Les Mille Visages de notre Histoire | Jennifer Niven

Résumé :
Tout le monde croit connaître Libby Groby, pourtant, personne ne s’est jamais intéressé qu’à son obésité. Elle a longtemps vécu recluse dans sa chambre, cachant son corps et ses angoisses. Cette année, sa vie peut changer : Libby s’est inscrite au lycée.
Tout le monde croit connaître Jack Masselin : étudiant rebelle, sexy… aux réactions imprévisibles. Sous son arrogance, Jack a enfoui un secret douloureux.
Une histoire d’amour rédemptrice.
Des ados justes et charismatiques et le courage de s’accepter tel que l’on est.

Ce roman m’a été offert pour mon anniversaire par ma copine fanbooks76 et elle n’aurait pas pu mieux choisir, car il était dans ma wishlist depuis sa sortie et n’étant pas encore totalement remise de ma lecture déchirante de Tous nos jours parfaits, je ne le sentais pas prête à lutter contre  cette boule au ventre, sans compter que ce roman me hante encore malgré les années. Bien que l’histoire ne soit pas aussi intense, on aborde un thème qui fait réfléchir et j’ai été séduite par la beauté du message porté par Libby et Jack et par l’histoire qui mérite d’être découverte.

Libby et Jack ont tous les deux des problèmes d’adaptation et de socialisation, mais cette année va être différente pour ces deux inconnus. D’un côté nous avons Libby sa vie a été marqué par le décès de sa maman quand elle était enfant et cette perte a précipité un évènement qui a bien failli tourner au drame il y a plusieurs années. Aujourd’hui, les choses vont prendre une direction différente puisque pour la jeune fille fait son grand retour au lycée. J’ai apprécié découvrir une héroïne touchante et en même temps j’ai regretté qu’elle soit identifiée non pas pour sa personnalité pour son surpoids. Son combat n’a pas été simple, mais Libby est équilibrée et on ne décèle pas de grande fragilité, malgré certain propos difficile. Sa combativité est un trait attachant qui nous pousse à en savoir plus sur elle. Beaucoup se font une idée de la personne qu’elle est, mais personne ne sait réellement ce qu’elle a vécue, elle va pouvoir compter sur sa force de caractère et un humour touchant pour sortir la tête haute de personnalité malveillante. Et c’est avec joie que je l’ai vu s’épanouir au contact d’amis sincères.

D’un autre côté nous avons le très secret Jack, c’est un personnage qui m’a touché dans son combat. J’ai apprécié le contraste du jeune homme connu de tous dans le lycée et qui pourtant conserve un énorme secret qui est pourtant difficile à dissimuler. Certaines de ses décisions ne sont pas forcément des plus intelligentes, mais je peux comprendre qu’il soit difficile d’aller contre l’avis général au risque de perdre beaucoup et dans le cas de Jack sa position sociale au sein du lycée est déterminante s’il veut garder son secret. Je suis quand même assez surprise qu’on sache dès le premier chapitre ce que personne ne sait, mais ça m’a laissé un sentiment de trouble comme déstabilisé par la situation et triste pour lui d’être dans cette position sans d’autres recours que de faire semblant.

Jennifer Niven réussi sans mal à mettre l’accent sur les émotions et bien que ce roman ne m’ait pas brouillé le cœur en mille morceaux, il est difficile de rester insensible aux thèmes évoqués. On décèle la fragilité de nos héros c’est ce qui va précipiter ce lien entre eux, malgré la situation qui ne favorise pas forcément un rapprochement, Jack va pouvoir compter sur Libby. On aborde des thèmes tels que l’acceptation de soi, les premières amitiés et c’est avec beaucoup d’empathie qu’on voit nos héros s’ouvrir doucement l’un à l’autre et faire le deuil de ceux qu’ils étaient avant. Une lecture qui apprend à voir au delà des apparences et qui véhicule un très beau message.

Publicités

Tous nos jours parfaits | Jennifer Niven

ImpressionJ’ai attendu très longtemps avant de commencer ce roman. J’ai tendance à m’éloigner des romans tristes, car je suis assez émotive. Ce roman m’a fait verser toutes les larmes de mon corps. Et me laisse dans un état émotionnel assez proche d’un cœur brisé. Pourtant, derrière cette histoire bouleversante se cache un roman hors du commun qu’il faut absolument lire. Ne serait-ce que pour découvrir une manière intelligente de traiter un sujet grave, sans romancer la réalité de la maladie.

La première rencontre entre Violet et Finch est assez atypique, car c’est au bord du vide, en haut du cloché du lycée que leur premier contact se fait, avec un désir commun d’en finir avec la vie. Ils sont tous les deux très différents, Violet appartient aux élèves populaires, son cercle d’ami se compose de pom-pom girl, de footballeur et autres élèves qui attirent l’attention. Son monde a volé en éclat, il y a neuf mois lorsque sa sœur aînée et meilleure amie est morte dans un accident de voiture.

Finch est loin d’être populaire, ses accès de violence lui ont valu quelques exclusions et tout le monde s’accorde à dire qu’il a l’air d’un «taré». En réalité, c’est un garçon perturbé, qui est hanté par des démons qu’il côtoie depuis toujours. Sa vie est un éternel recommencement, des phases de lucidité, précédé par les trous noirs, l’accablement et de sombres pensées qui l’engloutissent, jusqu’à sa prochaine phase «d’éveil». Sa spontanéité et sa détermination, vont le pousser vers Violet. Face à la beauté de cette jeune fille, il va tenter de lui prouver qu’elle n’a aucune raison de culpabiliser d’être une survivante. C’est l’histoire d’un garçon qui voulait mourir, d’une fille qui va réapprendre à vivre. A travers un voyage au cœur de l’Indiana, ils vont vivre la plus pure et la plus bouleversante des histoires d’amour.

J’ai pleuré. J’ai été bouleversée. J’ai été en colère. Mais j’ai savourée ma lecture. J’ai imaginé un nombre incalculable de fin possible et puis j’ai réfléchi. Le monde n’est pas toujours beau, mais parfois une seule journée peut changer toute votre vie. Une seule journée peut être le jour le plus parfait de notre vie. Je crois qu’on a tous besoins de réfléchir au sens de la vie, aux choix de chacun et aux décisions que l’on prend. La vie, ça peut être tragique, mais on a besoin de trouver ce qui la rend plus belle.

Signature Lucie

L’héritière | Melinda Salisbury (The Sin Eater’s Daughter #1)

Très bonAprès plusieurs mois d’hésitation, j’ai enfin sorti cette petite pépite. Je m’attendais à une lecture légère et détente et j’ai été surprise par la complexité de certains passages. La mythologie est plutôt bien trouvée et captivante, mais j’ai parfois été un peu larguée par la tournure que prenaient les coutumes.

Il y a 4 ans, Twylla a été choisie par la reine pour devenir la fille adoptive du couple royale. Naïve et insatisfaite de sa condition, elle suivait la reine sans se poser de questions. Aujourd’hui âgée de 17 ans, elle est promise au prince héritier du royaume de Lormere Merek et c’est résigné qu’elle attend l’heure venue. La reine l’utilise comme une arme pour maintenir l’ordre dans le royaume, un simple toucher peut ôter la vie. C’est d’ailleurs dans cette optique, que son don est exploité, puisqu’elle est chargée de tuer les traîtres désignés par la Reine. Son rôle la contraint à un confinement et une protection constante. Sa tranquillité va être chamboulée avec l’arrivée d’un nouveau garde : Lief, qui la trouble au plus haut point et qui va profondément changer ses convictions, réveillant un peu de rébellion.

Tout d’abord, Twylla est une héroïne plutôt attachante et sa condition m’a fait de la peine. Elle subit les sautes d’humeur de la Reine et se fait la plus discrète possible. Son don l’isole des autres et la Reine n’hésite pas à confiner sa fille adoptive pour sa protection. Afin d’apporter la sécurité à sa petite sœur, Twylla essaye de faire tout ce qu’on lui demande, même si tuer pour la Reine va à l’encontre de ses principes. Par moments, elle est un peu trop passive et j’aurais aimé la voir un peu moins résignée.

Du côté des personnages secondaires, on a une Reine bien cruelle, et plutôt dans la manipulation. Elle n’hésite pas à punir de la pire des manières et les morts sont douloureuses. Personnes n’échappent aux humeurs de cette femme et même ses amies peuvent s’attendre aux revers de la médaille. Contre toute attente Merek, est charmant et son voyage de deux ans dans le royaume lui a permis d’acquérir ses propres convictions et s’éloigner de sa mère. A son retour, il va manifester un intérêt tout nouveau pour sa fiancée et il ne va pas hésiter à courtiser Twylla. Trop longtemps dans sa solitude, l’intérêt que va lui manifester le prince va la troubler. Mais c’est surtout sa rencontre avec Lief qui va lui offrir des vraies émotions, les papillons dans le ventre. Je ne vous cache pas que mon cœur a fait son propre choix et toute mon allégeance va vers Lief, son air malicieux à eux raison de moi, je suis dans son camp.

Je m’attendais à une histoire un peu moins compliquée, le début du roman traîne un peu en longueur et l’explication de la mythologie m’a un peu perdue. Une fois les explications passées, j’ai été vraiment emballée par l’histoire et les rebondissements m’ont tenu accroché jusqu’à la fin. On a un semblant de triangle amoureux, même si les sentiments de l’héroïne sont plutôt clairs, la situation n’est pas facile. Par moments, Twylla est un peu trop compatissante et elle a tendance à pardonner un peu trop facilement les mensonges qui l’entourent. J’aurais souhaité la voir se battre un peu plus pour ce en quoi elle croit. L’épilogue est assez surprenant et j’ai hâte de découvrir ce que la suite nous réserve, même si visiblement ça risque d’être bien trop long. Un premier opus, qui laisse présager une suite prometteuse et une trilogie qui semble avoir beaucoup à offrir. Un roman qui devrait plaire aux amateurs de fantasy.

Signature Lucie

Nous les menteurs | E. Lockhart

Très bonUn résumé intrigant & une couverture sublime, un joli combo qui a rapidement capté mon attention. J’ai terminé ce roman en quelques heures et j’en ressors choquée par toutes ces révélations et bouleversée par le dénouement. C’est la deuxième fois en deux jours, que je termine en larmes en terminant un livre. Je suis encore bouleversée par leurs histoires et j’aurais volontiers continuer à côtoyer les Menteurs.

La famille Sinclair est riche et réputée, hors de question pour eux d’être mêlée à un scandale. Les apparences sont tellement importantes que le mensonge est ancré dans leur histoire. Être normale et sourire, voilà ce qu’on demande à Cadence Sinclair depuis sa plus tendre enfance.  Lorsque l’été arrive, toute la famille se réunit sur l’île de leur Grand-père et Cadence retrouve ses cousins Johnny et Mirren, ainsi que Gat un proche de Johnny et sa mère, à eux quatre ils forment Les Menteurs.

Tous les étés depuis qu’elle est enfant, ils se retrouvent et profitent les uns des autres, jusqu’à la fin de l’été. Pourtant, l’été des 15 ans de Cadence un grave accident survient, tout ce qu’elle sait sur cet été là, se rapporte à ce qu’on lui a raconté : elle a été hospitalisée et souffre depuis de migraine insupportable, la contraignant à prendre anti-douleurs sur anti-douleurs. L’été quinze, comme elle l’appelle s’est totalement effacé de sa mémoire et personne dans son entourage ne semble disposer à lui révéler ce qui s’est passé de tellement monstrueux pour qu’elle oublie tout un été.

Après une longue convalescence, un exilé forcé pour l’été de ses 16 ans, Cadence est de retour sur l’île pour l’été de ses 17 ans et malgré l’absence de nouvelles de Johnny, Mirren et Gat, elle est heureuse de les retrouver après deux ans éloignés d’eux. Au fils des pages, les non-dits s’accumulent et les souvenirs reviennent progressivement, mais personne ne semble décidé à l’aider à surmonter son amnésie. Elle a donc quatre semaines pour comprendre par elle-même, quel drame est survenu l’été de ses 15 ans. On revit avec elle, les bons moments qu’elle a passée sur cette île, ainsi que les mauvais. Le tout fini par s’emboîter comme un puzzle et les souvenirs reviennent et secrets lui seront révélés.

De nombreux indices sont lâchés tout au long du récit sans qu’on y prête attention. J’ai fait un nombre incalculable de suppositions, je suis restée sur mes gardes et j’ai imaginé des scénarios possibles, certains étaient justes, d’autres non. La seule chose que je pourrais reprocher à l’auteure, c’est les flash-back. Ils auraient mérité d’être mis en évidence, car au départ j’ai été perturbée par le mélange entre l’été quinze et l’été dix-sept, qui se mélangent et c’est déstabilisant pour suivre.

L’écriture de E. Lockhart est tout simplement incroyable et très addictive, les chapitres s’enchaînent sans même le voir, j’ai pages après pages, ligne après ligne, pour en finir en seulement quelques heures, encore choqué par ce final. Je suis totalement charmée par l’intrigue, mais en même temps un peu déçue par le dénouement un peu trop simple. Malgré tout, j’ai versée quelques larmes lors des révélations ce qui prouve l’intelligence de l’auteure à jouer avec mes émotions et me rendre à fleur de peau. N’oubliez pas, Lisez-le. Et si on vous demande comment ça se termine MENTEZ !
Signature LuxnBooks