien à Harper, qui est beaucoup plus réservé et timide. Jake est beaucoup plus secret, on sait qu’il cache des choses sur sa relation avec June, mais il ne lâche les informations que partiellement. J’avais un peu peur de ce qu’il allait nous apprendre, car Harper est extrêmement fragile et ses révélations auraient pu l’achever.

Le road trip a une place vraiment importante dans l’histoire, tout est très visuel. L’auteure n’hésite pas à décrire le décor dans lequel on se situe et j’avais l’impression d’être dans la camionnette, tellement c’était réaliste. J’avais déjà très envie de visiter les États-Unis, mais là j’ai des images plein la tête. La plume est très agréable et fluide et on tourne les pages à une vitesse effrayante. L’histoire est moins triste que j’aurais pu m’y attendre, Harper va s’ouvrir progressivement et tous ensemble ils vont profiter du voyage pour se rapprocher. Alors oui, il n’y a pas autant de sensibilité qu’un tel sujet requiert, pourtant ça ne m’a pas du tout gêné, bien au contraire. On rentre dans l’intimité d’une jeune fille déchirée par la perte de sa sœur et j’ai eu l’impression d’avoir participé à son deuil. Je vous recommande fortement d’attacher votre ceinture et d’ouvrir grand les yeux et les oreilles, les images défilent et la bande-son nous accompagnent tout le long de ce fabuleux voyage. Une lecture touchante.

Signature Lucie

 

 

Péril Mortel | Mary Burton (Texas Rangers #3)

ImpressionTrès bonLorsque le cadavre de Rory est découvert, tout laisse penser à un suicide par pendaison. Pourtant le Texas Ranger Tec Bragg est persuadé du contraire, ses investigations vont le mener jusqu’à Greer Templeton qui avait rencontré le jeune homme durant son adolescence, douze ans plus tôt. Lorsqu’un second cadavre avec le même mode opératoire est découvert, Bragg est convaincu que le passé de Greer est lié à cette série de meurtre d’autant plus que ces amis, avaient tous tentés de se suicider.

On a plus ou moins une enquête à trois voix, Bragg et Greer sont au centre de l’histoire, mais le tueur se dévoile au cours de ses rituels et chaque meurtre apporte de nouvelles informations, sur son identité. Les Texas Rangers, vont se heurter à des familles de riches avec des secrets enfouis, toutes leur vie ils ont payé pour faire disparaître les vilains secrets de leur enfants et ce n’est pas grâce à leur coopération qu’ils pourront comprendre les causes exactes de ses meurtres, puisqu’ils sont convaincus que leur enfant s’est suicidé et dans ces cas-là, préserver les apparences face aux autres compte plus que tout.

Dès notre première rencontre avec Greer, on voit qu’elle est sauvage et qu’elle est solitaire. Un évènement de son passé a brisé sa vie et ses espoirs d’avenir. Son vignoble c’est toute sa vie, ses journées ne sont consacrées qu’à son travailler, son exploitation et le reste n’a aucune importance. Elle fuit la foule  et ne prend pas le temps de penser à elle. Pour rendre service à tante décédée quelques mois plus tôt, elle va décider de venir en aide à un ex-militaire traumatisé par la guerre en lui proposant du travail. Mitch Bragg, est tout aussi sauvage et malgré ses réticences, il va lui donner une chance.

La frontière entre le professionnel et le personnel ne tient qu’à un fil. En apprenant que sa principale suspecte, a embauché son neveu, Bragg va garder à l’œil Greer. Même si en vérité, c’est davantage l’attirance qu’il a pour elle, que ses inquiétudes qui vont le faire s’intéresser à la jeune femme. A travers ses yeux, il voit toute la souffrance qu’elle garde au fond d’elle. Je n’aurai pas été contre creuser un peu son personnage, on sait très peu de choses à son sujet, quelques bribes d’information concernant son enfance sont lâchées, mais pas suffisamment pour dresser un portrait précis de notre homme.

Le récit est marqué par les cauchemars de Greer, nous permettant de mieux comprendre ce qui s’est passé dans son adolescence et on réussit à dresser un portrait des personnages qui se font assassiner. Le nom du tueur est connu rapidement, mais reste à déterminer sous quel personnage se cache le suspect. L’enquête, n’en est pas vraiment une, les meurtres arrivent les uns après les autres et Bragg obtient ses informations de Greer et on ne suit pas une enquête linéaire, on attend simplement le moment où il s’en prendra à Greer afin que son identité soit dévoilée. Ce n’est pas un aspect dérangeant de l’histoire, car tout est très bien mené. La romance m’a un peu manquée et c’est dommage que les choses ne soient pas allé plus vite entre eux, mais je suis globalement satisfaite.

Retrouvez mon avis sur Texas Ranger #1  ICI
Retrouvez mon avis sur Texas Ranger #2  ICI
Signature Lucie