Tornade | Jennifer Brown

ImpressionTrès bonAyant entendu beaucoup de bien du roman précédent de Jennifer Brown, je n’ai pas hésité lorsque j’ai vu son nouveau roman circuler sur la blogo. Hormis le fait, que la couverture est sublime, le thème d’une catastrophe naturelle est plutôt inédit, suffisamment pour avoir suscitée ma curiosité. Je dois dire que l’ensemble du roman est une très belle découverte et l’histoire est vraiment triste.

Jersey vit avec sa mère, son beau-père et sa petite sœur Marine, dans la région d’Elizabeth la météo est plutôt capricieuse et il n’est pas rare de voir les habitats préparer à l’apparition d’une tornade. Lorsque l’alerte retenti, les sens des habitants ne sont pas en alerte, car habitué à un changement de cap. Pourtant, cette fois c’est une véritable tornade qui détruit la ville, emportant dans son sillon la mère et la sœur de Jersey. Incapable de surmonter la mort de l’amour de sa vie et de sa fille, Robbie le beau-père de Jersey décide de contact les grands-parents paternels de l’adolescente pour qu’il vienne la récupérer. Au départ, Jersey ne comprends pas les raisons de ce rejet, même si Robbie n’est pas son père, il a était fou amoureux de sa mère, le rejet venant s’ajouter au deuil, Jersey est dévastée.

La vie après la tornade ne va pas arranger les souffrances de Jersey, détruite par cette catastrophe et complètement anéantie par la perte de sa mère. La rencontre avec une famille qu’elle ne connaît pas et qui la rejette ne va faire qu’accentuer le sentiment de solitude de la jeune fille. Contrainte de vivre dans une famille hostile avec ses grands-parents, sa tante, son père, sa belle-mère et ses demi-sœurs, Jersey va être confrontée à la haine de cette famille qui n’a aucune envie de l’accueillir. N’ayant aucun recours, elle va tenter de s’adapter à cette nouvelle vie qui diffère complètement de l’amour qu’elle a toujours reçu. J’ai trouvé Jersey admirable compte tenu du comportement de son entourage, entre Robbie d’une lâcheté sans nom, qui a un comportement franchement dégueulasse et l’absence de repère stable, elle se retrouve complètement seule. Jersey va tenter de surmonter son deuil dans ses souvenirs, mais remonter la pente quand on n’est pas désiré ne fait que creuser le fossé de la douleur.

Après plusieurs semaines dans un climat hostile, Robbie va venir la récupérer pour ensuite la conduire chez ses grands-parents maternels. Il s’avère que malgré ce qu’elle a pu entendre à leur sujet, ils sont complètement différents de ce qu’elle imaginait. Patient face à cette adolescente qui a baissé les bras, à l’écoute de ses peurs, attentif à ses besoins, ils vont être un vrai soutien face à la détresse de Jersey. L’auteure a mis l’accent sur le fait que, la famille ce n’est pas que les liens du sang, c’est aussi les liens du cœur. J’ai attendu qu’elle trouve enfin l’apaisement chez une famille qui prendrait soin d’elle et lorsque s’est arrivé j’ai été déçue, car j’aurai beaucoup aimé que l’auteure se concentre sur les liens avec ses grands-parents qu’elle ne connaît pas, mais qui malgré tout l’aime. La fin arrive beaucoup trop vite et le développement de leur relation n’est pas aussi présent que je l’aurais souhaité.

La tornade occupe une place importante de l’histoire, c’est même le cœur du roman, s’attarder sur les évènements est d’une importance capitale donc malgré les longueurs c’est justifiable. Ce qui m’a déçue c’est la mauvaise exploitation du temps, le roman est court et j’ai trouvé que le temps était long lorsqu’elle est chez son père et j’aurais préféré passer plus de temps avec Patty et Barry. Elle ne fait leur connaissance que vers la fin, précipitant les évènements et donc survolant la naissance de complicité avec ses grands-parents. Ils sont la clé concernant une partie du passé de sa mère et elle arrive brisé, ayant perdu confiance. Je m’attendais à les voir essayer de l’apprivoiser, créant progressivement une relation solide. Mais à peine elle arrive, que les quelques pages restantes s’enchaînent trop vite et on n’a pas le temps de s’intéresser à eux.

Le deuil est traité à la perfection, on ressent les phases par lesquels passent Jersey : l’espoir, le déni, la peine, la colère et l’acceptation. Je suis assez mitigée, j’ai adoré ma lecture et j’ai vraiment eu la boule au ventre pour l’héroïne. Le roman est assez court et aurait mérité que certains points soient éclaircis, mais les émotions sont là. Une lecture marquante et forte en émotions.
Signature LuxnBooks

Publicités

7 réflexions sur “Tornade | Jennifer Brown

    • Moi je ne m’étais pas laissé tenter par Hate List, car le résumé ne m’emballait pas du tout. Par contre ici, j’ai vraiment réussi à m’imaginer à la place de l’héroïne. C’est aussi une autre culture, en France on a pas l’habitude des Tornade, alors qu’au États-Unis ça semble presque normal et c’était plutôt instructif et très émouvant. Même si ça reste du YA.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s