The Gravity of Us | Brittainy C. Cherry (The Elements #4)

Cette série à l’incroyable capacité de me laisser sans voix, c’est assez incroyable d’embarquer son lecteur dans une histoire différente tout en conservant des émotions tellement fortes que j’en perds mon vocabulaire. Je pense qu’on est nombreux à avoir attendu le moment de pouvoir enfin découvrir ce dernier opus et en même temps, c’est avec une certaine nostalgie que j’ai terminé ce roman. Difficile de trouver le juste milieu entre le besoin de lire et la raison qui voudrait qu’on savoure l’ultime opus. Encore une fois, un tome incomparable avec cette facilité à se renouveler dans un environnement différent et bien évidemment la force de ce roman est lié aux personnages.

J’ai rarement vu des héros qui soit autant incomparable et pourtant c’est indéniable, l’histoire fonctionne totalement. Lucy n’avait que 18 ans lorsqu’elle a perdu sa mère, la laissant seule avec ses deux sœurs aînées. Bien que cette perte marque la plus dure épreuve de la vie de la jeune femme, plusieurs années plus tard c’est une jeune femme d’une incroyable gentillesse et épanouie que nous retrouvons. Bien que la vie n’ait pas toujours été joyeuse, la jeune femme a réussi à garder un cœur pur, elle vit chaque émotion à cent pour cent et cette douceur est tellement appréciable que je n’ai pu qu’apprécier la beauté de ce personnage et la douceur de ses mots.

Lucy n’avait pour ainsi dire aucune raison de rencontrer Graham et puis j’aime me dire qu’un petit coup de pouce de destin a contribué à cette rencontre. Il est rigide, ne veut rien ressentir et il est habité par la colère. Ils sont totalement différents, se supporte à peine, ne se comprenne pas, mais pourtant cette rencontre inattendue va marquer une histoire absolument bouleversante. Pour la première fois depuis bien longtemps, le résumé conserve une part de mystère et je dois dire que c’est appréciable de ne pas pouvoir anticiper la direction que va prendre l’histoire. Des hypothèses vont évidemment faire leur apparition, certaines se réaliseront, mais aucune hypothèse ne retranscrit la puissance des émotions qui m’a traversé lorsque les mots ont dansé devant mes yeux et mon cœur bondit dans ma poitrine. C’est indescriptible la manière dont Brittainy C. Cherry arrive toujours à trouver les mots justes, des phrases m’ont transpercé avec une telle force que j’en ai parfois eu les larmes aux yeux.

Dès le début on voit bien que les caractères sont totalement opposés et malgré tout, ils vont s’accepter l’un et l’autre. L’histoire se déroule avec une telle douceur que c’est comme si les choses étaient écrites et que leur rencontre était ce qu’il méritait. J’ai beaucoup aimé le message positif que renvoi cette lecture Lucy voit toujours le bon côté des choses et son optimiste est sa force et on peut dire qu’elle va en avoir besoin pour garder le sourire quand on se heurte à Graham. C’est un personnage assez difficile à aimer au début et il aura fallu du temps pour qu’il se laisse approcher, il va longtemps conserver sa garde et empêcher quiconque de l’atteindre, pourtant au fil des pages on découvre un homme bon qui a souffert, alors préparez-vous parce que lorsqu’il va montrer celui qu’il est vraiment vous allez succomber. Quand Graham Russell aime, il ne fait pas les choses à moitié.

Mon avis sur The Air He Breathes #1 ICI
Mon avis sur The Fire #2 ICI
Mon avis sur The Silent Waterx #3 ICI

Publicités

Broken | Scarlett Cole (Strong #2)

Ce roman est le 2ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

Agréablement surprise par ce tome que j’ai commencé par défaut pour me tenir à jour dans cette série et qui au final est plus sympathique que je m’y attendais, il faut dire qu’un autre personnage secondaire m’a tapé dans l’oeil, alors devoir attendre avant de pouvoir enfin lire cette histoire c’est un peu frustrant. Ce tome conserve comme le précédant une grande part de romance avec une petite enquête qui ajoute un peu de danger à l’intrigue, mais qui n’était pas aussi prenante, globalement l’histoire se lit vite , mais l’univers du tatouage est moins au centre de l’histoire et ça m’a grandement manqué, surtout quand on considère que Cujo est passionné par son art et qu’au final on le voit à peine dans son élément.

Lorsque Drea et Cujo se sont rencontré, l’entente était loin d’être cordiale et à travers les yeux d’autres personnages, j’étais consciente qu’il allait falloir un miracle pour les rapprocher. Contre toute attente, Drea est un personnage plus sympathique que je me l’étais imaginé et sa vie est loin d’être simple, même si ses amis connaissent les grandes lignes de son histoire, elle a tendance à cacher l’ampleur de la situation. Alors lorsque Trent et Harper la désignent avec Cujo co-organisatrice de leur soirée de fiançailles, ils vont devoir trouver un terrain d’entente et se découvrir des affinités qu’ils n’imaginaient pas. Ce qui va réellement les rapprocher c’est un kidnapping dont va être témoin Drea, car sans le soutien d’Harper elle va devoir affronter le danger avec celui dont elle n’imaginait pas un jour succomber au charme : Cujo.

Drea est une héroïne attachante, depuis plusieurs années elle s’occupe de sa mère qui a des problèmes de santé et la situation ne cesse de s’aggraver, plongeant la jeune femme dans de graves problèmes financiers. Aujourd’hui elle est épuisée et bien qu’elle fasse des heures supplémentaires, la situation ne s’améliore pas. Je n’imaginais pas qu’elle est une opinion aussi négative d’elle-même et la voir avoir du mal accepter d’être sans diplôme est touchant, lorsqu’elle va rencontrer Cujo elle va bien sentir qu’elle éprouve des sentiments contradictoires, mais l’un comme l’autre savent que ce n’est pas le bon moment pour être avec quelqu’un. Ce qui n’empêche pas l’artiste de flirter et avec son humeur c’est l’un de ses traits de caractère les plus marquants, mais derrière sa désinvolture se cachent des secrets inattendus et bouleversants. L’auteure n’y a malheureusement pas consacré autant de temps que je l’aurais souhaité, c’est un aspect très émouvant de l’histoire et on reste en surface. Un peu comme l’enquête policière qui sert de prétexte, mais qui n’est pas totalement exploitée pour être totalement convainquant.

En bref, un tome un peu en dessous qui a malgré tout des personnages intéressants et une romance plutôt mignonne. J’ai bien aimé les voir se tourner autour et découvrir ce qui les empêchaient d’être ensemble. Je suis un peu plus déçue de l’évolution de l’intrigue, l’enquête est un peu bâclé, le dénouement prévisible et beaucoup trop rapide ! Sans compter que l’essence même du studio de tatouage m’a énormément manquée dans ce second opus et j’aurais bien aimé qu’on s’y intéresse un peu plus, certes Cujo est un personnage atypique, mais sa différence n’est pas assez creusée ce qui en fait un personnage mignon, mais pas unique. Néanmoins c’est une série que j’apprécie donc j’achèterai avec plaisir les autres tomes. J’ai beaucoup d’attente pour ce prochain tome, donc espérons qu’il sera à la hauteur.

Retrouvez mon avis sur Strong #1 ICI

Down shift | K. Bromberg (Driven #8)

L’écriture de cette chronique est extrêmement difficile, car il marque la fin de l’une de mes séries préférés New Romance. Si vous connaissez mon blog depuis longtemps vous savez l’amour que je porte à cette série et notamment à l’un de ses personnages Colton Donovan. Découvrir l’histoire de Zander Donovan c’est un retour sur l’histoire initiale et une conclusion parfaite pour cet enfant que nous avons appris à aimer enfant et que j’ai pris plaisir à redécouvrir dans sa vie d’adulte.

Zander Donavan a tout pour être heureux, une famille soudée et aimante, un job qui l’a conduit au sommet de sa discipline et des fans qui ne demande qu’à faire la connaissance du célèbre champion automobile. Pourtant lorsqu’un élément de son passé resurgit, il prend un virage à 90° et enchaine les excès, alcool, femmes… jusqu’à perdre ses sponsors. Afin d’affronter son passé, il part s’exiler sur une ile où il réside dans un cottage au bord de la mer. Sa tranquillité va être bouleversée lorsqu’il rencontre Getty.

Leur première rencontre va être électrique, chaque échange est explosif et à force de se côtoyer, ils vont se découvrir plus de points communs qu’il n’y paraît. Le changement d’attitude va se faire progressivement et malgré eux, ils vont tous les deux se juger sur de fausses impressions et à force de se découvrir, ils vont progressivement repousser leur limite. Ils sont tous les deux conscients de ne pas avoir beaucoup de point commun, mais leurs démons vont les rapprocher. Ce passé envahissant qui les conduits à la tranquillité, va s’avérer être un bon moyen de se rapprocher l’un de l’autre. Au contact des habitants de l’île, ils vont affronter leur passé dans un huis-clos qui va contribuer à les attirer l’un vers l’autre.

Zander n’a pas beaucoup de secrets pour nous, on connaît son passé grâce à l’histoire de Rylee et Colton, pourtant l’intensité de sa souffrance est terriblement touchante. Lorsque j’ai lu le prologue, j’ai vraiment cru que mon cœur allait se briser face à ces deux hommes en détresse. Alors voir que K. Bromberg a choisi de donner la parole à Getty n’a pas vraiment été une surprise, son personnage conserve le mystère et lorsqu’on réalise l’étendue des dégâts sur son personnage, on ne peut que trouver qu’elle est la femme parfaite pour Zander. Elle conserve une telle douceur et une force de caractère liés à son passé qui en font un personnage comme je les aime. Il est difficile de se sortir la tête de l’eau, mais malgré ses craintes jamais elle n’abandonne et sa rencontre avec Zander va débloquer quelque chose chez elle.

De son côté Zander est un personnage qui m’a étrangement fait penser à Colton, bien qu’il ait réchappé à son passé enfant et qu’il soit désormais au sein d’un foyer prêt à tout pour lui, le jeune homme est dans une tourmente dont il est le seul à pouvoir sortir. Son arrivé sur l’ile ne va pas passer inaperçu, tant par sa petite célébrité que son physique qui ne passe pas inaperçu. Il a un côté taquin et insouciant que j’ai beaucoup apprécié, mais la colère qui ne le quitte pas va contribuer à des rapports difficile avec Getty, notamment car il n’a pas besoin de complications supplémentaires. Ils vont tous les deux éprouver une attirance physique, mais c’est avant tout une relation de confiance qui va voir le jour, curieux de mieux comprendre la jeune femme il va s’approcher doucement, pour l’aider à affronter son passé et ce lien qui va se créer va le sortir de l’obscurité qui menaçait de l’engloutir sous le poids de son passé.

Il y a deux ans, j’ai découvert une série qui compte désormais parmi mes plus belles lectures. Pour beaucoup le héros a ce caractère insupportable, pour moi ça été un vrai coup de foudre livresque. A travers ces huit tomes, j’ai rencontré des héros différents, des histoires intenses et à chaque nouvelle parution sont quota d’émotions. C’est avec beaucoup de tendresse, que je dis adieu à ces personnages et cet univers qui aura su m’embarquer malgré les différences. Cette série aura également marqué une période personnelle de ma vie et cette échappatoire que ces tomes m’ont apportés est indescriptible. Ce tome n’est certainement pas un adieu, je prends encore régulièrement du temps pour relire mes passages chouchous et le plaisir est toujours là. Alors n’ayez aucune hésitation et foncez découvrir cette auteure de talent.

Retrouvez mon avis sur Driven #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Fueled #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Crashed #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Raced #3.5 ICI
Retrouvez mon avis sur Aced #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Slow Flame #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Sweet Ache #6 ICI
Retrouvez mon avis sur Hard Beat #7 ICI

Strong | Scarlett Cole (Sous ta peau #1)

Très belle surprise avec cette lecture, certes la romance n’a rien d’originale et le récit conserve une certaine part de prévisibilité, pourtant de mon côté l’intrigue fonctionne parfaitement. Pour tout vous dire, après plusieurs déceptions chez cette maison d’édition j’avais décidé de ne plus me précipiter lors de la sortie et de laisser le temps aux premiers d’avis d’émerger. Il se trouve que j’ai eu la chance de me rendre au Festival du Roman Féminin où il m’a été généreusement offert avec plein de jolis goodies de Scarlett Cole donc je n’ai pas hésité longtemps et lorsque je me suis enfin lancée, l’alchimie était au rendez-vous.

Harper Connelly est une survivante, pourtant une part d’elle-même n’oubliera jamais la souffrance à laquelle a été confrontée et les cicatrices dans son dos sont un rappel constant de cette période. Depuis quelques années, elle envisage de les enfouir sous un tatouage, mais son salaire de serveuse ne lui permet pas de franchir le cap. C’est sur un coup de tête qu’elle va franchir la porte du studio Second Circle et s’adresser au meilleur tatoueur de la ville, encore faut-il qu’il soit capable de recouvrir l’horreur.

En découvrant l’histoire j’ai été un peu troublée, car l’histoire me faisait penser à un roman que j’avais déjà lu et j’ai réussi à passer outre les similitudes pour me laisser convaincre par cette histoire touchante. Lorsqu’il rencontre Harper pour la première fois, Trent ne s’attendait pas à être autant bouleversé et face aux peurs de la jeune femme, il va tomber sous le charme de sa douceur. Constatant l’étendue des cicatrices tant physiquement que mentalement, Trent va tout faire pour être sa bouée de sauvetage tout en l’aidant à s’affranchir de ses peurs. L’attirance entre eux est une évidence, mais il va falloir beaucoup de patience et de confiance pour voir enfin ce couple réunit. Le chemin va être long, avant le bonheur.

Harper est une héroïne qui a toutes les qualités que j’aime retrouver chez un personnage abîmé par la vie. D’un côté, elle doit apprendre à vivre avec son passé cauchemardesque et conserve une certaine vulnérabilité. Et d’un autre côté, on découvre que grâce à sa rencontre avec un homme étonnant, elle va se laisser guider par son instinct en qui elle n’avait pas conscience. Elle dégage une certaine force dont elle n’est même pas consciente et son combat pour s’en sortir va être difficile, mais grâce à cette nouvelle relation elle va remettre en question son mode de vie et s’ouvrir un peu plus. Il est très intéressant de voir à quel point son évolution est impressionnante et j’ai été fière d’assister à la cicatrisation de ses blessures. Pourtant l’ombre de son ex-petit ami plane au dessus d’elle et il est difficile de passer à autre chose, lorsque le passé vient se confronter au présent et que le doute et la peur s’insinuent.

Les tatoueurs ont définitivement un petit quelque chose qui a le don de me faire craquer, dans la vie je ne suis pas particulièrement fan de l’art corporel, mais en littérature je succombe à chaque fois. Trent est un personnage très intense, qui a été blessé par une précédente relation. Il est particulièrement touchant de constater que les doutes peuvent être également masculins, pourtant une chose est sur pour le jeune homme, il y a quelque chose dans le regard de Harper qui le captive et lorsqu’il va découvrir les cicatrices qui marquent son dos, il va redécouvrir la jeune femme sous un nouveau jour et même si, il ne le comprend pas lui-même il veut être celui qui va faire disparaître cet évènement de son dos en lui proposant sa plus belle création. Sans compter que plus les séances passent et plus ils ressentent une connexion, Trent va tout donner pour l’aider à abaisser ses barrières et leurs sentiments sont comme une évidence.

En bref, une histoire arrive à mêler des émotions contradictoires notamment concernant le passé de Harper qui m’a totalement révulsé, mais en même temps c’est le genre d’histoire qui a le don de particulièrement me toucher, notamment quand l’intrigue est en rapport avec un ex-petit ami psychopathe. Alors, même si le couple met du temps avant de se rapprocher, la phase de flirt fait partie de ce que je préfère dans la naissance d’une romance donc j’ai savouré chaque réplique et je peux vous dire que c’est un régal. J’ai retiré une étoile, car malgré l’histoire entraînante, j’aurais préféré une narration à la première personne pour ressentir des émotions encore plus fortes. Je suis à la fois satisfaite et un peu déçue de la chute de l’intrigue, notamment car tout va trop vite et ça aurait mérité qu’on s’y intéresse plus longuement, mais en même temps fière qu’elle en soit arrivée là. Dans tous les cas, un premier tome qui m’a agréablement surprise et même si la notation du second opus est un peu en dessous, je lirais la suite avec plaisir afin de pouvoir arriver plus rapidement au tome 3 et retrouver le reste de la bande.

L’exquise clarté d’un Rayon de Lune | Sarah Morgan (Les frères O’Neil #2)

img_-vw5qozlexquise-clarte-dun-rayon-de-luneBonAprès être passé à côté du tome précédent et m’être fait accessoirement taper sur les doigts par une personne qui se reconnaîtra, j’ai décidé de redonner une chance à ce second opus qui continue de suivre les aventures de la famille O’Neil. Je n’irai pas jusqu’à dire que ce tome a été celui de la révélation, mais je dois admettre que le potentiel est là et qu’une fois rentrée dans l’histoire on s’attache aux personnages.

Sean O’Neil est de retour au domaine et il est hors de question pour Elise, de penser à cette nuit magique qu’ils ont passé ensemble l’été dernier. Elle n’a pas le temps à accorder à ce séduisant docteur et entend bien rester concentrer sur sa tâche qui consiste à rester derrière les fourneaux. Cependant les choses vont se compliquer lorsque l’ouverture d’un projet qui lui tient particulièrement à cœur, menace d’être repoussé, les travaux ayant été abandonné suite aux problèmes de santé du patriarche Walter O’Neil.

Je dois dire que je gardais très peu de souvenir de l’histoire du précédent opus, mais au fur et à mesure de ma lecture, certains personnages commençaient à retrouver leur place dans mon esprit. Sean ne m’a pas particulièrement marqué et j’ai été surprise de découvrir que son caractère était bien différent du reste de la tribu, en effet tel le vilain petit canard, il exerce son métier avec passion et n’entend pas abandonner ses heures supplémentaires pour les beaux yeux d’une femme, son métier c’est ce qui le définit et sa vie à Boston lui convient parfaitement. Depuis la mort de son père, on ne peut pas dire que Sean soit beaucoup retourné à Snow Crystal. Il n’est pas prêt à affronter le reste de la famille et préfère rester éloigné de la station pour laquelle il a gardé une rancœur. A l’inverse Elise éprouve la sensation d’avoir enfin trouvé l’endroit qu’elle peut appeler maison et même si comme Sean, elle n’a pas de temps à accorder à une histoire sentimentale, elle se montre épanouie dans sa passion et a retrouvé une seconde famille auprès des O’Neil. Notamment auprès de Walter qui s’est investi avec elle dans le plus beau projet de sa carrière et auprès de Jackson l’homme à qui elle doit sa place en cuisine.

A l’image de ma lecture précédente, ma lecture n’a pas été très fluide. Les narrateurs externes ne sont pas ceux que je préfère et j’ai éprouvé des difficultés à rentrer dans l’histoire, qui prenait un peu trop de temps à démarrer. En avançant dans le récit, une forme d’addictivité a vue le jour et j’ai aimé poursuivre ma lecture en imaginant le décor de rêve. Mais je crois que ce qui m’a fait apprécier ma lecture est lié aux personnages, Sarah Morgan construit son récit sur les bases d’une famille crédible. Les personnages secondaires ont eux aussi leurs préoccupations et l’auteur ne se contente pas d’un environnement restreint. Sean va s’avérer être têtu et orgueilleux, mais il peut compter sur ses frères pour le remettre en place et malgré l’excessivité de Walter il va s’impliquer qu’il le pensait. Celle qui m’a le plus rendue curieuse c’est Elise, sa fuite face à l’amour et sa vulnérabilité face à son passé m’ont tout de suite séduite. La majorité du temps, c’est une femme forte et déterminer qui donne tout ce qu’elle a dans sa cuisine, mais lorsqu’on creuse un peu elle est beaucoup plus fragile et ses secrets émouvants, sans compter sa manière de repasser au français lorsqu’elle panique ou est stressé est adorable.

J’ai du mal à exprimer ce qui me gêne dans cette lecture, le fond de l’histoire à tout pour plaire et les personnages ont un passif relativement intéressant pour les fans de romance. Seulement le récit m’a vraiment empêchée d’être embarquée dans l’histoire, telle une barrière je suis restée une spectatrice de cette histoire et malgré le côté accueillant de cette lecture, je n’explique pas ce problème d’appréciation. Cependant, je dois admettre qu’après un temps d’adaptation j’ai apprécié passer du temps en compagnie des héros, mais très franchement on est loin des coups de cœur qu’on put éprouver certains. Certes l’attachement est là, la curiosité grandit et Tyler O’Neil m’intrigue vraiment, mais ma lecture était loin d’être fluide. Je me laisserais probablement tenter par le dernier tome de cette série pendant une phase de creux dans les sorties littéraires, mais pas dans l’immédiat. Une lecture agréable, mais pas mémorable.

Retrouvez ma chronique sur La danse hésitante des flocons de neige #1 ICI
Lucie