Les étoiles ne meurent jamais | Battista Tarantini (Orion #2)

Résumé :

Entre Orion Atlay, chorégraphe réputé pour son irrévérence, et Leo Kats, talentueuse première danseuse de l’Opéra de Sydney, ce fut une collision, un intense pas de deux entre ténèbres et lumière. Un nouveau ballet est né : Perséphone consacrera l’envol de la jeune artiste et achèvera en apothéose l’œuvre du chorégraphe français. Désormais libre et amoureuse, Leo part avec Orion en résidence artistique à Tokyo. L’antre de Hiro Neruji, maître de ballet japonais, abrite l’envol sensuel et amoureux des deux Étoiles. Entre souvenirs et espoirs, désir et passion, Orion et Leo s’enlacent et créent pour la scène l’histoire de leurs propres âmes qui se cherchent et s’attisent. De Tokyo à Barcelone, de New York à Paris, Perséphone et Hadès grandissent avant la représentation finale. Au point qu’on ne sait plus lequel soutient l’autre… Orion renoncera-t-il pour autant à ses funestes projets ? Dans ce ballet de l’amour et de la mort, à l’heure où le rideau tombe, c’est encore la danse qui gagne, envers et contre tout.
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

Une suite que j’attendais avec impatience et qui en même temps me faisait redouter le pire. Les dernières révélations dans le tome précédent ont largement contribué à accentuer l’excitation et cette suite s’est révélée à la hauteur de mes espérances. Chaque chapitre accentue le côté pesant du temps qui passe, l’urgence devient parfois pesante et accentue la souffrance de Leo. Le récit repose essentiellement sur les décisions d’Orion et l’impact qu’elles ont et auront sur la vie des personnages qui gravitent autour de lui.

J’ai terminé ma lecture euphorique avec un cœur qui bat à cent à l’heure, il est indéniable que ce roman est addictif et j’ai terminé sans réaliser que la dernière page arriverait si vite. En lisant la dernière ligne, je n’avais qu’une envie retranscrire les émotions éprouvées lors de ma lecture. Seulement après plusieurs tentatives, les mots sont brouillons et mes mots ne rendent pas justice à l’histoire, ainsi qu’à ces personnages originaux qui ont pris vie le temps d’un ballet endiablé. J’ai recommencé ces lignes à plusieurs reprises et j’avais l’impression de d’en dire trop. Il faut dire que cette suite, est liée aux révélations qu’Orion s’apprêtent à mettre à exécution.

Cette décision qu’Orion est convaincu d’être la bonne est l’une des plus difficiles à lire, car on image sans mal la douleur que Leo ressent en imaginant ce que ça implique. Malgré quelques doutes, j’ai été éblouie par la force de caractère de Leo, elle est désormais libérée de ses chaînes et c’est avec passion qu’elle continue d’exercer son art. Après Melbourne et Sydney, nous embarquons pour Tokyo où Orion a de nouveaux projets pour sa muse, sur place ils font la connaissance du sombre Hiro Neruji. On quitte un peu la rigidité de la discipline, laissant libre cours à l’imprévu et tous les deux ils vont se laisser porter à la fois par la colère, l’amour et la passion.

Du côté d’Orion, le mystère s’estompe au fur à et mesure que l’histoire avance, lui d’abord si secret va se résigner à s’ouvrir à Leo. Pas toujours fan de certaine de ces décisions, il n’en demeure pas moins touchant. Dans cette suite on va le voir déterminé à exécuter ce qu’il pense être le mieux, de l’extérieur on pourrait le penser égoïste, et j’ai également éprouvé certaines émotions négatives envers lui, mais son histoire est loin d’être évidente et ça pourrait briser le monde de beaucoup de personnes. Un passage en particulier m’a un peu déçu, mais je n’ai pas réussi à totalement le détester, car son secret m’a ému et à sa place j’ai du mal à imaginer comment serait ma vie.

J’ai trouvé la danse moins présente, mais avec le recul on a toujours cette connexion entre les deux personnages liés par une passion commune. La relation professeur/élève a évolué différemment et on est plus en face de deux partenaires, à Tokyo on va découvrir une autre forme d’expression, mais c’est finalement hors du Japon qu’ils vont nous montrer leur vrai visage. De Tokyo, à New-York en passant par Paris, nous allons voyager au gré des représentations et lorsque le rideau tombera la scène finale pourrait ne pas être celle qu’on espère. Que vous soyez ou non prête, cette conclusion ne vous laissera pas indifférente. En refermant le dernier chapitre, j’ai éprouvé cette frustration de l’avoir lu si vite et j’aurais volontiers prolongé l’histoire le temps de quelques chapitres, car j’ai eu des difficultés à quitter les personnages et leur univers tellement envoûtant.

Mon avis sur Orion #1 ICI

Publicités

Ainsi soient les étoiles | Battista Tarantini (Orion #1)

Résumé :

Première danseuse de la compagnie, premier rôle dans un ballet, Leo Kats est sur le point d’atteindre un sommet dans sa jeune carrière : elle sera Nikiya dans la Bayadère qui se jouera à l’Opéra de Sydney. Les années de travail, intenses et douloureuses, ont porté leurs fruits, mais la jeune femme est fébrile et encore trop peu confiante à l’aube de sa consécration.
Quelques jours avant la représentation, Orion Atlay, illustre chorégraphe français, s’invite au Temple, l’école de danse de la compagnie, pour y créer un ballet irrévérencieux. Dès la première seconde, Orion veut Leo, lumineuse, parfaite et docile. Seulement Leo.
Un combat s’engage. Obsédé par la jeune femme, Orion tente de la convaincre de danser pour lui afin de mener à bien d’obscurs projets. Secouée par les méthodes peu académiques du maître de ballet, éveillée par le désir qu’elle éprouve pour la première fois, Leo craint de ruiner sa carrière qui ne semble plus tenir qu’à un fil. Des studios à la scène, en passant par les coulisses de l’Opéra, Orion et Leo devront se battre pour trouver l’amour.
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

Je n’aurais pas pu être plus heureuse de terminer l’année avec cette sublime lecture et vous qui lisez ces lignes, sachez que votre première lecture de l’année vous réserve des émotions intenses. J’avais entendu parler de Battista Tarantini, mais je ne l’ai réellement découverte que lors de ma lecture de Heroes. Je gardais un très bon souvenir de sa plume et le thème de la danse retranscrit dans une superbe couverture n’a fait que conforter mon envie de découvrir ce nouveau roman. J’étais loin d’être préparé à vivre ces émotions, on n’en sort pas indemne.

Leo Kats est la parfaite petite danseuse et sa vie professionnelle semble lui sourire, première danseuse de la compagnie, premier rôle dans un ballet, c’est la consécration et après des années de travail acharné elle devrait pouvoir se satisfaire de son statut, mais la jeune femme continue de douter et recherche toujours l’excellence. L’école de danse de la compagnie est en effervescence, Orion Atlay le célèbre chorégraphe français s’est invité au Temple afin de trouver les deux futurs danseurs de son prochain ballet. Lorsqu’il rencontre Leo, il n’a qu’une certitude : il veut Leo et personne d’autre. Son seul objectif est de sublimer la jeune femme en lui offrant la liberté.

Je suis une novice du milieu de la danse, mais on imagine sans mal grâce au réalisme des descriptions. Cette authenticité accentue les émotions et on plonge dans un milieu exigeant ou la rigueur est indispensable. Notre héroïne parfaite en apparence, se bat avec ses propres démons et cet aspect de sa personnalité en fait une héroïne touchante. Sa quête de la perfection va dévoiler une fragilité et l’arrivée d’Orion dans sa vie va chambouler sa vie. On alterne entre ombres et lumières, grâce aux méthodes particulières du chorégraphe et lorsque Leo va goûter à la liberté, elle va être plus vulnérable que jamais.

Après plusieurs années de danses à haut niveau, on se doute que Leo a dû faire de nombreux sacrifices dans sa vie personnelle et pour la première fois, elle va ressentir des émotions inédites qui vont complètement changer sa manière de danser, allant même jusqu’à la conduire jusqu’au bord du précipice. Orion voit sa muse comme personne ne l’a jamais vue et j’ai apprécié la relation qui se tisse, la danse est un moyen de communication étonnant et les émotions que nos héros vont renvoyer seront intenses tant pour les personnages que pour le lecteur, qui ne demande qu’à voir la magie opérer et les masques tomber. Après plusieurs années à être une danseuse zélée, Leo va revenir à la vie. Tout en découvrant un amour unique qui ne s’oublie pas.

Malgré l’alternance des points de vue le mystère qui entoure Orion demeure même à la fin de ce premier opus. Son comportement le ferait facilement passer pour un fou et ses réactions parfois incompréhensibles, semble trouver un sens lorsque les révélations se font. Au gré des d’informations lâchées au fur et à mesure que les pages se tournent, l’imagination commence à prendre le dessus et l’aversion se transforme progressivement en sympathie. Finalement le lecteur est aussi craintif que Leo et nous laissons nous aussi tomber nos barrières pour faire confiance à ce créateur de génie qui va la pousser à donner le meilleur.

Je pensais ne pas être surprise par les révélations et finalement l’histoire prend un tournant inattendu dans les derniers chapitres révélant la complexité qui attend nos personnages. Impossible de résister à l’envie de se jeter sur la quatrième de couverture du prochain opus, j’avais besoin de connaître la direction que prendrait l’histoire. J’ai beaucoup aimé l’ambiance qui règne de ce récit, on y retrouve les codes liés à ce milieu et l’exigence qu’on s’attend à trouver. J’ai été excitée de poursuivre ma lecture et j’ai parfois eu le souffle coupé par les émotions. Je termine l’année en beauté et vous recommande chaudement cette lecture pour bien débuter l’année, tous les ingrédients sont réunis pour avoir l’impression d’être spectatrice d’un ballet amoureux. Et j’espère retrouver le même plaisir avec la suite en février. Très belle découverte qui mérite d’être lu.

 

Juillet | Audrey Carlan (Calendar Girl #7)

Ce roman est le 7ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers.

J’ai du mal à croire que cette série ait réussi à me surprendre dans mes prévisions. Je suis ravie du tournant que prend l’intrigue et les discussions entre les personnages nous ont offert quelques moments touchants. J’ai toujours vu Mia comme une héroïne qui ne se laisse jamais faire et son caractère nous a toujours montré sa force de caractère. Ce mois de juillet va nous montrer que derrière toutes les forces, se cachent des faiblesses qui lorsqu’elles sont exposées nous montre un personnage complètement différent.

Après le traumatisme du mois précédent, Mia débute une nouvelle mission sous le soleil de Miami. A son arrivée, elle a la surprise de découvrir que ce n’est pas son client qui l’accueille, mais son assistante qui n’a pas la langue dans sa poche. Immédiatement sous le charme de cette jeune femme, elle ne va pas être déçu lorsqu’elle va faire la connaissance du nouvel artiste en vogue dans le monde du hip-hop. Pour cette nouvelle mission, Anton Santiago recherche une femme séduisante qui pourra incarner une séductrice dans son prochain clip. L’attirance est immédiate et contre toute attente, cette légèreté du début va se transformer en une réaction inattendue, qui va donner un nouveau tournant à ses projets.

Comme à son habitude, Mia n’a pas les yeux dans sa poche et lorsqu’elle est en contact d’un bel homme, elle ressent immédiatement une certaine attirance. Sur ce point, elle m’agace un peu à réfléchir sur le physique de ses clients, toujours se baser sur des premières impressions, alors qu’elle sait que l’intellect de ses clients lui a toujours enseigné de ne passe fier aux apparences. Contrairement à ce que j’imaginais, j’ai apprécié découvrir un tome particulier, beaucoup centré sur des émotions pures, plutôt que toujours céder aux pulsions physiques. Dans ce nouvel opus, Mia va comprendre beaucoup de choses sur son expérience d’escort et elle va apprendre à s’écouter elle-même, pour enfin réaliser ce dont elle a besoin.

Encore une fois, Mia ne va pas faire de tourisme mais comme à son habitude elle va tisser des liens solides avec son nouveau client et son entourage proche. J’ai trouvé ce tome assez différent des précédents et ce qui est intéressant avec cette série, c’est que malgré mes réticences à la voir succomber à ses clients, aucun tome ne se ressemble et chaque histoire tire son épingle du jeu. Je n’aurais jamais cru pouvoir de nouveau apprécier cette série, mais depuis Juin il semblerait que l’histoire se stabilise un peu et arrête de jouer au yoyo avec mes émotions. Le mois d’août ne devrait pas faire long feu, il faut dire que Juillet rejoint fièrement mon top 3 et ce n’est pas trop tôt, car seule la curiosité me retenait de continuer.

Retrouvez mon avis sur Janvier #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Février #2 ICI
Retrouvez mon avis sur Mars #3 ICI
Retrouvez mon avis sur Avril #4 ICI
Retrouvez mon avis sur Mai #5 ICI
Retrouvez mon avis sur Juin #6 ICI

 

Comment j’ai appris à voler | Kathryn Holmes

img_20161106_161758Très-bonLes romans engagés sont pour moi les plus difficiles à chroniquer, beaucoup d’émotions bousculent dans ma tête et j’ai parfois du mal à assembler les idées. Vous le savez sans doute, mais la collection Hugo New Way est très engagé dans des causes trop peu évoquées et qui ont les mots justes pour toucher ceux qui ont besoin d’être rassuré. La première fois que j’ai entendue parler de ce roman, j’ai été incroyablement séduite par cette couverture, ce titre percutant et ce résumé déchirant.

Samantha est une passionnée, elle ne vit que pour la danse et elle donnerait tout pour poursuivre dans cette voie d’une manière plus professionnellement. Seulement la jeune fille, va progressivement avoir les courbes d’une femme et alors que son corps s’arrondit la pression devient de plus en plus forte et les crises de panique vont venir accentuer son trouble. Afin de trouver une solution efficace et pour ne pas se retrouver en pleine crise devant témoin, elle va rejoindre un programme intitulé J’optimise mes Performances. Là-bas, elle va faire la connaissance de cinq jeunes dans situation un peu similaire et en même temps, complètement différente. L’objectif de ce camp d’été est de leur apprendre à gérer les difficultés lorsqu’ils se trouvent dans une situation qui les dépasse ou les déstabilise.

Dès le début du récit, nous rentrons dans le vif du sujet et en compagnie de Samantha, nous découvrons ceux qu’elle va côtoyer pendant trois semaines, avec l’aide d’une psychothérapeute et de deux animateurs ils vont devoir apprendre à s’entraider pour mieux affronter les obstacles qui se dressent devant eux. Qu’ils soient footballeur, gymnaste, tennisman ou acteur, ils vont tous être confrontés à leurs démons qui les empêche d’avancer. Au premier abord, la relation entre ces six jeunes semblait mal barrée et doucement, en même temps que nous allons les découvrir, ils vont faire tomber d’eux-même leurs barrières pour se dévoiler en toute simplicité et se lier d’une amitié sincère.

J’ai été particulièrement bouleversée par la manière dont Samantha se débat avec elle-même, ces paroles qu’elle s’inflige sont d’une telle violence. Ses angoisses sont tellement présentes dans son quotidien, que ça m’a fait mal au cœur de la découvrir si démunie. Bien que sa mère et son entourage aient contribué à la situation, Samantha n’en demeure pas moins son pire ennemi. Au cours de ces trois semaines de thérapie, le Dr Lancaster va les aider à s’accepter en leur donnant les armes pour s’accepter. Au-delà de la gestion des angoisses, ce récit va beaucoup plus loin. Toutes ces responsabilités qui leur tombent sur les épaules, vont les faire grandir plus vite que prévu et les exercices proposés vont leur permettre de se découvrir et leur apporter une aider pour assumer la vérité.

J’ai beaucoup aimé ce côté intimiste, ce huis-clos va réussir six jeunes avec des problèmes et cette manière de les couper du monde, va nous offrir une histoire touchante. Je m’imaginais sans mal appartenir à ce groupe, vivre les séances de groupe et apprendre à les connaître, ils se sont ouverts à moi et c’est ce qui rend ce roman authentique. On ressent la pression de la société et ces angoisses qui viennent pourrir la vie vont s’avérer destructrices pour ces adolescents encore fragiles, car par tout à fait tailler pour affronter les difficultés. Kathryn Holmes retranscrit à merveille l’étouffement et l’anxiété que peut ressentir Samantha, cette dureté envers elle m’a attendri, c’est terrible de s’infliger ça. On veut simplement l’aider et la soutenir pour qu’elle puisse voir la réalité en face et ne surtout pas sombrer. Et je dois dire que la fin est une petite victoire. Je recommande ce roman, que vous soyez parents, adolescents, professeurs ou tout simplement si le poids sur vos épaules est trop lourd à porter. N’oubliez pas que vous n’êtes jamais seul et il n’y a aucune honte à avoir du mal à assumer la pression.

Lucie

Pointe | Brandy Colbert

ImpressionExcellentUne très belle découverte que j’ai eu la chance de découvrir grâce à Pretty Books, qui a su parfaitement cerner mon genre de lecture. J’avais repéré ce roman grâce à sa magnifique couverture, mais je regrette un peu que le résumé en dise autant. L’intrigue ne nous en apprend pas forcement davantage et l’effet de surprise est inexistant avec un résumé aussi détaillé.

Je suis assez surprise de découvrir un thriller young adult édité, par JC Lattès je n’ai pas l’habitude de regarder leur parution, car bien souvent je ne m’y retrouve pas. Des thèmes très difficiles vont être évoqués, notamment la séquestration, l’anorexie et la danse. On ne comprend pas toujours les informations qui nous parviennent, mais les réponses finiront par arriver. A première vus tous ces drames pourraient faire un peu trop, mais ôté vous cette idée de la tête, l’auteure réussit à nous garder captiver du début à la fin, au gré des révélations toutes plus terribles, les unes que les autres et on ne peut que s’accrocher jusqu’à enfin pouvoir respirer normalement.

Théo est danseuse et rien n’est plus important pour elle que de pratiquer son art. Elle recommence enfin à aller mieux, du moins en apparence, car ses troubles de l’alimentation dont tout le monde la croit sortie, n’ont pas totalement disparu. Et puis, ce n’est pas la réapparition de son meilleur ami qu’elle croyait mort depuis quatre ans qui va arranger les choses. De nombreuses questions sur sa disparition restent en suspens et ce n’est pas Donovan qui semble disposé à répondre à ses questions, car depuis son retour il est dans un total mutisme. On pourrait croire que la situation ne peut pas empirer, mais lorsque Théo découvre que le ravisseur n’est autre que son ex-petit ami, toutes ces certitudes vont voler en éclats, notamment concernant les conditions de l’enlèvement.

C’est quand même dingue de perdre toute notion du temps. Je me suis plongée dans ma lecture en fin d’après-midi et je n’ai pas vu le temps passé. En refermant mon livre, il était deux heures passées, ma batterie était à plat et j’avais enfin les réponses que j’ai attendues pendant tout le roman, la révélation qu’on attend depuis qu’on connaît les certains éléments. Théo est fragile et naïve quelque que part, pourtant elle va se poser les bonnes questions et prendre les bonnes décisions quand cela va s’avérer nécessaire. Les thrillers ne sont pas mon genre de prédilection, mais ce roman est bouleversant et j’avais tellement envie de faire comprendre la vérité à Théo, que toutes les réponses dont elle a besoin, sont là devant ses yeux et que sa propre histoire est le reflet de ce qui s’est vraiment passé.

Un roman poignant, qui vous gardera captivée jusqu’à la dernière page. On souffre avec l’héroïne, on doute et on se pose également beaucoup de questions, qui n’auront pas des réponses avant la fin. Je regrette seulement la fin, qui aurait mérité quelques pages supplémentaires pour en savoir un peu plus sur l’avenir de Théo. Juste éprouvant, addictif et j’en perds les mots. Ce livre est vraiment une perle que vous devez absolument découvrir, je recommande sans aucune hésitation.

Signature Lucie