Un bonheur imparfait | Colleen Hoover

Résumé :
Graham et Quinn sont tombés profondément amoureux il y a sept ans. Après une rencontre improbable, ils ont vite compris qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. Et puis ils se sont mariés et ont commencé à parler de fonder une famille.
Les mois, les années ont passé et Quinn et Graham ne sont toujours que deux et leur couple semble s’effriter un peu plus chaque jour. Le désir de Quinn de devenir mère est devenue une obsession qu’elle n’est plus très sûre que Graham partage totalement. Leur relation se distend et ils semblent de moins en moins se comprendre.
Est-ce que l’amour même quand il est aussi fort peut mourir quand les épreuves se multiplient ou au contraire peut-il en sortir renforcé ?
Merci Hugo Roman pour l’envoi de cette merveille

Après un passage à vide littéraire, les récentes sorties de Hugo Roman m’ont redonné le goût aux belles histoires et j’enchaîne les lectures qui bousculent mes émotions. Ce roman, je l’ai attendu à la fois avec impatience et appréhension, notamment car depuis que j’ai découvert Colleen Hoover j’ai eu l’impression de vivre plusieurs vies et certaines histoires m’ont touché plus que d’autres, mais récemment je n’ai pas complètement décollé. Je ressors de cette lecture assez bouleversée par la beauté du message et l’authenticité avec laquelle on relate l’histoire de ce couple qui traverse une violente des tempêtes qui gagne en intensité.

Il y a sept ans Quinn et Graham se sont rencontrés dans une situation particulière et bien que ça ne soit pas propice à débuter une relation,  l’attirance est immédiate et est rapidement replacée par un amour intense. Aujourd’hui après plusieurs années d’un amour fusionnel, le couple est plus éloigné que jamais et le poids de l’absence d’enfant pèse sur leur couple. Alors que Quinn ne vit plus que dans l’espoir de fonder une famille, Graham va tenter de s’accrocher et pourtant malgré l’amour évident, leur relation se dégrade progressivement et Quinn sombre peu à peu. Face aux épreuves le couple va voir la distance se creuser.

J’étais loin d’imaginer que l’intrigue aurait un écho aussi intense sur moi. Je me suis identifié à ce que vie Quinn et j’ai été spectateur d’une situation qui empire de pages en pages, tout va crescendo et j’ai senti mon cœur à vif. Imaginez une plaie à vif qui saigne, on désinfecte et place un pansement pour protéger la blessure, mais brusquement on arrache le pansement et la souffrance revient. C’est approximativement ce que j’ai ressenti pendant ma lecture, je suis passé de la souffrance à l’apaisement entre chaque chapitre. Quinn narre l’histoire avec tellement de douleur que j’ai moi-même éprouvé sa peine et à plusieurs reprises j’en ai eu le souffle coupé. Il y a cette détresse dans le roman qui rend forcément le lecteur empathique et on est spectateur d’un huis clos.

J’ai trouvé Colleen Hoover assez pertinente dans son analyse de la stérilité et pendant ma lecture, j’ai faits le parallèle avec ma propre vie, sans arrêt les êtres humains se jugent que ce soit le jugement d’une trentenaire célibataire ou tout simplement, les questions qu’on pose à des jeunes mariés lorsqu’ils n’ont pas encore d’enfants. On ne devrait pas subir des questions aussi envahissantes, car personne n’a toutes les cartes en main et personne n’imagine à quel point les mots peuvent être blessants dans certains cas. J’ai trouvé le thème particulièrement difficile, les sentiments éprouvés par nos personnages sont poignants et c’est très différent de tout ce que j’ai peu lire jusqu’ici. L’histoire d’amour est au cœur de l’intrigue, mais c’est un autre combat qui est mené.

C’est toujours les histoires les plus douloureuses qui sont les plus bouleversantes et cette histoire ne fait pas exception. Certe le personnage de Quinn va en irriter plus d’un, mais je l’ai trouvé habité par des émotions contradictoires qu’elle ne maîtrise pas. Même si elle ne s’en rend pas compte, elle va pouvoir compter sur Graham l’une des plus belles personnes que j’ai pu rencontrer. J’ai vu que des confrères blogueuses le qualifiaient de parfait, personnellement je trouve qu’il est juste humain et même s’il veut bien faire, il est démuni et la situation le pousse malgré lui à commettre des erreurs. Pour la première fois, je n’ai pas apprécié cette histoire parce qu’elle me faisait rêver d’une romance belle et d’un amour inconditionnel, c’est le réalisme qui rend ce récit touchant.

J’ai une pensée pour tous ces couples qui traversent cette dure réalité et aux difficultés qu’ils rencontrent, une part de moi leur souhait de garder espoir, mais surtout de rester souder face aux épreuves. C’est le genre de lecture avec un message qui reste gravé et bien que la naissance de la romance entre Quinn et Graham soit absolument adorable, je retiendrais surtout le chemin parcouru. Incontestablement l’une de mes plus belles lectures de l’année, d’une incroyable tristesse, mais en même temps on a envie de garder espoir pour eux.

Behind the bars | Brittainy C. Cherry

Résumé :
La première fois que je rencontrai Jasmine Greene elle apparut comme des gouttes de pluie.
J’étais ce musicien maladroit et elle était la reine du lycée. Nous n’avions rien en commun hormis notre musique et notre solitude.
Quelque chose dans son regard me disait que son sourire n’était pas toujours authentique. Quelque chose dans sa voix me donnait un espoir que j’avais toujours souhaité trouver.
Puis, en un éclair, elle disparut.
Des années plus tard, elle se tenait face à moi dans une rue de la Nouvelle-Orléans. Elle avait changé. Moi aussi. La vie nous avait rendus plus froids. Plus durs. Plus solitaires. Plus fermés.
Nous n’étions plus les mêmes, mais les fragments de mon être brisé reconnurent la tristesse qui demeurait en elle. A présent qu’elle était revenue, je ne commettrais plus l’erreur de la laisser partir.
La première fois que je rencontrai Jasmine Greene, elle apparut comme des gouttes de pluie. Lorsque nous nous retrouvâmes, je devins son orage le plus sombre.
Merci Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman

J’ai du mal à réaliser qu’après deux en plein désert émotionnel livresque, mon a enfin volé en éclats. De bonnes lectures, j’en ai lu beaucoup, mais depuis bien longtemps mon cœur n’arrivait pas à retrouver l’explosion due à un récit superbement narré. Dès le début, il y a ces palpitations qui se sont fait sentir et progressivement mon cœur s’est gonflé d’amour, la première rencontre avec les personnages est déterminante et le coup de foudre n’a pas pris longtemps. Découvrir leurs fêlures n’a fait que renforcer mon amour pour ce récit, mais c’est lorsque que mon cœur a commencé à se fendiller que j’ai compris que je tenais une perle entre mes mains. Tout est réuni pour apprécier les personnages, l’univers et l’histoire qui se dessine, mais c’est lorsque le lecteur est au sommet de son attachement, qu’il sent son cœur explosé en morceaux. Je dis souvent que les histoires les plus belles, sont également les plus bouleversantes. Brittainy C.Cherry n’aura pas pu rendre plus authentique les émotions.

C’est l’histoire d’une rencontre entre deux musiciens qui vont communiquer à leur manière avec un langage qu’ils sont rares à entendre. La vie de Jasmine Greene est faite de sacrifice, depuis son plus jeune âge sa mère est prête à tout pour la voir réaliser son rêve de célébrité. Les cours de chant, de danse et de comédie ont rythmé sa vie d’adolescente et cette année encore va nécessiter de la pousser au bout de ses capacités. Seulement malgré les difficultés du milieu, Jasmine va se retrouver pour la première fois scolarisé avec ses camarades. Ces heures de cours sont pour la jeune fille une échappatoire, mais les journées vont devenir une vraie bouffée d’air frais lorsqu’elle va entendre le pouvoir de la musique. Comme une évidence, les notes vont effacer la solitude et un simple regard va considérablement changer sa vie. Pourtant à seize ans, un clignement d’œil et tout peut disparaître.

Des années plus tard, tel un aimant ils vont de nouveau être attirés l’un vers l’autre, mais l’insouciance va laisser place aux blessures d’adultes, les plaies plus à vif, mais toujours aussi solitaire. On a beaucoup avoir plusieurs éléments en main concernant le passé de nos héros, ça ne la rend pas moins bouleversante. Nous sommes spectateurs d’une histoire magnifique qui ont le sait va nous briser le cœur, les émotions sont authentiques et mettent le lecteur à vif. Nous assistons à la naissance d’une superbe histoire d’amour bercé par la musique de la Nouvelle-Orléans et en refermant ce livre je réalise que c’est bien plus qu’une romance, il est question de reconstruction, d’espoir et la famille occupe une place centrale dans le développement de l’histoire.

J’aurais tellement de choses à vous raconter, mais la surprise est ce qui m’a plus séduite dans ce roman et j’aimerais ne pas en dévoiler trop pour susciter votre curiosité. Brittainy C. Cherry nous montre encore une fois que les mots peuvent se révéler puissants et la justesse du décor amène le lecteur à se laisser transporter par l’histoire, sans oublier bien sûr les personnages secondaires qui affichent également une belle crédibilité et un soutien sans failles. On a simplement envie de les protéger de la moindre souffrance et de faire partie de cette famille. Un roman qui m’a brisé le cœur et les émotions seront présentes jusqu’à la dernière ligne.

Nightingale Way | Samantha Young (Dublin Street #6)

Résumé :
Pour échapper à des parents toxiques, Grace, londonienne d’origine, s’est installée à Édimbourg. Elle est éditrice de romance à son compte, entourée d’amis très proches et habite un appartement qu’elle aime particulièrement. Cette vie que Grace a su créer avec force et détermination semble en tout point idéale. Il n’y manque, peut-être, qu’un petit ami aux qualités essentielles à ses yeux : compréhensif, protecteur et drôle. Tout l’opposé de son nouveau voisin, en somme. Logan, un Don Juan notoire, est le manager d’une boîte de nuit du quartier. Il est impoli, prétentieux, et malgré tout… terriblement séduisant.

 

Je referme ce livre un peu déstabilisé par mon ressenti. J’ai le mot déception au bord des lèvres, mais ce n’est pas vraiment ça. Il faut savoir que cette série est l’une des premières à m’avoir fait découvrir le New Adult et je place cette série dans mes coups de cœur sans aucune hésitation. Seulement après 5 tomes plus que grandiose, j’ai peut-être mis cette suite sur un niveau d’attente un peu trop importante et l’attente liée à sa publication n’a fait que renforcer mon désir de retrouver les personnages. Dans un sens, j’ai été plus que comblée et c’est un réel bonheur de replonger dans cette ambiance si particulière, mais l’alchimie des héros n’a pas réussi à m’atteindre complètement. Depuis quelques mois, je peine à être touché par les émotions de mes lectures et c’est très certainement moi qui suis passée à côté et ça me désole.

Grace et Logan sont les parfaits opposés et malgré un palier pour les séparer, on ne peut pas dire que leur relation soit au beau fixe. Grace est une jeune femme simple, épanouie dans son travail et entourée d’amis fidèles. Rien n’aurait pu perturber sa petite vie sauf peut-être son Don Juan de nouveau voisin qui est en bonne voie pour la rendre folle. Après un premier échange qui donne le ton, nos deux voisins vont tenter de cohabiter dans le calme, mais ils vont pouvoir compter sur une aide extérieure qui connaît tous bien pour les rapprocher et un événement perturbant va précipiter un rapprochement entre nos héros, favorisant une certaine alchimie.

L’histoire se déroule à travers les yeux de Grace et on a tendance à avoir du mal à cerner Logan, mais au contact de la jeune femme il va montrer un visage amical et son histoire est touchante. Après plusieurs échanges explosifs Grace va se retrouver malgré elle impliqué dans l’histoire du jeune homme et cette nouvelle proximité va les rapprocher avec un peu d’aide extérieure. L’histoire de Grace a contribué à la femme qu’elle est devenu et sa fragilité par moments est émouvante, on a envie de la voir se relever face à ses doutes qui peuvent parfois la ronger, alors la voir s’ouvre aux autres n’a pas de prix et on veut la protéger.

Je parlais plus haut d’un sentiment de déception, mais dans son ensemble c’est une très bonne lecture et Grace va pouvoir compter sur les personnages des autres tomes pour l’aider. C’est une impression assez particulière d’avoir découvert des personnages et de continuer de les voir évoluer dans l’avenir, de voir leurs familles s’agrandir et les liens se souder. La bienveillance de ce clan me laisse sans voix et Grace va pouvoir compter sur une aide précieuse pour poursuivre son petit bout de chemin. La famille a toujours eu une place importante dans cette série et malgré les difficultés rencontrées par nos personnages, le bonheur est leur porte de sortie.

En bref, une page se tourne et je me sens un peu nostalgique après avoir terminé l’épilogue. Je pense faire durer les nouvelles pendant quelques semaines pour replonger le temps de quelques pages dans cette ambiance cosy. Par curiosité, j’aimerais beaucoup que les autres romans de Samantha Young soient traduits pour la découvrir dans un autre environnement et avec d’autres personnages à rencontrer. Une belle conclusion et j’ai adoré me rappeler de quelques souvenirs des tomes précédents.

Mon avis sur Jamaica Lane #3 ICI
Mon avis sur India Place #4 ICI
Mon avis sur Scoland Street #5 ICI

The Risk | Elle Kennedy (Briar Université #2)

Résumé :
Brenna, la fille de l’entraîneur de l’équipe de hockey de Briar, a un caractère bien trempé.
Elle ne se laisse jamais marcher sur les pieds et se fiche totalement de ce que les gens pensent d’elle.
Le problème, c’est qu’elle a besoin de l’appui de Jake Connelly, l’attaquant vedette de Harvard – l’équipe ennemie ! – pour obtenir un stage à la télévision, sur une chaîne spécialisée.
Le jeune homme sexy ne lui facilite pas la tâche.
Il réclame un vrai rendez-vous pour toutes les fois où il devra jouer le rôle du petit ami.
Mais sortir avec l’ennemi, aussi attirant soit-il, lui ferait prendre un gros risque…
Je remercie les éditions Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

J’attendais cette suite avec impatience depuis l’aperçu dans le tome précédent, et ce second opus ne m’a pas déçu. Je dirais même qu’il est un niveau au dessus du précédent et j’ai retrouvé les émotions du début du spin-off Off Campus. Le caractère des personnages principaux va contribuer à quelques scènes hilarantes et c’est cette alchimie qui rend ce couple intéressant, surtout dans un contexte d’amour « interdit ».

Brenna a été élevé par un homme de poigne, qui n’est autre que l’entraîneur de l’équipe de Hockey de Briar. Au contact des joueurs la jeune femme a appris à ne jamais se laisser marcher sur les pieds et son passé l’a conduite à se forger une carapace. Bien évidemment aucune des joueurs n’oserait contrarier le coach, c’est donc dans une ambiance parfaitement platonique que la jeune femme s’est épanouie sans oublier de sa toute nouvelle meilleure amie Summer. Habituée à évoluer dans un univers masculin, Brenna rêve de devenir journaliste sportive afin de combiner ses deux passions. Seulement, alors qu’elle décroche un entretien le stage de ses rêves, la réalité est bien plus complexe et la confiance de la jeune femme s’étiole, la contraignant à faire appel à son pire ennemi Jake Connely, l’attaquant vedette de l’équipe adverse afin qu’il devienne son faux petit-ami.

Bien évidemment Jake ne va pas lui faciliter la tâche et étant en position de force, il va profiter de cette proposition pour mettre ses propres conditions. A savoir pour chaque faux rencart organisé, ils devront faire un vrai rencart et on peut dire qu’il y a un gros potentiel chez notre mâle. Son côté narquois, ses joutes verbales ou tout simplement son côté passionné, font de lui un personnage pour qui on craque facilement. Jusqu’ici il n’a jamais eu aucune distraction et il a toujours donné le meilleur de lui-même, sa rencontre avec Brenna va provoquer une petite secousse notamment parce que la jeune femme ne pas se laisser faire devant l’arrogance du joueur c’est ce naturel qui va le séduire, ça et sa bouche pulpeuse rouge.

Encore une fois, l’auteure nous dépend une héroïne avec un passif complexe et j’ai apprécié la profondeur qui se dégage de ce personnage. Cette force qu’elle renvoi aux autres, comme s’il elle n’avait pas le droit d’avoir des failles m’a vraiment touché. Et en même temps au contact de Jake elle se laisse guider par ses émotions qu’elle s’est longtemps empêché d’écouter afin d’agir de manière raisonnable, que ce soit la colère ou le jeu de séduction qu’ils vont instaurer. Chaque rencontre va faire monter la température de quelques degrés, sans compter que c’est dans les relations les plus conflictuels qu’on découvre les plus belles complicités. Et puis l’aspect romance interdite est léger, mais on ressent qu’ils sont dans une position compliquée.

Sans oublier bien-sûre l’aspect sportif toujours très présent dans l’intrigue et qui donne envie de découvrir un match de hockey sur glace, pour pouvoir vivre de telle aventure. Et comme à son habitude notre héros m’a soutiré quelques sourires avec son humour et son romantisme n’est pas en reste donc très belle lecture addictive.

Mon avis sur The Chase #1 ICI

The Chase | Elle Kennedy (Briar Université #1)

Résumé :

On dit que les opposés s’attirent. Et s’il y en a bien une qui est d’accord avec ça, c’est Summer, parce qu’il n’y a aucune raison logique pour qu’elle soit attirée par Colin Fitzgerald. En règle générale, elle n’aime ni les intellos tatoués, ni les jeux vidéo, ni les joueurs de hockey qui pensent qu’elle est volage et superficielle.
De son côté, Fitz n’est pas persuadé que cette fille solaire, sûre d’elle, en un mot magnifique, soit celle qu’il lui faut.
Et pourtant, il va falloir qu’il s’y fasse car… ils sont colocataires !
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

L’auteure d’une des séries les plus marquantes de ma bibliothèque est de retour et retrouver la plume d’Elle Kennedy est toujours addictive. Dans ce spin-off nous retrouvons des personnages familiers et d’autres un peu moins, qu’il me tarde de découvrir de manière plus approfondi. L’auteure s’intéresse à plusieurs thèmes importants, tout en conservant une pointe d’humour comme elle sait si bien le faire.

Depuis qu’elle a rencontré Colin Fitzgerald, Summer Heyward-Di Laurentis n’a jamais oublié cet intello tatoué, elle ne se l’explique pas, mais il provoque en elle des sensations qu’elle n’avait pas éprouvé depuis des années. Alors lorsqu’elle apprend qu’il la trouve superficielle, elle comprend que ses sentiments ne sont pas partagés, elle préfère éviter le hockeyeur et se concentrer sur ses études. Seulement, la situation va légèrement se compliquer lorsqu’elle va devoir partager un appartement avec trois joueurs de l’équipes, dont Fitz.

Summer arrive en cours de scolarité à Briar, suite à un renvoi de sa précédente université, ce qui va l’amené à se retrouver à chercher à se loger sur le campus, alors son frère va tirer des ficelles et ses anciens coéquipiers vont se faire un plaisir d’accueillir la pétillante jeune femme. Rapidement elle va montrer l’image d’une jeune femme sure d’elle et son excentricité peut renvoyer un mauvais message, rendant la cohabitation difficile. les non-dits et le manque de communication entre Summer et Fitz vont compliquer leur relation et honnêtement parfois j’avais envie de crier ma frustration, mais la romance n’en reste pas moins adorable. Dès que les masques tombent on découvrent des thèmes sérieux abordés avec sensibilité et authenticité.

Fitz est un personnage beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, ses difficultés à communiqué vont le mettre dans une situation compliquée et son passé ne va pas rendre la situation plus simples. J’ai trouvé son personnage différent des sportifs de la série, sportif émérite, c’est également un passionné de jeux-vidéos tant aux manettes qu’à la création du design. Discret dans ses activités, il n’aspire qu’à passer inaperçu et l’attitude de Summer est loin d’être une situation familière. Malgré les préjugés, ils vont se découvrir une alchimie qui va effrayer Fitz peut habitué à éprouver des sentiments aussi intenses et n’arrange pas ses rapports avec la jeune femme.

Impossible de ne pas évoquer les personnages secondaires qui ont susciter ma curiosité et que j’ai apprécié rencontrer. Et cette fameuse touche d’humour qui contribue à mettre le lecteur en phase de détente. On débute ce spin-off avec un très bon couple de héros et il est indéniable que la plume magique d’Elle Kennedy est à l’origine de ce premier opus. Un univers qu’il me tarde de retrouver dans The Risk.

Mon avis sur The Deal #1 ICI
Mon avis sur The Mistake #2 ICI
Mon avis sur The Score #3 ICI
Mon avis sur The Goal #4 ICI