Something About You | Mily Black

Résumé :
Elle est le genre de femme que personne n’ose contrarier. Personne, sauf lui 
Jo n’a pas l’habitude qu’on lui tienne tête. Il faut reconnaître qu’avec ses cheveux bleus, ses nombreux tatouages, son franc-parler et son expertise en mécanique, la plupart des gens qui la croisent détournent le regard. Mais pas Andrew Anderson. Le bras droit de Mme Nichols – la puissante femme d’affaires qui vient de la recruter comme chauffeur particulier –   aurait même tendance à la défier  ; une attitude hautement risquée de la part de cet homme charismatique qui donne au costume-cravate une tout autre dimension. Jo ne s’y trompe pas  : sous ses dehors policés, Andrew Anderson dissimule un tempérament de guerrier. Et elle a bien envie de tester le self-control de son nouveau collègue…
Merci aux Éditions Harlequin et NetGallet France pour ce roman

Auteure incontournable dans ma bibliothèque numérique, j’ai été ravie de constater que Mily Black allait être publiée dans la collection &H. Habituée à lire des chicks-lit toujours plus déjantées et romantiques les unes que les autres. Pour ce roman, c’est avec plaisir qu’on plonge dans une histoire quelque peu différente, bien que toujours ancrée dans un humour caractéristique de l’auteure, c’est une intrigue plus sombre qui mène la danse.

Nous allons suivre Joséphine une héroïne qui n’a pas froid aux yeux et immédiatement j’ai été séduite dans sa manière d’interagir. Physiquement elle n’a rien de quelconque, ses tatouages font partie intégrante de sa personnalité et ses cheveux bleus l’empêchent de passer inaperçue. Au-delà de l’aspect physique, son franc parler fait toute la différence et si vous osez vous frotter à cette superbe femme, attention aux répercussions.

Après un grand besoin de nouveauté Jo quitte tout pour s’installer Boston, où elle tente de vivre le rêve américain. Nouvellement embauchée comme chauffeur par Mme Nichols, la jeune femme se retrouve propulsée dans le monde des affaires où elle  a du mal à trouver sa place et bien que le poste corresponde parfaitement à sa passion pour la mécanique, elle ne cesse de s’écharper avec Andrew Anderson le bras droit de sa patronne, qui semble attaché aux convenances. On peut dire que les rapports de Jo et Andrew vont rester conflictuels et comme bien souvent la première impression laisse des séquelles, ce qui va rendre difficiles leurs échanges et ils seront nombreux puisque Mme Nichols est proche de celui qui ne cesse de chercher Jo.

Impossible de ne pas apprécier Jo, on est face à une rebelle qui s’est battue toute sa vie et qui a perdu confiance en la gentillesse d’autrui, difficile de montrer le meilleur de soi-même quand les personnes qui auraient dû vous soutenir s’en vont les unes après les autres. Après une enfance difficile et une adolescence dans les quartiers, Jo réalise qu’elle est mal entourée et malgré une amitié sincère avec Samia, son besoin de fuir est plus fort que tout. Les États-Unis n’ont rien à voir avec la France, elle va progressivement laisser tomber son agressivité pour s’épanouir dans une nouvelle vie au contact de personnes moins nocives.

L’indétrônable roman chouchou de Mily Black conserve son statut, mais globalement très satisfaite de ma lecture et à mon sens c’est l’héroïne qui fait toute la différence, Andrew est également charmant, mais peut-être un peu trop lisse et j’aurais souhaité le voir exprimer davantage ses émotions. Bien que le récit soit un peu plus sombre que ce à quoi m’avait habituée l’auteure, selon moi le pari est plutôt réussi. On a un parfait dosage entre humour et drame, de quoi ravir les fans de Mily Black. J’ai aperçu brièvement l’annonce d’un second tome et si mes pronostiques sont bons, je sens que l’histoire va beaucoup me plaire.

 

Publicités

Best Kiss | Abbi Glines (Rosemary Beach #13)

Résumé :

Après avoir perdu l’amour de sa vie, River Kipling, alias Captain, a sombré dans le crime organisé. Mais le moment est venu pour lui de tirer un trait sur cette sordide existence. La seule chose qui le retient encore à Rosemary Beach est le nouveau restaurant qu’il s’est engagé à lancer. Même si, alors que l’ouverture est imminente, son aventure avec la cheffe de salle, la sulfureuse Elle, lui complique plus l’existence qu’autre chose.
Jusqu’à ce qu’il remarque Rose Henderson, la nouvelle serveuse. Tout ce qu’il sait de cette jolie rouquine à lunettes est qu’elle est une jeune mère célibataire, sérieuse et appliquée à la tâche. Pourtant, dans son rire, dans sa façon de regarder Captain, il y a quelque chose d’étrange, de trop familier… Qui est-elle vraiment ? Le passé de Captain risquerait bien de le rattraper…
Ce roman est le 13ème tome d’une série, la chronique peut contenir des spoilers

Après une déception, le remède imparable c’est une auteure dans laquelle on a toute confiance et encore une fois le pari est réussi. Retourner à Rosemary Beach c’est un peu comme rentrer à la maison après une longue journée, on connaît tous les personnages et l’histoire poursuit son chemin de manière maîtrisée.

Captain est un personnage qu’on est beaucoup à avoir remarqué et son histoire n’est pas du tout celle à laquelle je m’attendais. River Kipling c’était son nom avant que sa vie prenne un tournant imprévu, aujourd’hui il est rangé et tente de construire quelque chose avec un restaurant en ruine. A l’approche de l’inauguration il n’a pas besoin de distraction, mais sa nouvelle serveuse Rose Henderson réveille quelque chose qu’il avait profondément enfoui et on peut dire que sous les airs de fragile petite rouquine, la jeune femme va nous surprendre.

Il n’est pas difficile de se laisser porter par l’histoire, Rose est une héroïne comme je les aime. Physiquement tout le monde pense qu’elle est une petite chose fragile, mais son passé lui forger le caractère et bien qu’elle doive supporter les humeurs de Captain, rapidement on comprend que les raisons de sa présence ne sont pas si innocentes. Et son combat c’est en partie pour sa fille qu’elle le mène, être mère-célibataire n’a jamais été simple et ce travail elle en a besoin pour lui offrir le meilleur, sans compter qu’elle est déterminée à prendre un nouveau départ à Rosemary Beach et ce n’est pas son patron un peu bourru qui va l’empêcher de mener sa mission à bien.

Parallèlement j’ai aimé voir Captain devenir un nouvel homme au contact de Rose, les débuts vont être un peu difficiles et j’ai mis du temps avant de l’apprécier, mais lorsqu’il se révèle c’est vraiment un personnage attachant et ce caractère protecteur est pour moi un critère indispensable. Sa vie n’a pas toujours été simple et on comprend que ses airs sombres ont leurs raisons, seulement au fil des pages il va réapprendre à s’ouvrir et son passé qui jusqu’alors l’avait fragilisé, va lui ouvrir de nouvelles portes pour un futur qu’il n’aurait jamais cru possible.

En bref, après douze tomes tous plus intenses les uns que les autres on se démarque un peu dans cette suite. Nous sommes faces à deux personnages solitaires qui n’ont pas l’habitude de compter sur les autres, alors ne vous étonnez pas si le reste de la bande reste à distance. A mon sens c’était indispensable, car bien que Captain ne soit pas seul il garde sa part de mystère et personne à Rosemary Beach ne le connaît réellement. D’ailleurs le lecteur va également mettre du temps avant de le cerner, une fois qu’il baisse la garde sans conteste la magie opère. Rose apporte une touche de lumière indispensable à la noirceur qui enveloppe notre héros. Encore une fois les émotions sont brutes et il est impossible de lâcher ce roman avant la dernière page. A la fois impatiente et effrayée de découvrir le dernier opus de cette série, espérons que ce quatorzième opus soit à la hauteur.

Darker | E.L. James (Cinquante nuances de Grey #4)

Résumé :

Après une liaison passionnée qui s’est achevée dans les larmes et les reproches, Christian Grey est incapable d’oublier Anastasia Steele. Il l’a dans la peau. Décidé à regagner son amour, il s’efforce de réprimer ses désirs les plus troubles et son besoin de tout contrôler pour enfin aimer Ana selon ses conditions.
Hélas, son enfance continue de le hanter, d’autant que Christian comprend que Jack Hyde, le patron sournois d’Ana, la veut clairement pour lui seul.
Le Dr Flynn, confident et thérapeute de Christian, parviendra-t-il à l’aider à affronter ses démons ? Ou est-ce que l’amour exclusif d’Elena et l’adoration insensée de son ex-soumise, Leila, finiront par le retenir dans le passé ?
Et si, malgré ses tourments et ses obsessions, Christian réussit à reconquérir Ana, sera-t-il capable de la garder ?
Merci aux éditions JC Lattes et Net Galley pour ce service presse

En pleine promotion de Fifty Shades Freed, j’ai trouvé qu’il était propice de retrouver Christian Grey. En fond sonore petite compile des différentes bandes sons des précédents opus et si comme moi vous êtes une fan inconditionnelle de Monsieur Grey, cette réécriture devrait vous ravir puisqu’on retrace les évènements de Cinquante Nuances Plus Sombres du point de vue de Christian.

Les réécritures ce n’est pas forcément mes romans préférés, mais j’ai des souvenirs particuliers avec cette série et replonger dans la tête d’un personnage qui m’a marqué c’est toujours un moment privilégié. Dans l’ensemble ce roman n’a rien de surprenant et les lecteurs fidèles seront fascinés par les pensées d’un héros torturé. Je pense qu’on a toute l’image d’un homme impeccable, qui contrôle tout ce qui peut l’être, alors être dans sa tête c’est une expérience un peu différente. A commencer par ses nombreux doutes qui ne transparaissent pas dans ses réactions et j’ai adoré le retrouver aussi vulnérable, c’est principalement cet aspect qui m’a toujours séduite.

Pour tout vous dire, certaines scènes m’ont laissé de marbre, alors que certains passages étaient absolument magnifiques et j’ai adoré les revivre à travers les yeux de Christian. Je pense qu’il est normal de ne pas forcément être à bout de souffle concernant tous les passages parfois répétitif. On a quand même de nombreuses réponses et pour moi c’est un plaisir de retrouver l’un de mes tout premiers books boy-friend. Pour comprendre cet engouement il faut être soit-même fan, après je peux comprendre que pour certain cette série ne soit pas appréciée, voire détestée, il en faut pour tous les goûts, mais dans ce cas je vous vois mal vous taper la lecture d’une réécriture.

Une écriture toujours aussi addictive et on voit bien que E.L. James chéri Christian dans tout son cœur. Seul les fans pourront comprendre à quel point ce tome est important, on découvre notre héros sous un nouveau jour. Certes toujours aussi calculateur, mais également dans une volonté de changement et d’amélioration pour ne pas perdre la femme qu’il aime. Beaucoup lui ont reproché son côté dominateur et on se rend compte qu’il se reproche également beaucoup de ses réactions, il s’agit d’un homme complexe et c’est ce que la plupart ont décelé lorsque nous avons lu les autres tomes, seulement c’est plus flagrant lorsqu’il l’exprime et donc mille fois plus touchant.

Retrouvez mon avis sur Grey #4 ICI

 

La Princesse de Papier | Erin Watt (Les Héritiers #1)

Résumé :

Ella Harper est une battante, une éternelle optimiste. Elle a passé sa vie à déménager de ville en ville pour suivre sa mère, à avoir des fins de mois difficiles et à penser qu’un jour elles allaient s’en sortir. Mais quand sa mère meurt, elle se retrouve seule au monde…
Jusqu’au jour où Callum Royal apparaît dans sa vie. Finis la galère et le club de strip-tease pour payer ses études. La voilà dans le grandiose manoir des Royal. De l’argent, du luxe du confort… Et… les cinq fils de Callum.
Tous la détestent, tous sont désespérément attirants. Le plus charismatique d’entre eux, Reed Royal, est celui qui est le plus déterminé à la renvoyer là où il pense qu’est sa place, dans un monde de dénuement qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il ne veut pas d’elle dans sa vie. Il ne veut pas lui faire une place dans le petit monde huppé des Royal.
Et s’il avait raison ?
Argent, excès, tromperies, faux-semblants. Tout un univers qu’Ella découvre avec stupeur. Si elle veut survivre dans le royaume des Royal, il va falloir qu’elle apprenne à édicter ses propres règles royales.
Merci aux éditions Hugo New Romance pour cet envoi qui me comble
Sortie prévue le 4 janvier 2018

Je n’aurai pas pu tomber plus juste qu’avec cette première lecture de l’année et j’espère qu’elle annonce la couleur de ce qui m’attend pour 2018. J’étais préparée bien avant de débuter ma lecture, puisque derrière le pseudo Erin Watt se cache deux auteurs Elle Kennedy et Jen Frederick, qui promettaient le meilleur. Soyez prévenu cette histoire est hautement addictive et j’ai frôlé le coup de cœur.

Ella Harper s’est toujours battue pour sa survie et même si certains mois sont parfois difficiles, elle a toujours réussi à s’en sortir avec sa mère en voyant le bon côté des choses. Au décès de sa mère elle est persuadée qu’elle peut s’en sortir seule et jusqu’à l’arrivée de Callum Royal elle n’a toujours pu compter que sur elle-même, alors lorsqu’il prétend être son tuteur la jeune femme tombe des nues et n’est pas prête à accorder sa confiance aussi facilement. Du jour au lendemain, la pauvreté laisse la place à la richesse et bien que l’univers soit différent, le combat reste le même. Armée de sa répartie et sa combativité, Ella va devoir se défendre face à l’hostilité des cinq fils Royal et face à Reed le leader de la fratrie, elle va montrer les griffes et on peut dire qu’ils ne sont pas au bout de leur surprise avec leur volcanique invitée qui n’a pas l’intention de se laisser faire.

Nous avons un choc des classes sociales, d’un côté Ella qui a dû faire des jobs pas toujours gratifiants pour subvenir à ses besoins et de l’autre la famille Royal qui est plus riche que de raisons et qui a toujours été habitué à obtenir ce qu’ils veulent. Bien qu’elle se sente prisonnière, Ella sait que c’est l’occasion de s’en sortir et elle qui n’a jamais eu de foyer va se retrouver au centre de l’attention d’une famille avec leurs propres problèmes. Nous allons découvrir que les secrets sont très présents dans cette famille et comme notre héroïne s’interroger sur les raisons de tant d’hostilité. J’ai été assez impressionnée de la combativité de notre héroïne, on sent bien qu’elle est déstabilisée et pas forcément à sa place, pourtant lorsqu’elle va se sentir mal à l’aise ou critiquer, elle va avoir des réactions absolument merveilleuses et j’ai envié cette répartie toujours mordante et parfois amusante.

Difficile de rester de marbre face à la fratrie Royal, mais c’est principalement les trois aînés qui vont sortir du lot car dans le même établissement que la jeune fille. Si vous n’aimez pas l’ambiance lycée privé américain ce roman n’est pas fait pour vous, de mon côté j’ai toujours eu un faible pour le côté romance adolescente avec d’un côté les populaires et de l’autre les parias. Ce n’est pas flagrant, mais les frères Royal sont adulés de tous donc Ella va avoir du mal à se faire accepter et le début va nous montrer sa force de caractère. Easton le plus jeune va s’avérer être un personnage intrigant, à la fois désinvolte et torturé et bien Reed le plus incompréhensible, le meneur qui ne va pas hésiter à se montrer cruel et bien que son personnage ne soit pas un coup de cœur, j’ai apprécié découvrir le peu qu’il divulgue, mais c’est définitivement un personnage que je ne comprends pas dans ses choix.

En bref, un premier tome que j’ai dévoré ; impossible de le reposer avant d’avoir lu la dernière ligne. Des réactions parfois un peu trop jeunesses en mode « je t’aime, moi non plus » pas indispensables, mais qu’on oublie vite tant le récit est captivant. J’ai ressenti une connexion dès le début et ça me conforte dans l’idée que la série est prometteuse. Ne vous attendez pas à de grosses surprises, mais la prévisibilité n’est pas un problème pour moi quand l’histoire est bien menée. C’est un peu différent des autres titres New Romance de la collection, car nos héros sont plus jeunes mais l’alchimie est bien là et au vu de la fin frustrante, je suis impatiente d’y retourner.

Nous, à jamais | Stacey Lynn

Résumé :

Après trois semaines dans le coma, Amy Thompson se réveille et a tout oublié des deux dernières années. À son chevet, Adam, son petit ami, séduisant et attentionné, veille sur elle. Mais cet Adam-là ne correspond en rien à celui, terrifiant et électrisant, qui lui apparaît en rêve. Amy devra faire le tri dans ses souvenirs afin de découvrir qui elle était, qui elle est désormais et ce qu’elle veut devenir. Mais Adam est-il aussi digne de confiance qu’il le prétend ?

Beaucoup de mes plus belles lectures sont motivées par l’intuition, ici j’ai d’abord été sous le charme de cette magnifique couverture et lorsque ce roman a été annoncé par la maison d’édition, le résumé m’a contraint de précommander cette histoire. Plusieurs mois après, je n’avais plus aucun souvenir de l’histoire et c’est avec beaucoup d’émotions que je me suis laissé porter par cette lecture mignonne comme on les aime.

Dans cette histoire, il est question de confiance. Amy Thompson sort d’un coma de trois semaines et deux ans de sa vie se sont littéralement effacée de sa mémoire. Toute sa vie semble ne pas correspondre à la fille qu’elle était il y a deux ans et cette évolution qu’elle a du mal à comprendre va renforcer son malaise. Personne ne semble disposer à lui raconter ce qui s’est passé pour que sa vie diffère tellement de son éducation et malgré la présence de son amie d’enfance pour la soutenir dans cette épreuve, elle est plus perdu que jamais. Et puis, il y a Adam, l’homme qui partage sa vie depuis plusieurs années, mais qu’elle a totalement oublié. Tout le monde s’accorde à dire qu’ils s’aiment, et son côté attentionné est évident, mais les bribes de souvenirs vont lui réapparaître en rêve et cette relation de rêve semble pourtant bien semer d’embûches et la confiance est difficile à obtenir.

Stacey Lynn a pris le parti de rendre son lecteur aussi confus que son héroïne, des flash-back vont venir remettre en lumière certain aspect de la vie d’Amy et pour la plupart ils vont concerner Adam, montrant un jeune homme colérique et jamais seul. A l’image d’Amy il est difficile de comprendre ce qui les a réuni, les flash-back n’étant pas en sa faveur on aimerait voir la jeune femme recouvrer la mémoire pour obtenir les informations manquantes. Pourtant, dans les moments de doute, elle va pouvoir compter sur le soutien de sa meilleure amie et sa thérapeute pour mettre des mots sur ses insécurités et réapprendre à faire confiance à cet inconnu qui l’attire.

Malgré les secrets, Amy va tenter de se rapproprier cette vie qui lui est inconnue et même si on aimerait que tout soit dévoilé rapidement par son entourage, on la laisse obtenir des réponses seules et remettre toutes ces informations dans l’ordre. Je trouve ça assez effrayant d’oublier une partie de sa vie et devoir vivre avec un parfait inconnu qui malgré ce que tout le monde dit, ne t’inspire pas confiance. Pourtant, bien qu’elle n’admette pas l’attirance est là, mais la différence entre ses souvenirs et la réalité est troublante. L’histoire est adorable et l’intrigue conduite par des personnages touchants qu’on prend plaisir à connaître et la reconstruction d’Amy ne sera pas simple. Elle devra apprendre à écouter son cœur et réaliser que ses souvenirs peuvent l’induire en erreur.

Une romance douce et adorable qui fonctionne parfaitement, l’amnésie est un bon moteur pour l’intrigue et ça favorise une petite tension dans lecture car on ne sait pas vraiment à qui Amy peut accorder sa confiance. Et ce doute va grandir au fil des révélations pour au final voir notre héroïne se rapproprier sa vie. Une très belle lecture qui parle de reconstruction après un accident et c’est avec beaucoup d’émotions que Stacey Lynn met en avant les doutes et angoisses d’Amy, sans pour autant oublier l’impact et la douleur pour les proches. En conclusion, on peut dire que cette histoire met en lumière les forces et les faiblesses des personnages, montrant qu’on est tous amené à évoluer au contact des autres et j’ai apprécié cette remise question.