Nous les filles de nulle part | Amy Reed

Résumé :

Grace vient d’entrer au lycée de Prescott après avoir déménagé. Dans la chambre de sa nouvelle maison, elle découvre des mots griffés sur le mur : Aidez-moi. Tuez-moi, je suis déjà morte.
Ces mots, c’est Lucy, qui les a tracés. Lucy, qui a accusé trois garçons de Prescott de l’avoir violée. Lucy, qui a été traitée de menteuse par le reste du lycée. Lucy, que la police n’a pas écoutée. Lucy, qui a fui la ville avec ses parents.
Très vite, Grace comprend que cette violence s’exerce à tous les niveaux dans la ville de Prescott : quand les joueurs de l’équipe de foot notent le physique des filles qui passent devant eux ; quand son amie Rosina doit éviter les avances des clients du restaurant où elle travaille ; et surtout sur le blog du moment, « Les vrais mecs de Prescott » dont la ligne éditoriale consiste principalement à considérer les femmes comme des objets.
Grace, Erin et Rosina sont décidées à agir, mais elles ne peuvent le faire seules.

Un roman coup de poing, indispensable pour faire changer le regard de la société et se poser les bonnes questions. Cette histoire est une fiction, mais le thème n’a rien d’imaginaire et c’est avec émotion que j’ai découvert l’histoire de ces Filles de Nulle Part. Et je peux vous dire que certains propos m’ont bien remués.

Grace est nouvelle au lycée Prescott et ce déménagement a été une épreuve difficile pour elle. Il est difficile de se trouver sa place quand il faut tout recommencer. Cette maison qu’elle occupe avec sa famille, était autrefois habité par une autre famille, cette chambre où elle dort, était celle d’une élève bien connue de tous Lucy. A travers des mots laissés sur les murs, Grace découvre la souffrance de son ancienne locataire. Déterminée à en savoir plus sur ce qui est arrivé, la jeune fille se lie d’amitié avec Erin et Rosina, deux camarades différentes aux yeux des autres, mais terriblement attachantes et surtout convaincue qu’il faut agir.

Au fil des échanges elle comprend que Lucy a accusé trois garçons de Prescott de l’avoir violée et pourtant la victime est devenu la proie d’un lycée. Aujourd’hui malgré le départ de Lucy, Grace constate que rien n’a changé. Il aura suffi d’une voix pour que Les Filles de Nulle Part voient le jour. Une voix qui change tout, car elle offre la possibilité d’être ajouté à de nombreuses autres et ensemble il est plus facile d’agir et de tenter de se révolter pour faire changer les choses. C’est donc plus soudée que jamais qu’elles les jeunes femmes vont s’allier.

A travers le parcours de plusieurs protagonistes nous allons découvrir les pensées intimes de jeune femme qui sont confrontées tous les jours à la violence et c’est une vraie communauté qui va trembler face aux paroles percutantes des Filles de Nulle Part. Dans ce roman, on aborde un thème difficile et la manière dont il est traité est à la fois romancé et informatif. C’est le genre de roman choc qu’il faut mettre entre toutes les mains, il est simple de se sentir concerné par le sujet et la manière dont on évoque le thème sensibilise.

Sans oublier bien sûre des personnages qui tiennent le roman à bout de bras et qui parviennent à toucher à leur manière. Chacune aborde l’histoire d’un angle différent et le vécue de nos héroïnes n’est pas le même, donc leurs réactions vont sensiblement changer et leur évolution sera perceptible. Je me sens privilégié d’avoir le temps d’une lecture, fait partie d’un club aussi touchant et avec de réelles convictions.

Le seul bémol c’est la fin, j’ai le sentiment que certains personnages évoqués tout au long du roman sont resté figés et arrivé à la fin, je n’ai pas eu l’impression qu’elles étaient toutes égales dans la conclusion, qui reste finalement assez ouverte. Néanmoins le message reste très beau et j’aime lire des histoires aussi engager qui prône qu’il faut se battre pour ses convictions. Une lecture difficile par moments, mais indispensable.

Publicités

Swimming Pool | Sarah Crossan

Résumé :
Kasienka est polonaise
et elle vient d’arriver
en Angleterre avec sa mère.
Mais la vie ici n’a rien d’une vie rêvée.
Heureusement, il y a la piscine,
il y a l’eau. Et dans l’équipe de natation,
il y a William…

Je remercie Babelio et Rageot pour cette masse critique privilégié.
Date de sortie : 16 mai 2018

Il y a des romans qu’on n’attend pas et qui s’éloignent de nos goûts, mais qui nous font passer des émotions qu’on comprend et qui laisse des traces. La première fois que j’ai découvert Sarah Crossan, c’était lors de ma lecture de Inséparables. Je suis ressortie de cette lecture à la fois bouleverser et émerveiller par la beauté des mots. Je n’étais pas au courant qu’un nouveau roman de cette auteure allait être publié donc lorsque j’ai découvert qu’on me proposait de lire le dernier roman de Sarah Crossan, traduit par Clémentine Beauvais, j’étais curieuse de voir si les mots de cette auteure avaient toujours du pouvoir, mais j’ai surtout été frappée par la délicatesse.

Kasienka est à un âge où il est difficile de s’assumer, mais lorsqu’on est étrangère et qu’on départ dans un pays qui n’est pas le sien, il est parfois difficile d’être acceptée. D’origine polonaise, la jeune fille n’a jamais voulu quitter son pays natal, mais contrainte de suivre sa mère dans ses projets, elle se retrouve en Angleterre avec un anglais précaire et ses camarades pas vraiment décidée à l’intégrer. Afin de fuir ses problèmes Kasienka va trouver une échappatoire à la piscine du collège où elle se laisse porter par l’eau et où elle rencontre William, qui réveille en elle des émotions jusqu’alors jamais ressenties. Au fil des pages nous allons suivre une héroïne douce qui cherche juste à être elle-même et il est impossible de ne pas s’attacher à cette jeune fille touchante.

Au premier abord j’ai été surprise du jeune âge de notre héroïne et j’ai rapidement apprécié être dans la tête de cette jeune fille un peu perdue. Kasienka n’a rien de difficile et bien qu’elle aurait préféré poursuivre sa vie en Pologne, elle va tout faire pour être acceptée, à la fois par sa mère, que par ses camarades. Les émotions passent parfaitement et il n’est pas difficile de ressentir les questionnements d’une adolescente à un tournant de sa vie, qui va devoir se battre pour son bonheur. On aborde des thèmes fort liés à l’adolescence, notamment l’image des étrangers, le harcèlement, le premier amour et le rôle dans sa famille après que celle-ci est éclatée.

Le style du récit est encore une fois d’une grande originalité et pour le coup, je suis toujours autant surprise d’être émue en lisant un roman qui au final n’a pas de réelle interaction. Après concernant ce roman en particulier, bien que j’ai apprécié ce moment de tendresse, j’ai trouvé la fin un peu brusque et je pense qu’elle aurait mérité quelques pages supplémentaires. Ce sont des romans qui me sortent de ma zone de confort et qui me font découvrir la beauté de la poésie, il n’est pas difficile d’apprécier le récit et les pages défilent avec plaisir.

Les Mille Visages de notre Histoire | Jennifer Niven

Résumé :
Tout le monde croit connaître Libby Groby, pourtant, personne ne s’est jamais intéressé qu’à son obésité. Elle a longtemps vécu recluse dans sa chambre, cachant son corps et ses angoisses. Cette année, sa vie peut changer : Libby s’est inscrite au lycée.
Tout le monde croit connaître Jack Masselin : étudiant rebelle, sexy… aux réactions imprévisibles. Sous son arrogance, Jack a enfoui un secret douloureux.
Une histoire d’amour rédemptrice.
Des ados justes et charismatiques et le courage de s’accepter tel que l’on est.

Ce roman m’a été offert pour mon anniversaire par ma copine fanbooks76 et elle n’aurait pas pu mieux choisir, car il était dans ma wishlist depuis sa sortie et n’étant pas encore totalement remise de ma lecture déchirante de Tous nos jours parfaits, je ne le sentais pas prête à lutter contre  cette boule au ventre, sans compter que ce roman me hante encore malgré les années. Bien que l’histoire ne soit pas aussi intense, on aborde un thème qui fait réfléchir et j’ai été séduite par la beauté du message porté par Libby et Jack et par l’histoire qui mérite d’être découverte.

Libby et Jack ont tous les deux des problèmes d’adaptation et de socialisation, mais cette année va être différente pour ces deux inconnus. D’un côté nous avons Libby sa vie a été marqué par le décès de sa maman quand elle était enfant et cette perte a précipité un évènement qui a bien failli tourner au drame il y a plusieurs années. Aujourd’hui, les choses vont prendre une direction différente puisque pour la jeune fille fait son grand retour au lycée. J’ai apprécié découvrir une héroïne touchante et en même temps j’ai regretté qu’elle soit identifiée non pas pour sa personnalité pour son surpoids. Son combat n’a pas été simple, mais Libby est équilibrée et on ne décèle pas de grande fragilité, malgré certain propos difficile. Sa combativité est un trait attachant qui nous pousse à en savoir plus sur elle. Beaucoup se font une idée de la personne qu’elle est, mais personne ne sait réellement ce qu’elle a vécue, elle va pouvoir compter sur sa force de caractère et un humour touchant pour sortir la tête haute de personnalité malveillante. Et c’est avec joie que je l’ai vu s’épanouir au contact d’amis sincères.

D’un autre côté nous avons le très secret Jack, c’est un personnage qui m’a touché dans son combat. J’ai apprécié le contraste du jeune homme connu de tous dans le lycée et qui pourtant conserve un énorme secret qui est pourtant difficile à dissimuler. Certaines de ses décisions ne sont pas forcément des plus intelligentes, mais je peux comprendre qu’il soit difficile d’aller contre l’avis général au risque de perdre beaucoup et dans le cas de Jack sa position sociale au sein du lycée est déterminante s’il veut garder son secret. Je suis quand même assez surprise qu’on sache dès le premier chapitre ce que personne ne sait, mais ça m’a laissé un sentiment de trouble comme déstabilisé par la situation et triste pour lui d’être dans cette position sans d’autres recours que de faire semblant.

Jennifer Niven réussi sans mal à mettre l’accent sur les émotions et bien que ce roman ne m’ait pas brouillé le cœur en mille morceaux, il est difficile de rester insensible aux thèmes évoqués. On décèle la fragilité de nos héros c’est ce qui va précipiter ce lien entre eux, malgré la situation qui ne favorise pas forcément un rapprochement, Jack va pouvoir compter sur Libby. On aborde des thèmes tels que l’acceptation de soi, les premières amitiés et c’est avec beaucoup d’empathie qu’on voit nos héros s’ouvrir doucement l’un à l’autre et faire le deuil de ceux qu’ils étaient avant. Une lecture qui apprend à voir au delà des apparences et qui véhicule un très beau message.

Immaculée | Katelyn Detweiler (#1)

ImmaculéeJe dois admettre que je recule depuis plusieurs mois la lecture de ce roman, j’ai été grandement influencée par les nombreuses déceptions qui entouraient cette histoire. J’étais quand même déçue de le mettre de côté, car la couverture est sublime et j’avais envie de lui donner sa chance, mais quand une première impression vous colle à la peau c’est déjà mauvais signe. Du coup, j’ai laissé passer les semaines et j’ai redescendu d’un cran mes attentes concernant l’intrigue. Et là, surprise,. Je le sors de ma PAL et l’écriture fluide m’embarque, me pose question et fini par bien me plaire.

L’accroche résume plutôt bien la situation : « Mina a dix-sept ans. Elle est vierge. Et enceinte. ». Mina est une élève studieuse qui est première de sa promotion, son petit ami Nate est le plus ambitieux du lycée et son groupe d’amis fait partie des élèves populaires de l’école. Son avenir est tracé et sa famille est fière de la voir prétendre à de grandes universités. Seulement de curieux symptôme vont tout remettre en question et lorsque le diagnostic tombe, il est totalement inconcevable pour Mina qu’une chose pareil se produise. Une grossesse n’est absolument pas envisageable, puisque la jeune femme est toujours vierge et lorsque la nouvelle va s’ébruiter, son entourage va se diviser en deux camps bien distincts : ceux qui lui font confiance et ceux qui lui tournent le dos.

On n’est loin de ce à quoi je m’attendais en débutant ce roman et j’ai eu raison de céder à la curiosité, car le personnage de Mina m’est apparu très sympathique. A seulement dix-sept ans, elle va montrer une force de caractère stupéfiante et elle va se battre pour ses convictions, alors même que ses amis vont progressivement lui tourner le dos. Cependant face à l’absence de certain, elle va pouvoir compter sur le soutien indéfectible de son amie de toujours Hannah, qui va tout faire pour protéger les intérêts de sa meilleure amie. Mais également, l’amour que sa maman lui porte, cette dernière ne va pas hésiter à soutenir sa fille quoi que cela lui en coûte et c’est magnifique de voir l’amour que lui porte sa mère.

Le résumé indique clairement l’orientation religieuse du récit et au final, même s’il est question de foi, on aborde des thèmes beaucoup plus difficiles et en tant que lecteur ont se sent un peu impuissant face à la montée de la haine. Pourtant cet évènement va également être l’occasion pour Mina de reconnaître les personnes sur qui elle peut compter et se découvrir de nouveaux alliés. Il fait également réfléchir sur les mentalités et l’implication de certaines personnes, l’influence des médias, des réseaux sociaux et leur impact. Alors après, c’est vrai qu’il y a pas de rebondissement, mais on avance en même temps que la grossesse de Mina et elle prend en maturité. Je suis très curieuse de lire la suite, la plume de l’auteure m’a vraiment séduite et l’originalité du récit a contribué à captiver mon intérêt. Je pense que c’est le genre d’histoire qu’on adore ou qu’on déteste, mais il n’y a pas d’entre-deux.

Lucie

Ma raison de Respirer | Rebecca Donovan (Breathing #3)

Ma Raison de Respirer /!\Ce livre est le 3ème tome d’une série /!\

Je réalise à peine que j’en ai terminé avec l’histoire d’Emma et Evan, ça me rend triste de me dire que c’est terminé. Cette lecture je l’ai analysé sous tous les angles et j’étais loin d’avoir une imagination aussi fertile que l’auteure. Ce tome surpasse toutes mes attentes, c’est un concentré d’émotions, qui m’a rendu folle de rage, de bonheur, de jalousie et d’amour, c’est incroyable d’éprouver autant de chose avec une simple lecture et c’est aussi un vrai bonheur de retrouver les personnages.

L’histoire reprend deux ans après les évènements du deuxième opus, Emma est en prépa de médecine à Stanford à première vue tout semble se passer doucement pour la jeune femme. Sa vie a radicalement changé, elle vit en colocation avec trois filles aussi délurées qu’elle est discrète, elle est perçue comme la fille sage qui ne sort jamais, ne boit jamais et passe son temps à la bibliothèque. Le départ pour Sara à Paris va complètement changer la donne, car elle ne va plus avoir sa meilleure amie pour l’encadrer. Lorsque Meg découvre une boîte remplie de souvenirs, Emma va complètement dérailler et perdre tout le contrôle qu’elle avait mis si longtemps à atteindre. En compagnie de Peyton, Meg son nouvel ange gardien et Serena, elle va devenir méconnaissable et les jeunes femmes vont découvrir une personne différente qui va complètement basculer et se laisser engloutir par ses ombres.

On apprend rapidement qu’elle n’a jamais repris contact avec Evan depuis qu’elle l’a quitté et même si elle pense souvent à lui, la seule question qu’on a aux lèvres c’est où es-tu Evan ? La réponse à cette question va se faire désirer et ça va probablement en rendre folle certaine, moi la première, j’ai dû me résoudre à l’incapacité de reposer mon livre tant que je n’aurais pas été rassurée sur ce point. Je dois dire qu’il a réussi à se faire désirer et son apparition c’est un peu un moment où le soleil éclair ma vie de lectrice. J’en deviendrais presque poétique, mais l’attente en valait la peine, ce personnage a été tellement à la hauteur, tellement fort, tellement touchant et mon Dieu si seulement un être aussi parfait pouvait se matérialiser en chair et en ose ça serait totalement inimaginable de vivre avec un mec pareil.

Avec ce tome on a vraiment frôlé le coup de cœur, je n’étais vraiment pas loin de l’atteindre, mais j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs au début et j’ai été assez perturbé par l’évolution d’Emma qui est vraiment loin de ce que j’attendais compte tenu de son histoire. Ce tome ne fait pas exception, beaucoup de passage son poignant et j’ai été assez souvent dans un état proche de l’hystérie. C’est pour moi l’un des meilleurs tomes de cette série, tout simplement parce que c’est le tome des révélations et c’est aussi la délivrance d’Emma et c’est également bien mérité pour l’adorable Evan. Du côté de Sara, c’est le même constat malgré son absence au côté d’Emma, elle va tout faire pour lui rendre la vie plus facile, son amitié est sans failles et c’est l’une des plus belles amitiés de la littérature.

On sera tous d’accord pour dire qu’elle méritait de vaincre ses démons et ça n’en rend l’histoire que plus belle. J’ai retenu ma respiration pendant une bonne partie de ma lecture et maintenant que je peux enfin respirer normalement, j’ai cette sensation d’absence. J’ai vécu tellement de choses avec eux que j’ai du mal à imaginer que ce soit la fin et Evan et Emma vont sincèrement me manquer.

Retrouvez mon avis sur Ma Raison de vivre #1 ICI
Retrouvez mon avis sur Ma Raison d’espérer #2 ICI
Signature