Amour immortel | Jay Crownover (Bad #4)

Je remercie NetGalley France ainsi que la maison d’édition Harlequin de m’avoir permis de débuter la lecture de ce quatrième opus. Nassir est un personnage qui avait énormément attiré mon attention pendant le tome précédent et j’ai été ravie d’apprendre que l’édition de cette suite soit aussi rapide. A chaque rencontre entre Nassir et Keelyn la tension ne faisait que grandir et j’étais impatiente de pouvoir mettre des mots sur leur histoire.

Ce qui est intéressant avec ce spin-off c’est qu’on garde l’atmosphère un peu pesante et pas toujours légale de The Point, tout en rajoutant un peu de classe et d’argent. A l’image du nouveau club flambant neuf de notre business man, sauf que celle qu’il a toujours voulue pour diriger son nouveau jouet s’est fait la malle et entend bien rester éloigné du danger. Alors qu’il va tenter de ramener sa belle dans sa ville, l’ouverture de son nouveau club va le conduire à s’exposer à un nouvel ennemi et Nassir va devoir contrôler d’une main de fer son empire.

Jay Crownover continue de nous éblouir avec des personnages avec un caractère fort et déterminé. Key a toujours voulu fuir sa vie à The Point et lorsqu’elle a réussi à échapper à la mort, sa fuite la menée à Denver où elle mène une vie simple et sans danger. Son passé va la rattraper sous les traits d’un séduisant patron, qui est prêt à tout pour ramener celle qu’il a toujours aimée. Malgré sa volonté d’oublier sa vie là-bas, l’attirance avec Nassir est impossible à contrôler et la jeune va réaliser qu’elle ne peut pas rester éloigné de lui. Loin d’être une demoiselle en détresse, la jeune femme va se montrer tout aussi redoutable que Nassir et ensemble ils vont réaliser qu’ils peuvent s’aimer tout en conservant leurs identités et en régnant ensemble d’une main de fer.

Étonnant j’ai trouvé ce tome moins sombre que les précédents, alors que Nassir est celui qui a le passé le plus sombre. Son ascension a été progressive, mais aujourd’hui tout le monde sait qu’il ne faut pas déconner avec lui et sa réputation le précède. J’ai découvert son histoire avec plaisir j’étais loin d’imaginer un passé aussi chaotique, alors voir qu’il s’épanouit grâce à Key est une victoire. Il a ce magnétisme incroyable qui me donnait envie de connaître son histoire et on peut constater sans mal, qu’aucune femme n’est indifférente à son charme, pourtant après plusieurs années à garder ses distances, il est déterminé à franchir un cap avec sa belle Keelyn.

Nassir est un héros sombre né au cœur des combats et il malgré toutes les souffrances, il va se battre pour obtenir la liberté. Alors quand on réalise tout ce qui l’a conduit à être cet homme et bien on ne peut qu’être attendri par son parcours. La noirceur fait partie de son histoire et pour conserver sa position centrale, certaines décisions radicales sont indispensables. On dit souvent que derrière chaque homme de pouvoir se cache une femme et bien dans le cas de notre héros, la femme qui a tout changé dans sa vie c’est Key. Et lorsqu’il se laisse guider par l’amour, on oublie aisément que notre héros est un tueur craint et personnellement j’ai succombé en voyant qu’il considérait sa femme comme son égal dans le business, car son besoin de contrôle ne s’applique pas à elle.

En bref, Jay Crownover signe encore une belle romance, qui saura ravir les fans de la série.

Retrouvez mon avis sur Amour Interdit #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Amour Dangereux #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Amour Coupage #3 ICI
Publicités

The Fighter for ever | Vi Keeland (MMA Fighter #3)

Ce tome est le 3ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Encore une fois la magie opère et le sourire n’a pas quitté mon visage pendant ma lecture. Les histoires restent assez classiques et pourtant il y a indéniablement un petit quelque chose qui fait la différence. J’avais quelques trous de mémoire concernant le tome précédent et la mémoire m’est revenu en faisant la connaissance de Jackson le demi-frère du célèbre Vince Stones, notre héros fighter du tome précédent.

Cette suite va s’intéresser au point de vue de celui, qui a toujours été le fils légitime d’un homme adulé et les révélations concernant les maîtresses de son père et surtout l’existence d’un demi-frère Vince, ont chamboulé Jax qui a l’impression que l’homme qu’il croyait connaître est en réalité un manipulateur, menteur, en qui il ne peut pas avoir confiance. Bien loin d’être le fils de son père, notre héros est séduisant, charmant et j’ai bien le souvenir de sa première rencontre avec Liv, où ses charmes étaient en pleine action. Le businessman a toujours mené une existence lisse et dans l’ombre de son sénateur de père, pourtant l’attention constante des journalistes depuis les révélations concernant son père l’étouffe, alors pour échapper à cette médiatisation le jeune homme va embarquer pour New-York afin de s’accorder du temps pour lui et en profiter pour s’entraîner aux combats.

Jackson Knight est loin de passer inaperçu dans la salle d’entraînement, à commencer par Lily St Clair, la fille du célèbre fighter le « Saint ». Immédiatement subjuguée par cet homme, la jeune femme va pourtant tout faire pour garder ces distances avec ce séduisant combattant. Il faut dire qu’un mauvais choix durant une phase de vulnérabilité l’a conduite à remettre en question sa relation avec son ex-petit ami, lui aussi combattant pour le club et déterminée à conserver de bonnes relations, la jeune femme va tout faire pour ne pas mélanger sa vie privée et professionnelle. A l’image de notre héroïne, j’ai moi-même immédiatement succombé au caractère de notre héros, il a cette capacité à flirter avec insistance, tout en restant d’une politesse exemplaire et je peux facilement comprendre pourquoi Lily est tombée amoureuse. Il faut dire que Jax va redoubler d’efforts.

Je crois que la première partie est ce qui m’a le plus plu dans cette histoire, malgré l’attirance ils ont cette manière de se tourner autour absolument touchante. Jax est un héros déterminé qui est prêt à montrer la meilleure part de lui-même pour faire succomber Lily et même si elle a ses propres démons à affronter, elle va vite réaliser qu’elle ne peut pas éviter ce qui va se produire. On va assister à une phase de séduction particulièrement chaude et moi c’est le genre de relation qui attire immédiatement mon attention. C’est vrai que le milieu du récit est peut-être un peu trop rempli de scène de sexe, mais cela permet de découvrir une autre image de l’homme d’affaires plus intense. L’homme prévenant et professionnel, puis l’homme à côté de qui elle se couche et qui sait ce qu’il veut.

En bref, une romance toute mignonne avec son lot d’intensité idéale pour les amoureuses des combats de free-fight, certes le sport n’est pas présent à travers un championnat, mais les descriptions d’entraînements ont de quoi faire travailler l’imagination. J’ai tendance à oublier à quel point Vi Keeland manie, humour, amour et sujet touchant. Sans compter le dernier chapitre, un véritable régal à consommer sans modération.

Retrouvez mon avis sur Th Fighter for Love #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Th Fighter for Chance #2 ICI

Finding Cinderella | Colleen Hoover (Hopeless #2.5)

Une nouvelle qui m’a donné le sourire du début à la fin, un vrai plaisir de retrouver la plume de Colleen Hoover même si l’histoire est courte. En terminant cette histoire j’ai la sensation d’être détendue et j’étais loin d’imaginer que Daniel serait un personnage aussi adorable et à la fois charmeur.

Je suis la première surprise mais malgré le format nouvelle, l’intensité des émotions qui se dégagent de cette histoire m’ont mise chaos. Daniel le meilleur ami d’Holder est un personnage qui m’a rendu heureuse, sa simplicité et son dévouement pour ses amis m’avait déjà beaucoup plu, mais c’est définitivement son grand cœur qui aura eu raison de moi. Dans l’obscurité d’un local technique, un ange tombé du ciel arrive directement dans les bras de Daniel, immédiatement l’alchimie est là et malgré le côté anonyme de cette rencontre tous les deux sont conscients de l’impact dans leur vie.

Plusieurs mois plus tard, Daniel a abonné tout espoir de retrouver sa Cendrillon et après des mois à se rabibocher avec sa copine du moment, il jette définitivement l’éponge. Cette rupture va marquer le début d’une nouvelle vie et sa rencontre avec Six la meilleure amie de Sky va complètement bouleverser ce qu’il pensait savoir de l’amour. Pourtant, Holder lui interdit formellement de s’approcher de Six et pour Daniel c’est un défi qu’il est prêt à relever. Débute alors, une romance totalement mignonne et addictive.

J’ai du mal à réaliser qu’en si peu de page, Colleen Hoover arrive encore une fois à me briser le cœur et en même temps me faire sourire tant la romance est adorable et la compatibilité indéniable. Daniel et Six ont un humour similaire et c’est tellement une évidence de les voir ensemble que j’ai savouré chaque scène où ils succombent à leur amour en toute simplicité. J’aurais aimé que l’épilogue aille plus loin, mais j’imagine sans mal le bonheur de nos héros et beaucoup d’amour. C’est touchant, c’est beau, c’est drôle et surtout c’est une histoire comme seule Colleen Hoover sait les écrire avec de la magie.

Retrouvez mon avis sur Hopeless #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Losing Hope #2 ICI

La rencontre idéale (ou presque) | Angéla Morelli (Les Parisiennes #2)

C’est peut-être un été pluvieux, mais certaines lectures ont le mérite d’être aussi lumineuse que le soleil. L’avantage avec les romans d’Angéla Morelli c’est que l’humour et la bonne humeur sont toujours au rendez-vous, donnant des romans déjantés et que dire de ses héroïnes drôles et attachantes.

Bien que ce tome, soit un deuxième opus il peut très bien se lire indépendamment. Ici nous suivons Louise, accro au boulot qui a tendance à laisser sa vie de côté. Décidée à faire une détox, elle décide de s’exiler à la campagne pour l’été afin de se mettre au vert. Son séjour sera également l’occasion de s’accorder une pause avec les hommes ; pourtant même au milieu de la Picardie Louise va être confrontée à deux hommes que tout oppose, l’un apiculteur séducteur et l’autre entrepreneur taciturne.

J’ai beaucoup aimé la fraîcheur de Louise, dès son arrivée en Picardie j’ai sentie que les vacances n’allaient pas être de tout repos. Elle a un côté femme libérée que j’ai trouvé intéressant, et même si elle n’a pas honte d’être accro aux rapports humains et à l’alcool, découvrir celle qu’elle est au fond d’elle est attendrissant. Bien qu’elle renvoie l’image d’une femme indépendante bien dans sa peau, de nombreux complexes lui mènent la vie difficile et sa première rencontre avec le séduisant Joffrey suit son schéma habituel qu’elle essaye pourtant d’interrompre, alors quand elle va faire la connaissance d’Arnaud, qui semble n’avoir rien à faire de son physique, voire même agacé, elle voit ça comme un défi

De manière générale, on pourrait croire qu’au vu de la légèreté du récit les personnages seraient un peu creux, mais bien au contraire notre héroïne a une histoire très touchante et je n’ai eu aucun mal à m’identifier à son histoire. J’aurais d’ailleurs aimé approfondir cet aspect de sa vie qui la place dans une extrême vulnérabilité et la fin m’a frustrée. Il faut dire que tout arrive assez rapidement et même si la conclusion est mignonne, j’ai l’impression d’avoir des questions demeurées sans réponses. Néanmoins, la fluidité de l’écriture et l’humour qui a déjà fait ses preuves sont d’un incroyable réconfort.

En bref, Angéla Morelli est une auteure doudou que j’ai toujours plaisir à découvrir. Ces romances ont le don de m’offrir le remède idéal au stresse et l’anxiété, lorsque j’avais la tête plongée dans cette histoire plus rien n’avait d’importance et mon moral grimpait pour au final me sentir détendue. On retrouve quelques clichés sur la campagne et des scènes coutumières dans les romances, mais ça ne gâche en rien le plaisir de la lecture. En espérant que la suite des aventures de nos Parisiennes voient le jour.

Mon avis sur L’homme idéal (en mieux) #1 ICI

Diabolic | S.J. Kincaid (The Diabolic #1)

Vous avez devant vous ma récente obsession. J’entendais beaucoup parler de ce roman sur les réseaux sociaux, mais à chaque passage en librairie je repoussais ce moment fatidique. Et puis, après une mauvaise journée il fut le meilleur réconfort possible, j’ai fait le choix de garder dans ma pile pour le savourer pleinement lors de mes vacances et je referme ce roman agréablement surprise par cette histoire. Tous les ingrédients sont réunis pour tenir le lecteur en haleine et l’originalité du récit est un point fort.

Némésis est une Diabolic. Une Diabolic n’est pas humain. Beaucoup les qualifient de monstres, car ils ont été programmé pour être fidèle envers une seule personne, leur rôle consiste à protéger leur maître quoi que cela leur en coûte. Il y a huit ans, la famille du Sénateur von Empyreé a fait l’acquisition d’une Diabolic pour assurer la protection de leur fille Sidonia. Némésis a été entraînée, programmée et son amour est dirigé vers sa jeune maîtresse. Aujourd’hui, la relation de domination ne s’exerce pas entre les jeunes femmes et c’est une profonde amitié qui les unit, même si sa nature profonde de combattant est là.

J’ai réellement adoré la direction que prend l’intrigue de ce roman, notamment l’aspect politique qui occupe une place très importante et c’est par ce biais que vont naître des complots, des trahisons et bien évidemment des alliances. Envoyée à la cour pour protéger sa maîtresse Némésis va devoir apprendre à se comporter en dame de la société dans un monde qui n’est pas le sien. Étonnamment la jeune Diabolic va réussir parfaitement à se fondre parmi les autres et contrainte de prendre ses propres décisions, nous allons voir émerger une part d’humanité qu’elle était loin d’imaginer posséder.

Les personnages ont tous une carapace en société et personne n’est à l’abri d’une trahison. C’est d’ailleurs ce qui donne un certain rythme au récit, il est impossible d’anticiper à l’avance ce qui pourrait se produire, car l’auteure à une imagination débordante qui m’a tenu en haleine pendant une bonne partie du roman. Némésis a un comportement qui manque d’empathie et pour cacher sa différence, elle va tenter de se faire oublier aux yeux de la cour, mais cela ne va pas l’empêcher de s’attirer la curiosité, voir la haine. En se cachant derrière une identité, elle va découvrir sa part d’humanité et devenir celle qu’elle aurait dû être. L’action est omniprésente et même si au vu du résumé je supposais que l’héroïne serait davantage un robot, elle est badass et c’est un bonheur de voir qu’elle n’a besoin de personne pour s’en sortir.

On adhère sans mal à l’originalité du récit et rapidement cet univers se construisait dans ma tête. La hiérarchie des familles étaient parfois un peu confuse, mais j’ai rapidement été concentré vers Tyrus. Il occupe une place centrale à l’histoire et la complexité de ce personnage est assez impressionnante. Tel un caméléon il va réussir à jouer un rôle brillant et ça en devient perturbant dans le sens où on en vient à se demander à quel moment il est lui-même. A mesure qu’il laissait transparaitre sa nature, j’étais captivée par son intelligence et c’est tellement perturbant de douter de tout ce qui entoure Némésis, que j’ai douté jusqu’à la dernière ligne. A mon sens, son évolution risque d’être intéressante dans la suite, car c’est un personnage qui ne fait pas les choses à moitié et qui risque de tout faire pour Némésis.

En bref, S.J. Kincaid maîtrise son univers et on voit que le décor est très bien construit. Nos héros sont au cœur d’un complot politique et le suspense n’est pas de tout repos, c’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai plongée dans cette histoire assez étonnante. Némésis est une héroïne attachante que j’ai pris plaisir à suivre, sous l’armure de la combattante se trouve une jeune femme incroyable et ceux qui la craignent sont loin de la réalité. J’ai adoré la voir affronter ses peurs et réaliser qu’elle a autant de valeur que n’importe qui, sa prise conscience m’a beaucoup touché. Le récit se termine d’une manière intéressante et c’est avec plaisir que je vais attendre des nouvelles de publication de la suite et me jeter dessus.