L’esquisse du Bonheur | Akemi Dawn Bowman

Résumé :

Découvre qui tu es vraiment et le bonheur sera à portée de main.
Kiko Himura ne s’est jamais sentie à sa place. Avec une mère qui la rabaisse tout le temps et son métissage japonais qui la rend différente aux yeux des autres, elle préfère se rendre invisible, certaine qu’une fois qu’elle aura intégré l’école d’art de ses rêves tout s’arrangera. Car Kiko mise tout sur son avenir, l’esquisse d’un bonheur si proche… Pourtant, quand elle croise par hasard Jamie, son amour d’enfance, et que sa mère lui annonce le retour dans leurs vies de la personne qu’elle déteste le plus au monde, c’est son passé qui resurgit…

A force de découvrir de nouvelles histoires, de nouveaux personnages et de nouveaux auteurs, il est difficile de ne pas devenir plus exigeante et mes goûts étant portée sur la romance, les prises de risque sont plus rares. Je n’ai pas eu de coup de cœur depuis très longtemps et pourtant je suis continuellement à la recherche du roman qui va me bouleverser. Ce roman, je l’ai découvert par hasard et bien qu’on ne franchisse pas le coup de cœur, l’histoire a réussi à me donner des frissons tant le thème est touchant et rencontrer l’héroïne m’a bouleversé.

Kiko Himura m’a brisé le cœur. Interagir en société a toujours été affreuse difficile pour la jeune fille, accoutumé aux crises de paniques, Kiko ne s’est jamais vraiment intégré auprès de ses camarades et sa seule source d’interaction sociale, se résume à sa meilleure amie. Les années lycée ne sont pas forcément les meilleurs pour elle, et à la maison la situation est loin d’être idyllique. Kiko subit les propos blessants de sa mère, tant pour ses choix d’avenir, que pour son métissage japonais la rendant différentes aux yeux des autres, provoquant le mal-être de sa fille et le désir d’invisibilité à la maison comme au lycée. Son quotidien va être chamboulé par le retour de Jamie son ami d’enfance, avec qui elle garde les plus beaux souvenirs de son enfance, et qu’elle n’a jamais oublié.

Je pense qu’on peut dire que c’est le genre de récit où on termine avec le cœur en miettes. Dès le premier chapitre on ressent on forme d’oppression, face à la pression constante qu’exerce la mère de Kiko sur sa fille. Sa détresse est bouleversante et cette attitude révoltante, accentuant l’anxiété de la jeune fille et positionnant le lecteur dans un statut de spectateur impuissant. Je n’ai pas de mot face au comportement atroce de cette mère, mais on attend un niveau d’horreur lorsque la personne la plus abjecte possible refait son apparition. Immédiatement des sentiments contradictoires m’ont traversé à la fois de la peine, de la colère et puis le désir de la protéger.

Bien qu’elle reste très méfiante, le retour de Jamie va l’empêcher de se faner. Et la forcer à sortir de sa zone de confort, sa meilleure amie ayant quitter la ville pour commencer les cours, elle va tenter d’appliquer les conseils de cette amie sincère qui lui aura laisser le meilleur conseil qu’on puisse lui apporter. Sortir de sa coquille ne va pas être simple et les rares instants de bonheur ont été vécu comme une victoire pour moi, car face à tant de souffrance on ne peut que vouloir le meilleur pour Kiko. Le chemin vers la guérison va prendre du temps, mais j’ai trouvé qu’elle faisait une belle analyse de sa vie et était consciente de s’être cachée derrière ceux qui ont été sa force. Et la voir devenir l’artiste confiance, belle et insouciante qu’elle devient m’a réchauffé le cœur. Je ne peux que recommander cette fabuleuse histoire et j’espère que vous percevrez les mêmes émotions touchantes.

Publicités

Josh & Hazel ou comment ne pas tomber amoureux | Christina Lauren

Résumé :

Hazel sait qu’elle n’est pas facile à vivre – et franchement, la plupart des hommes ne sont pas prêts à relever le défi. Si son armée d’animaux domestiques et son goût prononcé pour l’absurde ne les font pas fuir, son absence de filtre la conduit systématiquement à dire ce qu’il ne faut pas dans les moments délicats. Tant pis pour eux. Hazel est une belle personne. Josh connaît Hazel depuis la fac, à un moment où son allégresse loufoque était totalement incompatible avec son caractère à lui, calme et dans la retenue. Depuis le premier soir où ils se sont rencontrés – quand elle lui a avoué de but en blanc qu’elle  » serait honorée de (lui) offrir (son) corps  » – jusqu’au jour où elle lui vomit avec grâce sur les chaussures, Josh a toujours pensé qu’Hazel relevait plus du spectacle que de l’être humain. Cependant, dix ans plus tard, après une relation houleuse avec une fille qui l’a trompé, sortir avec Hazel est une vraie bouffée d’air frais. Non que Josh et Hazel sortent ensemble. Du moins, pas ensemble ensemble. Parce qu’organiser en duo une série de  » double dates  » de plus en plus terribles, signifie bien qu’il n’y a rien entre eux… n’est-ce pas ?
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

Vous le savez, mais depuis Beautiful Bastard je ne loupe aucune sortie du duo de choc Christina Lauren. A l’annonce de la traduction de ce roman, j’ai rapidement survolé le résumé sans pour autant vouloir tout connaître de l’histoire. Il y a des auteurs à qui ont fait confiance et encore une fois l’histoire est à la fois originale et surprenante. Un roman important qui traite avec humour de l’amitié et l’acceptation de soi.

Impossible de ne pas apprécier Hazel lorsqu’on la découvre dans le prologue. La jeune femme est une héroïne drôle et pétillante que j’ai pris plaisir à découvrir au fil des pages, sa joie et ses excentricités sont communicatives et ses maladresses épiques. Hazel sait qu’elle n’est pas facile à vivre et assume son originalité, mais d’une certaine manière elle a peur que sa personnalité l’empêche de trouver l’amour. Il faut dire que son absence de filtre la positionne souvent dans des situations absurdes, mais c’est justement ce qui fait son charme et qui fait d’elle une belle personne avec un cœur énorme. Hazel a toujours su qu’elle n’avait aucune chance avec Josh, que ce soit lors de leur première rencontre à la fac ou lors de leur seconde rencontre sept ans plus tard. Seulement rien ne les empêche de devenir amis et de chercher ensemble l’amour.

Josh est le parfait opposé d’Hazel, il est calme, posé et réfléchis, mais sa rupture après une relation toxique va le plonger dans une semi dépression ,et la présence réconfortante d’Hazel va lui apporter la lumière nécessaire pour reprendre goût à la vie. Ensemble, ils vont décider d’organiser en duo une série de double rencarts et chaque rencontre va s’avérer pire que la précédente. Seulement malgré les échecs amoureux, leur complicité ne cesse de s’épanouir et même s’ils s’accordent à dire qu’il ne sont pas ensemble, ils vont se découvrir qu’ils ne sont pas si incompatibles. La romance pourrait paraître lente pour certain, mais j’ai trouvé qu’elle était authentique.

J’ai trouvé intéressant que la romance sorte du schéma habituel, il n’y a aucun drama et l’histoire suit sont cours. C’est un récit de vie où deux personnes se rencontrent et acceptent les différences de l’autre pour en faire une force. Sans compter qu’on quitte un peu le stéréotype du tombeur qui cherche à séduire toutes les femmes, Josh est un personnage qui cherche le bonheur et la sécurité d’un amour partagé. Sa rencontre avec Hazel va chambouler son quotidien, la jeune femme va lui apporter le grain de folie qui lui manquait et Josh va lui apporter l’assurance nécessaire pour qu’elle prenne enfin confiance sur ce qu’elle peut offrir à ceux qu’elle aime.

Chaque roman depuis que j’ai découvert ce duo d’auteures parvient à me surprendre, car les romances sont différentes. La force de cette histoire c’est l’attachement qu’on éprouve envers les personnages et l’humour qu’ils renvoient, faire sourire un lecteur c’est un point important pour qu’il passe un bon moment et avec Hazel impossible de ne pas rire. A mon sens, c’est le genre de roman que j’apprécie lire sur la plage parce que c’est frais et léger, donc certes la romance prend sont temps, mais c’est un duo qu’on adore retrouver.

The Chase | Elle Kennedy (Briar Université #2)

Résumé :

On dit que les opposés s’attirent. Et s’il y en a bien une qui est d’accord avec ça, c’est Summer, parce qu’il n’y a aucune raison logique pour qu’elle soit attirée par Colin Fitzgerald. En règle générale, elle n’aime ni les intellos tatoués, ni les jeux vidéo, ni les joueurs de hockey qui pensent qu’elle est volage et superficielle.
De son côté, Fitz n’est pas persuadé que cette fille solaire, sûre d’elle, en un mot magnifique, soit celle qu’il lui faut.
Et pourtant, il va falloir qu’il s’y fasse car… ils sont colocataires !
Je remercie les éditions New Romance – Hugo Roman pour l’envoi de ce service presse

L’auteure d’une des séries les plus marquantes de ma bibliothèque est de retour et retrouver la plume d’Elle Kennedy est toujours addictive. Dans ce spin-off nous retrouvons des personnages familiers et d’autres un peu moins, qu’il me tarde de découvrir de manière plus approfondi. L’auteure s’intéresse à plusieurs thèmes importants, tout en conservant une pointe d’humour comme elle sait si bien le faire.

Depuis qu’elle a rencontré Colin Fitzgerald, Summer Heyward-Di Laurentis n’a jamais oublié cet intello tatoué, elle ne se l’explique pas, mais il provoque en elle des sensations qu’elle n’avait pas éprouvé depuis des années. Alors lorsqu’elle apprend qu’il la trouve superficielle, elle comprend que ses sentiments ne sont pas partagés, elle préfère éviter le hockeyeur et se concentrer sur ses études. Seulement, la situation va légèrement se compliquer lorsqu’elle va devoir partager un appartement avec trois joueurs de l’équipes, dont Fitz.

Summer arrive en cours de scolarité à Briar, suite à un renvoi de sa précédente université, ce qui va l’amené à se retrouver à chercher à se loger sur le campus, alors son frère va tirer des ficelles et ses anciens coéquipiers vont se faire un plaisir d’accueillir la pétillante jeune femme. Rapidement elle va montrer l’image d’une jeune femme sure d’elle et son excentricité peut renvoyer un mauvais message, rendant la cohabitation difficile. les non-dits et le manque de communication entre Summer et Fitz vont compliquer leur relation et honnêtement parfois j’avais envie de crier ma frustration, mais la romance n’en reste pas moins adorable. Dès que les masques tombent on découvrent des thèmes sérieux abordés avec sensibilité et authenticité.

Fitz est un personnage beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, ses difficultés à communiqué vont le mettre dans une situation compliquée et son passé ne va pas rendre la situation plus simples. J’ai trouvé son personnage différent des sportifs de la série, sportif émérite, c’est également un passionné de jeux-vidéos tant aux manettes qu’à la création du design. Discret dans ses activités, il n’aspire qu’à passer inaperçu et l’attitude de Summer est loin d’être une situation familière. Malgré les préjugés, ils vont se découvrir une alchimie qui va effrayer Fitz peut habitué à éprouver des sentiments aussi intenses et n’arrange pas ses rapports avec la jeune femme.

Impossible de ne pas évoquer les personnages secondaires qui ont susciter ma curiosité et que j’ai apprécié rencontrer. Et cette fameuse touche d’humour qui contribue à mettre le lecteur en phase de détente. On débute ce spin-off avec un très bon couple de héros et il est indéniable que la plume magique d’Elle Kennedy est à l’origine de ce premier opus. Un univers qu’il me tarde de retrouver dans The Risk.

Mon avis sur The Deal #1 ICI
Mon avis sur The Mistake #2 ICI
Mon avis sur The Score #3 ICI
Mon avis sur The Goal #4 ICI

La magie de l’hiver | Carrie Elks (The Shakespeare sisters #3)

Résumé :

Kitty Shakespeare, étudiante en cinéma, est fermement décidée à tirer profit de son nouvel emploi de jeune fille au pair au service de Jonas, sept ans, fils de l’éminent producteur Everett Klein. Certes, ce n’est pas la carrière qu’elle espérait poursuivre en quittant Londres pour L.A., mais comme les entretiens d’embauche la paralysent, c’est sa dernière chance d’impressionner un personnage influent d’Hollywood. Si elle s’occupe bien de son fils, il se penchera sûrement sur son travail. C’est sans compter sur Adam, l’irrésistible frère de Everett. Car entre eux, ce n’est pas vraiment le coup de foudre.
Adam Klein a beau être séduisant, il est également grincheux et grossier, et il n’est guère disposé à se remettre en question pour une baby-sitter. Pas après les épreuves qu’il traverse depuis un an. Tout ce qu’il veut, c’est s’isoler dans son chalet, à l’écart de son frère qui a détruit sa vie. Si seulement il parvenait à ignorer Kitty qui fait tambouriner son coeur…
A la veille de Noël, Kitty et Adam réalisent que le grand amour n’est jamais simple. Mais le chemin qui mène à un happy end n’est-il pas semé d’embûches ?
Je remercie les éditions New Romance pour l’envoi de ce roman

Un troisième opus très attendu malgré la saison hivernale qui m’emballait un peu moins à cette saison de l’année, mais finalement comme à chaque fois la période de Noël est généralement propice aux belles histoires d’amour. Bien que j’aie beaucoup apprécié l’histoire et la naissance de la romance, ces deux héros ne sont pas mes préférés, mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier ma lecture. Il a une forme de huis clos entre les héros qui accentue l’alchimie et fait monter la tension, c’est à la fois hot et mignon.

Kitty est la benjamine de la fratrie Shakespeare, passionnée de cinéma elle a décidé de s’expatrier aux États-Unis et plus particulièrement à Los Angeles, où elle étudie le cinéma. Afin de valider son année, elle doit trouver un stage mais malgré qu’elle soit l’une des meilleures de sa promotion sa timidité lors des entretiens est parfois un frein. Contre toute attente elle décroche un entretien chez Klein Production, mais son entretien ne va pas se passer comme elle l’espérait et sa demande de stage va se terminer en entretien d’embauche pour être jeune fille au pair auprès de Jonas fils du célèbre producteur Everett Klein. D’abord réticence, la jeune femme va finalement accepter en espérant faire bonne impression et trouver un stage à l’issue de cette expérience.

Sur place les choses ne vont pas vraiment se passer comme elle l’espérait, et dès son arrivée elle fait la connaissance du taciturne Adam, qui renvoi l’image d’un homme borné, grincheux et grossier, et ce n’est pas une pimbêche de Los Angeles qui va lui apprendre la vie. Car depuis un homme, il traverse une épreuve difficile et bien que les fêtes approchent, il a bien l’intention de rester éloigné de son frère qui a détruit sa vie. Seulement c’est sans compter sur la présence de Jonas, en totale admiration devant son oncle et qu’Adam, aime plus que tout. Il va découvrir que l’image qu’il se fait de Kitty est faussée, et bien que leur relation n’ait pas démarré sur le bon pied, nos héros vont découvrir qu’ils ont bien plus en commune qu’il l’imaginait et laisser leurs cœurs les guider.

Kitty est une héroïne absolument adorable, qu’on prend plaisir à découvrir, au fil des pages le portrait d’une jeune femme d’une incroyable gentillesse et d’un dévouement sans failles pour ses proches va se dessiner. Sa rencontre avec Jonas va accentuer sa douceur, car immédiatement elle se prend d’affection pour ce petit bonhomme et un lien fort se créer entre eux. Grâce à la simplicité de cette héroïne, il n’est pas difficile de s’identifier à la jeune femme, bien qu’elle n’hésite pas à s’affirmer, elle a également une fragilité qu’elle n’hésite pas à mettre avant, qui rend son personnage encore plus authentique. Sans oublier, la fraîcheur des échanges avec ses sœurs qui m’ont fait chaud au cœur et lorsque la jeune femme évoque sa maman, mon attachement s’est renforcé.

Bien que j’aie apprécié ma lecture, je n’étais pas dans le bon état d’esprit pour totalement succomber à l’histoire. Noël est la seule période de l’année où l’apprécie lire une PAL de saison. A Noël tout est différent, l’ambiance n’a rien à voir et mon état d’esprit est complètement différent. Lire cette histoire avec le soleil qui éblouit est assez particulier et pour le coup, la magie de Noël n’a pas totalement pris. Néanmoins, cette romance hivernale réunit tous les éléments pour toucher les lecteurs, sans compter que comme les tomes précédents, la plume de l’auteure est fluide et on se laisse facilement porter vers la fin, sans jamais perdre le sourire.

Mon avis sur Les Promesses de l’été #1 ICI
Mon avis sur A la grâce de l’automne #2 ICI

Envoûtée | Jennifer L. Armentrout (Ombre et Mystère #1)

Résumé :

Julia vient d’accepter un poste d’infirmière à domicile, où elle a pour tâche de veiller sur une jeune fille à l’état fragile. Ses employeurs sont les frères De Vincent, propriétaires d’un domaine au cœur du Bayou dont ils viennent d’hériter. Quand Julia découvre l’imposant manoir, elle éprouve une étrange sensation. Les lieux semblent empreints d’un lourd secret, voire hantés. Plus surprenant encore, l’homme qui l’accueille, Lucian De Vincent, n’est autre que le séduisant inconnu avec lequel elle a flirté la veille au soir…

Jennifer L. Armentrout est l’une des auteures les plus présentes dans ma bibliothèque, vous comprendrez que cette nouveauté n’est pas mis longtemps à rejoindre ma PAL. J’étais impatiente de découvrir un nouveau roman contemporain, malgré que ma PAL soit remplie de roman fantastique écrit par l’auteure. Voyant que la suite approchait, il était temps de me lancer dans cette nouveauté et malgré un démarrage un peu lent et une narration qui m’a un peu freiné, et puis les choses se sont naturellement débloqué.

Après plusieurs années difficiles, Julia s’apprête à démarrer une nouvelle vie. Un déménagement et un nouvel emploi, la jeune infirmière vient d’être embauché pour s’occuper d’une jeune fille fragile. A son arrivée dans un domaine au cœur du bayou, elle fait la connaissance des frères De Vincent, trois hommes mystérieux qui compte sur sa discrétion. Sur place, Julia découvre un univers très éloigné du sien et elle tente de maintenir à distance le cadet Lucien De Vincent, l’inconnu séduisant qui a flirté avec elle la veille et qui n’a pas dit son dernier mot.

Dans l’ensemble le mystère qui entoure la famille De Vincent est captivant et les événements qui se dévoilent suscite l’intérêt du lecteur, mais rapidement la romance occupe une place importante et le jeu de chat et de la souris des personnages éclipse une partie de l’intrigue. Notamment la personnalité des personnages certes un portrait est dressé d’eux, mais on ne va pas au bout des choses. Julia a un passé compliqué et déménager va lui permettre de se ressourcer, hors lorsque passé et le présent s’entrechoquent, ça n’a finalement aucune importance et bien qu’elle tire sa force de son nouvel employeur, ça rend ses insécurités moins importantes. Néanmoins, on éprouve un attachement pour elle, sa gentillesse et son professionnalisme font du bien à la fratrie, trop habitués à être en contact avec des femmes intéressées et de ce point de vue elle est rafraîchissante.

Lucien a des bons côtés et sa franchise est plutôt drôle et ça permet quelques scènes où la température prend quelques degrés. Je me serais attendue à plus de complexité compte tenu de l’histoire de la famille, mais il reste assez cliché, l’homme riche blasé d’avoir toutes les femmes qu’il veut, mais son côté Cro-Magnon est plutôt attirant. Cependant au début, il y a des questions concernant ses motivations et ses secrets font planer une atmosphère lugubre, rapidement atténué par l’intérêt qu’on a pour la romance.

Bien que la romance soit au premier plan, l’intrigue se concentre sur les secrets de famille et l’habitation de la fratrie est gorgé de mystère. Les rumeurs la disent hantée et bien qu’on souhaite garder un côté rationnel, les faits portent à confusion et on ne sait pas vraiment si le côté paranormal est imaginé ou réel. C’est assez troublant et ça rend l’histoire d’autant plus captivante, mais la romance occupe une place trop importante pour développer cet aspect de l’histoire et malgré les questions de notre héroïne, on ne va pas au bout des choses. On se rattrape sur le mystère qui entoure Maddie et comme Julia on veut comprendre ce qui est arrivé.

Certes l’histoire à des défauts, mais la romance tient la route et les héros arrivent à convaincre, leur rapprochement est subtile et très sexy, Julia parvient à s’affirmer et Lucien redouble de charme. Les autres personnages apportent leur lot de mystère et les révélations sur les frères De Vincent parviennent à donner envie de poursuivre l’aventure malgré la difficulté à les cerner. Je me laisserais volontiers tenter par la suite.