Plus loin, Plus près | Hannah Harrington

Très bonC’est toujours un peu délicat de commencer un roman avec un sujet aussi difficile. J’ai mis quelque temps avant de le sortir, pour être sûre d’être prête à commencer sans regretter. C’est une lecture moins difficile que j’aurais pu le croire, mais c’est l’histoire d’une famille déchirée, d’une sœur perdue.

June et Harper ont deux ans de différences et sont aussi opposées que le jour et la nuit. June c’est la fille modèle, qui réussit sa scolarité, qui montre l’exemple et qui a été élue reine de promo. A côté Harper, est en plein dans la phase rebelle, pourtant les apparences sont parfois trompeuses. Le roman débute lors de la veiller funéraire de June, si solaire, si parfaite a pourtant décidé de mettre fin à ses jours. Harper n’en a pas conscience, mais elle est en colère et son manque d’émotions inquiète sa famille. Lorsqu’elle a trouvé sa June inconsciente, elle a pris conscience qu’elle ne connaissait pas sa sœur et que sous ses sourires se cachaient un mal-être insurmontable que personne n’a vu.

Sa famille part en lambeau, son père a sa propre vie de son côté, sa mère cherche des réponses dans l’alcool et sa tante se réfugie dans la religion. Aujourd’hui, elle a un besoin viscéral de comprendre. June n’a laissé aucun indice, aucune lettre qui pourrait expliquer les raisons de son acte. En quête de réponses, Harper va observer le monde de sa sœur et c’est tout naturellement que son choix de porte sur la Californie. En compagnie de sa meilleure amie Laney, elles font décider de partir pour un périple pour exaucer les volontés de sa sœur. Les choses vont se compliquer, lorsqu’elles vont devoir inclure Jake, cet ami qui connaissait June et qu’Harper n’a jamais rencontré. Tous les trois, ils vont partir pour un road trip qui changera leur vie et ils vont vivre une expérience qui les soudera.

Harper n’est pas des plus expressive, ce n’est pas la plus aventureuse des jeunes filles et lorsque son monde s’écroule, elle peut compter sur sa meilleure amie pour lui arracher un sourire ou même la sauver d’une grand-tante qui s’épanche un peu trop. A plusieurs reprises, je me suis demandé comment elles avaient pu devenir amies et au final elle se complète parfaitement. Elles se canalisent mutuellement et s’apportent énormément l’une à l’autre. Pour venir en aide à son amie, Laney plante tout pour partir sur la route pour un périple en Californie. C’est le genre d’amitié qu’on rêve toute d’avoir, son côté déjanté est surprenant au premier abord et pourtant dans un sens elle fait du bien à Harper, qui est beaucoup plus réservé et timide. Jake est beaucoup plus secret, on sait qu’il cache des choses sur sa relation avec June, mais il ne lâche les informations que partiellement. J’avais un peu peur de ce qu’il allait nous apprendre, car Harper est extrêmement fragile et ses révélations auraient pu l’achever.

Le road trip a une place vraiment importante dans l’histoire, tout est très visuel. L’auteure n’hésite pas à décrire le décor dans lequel on se situe et j’avais l’impression d’être dans la camionnette, tellement c’était réaliste. J’avais déjà très envie de visiter les États-Unis, mais là j’ai des images plein la tête. La plume est très agréable et fluide et on tourne les pages à une vitesse effrayante. L’histoire est moins triste que j’aurais pu m’y attendre, Harper va s’ouvrir progressivement et tous ensemble ils vont profiter du voyage pour se rapprocher. Alors oui, il n’y a pas autant de sensibilité qu’un tel sujet requiert, pourtant ça ne m’a pas du tout gêné, bien au contraire. On rentre dans l’intimité d’une jeune fille déchirée par la perte de sa sœur et j’ai eu l’impression d’avoir participé à son deuil. Je vous recommande fortement d’attacher votre ceinture et d’ouvrir grand les yeux et les oreilles, les images défilent et la bande-son nous accompagnent tout le long de ce fabuleux voyage. Une lecture touchante.

Signature Lucie

 

 

Publicités

Pas sans lui | Katie McGarry (Pushing the Limits #3)

ImpressionCe livre est le 3ème tome d’une saga, la chronique peut contenir des spoilers.

Encore un tome à la hauteur des précédents, j’ai un petit faible pour cette série et bien que Noah reste mon chouchou, Isaiah a réussi à me séduire et grimper lui aussi sur le podium, alors que je n’appréciais pas l’image que renvoyait son personnage dans les précédents opus. De fortes amitiés, un couple fait l’un pour l’autre réuni par une passion commune, des épreuves à surmonter, mais surtout d’Amour.

Rachel et Isaiah vivent dans deux mondes différents, ils n’étaient pas destinés à se rencontrer. Pourtant une passion commune pour la vitesse va les réunir. Rachel vit dans les beaux quartiers avec 4 frères et des parents bienveillants, pourtant sous le vernis se cache une souffrance. Toute sa vie, tout le monde l’a poussé à rendre sa mère heureuse, même si elle doit devenir quelqu’un d’autre, le sourire de sa mère suffit. Alors que les ténèbres envahissent ses pensées, Rachel ne se sent libre qu’au volant de sa Mustang où elle peut rouler pour oublier. Isaiah n’a jamais eu de chance, accumulant les familles d’accueil, les foyers, il subit plus qu’il ne vit. Pourtant alors que les ombres gagnent sa vie, un ange va apparaître sous la noirceur. Et contre toute attente, deux mondes opposés vont se trouver réunit.

J’appréhendais énormément de découvrir Isaiah, le portrait offert dans les tomes précédents n’était pas trop flatteur, abandonné, drogué, limite alcoolique et désespéré. Pourtant ici, on découvre un jeune homme qui a la tête sur les épaules et qui tente de s’éloigner de l’illégalité afin de pouvoir rester maître de ses actes. Il ne laisse que très peu de personnes accéder à son cercle et Noah son meilleur ami est sa bouée de sauvetage, un soir il se rend à une course clandestine qui va tourner court lorsque la police débarque après un coup de fil anonyme. Il va faire la connaissance de la jolie Rachel, qui s’est retrouvé embarqué un peu là par hasard sans trop comprendre dans quoi elle s’est engagée en participant et ils vont mutuellement se venir en aide pour se sortir d’affaire.

Rachel est une héroïne qui a une force cachée en elle, sa famille la voit comme un être faible et ses frères la surprotège. Pourtant tout le monde semble fermer les yeux faces à sa détresse, depuis plusieurs années elle cache un secret à sa famille et chaque fois qu’elle est le centre de l’attention elle panique. Pourtant sa famille la force à faire des apparitions publiques afin de rendre sa mère heureuse, qui a souffert de la perte de sa première fille. Rachel est enfermée dans un rôle qui la ronge de l’intérieur et sa rencontre avec Isaiah va lui sauver la vie, car elle va enfin pouvoir être elle-même sans craindre de décevoir sa famille et c’est lui qui va voir la force qu’elle a en elle. Sa famille n’est pas horrible en soit, mais tout le monde se sert tellement de Rachel que ça m’a fait mal au cœur de voir sa détresse, ils sont tous  à attendre d’elle qu’elle sauve leur famille en jouant son rôle de petite fille parfaite et ses frères ne sont pas les derniers, ils l’utilisent pour cacher leurs propres problèmes.

Nous avons encore une histoire difficile et comme  a son habitude très réaliste. J’ai apprécié que Isaiah mette un point d’honneur à rester dans la légalité et il nous prouve qu’il ne faut pas se fier aux apparences, car les tatouages, le look punk ne font pas de lui un mauvais gars et bien au contraire, il utilise les apparences pour éloigner les autres. Ça été un plaisir de retrouver Echo et Noah, qui m’avait beaucoup manqué dans le second tome. Bizarrement Beth m’a un peu agacée et je dois dire que je ne l’ai aimer que dans sa propre histoire, vue de l’extérieur elle est tellement rentre dedans que ça en devient désagréable. Un nouveau personnage a fait son entrée et lors de sa première rencontre j’ai eu peur de la détester, pourtant Abby m’a intriguée, sous ses airs de dure à cuire qui gère son business se cache une fille géniale avec beaucoup de problèmes et je suis hyper curieuse de connaître son histoire.

Encore une réussite pour Katie McGarry, une romance captivante, des héros charismatiques, des personnages secondaires intrigants, un mélange détonnant qui offre les ingrédients pour une romance new adult réussie. Je suis le sous le charme et j’ai adoré. Sans hésitation c’est un coup de cœur.

Retrouvez mon avis sur Prêts à tout #2  ICI
Signature LuxnBooks

Une fille parfaite | Mary Kubica

ImpressionJ’avais repéré ce roman depuis quelques temps, le résumé m’intriguait énormément, mais je crois que le book trailer m’a conforté dans mon idée qu’il me fallait absolument ce livre.  Le problème avec ce genre de roman, c’est qu’il faut être dans un état d’esprit positif avant de se lancer et je me sens fortement perturbée par cette lecture. Mais une perturbation positive grâce à l’intrigue génialissime.

J’ai été vraiment surprise par la narration, l’auteure fait le choix de donner la parole à trois de ses personnages et c’est à travers les yeux de ces personnages centraux, que nous allons découvrir Mia Dennett. A aucun moment, les pensées de Mia n’entre en jeu c’est donc par l’intermédiaire de Eve Dennett sa maman, l’inspecteur Gabe Hoffman et Colin Thatcher le kidnappeur que nous allons suivre l’intrigue. Par ailleurs, l’auteure joue avec nos nerfs puisqu’on alterne entre le moment de la disparition de Mia et son retour très perturbé dans sa famille, sans aucuns autres éléments pour nous éclairer.

Je suis tellement surprise par ce roman, que je ne sais même plus par où commencer. Mia est une jeune femme de 25 ans, enseignante d’art dans un lycée, elle mène une vie plutôt tranquille. Issue d’un milieu favorisé avec un père juge, elle a pris ses distances avec sa famille et quitté sa famille dès que son âge lui permettait. Un soir, Eve reçoit un appel inquiétant d’une collègue de sa fille lui indiquant que Mia ne s’est pas présentée à son travail. En premier lieu cela ne va pas inquiéter Eve, sachant que leurs rapports sont plutôt inexistants elle va prendre cette disparition plutôt à la légère, mais face à l’évidence elle va réaliser qu’il se passe quelque chose de grave et elle va prévenir la Police.

James Dennett voulant éviter le scandale ne va pas être ravi de l’arrivée de Gabe, qui est loin de faire des courbettes devant le juge. D’autant plus, qu’il comprend rapidement que sa femme est davantage un meuble et qu’il semble complètement indifférent face à la disparition de sa fille. Touchée de voir la détresse de Eva, il va tout tenter pour comprendre ce qu’il a pu arriver à Mia, même si son propre père semble croire qu’il s’agit d’une farce. Tous vont être affectés par l’enquête, Eve va réaliser que sa vie n’est pas telle qu’elle l’imaginait et elle va se remettre en question notamment sur son rôle de mère. En fait, je crois que je m’attendais pas à être tellement sur le cul avec cette histoire, que ça me perturbe.

Parallèlement l’enquête va hanter Gabe et l’envahir dans chacun de ses gestes du quotidien. La piste va remonter jusqu’à Colin et on va suivre la captivée de Mia à travers ses yeux. Je préfère garder le mystère sur ce personnage, qui se dévoile tout en douceur et ses confidences sont rempli de pudeur. Mary Kubica commence rapidement à jouer avec nos nerfs, alors que l’enlèvement de Mia commence à prendre forme et que les premières révélations voient le jour, un retournement va nous projeter à Noël où Mia, est ramené chez elle, totalement amnésique et plutôt léthargique.

L’alternance des temps m’a clairement rendue folle, car à chaque retour en arrière (ou en avant) un nouvel élément clé était révélé et clairement l’attente avant de savoir comment c’est arrivé m’a fait enrager un nombre incalculable de fois. On peut penser que l’intrigue en elle-même ne révèle pas beaucoup de surprise, seulement les évènements vont entraîner de nombreux chamboulements dans toutes les vies concernées par la disparition de Mia. Les personnages sont tous aussi touchants les uns, que les autres et l’auteure a réussi à me garder captive de son intrigue jusqu’à la dernière page et me surprendre jusqu’au dernier moment. L’épilogue est inattendu et m’a vraiment coupé le souffle

En bref, alors que je croyais avoir tous les éléments en main, Mary Kubica a su amener un dénouement très réussi. Et j’ai trouvé appréciable d’offrir le mot de la fin à Mia, qui apporte les éléments manquant et réponds à toutes les questions qu’il nous manquait pour conclure. A travers son récit, l’auteure réussi à apporter la touche d’originalité qui change tout et ses personnages ont fait la différence. Je crois que j’en encore toute retournée, j’ai senti les larmes venir sur les derniers chapitres, c’est toujours un moment particulier lorsque la mémoire d’un amnésique revient après un choc et les émotions arrivent à une telle vitesse, qu’on a l’impression de recevoir un coup à l’estomac. J’ai passé un moment vraiment excellent et je recommande fortement, cet excellent thriller psychologique.
Signature LuxnBooks

Confidences au bord de l’eau | Kristan Higgins (Gideon’s Cove #3)

ImpressionTrès bonIl était dans ma PAL depuis plus de 6 mois, en temps normal je dévore les romans de Kristan Higgins, mais je n’ai jamais trouvé le moment parfait. A ma grande surprise, il s’agit de la suite de L’homme idéal… ou presque (#1) & Tout sauf le grand Amour (2), parue chez Harlequin. J’ai donc retrouvé les personnages de deux précédents romans avec un immense plaisir. Comme à son habitude, elle réussit à réunir tous les éléments qui ont fait son succès, amour, amitié, famille et bourdes hilarantes.

Dans cette suite, Parker Welles la mère du fils de Ethan apprend que son père est ruiné et qu’il a dilapidé ses économies. Bien obligée de trouver rapidement une solution dans l’intérêt de Nicky son fils, elle se voit contrainte de quitter la résidence familiale. Elle profite de l’absence de son fils pendant trois semaines en vacances avec Ethan et Lucy pour s’occuper de la rénovation d’une propriété qu’elle possède dans le Maine à Gideon’s Cove. Son objectif étant d’essayer de vendre le bungalow avant le retour de son fils. Son père lui envoie James Cahill son avocat et bras droit, leur rapport n’étant pas au beau fixe elle refuse immédiatement. Mais malheureusement, les autres possibilités semblant restreintes pour s’en sortir et James a tout du bricoleur efficace et diablement sexy.

Lorsque j’ai fait la connaissance de Parker, j’étais très intriguée par cette femme issue d’une famille aisée elle avait tout l’air d’une Princesse, pourtant sous la carapace de gosse de riche se cache une femme travailleuse, qui bien que pas satisfaite de son best-seller de roman s’est donné les moyens d’en arriver là. Le fait d’être ruinée ne semble pas la déranger plus que ça, son statut de « riche » semble davantage la mettre mal à l’aise que la rendre heureuse. Ses relations avec son père sont glaciales, pourtant elle reste très attachée à lui et ne semble pas lui en vouloir plus que ça d’avoir ruiné sa fille et son petit-fils. Elle se définit avant tout comme une maman, alors l’absence de son fils va lui procurer un sentiment de solitude, elle va donc se consacrer à fond aux rénovations.

James est vraiment adorable, il a tout du gendre idéal, il côtoie Parker depuis de nombreuses années et il n’hésite pas à se cacher sous son sarcasme,. Pourtant, en apprenant à connaître son personnage, on découvre un homme fragilisé par son passé et qui n’est pas indifférent à la petite Princesse, il est clairement sous le charme depuis plusieurs années. Il va tenter de profiter de leur cohabitation forcée pour se rapprocher de la jeune femme, mais Parker reste insensible à ses différentes approches. Leur cohabitation va malgré tout les rapprocher, car ils vont apprendre à se connaître en toute simplicité et au delà des préjugés qu’ils ont l’un envers l’autre, car leur gros problèmes c’est qu’ils se jugent mutuellement, alors que les apparences sont parfois trompeuses.

En bref, ça été un vrai plaisir de retrouver des personnages que j’avais adoré notamment les couples Lucy/Ethan, & Maggie/Malone qu’on découvre sous un nouveau jour, ainsi que les habitants de Gideon’s Cove qui ont gardé toute leur fraîcheur. J’ai trouvé l’aspect famille un peu en retrait, dans le sens où nos héros ont des rapports conflictuels avec leur famille donc ils n’ont pas autant d’importance qu’à son habitude. C’était d’ailleurs plutôt plaisant, car on développe les liens amicaux. Mention spéciale à l’adorable Nicky, qui n’a pas été autant présent que je l’aurais voulu, mais qui m’a fait craquer une seconde fois. J’ai été charmée par l’épilogue qui a eu raison de mon cœur d’artichaut. Une lecture à la hauteur de Kristan Higgins qui ravira les fans de l’auteure.

Retrouvez mon avis sur Tout sauf le grand Amour #2  ICI
Signature LuxnBooks

Un grand amour peut en cacher un autre | Kristan Higgins

ImpressionBonUne envie de romance contemporaine se traduit très souvent par lire Kristan Higgins. Difficile de résister à un titre pareil, c’est donc avec une valeur sûre que je me suis lancée. J’en ressors un peu mitigée, comme d’habitude j’ai adoré la plume de l’auteure. Les histoires sont toujours aussi bien trouvée et les héroïnes toujours aussi attachante.

Depuis plus de quinze ans Millie est en extase devant le beau Jo, de telle sorte qu’elle n’hésite pas à l’espionner, le filer afin de tout connaître de lui. Aujourd’hui, Millie à 30 ans et le sublime Jo la remarque comme une simple connaissance amicale. Ses études de médecine terminée, elle retourne s’installer dans la ville de son enfance, bien décidé à tout faire pour conquérir le cœur de celui qu’elle considère comme l’homme de sa vie, mais alors qu’il la remarque enfin, les choses ne vont pas se passer selon son plan, pourtant bien élaboré. On pourrait croire qu’elle a la limite du harcèlement, pourtant elle culpabilise un peu.

En parallèle, nous retrouvons comme à son habitude une histoire plus « familiale » avec son odieuse sœur Trish, qui vient tout juste de divorcer de son parfait ex-mari Sam. Pour la première fois dans un roman de Kristan Higgins, la famille occupe une place beaucoup moins importante. Nous n’avons pas une mère ou un père envahissant, des frères et sœurs prêt à tout pour l’honneur de leur sœur. Non, ici nous avons, une garce (Trish), un adorable neveu Danny et Sam un ex-beau-frère/ami. Et pour notre plus grand plaisir, n’oublions pas notre petite boule de poil Digger.

Millie est un personnage très attachant, contrairement aux autres héroïnes, c’est une femme émancipée et épanouie dans son travail. Très indépendante et bricoleuse, elle a quand même retapée sa maison toute seule ! Pourtant, la solitude commence à lui peser, j’ai regretté qu’elle soit influençable au point de vouloir devenir quelqu’un d’autre pour pouvoir plaire à Jo. J’ai eu beaucoup de mal avec le personnage de Jo, selon moi très caricatural et son importance dans le roman m’a dérangée. J’aurais aimé voir davantage développer ce qui se cache derrière le grand amour, car à la fin ça n’arrive que dans les 100 dernières pages et ça j’ai attendu ça tout le roman, donc évidemment ça m’a frustrée.

Un roman dans la lignée des précédents, on retrouve la recette gagnante  habituelle : humour, amour, amitié et famille.  C’est peut-être un des romans que j’ai le moins apprécié de Kristan Higgins, l’histoire était moins pétillante. Malgré tout, je n’hésiterai pas à lire ses prochains romans.
Signature LuxnBooks