Love & Rehab | Jay Crownover

Résumé :
Elle a été la seule à reconnaître les signes qui ne trompent pas : Cable James McCaffrey, si cool et populaire, est en fait un junkie au bord de l’autodestruction. Affton a trop souffert de l’addiction de sa propre mère pour ne pas au moins donner l’alerte.
Quand la mère de Cable apprend qu’une personne est assez naïve pour se préoccuper sincèrement de son fils, elle s’empresse de faire une proposition à Affton : passer l’été en compagnie de Cable dans une villa du bord de la mer et s’assurer qu’il ne retombe pas dans la drogue. Un service qu’elle saura payer suffisamment généreusement pour permettre à Affton d’étudier dans l’université de ses rêves.
Comment refuser ? Affton en est incapable, même en sachant pertinemment que Cable va détester ce projet. Et, surtout, que ce garçon, aussi odieux soit-il, est susceptible de développer chez elle une tout autre forme d’addiction, peut-être plus dangereuse encore…
Je remercie les Éditions New Romance pour cet envoi

Ça fait quelques minutes que je tente de mettre des mots sur mes émotions. Si vous ne connaissez pas Jay Crownover, sachez que cette auteure à changer à jamais ma vision de la New Romance. Les héros torturés elle ne les a pas inventés, mais son univers à considérablement changé ma vision de l’homme idéal. Il n’y a pas de modèle type, mais les tatoués n’ont jamais été une source de fantasmes et sa manière de mettre en lumière l’art corporel est parvenu à changer ma vision des choses. J’ai trouvé cette histoire un peu différente des autres, mais tout aussi captivante tant par le sujet abordé qui révèle une vraie faiblesse chez notre héros, que par la romance naissante.

Affton et Cable n’ont jamais fréquenté les mêmes cercles, mais à force de se croiser tous les jours dans leur lycée Affton a vu le jeune homme perdre de sa superbe et même si sa popularité n’a jamais été aussi forte, la jeune femme sait reconnaître les signes de l’addiction. Alors qu’elle tente de donner l’alerte, sa voix ne semble pas entendue. Pourtant lorsque la mère de Cable apprend qu’une personne ne se soucis suffisamment de son fils pour dénoncer son autodestruction, elle propose à Affton de passer l’été en compagnie de Cable pour l’empêcher de retomber dans ses vieux démons et se sortir de cette spirale qui le pousse un peu plus au bord du précipice.

On a un contraste intéressant avec deux personnages que tout oppose. D’un côté une jeune femme qui a tout programmé et qui ne souhaite aucune distraction et de l’autre un héros plutôt borderline qui s’enfonce un peu plus dans la noirceur de ses émotions. Au premier abord ils ont tous pour se détester et la seule fois où Affton va décider d’être impulsive, sa décision va irrémédiablement changer son avenir. Dans ce huis clos nous allons apprendre à découvrir nos personnages en profondeur et même si l’alchimie n’est pas évidente à leur première rencontre, leur relation oscille entre haine et amour. L’addiction et la dépression occupent une place importante dans l’histoire, mais finalement ce n’est pas un récit qui traite de ces thèmes en profondeur. Jay Crownover cherchait à mettre des mots sur sa propre histoire et à travers l’évolution des personnages on sent que cette rencontre c’est ce qui pouvait leur arriver de mieux, car ils se complètent et se comprennent.

Le temps d’un été, ils vont devoir mettre de côté leurs différences pour tenter de se supporter, mais entre deux engueulades ils vont apprendre à se connaître et affronter ensemble une réalité qu’ils vont mettre du temps à accepter. Entre l’amour et la haine on dit souvent qu’il n’y a qu’un pas, et ces deux bagarreurs vont nous prouver qu’une complicité peut naître dans la souffrance. J’ai beaucoup aimé la manière dont ils s’accordent leur confiance et même si le chemin est long, ils vont tous les deux abaisser les barrières qui les maintenaient à distance pour se laisser porter par leurs sentiments naissants, tout en luttant contre les ombres qui planent.

Un livre captivant qui plonge au cœur du récit dès les premières pages et la seule manière d’assouvir ce bonheur c’est de le dévorer jusqu’à la dernière ligne. Une lecture comme on les aime qui saura vous combler.

Attirance | Sarina Bowen & Elle Kennedy (WAGs #1)

Résumé :
Organiser le mariage de son frère et être enfin reconnue « compétente » aux yeux de sa propre famille, voilà un défi de taille pour Jess Canning ! Or la situation n’est pas simple car elle doit à tout prix éviter que ne s’ébruite la liaison qu’elle a eue un an plus tôt avec le témoin de son frère… Une erreur monumentale, qu’elle ne réitérera pas, quand bien même Blake et son corps de gladiateur sont à se damner ! Ne pas flancher et se concentrer sur sa mission de wedding planner semble une solution toute trouvée et facile sur le papier. Mais en réalité, céder à la tentation, ne serait-ce pas la meilleure façon de résister ?

Quand deux autrices talentueuses décident de travailler ensemble pour écrire une romance à quatre mains, il est difficile de se questionner avant d’acheter le fameux roman. J’avais déjà entendu beaucoup de bien de leur précédente série dont est issu ce spin-off donc lorsqu’elles ont décidé d’écrire une romance M/F, c’était pour moi l’occasion de découvrir ce qu’elle pouvait proposer une fois réunie. Au premier abord, j’ai trouvé les personnages un poil vulgaire, mais au fil des pages ça devient un jeu et ça contribue à rendre l’histoire déjantée.

L’histoire débute quelques jours avant le mariage de Jamie et Wes les héros de la série Fierté, nous retrouvons Jess Canning chargée d’organiser le mariage de son frère. Pour la jeune femme c’était l’opportunité de prouver à sa famille qu’elle est compétente et pourtant les vieilles insécurités ont la vie dure. Stressée par l’organisation et la discussion qu’elle doit avoir avec ses parents, Jess est également sur les nerfs à cause du témoin qu’elle cherche à éviter. Blake quand à lui cherche par tous les moyens à se rapprocher de la jeune femme.

Blake et Jess ont tous les deux un fort caractère et malgré l’attirance sexuelle évidente, Jess n’est pas prête à remettre le couvert. Elle va se heurter à la détermination de Blake qui ne peut oublier leur nuit torride et qui sent les vibrations de leurs corps, chaque fois qu’ils sont proches l’un de l’autre. Il n’hésite pas à dire tout ce qu’il pense, au risque parfois d’être trop cru, mais ces échanges en deviennent finalement drôles, car ils se chamaillent et ça ne fait que monter la pression. Et on attend le moment où les résolutions de Jess vont s’écrouler.

J’ai apprécié le personnage de Jess qui renvoi toujours l’image d’une femme sûre d’elle et qui pourtant est rongé par le doute. Sa peur de l’échec est ancré dans chacun de ses projets et même si elle ne le voit pas encore, Blake la pousse à s’affirmer et à prendre confiance. Je suis d’ailleurs un peu déçu que cet aspect n’est pas été totalement poussé au bout, puisqu’on s’intéresse davantage au passif de Blake qui s’est juré de ne jamais fréquenté de nouvelle femme depuis le fiasco de sa précédente relation. Tous les deux ont beaucoup à offrir et même si au premier abord, on pourrait les croire superficiels, ils ont beaucoup à s’offrir, tant en terme d’amitié, que d’amour.

Les deux autrices m’avaient habitué à des romances plus complexes, mais l’histoire est fluide et malgré sa simplicité on passe un bon moment. En le terminant, je me suis d’ailleurs précipité pour lire le résumé du deuxième opus. Même si l’histoire n’est pas parfaite, si vous cherchez un roman sans prise de tête, celui-ci devrait vous plaire. Certes les thèmes abordés sont survolés, mais c’est drôle, l’amitié y occupe une place importante et c’est dans le milieu du hockey. Il me tarde de découvrir le second opus, qui devrait être tout aussi sexy.

Tu fais quoi pour Noël ? Je t’évite | Juliette Bonte

Résumé :
Encore plus près de son ennemi »… manquait plus que ça !

Charlie déteste Blade, et Blade le lui rend bien. Elle a essayé de s’entendre avec ce grand brun – vraiment ! – mais entre eux, ça ne passe pas. Le problème, c’est que Blade est un ami de James, le nouveau petit copain de la meilleure amie de Charlie. Alors, autant dire que l’éviter est sans espoir car, si les filles ont la réputation de n’aller aux toilettes qu’à deux, les hommes, eux, sont visiblement incapables de boire une bière sans leurs homologues testostéronés. Mais, quand les soirées évoluent dangereusement vers un projet de vacances en groupe pour les fêtes de fin d’année, Charlie comprend qu’elle est fichue. Car, s’il y a une chose qu’elle déteste encore plus que Blade, c’est bien Noël. Et, si Blade l’apprend, il va tout faire pour que ce séjour en Laponie devienne son pire cauchemar.

Je remercie les éditions Harelquin et NetGalley pour l’envoi numérique

J’avais découvert Juliette Bonte dans une romance de Noël et je gardais un très bon souvenir de Mon ex, sa copine, mon faux mec et moi, alors en cette période où les films de Noël reviennent sur nos écrans, les chocolats chauds réchauffent nos week-ends c’était la période idéale pour me replonger dans une romance de Noël.

Depuis plusieurs mois Savannah a rencontré l’homme de sa vie en la personne de James, alors étant inséparable de sa meilleure amie Charlie il était impensable de ne pas passer ses soirées du vendredi soir avec la jeune femme. Le groupe d’amis du jeune homme semble soudé et le courant passe plutôt bien avec la jeune femme, sauf avec Blade. Charlie déteste Blade et le jeune homme ne supporte pas Charlie depuis leur première rencontre. Sous le regard de leurs amis, les noms d’oiseaux volent et ils divertissent régulièrement la bande avec leurs échanges. Seulement, quand un projet de vacances de Noël est évoqué, Charlie tente de faire marche arrière, car si elle déteste Blade, elle a Noël en aversion. Et si Blade l’apprend, il va faire de son séjour un enfer.

Charlie et Blade sont plutôt divertissants, n’hésitant pas à redoubler d’ingéniosité pour pourrir la vie de l’autre et c’est ces échanges qui rendent le récit savoureux, mais bien évidemment le reste du groupe n’est pas en reste, progressivement nous apprenons à connaître les six amis qui ont chacun des bagages assez chargés et bien que Charlie ne se pense pas intégrée, elle va faire la connaissance d’une vraie famille. Et la jeune femme en a bien besoin, toujours fragilisé par les blessures de son enfance et j’ai admirative de son amitié avec Savannah. Les deux jeunes femmes ont su trouver une belle amitié malgré un environnement difficile et pour son amie Charlie est prête à tout. Cette fragilité est perçue par la jeune femme comme une faiblesse, alors elle ne laisse personne atteindre sa carapace. Seulement être en contact de Blade fait ressortir toutes ses insécurités.

Le décor de Noël est parfait pour démarrer la saison des romances de Noël, j’ai pris un malin plaisir à découvrir les crasses de nos héros et les dialogues m’ont beaucoup fait rire. Tout est réuni pour passer un bon moment, dans une atmosphère où la magie de Noël pourrait faire des miracles sur nos héros. En résumé, je n’aurais pas pu trouver meilleure première lecture pour la saison que ce soit pour la romance, ou tout simplement pour le message que cette famille d’amis véhicule. Toujours aussi fan de la plume de Juliette Bonte.

Nos drôles de jeux | J. Kenner (Blackwell-Lyon Sécurité #2)

Résumé :
Les jeux dans la chambre à coucher, c’est bien joli… mais j’ai besoin d’une femme qui ne jouera pas avec mon cœur.
Après des années dans l’armée, j’ai affronté beaucoup d’épreuves et il en faut pour m’intimider. Sauf en ce qui concerne le sexe opposé. Surprendre votre femme au lit avec un autre homme, c’est le genre de choses qui a tendance à aigrir contre la gent féminine même le plus endurci.
Quand on m’a engagé pour la surveillance d’une cliente au passé trouble, je me suis préparé au pire. Mais ce que j’ai découvert, c’est une femme qui m’a fait tourner la tête, qui a fait bouillir mon sang et qui a embrasé mon corps. Une femme qui m’a donné l’impression de revivre.
Une femme qui ne correspondait pas à ce que j’imaginais, mais qui avait tout ce que je désirais. Une femme qui, pourtant, avait besoin de ma protection… et qui recherchait mes caresses.
Alors que le monde s’effondre autour de nous, que tout ce que je pensais savoir vole en éclats, il n’y a qu’une seule réalité à laquelle je peux me raccrocher : plus j’apprends à la connaître, plus je la désire.
Pour la faire mienne, je dois non seulement la protéger, mais je vais devoir lui prouver que j’ai surmonté mes craintes et mes doutes, que je ne veux plus regarder vers le passé et que la seule chose que je veux, c’est un avenir – avec elle.
Je remercie des éditions Martini & Olive Books pour cet envoi
Sortie prévue le 5 novembre 2019

Une suite plus crédible qui malgré un format court, parvient à faire passer de bonnes émotions et nous surprendre avec un héros qui montre ses faiblesses. Cayden n’a pas toujours été cynique envers les femmes, après des années dans l’armée son retour a été marqué par une trahison. Surprendre sa femme avec un autre homme, l’a complètement changé, ainsi que son rapport avec le sexe opposé, même s’il n’a rien contre quelques jeux.

Récemment engagé pour la surveiller d’une cliente par un fiancé suspicieux, il était prêt à donner de sa personne pour prouver l’adultère. Seulement l’image de Grace est légèrement différente du portrait fait par son client, et bien qu’il s’attende à être face à une séductrice, la femme qu’il découvre ne correspond en rien à cette image.

Comme je le disais plus haut, lorsqu’il s’agit d’une nouvelle on est souvent frustrée par la rapidité des événements et c’est principalement ce que j’avais reproché au premier opus. Ici on prend de temps d’explorer la relation dans toute sa complexité et on s’intéresse davantage à l’aspect psychologique sans que le charnel prenne le dessus. Bien évidemment, l’attirance est là et chaque interaction fait facilement grimper la température de quelques degrés. Avec le passé de Cayden, il était important d’explorer la relation de manière plus approfondi, car sans confiance, il n’y a pas de possibilité de tisser des liens et c’était primordial que la tête soit en accord avec le corps.

En bref, une nouvelle que j’ai pris plaisir à découvrir et qui s’avère être un format intéressant quand on attend un roman avec envie et qu’on ne souhaite pas débuter un gros pavé. J’apprécie la manière dont l’histoire évolue et on est facilement dans une ambiance relaxante et les pages se tournent sans qu’on se rend compte que la fin est là. Sans compter que j’ai un faible pour le côté sécurité et demoiselle en détresse, donc c’est une sorte de petit plaisir qu’on savoure, même si bien évidemment on souhaiterait voir certains éléments plus développés.

Mon avis sur Mes Adorables Mensonges #1 ICI

Avec toi, je suis moi | Mily Black

Résumé :
Elle va lui apprendre à cuisiner ; il va lui apprendre à aimer.
Mélanie regrette déjà sa décision. Pourquoi a-t-elle accepté de rendre service à Gabriel, ce mec frimeur qu’elle a rencontré dans une soirée ? Elle a désormais deux mois pour lui apprendre à cuisiner et l’aider à gagner un pari. Vu qu’elle n’arrive même pas à soutenir son regard plus de quelques secondes sans rougir, ce n’est pas gagné… Elle qui a perdu toute confiance en elle et en sa capacité à plaire au sexe masculin se retrouve face à cet homme à l’allure sauvage et indomptable. Le genre à avoir toutes les femmes à ses pieds et pour qui la vie n’est qu’un jeu ; le genre qui ne s’intéressera jamais à elle…
Je remercie Net Galley et les éditions Harlequin pour cette lecture

Prenez une auteure incontournable, ajoutez un résumé alléchant, puis une histoire gourmande, saupoudrez d’un héros drôle et ténébreux vous obtiendrez une romance douce comme on les aime. Immédiatement, j’ai été séduite par la quatrième de couverture, mettez ça sur mon côté gourmand, mais un héros sexy dans une cuisine, c’est parfait pour passer un bon dimanche après-midi et accessoirement un mal de joue à force de sourire.

Mélanie n’aspire qu’à être invisible aux yeux des autres, alors quand Gabriel un homme qu’elle a rencontré chez sa cousine et qui est loin de lui avoir fait bonne impression lui demande de l’aider à gagner un pari, elle hésite, mais finit par accepter de lui apprendre à cuisiner. La jeune femme a deux mois pour lui enseigner les bases de la cuisine et malgré une tension évidente, dû au malaise de la jeune femme, ils vont tisser une relation amicale, Mélanie étant bien conscience qu’un si bel homme ne s’intéresse pas à elle et n’attend rien d’autre que son aide.

Habituée à nous dépeindre le portrait de femme forte, Mily Black nous dévoile ici une héroïne touchante avec des blessures importantes, qui ont été causées à un âge où une adolescente se construit et qui malgré les années n’a fait que fragiliser le développement de cette femme. Par certains côtés, je me reconnais dans certaine des ses insécurités la confiance est difficile à accorder et quand certaines personnes mal intentionnées en ont profité, une coquille se dresse devant les autres. Mélanie va se montrer à nu, à travers ses pensées nous allons voir cette femme fabuleuse brisée par le manque de confiance en elle et par sa difficulté à concevoir qu’un homme puisse voir en elle une belle femme. Son regard envers elle-même est tellement dure et ça a eu sur moi un fort impact.

Pour alléger l’atmosphère, un homme fracassant va faire son entrée et mesdames vous n’êtes pas prêt à rencontrer ce superbe spécimen. Il a ce côté très sûr de lui qui contraste avec les doutes de notre héroïne, mais c’est un héros qu’il vous faut absolument rencontrer. La plupart des scènes nous montrent un homme drôle, rayonnant et qui n’hésite pas à taquiner notre héroïne tout en maintenant une distance qui va permettre à Mélanie de se sentir à l’aise en sa compagnie. Gabriel m’a fait forte impression et il m’a rappelé les raisons pour laquelle j’aime partager mes lectures sur ce blog, entre copin(e)s. Je pourrais parler pendant des heures de cet homme attentionné, qui se révèle surprenant et qui m’a fait espérer chaque rencontre entre nos héros. Indéniablement, il se passe quelque chose et l’évolution de leur amitié m’a fait fondre un peu plus après chaque page. Le romantisme de cette histoire m’a particulièrement fait craquer et les dialogues m’ont conquise.

Je qualifierais cette histoire de romance doudou, le genre qui se lit emmitouflé dans un plaid avec un chocolat chaud à la main et bien qu’on aborde un sujet sensible, l’histoire conserve toujours une certaine légèreté. Comme d’habitude la plume est entraînante et on se laisse porter par la vie des personnages. J’ai tendance à apprécier ce moment où l’amitié et la romance sont difficiles à différencier et finalement dans cette romance, c’est une sorte de parade nuptiale, avec une héroïne difficile à apprivoiser et un héros qui parvient à désamorcer dans la plus grande des douceurs, une bombe prête à exploser. J’ai tendance à préférer une romance qui n’en fait pas des tonnes et qui tout simplement est transposable à la réalité, ici le quota de couinements est atteint. Une très belle lecture.