Passion Irrésistible | Jay Crownover (Clash #4)

Résumé :
Deux cœurs brisés. Un désir irrépressible.
Se faire discrète, presque invisible, se tenir à distance, toujours sur ses gardes… Voilà ce qu’est devenue la vie de Poppy depuis qu’elle a été trahie par l’homme qui avait juré de l’aimer et de la protéger. Alors quand Hudson Wheeler, avec ses airs de bad boy et son charisme fou, surgit dans sa vie, elle ne peut s’empêcher d’être méfiante et… excitée ? Oui, pour la première fois depuis des années, elle se sent irrésistiblement attirée. Et, face à cet homme qui ne semble plus voir qu’elle, elle sait qu’elle a un choix à faire : mettre à nouveau son cœur en danger, ou disparaître…

L’une de mes plus belles lectures doudous de cette année, vous l’aurez sans doute remarqué mais je peine à décoller dans mes lectures et les coups de cœur pour cette année n’ont pas réussi à émerger. Dès la première rencontre avec la douce et tourmentée Poppy, il était indéniable que cette superbe âme puisse trouver sa moitié. Jay Crownover a réussi à se surpasser pour cet opus et remplit ses promesses en nous offrant une histoire comme elle n’en avait jamais écrite. Dès les premières lignes tout n’est que douceur et encore une fois l’avant-propos nous touche en plein cœur. Très belle conclusion pour une série spin-off qui aura fait durer l’aventure pour le meilleur.

Quand on connaît le style de Jay Crownover, on peut facilement s’interroger sur ce qui allait nous attendre, car elle est Brut de décoffrage. Sans grande surprise cette grande auteure nous offre l’une de ses histoires les plus touchantes. On est face à deux personnages avec le cœur brisé, qui tente de remonter la pente malgré la souffrance. A commencer par Poppy qui a vécu une histoire traumatisante et qui a conservé des séquelles difficiles à surmonter, on pourrait croire que Wheeler aurait tout pour l’effrayer et pourtant entre ces deux-là c’est le début d’une confiance sans failles qui va les aider à s’en sortir. Jusqu’ici la sensibilité des personnages n’avait jamais vraiment été perceptible et ici tout fonctionne à merveille, comme une évidence.

Du côté de notre héros, nous avons un bon books boyfriend et bien évidemment notre charmant garagiste a un corps qui fait rêver, le tout avec la marque de fabrique de Jay, puisque cet apollon utilise son corps comme une œuvre d’art. J’ai apprécié qu’on ne tombe pas dans le cliché du mec tatoué effrayant, immédiatement il parvient à cerner les craintes de Poppy et c’est grâce à son côté apaisant qu’il va réussir à l’attirer à lui. Bien évidemment le chemin est long, mais Wheeler est d’une douceur qui en fera craquer plus d’une et d’un autre côté, il conserve une aura très bestiale. Bref vous l’aurez compris, tout est réuni pour succomber à cette romance craquante.

Du tout côté de l’histoire, on prend le temps de découvrir nos personnages et bien qu’on ne rabâche pas le passé amour compliqué de nos héros, les choses sont amenées subtilement. Contrairement aux autres romans de l’auteure, il était indispensable que nos héros aient le temps de s’apprivoiser pour voir débuter quelque chose de durable. Avec leurs bagages émotionnels il était inconcevable qu’ils succombent avant d’obtenir une totale confiance et je pourrais même dire qu’ils se sont trouvés de la plus belle des manières. Le rythme de l’histoire est agréable et bien sûre la superbe plus de Jay vous entraînera pour la plus belle des histoires. Addictivité garantie.

Mon avis sur Passion brûlante #1 ICI
Mon avis sur Passion coupable #2 ICI

Publicités

Au-dessus des lois | Tillie Cole (Hades Hangmen #4)

Résumé :
« Je l’aimais… J’ignorais comment, mais par miracle, dans toute cette folie, malgré la pression et le chagrin de ces dernières semaines… j’avais offert mon coeur à cet homme, dont l’esprit était aussi fragile que le mien.
Je savais que je pouvais le sauver. »
Depuis l’échec de son plan, Caïn n’est plus qu’un être brisé croupissant au fond d’une cellule. Lui qui a vécu et roulé avec le tristement célèbre gang de Bikers Hades Hangmen, au nom d’une foi lui promettant la gloire n’a désormais plus rien… jusqu’à ce qu’une nouvelle voisine de cellule éveille en lui un instinct protecteur longtemps oublié. Tandis qu’ils se rapprochent, Caïn est de plus en plus décidé à réparer ses torts pour sauver celle qu’il aime par-dessus tout… même si cette bataille doit le mener aux portes de l’enfer.
Je remercie les éditions Milady pour l’envoi de ce roman.

Le premier constat qui ne vous aura pas échappé c’est le passage du format poche au semi-poche, une vraie désolation pour la collectionneuse que je suis et une frustration pour classer la série dans sa bibliothèque. Passé le choc, j’ai débuté ce roman avec une certaine appréhension. Caïn/Rider est un personnage que l’ont a appris à détester depuis les évènements des premiers tomes, cette suite n’est pas forcément mon favoris, mais c’est un tome de transition indispensable qui nous montre les difficultés du pardon et de la la rédemption.

La difficulté c’est d’apprécier le démarrage alors qu’on a des appréhension sur Caïn/Rider, certes dans le tome précédent il a enfin prit une bonne décision, mais le chemin est long avant qu’on puisse de nouveau éprouver de la sympathie pour Caïn/Rider. Ses décisions ont eu des conséquences et l’ont conduit au fond d’une cellule avec pour seule compagnie sa solitude. Après plusieurs semaines à subir des tortures, c’est une nouvelle voisine de cellule qui va réveiller le guérir longtemps endormi. Désormais il veut protéger sa douce voisine et il est prêt à tout pour se racheter, même à enfreindre les règles de la communauté et risquer de tout perdre par amour.

J’ai longtemps imaginer l’identité de notre héroïne et quand on connaît le passer de Caïn/Rider il est difficile d’imaginer quelle femme pourrait ouvrir les yeux à notre prophète. La rencontre va se faire en douceur et la confiance se faire progressive, étant moi-même méfiante vis-à-vis de ce personnage qui a commis de nombreuses erreurs, j’ai apprécier découvrir une nouvelle image de notre héros et en ayant terminé cette lecture, je réalise que j’étais loin de connaître ce personnage qui a réussi à m’émouvoir. Notre héroïne captive, va trouver les mots justes pour nous attendrir et contre toute attente, réussir à plaider en sa faveur, l’alchimie n’en ai que plus belle.

Sur le fond l’histoire manque d’un petit élément déterminant, bien que ma lecture fût captivante les émotions brutes des tomes précédents n’étaient pas totalement présentes. Les personnages étant captifs, l’histoire met du temps à se mettre en place et bien que le couple soit attachant, je n’ai pas totalement été ravagée par les émotions. Des éléments m’ont parfois dérangé sans pour autant nuire à ma lecture, mais malgré les quelques défauts avérés, la continuité de l’intrigue lié à la communauté atteint des sommets. On découvre un nouvel angle de l’histoire et des personnages que j’avais jusqu’ici appréciée se sont montrer sous un nouveau jour. Un tome relativement intéressant, qui introduit une suite avec des airs particulièrement savoureux.

Mon avis sur Hors la loi #1 ICI
Mon avis sur Sans foi, ni Loi #2 ICI
Mon avis sur la Loi d’Attraction #3 ICI

Roomies | Christina Lauren

Résumé :
Attirée par les mélodies d’un musicien de rue qui lui a tapé dans l’oeil, Holland Bakker se rend depuis des mois dans la station de métro proche de chez elle. Elle n’ose pas adresser la parole au guitariste qui la fascine, mais un agresseur ivre précipite leur rencontre. Calvin McLoughlin vient à son secours, puis disparaît instantanément.
Pour s’acquitter de sa dette envers le brillant musicien, elle lui obtient une audition avec son oncle, le producteur de musique le plus en vogue de Broadway. L’audition se passe encore mieux qu’elle ne l’imaginait, quand Holland réalise pourquoi il a décampé devant les policiers : son visa d’étudiant a expiré depuis plusieurs années et il vit aux États-Unis dans l’illégalité.
Comprenant que son oncle a autant besoin de Calvin que Calvin a besoin de lui, Hollande prend la folle décision d’épouser l’Irlandais. Ses sentiments ne sont un secret que pour… ce dernier. Peu à peu, leur relation évolue et Calvin devient l’enfant chéri de Broadway. Entre les feux de la rampe et les faux-semblants, que faudra-t-il pour qu’Holland et Calvin prennent conscience qu’ils ont tous les deux arrêté de jouer la comédie depuis longtemps ?
Je remercie Hugo New Romance pour l’envoi de ce roman.

On ne présente plus ce duo d’auteures, chaque sortie est un évènement et ce roman m’a accompagné durant cette semaine pour mon plus grand plaisir. Vous connaissez sans doute cette frustration d’avoir envie de retrouver son livre, mais de manquer cruellement de temps pour le poursuivre, c’est un peu ce qui m’est arrivé cette semaine. Roomies est totalement captivant et malgré un début difficile, mes sens étaient en alerte face à cette romance adorable. On peut parler d’un coup de foudre et une rencontre va bouleverser le quotidien de nos héros.

Il aura suffi d’une mélodie pour qu’Holland sache que ce musicien est un virtuose. Durant plusieurs mois, la jeune femme parcourt la même station de métro dans l’espoir d’entendre cet inconnu jouer avec passion. Malgré le temps passé à l’écouter, elle n’a jamais réussi à lui adresser la parole et entend bien rester anonyme. Pourtant lorsque la jeune femme se fait agresser dans le métro, celui qui devait ne rester qu’un inconnu va subitement s’introduire dans sa vie et bien que le jeune homme vienne à son secours, il disparaît sans aucune explication.

Désireuse de lui renvoyer l’appareil, la jeune femme convainc son oncle de l’auditionner pour son prochain spectacle et le coup de foudre musical est immédiat pour le producteur. Cependant malgré une proposition qui propulserait sa carrière, Calvin McLoughlin refuse car étant aux États-Unis de manière illégale, il n’a plus aucun espoir d’obtenir une carte verte. C’est sans compter sur le dévouement de Holland qui lui fait une proposition qui va tout changer dans leurs vies. Ensemble, ils vont affronter la tempête et briller sur la scène de Broadway.

L’alchimie entre les personnages est assez impressionnante, Holland est la première à avoir le coup de foudre pour cet inconnu. Cette rencontre à sens unique va bouleverser sa vie, bien qu’elle sache que rien n’aboutira elle va faire une offre d’une extrême générosité et c’est là qu’on voit à quel point Holland est une belle personne, car elle est prête à se sacrifier pour aider Calvin à réaliser son rêve. J’ai été particulièrement attendri par la vision qu’elle a d’elle-même, elle n’imagine pas pouvoir séduire le musicien et bien qu’elle risque de souffrir de cette situation, elle lui ouvre son cœur sans aucune contrepartie et l’accueil même dans sa vie, au contact de ses proches.

Du côté de notre héros, nous avons un artiste passionné et cette opportunité qui s’offre à lui est impossible à refuser, alors Holland semble être la solution rêvée. Bien que Calvin soit adorable, j’ai eu plus de mal face aux œillères qu’il se met, il a la réalité devant les yeux et parfois ne réalise pas vraiment l’impact qu’il peut avoir sur les autres. Sans compter quelques maladresses, mais il a un fort potentiel et sa bienveillance donne des papillons.

En bref, il n’est pas difficile d’apprécier cette romance, les amateurs du genre y verront une histoire adorable et le rapprochement est absolument craquant. La simplicité des personnages et de l’histoire en font une parfaire lecture détente qui n’a pas besoin d’en faire des tonnes pour qu’on passe un bon moment. C’est drôle, romantique et l’évolution de notre héroïne est touchante. Tout ce dont j’avais besoin pour me réchauffer le cœur.

Follow Me Back | A.V. Geiger (#2)

Résumé :
Personne ne sait ce qui est arrivé au prodige pop-rock Eric Thorn. Son compte Twitter ? Bloqué. Son portable ? Enterré dans la neige, l’écran brisé et maculé de sang.
Tessa Hart, fangirl agoraphobe, connaît la vérité, mais elle a définitivement tourné la page #Tessa♥Eric. Plus question de toucher à son compte Twitter. En revanche, Snapchat… c’est beaucoup plus sûr, non ?
Après avoir fait profil bas pendant des mois, Tessa sort de sa cachette, forcée d’affronter les fantômes de son passé…

Très heureuse d’avoir pu partager cette lecture avec Elea du Forum Boulevard des Passions, ensemble nous avons pu apprécier l’addictivité du récit et j’ai pris plaisir à retrouver la plume de A.V. Geiger. La fin du précédent opus a eu le temps de nous travailler et à l’époque nous avions plusieurs hypothèses concernant la suite de l’intrigue, mais c’est surtout le sentiment de frustration qui nous habitait. Un peu effrayée à l’idée que cet opus ne transmette pas autant d’émotion, j’ai débuté ma lecture sur mes gardes et rapidement, mon esprit c’est focalisé sur les éléments à notre disposition.

Comme dans le précédent opus nous alternons entre les points de vue de plusieurs personnages clés, avec en bonus un interrogatoire toujours aussi oppressant et surtout intrigant. Bien qu’ayant des réponses rapidement concernant des zones d’ombre précédemment évoquées à la fin de Follow me Back, le mystère entourant ce second tome n’en demeure pas moins épais et en tant que passionnée de lecture, des millions d’hypothèses me traversent l’esprit durant ma lecture. J’ai d’ailleurs eu quelques frayeurs avec une imagination parfois un peu trop prolifique, mais c’est totalement l’intrigue que j’attendais pour apprécier une suite à ce thriller addictif.

Dès le début l’histoire démarre au quart de tour puisque de nombreuses questions concernant la disparition soudaine d’Eric Thorne, n’ont toujours pas trouvé de réponses et le dernier message posté sur le compte d’Eric n’augure rien de bon. La seule personne à connaître toute l’histoire c’est Tessa Hart, la jeune femme agoraphobe qui est tombée amoureuse de la célébrité convoitée de tous. Après plusieurs mois d’angoisse, Tessa a toujours autant de mal à se remettre de ses émotions, ses angoisses sont toujours présentes et ses difficultés à interagir avec les autres n’ont jamais été aussi puissantes. Les réseaux sociaux ne lui procurent plus le réconfort qu’elle éprouvait au Texas dans sa maison, à communiquer avec Eric. Il aura suffi de passer de Twitter à Snapchat pour raviver de vieilles blessures. Elle va devoir affronter son passé et ses démons.

Les angoisses de Tessa sont encore une fois traité avec beaucoup d’empathie et durant ma lecture, je n’ai cessé d’apprécier ce personnage. On sent que son combat est compliqué et malgré ses efforts, la guérison ne se fait pas du jour au lendemain. Même si, elle ne le constate pas forcément, on constate une évolution de son personnage, à commencer par son agoraphobie beaucoup moins handicapante et un désir de s’en sortir. Définitivement une héroïne qui me rend admirative, tant par sa volonté de s’en sortir, que par ses réactions touchantes.

Vous l’aurez compris, cette nuit réunit tous les éléments pour captiver le lecteur et comme moi vous aurez du mal à le reposer. Les chapitres sont cours et le besoin de réponse agit comme automatiquement, j’ai à de nombreuse reprise dû diminuer la cadence au risque de m’emballer et finir cette lecture commune en solitaire. L’intrigue est crédible et moi qui avait peur que ce soit le tome de trop, ça me montre que j’ai eu tort de ne pas faire confiance à cette auteure de talent. Il faudra attendre les derniers chapitres pour que la vérité éclate et bien que ces révélations ne soit pas forcément une surprise, on ressent l’urgence de la situation. Un roman haletant qui a de quoi ravir les lecteurs. Je vous recommande cette auteure qui a une plume envoûtante.

Retrouvez mon avis sur Follow me Back #1 ICI

Autoboyographie | Christina Lauren

Résumé :
Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible).
C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté ! Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – et accessoirement mormon – qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée.
Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…
Merci Hugo New Way pour ce sublime envoi.

Une histoire d’amour bouleversante qui m’a fait passer par un arc-en-ciel d’émotions. Ce roman c’est tout ce que je recherche dans la collection New Way, un sujet actuel qui sensibilise, des émotions décuplées qui secouent les lecteurs et bien évidemment des personnages envoûtants qui s’aiment d’un amour indescriptible. Je lis très peu de romance LGBT, notamment car bien souvent lorsque je lis une romance j’aime imaginer que la jeune fille qui tombe amoureuse c’est moi et que le jeune homme qui sourit c’est mon futur mari, seulement dans une romance homosexuelle, malgré tout le plaisir que je prends j’ai toujours du mal à me projeter dans la romance, non pas qu’il faille une cible, mais ma sensibilité n’est pas la même et c’est un ressenti personnel difficile à expliquer.

Ce roman j’en ai entendu énormément parlé lorsqu’il est sorti en V.O. et ma curiosité a rapidement été piquée, seulement comme je l’indiquait plus haut mes rares immersions étaient belles, mais pas inoubliables pourtant deux facteurs ont été déterminants concernant cette lecture. La première c’est le duo d’auteurs Christina Lauren, jusqu’ici mes découvertes en young adult n’avaient pas laissé de bons souvenirs, mais je souhaitais les découvrir dans un registre moins érotique alors quand l’une de mes collections fétiches a décidé de publier ce roman, mon hésitation n’a duré que quelques instants et j’avoue avoir profité d’un partenariat avec la maison d’édition pour découvrir un roman que je n’aurais pas forcément acheté dès le jour de sa sortie. Le résultat est un succès, dès les premiers chapitres je me suis laissé porter par cette sublime histoire qui m’a touché par bien des aspects.

Tanner Scott n’a jamais eu à cacher sa sexualité et sa famille a toujours accepté que leur fils s’exprime en accord avec lui-même, sans aucune honte. Pourtant lorsqu’il quitte la Californie pour l’État de l’Utah, la discrétion semble être une évidence et bien qu’il soit difficile pour lui d’avoir le sentiment de se cacher, après deux sans dans cette nouvelle maison, sa routine semble plutôt bien rodée. Après un défi lancé par Autumn sa meilleure amie, Tanner intègre le prestigieux Séminaire de Provo High, l’objectif étant de rédiger un roman en quatre mois. D’abord plutôt désinvolte, le jeune homme va devoir ajouter le facteur émotionnel, puisqu’au premier regard, il tombe immédiatement sous le charme de l’assistant de son professeur Sebastian Brother.

Ce roman se déroule dans l’État de l’Utah où les mormons font partie du décor et sont même parfois majoritaires. Comme toute communauté religieuse, la religion est maître de toutes leurs décisions et c’est parfois avec une certaine surprise que j’ai découvert certaines de leurs règles. Je ne sais pas si tout est véridique, où si certains aspects de leur croyance sont romancés, mais l’acceptation ne semble pas faire partie de leurs règles. Tanner a toujours eu connaissance des mormons, mais ses connaissances n’ont toujours été que flous. Seulement, malgré le soutien de ses parents, les mormons ne semblent pas attirer leur faveur et pour protéger leur fils, on va découvrir qu’ils sont prêts à durcir les règles et Tanner va devoir surmonter les obstacles qui vont se dresser devant lui.

La complexité de cette relation est lié à Sebastian, malgré l’acceptation de ses sentiments il est difficile d’aller contre des valeurs qu’on lui enseigne depuis toujours. C’est déchirant de le voir affronter cette situation sans réel soutien, car à l’inverse de Tanner, Sebastian ne pourra pas être soutenu par sa famille, étant le fils d’un évêque il a le devoir de respecter la volonté de Dieu et l’homosexualité ne fait pas partie des choses « acceptables ». Cette romance c’est bien plus qu’une simple attirance entre deux hommes, on est face à des barrières morales où nos personnages vont devoir découvrir qui ils sont réellement et cette recherche d’identité va passer à travers un premier amour à la fois sublime et dévastateur. Une romance bouleversante qui ne laissera personne indifférent.